Connect with us

Arts Et Spectacles

Noël culturel: des spectacles sous le sapin | Marissa Groguhé

Published

on


Source ID:a60b1ffe-fb65-44bd-95b1-77ed4bcd5893; App Source:alfamedia

Préfère novembre, le quatrième spectacle solo de Louis-José... (Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse)

Agrandir

Préfère novembre, le quatrième spectacle solo de Louis-José Houde, a été salué par la critique.

Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel

Sortie en amoureux, entre amis, en famille et pourquoi pas en solo : l’univers de la scène en a beaucoup à offrir pour les amateurs de musique, de théâtre ou d’humour. Pourquoi ne pas glisser des billets de spectacle sous le sapin cette année ?

HUMOUR

Que ce soit en rodage ou en tournée, plusieurs humoristes québécois gratifieront les scènes de leur présence en début d’année prochaine. Un bouquet varié d’artistes, pour tous les genres d’humour. À vous de choisir !

Préfère novembre, de Louis-José Houde

Le quatrième spectacle solo de Louis-José Houde tourne depuis un an déjà, et la critique a été dithyrambique à son égard. L’humoriste d’expérience propose un stand-up livré avec fluidité et adresse. Après le Théâtre Maisonneuve, le spectacle se déplace à l’Olympia en 2019 jusqu’au mois d’avril. Un cadeau qui ne décevra pas.

http://www.louisjosehoude.com/tournee.asp

Katherine Levac s'est lancée dans son premier spectacle... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Katherine Levac s’est lancée dans son premier spectacle solo en début d’année.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Velours, de Katherine Levac

Kat Levac s’est lancée dans son premier spectacle solo en début d’année. Sa vivacité et sa vérité sans filtre en ont charmé plus d’un, alors que Velours aborde principalement la façon dont la Franco-Ontarienne de 29 ans voit la vie et les choses qui l’entourent (le Québec ou les Y, par exemple). Si on l’apprécie à la télévision, dans Like-moi ! notamment, pourquoi ne pas se laisser tenter par un coup d’oeil à sa performance sur scène ?

https://katherinelevac.com

Mehdi Bousaidan présentera donc Demain presque tous les jours du... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse) - image 4.0

Agrandir

Mehdi Bousaidan présentera donc Demain presque tous les jours du mois d’avril.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Demain, de Medhi Bousaidan

L’humoriste-acteur lance son premier spectacle solo avec style : une résidence à la Cinquième Salle de la Place des Arts, rien de moins ! Bousaidan présentera donc Demain presque tous les jours du mois d’avril.

https://placedesarts.com/fr/evenement/mehdi-bousaidan-demain#tarifs

Avec Ça, André Sauvé explore sa vision de la... (Photo Olivier Jean, archives La Presse) - image 5.0

Agrandir

Avec Ça, André Sauvé explore sa vision de la vie et de ceux qui peuplent ce monde.

Photo Olivier Jean, archives La Presse

Ça, d’André Sauvé

Avec Ça, André Sauvé explore sa vision de la vie et de ceux qui peuplent ce monde. Vous vous êtes déjà demandé quelle est votre place dans l’univers ? Lui aussi, et il tente d’y répondre dans un monologue existentiel, livré tout en humour.

http://andresauve.com

Issu de la génération Y, Jay Du Temple... (Photo fournie par Patrick St-Martin) - image 6.0

Agrandir

Issu de la génération Y, Jay Du Temple ne se prive pas pour faire du sujet le centre de son monologue.

Photo fournie par Patrick St-Martin

Bien faire, de Jay Du Temple

On l’associe récemment beaucoup à Occupation double, mais on le connaît avant tout pour son humour plein d’autodérision et de charisme, qu’il utilise sur scène pour son premier spectacle solo. Issu de la génération Y, Jay Du Temple ne se prive pas pour faire du sujet le centre de son monologue. Pour les jeunes, mais pas seulement !

https://www.jaydutemple.com

Le premier spectacle solo de Virginie Fortin aborde... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 7.0

Agrandir

Le premier spectacle solo de Virginie Fortin aborde l’immensité de l’univers et notre ridicule insignifiance.

