Connect with us

Affaires

Le déficit commercial atteint un pic inédit en 10 ans | DELPHINE TOUITOU

Published

on



Le mois dernier, ce déficit s’est établi à 55,5 milliards de dollars sous l’effet d’une baisse des exportations (+0,1 % à 211 milliards) et d’une hausse des importations (+0,2 % à 266,5 milliards), a détaillé jeudi le département du Commerce.  

En outre, le seul déficit portant sur les échanges de biens, au coeur du contentieux entre l’administration Trump et les partenaires commerciaux des États-Unis, a bondi de 9,8 % comparé à septembre.

Et le déficit de biens avec la Chine, avec laquelle Washington s’efforce de concrétiser un accord commercial après l’annonce d’une trêve le week-end dernier, s’est une nouvelle fois inscrit en augmentation à 38,18 milliards (+2 %). Le département du Commerce souligne que, non ajusté des variations saisonnières, le déficit avec Pékin est même un record absolu.  

En octobre, les Américains ont acheté davantage de biens de consommation, de préparations pharmaceutiques, de voitures ainsi que de pièces détachées automobiles. Bénéficiant d’un dollar plus fort, ils ont par ailleurs acheté davantage de services, notamment des voyages.

En revanche, les importations d’équipements en télécommunications, d’accessoires informatiques ou encore d’ordinateurs ont diminué le mois dernier.

Sur le front des exportations, elles ont baissé dans le secteur alimentaire et des boissons ainsi que dans le secteur-clé de l’aéronautique civile qui tire traditionnellement les exportations américaines. Les exportations de soja, frappées de représailles chinoises, ont, elles, une nouvelle fois diminué.  

Par zone géographique, le déficit des biens avec l’Union européenne a atteint 15,05 milliards, soit une augmentation de 6 %. De quoi irriter le président Donald Trump qui exige de l’Europe d’ouvrir davantage son marché aux produits américains.

Biens à petits prix et dollar fort

Cumulé sur les 10 mois de l’année, le déficit commercial américain avec le reste du monde bondit de 11,4 %. Les tentatives du président américain de le réduire se heurtent à l’appétit des Américains pour des biens de consommation à bas prix en provenance en grande partie de Chine et à un dollar fort pénalisant les exportations américaines.  

En ce qui concerne le dollar index (un indice comprenant six devises concurrentes dont l’euro et le yen japonais), le dollar est ainsi monté de 2,8 % depuis la fin septembre et surtout de 8,2 % depuis février. En comparaison avec le seul yuan chinois, le dollar est monté de 8,7 % depuis février également.

Donald Trump a imposé cette année de nombreuses mesures protectionnistes, notamment dans le secteur de l’acier et de l’aluminium.

Dans son viseur, Pékin, qu’il accuse de pratiques déloyales en subventionnant par exemple les entreprises chinoises pour exporter à bas prix ou en forçant le transfert de technologies américaines.

Alors que les deux pays étaient engagés depuis des mois dans une bataille commerciale, s’imposant mutuellement des taxes douanières supplémentaires sur des centaines de milliards de dollars d’importations, Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ont annoncé un consensus en marge du sommet du G20 le week-end dernier.  

Depuis, les doutes se multiplient néanmoins sur la possibilité de nouer un véritable accord.  

Le ministère chinois du Commerce a, certes, affirmé jeudi que la Chine allait « mettre en oeuvre immédiatement [les points de] consensus auxquels sont parvenues les deux parties en matière de produits agricoles, d’énergie, d’automobile et autres biens spécifiques ». Mais les relations des deux pays pourraient bien de nouveau se détériorer après l’arrestation d’une responsable du groupe chinois Huawei à la demande de Washington.

Outre le contentieux avec la Chine, Washington s’efforce d’obtenir une plus grande ouverture du marché européen. En juillet dernier, Donald Trump avait annoncé une trêve avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui peine, là encore, à se concrétiser par un accord, les Européens refusant d’ouvrir leurs marchés aux produits agricoles américains.

Seule véritable avancée à son actif, Donald Trump a obtenu la signature d’un nouvel accord de libre-échange avec le Canada et le Mexique, dit Accord États-Unis, Mexique et Canada (AEUMC, ou USMCA selon l’acronyme anglais), officiellement signé vendredi.

En octobre, le déficit américain des biens avec le Canada et le Mexique a baissé respectivement de 8,3 % et de 15,2 %.



Source link

قالب وردپرس

Affaires

Les manteaux Canada Goose dans le viseur de boycotteurs chinois

Published

on

By



Les investisseurs en tout cas redoutaient les éventuelles retombées de l’affaire : cotée sur le New York Stock Exchange, l’action du fabricant de manteaux et parkas y a plongé de près de 11 % entre l’annonce de l’arrestation jeudi dernier de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei au Canada, à la demande des États-Unis, et lundi soir.

Son cours boursier reprenait toutefois quelques forces mardi après ce récent plongeon, alors que les inquiétudes liées à la guerre commerciale entre Pékin et Washington s’estompaient un peu.

