Connect with us

Actualités

Cannabis: un militant veut pallier «l’absence d’information» | Tristan Péloquin

Published

on



Le ministère de la Santé et des Services sociaux tentait d’évaluer, hier, si ce site, appelé «Espace Cannabis» – un clin d’oeil à la marque de commerce «Espace cocktail» de la SAQ -, sera légal ou pas au jour 1 de la légalisation. 

S’inspirant de sites comme Yelp ou TripAdvisor, Espace Cannabis permettra aux consommateurs de noter uniquement les produits vendus au Québec par la SQDC ainsi que ceux vendus dans les magasins autorisés en Ontario. «Ce site vise à pallier l’absence d’information que le modèle actuel de la légalisation provoque», affirme M. St-Maurice, militant bien connu pour la légalisation du cannabis et fondateur du Centre compassion de Montréal. «On veut créer une communauté, pour aider les consommateurs à faire de meilleurs choix.» 

Les visiteurs pourront notamment commenter l’odeur, la couleur, la qualité de la combustion et parler des effets que produiraient certaines souches vendues en magasin.

«Dans le modèle actuel, les producteurs autorisés de cannabis et la SQDC sont limités dans ce qu’ils peuvent dire à leurs clients. Je veux éduquer, c’est mon expérience de 25 ans que je veux mettre à profit. Je pense que j’ai la crédibilité pour le faire», affirme M. St-Maurice. 

Des sites semblables de critiques de cannabis existent depuis plusieurs années sur le web. L’un d’eux, Leafly.com, va jusqu’à dire que certaines souches particulières sont «idéales pour lire un livre», qu’elles «font rire», ou encore qu’elles «favorisent la discussion».

Le conditionnel dans les SQDC

Mais dans les succursales de la SQDC, les agents qui suivent actuellement une formation obligatoire de 20 heures sanctionnée par le ministère de la Santé et des Services sociaux n’auront pas le droit d’aller aussi loin en s’adressant à la clientèle. «Les employés pourront parler des arômes et du taux de THC, par exemple, mais on n’ira pas dans le spiritualisme et on ne [prêtera pas de vertus] thérapeutiques ou psychologiques aux produits», explique le porte-parole Mathieu Gaudreault. Des affiches en magasin indiquent par exemple que certaines souches sont «généralement reconnues pour leur effet calmant et relaxant», alors que d’autres sont «généralement reconnues pour leur effet stimulant et euphorisant».  

«On en parle au conditionnel, et on ne va pas dire qu’avec telle ou telle souche, vous allez dormir comme un bébé et vous réveiller frais et dispos le matin», illustre M. Gaudreault. Dans tous les cas, la description des effets des produits devra respecter la mission de santé publique que Québec a imposée à sa société d’État, ajoute-t-il. 

Un site légal ou illégal? 

La Loi sur le cannabis adoptée cet été par Québec, qui interdit toute forme de promotion de la marijuana, empêche même l’utilisation de l’iconique feuille de cannabis pour mettre en marché un produit. Invité à commenter le site web que s’apprête à lancer M. St-Maurice, le ministère de la Santé et des Services sociaux a laissé entendre dans un courriel qu’il pourrait être illégal. 

«Seule une certaine publicité informative, qui donne des renseignements sur le cannabis destiné aux consommateurs adultes, dont le prix et la disponibilité, sera autorisée à l’intérieur des points de vente ainsi que dans les journaux et magazines écrits expédiés et adressés à une personne majeure», a expliqué la porte-parole Marie-Claude Lacasse.  

«Selon les informations que vous nous donnez, un tel site contreviendrait à la loi», a-t-elle ajouté, précisant cependant ne pas avoir suffisamment d’informations pour se prononcer formellement.  

Une position qui fait sourciller Marc-Boris St-Maurice. «On ne peut quand même pas nous bâillonner. C’est un site éducatif qu’on met en place, pas un site commercial qui fait de la publicité. S’ils veulent nous fermer, on ne se laissera pas faire», promet-il.



Source link

قالب وردپرس

Actualités

COP24: «le Québec repart les mains vides», affirme le PQ | PATRICE BERGERON

Published

on

By



Le député Sylvain Gaudreault, qui représentait le PQ à la COP24, dit être déçu de la ministre de l’Environnement, MarieChantal Chassé, qui revient sans résultats concrets de ce grand rendez-vous où les États fédérés ont pourtant un rôle important à jouer.

La ministre n’a pas encore rendu public son bilan, mais a publié des photos de ses rencontres dans son compte Instagram.

« Pas de résultats »

M. Gaudreault, qui est député de Jonquière et porte-parole en matière de Santé et d’Environnement pour son parti, est un habitué des sommets climatiques des Nations unies, pour avoir participé à quelques-uns au cours des dernières années.

