Connect with us

Santé Et Nutrition

Carlie Steiner Is Making the World More Fun to Drink In | Healthyish

admin

Published

on


In our series Person of Interest, we talk to the people catching our eye right now about what they’re doing, eating, reading, and loving. Up next, Carlie Steiner, the co-owner of Himitsu in Washington, D.C. and all-around powerhouse in the wine and spirits world.

When I met Carlie Steiner for breakfast at Ellē, she was late as hell. It was all good. I had nowhere to be, stuff to read, conversations to overhear—and when things get too perfect, you know it’s all about to blow up in your face anyway. She hopped in, crutches under her armpits. Ah, shit. A few days earlier, she’d torn her ACL in a bike accident, and you know that stuff about perfect worlds all blown up? Hers just had.

Steiner is the co-owner of Himitsu, one of our favorite restaurants in D.C., where she also runs the drinks program. If you go, here’s my move: Line up at Himitsu at 4:30 p.m. even though it hurts, make it your mission to sit at the bar, order a glass of Baia’s funkadelic skin-contact wine, all of the crudos, absolutely the fried oysters, and oh my god they have Peking duck now? I gotta go back.

So the restaurant’s amazing and the drinks are bomb, but the reason Steiner is a Person of Interest is because she represents a new generation of industry leaders. Her sommelier philosophy champions women winemakers, her hospitality philosophy puts family first, and nothing stands between her and her team. The manual she wrote for her employees includes generous policies for personal days and instructions for how to read body language and how to take action if a guest is sexually harassing a staff member—or another patron. Oh that’s nice in a book, you’re thinking, but it translates to the floor of Himitsu, where Steiner circulates and keeps a lookout. “I might not be the best boss in the world, but I’m a damn good mom,” she tells me. (Not literally—she’s keeping a mother’s eye out for her team, though she also has a fluffy white dog named Storm.)

We ordered nearly everything on the breakfast menu plus the anchovy-topped Caesar salad at Ellē, and while I shoved peanut butter doughnut in my face, Steiner had a London Fog and laid it all out for me. The secrets of the universe…or at least a handful of them.

I feel empowered when… I lift. I’d never worked out a day in my life before I joined a gym earlier this year. My friend said, ‘Come to the pool with me.’ I was like, ‘Oh, hell yeah.’ You know, the Vida pool is super gay. I had the best day ever. It was like, All right. I’m gonna join this for the pool. I realized it’s a really empowering space. I can’t tell you how many people have said, ‘But, don’t get too strong.’ ‘You look good where you are.’ ‘Don’t go anymore.’ I’m like, ‘Yeah, no.’ I want to look beefy.

I find joy in… Queer spaces. I have more fun when I’m hanging out with a bunch of gay people. It’s still not ‘normal’ to be gay. But [in queer spaces] I’m like, No, no. It’s normal.

I work hard: Educating my staff. [Ending sexual harassment] comes down to the management in restaurants, it comes down to owners in restaurants. Kick more people out, and take authority. I’ve seen dates where I could clearly tell the woman was super uncomfortable. I asked, ‘Would you like another round of cocktails?’ She said, ‘No, I’m okay.’ The man said, ‘No, she’ll have another.’ That’s when I directly looked at him—and because it’s my space, I have the privilege to do this, but I also tell my team, ‘You are empowered to do this. I would never fire you.’ So, I said, ‘No she won’t. She said no.’ Oh my god, I thought this guy was gonna punch me in the face.

The biggest lesson I learned from working for José Andrés was… Take care of your staff, not your guests. Because your staff will take care of your guests. José Andrés is the only person I look up to in this world more than my dad. He’s everything to me. He’s a mentor. He is a personal friend. I want to be him like 100 percent. The thing is, at the end of the day, do you want to be a cook, do you want to be a chef, or do you want to change the fucking world?

The best part of the restaurant industry is… The community, the family that you create, and the experiences you’re able to create for other people.

The worst party of the restaurant industry is… The constant and ongoing sexual harassment and not having a work-life balance.

A good morning looks like… Gaining a new weight at the gym. Competing with myself, like I always do.

Every day I… Do something gay. I purposefully say things when I do interviews now to get the stigmas taken away. To normalize lesbians and normalize mental health problems.

