Connect with us

Arts Et Spectacles

Noël chic selon David Myles | JOSÉE LAPOINTE

Published

on



«La musique qui m’intéresse, celle des années 50 et 60, est justement une musique élégante, avoue cet admirateur de Nat King Cole et Bing Crosby. Je veux être un musicien sérieux, mais je veux aussi être un musicien qui fait des albums de Noël. J’ai toujours adoré le jazz et, avec ce disque, j’ai eu la chance d’entrer dans ce monde. J’ai fait quelque chose entre Nat King Cole et Willie Nelson parce que c’est encore moi et ma guitare.»

Let it Snow, White Christmas, Silent Night: les chansons qu’on peut entendre dans It’s Christmas sont des classiques «pleins d’accords et de mélodies sophistiquées», explique le chanteur qui aime l’esprit de Noël, le partage, les moments passés en famille et s’habiller chic pour l’occasion.

«Noël est un moment important dans l’année. Ces chansons sont parfaites et nous rappellent à tous une foule de souvenirs. C’est un honneur de les chanter.»

Mais comment chanter White Christmas, sa chanson préférée de Noël, comme si c’était la première fois? «En étant soi-même. En respectant la chanson et en la chantant honnêtement. Je n’utilise pas une autre voix, c’est moi et ma guitare, comme si j’étais dans ma cuisine avec mes enfants.»

David Myles possède des dizaines et des dizaines de disques chez lui. Il s’est amusé à fouiller pour trouver les interprétations les plus intéressantes et ensuite y ajouter sa touche. C’était d’autant plus important de faire les bons choix que ces chansons reviendront dans sa vie annuellement…

«Il faut en être fier parce qu’on les refait chaque année en spectacle», rappelle l’artiste. Pense-t-il un jour enregistrer un autre album? «Je ne sais pas. C’est difficile d’être cool après un deuxième album de Noël… Par contre, je ferai certainement un deuxième album en français.»

Nouveaux horizons

Le chanteur de Fredericton a en effet enregistré cet automne, pour la première fois de sa carrière, un (excellent) album tout en français. Le grand départ a été réalisé par l’ex-Karkwa François Lafontaine et les textes sont signés par Carole Facal et Gaëlle.

«J’ai toujours été francophile et je trouve le monde musical franco-canadien super intéressant, dit David Myles. J’ai voulu y entrer!» Non seulement le résultat a-t-il été concluant – il a fait une grande tournée au Québec et remporté quatre prix lors de la Francofête -, mais il a carrément changé sa vie.

«Mon univers est devenu plus grand parce que je ne vais plus juste dans des endroits anglophones.» Au Québec, dans le Canada francophone, et surtout chez lui au Nouveau-Brunswick, il a fait des tonnes de rencontres qui lui ont ouvert de nouveaux horizons.

«Je viens d’une famille d’anglophones depuis plusieurs générations. Je veux montrer que notre monde peut être plus grand. C’est une richesse. Ce n’est pas qu’une langue, c’est de la musique, de la poésie, des gens, des villes, des restos.»

Le chanteur est même surpris que les francophones se montrent si émus en l’entendant chanter en français. «Ça devrait pourtant être normal! Si je peux prouver quelque chose, c’est que ce n’est pas un événement. C’est ma vie et ça m’a donné quelque chose. En fait, ce n’est pas de la générosité. C’est plutôt égoïste!»

David Myles présentera son spectacle It’s Christmas le 13 décembre à la salle Bourgie.

Quelques suggestions de spectacles

Des spectacles de Noël pour tous les types de spectateurs auront lieu au cours des prochaines semaines. Nos suggestions.

> Traditionnel

La troupe de Québec Issime, qui regroupe plus d’une trentaine d’artistes, présente pour la 16e année le spectacle Décembre. De la nostalgie, du plaisir et des chansons à la pelletée se retrouvent dans ces 12 tableaux qui racontent les fêtes de Noël d’autrefois. Au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, du 13 au 30 décembre.

