Connect with us

Arts Et Spectacles

Salomé Leclerc, femme-orchestre | JOSÉE LAPOINTE

Published

on



On n’est jamais mieux servi que par soi-même? demande-t-on d’emblée à la très douée musicienne. Elle sourit. «La réalisation, c’était un défi que je m’étais lancé depuis longtemps. Sur le premier, je suis allée chercher de l’expérience, sur le deuxième encore plus, en coréalisant avec Philippe Brault. Mais je me l’étais dit en sortant du studio: le troisième, je le garde pour moi.»

Elle avoue cependant qu’elle ne pensait pas aller aussi loin «dans l’autosuffisance» – sur le disque, elle joue de la guitare, de la basse, de la batterie et du piano. «Avec le recul, je me suis demandé pourquoi. Peut-être que j’ai fait ça pour protéger la chanteuse et pour que la guitariste prenne moins de place. Je voulais que la voix soit en avant, pour que les gens, en écoutant l’album, aient l’impression que je leur chante presque dans l’oreille.»

Parité

S’il y a un débat qui a secoué le milieu de la musique québécoise depuis un an et demi, c’est bien celui de la parité. Elle l’a suivi de loin, mais on se demande si d’en mener aussi large était aussi une forme de démonstration.

«C’était un défi personnel à la base, mais c’est vrai que c’est venu me piquer. Inconsciemment, une partie de moi se disait: « Je vais y aller moi aussi, je suis capable de tout faire. » C’est drôle parce qu’officiellement, ce sont deux filles qui jouent sur le disque: Mélanie Bélair, au violon, et moi. Cela dit, il y a eu bien des gars autour, très talentueux et très importants.»

Entre autres Antoine Corriveau, qui a assuré la direction artistique en se joignant au projet au moment où elle commençait à douter le plus. Et surtout Sébastien Blais-Montpetit, qui a fait la prise de son pendant qu’elle se promenait d’un instrument à l’autre. «J’arrivais le matin en studio avec la chanson, on discutait, et après on enregistrait les pistes.»

Son mandat était clair : tout enregistrer, question de capter «la petite magie» qui donne de la couleur.

«Le nettoyage de track, je ne veux pas ça. Je veux qu’on entende la chaise craquer, les oiseaux qui chantent la fois où on a laissé la fenêtre ouverte. Ça ajoute de la chaleur et une touche personnelle. C’est moins aseptisé.»

Salomé Leclerc écrit des textes courts et poétiques, souvent inspirés de mots ou de phrases qu’elle a retenus au hasard d’une lecture ou d’une visite au musée. Mais ce sont surtout des atmosphères qu’elle aime installer autour de ses chansons atypiques.

«La structure couplet-refrain-couplet, ça me donne des boutons. Parfois, dans une même chanson, on peut voyager d’un tableau à l’autre. La dernière du disque, par exemple, elle ne dure que deux minutes quarante, et il y a trois mondes dedans.»

Volonté de durer

Il y a deux ans, Salomé Leclerc a raconté dans le documentaire La musique à tout prix qu’elle s’était posé beaucoup de questions sur son avenir après la sortie de son disque 27 fois l’aurore, en 2014. «Je m’étais demandé si j’allais devoir me trouver un deuxième emploi en parallèle.»

C’est vers la sommellerie qu’elle se serait orientée, mais les choses ont débloqué et ça n’a pas été nécessaire – même si elle continue toujours à s’intéresser de près au vin. Avec la sortie de ce troisième album, Salomé Leclerc se sent maintenant attendue, et elle a l’impression d’être finalement sortie de la catégorie relève.

«On me demande d’être juge à Granby. Je regarde les groupes qui se présentent aux Francouvertes et je ne connais plus personne. Souvent, les artistes décident d’aller voir ailleurs après un ou deux disques. J’aurais pu faire ça. Mais je sens que j’ai traversé cette ligne et c’est l’fun. La ligne de la volonté de durer.»

Salomé Leclerc repartira bientôt en tournée et est bien contente de retourner sur scène, entourée de trois musiciens dont elle apprécie l’énergie.

«Il avait été question que je parte en tournée solo, mais une chance que non! Vous m’auriez perdue dans la brume.»

C’est qu’autant elle a aimé travailler dans une bulle close, autant elle est contente d’en être sortie. «Je pense que je recommencerais, mais pas pour le prochain. C’est quand même dur, et puis là, je suis rassasiée.»

Songe-t-elle à réaliser les albums d’autres artistes? «Je serais curieuse de l’essayer. Il faudrait que le projet me parle. Je sais que je ne l’approcherais pas de la même manière et que je le prendrais moins personnel. Probablement que je dormirais plus! Oui, j’aimerais ça, je pense.» Voilà, le message est lancé.

____________________________________________________________

Les choses extérieures. Salomé Leclerc. Audiogram. En vente vendredi.