I feel grounded when I’m… Doing yoga. It’s such a basic answer, but it’s literally a reason so many people do it. Like straight-up savasana though. I’m not talking about hard stuff. I just want to lie on the ground.

I used to… Drink too much. I was 21. You think, You can’t be an alcoholic at 21 but when I was working at Mini Bar, we’d get blackout every single night, five nights a week. You just think, This is a bartender’s life. It took a toll on my body and it took a toll on my mental health. Alcoholism runs in my family; alcoholism runs in my community. But I’m not here to preach about not drinking either. I still drink because I’ve learned that if I cut myself off completely from anything, then I want to do it. I just tell myself, ‘Well, indulge when you want, but normally don’t.’ That’s a much better method for me.

I’m inspired by… Ashtin Berry. She just keeps me in check. She keeps everyone in check. She’s probably my biggest source of education right now outside of my own readings and studies. I’m just trying to be a more inclusive, better person. She has a very direct way of talking to people that, for me, works.

The cocktail that the world needs right now… Is a daiquiri. We should all be drinking more daiquiris.



Source link

قالب وردپرس

Santé Et Nutrition

De la résignation à l’organisation sanitaire

admin

Published

on

By

Une fois par mois, Le Devoir lance à des passionnés d’histoire le défi de décrypter un thème d’actualité à partir d’une comparaison avec un événement ou un personnage historique.

En ce temps de coronavirus, le rôle de l’historien est de présenter les modèles explicatifs issus des grandes pandémies afin de saisir la logique des moyens utilisés pour les combattre. Les épidémies de peste ont laissé une empreinte durable sur l’imaginaire occidental. L’expression « fuir comme la peste » rappelle ainsi les traumatismes qu’a laissés cette terrible maladie. Une autre grande tueuse, le choléra, a quant à elle fait naître l’expression « avoir une peur bleue », qui provient de l’aspect bleuté des cadavres.

Le premier modèle explicatif des maladies infectieuses attribue au châtiment divin la source générale des épidémies. À sa suite naissent les conjonctions néfastes des astres, l’empoisonnement de l’air et des puits, les sécheresses, les invasions d’insectes… ce qui induit un certain nombre de mesures telles que la prière, les processions, l’invocation de saints protecteurs, les pèlerinages, la fuite hors des villes ou encore la recherche de boucs émissaires : juifs, sorciers et sorcières, étrangers…

Cela se produit dans un univers mental bien différent d’aujourd’hui et c’est, en général, un état de résignation qui domine devant ces fléaux. Tout au plus essaie-t-on d’amoindrir les effets de cette catastrophe naturelle comme on le fait aujourd’hui pour les tremblements de terre et les tsunamis.

Rationalisation

Les choses changent à partir du XVIIe siècle, au moment où une plus grande rationalisation de la pensée, délaissant la croyance en des causes divines, s’attaque au fatalisme ambiant. Un nouveau modèle explicatif des maladies infectieuses, basé sur l’observation, attribue leur émergence à des causes naturelles : une corruption de l’air engendrant des miasmes mortels.

Cette théorie aériste donne aussi lieu à une série d’observations : périodes d’éclosion et de disparition des maladies infectieuses, trajets des épidémies, altérations du climat que les médecins vont systématiser par la rédaction de topographies médicales. Des mesures de protection et d’endiguement des épidémies voient alors le jour : cordon sanitaire, isolement des malades, mise en quarantaine des navires, fumigation des objets infectés, désinfection à l’aide d’agents variés…

La thèse aériste est particulièrement présente lors des grandes pandémies de choléra et de typhus qui frappent l’Europe et l’Amérique en 1832, 1834, 1847 et 1849. Les médecins s’entendent généralement sur le fait que le choléra, pourtant véhiculé par l’eau contaminée, se « transporte sur les ailes du vent ». À Québec, on tire des salves de canon pour modifier l’air ambiant, espérant ainsi réduire son intensité.

À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le savoir empirique permet l’introduction du premier vaccin antivariolique, mais ce nouveau procédé préventif ne fait guère l’unanimité. Lorsqu’une importante épidémie de variole éclate à Montréal en 1885, les autorités de la ville proclament la vaccination obligatoire. Or, cette nouvelle mesure coercitive et improvisée est imposée sans préparation des citoyens. Elle attise la colère de ceux-ci et provoque une importante émeute. Un événement semblable surviendra à Rio de Janeiro en 1904 lorsque le gouvernement rendra obligatoire la vaccination antivariolique.