Photo Bernard Brault, La Presse

Du bruit dans le cosmos, de Virginie Fortin

Virginie Fortin fera de nombreux arrêts sur les scènes du Québec en début d’année prochaine, avec son spectacle Du bruit dans le cosmos. Son premier spectacle solo aborde l’immensité de l’univers et notre ridicule insignifiance. L’humoriste se demande comment elle expliquerait notre monde à des êtres venus d’ailleurs et discute d’une panoplie de sujets qui nous définissent en tant qu’humain.

http://www.virginiefortin.com/#spectacles

Cela fait maintenant des années qu'Alexandre Barrette nous... (Photo Catherine Lefebvre, collaboration spéciale) - image 8.0

Agrandir

Cela fait maintenant des années qu’Alexandre Barrette nous fait rire, que ce soit en spectacle ou en tant qu’animateur.

Photo Catherine Lefebvre, collaboration spéciale

Semi-croquant, d’Alexandre Barrette

Il est de retour, juste à temps pour un cadeau orignal à un de vos proches férus d’humour. Cela fait maintenant des années qu’Alexandre Barrette nous fait rire, que ce soit en spectacle ou en tant qu’animateur. Cela faisait toutefois deux ans qu’on ne l’avait pas vu présenter un spectacle solo inédit. Son dernier, Imparfait, avait atteint le cap des 100 000 billets vendus. À partir du mois de février, Alexandre Barrette montera sur scène pour y présenter son nouveau spectacle, Semi-croquant.

https://www.alexandrebarrette.com

MUSIQUEFidèle à lui-même, Montréal a une sélection de qualité à son calendrier musical pour 2019. Nos artistes d’ici et nos coups de coeur d’ailleurs seront de passage dans la métropole (ainsi que dans plusieurs villes québécoises) dans les prochains mois.

Après un passage remarqué aux FrancoFolies, puis au... (Photo Robert Skinner, archives La Presse) - image 10.0

Agrandir

Après un passage remarqué aux FrancoFolies, puis au Mile Ex End en septembre, le Français Eddy de Pretto sera de retour à Montréal en avril prochain.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

EDDY DE PRETTO LE 6 AVRIL AU MTELUS

Après un passage remarqué aux FrancoFolies, puis au Mile Ex End en septembre, le Français Eddy de Pretto sera de retour à Montréal en avril prochain. Avec son rap parfois chanté, dans un genre qu’on ne saurait parfaitement définir, le rouquin aborde les réalités de sa vie à travers des textes parfois durs et toujours percutants.

Du Philippe Brach symphonique ? Plutôt tentant !... (Photo Marco Campanozzi, archives La Presse) - image 11.0

Agrandir

Du Philippe Brach symphonique ? Plutôt tentant !

Photo Marco Campanozzi, archives La Presse

BOUM DANG SANGSUES DE PHILIPPE BRACH LE 14 MARS À LA MAISON SYMPHONIQUE

Boum Dang Sangsues, ce sera, dans les mots de Philippe Brach, « l’album Le silence des troupeaux en version intégrale symphonique et bien sûr quelques surprises funky funk que vous vivrez le soir du show, tout ça dans l’acoustique de la mythique Maison symphonique de Montréal ». Quelque 80 musiciens, le chef d’orchestre Nicolas Ellis à la direction et, bien sûr, le chanteur lui-même au micro. Du Philippe Brach symphonique ? Plutôt tentant !