Même si le premier ministre canadien Justin Trudeau a assuré qu’il n’y avait eu aucune « intervention politique » dans cette arrestation, Ottawa est depuis quelques jours la cible d’attaques du gouvernement chinois et de la population pour avoir écroué Meng Wanzhou, dirigeante du groupe chinois Huawei.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a encore dénoncé lundi le traitement « inhumain » réservé à Mme Wanzhou, après des informations de presse affirmant qu’elle souffre de problèmes de santé.

Bien qu’il soit généralement très difficile de mesurer la portée d’un appel au boycottage à court terme, les médias chinois et américains se sont fait l’écho ces derniers jours d’une multiplication de messages enjoignant les citoyens chinois à ne plus acheter les manteaux de luxe de la société canadienne, qui font un tabac parmi la communauté chinoise à pouvoir d’achat élevé.

Des appels au boycottage de sociétés canadiennes, dont Canada Goose, ont notamment été émis sur le réseau social chinois Weibo, a rapporté l’agence Bloomberg.

L’entreprise n’avait pas dans l’immédiat répondu aux sollicitations de l’AFP.

Pariant sur le fait que les consommateurs chinois pourraient privilégier à l’inverse des marques locales similaires, les investisseurs se sont à l’inverse rués sur des entreprises de vêtements telles que Bosideng, cotée à Honk Kong, qui a pris 11,7 % depuis l’arrestation de Mme Meng.

Les appels à ne plus acheter de produits canadiens surviennent alors que les États-Unis et la Chine sont empêtrés dans une guerre commerciale depuis plusieurs mois, et s’imposent des taxes douanières punitives sur plusieurs milliards de dollars de biens échangés.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Affaires

Hausse des prix des maisons plus modeste en 2019

Published

on

By



Dans son rapport annuel, Royal LePage dit s’attendre à ce que le prix médian des habitations au pays augmente de 1,2 % en 2019.

Les prix des habitations à Montréal et dans les environs devraient connaître la plus forte hausse au sein des grandes villes canadiennes en 2019, a précisé la firme. Le prix médian devrait ainsi progresser de 3,0 % pour s’établir à 421 306 $.

Le prix médian à Toronto et dans les régions avoisinantes devrait augmenter de 1,3 % à 854 552 $, tandis que celui du Grand Vancouver ne devrait augmenter que de 0,6 % à 1,29 million, selon les perspectives annuelles de la firme.

Le chef de la direction de Royal LePage, Phil Soper, a expliqué que le marché national de l’habitation devrait rester dans un « cycle correctionnel » qui a commencé cette année, les prix des maisons s’appréciant « à un rythme moins soutenu ».

« Les marchés ne sont pas parfaits. Ils surchauffent, puis sont confrontés à une correction », a-t-il affirmé dans un communiqué.

Le rapport Royal LePage a imputé la tiédeur de la croissance des prix à un certain nombre de facteurs, notamment la hausse des taux d’intérêt, les risques liés au commerce mondial et la faiblesse des prix du pétrole brut canadien.

Il a noté que les acheteurs potentiels qui avaient été exclus pendant des années des marchés hyperactifs de Toronto et de Vancouver pourraient avoir une meilleure occasion d’achat en 2019. Ils prévoient un bond de leurs ventes au printemps.

Vigueur au Québec

L’année 2019 s’annonce par ailleurs plutôt bonne pour le marché montréalais, qui se démarque par sa constance. Il n’est pas du genre à connaître des « montagnes russes », et sa trajectoire devrait rester la même l’an prochain, bien que sa croissance s’annonce légèrement inférieure à cette année, a observé le directeur principal de Royal LePage pour la région du Québec, Dominic St-Pierre.

« On prévoit des augmentations de prix pour le reste du Québec de 1,8 %, ce qui est une augmentation saine et [supérieure] à la majorité des autres provinces canadiennes », a noté M. St-Pierre.

Selon lui, la hausse des prix s’explique essentiellement par la « relative abordabilité » du marché de Montréal par rapport à ceux de Vancouver et de Toronto.

« L’économie au Québec va remarquablement bien, a ajouté M. St-Pierre. C’est rare que l’économie du Québec performe mieux que celle du Canada, mais c’est le cas présentement. »

« La confiance des consommateurs, même si l’on a vu une légère baisse vers la fin de l’année, est quand même relativement bonne, et les taux d’intérêt sont encore marginalement bas, et ce, de façon historique, alors ce sont toutes des choses qui viennent aider la vigueur du marché immobilier. »

L’incertitude règne 

Dans un rapport distinct aussi publié mardi, la firme Re/Max a indiqué s’attendre à ce que les prix de vente moyens des maisons au Canada augmentent de 1,7 % au début de la nouvelle année.

Elle prévoit également que les marchés du logement partout au pays se stabiliseront à mesure que les Canadiens ressentiront davantage les effets de la hausse des taux d’intérêt.

« La demande n’est plus aussi forte que par le passé, mais elle est toujours très, très forte », a affirmé le vice-président directeur et directeur régional de Re/Max d’Ontario-Atlantique, Christopher Alexander.