Grippe espagnole

L’émergence de la médecine scientifique en laboratoire à la fin du XIXe siècle donne naissance à un nouveau modèle explicatif. La découverte des microbes et, surtout, celle de la spécificité des causes des maladies infectieuses — un microbe spécifique isolé en laboratoire — est un pas de géant dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Cette démarche permet désormais de préciser les vecteurs (eau, air, insectes, contacts interhumains…) et de fabriquer des vaccins contre la diphtérie, la tuberculose ou le tétanos. À partir du moment où la médecine préventive repose sur des faits scientifiques, les autorités feront davantage d’efforts pour assainir l’espace public : égouts, adduction d’eau, traitement des eaux usées, pasteurisation du lait… Elles lanceront aussi de grandes campagnes de « propagande sanitaire » axées sur les moyens de combattre les microbes.

Elles font ainsi de la peur un outil de prévention. On comprendra bientôt que l’éducation et une information moins tapageuse liées à une augmentation du niveau de vie constituent les meilleurs moyens de prévention.

Entre-temps, la Première Guerre mondiale favorise l’apparition de la première grande pandémie du XXe siècle : l’influenza. Appelée faussement grippe espagnole, elle provient des États-Unis et se répand en Europe et sur tous les continents lors de la démobilisation massive des troupes. Elle prend tout le monde par surprise, y compris les bactériologistes, les médecins et les autorités sanitaires qui n’arrivent pas à isoler le germe fautif.

Les virus sont alors inconnus et ne seront découverts qu’après l’invention du microscope électronique. Impossible donc de procéder au dépistage des personnes infectées et encore moins de trouver un traitement efficace. La rapidité de la contagion et la virulence de la maladie rappellent les heures sombres de la grande peste noire de 1347 et on estime aujourd’hui à plus de 50 millions le nombre de victimes de l’influenza. Les mesures préventives les plus modernes pour l’époque sont pourtant mises en œuvre : isolement des malades, port du masque, fermeture des lieux publics, interdiction de rassemblement, érection d’hôpitaux temporaires…

Au Canada, cette pandémie entraîne la création du ministère fédéral de la Santé. Au Québec, le Service provincial d’hygiène, créé peu après l’épidémie de variole de 1885, voit ses pouvoirs renforcés, permettant ainsi la création des unités sanitaires de comté, qui orienteront leurs actions sur la prévention des maladies infectieuses. On assiste bientôt à la découverte des virus et à la naissance de la virologie, puis de l’immunologie.

Cette dernière spécialité biomédicale sera mise à profit au début des années 1980, au moment de l’apparition du sida. Elle aussi prend tout le monde au dépourvu avec cette infection « rétrovirale » peu connue chez l’homme, qui détruit le système immunitaire. Ses modes limités de transmission (contacts sexuels, transfusion sanguine, accidents sanguins chez les intervenants de la santé…) touchent surtout des populations jugées « marginales » :homosexuels, prostituées, adeptes d’amour libre, pays subsahariens… L’épidémie cause ainsi moins d’émoi.

Théories du complot

Quelles sont les constantes, à travers les siècles, des comportements et des explications liées aux maladies épidémiques ? Le modèle magico-religieux qui s’est largement manifesté lors des grandes épidémies de peste est toujours présent, à des degrés moindres, du XIXe siècle jusqu’à récemment.

Des défilés et des offices religieux sont organisés pendant les épidémies de choléra. En 1832, l’archevêque de Québec proclame que l’épidémie est un avertissement de Dieu. Moins d’un siècle plus tard, son homologue invoque la protection de saint Roch contre la « grippe espagnole ». Un médecin, membre de l’élite de la profession médicale, explique qu’une constellation astrologique néfaste est à l’origine du fléau.

La recherche de boucs émissaires constitue une autre constante dans toutes les pandémies. La théorie du complot (fabrication de virus en laboratoire) est une explication toujours présente. Ainsi, le sida proviendrait des Soviétiques ; la grippe asiatique et le H1N1, des Chinois, la COVID-19, des Chinois ou des Américains. Enfin, la dénégation et la culpabilité sont d’autres réactions suscitées par ces grandes pandémies.