Safia Nolin amène son album Dans le noir sur la... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 12.0

Agrandir

Safia Nolin amène son album Dans le noir sur la route.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

SAFIA NOLIN LES 21 ET 22 DÉCEMBRE AU MTELUS

Safia Nolin amène son album Dans le noir sur la route, et ceux qui aiment son folk délicat ne devront pas manquer la chanteuse live, car c’est là que son art est transcendant. Vu les textes de ce nouvel album, il ne faut pas s’attendre à un spectacle haut en couleur. Mais si c’est « dans le noir » qu’elle a puisé ses paroles et mélodies, Nolin rayonne sur scène. C’est à voir.

Le groupe britannique Mumford & Sons vient de prendre la... (Photo Amy Harris, archives Associated Press) - image 13.0

Agrandir

Le groupe britannique Mumford & Sons vient de prendre la route avec la tournée mondiale Delta, qui s’arrêtera heureusement à Montréal.

Photo Amy Harris, archives Associated Press

MUMFORD & SONS LE 4 MARS AU CENTRE BELL

Des amateurs de rock/folk/traditionnel dans la salle ? Le groupe britannique Mumford & Sons vient de prendre la route avec la tournée mondiale Delta, qui s’arrêtera heureusement à Montréal. « Heureusement », parce que les Mumford & Sons sont quelque chose sur scène. Si la musique de Marcus Mumford et sa bande fait rêver, leur énergie durant un concert ne déçoit pas.

James Bay semble avoir pris de l'aisance dans... (Photo Matt Sayles, archives Associated Press) - image 14.0

Agrandir

James Bay semble avoir pris de l’aisance dans son rôle de star.

Photo Matt Sayles, archives Associated Press

JAMES BAY, LE 16 MARS À LA SALLE WILFRID-PELLETIER

Avec Electric Lights, James Bay est parti dans une autre direction que le doux pop-rock de Chaos and the Calm. En concert, on ne devra pas s’attendre à un James Bay et sa guitare en toute simplicité, alors que des sons bien plus pop se sont invités sur son nouvel album. Les belles mélodies qu’il sait si bien composer sont restées, et le Britannique semble avoir pris de l’aisance dans son rôle de star, ce qui devrait donner un certain punch à son spectacle.

Rivers Cuomo de Weezer... (Photo Robert E. Klein, archives Associated Press) - image 15.0

Agrandir

Rivers Cuomo de Weezer

Photo Robert E. Klein, archives Associated Press

WEEZER & PIXIES LE 13 MARS AU CENTRE BELL

Un cadeau parfait pour les plus vieux, qui auront connu Weezer et les Pixies à leur apogée. Mais qui conviendrait aussi très bien aux plus jeunes, qui ont plus récemment découvert ces deux groupes de légende indémodables. Ce n’est pas la première fois qu’ils se lancent en tournée ensemble, et la fusion Weezer/Pixies, qui sur papier semble déjà une bien bonne idée, a généralement plu à la critique.

La comédie musicale Don Juan se métamorphose en... (Photo Robert Skinner, archives La Presse) - image 16.0

Agrandir

La comédie musicale Don Juan se métamorphose en concert symphonique en février prochain, avec les musiciens de l’OSM.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

DON JUAN SYMPHONIQUE DU 12 AU 16 FÉVRIER À LA MAISON SYMPHONIQUE

Si Don Juan a plu à un de vos proches, notez que les amoureux de Séville interprétés par Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau seront de retour sous peu. La comédie musicale se métamorphose en concert symphonique en février prochain, avec les musiciens de l’OSM. Et oui, il y aura une représentation le 14 février, pour ceux qui souhaiteraient faire de ce cadeau de Noël une sortie de la Saint-Valentin.

THÉÂTRE

Que ce soit pour ouvrir ses horizons culturels ou parce qu’on est un passionné, pourquoi ne pas donner du théâtre en cadeau à Noël ?

La présentation du spectacle musical Les choristes de Serge Denoncourt... (Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse) - image 18.0

Agrandir

La présentation du spectacle musical Les choristes de Serge Denoncourt prendra fin au début du mois de janvier prochain.

Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse

Les choristes, jusqu’au 6 janvier au Monument-National

Pour les petits et les grands, un spectacle qui amène sur scène ce récit qui a ravi beaucoup de coeurs, relogé en Beauce à l’ère de Duplessis pour cette version québécoise. La présentation du spectacle musical Les choristes de Serge Denoncourt prendra fin au début du mois de janvier prochain. Un cadeau de Noël semble l’occasion parfaite pour profiter de cette dernière chance.

L'homme éléphant sera sur les planches du Québec... (Photo fournie par le Théâtre du Rideau Vert) - image 19.0

Agrandir

L’homme éléphant sera sur les planches du Québec jusqu’en mars, après plusieurs mois au Rideau vert de Montréal.

Photo fournie par le Théâtre du Rideau Vert

L’homme éléphant, du 12 janvier au 16 mars, partout au Québec

Cette classique histoire de l’homme au visage difforme sera sur les planches du Québec jusqu’en mars, après plusieurs mois au Rideau vert de Montréal. Le «monstre», son sauveur, son amie improbable seront tous mis en scène par Jean Leclerc. Amateurs de classique, l’oeuvre, écrite en 1979 et maintes fois reprise, en est une à voir.

La pièce acclamée La meute revient l'automne prochain.... (Photo fournie par le Théâtre La Licorne) - image 20.0

Agrandir

La pièce acclamée La meute revient l’automne prochain.

Photo fournie par le Théâtre La Licorne

La meute, du 29 octobre au 23 novembre 2019 à La Licorne

C’est l’histoire de Sophie, 40 ans, qui perd son emploi et décide de fuir la réalité en s’exilant à des kilomètres de chez elle. Au gîte où elle atterrit, elle est accueillie par Martin. Une complicité trouble se crée. De plus en plus, la présence de Sophie dans la maison de campagne ne semble plus tellement fortuite. Avec Catherine-Anne Toupin, la pièce acclamée revient l’automne prochain.

Électre, du 22 janvier au 17 février à Espace Go

La mère et son amant ont tué le père. La fille nourrit une haine intarissable envers ceux qui ont commis le meurtre. Électre parle de colère et de vengeance, annonce un tragique dénouement. La pièce de Sophocle est mise en scène par Serge Denoncourt. Magalie Lépine-Blondeau incarne le rôle-titre dans une réécriture du texte original signée par Evelyne de la Chenelière.

Parce que la nuit, du 5 au 31 mars 2019 à Espace Go

Une pièce que pourraient aimer les admirateurs de la grande Patti Smith, qui, après un documentaire en son honneur en 2008, a droit à cette pièce produite au Québec mettant en vedette la comédienne Céline Bonnier. Liant théâtre et musique, Parce que la nuit est une biographie de la chanteuse qui a brillé (et brille toujours) par son furieux besoin de liberté, sa fougue et son talent brut.

Le Centre Pierre-Péladeau de l'UQAM recevra en janvier Les... (Photo Bernard Brault, archives La Presse) - image 22.0

Agrandir

Le Centre Pierre-Péladeau de l’UQAM recevra en janvier Les fées ont soif, une pièce maintenant quarantenaire, pourtant toujours pertinente et percutante.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Les fées ont soif, du 8 au 13 janvier au Centre Pierre-Péladeau

Le Centre Pierre-Péladeau de l’UQAM recevra en janvier Les fées ont soif, une pièce maintenant quarantenaire, pourtant toujours pertinente et percutante. La création de Denise Boucher a repris vie 40 ans après sa première représentation, mettant de nouveau en scène la mère, la prostituée et la Vierge Marie, qui racontent leurs terribles destins.

Le terrier, du 19 février au 23 mars au Théâtre Duceppe

Le terrier parle du deuil à la suite de la perte d’un enfant et la façon dont chacun des parents le traverse, faisant leur route vers la résilience. Oui, le sujet n’est pas des plus festifs et ne crie pas nécessairement «Noël», mais la version québécoise de cette pièce a été unanimement encensée depuis sa création en 2016, à partir de la pièce Rabbit Hole, gagnante d’un prix Pulitzer en 2007. Un cadeau qui en vaut la peine.