> Drag

Rita Baga, alias Jean-François Guèvremont, propose un réveillon drag composé de 12 artistes. Les reines de Noël allieront danse et chansons dans un genre de cabaret de Noël qui s’annonce des plus festifs et colorés. Le spectacle sera présenté à Montréal (Monument-National), les 5 et 6 décembre, puis à Gatineau, Québec, Sherbrooke et Rouyn.

> Gospel

S’il y a un classique du temps des Fêtes montréalais, c’est bien le concert annuel du Montreal Jubilation Gospel Choir. Dawn Tyler Watson est la soliste invitée pour ce spectacle où l’on rendra hommage à la grande Aretha Franklin, disparue cette année. Au Théâtre Maisonneuve, le 9 décembre.

> Alternatif

Pour une foule de spectacles gratuits et qui sortent des sentiers battus, la série Noël dans le parc, qui commençait samedi, est un must. Des Hôtesses d’Hilaire à Qualité Motel, de Florent Vollant à Fouki, de Mara Tremblay à Keith Kouna, il y en a pour tous les goûts dans trois parcs montréalais, et ce, jusqu’au 25 décembre.

> Populaire

Noël, une tradition en chansons réunit des chanteurs de tous les styles et de toutes les générations. Le spectacle, dont la première représentation a eu lieu samedi, est en tournée partout au Québec et autour de Montréal, dont Brossard (5 décembre), Terrebonne (7 décembre) et Laval (23 décembre). Annie Villeneuve, Renée Martel, Michel Louvain et Yves Lambert font partie de la distribution.

> Classique

L’orchestre des Petits violons présente son traditionnel concert de Noël le 16 décembre à l’église de la Visitation. Dirigés par Marie-Claire Cousineau, les jeunes musiciens interpréteront un Concerto à deux trompettes en do majeur RV 537 de Vivaldi, avec trompettistes invités. Reels et folklore sont aussi au menu.



Source link

قالب وردپرس

Arts Et Spectacles

CBC Music ramène la chanson Baby, It’s Cold Outside

Published

on

By



Face au tollé de plaintes et de réactions négatives du public, CBC Music a décidé, mardi, de réinsérer la chanson Baby, It’s Cold Outside dans sa programmation musicale.

La semaine dernière, à l’instar d’autres stations canadiennes, le diffuseur public avait retiré de sa liste d’écoute continue ce classique de Noël, datant de 1944. La raison ? Des paroles jugées « inappropriées et propices à la culture du viol ».

Le directeur des affaires publiques, Chuck Thompson, a reconnu mardi que le retrait de la chanson a déplu à une « grande majorité d’auditeurs », ajoutant que son contenu peut être interprété différemment d’une personne à l’autre. 

« On comprend que certains auditeurs voudront changer de poste étant donné que cette décision ne fera pas l’affaire de tout le monde », conclut M. Thompson, dans un éclair de lucidité… ou un esprit de pause des Fêtes.

– Luc Boulanger



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

Beaux livres: ils sont beaux, mais sont-ils lus? | ÉMILIE CÔTÉ

Published

on

By



DES LIVRES QU’ON REDÉCOUVRE, CHAQUE JOUR

En français, on parle de «beaux livres», ou encore de livres d’art. En anglais, ce sont des coffee table books. Ceux qu’on exhibe – ou qu’on fait semblant de laisser traîner – sur la table du salon.

Cadeaux par excellence, ils se démarquent par leur design et leur grand format.

Lesdits «beaux livres» sont beaux, certes, mais sont-ils lus? Un grand mystère.

«C’est une bonne question. C’est souvent un cadeau, donc on ne le sait pas», lance Marika Brouillette-Drapeau, libraire à la Librairie de Verdun depuis six ans.

«On se pose aussi la question. Même pour les livres de recettes… Il y a des gens qui ne font aucune recette tirée des livres qu’ils achètent», dit Antoine Ross Trempe, directeur général de la maison d’édition Cardinal, spécialisée en beaux livres.

Le but d’un beau livre n’est pas celui d’un roman ou d’un essai, fait valoir M. Trempe.

«Les gens s’en servent d’une autre manière… On voyage à travers les photos. On feuillette le livre, on le consulte, on y revient de temps en temps. Le but n’est pas d’absolument se rendre à la fin.»