Bref, l’histoire des épidémies montre que les mesures empiriques ont parfois été efficaces pour prévenir certaines maladies infectieuses, mais qu’elles ont été largement insuffisantes et appliquées avec parcimonie. C’est pourquoi la recherche scientifique en microbiologie, en virologie et en immunologie sur les causes, les vecteurs et les vaccins ont permis des progrès immenses dans la prévention des maladies infectieuses. Mais on a aussi compris, peu à peu, qu’elle doit être liée à l’amélioration des conditions de vie, à l’éducation et à la responsabilisation des citoyens, lesquelles sont des éléments clés de la lutte contre les épidémies.

La pratique de la vaccination depuis la fin du XIXe siècle constitue aussi une voie essentielle de sauvegarde des populations et a permis une diminution notable de la mortalité infantile et adulte. Les efforts de collaboration internationale à partir du milieu du XXe siècle ont permis de diminuer sensiblement l’incidence des maladies infectieuses. En revanche, la pauvreté endémique d’une grande partie de la population mondiale, l’absence d’un système de santé accessible à tous et la désinformation sont les pires ennemis de ces efforts.

Du reste, même dans les pays industrialisés, les pouvoirs publics, jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, ont attendu des situations de crise majeure pour établir des mesures préventives efficaces. Il est à souhaiter que les pouvoirs politiques et économiques tirent des leçons de la pandémie actuelle et qu’ils orientent aussi leur intervention préventive vers de solides politiques environnementales.

Continue Reading

Santé Et Nutrition

Six initiatives contre la pandémie

admin

Published

on

By

1. Technologie
Imprimantes 3D, à vous de jouer
« On en sort actuellement 100 par jour, mais la semaine prochaine, on espère doubler notre production. » Jeanne Couture, directrice générale d’Artefact urbain, est enthousiaste. L’initiative lancée par son entreprise culturelle fonctionne bien.

Après avoir perdu tous ses contrats à cause de la pandémie, la firme qui conçoit normalement des maquettes pour des œuvres d’art public fabrique aujourd’hui des visières de protection « temporaires » pour le milieu de la santé. « On a créé un réseau avec nos contacts dans le milieu des arts et on s’est monté une petite armée d’artistes et de makers qui ont accès à une imprimante 3D », explique Mme Couture.

Chacun a accès au même modèle offert en ligne gratuitement. Artefact se charge en outre de l’assemblage et de la livraison aux clients. La firme s’occupe aussi de prendre les commandes.

La demande est d’abord venue d’optométristes au pays, car le père du directeur technique d’Artefact, Aaron Bass, pratique ce métier. Inquiet de voir les réserves de visières s’épuiser au sein de son ordre professionnel, il en a glissé un mot à son fils.

« On est rentrés dans le réseau des optométristes au départ, mais là, on vient de recevoir une commande d’un hôpital de Sherbrooke pour 100 visières. Des infirmières de Montréal nous appellent pour nous en commander parce que c’est back order [en rupture de stock] partout. Du personnel dans les pharmacies aussi… », explique Jeanne Couture.

Une visière est vendue au prix coûtant de 20 $, et les artistes reçoivent 5 $ pour chaque unité fabriquée. L’idée n’est donc pas de faire du profit, affirme Mme Couture, mais de prêter main-forte aux travailleurs de la santé.

En ces temps de pandémie, ils en ont bien besoin.

Guillaume Lepage 

2. Éducation
Des professeurs rassurants

Un peu partout au Québec, des professeurs se mobilisent pour prendre des nouvelles de leurs élèves et les rassurer.

La première fois que Mme Sophie a appelé sur Skype pour prendre des nouvelles de son élève, les yeux de Milo, 9 ans, se sont agrandis de stupéfaction. « Il était bouche bée, raconte sa mère, Julie Robillard. Il était un peu ému et même gêné. »

Le lendemain, c’est la classe au grand complet qui était réunie avec Mme Sophie sur la plateforme Zoom. « Elle prend de leurs nouvelles, leur demande ce qu’ils font de leurs journées. Elle les rassure aussi : elle leur dit de ne pas s’inquiéter, que les professeurs de l’année prochaine vont être au courant qu’ils n’ont pas eu toute la matière. Elle les sécurise », résume la mère de Milo.