Source link

قالب وردپرس

Arts Et Spectacles

Juliette Binoche présidera le jury de la Berlinale

Published

on

By



«Je suis très heureux que Juliette soit la présidente du jury en 2019. Le festival est très spécial pour elle et je suis heureux qu’elle y revienne dans cette position exceptionnelle», a déclaré le directeur de la Berlinale, Dieter Kosslick, dans un communiqué.

Le festival se tiendra du 7 au 17 février.

À 54 ans, la Française, première actrice européenne à avoir remporté un prix d’interprétation dans les trois plus grands festivals de cinéma – Cannes, Venise et Berlin – succède au réalisateur allemand Tom Tykwer (Cours, Lola, cours, Le parfum, Cloud Atlas).

Juliette Binoche a joué dans plus de 70 films parmi lesquels Trois couleurs: Bleu (1993) pour lequel elle reçut la Coupe Volpi de la Mostra de Venise, Le patient anglais (1996) pour lequel elle a été couronnée avec l’Oscar de la meilleure actrice pour un second rôle ou encore Copie conforme (2010) qui lui valut le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes.

«C’est un grand honneur pour moi», a estimé l’actrice dans un communiqué, qui attend désormais «avec impatience ce rendez-vous spécial avec l’ensemble du jury».

L’Ours d’or de cette 69e Berlinale sera décerné le 16 février.  

En 2018, c’est le film Touch Me Not de la réalisatrice roumaine Adina Pintilie qui avait reçu cette prestigieuse récompense, une exploration à mi-chemin entre fiction et documentaire sur l’intimité et la sexualité.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

CBC Music ramène la chanson Baby, It’s Cold Outside

Published

on

By



Face au tollé de plaintes et de réactions négatives du public, CBC Music a décidé, mardi, de réinsérer la chanson Baby, It’s Cold Outside dans sa programmation musicale.

La semaine dernière, à l’instar d’autres stations canadiennes, le diffuseur public avait retiré de sa liste d’écoute continue ce classique de Noël, datant de 1944. La raison ? Des paroles jugées « inappropriées et propices à la culture du viol ».

Le directeur des affaires publiques, Chuck Thompson, a reconnu mardi que le retrait de la chanson a déplu à une « grande majorité d’auditeurs », ajoutant que son contenu peut être interprété différemment d’une personne à l’autre. 

« On comprend que certains auditeurs voudront changer de poste étant donné que cette décision ne fera pas l’affaire de tout le monde », conclut M. Thompson, dans un éclair de lucidité… ou un esprit de pause des Fêtes.

– Luc Boulanger



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Arts Et Spectacles

Beaux livres: ils sont beaux, mais sont-ils lus? | ÉMILIE CÔTÉ

Published

on

By



DES LIVRES QU’ON REDÉCOUVRE, CHAQUE JOUR

En français, on parle de «beaux livres», ou encore de livres d’art. En anglais, ce sont des coffee table books. Ceux qu’on exhibe – ou qu’on fait semblant de laisser traîner – sur la table du salon.

Cadeaux par excellence, ils se démarquent par leur design et leur grand format.

Lesdits «beaux livres» sont beaux, certes, mais sont-ils lus? Un grand mystère.

«C’est une bonne question. C’est souvent un cadeau, donc on ne le sait pas», lance Marika Brouillette-Drapeau, libraire à la Librairie de Verdun depuis six ans.

«On se pose aussi la question. Même pour les livres de recettes… Il y a des gens qui ne font aucune recette tirée des livres qu’ils achètent», dit Antoine Ross Trempe, directeur général de la maison d’édition Cardinal, spécialisée en beaux livres.

Le but d’un beau livre n’est pas celui d’un roman ou d’un essai, fait valoir M. Trempe.

