Connect with us

Arts Et Spectacles

Robyn Maynard: des faits, pas des impressions | ÉMILIE CÔTÉ

Published

on


Avec la famille de Nicholas Gibbs – ce jeune homme de 23 ans tué par les policiers il y a deux mois – qui a intenté une poursuite contre la Ville de Montréal, la traduction en français du livre de la militante et féministe montréalaise Robyn Maynard est encore plus d’actualité.

Dans NoirEs sous surveillance – Esclavage, répression et violence au Canada, l’auteure dresse l’historique canadien de la répression – et même du système de contrôle racial – qui brime les communautés noires depuis plus de 200 ans.

Le sort tragique de Nicholas Gibbs est un cas de trop pour Robyn Maynard. «Nous sommes dans la continuité de notre histoire.»

«Les Noirs sont de deux à quatre fois plus interpellés par la police», indique-t-elle en citant une enquête récente de la CBC qui a révélé que le tiers des gens tués par la police de Toronto de 2000 à 2017 étaient noirs, alors qu’ils représentent 8 % de la population.

À Montréal, ajoute-t-elle, un rapport du service de police de 2009 a conclu que près de 40 % des jeunes hommes noirs des quartiers Saint-Michel et Montréal-Nord avaient subi un contrôle d’identité en 2006 et en 2007, contrairement à 6 % des Blancs.

Robyn Maynard fait la démonstration que la dévaluation des Noirs est systémique au Canada et que ce racisme est le produit «de structures et de mécanismes de surveillance», que ce soit dans les écoles, les prisons, de la part de la police ou dans le processus d’immigration.

Il y a toujours des relents de colonialisme envers les Noirs, comme il y en a envers les autochtones. «Il y a un racisme historique dans plusieurs institutions. Les Noirs et les autochtones ont été déshumanisés», dit Robyn Maynard.

Il faut lire son ouvrage de plus de 450 pages – dont 130 de sources et de références – pour constater que ce ne sont pas des paroles en l’air. La chercheuse indépendante cite de nombreuses études, rapports et demandes d’accès à l’information. «Quand les communautés noires parlent d’injustices, c’est mis de côté et on dit que c’est une perception. Je voulais démontrer au grand public que ce n’est pas une perception, mais une description de faits.»

Des événements historiques méconnus

Son livre s’adresse donc à tous. «Je voulais parler aux membres de ma communauté qui se battent pour la justice sociale, aux universitaires, mais je voulais aussi que ce soit accessible pour tout le monde.»

Avec le succès de la version originale en anglais de son livre, elle peut dire mission accomplie. «Nous en sommes déjà à la troisième réimpression», souligne l’auteure, qui a figuré sur plusieurs palmarès et qui a été finaliste de l’Atlantic Book Award. 

«C’est un sujet qui peut être lourd et difficile à vendre, mais il y a un grand intérêt pour les réalités que je décris dans le livre.»

Des réalités et des faits historiques méconnus, comme l’existence d’une ville – fondée en 1840 – en marge d’Halifax, peuplée de Noirs, appelée Africville.

NoirEs sous surveillance - Esclavage, répression et violence au Canada,... (IMAGE FOURNIE PAR MÉMOIRE D’ENCRIER) - image 2.0

Agrandir

NoirEs sous surveillance – Esclavage, répression et violence au Canada, de Robyn Maynard

IMAGE FOURNIE PAR MÉMOIRE D’ENCRIER

Dans ses recherches, Robyn Maynard a découvert une «longue histoire de résistance, de résilience et d’activisme». Elle a notamment appris l’existence d’un journal torontois dans les années 80, Our Lives, où des féministes noires décrivaient et commentaient leur quotidien.

Dans son livre, on apprend aussi que la fermeture au Canada de la dernière école ségrégationniste – en Nouvelle-Écosse – remonte à 1983. Aux États-Unis, c’était dans les années 50. 

En 2016, une fillette noire de 6 ans de Mississauga a été menottée par la police.

Quand on se compare…

Par rapport aux États-Unis présidés par Donald Trump – où le mouvement Black Lives Matter dénonce des cas de brutalité policière -, le Canada passe-t-il pour un pays trop gentil dans l’opinion publique?

«On se compare toujours aux États-Unis, mais on ne demande pas si ce qui arrive ici est éthique, répond Robyn Maynard. Sommes-nous à l’aise avec notre histoire? Nous avons des statistiques comparables à celles des États-Unis. Il y a un déni de ce qui se passe ici, mais les injustices sont peut-être moins visibles ici.»

Si le Canada est souvent décrit comme une terre d’accueil des esclaves noirs qui ont fui les États-Unis, Robyn Maynard fait état dans son livre de plus de 200 ans d’esclavage au Canada.