Si le livre ne fait qu’«inspirer les gens», l’éditeur de Cardinal se dit mission accomplie. «Il y a plusieurs portes d’entrée au beau livre. C’est pourquoi on parle de livres de table à café que peuvent consulter nos invités.»

«Je pense vraiment que les titres qui se vendent bien sont des livres consultés et utilisés», dit pour sa part Émilie L. Laguerre, directrice du marketing et des communications chez Renaud-Bray/Archambault.

Une certitude? C’est avant Noël qu’il se vend le plus de beaux livres. «Et le livre de cuisine reste un grand succès», indique Mme Laguerre.

Surtout cet automne, avec la sortie de livres d’une abondance de «grands noms» comme Ricardo, Josée di Stasio, Marilou et la bande de Joe Beef.

Après la tendance des plats de type «bistro», nous sommes actuellement dans le «gourmand santé» et le «végétarien», souligne Émilie L. Laguerre.

«En jeunesse, il y a des albums que je considère comme de beaux livres qui se vendent extrêmement bien, ajoute-t-elle. Nos héroïnes, le livre d’Anaïs Barbeau-Lavalette et de Mathilde Cinq-Mars, est magnifique. Il s’offre à tous, au fait.»

De son côté, Marika Brouillette-Drapeau souligne le succès à la Librairie de Verdun d’Astérix chez les Québécois – Un Gaulois en Amérique de Tristan Demers, ainsi que le livre de National Geographic sur le Québec du photographe Mathieu Dupuis.

Un cadeau «positif»

L’automne – la période avant Noël – représente peut-être 70 % des ventes annuelles de Cardinal. «C’est majeur pour nous», confirme Antoine Ross Trempe.

«Il y a de la noblesse dans le geste d’offrir un beau livre, fait-il valoir. C’est significatif. Il dure. Il accompagne quelqu’un longtemps. Il peut être relu, redonné… Quand on le donne à un enfant, c’est pour lui donner le goût de la lecture.»

À l’ère de la surconsommation et de la tendance à la décroissance, le beau livre demeure un «cadeau positif».

De l’ordre du long terme

Herby Moreau a une collection de près de 300 beaux livres.

Les lit-il?

Oui, il les feuillette et les consulte, mais pas avec la même pression que celle ressentie à la lecture d’un roman.

«Il y a une période où je les regardais plus que je les lisais, mais de plus en plus, avec l’obsession des écrans, je les consulte pour me couper du monde, dit-il. Pour moi, c’est comme aller au spa. Relaxer, faire le vide, faire des liens, retrouver une époque.»

La notion de temps est différente avec un beau livre. C’est de l’ordre du long terme, considère aussi Herby Moreau. Retrouver un ouvrage acheté il y a plusieurs années en voyage, par exemple, «c’est comme magasiner dans sa propre maison».

Herby Moreau a grandi avec deux soeurs qui partageaient la même chambre. Son lit à lui était dans le bureau de son père qui était professeur à l’université. «Je dormais dans les livres», se souvient-il.

C’est pourquoi les bouquins sont pour lui synonymes de «réconfort» et de «maison».

Le premier beau livre qu’il se souvient d’avoir feuilleté – et auquel il a été attaché – est Haïti chérie. «Il était sur la table du salon quand mon père était expert aux Nations unies et que nous vivions au Congo.»

«Ce livre-là a toujours été dans nos salons. C’est celui que les invités prenaient..»

Du réconfort

En 2001, Herby Moreau s’est retrouvé à la foire Art Basel de Miami, à l’invitation de la maison d’édition Taschen, pour la sortie du livre en hommage à Muhammad Ali dans le cadre de la célèbre série GOAT (Greatest of All Time). Puff Daddy et Will Smith étaient notamment présents. «C’est comme cela que j’ai connu Taschen», dit-il.

Dans les années 2000, Tashen a sans contredit démocratisé les beaux livres.

Quand il était à Flash, un reportage a aussi mené Herby Moreau dans le studio du photographe montréalais André Cornellier. Pour lui, ce fut une révélation. «Il a une magnifique bibliothèque dans son studio avec des livres de photos de design. J’ai eu envie de recréer cet environnement-là.»

