Connect with us

Actualités

Restrictions de l’aide à mourir: un médecin critique le fédéral | VICKY FRAGASSO-MARQUIS

Published

on



Le Dr Georges L’Espérance était en conférence dimanche matin au Salon de la mort, à Montréal, pour faire l’état des lieux sur les lois fédérale et québécoise concernant l’aide médicale à mourir.

Interrogé après son allocution sur le refus apparent du fédéral de revoir sa loi, le Dr L’Espérance a parlé d’une réaction « ridicule » de la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould.

Une dame de Halifax a récemment dénoncé la loi fédérale sur son lit de mort. Diagnostiquée d’un cancer du sein de stade quatre en 2016, Audrey Parker avait obtenu l’autorisation de recourir à l’aide médicale à mourir. Mais avant de rendre l’âme, jeudi, elle avait souligné qu’elle devait quitter ce monde plus tôt qu’elle ne l’aurait souhaité parce que la loi fédérale était trop restrictive.

En vertu de cette loi, une personne doit être consciente et saine d’esprit au moment où elle donne son consentement final pour l’injection mortelle. Or, Mme Parker expliquait jeudi que, si elle devenait subitement inapte à donner ce consentement final en raison de sa maladie ou des médicaments, elle ne pourrait plus recourir à l’aide médicale à mourir, et ce, même si sa demande avait été approuvée au préalable.

En réaction à cette requête, la ministre Wilson-Raybould a déclaré que le gouvernement n’envisageait pas de modifier la loi parce qu’il estimait que cette dernière était adéquate dans sa forme actuelle.

En entrevue avec La Presse canadienne, le Dr L’Espérance a affirmé que la loi fédérale actuelle ne respectait pas le jugement de la Cour suprême, qui avait obligé Ottawa à encadrer l’aide à mourir.

Dans son arrêt Carter, la Cour suprême avait jugé que les dispositions du Code criminel ne s’appliquaient pas dans les cas où un médecin fournirait de l’aide à mourir à un adulte « qui consent clairement à mettre fin à sa vie » et « qui est affecté de problèmes de santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap) lui causant des souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition ».

Le gouvernement fédéral a toutefois ajouté des critères dans sa loi. Les patients doivent « être à un point où [leur] mort naturelle est devenue raisonnablement prévisible » et ils doivent donner leur consentement lorsqu’ils font leur demande et le redonner juste avant que l’aide médicale à mourir leur soit administrée.

« Les deux dames qui étaient allées en Cour suprême, Mmes Taylor et Carter, c’étaient des pathologies chroniques, c’étaient pas des cancers, donc elles n’étaient pas en fin de vie imminente d’aucune façon », a-t-il expliqué.

« C-14 est très mal faite. [Le gouvernement] a fait ça dans l’urgence, mais elle ne respecte pas du tout l’esprit de la Cour suprême. »



Source link

قالب وردپرس

Actualités

Les griefs explosent chez les infirmières | ARIANE LACOURSIÈRE

Published

on

By



Alors que la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) n’avait enregistré que 2 griefs sur ce sujet en 2015 et 486 en 2016, ce nombre est passé à 1981 en 2017 et a atteint 4526 en 2018.

« Clairement, on est dans la pointe de l’effet des coupes des dernières années. L’année dernière, on a atteint un point de rupture. Pour qu’il y ait tant de griefs, c’est que les gens en ont vraiment assez, qu’ils sont au bout du rouleau », affirme la présidente de la FIQ, Nancy Bédard.

« Ce mode de gestion où le temps supplémentaire est normal, ça doit cesser. »

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) ne dispose pas de données sur les heures supplémentaires obligatoires réalisées dans son réseau chaque année. Une situation jugée « odieuse » par Mme Bédard. « On veut des données depuis des années pour agir. Mais on n’en a jamais », déplore-t-elle.

Des données du MSSS obtenues par La Presse montrent toutefois que les heures supplémentaires, obligatoires ou non, sont en hausse pour les premiers mois de 2018.

Dans certains établissements, le taux d’heures supplémentaires est bien plus élevé qu’ailleurs. C’est notamment le cas à l’Institut de cardiologie de Montréal, qui présente un taux d’heures supplémentaires de 9,28 chez ses infirmières, et au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, qui présente un taux de 10,92 chez ses infirmières auxiliaires.