Dans une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne jeudi depuis Katowice, M. Gaudreault a souligné que dans ce genre de grand sommet ou de négociations internationales, il faut arriver avec des objectifs, « ne pas arriver les mains vides, et il faut repartir avec quelque chose ».

« Moi, ma déception, c’est que la ministre n’a pas de résultats. On ne sait pas ce que le Québec plaidait en arrivant, et il n’y a pas de résultats tangibles ou d’engagements pour le Québec à la suite de son passage. »

Deux objectifs

Il s’était lui-même fixé deux objectifs qu’il avait déjà rendus publics pour cette COP : il demande au gouvernement Legault pour 2020 une vaste étude relative aux effets des changements climatiques sur la santé publique au Québec, ainsi que le dépôt d’une loi anti-déficit climatique au plus tard au printemps prochain.

À Katowice, il a pu s’entretenir avec Mme Chassé, qui a montré une certaine ouverture concernant l’étude de santé publique. « Elle était très à l’écoute », a-t-il résumé.

Cependant, sa réponse était plus mitigée sur un projet de loi anti-déficit climatique, qui officialiserait les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (GES) auxquels adhère le Québec, et qui forcerait le gouvernement à prendre en compte les divers impacts de toutes ses décisions sur la lutte aux changements climatiques.

« Elle a montré une légère ouverture, mais j’aurais aimé plus », a dit M. Gaudreault.

La ministre n’a pas donné suite aux nombreuses demandes d’entrevue de La Presse canadienne avant et pendant la mission.

Mme Chassé avait laissé entendre qu’elle allait à Katowice notamment pour défendre et promouvoir la Bourse du carbone, le système d’échange des droits d’émission de GES mis en place avec la Californie.

Elle n’avait toujours pas publié jeudi un bilan de sa mission par communiqué, contrairement à sa collègue, la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, qui revient pour sa part d’une mission en France et en Belgique.

À défaut d’avoir publié son bilan de mission, Mme Chassé a publié des photos de ses entretiens à la COP dans son compte Instagram.

On y apprend entre autres qu’elle a rencontré la ministre flamande de l’Environnement, Joke Schauvliege, et le ministre wallon du Budget, de l’Énergie et du Climat, Jean-Luc Crucke. De même, elle a rencontré la ministre de l’Environnement de l’Écosse, Roseanna Cunningham, ainsi que celui de la Norvège, Ola Elvestuen.

On y voit aussi qu’elle a pu parler avec Bertrand Piccard, médecin et aéronaute qui s’est rendu célèbre en faisant le tour du monde avec un avion mû avec l’énergie solaire.

Cibles

Sur les objectifs de réduction des émissions de GES, MarieChantal Chassé avait laissé entendre cette semaine qu’il était encore possible d’atteindre la cible de réduction de 20 % des GES du Québec pour 2020 par rapport au niveau de 1990, alors que M. Legault était pourtant beaucoup plus sceptique. Pour 2030, la cible est de 37,5 %.

La COP24 est considérée par les observateurs comme le plus important rendez-vous décisionnel depuis l’Accord de Paris (COP21) sur les changements climatiques de 2015. C’est le moment, dit-on, d’accélérer les actions et d’adopter des lignes directrices solides.

Les États devront démontrer leur capacité de mettre en oeuvre des engagements réels pour atteindre leur cible de réduction des GES, et aussi prendre des engagements de transparence et de reddition de comptes concernant l’atteinte de ces objectifs.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Mises à pied chez Bombardier: les élus québécois se défendent | MYLÈNE CRÊTE

Published

on

By



« Il n’y a aucun des 40 élus libéraux venant du Québec qui se sont levés pour s’assurer qu’il y ait des retombées chez nous, alors qu’on était en droit de s’attendre à ça », a dénoncé Gabriel Ste-Marie, un député du Bloc québécois.

Les employés de l’usine de La Pocatière de Bombardier espéraient construire les nouveaux wagons de VIA Rail – ce contrat aurait pu leur fournir du travail quelques années. Certains perdront plutôt leur emploi. Une centaine d’employés ont déjà commencé à être mis à pied.

Les députés libéraux québécois à Ottawa se font régulièrement accuser par les conservateurs, néo-démocrates et bloquistes d’être incapables de défendre les intérêts du Québec au sein de leur caucus.

C’est faux, selon le président du caucus québécois à Ottawa, Rémi Massé. Il affirme qu’en coulisse ils se font entendre.

« C’est un travail qui se fait, si je peux m’exprimer ainsi, sous le radar médiatique, a-t-il affirmé. Je n’ai pas besoin de prendre le micro et de dire « bien là, je ne suis pas content parce que le ministre des Finances ne fait pas telle ou telle chose ». »

« Ce type de discussion, on l’a évidemment à l’intérieur de nos caucus. Ça se fait positivement de façon constructive, et ça donne des résultats », a-t-il ajouté.