« Le gouvernement a indiqué qu’il n’était peut-être pas aussi prudent de relever les taux que par le passé. C’est pourquoi l’incertitude règne. Les gens ne savent pas vraiment à quoi s’attendre. »

Re/Max prévoit que les prix de vente moyens des maisons à Vancouver chuteront de 3,0 % l’année prochaine, après avoir augmenté de 2,0 % cette année.

Selon M. Alexander, la stabilité du marché immobilier est positive pour les acheteurs et les vendeurs.

« La menace de l’éclatement d’une bulle n’est pas imminente et, en même temps, il y aura une légère appréciation pour que les gens obtiennent un retour sur leur investissement », a-t-il souligné.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Affaires

Investissements de 1,8 milliard pour Enbridge

Published

on

By



La Presse Canadienne
Calgary

Enbridge annonce de nouveaux investissements totalisant 1,8 milliard, incluant l’acquisition, pour 265 millions, d’actifs de canalisations et de terminaux dans le nord de l’Alberta auprès du producteur de sables bitumineux Athabasca Oil.

La société d’oléoducs, de services publics et d’électricité établie à Calgary a annoncé qu’elle dépenserait également 600 millions US pour acquérir une participation de 22,75 % dans le pipeline Grey Oak Liquids. Ce projet, actuellement en construction, devrait permettre de transporter du pétrole brut léger jusqu’à Corpus Christi, au Texas, à compter de la fin de 2019.

Enbridge annonce en outre des dépenses d’environ 800 millions pour quatre projets d’expansion du transport de gaz naturel aux États-Unis, qui doivent être mis en service d’ici 2020-23.

En prévision d’une journée des investisseurs qui devait se dérouler mardi à New York, la société a annoncé qu’elle augmenterait son dividende de 10 % pour l’année prochaine.

Cela signifie qu’un dividende totalisant 2,95 $ par action pour l’année, à compter du premier trimestre de 2019. D’après le cours de clôture de l’action d’Enbridge, lundi, à 42,09 $, le rendement annuel de l’action sera d’environ 7 %.

Enbridge a également indiqué s’attendre à procéder à une autre augmentation de 10 % de son dividende en 2020.

La société a entrepris cette année une restructuration de ses activités pour se concentrer sur ses pipelines réglementés à faible risque et ses services aux collectivités. Elle a notamment vendu des actifs jugés non essentiels, simplifié sa structure et réduit sa dette.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Affaires7 minutes ago

Les manteaux Canada Goose dans le viseur de boycotteurs chinois

Anglais9 minutes ago

City to rebuild Maple Leaf Pool – Regina

Actualités40 minutes ago

Pacte sur les migrations: pas de changement dans la loi canadienne en vue | MYLÈNE CRÊTE

Styles De Vie44 minutes ago

Les meilleurs canelés de Paris

Santé Et Nutrition46 minutes ago

A Good Rugelach Recipe Is Hard To Find, So We Made One

Arts Et Spectacles51 minutes ago

CBC Music ramène la chanson Baby, It’s Cold Outside

Opinions53 minutes ago

Un congédiement honteux | Le Devoir

Anglais1 heure ago

Meng Wanzhou is out on bail — but could be in legal limbo for years

Actualités2 heures ago

Le SPVM ignore toujours l’ampleur du profilage racial | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Arts Et Spectacles2 heures ago

Beaux livres: ils sont beaux, mais sont-ils lus? | ÉMILIE CÔTÉ

Opinions2 heures ago

May joue la montre | Le Devoir

Affaires2 heures ago

Hausse des prix des maisons plus modeste en 2019

Anglais2 heures ago

My friend Michael Kovrig was arrested in China. Please, pay attention

Actualités3 heures ago

La hausse du prix des carburants coûte cher à la Ville | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Opinions3 heures ago

Droits de la personne: une Déclaration à réécrire

Anglais3 heures ago

Students at Edmonton school get into Christmas spirit by making lunches for city’s homeless – Edmonton

Actualités4 heures ago

Les Québécoises gagnent toujours moins que les hommes

Opinions4 heures ago

Il n’y a rien à craindre dans ce Pacte sur les migrations

Affaires4 heures ago

Investissements de 1,8 milliard pour Enbridge

Anglais4 heures ago

Barn fire kills 1,300 pigs in eastern Ontario

Santé Et Nutrition2 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais1 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Santé Et Nutrition3 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Mode2 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Anglais2 semaines ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Anglais2 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Affaires3 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Anglais1 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Actualités2 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Technologie2 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais2 mois ago

Police presence in Jewish communities across Canada to be increased following Pittsburgh shooting – National

Anglais2 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Actualités2 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Mode3 mois ago

Have A Nice Day | Hello it’s Valentine

Technologie2 mois ago

La maison connectée, un paradis pour les pirates

Affaires3 mois ago

Taxes sur les importations: Pékin riposte à Washington

Anglais3 semaines ago

‘At whose expense?’: B.C. entrepreneur says small business owners caught in postal strike crossfire

Mode1 mois ago

W.I.M.A.M.P, la capsule responsable de Bobo Choses 2018

Trending