Source link

قالب وردپرس

Arts Et Spectacles

Une exposition sur le hockey à la Grande Bibliothèque

Published

on

By



L’exposition intitulée À nous la glace ! – L’ADN du hockey amateur puise dans les collections de BAnQ pour dresser un portrait vivant de l’univers du hockey amateur au moyen d’archives animées, de séquences de films, de photos et de témoignages. Elle montre notamment des entrevues avec des jeunes athlètes, des entraîneurs, des parents, des personnalités et des joueurs retraités.

Le court métrage Les Pee-Wees sur glace, réalisé en 1961 sous la direction photo de Jean-Claude Labrecque et avec une narration du célèbre descripteur de hockey René Lecavalier, fait partie des documents en montre. Les images montrent l’ancienne grande étoile du hockey, Jean Béliveau, qui s’amuse sur une patinoire extérieure avec de jeunes joueurs.

Jean-Louis Roy, président directeur-général de BAnQ, estime que cette exposition témoigne de la nordicité du Québec et de la passion des Québécois pour un sport qui traverse toute leur histoire.

L’exposition offre un parcours interactif sous la forme d’un jeu sur tablettes et cellulaires qui consiste à répondre à une série de questions à l’aide d’informations glanées dans l’exposition.

Les visiteurs sont invités à donner leur propre témoignage sur le hockey grâce à une installation sonore interactive. Ils pourront enregistrer leurs propos, puis les réentendre dans un espace mettant en scène des sons de parties de hockey à l’aréna.

L’humoriste Jean-Thomas Jobin est le porte-parole de l’exposition.

L’accès à l’exposition est gratuit du mardi au jeudi de 12 h à 21 h, le vendredi de 10 h à 21 h et le samedi et le dimanche de 10 h à 17 h.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

Keith Richards annonce avoir réduit l’alcool

Published

on

By



Agence France-Presse
New York

Keith Richards, le guitariste des Rolling Stones dont le nom est synonyme d’excès, de drogue, de sexe et de rock’n’roll, a annoncé avoir arrêté l’alcool. Ou presque.

«C’était le moment d’arrêter», a expliqué le musicien britannique de 74 ans, connu pour son amour du whisky, dans une entrevue au magazine culturel américain Rolling Stone.

«Ça fait un an maintenant», a-t-il précisé. «J’en avais marre».

«Je ne vois pas vraiment de différence», a continué le meilleur ennemi de Mick Jagger.

Son compère guitariste au sein des Stones, Ronnie Wood, sobre depuis 2010, a pour sa part expliqué qu’il trouvait dorénavant Richards «plus doux».   

«C’est un plaisir de travailler avec lui», a-t-il dit à Rolling Stone. «Il est ouvert à plus d’idées».

Mais Keith Richards, arrêté plusieurs fois pour possession de drogue au cours de son exténuante carrière, a reconnu ne pas avoir totalement arrêté. Il consomme toujours «à l’occasion» une bière ou un verre de vin.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

Ten Years Thailand fait entrer la politique au cinéma | SIPPACHAI KUNNUWONG ET DELPHINE THOUVENOT

Published

on

By



Une femme nue lapidée par une foule rappelant les manifestants pro-junte, des soldats ridiculisés lors d’une opération contre une exposition de photos dans une galerie, une générale en uniforme rose envoyant les récalcitrants se faire découper dans l’espace… Autant de sujets jamais montrés au cinéma habituellement.

Les opposants aux militaires au pouvoir depuis un coup d’État en 2014 se sont pressés à la première mardi soir à Bangkok, des étudiants abonnés aux interpellations à l’étoile montante de l’opposition, le millionnaire Thanathorn Juangroongruangk.

Mais pour Aditya Assarat, coréalisateur et producteur, le but est de dépasser le public de l’intelligentsia bangkokienne et de toucher des spectateurs «normaux», qui «ne vont d’habitude pas au cinéma».

«Nous voulons que viennent voir le film tous ceux qui sont inquiets de la direction prise par le pays, avec les militaires au pouvoir», explique Aditya Assarat, qui a étudié le cinéma en Californie.

Il espère attirer 500 000 spectateurs et renouveler l’exploit de Ten Years Hong Kong, le premier de cette série de films à petit budget, qui avait créé la surprise en attirant les foules à Hong Kong.

L’époque était favorable: le film était sorti en 2015, dans le contexte de la révolte des parapluies, manifestations de jeunes Hongkongais dénonçant la mainmise de Pékin sur leur île.

Ce nouveau film, combinant des moyens métrages de quatre réalisateurs thaïlandais dont Apichatpong Weerasethakul, Palme d’or à Cannes en 2010, est à l’origine une commande du producteur hongkongais de Ten Years, qui a dupliqué le projet en Thaïlande, au Japon et à Taïwan. Avec un même cahier des charges: imaginer son pays dans dix ans.

Dans sa partie de Ten Years Thailand, «Catopia», le réalisateur Wisit Sasanatieng imagine un monde où les chats ont pris le pouvoir et poursuivent les derniers hommes, en une métaphore de l’écrasement récurrent en Thaïlande, par des coups d’État conservateurs, des gouvernements réformateurs élus.