Au début du XXe siècle, le Canada payait des médecins canadiens pour dissuader des migrants noirs des États-Unis de venir au Canada sous prétexte que le climat était trop rigoureux.

Différentes provinces, même combat

Beaucoup de Montréalais sont d’origine haïtienne, alors que de nombreux Torontois sont d’origine jamaïcaine. «Les réalités des communautés noires sont presque les mêmes d’une province à l’autre, souligne Robyn Maynard. Il y a une perception (assumption) qu’ils sont des criminels, moins intelligents et moins enclins à apprendre.»

Il y a de l’espoir malgré tout, écrit Robyn Maynard en conclusion. Mais à quelles conditions? «Il faut que la population canadienne regarde la réalité et notre histoire comme elles sont, dit-elle. Il faut un engagement à changer les choses pour combattre les injustices qui persistent dans le temps. Il faut rompre avec notre historique raciste.»

_______________________________________________________________________________

NoirEs sous surveillance – Esclavage, répression et violence au Canada. Robyn Maynard. Mémoire d’encrier. 456 pages.



Source link

قالب وردپرس

Arts Et Spectacles

Six expos très attendues au Québec | ÉRIC CLÉMENT

Published

on

By


Source ID:d6333b5a727d3db38ee25a14ccbca50f; App Source:StoryBuilder

Il s'agira d'un immense évènement à Montréal en... (Photo Matthew Placek © Yoko Ono, fournie par le Centre Phi)

Agrandir

Il s’agira d’un immense évènement à Montréal en 2019: l’organisation, par la fondation DHC-ART, d’une exposition des oeuvres de l’artiste conceptuelle américaine Yoko Ono. Cinquante ans après le bed-in de l’hôtel Le Reine Elizabeth…

Photo Matthew Placek © Yoko Ono, fournie par le Centre Phi

Partage

Partager par courriel

La scène des arts visuels n’est pas en reste pour lancer l’année 2019. Voici six expositions qui méritent votre attention d’ici l’arrivée du printemps.

Yoko Ono au Centre Phi

24 avril-15 septembre

Ce sera l’Évènement en art contemporain au printemps à Montréal. Cinquante ans après le bed-in pour la paix organisé par John Lennon et Yoko Ono à l’hôtel Le Reine Elizabeth, l’artiste conceptuelle avant-gardiste sera de retour avec son exposition Growing Freedom.

Les oeuvres de l’artiste Fluxus et militante politique seront présentées à partir du 24 avril à DHC/ART.

Connue pour ses performances, installations, films méditatifs, musiques, sculptures et photographies, et pour avoir dédié sa vie à la paix, Yoko Ono présentera ses «instructions conceptuelles» et des projets réalisés avec John Lennon.

L’expo sera signée par une grande fan de Yoko Ono, Cheryl Sim, directrice générale de DHC/ART, et par Gunnar B. Kvaran, directeur de l’Astrup Fearnley, un musée privé norvégien qui a déjà présenté l’oeuvre de Yoko Ono, notamment en 2005.

Thierry Mugler au MBAM

Jerry Hall et Thierry Mugler, Paris, 1996, Helmut... (Photo Helmut Newton, fournie par le MBAM) - image 2.0

Agrandir

Jerry Hall et Thierry Mugler, Paris, 1996, Helmut Newton. Gala (France), 18 décembre 1996. © The Helmut Newton Estate.

Photo Helmut Newton, fournie par le MBAM

2 mars-8 septembre

Après le couturier Jean Paul Gaultier, c’est au tour du grand créateur français Thierry Mugler de faire l’objet d’une exposition conçue, produite et mise en tournée par le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM).

Elle retracera le parcours de ce designer de prêt-à-porter et de haute couture, metteur en scène, photographe et parfumeur qui a véritablement révolutionné la mode avec ses coupes originales et futuristes, sculpturales et élégantes, et ses matières innovantes telles que le métal, la fausse fourrure, le vinyle ou le latex.

Quelque 130 tenues réalisées par Thierry Mugler entre 1973 et 2001, la plupart jamais exposées, seront présentées au MBAM.

L’exposition sera complétée par la présentation de vêtements de 10 designers de mode montréalais.

OEuvre d'art public Tangle Wood, créée par Shayne... (Photo Tom Loonan, fournie par Manif d'art de Québec) - image 3.0

Agrandir

OEuvre d’art public Tangle Wood, créée par Shayne Dark et installée au Buffalo Botanical Gardens, à Buffalo, dans l’État de New York, une initiative de l’Albright-Knox Art Gallery. Une oeuvre similaire sera installée à Québec lors de Manif d’art 9 – La biennale de Québec.