«Il y a un réconfort dans l’objet», souligne Herby Moreau.

Or, « l’objet » est de plus en plus rare à l’ère des réseaux sociaux et du numérique.

Le spécialiste des tapis rouges a toujours eu un côté «collectionneur», «archiviste» et «nostalgique». Les timbres, les pièces de monnaie et les magazines. «J’aime recueillir les choses et les admirer.»

N’en déplaise à la tendance du minimalisme, sa «collection est en quelque sorte en train d’envahir» sa maison.

Herby Moreau est très attaché à son recueil de portraits du quotidien français Libération, à l’ouvrage The Photographs of Ron Galella, à Rock and Roll Stories de Lynn Goldsmith, et à Studio 54 d’Ian Schrager.

Il a lui-même sorti le beau livre Glamour et faux pas en collaboration avec notre collègue Stéphanie Vallet. Et il achèterait demain matin un livre de photos de spectacles qui ont marqué le Spectrum.

«Pour moi, un beau livre, c’est émotif», lance-t-il.

LE DÉFI D’ÉDITER UN BEAU LIVRE

Cardinal se spécialise dans les beaux livres. Cet automne, la maison d’édition qui appartient au Groupe Québec Amérique a publié pas moins de neuf ouvrages, dont Montréal l’hiver, L’aventurier des glaces et Curieux Bégin.

Éditer un beau livre, en quoi est-ce différent d’éditer un roman ou un essai? 

«C’est plus cher, lance à la semi-blague Antoine Ross Trempe, directeur général des Éditions Cardinal. Il y a un coût à la couverture rigide, au papier de qualité, au contenu visuel intéressant, au grand format. Au Québec, on fait beaucoup avec peu. C’est un pari risqué, mais chez Cardinal, on croit qu’il y a un lectorat pour ce type de livres.»

Résultat: pour des raisons de production et de rentabilité, le tirage d’un beau livre doit être de plusieurs milliers d’exemplaires, et non de 500 exemplaires comme c’est faisable pour un essai (qui peut par ailleurs aller rapidement en réimpression).

Et malgré le pari de la qualité, le prix doit rester «raisonnable» dans un petit marché comme celui du Québec.

Des succès inespérés

La définition de «beau livre» est un peu floue et «elle a évolué au fil du temps», souligne Antoine Ross Trempe. Selon lui, ce ne sont pas tous les livres de recettes qui sont un «beau livre».

Cardinal a cédé les droits de quatre ouvrages à l’étranger, soit La cuisine de Jean-Philippe – Ses 100 meilleures recettes véganes, Mille milliards d’amies – Comprendre et nourrir son microbiome, ainsi que les deux premiers tomes de 3 fois par jour. Au Québec, ces derniers se sont vendus à plus de 300 000 exemplaires.

Un succès inespéré

Quand Antoine Ross Trempe a sondé Marilou il y a plus de cinq ans, elle n’était pas si connue du grand public. «C’est le genre de succès qui permet de mettre du bois dans le poêle et qui nous permet d’aller de l’avant avec des projets plus risqués.»

Antoine Ross Trempe admire les grandes maisons d’édition de beaux livres comme Taschen et Phaidon. Pour sa part, il affectionne les atlas (notamment ceux d’Oxford) et les ouvrages avec des cartes.

Un cas exceptionnel

En mars dernier, Boréal a publié Autoportrait de Paris avec chat de Dany Laferrière. Ce n’est ni un roman graphique ni une bande dessinée. Une chose est certaine, le livre est beau.

Pourquoi avoir sorti ce projet inusité en mars et non avant Noël? «Car pour nous, c’est avant tout un livre de Dany Laferrière, répond Jean Bernier, directeur de l’édition chez Boréal. C’est la continuité de son oeuvre dans une forme différente.»

La petite histoire est maintenant connue. «Dany est débarqué sans rendez-vous chez Boréal avec un cartable à anneaux sous le bras.»

Son livre de dessins racontés et annotés était achevé. «Nous avons trouvé le projet extraordinaire et la spontanéité du geste très beau», dit Jean Bernier.