«La Thaïlande est divisée entre démocrates et partisans de la dictature», résume le réalisateur, marqué par la répression meurtrière par l’armée d’une manifestation d’opposition en 2010.

Chasse aux sorcières

«Certains pensent que si vous militez pour la démocratie, vous êtes un sale type», témoigne Wisit, évoquant une atmosphère de «chasse aux sorcières», notamment sur les réseaux sociaux.

«Nous nous dissimulons et prétendons adhérer à la majorité, être un des leurs», commente la spectatrice Lalita Sirimongkol, filant la métaphore de «Catopia». Employée d’une agence de publicité, elle confie son «malaise à voir exprimées (dans le film) toutes ces choses qu’on ne peut pas dire dans la société» thaïlandaise.

«Il s’agit de mélanger politique et science-fiction. Et d’imaginer notre société dans le futur, marquée par l’héritage de la junte», explique Chulayarnnon Siriphol, le cadet du quatuor de réalisateurs, âgé de 32 ans.

Sa partie, «Planetarium», est la plus ouvertement critique de la junte: une équipe de scouts, sous l’égide de la fameuse générale en uniforme rose, y épie la population jusque dans les toilettes, depuis les téléscopes d’un mystérieux observatoire. Le système d’expulsion des opposants dans l’espace est quant à lui contrôlé par un moine au visage dissimulé par un casque de moto.

«Je suis surprise que le film ait passé la censure», réagit Naya Adam-Ehrlich, entrepreneuse de Bangkok, à sa sortie de salle, toute mise en cause des instances bouddhistes ou militaires étant habituellement censurée.

Il y a quelques semaines, un réalisateur a dû couper une scène de moine en pleurs à des funérailles, signe de l’étonnante mansuétude du comité de censure du ministère de la Culture avec Ten Years Thailand.

Mais, explique Chulayarnnon, «il y a des limites à ce que je peux dire, une forme d’autocensure, sur la plus haute institution par exemple», expression par laquelle les Thaïlandais désignent la royauté. Il a d’ailleurs accepté de couper une séquence, à caractère potentiellement lèse-majesté, qui donnait des sueurs froides aux producteurs.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Technologie14 minutes ago

Une invention d’Intel pourrait décupler l’efficacité des ordinateurs

Actualités27 minutes ago

COP24: «le Québec repart les mains vides», affirme le PQ | PATRICE BERGERON

Arts Et Spectacles38 minutes ago

Une exposition sur le hockey à la Grande Bibliothèque

Affaires55 minutes ago

Migrants: Lopez Obrador propose à Trump d’investir en Amérique centrale

Anglais57 minutes ago

Ontario government says cannabis stores to be phased in

Actualités1 heure ago

Mises à pied chez Bombardier: les élus québécois se défendent | MYLÈNE CRÊTE

Arts Et Spectacles2 heures ago

Keith Richards annonce avoir réduit l’alcool

Anglais2 heures ago

Council agrees to talks with province about TTC subway upload

Technologie2 heures ago

Californie: un milliardaire crée une app pour éviter des poursuites

Actualités2 heures ago

Brigitte Bishop confirmée à la tête du BIG de Montréal | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Affaires3 heures ago

DavidsTea a creusé sa perte au 3e trimestre

Anglais3 heures ago

Friends of Canadians detained in China say they aren’t national security threats

Technologie3 heures ago

Voici à quoi ressemblerait Super Smash Bros. dans la réalité

Actualités3 heures ago

Le corps retrouvé à Sorel-Tracy serait celui de Josée-Marie St-Germain | ISABELLE GRIGNON-FRANCKE

Santé Et Nutrition4 heures ago

Edible Glitter Is Great and I’m Not Afraid to Say It

Arts Et Spectacles4 heures ago

Ten Years Thailand fait entrer la politique au cinéma | SIPPACHAI KUNNUWONG ET DELPHINE THOUVENOT

Anglais4 heures ago

Braiden Jacob’s death now homicide investigation, say Thunder Bay police

Technologie4 heures ago

Facebook a ouvert quelques heures une boutique à Manhattan

Actualités5 heures ago

Sylvain Caron assermenté comme chef du SPVM

Santé Et Nutrition5 heures ago

The Feel Good Food Plan Is Back! | Healthyish

Santé Et Nutrition2 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais1 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais2 semaines ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Santé Et Nutrition3 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Mode2 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Anglais2 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Actualités2 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Anglais1 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Affaires3 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Technologie2 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais2 mois ago

Police presence in Jewish communities across Canada to be increased following Pittsburgh shooting – National

Actualités2 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Anglais3 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Mode3 mois ago

Have A Nice Day | Hello it’s Valentine

Mode1 mois ago

W.I.M.A.M.P, la capsule responsable de Bobo Choses 2018

Technologie2 mois ago

La maison connectée, un paradis pour les pirates

Affaires3 mois ago

Taxes sur les importations: Pékin riposte à Washington

Anglais4 semaines ago

‘At whose expense?’: B.C. entrepreneur says small business owners caught in postal strike crossfire

Trending