«Les gens s’en servent d’une autre manière… On voyage à travers les photos. On feuillette le livre, on le consulte, on y revient de temps en temps. Le but n’est pas d’absolument se rendre à la fin.»

Si le livre ne fait qu’«inspirer les gens», l’éditeur de Cardinal se dit mission accomplie. «Il y a plusieurs portes d’entrée au beau livre. C’est pourquoi on parle de livres de table à café que peuvent consulter nos invités.»

«Je pense vraiment que les titres qui se vendent bien sont des livres consultés et utilisés», dit pour sa part Émilie L. Laguerre, directrice du marketing et des communications chez Renaud-Bray/Archambault.

Une certitude? C’est avant Noël qu’il se vend le plus de beaux livres. «Et le livre de cuisine reste un grand succès», indique Mme Laguerre.

Surtout cet automne, avec la sortie de livres d’une abondance de «grands noms» comme Ricardo, Josée di Stasio, Marilou et la bande de Joe Beef.

Après la tendance des plats de type «bistro», nous sommes actuellement dans le «gourmand santé» et le «végétarien», souligne Émilie L. Laguerre.

«En jeunesse, il y a des albums que je considère comme de beaux livres qui se vendent extrêmement bien, ajoute-t-elle. Nos héroïnes, le livre d’Anaïs Barbeau-Lavalette et de Mathilde Cinq-Mars, est magnifique. Il s’offre à tous, au fait.»

De son côté, Marika Brouillette-Drapeau souligne le succès à la Librairie de Verdun d’Astérix chez les Québécois – Un Gaulois en Amérique de Tristan Demers, ainsi que le livre de National Geographic sur le Québec du photographe Mathieu Dupuis.

Un cadeau «positif»

L’automne – la période avant Noël – représente peut-être 70 % des ventes annuelles de Cardinal. «C’est majeur pour nous», confirme Antoine Ross Trempe.

«Il y a de la noblesse dans le geste d’offrir un beau livre, fait-il valoir. C’est significatif. Il dure. Il accompagne quelqu’un longtemps. Il peut être relu, redonné… Quand on le donne à un enfant, c’est pour lui donner le goût de la lecture.»

À l’ère de la surconsommation et de la tendance à la décroissance, le beau livre demeure un «cadeau positif».

De l’ordre du long terme

Herby Moreau a une collection de près de 300 beaux livres.

Les lit-il?

Oui, il les feuillette et les consulte, mais pas avec la même pression que celle ressentie à la lecture d’un roman.

«Il y a une période où je les regardais plus que je les lisais, mais de plus en plus, avec l’obsession des écrans, je les consulte pour me couper du monde, dit-il. Pour moi, c’est comme aller au spa. Relaxer, faire le vide, faire des liens, retrouver une époque.»

La notion de temps est différente avec un beau livre. C’est de l’ordre du long terme, considère aussi Herby Moreau. Retrouver un ouvrage acheté il y a plusieurs années en voyage, par exemple, «c’est comme magasiner dans sa propre maison».

Herby Moreau a grandi avec deux soeurs qui partageaient la même chambre. Son lit à lui était dans le bureau de son père qui était professeur à l’université. «Je dormais dans les livres», se souvient-il.

C’est pourquoi les bouquins sont pour lui synonymes de «réconfort» et de «maison».

Le premier beau livre qu’il se souvient d’avoir feuilleté – et auquel il a été attaché – est Haïti chérie. «Il était sur la table du salon quand mon père était expert aux Nations unies et que nous vivions au Congo.»

«Ce livre-là a toujours été dans nos salons. C’est celui que les invités prenaient..»

Du réconfort

En 2001, Herby Moreau s’est retrouvé à la foire Art Basel de Miami, à l’invitation de la maison d’édition Taschen, pour la sortie du livre en hommage à Muhammad Ali dans le cadre de la célèbre série GOAT (Greatest of All Time). Puff Daddy et Will Smith étaient notamment présents. «C’est comme cela que j’ai connu Taschen», dit-il.