Porte-parole de l’Institut de cardiologie de Montréal, Marie-Claude Pageau affirme que la situation des heures supplémentaires « préoccupe grandement » l’établissement.

« Nous surveillons la situation étroitement et travaillons à y remédier par divers moyens […], dit-elle. Faisant face aussi à la pénurie d’infirmières dans le réseau, nous déployons des efforts de recrutement pour être attractifs. Nous nous efforçons aussi le plus possible de planifier nos besoins de main-d’oeuvre en temps réel. »

Congés de maternité, spécialisation et bilinguisme

Mme Pageau souligne que plusieurs infirmières sont en congé de maternité cette année et qu’en raison des soins ultraspécialisés prodigués à l’Institut de cardiologie, l’établissement n’emploie que des infirmières, et aucune infirmière auxiliaire, deux facteurs qui peuvent contribuer à l’augmentation des heures supplémentaires.

Du côté du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, on dit être touché, comme tous les établissements du réseau, par une pénurie de personnel. « De plus, s’ajoute à notre organisation le défi du recrutement de personnel bilingue », dit la responsable des relations médias, Ariane Bourbonnière.

Selon Nancy Bédard, cette hausse des heures supplémentaires a des effets « catastrophiques » sur des employés « déjà à bout de souffle ». « Tu ne peux pas fonctionner avec de si forts taux de temps supplémentaire sans arrêt. »

À l’automne 2017, la surcharge de travail et la pression vécue par les infirmières et infirmières auxiliaires du réseau avaient fait les manchettes et poussé le gouvernement de l’époque à agir. Des projets pilotes visant à déterminer les meilleurs rapports infirmières-patients dans différents secteurs de soins ont été déployés progressivement dans tout le Québec.

« Il y a maintenant des projets dans plusieurs régions, et ça fonctionne. Des infirmières retraitées nous disent que si ces ratios avaient été implantés avant, elles ne seraient pas parties si vite à la retraite. On veut que ces ratios soient appliqués rapidement partout dans le réseau », plaide Mme Bédard, qui estime aussi que d’autres mesures pourraient être adoptées, notamment la création de postes à temps plein.

Recrutement réclamé

La FIQ réclame également une campagne gouvernementale majeure de recrutement. « Depuis 10 ans, on parle de pénurie de personnel dans le réseau. Qu’a-t-on fait comme campagne majeure pour régler la pénurie ? Quel ministre de la Santé va enfin s’attaquer au manque de main-d’oeuvre ? », demande Mme Bédard.

La FIQ rencontrera la ministre de la Santé, Danielle McCann, dans les prochains jours et compte bien faire de la gestion de la main-d’oeuvre un enjeu important des discussions.

Au cabinet de Mme McCann, on affirme que la promesse électorale d’éliminer les heures supplémentaires obligatoires tient toujours la route. « On va toujours vers l’élimination. Mais il faut s’asseoir avec les intervenants. Le dialogue continue et est cordial. On va encore vers l’élimination », affirme l’attaché de presse de la ministre McCann, Alexandre Lahaie.

***

Taux d’heures supplémentaires pour l’ensemble du Québec (pourcentage d’heures supplémentaires sur le nombre total d’heures travaillées)

INFIRMIÈRES

2017-2018 : novembre 5,23 ; septembre 6,17 ; juillet 5,97 ; mai 5,38

2018-2019 : novembre 5,87 ; septembre 6,91 ; juillet 6,88 ; mai 6,11

INFIRMIÈRES AUXILIAIRES

2017-2018 : novembre 4,57 ; septembre 6,25 ; juillet 6,30 ; mai 4,87

2018-2019 : novembre 5,56 ; septembre 7,71 ; juillet 7,36 ; mai 5,59

Source : MSSS



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Mission à Paris: François Legault promet des résultats | JOCELYNE RICHER

Published

on

By



En mission à Paris depuis dimanche, le premier ministre du Québec ne s’est pas montré habité par le doute: les choses vont bientôt changer, a-t-il assuré lundi, car les échanges commerciaux entre les deux États, voire avec les autres pays d’Europe, vont connaître une croissance appréciable.