La première rencontre a si bien fonctionné que Mme Sophie a décidé de récidiver tous les jeudis matin, pour le plus grand bonheur de Milo et de sa mère, qui trouve que Mme Sophie est vraiment la #meilleureprof.

D’autres initiatives similaires ont vu le jour ces dernières semaines. L’une des plus populaires est celle de Gabrielle Chamberland. L’enseignante en adaptation scolaire de l’école Chomedey-de-Maisonneuve a contacté une trentaine de professeurs du Québec, qui ont chacun enregistré un petit message d’encouragement pour leurs élèves. La vidéo « À toi mon élève » est devenue virale. Les professeurs disent à leurs élèves qu’ils pensent à eux, qu’ils s’ennuient, qu’ils les aiment et tentent de se faire rassurants en leur répétant que « ça va bien aller ».

Jessica Nadeau 

3. Réflexion
Réfléchir ensemble à la crise
Si les librairies sont fermées et que certaines maisons d’édition ont mis leurs nouvelles publications sur pause, il est toujours permis de réfléchir et de faire circuler les idées. Écosociété a ainsi lancé cette semaine une série de capsules vidéo « Immunité critique », dans lesquelles des essayistes se penchent sur la crise actuelle, avec le sens critique qui leur est cher.

« Plus que jamais, nous avons besoin de solidarité, de courage et d’idées fortes. Non seulement pour traverser cette épreuve, mais aussi pour donner un sens à notre trajectoire collective », explique la maison d’édition.

C’est l’occasion donc de prendre un pas de recul pour mieux comprendre ce que nous vivons durant la pandémie, mais aussi penser déjà à l’après-coronavirus.

C’est le philosophe et auteur Alain Deneault qui a lancé les festivités lundi en rappelant que nous mesurons pleinement ces dernières semaines le coût des paradis fiscaux, qui ont d’après lui appauvri les services publics, et particulièrement le milieu de la santé.

« Dans un très grand nombre de contextes, la question des paradis fiscaux se pose. Et aujourd’hui évidemment, de manière dramatique. Parce qu’on aurait besoin d’un état fort, d’instruments, d’infrastructures, de personnel en ce moment, mais pour ce faire, il faut le financer », a-t-il expliqué en direct de son bureau, en plein confinement.

Dans les prochaines capsules vidéo, les répercussions de la crise actuelle seront analysées sous tous les angles : changements climatiques, souveraineté alimentaire, économie, politique, etc..

Annabelle Caillou

4. Production
Les microdistilleries se mettent au désinfectant

Au lieu de produire de l’alcool, plusieurs microdistilleries ont décidé de participer à la fabrication de désinfectant pour les mains, un produit devenu rare en pleine pandémie de coronavirus.

Les autorités publiques ne cessent de le répéter : lavez-vous les mains. Et puisqu’il n’est pas facile au quotidien d’avoir toujours de l’eau et du savon à portée de main, les magasins et les pharmacies se sont fait complètement dévaliser de gel désinfectant, comme le Purell.

Le Regroupement Gelamain Québec a donc décidé la semaine dernière de produire près de 25 000 litres de désinfectant à mains sous différents formats. Ils seront distribués gratuitement dans le réseau de la santé et à certains services essentiels. Le regroupement espère par la suite augmenter sa production pour pouvoir aussi en offrir aux fournisseurs et aux distributeurs de l’industrie agroalimentaire.

Breuvages Trybec (Cowansville), la Distillerie 3 Lacs (Valleyfield), la distillerie La Chaufferie (Granby), la distillerie Cirka (Montréal), la distillerie Fils du Roy (Saint-Arsène) et la distillerie Vice & Vertu (Québec) sont les premiers producteurs à avoir embarqué dans le projet. D’autres microdistilleries de l’Association des microdistilleries du Québec ont déjà démontré leur intérêt.

​Annabelle Caillou
5. Engagement 
Don de masques
Étant donné que les masques se font de plus en plus rares, des particuliers et des entreprises se mobilisent pour donner leurs surplus au réseau de la santé.