Photo Tom Loonan, fournie par Manif d’art de Québec

Manif d’art 9 à Québec

16 février-21 avril

En l’absence d’une biennale à Montréal, Québec a pris les rênes avec sa Manif d’art, la grande manifestation internationale d’art contemporain, qui en est à sa neuvième édition.

Réalisée avec le Musée national des beaux-arts du Québec, Manif d’art 9 – La biennale de Québec s’intitule Si petits entre les étoiles, si grands contre le ciel.

Orchestrée par le commissaire britannique Jonathan Watkins, directeur de l’Ikon Gallery de Birmingham, elle accueillera des oeuvres d’une vingtaine d’artistes, dont Manasie Akpaliapik (Nunavut), Vija Celmins (Lettonie), Caroline Gagné (Québec), Jim Holyoak et Matt Shane (Colombie-Britannique), Krištof Kintera (République tchèque), Cornelia Parker (Angleterre), Shayne Dark (États-Unis) et Tomas Saraceno (Argentine).

Les centres d’artistes présenteront une quinzaine d’artistes, dont Christiane Baumgartner (Allemagne), Amélie Laurence Fortin (Québec), Felipe Castelblanco (Colombie) et Shimabuku (Japon). Du beau monde!

Nativity Scene, 2017, Kent Monkman, installation multimédia. Don... (Photo fournie par le musée McCord) - image 4.0

Agrandir

Nativity Scene, 2017, Kent Monkman, installation multimédia. Don du Comité des bénévoles au Museum London (1956-2017), à la mémoire de Shelagh Martin-McLaren, 2017.

Photo fournie par le musée McCord

Kent Monkman au McCord

8 février-5 mai

Après sa résidence en 2013 au musée McCord au cours de laquelle il a créé le tableau monumental Bienvenue à l’atelier, en hommage à Montréal, l’artiste torontois d’origine crie et irlandaise Kent Monkman est de retour au musée de la rue Sherbrooke avec son exposition Honte et préjugés: une histoire de résilience.

Il y présentera des tableaux récents et d’autres plus anciens pour illustrer les conséquences néfastes des politiques canadiennes sur les peuples autochtones depuis la création du Canada.

Une exposition grave qui évoquera la résilience des autochtones et dans laquelle on retrouvera en même temps l’humour si particulier de Monkman, avec notamment son alter ego spirituel, Miss Chief Eagle Testickle, qui n’en rate pas une!

En outre, Kent Monkman participera à une conférence portant sur sa pratique picturale, le mercredi 6 février à 18 h, à la salle Pollack de l’Université McGill (555, rue Sherbrooke Ouest).

Quelque 12 000 figurines d'ouvriers formaient l'installation Le sens de... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse) - image 5.0

Agrandir

Quelque 12 000 figurines d’ouvriers formaient l’installation Le sens de la vie ; les ouvriers, réalisée par l’artiste français Florent Lamouroux, au complexe Guy-Favreau, lors de la dernière édition d’Art souterrain, en mars 2018.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse

Art souterrain à Montréal

2-24 mars

Il s’agit cette année déjà de la 11e édition d’Art souterrain, ce parcours d’art contemporain qui réapparaît chaque hiver dans le sous-sol montréalais quand le printemps peine à pointer son nez.

Cette année, le festival et sa soixantaine d’artistes internationaux exploreront, sur six kilomètres de salles et de couloirs, les difficultés à discerner aujourd’hui «le vrai du faux».

Un festival consacré donc à la grande place prise par les réseaux sociaux dans nos vies et ses conséquences sur les communications et la qualité de l’information.

Une illusion du réel orchestrée par les commissaires Maude Arsenault, Joyce Yahouda et Martin le Chevallier.

Les oeuvres du céramiste montréalais Jean-Pierre Larocque occuperont... (Photo fournie par le centre d'art 1700 La Poste) - image 6.0

Agrandir

Les oeuvres du céramiste montréalais Jean-Pierre Larocque occuperont les trois niveaux du centre d’art 1700 La Poste dès le 23 mars prochain, dans Griffintown. Une rétrospective attendue pour cet artiste resté très longtemps aux États-Unis.

Photo fournie par le centre d’art 1700 La Poste

Jean-Pierre Larocque au 1700 La Poste

Dès le 22 mars

Le céramiste montréalais Jean-Pierre Larocque est le dernier-né des artistes choyés par la mécène Isabelle de Mévius et son centre d’art 1700 La Poste, qui vient de célébrer son 5e anniversaire.

On retrouvera donc au printemps le style antique et contemporain de Jean-Pierre Larocque, avec des pièces datant des 20 dernières années (notamment durant sa période américaine) et d’autres, inédites, créées pour l’exposition.