Des résultats tangibles seraient même visibles «dans les prochains mois», a prédit le premier ministre, qui s’est montré fort optimiste, lors d’une mêlée de presse, dans la cour intérieure du Sénat, peu après sa rencontre avec le président Emmanuel Macron, qu’il a décrit comme un «dealmaker».

Le ton est donné: M. Legault veut donner désormais à la relation France-Québec un accent plus économique que politique.

«Regardez bien les résultats: il va y avoir des augmentations importantes de nos exportations vers la France» et idéalement vers d’autres pays européens, a commenté M. Legault, réaffirmant sa détermination à miser sur la diversification des marchés, alors qu’on observe une montée certaine du protectionnisme aux États-Unis, de loin le principal marché des exportateurs québécois.

Actuellement, 70% des exportations québécoises prennent la route des États-Unis.

La valeur totale de nos exportations vers la France (sixième partenaire commercial du Québec) en une année, soit 1,6 milliard, équivaut à celle atteinte avec les États-Unis en seulement trois jours.

M. Legault a donc donné à son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, le mandat de doubler la valeur de nos exportations vers l’Hexagone dans les prochaines années, tout en faisant de la France un tremplin vers d’autres destinations européennes.

Comme ses prédécesseurs, il a aussi prévu lorgner du côté de la Chine. M. Legault devrait, en principe, y diriger une mission dès cet automne. Mais la situation très tendue entre le Canada et la Chine pourrait toutefois refroidir ses ardeurs. Il va donc réévaluer la situation dans les prochains mois.

Quoi qu’il en soit, il y a, dit-il, «urgence d’agir» afin de diversifier nos marchés d’exportations.

M. Legault, qui a multiplié les rencontres ces derniers jours avec les dirigeants de certaines des plus grandes entreprises françaises dont L’Oréal, le géant des cosmétiques, et le Groupe Fleury Michon, du secteur agricole, est cependant demeuré vague sur de potentiels investissements à venir au Québec ou encore sur d’éventuels nouveaux débouchés pour les PME exportatrices du Québec.

Il y a «certaines industries, certaines entreprises, qu’on va inciter à travailler ensemble» des deux côtés de l’Atlantique, s’est contenté de dire M. Legault.

Le président français Emmanuel Macron n’a pas donné de point de presse aux médias québécois, mais il a fait une déclaration en marge de sa rencontre à l’Élysée avec le premier ministre Legault.

Il a souligné les liens historiques privilégiés entre la France et le Québec, et indiqué que la rencontre avait lieu le jour du 71e anniversaire du drapeau du Québec.

M. Macron a déclaré que le Québec et la France avaient des objectifs communs sur la scène internationale, dont la lutte aux changements climatiques et le développement de l’intelligence artificielle.

«Je suis le seul chef d’État en Amérique du Nord à représenter une majorité francophone et donc j’ai une responsabilité de protéger et de promouvoir le français», a déclaré alors le premier ministre Legault, de son côté, à son deuxième jour de mission à Paris.

Il a ajouté que le Québec avait besoin de la France pour mener à bien cette tâche de promouvoir le français.

Le premier ministre Legault avait aussi rencontré plus tôt son homologue français Édouard Philippe, et a pu s’entretenir avec le président du Sénat et celui de l’Assemblée nationale, le tout entouré à chaque étape de tout le faste et le protocole réservés aux dignitaires de haut rang.

Mardi, adoptant une approche toujours centrée sur l’économie d’abord, M. Legault se rend à la Bourse de Paris, où 350 gens d’affaires convergeront pour participer à un dîner-conférence, au cours duquel il va vanter les mérites du Québec comme place d’affaires.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Les finances du Parti populaire se portent bien

Published

on

By



Le Parti populaire du Canada s’est officiellement enregistré auprès d’Élections Canada vendredi matin, ce qui lui permet de commencer à émettre des reçus aux fins de l’impôt pour des dons.

Le parti a engrangé plus de 300 000 $ dans les heures qui ont suivi.

Le porte-parole du parti, Martin Masse, a déclaré que cela porterait la collecte de fonds à près d’un million de dollars depuis que Maxime Bernier a annoncé qu’il quittait les conservateurs pour créer son propre parti à la fin du mois d’août.