« À tous mes contacts dans le domaine de la santé, ce n’est pas grand-chose, mais j’ai quatre boîtes de masques que je pourrais livrer à une clinique dans le besoin », a écrit Nadine Bouchard sur sa page Facebook.

En trente minutes à peine, la propriétaire d’un salon d’esthétique de Brossard a trouvé preneur : une clinique médicale et un organisme à but non lucratif qui fait des interventions à domicile pour les personnes avec des problèmes de santé mentale.

Avant de mettre son message sur Facebook, Nadine Bouchard a songé à contacter le ministère de la Santé pour offrir ses masques, mais elle ne pensait pas qu’ils prendraient la peine de lui répondre « uniquement pour quatre boîtes », explique-t-elle.

Ils sont plusieurs comme Mme Bouchard à ne pas oser contacter le ministère pour des quantités qui semblent dérisoires en comparaison des besoins qui sont immenses, constate Philippe Tremblay, président de la compagnie québécoise Vertdure, spécialisée dans le traitement de pelouse.

C’est pourquoi l’entrepreneur a eu l’idée d’utiliser les camions et les points de service de sa compagnie pour faire la collecte de tous les masques disponibles au Québec. En quelques jours à peine, des centaines de compagnies ont répondu à l’appel, et plus de 20 000 masques ont déjà été amassés.

De grandes compagnies se mettent aussi de la partie. Desjardins a annoncé jeudi avoir fait don de 60 000 masques de protection au gouvernement du Québec. « Desjardins avait fait l’acquisition de ce matériel il y a quelques mois à la suite de la révision de son plan de continuité en cas de pandémie », a expliqué l’entreprise dans un communiqué.

Jessica Nadeau 

6. Recherche
La course aux respirateurs artificiels
Un professeur de l’Université Queen’s, en Ontario, Arthur McDonald, travaille présentement à mettre au point un respirateur artificiel 100 % canadien destiné à la production de masse. Pour ce faire, l’appareil doit être composé d’un minimum de pièces facilement accessibles sur le marché canadien, et il doit être parfaitement fonctionnel.

Le Dr McDonald, l’un des trois lauréats du prix Nobel de physique en 2015, n’est évidemment pas seul dans sa tâche. Il est épaulé par des chercheurs de l’accélérateur de particules TRIUMF, à Vancouver, et des laboratoires nucléaires canadiens de Chalk River, en Ontario.

Les équipes du Dr McDonald s’inspirent des travaux de l’équipe de Cristiano Galbiati, un professeur de Princeton qui travaille présentement à Milan, où le coronavirus frappe durement. Il a conçu un prototype, qui fait l’objet d’une série de tests actuellement. Si les résultats sont concluants, le Dr Galbiati s’est engagé à diffuser rapidement les plans de l’appareil au bénéfice du monde entier.

Plus près de nous, la firme montréalaise CAE, surtout connue pour fabriquer des simulateurs de vol, a déjà mis au point un respirateur artificiel. Elle a développé l’appareil en 11 jours, avec une équipe de 12 personnes. Il faut dire que l’entreprise commercialise déjà des appareils médicaux destinés à la formation du personnel soignant. Pour l’instant, CAE attend le feu vert de Santé Canada pour commercialiser son produit, directement depuis ses installations montréalaises.

Continue Reading

Santé Et Nutrition

Vent de résistance pour soutenir les femmes enceintes

admin

Published

on

By

La résistance s’organise pour dénoncer la décision de l’Hôpital général juif de Montréal d’interdire aux femmes enceintes d’être accompagnées lors de leur accouchement. Professeurs de droit, professionnels de la santé, citoyens et parents inquiets interpellent le gouvernement, chacun à leur façon, pour rappeler à l’ordre l’établissement et empêcher que cette mesure jugée « cruelle » ne se généralise à travers la province.

« Les femmes doivent pouvoir être accompagnées dans un moment aussi charnière et traumatisant de leur vie, d’autant plus que bon nombre d’entre elles sont profondément inquiètes de donner naissance en contexte de pandémie », plaident dans une lettre envoyée au Devoir plus d’une cinquantaine de professeurs des facultés de droit de huit universités.