Il cite en exemple la création de 100 000 emplois au Québec, les sommes investies pour le développement économique en région et l’amélioration de la connexion internet à haute vitesse dans les communautés rurales du Québec.

« L’internet haute vitesse en région, encore une fois, c’est 500 millions qu’on a reçus parce que le caucus du Québec s’est positionné pour dire : « écoutez, le développement de l’internet en région, c’est fondamental » », a-t-il avancé.

Mais, pour Bombardier, le train est déjà passé. Tout en reconnaissant que le fleuron québécois fait face à une forte concurrence internationale, Rémi Massé rappelle qu’Ottawa a délié les cordons de sa bourse pour l’achat des voitures Azur du métro de Montréal, un contrat qui frôle le demi-milliard de dollars.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Brigitte Bishop confirmée à la tête du BIG de Montréal | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Published

on

By



Me Bishop assurait l’intérim au Bureau de l’inspecteur général depuis le départ de Me Denis Gallant, en juillet 2018. En septembre, Montréal a entrepris un processus pour pourvoir le poste, mettant en place un comité de trois élus et une conseillère en « acquisition de talents et dotation ». Après avoir rencontré Me Bishop, ils ont recommandé sa nomination. L’administration Plante a accepté la recommandation, mais le conseil municipal devra lui aussi voter sur sa nomination, lundi.

La nouvelle Inspectrice générale recevra un salaire de 177  452 $ en 2018. En vertu de son contrat, son salaire progressera au même rythme que les cadres de la Ville de Montréal. Son mandat de 5 ans se terminera en décembre 2023. Celui-ci ne pourra pas être renouvelé.

Auparavant, Me Bishop était inspectrice générale adjointe depuis 2017. Elle avait été conseillère juridique à la Sûreté du Québec 2011 à 2017 et procureure aux poursuites criminelles et pénales de 1991 à 2011.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Arts Et Spectacles24 minutes ago

Une amende pour une cigarette sur scène à Québec | SIDHARTHA BANERJEE

Affaires30 minutes ago

Walmart et Target poursuivis pour vente de jouets contaminés

Anglais43 minutes ago

Regina Pioneer Village resident says long-term solution needed now – Regina

Technologie1 heure ago

Une invention d’Intel pourrait décupler l’efficacité des ordinateurs

Actualités1 heure ago

COP24: «le Québec repart les mains vides», affirme le PQ | PATRICE BERGERON

Arts Et Spectacles1 heure ago

Une exposition sur le hockey à la Grande Bibliothèque

Affaires2 heures ago

Migrants: Lopez Obrador propose à Trump d’investir en Amérique centrale

Anglais2 heures ago

Ontario government says cannabis stores to be phased in

Actualités2 heures ago

Mises à pied chez Bombardier: les élus québécois se défendent | MYLÈNE CRÊTE

Arts Et Spectacles2 heures ago

Keith Richards annonce avoir réduit l’alcool

Anglais3 heures ago

Council agrees to talks with province about TTC subway upload

Technologie3 heures ago

Californie: un milliardaire crée une app pour éviter des poursuites

Actualités3 heures ago

Brigitte Bishop confirmée à la tête du BIG de Montréal | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Affaires4 heures ago

DavidsTea a creusé sa perte au 3e trimestre

Anglais4 heures ago

Friends of Canadians detained in China say they aren’t national security threats

Technologie4 heures ago

Voici à quoi ressemblerait Super Smash Bros. dans la réalité

Actualités4 heures ago

Le corps retrouvé à Sorel-Tracy serait celui de Josée-Marie St-Germain | ISABELLE GRIGNON-FRANCKE

Santé Et Nutrition4 heures ago

Edible Glitter Is Great and I’m Not Afraid to Say It

Arts Et Spectacles4 heures ago

Ten Years Thailand fait entrer la politique au cinéma | SIPPACHAI KUNNUWONG ET DELPHINE THOUVENOT

Anglais5 heures ago

Braiden Jacob’s death now homicide investigation, say Thunder Bay police

Santé Et Nutrition2 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais1 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais2 semaines ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Santé Et Nutrition3 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Mode2 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Anglais2 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Affaires3 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Anglais1 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Actualités2 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Technologie2 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais2 mois ago

Police presence in Jewish communities across Canada to be increased following Pittsburgh shooting – National

Actualités2 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Anglais3 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Mode3 mois ago

Have A Nice Day | Hello it’s Valentine

Mode1 mois ago

W.I.M.A.M.P, la capsule responsable de Bobo Choses 2018

Technologie2 mois ago

La maison connectée, un paradis pour les pirates

Affaires3 mois ago

Taxes sur les importations: Pékin riposte à Washington

Anglais4 semaines ago

‘At whose expense?’: B.C. entrepreneur says small business owners caught in postal strike crossfire

Trending