Boréal s’est posé la question: «En fait-on une sortie de beau livre?»

La réponse: non.

Pas de couverture rigide ou de papier haut de gamme. Résultat: un prix raisonnable pour ses 320 pages. «Nous ne voulions pas une approche fondée sur l’image. Et Dany n’aime pas les contraintes.»

Si Boréal ne l’a pas considéré comme un beau livre, Jean Bernier convient que c’est un livre qu’on explore plus qu’on ne le lit de façon linéaire. «Il y a un effort physique à le lire», ajoute-t-il.

«Ce livre représente la pureté du geste créateur.»



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

Trois nouveaux dragons à Dans l’oeil du dragon

Published

on

By



Marie-Josée Richer, cofondatrice de la marque d’aliments biologiques Prana, Isabèle Chevalier, chef de la direction de l’entreprise de probiotiques Bio-K+ International, et Nicolas Duvernois, président fondateur de Pur Vodka, se joindront à Dominique Brown, président de Chocolats Favoris, qui entame sa deuxième saison comme dragon.

Les nouveaux venus de la huitième saison remplacent ainsi Christiane Germain, Caroline Néron et Martin-Luc Archambault.

Comme l’an dernier, la saison 2019 accueillera un dragon invité pour chacun des dix épisodes.

Dans l’oeil du dragon sera de retour à Radio-Canada en avril.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Affaires10 minutes ago

Les manteaux Canada Goose dans le viseur de boycotteurs chinois

Anglais12 minutes ago

City to rebuild Maple Leaf Pool – Regina

Actualités43 minutes ago

Pacte sur les migrations: pas de changement dans la loi canadienne en vue | MYLÈNE CRÊTE

Styles De Vie47 minutes ago

Les meilleurs canelés de Paris

Santé Et Nutrition49 minutes ago

A Good Rugelach Recipe Is Hard To Find, So We Made One

Arts Et Spectacles54 minutes ago

CBC Music ramène la chanson Baby, It’s Cold Outside

Opinions56 minutes ago

Un congédiement honteux | Le Devoir

Anglais1 heure ago

Meng Wanzhou is out on bail — but could be in legal limbo for years

Actualités2 heures ago

Le SPVM ignore toujours l’ampleur du profilage racial | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Arts Et Spectacles2 heures ago

Beaux livres: ils sont beaux, mais sont-ils lus? | ÉMILIE CÔTÉ

Opinions2 heures ago

May joue la montre | Le Devoir

Affaires2 heures ago

Hausse des prix des maisons plus modeste en 2019

Anglais2 heures ago

My friend Michael Kovrig was arrested in China. Please, pay attention

Actualités3 heures ago

La hausse du prix des carburants coûte cher à la Ville | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Opinions3 heures ago

Droits de la personne: une Déclaration à réécrire

Anglais3 heures ago

Students at Edmonton school get into Christmas spirit by making lunches for city’s homeless – Edmonton

Actualités4 heures ago

Les Québécoises gagnent toujours moins que les hommes

Opinions4 heures ago

Il n’y a rien à craindre dans ce Pacte sur les migrations

Affaires4 heures ago

Investissements de 1,8 milliard pour Enbridge

Anglais4 heures ago

Barn fire kills 1,300 pigs in eastern Ontario

Santé Et Nutrition2 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais1 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Santé Et Nutrition3 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Mode2 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Anglais2 semaines ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Anglais2 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Anglais1 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Affaires3 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Actualités2 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Technologie2 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais2 mois ago

Police presence in Jewish communities across Canada to be increased following Pittsburgh shooting – National

Anglais2 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Actualités2 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Mode3 mois ago

Have A Nice Day | Hello it’s Valentine

Technologie2 mois ago

La maison connectée, un paradis pour les pirates

Affaires3 mois ago

Taxes sur les importations: Pékin riposte à Washington

Mode1 mois ago

W.I.M.A.M.P, la capsule responsable de Bobo Choses 2018

Anglais3 semaines ago

‘At whose expense?’: B.C. entrepreneur says small business owners caught in postal strike crossfire

Trending