M. Masse estime que cela devrait faire taire ceux qui prétendent que le Parti populaire est l’affaire d’un seul homme avec très peu de soutien réel.

Le parti a obtenu en trois jours ce qu’il avait récolté en trois mois, a affirmé M. Masse.

Il a ajouté qu’il y avait indéniablement des gens qui attendaient de pouvoir obtenir des reçus à des fins fiscales avant de faire un don.

En 2019, le montant maximum des dons à un parti politique est de 1600 $, ce qui donne droit à un crédit d’impôt de 650 $.

Le parti de M. Bernier doit commencer à signaler ses dons à Élections Canada maintenant qu’il est enregistré, mais il peut utiliser les fonds recueillis auparavant. M. Bernier a déclaré qu’il aimerait récolter 3,5 millions avant les élections générales de cet automne.

Au cours des trois premiers trimestres de 2018, les conservateurs ont recueilli 17 millions, selon Élections Canada. Les libéraux ont amassé 10,3 millions et les néo-démocrates 3,2 millions.

M. Bernier s’est séparé des conservateurs au terme d’une bataille très publique avec le chef Andrew Scheer sur des questions de politique incluant la gestion de l’offre et les subventions gouvernementales aux entreprises. M. Bernier avait terminé tout juste derrière M. Scheer lors de la course à la direction du parti conservateur en 2017.

Le Parti populaire du Canada présentera ses trois premiers candidats lors d’élections partielles en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec.

Deux candidats sont officiellement nommés, mais le troisième, dans la circonscription montréalaise d’Outremont, attend toujours la confirmation de son employeur actuel qu’il pourra prendre congé.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Anglais7 minutes ago

Wife of gymnastics coach on trial for sexual assault suspended from coaching

Arts Et Spectacles49 minutes ago

Maxime Giroux: à la recherche d’humanité | NATALIA WYSOCKA

Affaires54 minutes ago

Le Groupe MTY hausse son dividende trimestriel

Anglais1 heure ago

Kamala Harris, schooled in Montreal, announces bid to unseat Trump in 2020 – Montreal

Actualités2 heures ago

Les griefs explosent chez les infirmières | ARIANE LACOURSIÈRE

Styles De Vie2 heures ago

Le Michelin salue le dynamisme de la gastronomie française

Arts Et Spectacles2 heures ago

Une comédie russe ne fait pas rire tout le monde | MARINA KORNEVA AVEC THEO MERZ À MOSCOU

Anglais2 heures ago

Liberals taking new approach for First Nations on-reserve education funding

Actualités3 heures ago

Mission à Paris: François Legault promet des résultats | JOCELYNE RICHER

Styles De Vie3 heures ago

un cru «exceptionnel» de 1-étoile

Santé Et Nutrition3 heures ago

Sahib: saveurs indiennes et végétales à Pointe-Claire | MARIE-CLAUDE LORTIE

Affaires3 heures ago

Barrick Gold envisage de vendre une mine en Zambie

Anglais3 heures ago

Former ambassadors and academics urge China’s president to release Canadian men

Actualités4 heures ago

Les finances du Parti populaire se portent bien

Styles De Vie4 heures ago

Guide Michelin 2019: une pluie d’étoiles

Affaires4 heures ago

Très peu de femmes dans le 1% des plus riches au Canada | STÉPHANIE MARIN

Anglais4 heures ago

Andrew Scheer promises Quebec more autonomy over immigration – Montreal

Technologie5 heures ago

5G: Huawei n’est pas toute seule, prévient Ottawa | MIKE BLANCHFIELD

Actualités5 heures ago

Déclaration de revenus unique: pas de pertes d’emplois, dit Andrew Scheer

Styles De Vie5 heures ago

Histovec, la plateforme qui sait tout sur les véhicules d’occasion

Anglais2 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition3 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 jour ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais2 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie4 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Santé Et Nutrition4 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Anglais2 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Arts Et Spectacles2 semaines ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Actualités3 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Mode4 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Technologie1 mois ago

Les cryptomonnaies ont encore du chemin avant de conquérir l’économie | LAURENT BARTHELEMY

Affaires4 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Anglais4 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Anglais2 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Anglais3 mois ago

Hackers target federal government networks an average of 474 million times per day, memo shows

Technologie4 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Actualités3 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Anglais3 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Trending