Dans les années 2000, Tashen a sans contredit démocratisé les beaux livres.

Quand il était à Flash, un reportage a aussi mené Herby Moreau dans le studio du photographe montréalais André Cornellier. Pour lui, ce fut une révélation. «Il a une magnifique bibliothèque dans son studio avec des livres de photos de design. J’ai eu envie de recréer cet environnement-là.»

«Il y a un réconfort dans l’objet», souligne Herby Moreau.

Or, « l’objet » est de plus en plus rare à l’ère des réseaux sociaux et du numérique.

Le spécialiste des tapis rouges a toujours eu un côté «collectionneur», «archiviste» et «nostalgique». Les timbres, les pièces de monnaie et les magazines. «J’aime recueillir les choses et les admirer.»

N’en déplaise à la tendance du minimalisme, sa «collection est en quelque sorte en train d’envahir» sa maison.

Herby Moreau est très attaché à son recueil de portraits du quotidien français Libération, à l’ouvrage The Photographs of Ron Galella, à Rock and Roll Stories de Lynn Goldsmith, et à Studio 54 d’Ian Schrager.

Il a lui-même sorti le beau livre Glamour et faux pas en collaboration avec notre collègue Stéphanie Vallet. Et il achèterait demain matin un livre de photos de spectacles qui ont marqué le Spectrum.

«Pour moi, un beau livre, c’est émotif», lance-t-il.

LE DÉFI D’ÉDITER UN BEAU LIVRE

Cardinal se spécialise dans les beaux livres. Cet automne, la maison d’édition qui appartient au Groupe Québec Amérique a publié pas moins de neuf ouvrages, dont Montréal l’hiver, L’aventurier des glaces et Curieux Bégin.

Éditer un beau livre, en quoi est-ce différent d’éditer un roman ou un essai? 

«C’est plus cher, lance à la semi-blague Antoine Ross Trempe, directeur général des Éditions Cardinal. Il y a un coût à la couverture rigide, au papier de qualité, au contenu visuel intéressant, au grand format. Au Québec, on fait beaucoup avec peu. C’est un pari risqué, mais chez Cardinal, on croit qu’il y a un lectorat pour ce type de livres.»

Résultat: pour des raisons de production et de rentabilité, le tirage d’un beau livre doit être de plusieurs milliers d’exemplaires, et non de 500 exemplaires comme c’est faisable pour un essai (qui peut par ailleurs aller rapidement en réimpression).

Et malgré le pari de la qualité, le prix doit rester «raisonnable» dans un petit marché comme celui du Québec.

Des succès inespérés

La définition de «beau livre» est un peu floue et «elle a évolué au fil du temps», souligne Antoine Ross Trempe. Selon lui, ce ne sont pas tous les livres de recettes qui sont un «beau livre».

Cardinal a cédé les droits de quatre ouvrages à l’étranger, soit La cuisine de Jean-Philippe – Ses 100 meilleures recettes véganes, Mille milliards d’amies – Comprendre et nourrir son microbiome, ainsi que les deux premiers tomes de 3 fois par jour. Au Québec, ces derniers se sont vendus à plus de 300 000 exemplaires.

Un succès inespéré

Quand Antoine Ross Trempe a sondé Marilou il y a plus de cinq ans, elle n’était pas si connue du grand public. «C’est le genre de succès qui permet de mettre du bois dans le poêle et qui nous permet d’aller de l’avant avec des projets plus risqués.»

Antoine Ross Trempe admire les grandes maisons d’édition de beaux livres comme Taschen et Phaidon. Pour sa part, il affectionne les atlas (notamment ceux d’Oxford) et les ouvrages avec des cartes.

Un cas exceptionnel

En mars dernier, Boréal a publié Autoportrait de Paris avec chat de Dany Laferrière. Ce n’est ni un roman graphique ni une bande dessinée. Une chose est certaine, le livre est beau.