L’Hôpital général juif (HGJ) a décidé vendredi dernier d’interdire la présence d’un partenaire ou d’une personne désignée lors des accouchements et pendant la période post-partum, et ce, aussi longtemps que durera la pandémie. Cette mesure vise à protéger le personnel de la santé, après que des femmes enceintes et leurs proches ont fait fi des consignes en circulant dans les couloirs ou en refusant de porter un masque alors qu’ils présentaient des symptômes de la COVID-19.

Cette décision n’a pas manqué de soulever la grogne des parents sur le point d’agrandir leur famille, mais aussi dans le milieu du droit. Pour les signataires de la lettre, il en va du droit des femmes et des enfants à naître d’avoir des soins de qualité. Ils pressent ainsi le premier ministre, François Legault, et la ministre de la Santé, Danielle McCann, de rappeler à l’ordre l’HGJ — et les autres centres hospitaliers qui pourraient lui emboîter le pas — et de trouver des mesures intermédiaires.

Car il est possible, disent-ils, de respecter ces droits tout en protégeant le corps médical contre les risques de contamination.

« On comprend que c’est un contexte particulier et on a conscience des risques pour le personnel de la santé, mais ce n’est pas une raison pour négliger les soins apportés aux femmes, qui ont besoin d’un soutien psychologique et physique du proche qui les accompagne », fait valoir Alain Roy, professeur de droit à l’Université de Montréal et cosignataire principal de la lettre.

L’enfant qui arrive dans un monde bouleversé par le nouveau coronavirus a également le droit d’être « préservé des risques associés à un accouchement qui se déroulera dans un contexte social très anxiogène pour la mère et son ou sa partenaire ».

« Ce sont des soins essentiels », insiste Andréanne Malacket, professeure de droit de la famille à l’Université de Sherbrooke et cosignataire de la lettre. Elle-même enceinte de 33 semaines, elle craint de voir cette directive faire des petits dans d’autres hôpitaux, dont celui où elle doit accoucher, à Longueuil.

Empêcher les femmes enceintes d’être accompagnées va de plus à l’encontre des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), note-t-elle.

Continue Reading

Chat

Actualités4 heures ago

La pandémie de coronavirus a fait plus de 68 000 morts dans le monde

Actualités4 heures ago

Les décès en Italie au plus bas depuis plus de deux semaines

Actualités4 heures ago

Plus de 63 000 morts dans le monde

Actualités4 heures ago

Le président Trump a toujours la cote

Santé Et Nutrition4 heures ago

De la résignation à l’organisation sanitaire

Santé Et Nutrition4 heures ago

Six initiatives contre la pandémie

Santé Et Nutrition4 heures ago

Vent de résistance pour soutenir les femmes enceintes

Santé Et Nutrition4 mois ago

Nouveaux projets pour le Club de ski de fond de Sept-Îles

Styles De Vie4 mois ago

100 emplois en péril au centre de contrôle du CN

Styles De Vie4 mois ago

Le Canada renforce les droits des passagers aériens

Styles De Vie4 mois ago

L’environnement fiscal est plus profitable aux entreprises au Canada qu’aux E. U.

Styles De Vie4 mois ago

Pourquoi le Canada doit-il ratifier le nouvel ALENA?

Santé Et Nutrition6 mois ago

Une boisson frappée végétalienne pour tous les amateurs de desserts

Santé Et Nutrition6 mois ago

Cet été, ajoutez de la saveur à vos pâtes

Santé Et Nutrition6 mois ago

Une nouvelle technologie donne plus de libertés aux personnes atteintes de diabète

Santé Et Nutrition6 mois ago

Une nouvelle façon de percevoir le diabète de type 1

Santé Et Nutrition6 mois ago

Comment freiner la crise des opioïdes dans les petites villes

Styles De Vie6 mois ago

Les jeunes et les opioïdes : Ce que les parents doivent savoir

Styles De Vie6 mois ago

Prenez soin de vous cet été

Styles De Vie6 mois ago

Survivre à un voyage en famille

Anglais1 année ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie1 année ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais1 année ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais1 année ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition1 année ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 année ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition1 année ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais1 année ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais1 année ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais2 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie2 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais1 année ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode1 année ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais1 année ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Anglais1 année ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais1 année ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Technologie1 année ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Styles De Vie1 année ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Anglais1 année ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Affaires1 année ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Trending