Connu pour ses sculptures réalisées avec des galettes d’argile triturées et déformées à souhait, Jean-Pierre Larocque a participé à plus de 20 expos solos, dont une quinzaine aux États-Unis.

Ses sculptures se retrouvent dans des collections muséales, notamment au Musée national des beaux-arts du Québec, au Musée des beaux-arts de Montréal, au Detroit Art Institute et au Houston Museum.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

Fred St-Gelais a trouvé l’amour

Published

on

By



L’ex-mari de Marie-Mai, Fred St-Gelais, a trouvé l’amour auprès de la danseuse professionnelle Kim Gingras.

La danseuse et juge à l’émission Danser pour gagner a partagé, hier matin, une photo d’eux très explicite sur leur relation, sur son compte Instagram.

Parmi les commentaires apparaît celui de l’ex-femme du musicien, Marie-Mai: «Si j’avais pu peser sur le petit coeur de like rouge 10 fois, je l’aurais fait», a-t-elle écrit, ajoutant 10 émojis du coeur rouge à son message.

Née à Montréal, Kim Gingras vit à Los Angeles où elle danse notamment pour Beyoncé. – Véronique Lauzon



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

Huit films en compétition pour l’Oscar du meilleur long métrage | ANDRÉ DUCHESNE

Published

on

By


Les longs métrages de fiction Black Panther, BLACKkKLANSMAN, Bohemian Rhapsody, The Favourite, Green Book, Roma, A Star is Born et Vice ont été retenus finalistes pour l’obtention de l’Oscar du meilleur film en vue de la 91e soirée des Oscars qui aura lieu le 24 février prochain.

À noter que Roma est aussi en nomination dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère.

Les réalisateurs Spike Lee (BLACKkKLANSMAN), Pawel Pawlikowski, (Cold War), Yorgos Lanthimos (The Favourite), Alfonso Cuaron (Roma) et Adam McKay (Vice) sont par ailleurs finaliste pour l’Oscar du meilleur réalisateur.

Plus de détails à venir.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Arts Et Spectacles1 minute ago

Six expos très attendues au Québec | ÉRIC CLÉMENT

Affaires6 minutes ago

Recul des ventes des grossistes et des fabricants au Canada

Anglais20 minutes ago

Toronto officer pleads guilty to misconduct for using database for personal gain – Toronto

Actualités51 minutes ago

Nouvelle suspension pour un policier coupable de trafic de stéroïdes | PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD

Arts Et Spectacles1 heure ago

Fred St-Gelais a trouvé l’amour

Affaires1 heure ago

Un Québécois à la retraite toutes les 8 minutes

Anglais1 heure ago

Canada’s wholesale and manufacturing sales fell slightly in November: StatsCan

Actualités2 heures ago

Nouveau Guide alimentaire canadien: adieu portions, place aux proportions | DAPHNÉ CAMERON

Santé Et Nutrition2 heures ago

Bake Crunchy Croutons Directly into Your Soup, Win at Life

Affaires2 heures ago

Wall Street fragilisée à l’ouverture par les craintes sur la croissance

Anglais2 heures ago

Roma, The Favourite lead the Oscar noms with 10 nods each, several Canadians nominated for awards

Actualités3 heures ago

Macron et Legault mettent l’accent sur l’économie

Styles De Vie3 heures ago

10 bonnes tables pour se réchauffer à Paris

Arts Et Spectacles3 heures ago

Huit films en compétition pour l’Oscar du meilleur long métrage | ANDRÉ DUCHESNE

Anglais3 heures ago

Peterborough’s new council makes no move to scrap PDI sale to Hydro One – Peterborough

Actualités4 heures ago

«Le moment est venu de moderniser la DPJ» | KATIA GAGNON

Styles De Vie4 heures ago

nos meilleures adresses pour vivre un week-end inoubliable

Anglais4 heures ago

Last year was the worst year in history for births in Newfoundland and Labrador

Actualités5 heures ago

Le nouveau Guide alimentaire canadien sera dévoilé aujourd’hui | DAPHNÉ CAMERON

Styles De Vie5 heures ago

Haute couture printemps-été 2019:Dior sur la piste aux étoiles

Anglais2 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition3 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais2 jours ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais2 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie4 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Santé Et Nutrition4 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Anglais2 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Arts Et Spectacles3 semaines ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Actualités3 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Mode4 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Technologie1 mois ago

Les cryptomonnaies ont encore du chemin avant de conquérir l’économie | LAURENT BARTHELEMY

Affaires4 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Anglais4 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Technologie4 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais3 mois ago

Hackers target federal government networks an average of 474 million times per day, memo shows

Anglais2 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Actualités3 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Anglais3 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Trending