Pourquoi avoir sorti ce projet inusité en mars et non avant Noël? «Car pour nous, c’est avant tout un livre de Dany Laferrière, répond Jean Bernier, directeur de l’édition chez Boréal. C’est la continuité de son oeuvre dans une forme différente.»

La petite histoire est maintenant connue. «Dany est débarqué sans rendez-vous chez Boréal avec un cartable à anneaux sous le bras.»

Son livre de dessins racontés et annotés était achevé. «Nous avons trouvé le projet extraordinaire et la spontanéité du geste très beau», dit Jean Bernier.

Boréal s’est posé la question: «En fait-on une sortie de beau livre?»

La réponse: non.

Pas de couverture rigide ou de papier haut de gamme. Résultat: un prix raisonnable pour ses 320 pages. «Nous ne voulions pas une approche fondée sur l’image. Et Dany n’aime pas les contraintes.»

Si Boréal ne l’a pas considéré comme un beau livre, Jean Bernier convient que c’est un livre qu’on explore plus qu’on ne le lit de façon linéaire. «Il y a un effort physique à le lire», ajoute-t-il.

«Ce livre représente la pureté du geste créateur.»



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Actualités1 minute ago

Élection partielle dans Roberval: une députée de plus pour la CAQ | TOMMY CHOUINARD

Arts Et Spectacles12 minutes ago

Juliette Binoche présidera le jury de la Berlinale

Opinions14 minutes ago

Les «gilets jaunes» français et nous

Affaires29 minutes ago

Les manteaux Canada Goose dans le viseur de boycotteurs chinois

Anglais31 minutes ago

City to rebuild Maple Leaf Pool – Regina

Actualités1 heure ago

Pacte sur les migrations: pas de changement dans la loi canadienne en vue | MYLÈNE CRÊTE

Styles De Vie1 heure ago

Les meilleurs canelés de Paris

Santé Et Nutrition1 heure ago

A Good Rugelach Recipe Is Hard To Find, So We Made One

Arts Et Spectacles1 heure ago

CBC Music ramène la chanson Baby, It’s Cold Outside

Opinions1 heure ago

Un congédiement honteux | Le Devoir

Anglais2 heures ago

Meng Wanzhou is out on bail — but could be in legal limbo for years

Actualités2 heures ago

Le SPVM ignore toujours l’ampleur du profilage racial | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Arts Et Spectacles2 heures ago

Beaux livres: ils sont beaux, mais sont-ils lus? | ÉMILIE CÔTÉ

Opinions2 heures ago

May joue la montre | Le Devoir

Affaires3 heures ago

Hausse des prix des maisons plus modeste en 2019

Anglais3 heures ago

My friend Michael Kovrig was arrested in China. Please, pay attention

Actualités3 heures ago

La hausse du prix des carburants coûte cher à la Ville | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN

Opinions3 heures ago

Droits de la personne: une Déclaration à réécrire

Anglais4 heures ago

Students at Edmonton school get into Christmas spirit by making lunches for city’s homeless – Edmonton

Actualités4 heures ago

Les Québécoises gagnent toujours moins que les hommes

Santé Et Nutrition2 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais1 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Santé Et Nutrition3 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Mode2 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Anglais2 semaines ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Anglais2 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Anglais1 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Affaires3 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Actualités2 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Technologie2 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais2 mois ago

Police presence in Jewish communities across Canada to be increased following Pittsburgh shooting – National

Anglais2 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Actualités2 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Mode3 mois ago

Have A Nice Day | Hello it’s Valentine

Technologie2 mois ago

La maison connectée, un paradis pour les pirates

Affaires3 mois ago

Taxes sur les importations: Pékin riposte à Washington

Anglais3 semaines ago

‘At whose expense?’: B.C. entrepreneur says small business owners caught in postal strike crossfire

Mode1 mois ago

W.I.M.A.M.P, la capsule responsable de Bobo Choses 2018

Trending