Connect with us

Opinions

Un monde nerveux | Le Devoir

Published

on


Le diable est aux vaches et l’oie conservera son foie, du moins en Californie. Régulièrement, je secoue la tête devant la fureur fielleuse des réseaux sociaux où chacun s’invective selon le degré d’inconfort généré par la nouvelle du jour.

La Californie interdit le foie gras et il n’en faut pas davantage pour que les amants du sauternes se sentent persécutés et invectivent leur prochain.

Et ce n’est que le dernier sujet de foires d’empoigne où parangons de vertu et partisans du passéisme s’infligent des cirrhoses publiquement. Vous évoquez la viande et le méthane, on vous répond litres d’eau pour produire une amande. Discours de sourds et rhétorique à coups de sophismes qui ne mènent qu’à une débandade collective.

Survoltés, nous pétons les plombs sans égard pour notre propre sérénité. Les bouddhistes appellent cela de l’attachement : à la colère, à l’intensité, aux passions. Passio signifie souffrance, est-il besoin de le rappeler ?

La comparaison vole la joie

C’est ce qui a amené le coscénariste de Ruptures, Daniel Thibault, à fermer son compte Facebook au Jour de l’an. Il y était pourtant très actif et savoureux dans ses interventions. Nouvelle résolution ? Que non : « Le premier janvier, j’ai joué à des jeux de société avec mes enfants jusqu’à trois heures du matin, genre. Me suis couché sans m’endormir vraiment. Suis donc allé sur les médias sociaux. Sans savoir pourquoi, la bonne humeur que j’avais s’est évaporée. J’ai fait un McSween de moi-même en me disant : j’en ai-tu vraiment besoin ? J’ai donc fermé mon compte sur-le-champ », m’écrit-il. Il ne le regrette toujours pas.

Phénomène de moins en moins marginal, des abonnés choisissent de retrouver leur liberté psychologique, et même physique, loin des écrans. La question de la connectivité et de notre cyberdépendance est désormais centrale face à cette question de « santé » mentale qui touche au global.

De fait, on ne peut couper la tête du reste même si la médecine conventionnelle nous y incite en compartimentant le corps humain. Jusqu’où cette folie collective nous plombe-t-elle le foie, dont on dit qu’il est symboliquement l’organe de la colère ? Personne ne le sait encore.

Et si on tirait sur le fil ?

Des études en cours évoquent un lien possible avec l’augmentation de l’anxiété chez les jeunes ; 29 % des élèves du secondaire souffrent d’un niveau élevé de détresse psychologique, selon une étude de l’Institut de la statistique du Québec sortie en décembre, un chiffre consternant.

Ces mêmes ados ont le cou penché jusqu’à quatre heures et demie par jour sur leur téléphone (les ostéos font fortune) et on constate que le nombre de dépressions et de mutilations est en hausse.

Internet est la première chose bâtie par l’humanité que l’humanité ne comprend pas, la plus grande expérience d’anarchie qui ait jamais eu lieu

Les psys ont de belles années devant eux ; la santé mentale fait encore peur et se vit à l’abri des oreilles et des regards. C’est sournois, invisible, parfois incontrôlable et déroutant pour tout le monde, y compris l’entourage. On préfère ignorer que le cerveau saigne et qu’on ne voit plus d’enfants jouer dehors.

L’auteur anglais Matt Haig en est à son second best-seller sur le sujet après l’excellent Rester en vie. Dans Débranchez-vous ! (le titre anglais est plus juste : Notes on a Nervous Planet), l’auteur tisse des liens extrêmement lucides entre nos modes de vie occidentaux en accélération constante, branchés sur le virtuel, mais déconnectés du vital.

Son livre se situe entre le récit, l’essai et le développement personnel. « Si le monde moderne nous fait sentir mal, alors peu importe ce qui va bien, car c’est affreux de se sentir mal », écrit ce romancier qui a souffert de dépression et d’anxiété, et pris un pas de recul sur la cadence imposée.

Il constate que le monde change rapidement, tant du point de vue technologique et environnemental que politique, et que ces changements génèrent de la peur qui elle-même se traduit en détresse psychologique.

Matt Haig est quant à lui passé du FOMO (Fear of Missing Out) au JOMO (Joy of Missing Out), la joie d’y échapper et d’opter pour la nidification (nesting). « Tout ce dont nous avons besoin est là, si nous cessons de croire que nous avons besoin de tout. » Citant T.S. Eliot, Haig rappelle à quel point nous sommes « distraits de la distraction par la distraction ».

Polarisation et marketing de soi

C’est tout un rapport au temps numérique qui mérite d’être revu, chacun pour soi et dans l’intimité, mais la sphère extime agit inévitablement sur chacun. « Le problème n’est pas un manque de temps. C’est plutôt une surcharge de tout le reste. »

Sur le plan social, Haig évoque la polarisation droite-gauche alimentée par la caisse de résonance des réseaux sociaux, mais aussi la mise en scène de soi, « comme des patates qui se font passer pour des chips ».

Selon le principe des vases communicants (toute est dans toute), nous sommes d’avides complices de ce monde surstimulé et réactif comme des adeptes de crack qui cherchent leur prochaine dose de dopamine.

« Si nous sommes tous connectés à un vaste système nerveux, notre bonheur — et notre malheur — est plus collectif que jamais. Les émotions du groupe deviennent les nôtres », résume l’auteur.

Toujours en quête de « tu seras heureux quand… », nous passons à côté du bonheur d’apprendre (à l’école), de la félicité conjugale (un nouveau modèle est toujours à portée de clic), de la satisfaction professionnelle (compétitivité exacerbée), du contentement matériel (la barre de nos exigences s’élève avec chaque pub), de la sérénité (les inquiétudes liées à l’apparence et à la peur de vieillir augmentent à force de fréquenter Instagram).

Le romancier Yann Moix s’est fait le porte-parole de l’objectivation du corps des femmes cette semaine, mais il n’est qu’un furoncle sur la petite vérole d’une pensée contagieuse. J’y reviendrai ; l’année 2019 s’annonce « follement » divertissante.

Bref, Haig estime — et il n’est pas seul — que tout va trop vite pour que nous arrivions à digérer. Nous sommes des « neurones surchargés sur une planète nerveuse. Prête à craquer ». Et nous réclamons notre prison mentale.

La question demeure entière : quand et comment arrête-t-on une expérience qui dérape ?



Source link

قالب وردپرس

Opinions

Sexualité et religion | Le Devoir

Published

on

By


Les religions, la catholique en particulier, portent une grande attention à la sexualité. Elles ne se privent pas de tenter de guider les fidèles et les autres et leur prêcher ce qui est bien et ce qui est mal. Naïvement, nous devrions cependant demander d’où proviennent ces règles. On nous répondrait probablement que telle est la volonté (exprimée où, quand, comment ? ! ?) d’un Dieu tout-puissant. Pourtant, comment imaginer qu’un être divin, créateur du ciel et de la terre, puisse avoir le moindre intérêt pour ce que les humains font avec leur sexualité ? S’agissant, par exemple, de contraception, d’amour sans papier ou d’homosexualité, les interdits de l’Église reposent donc sur aussi peu de fondements rationnels que la condamnation de Galilée en 1633. Dieu merci, de moins en moins de gens (incluant les responsables québécois du curriculum scolaire) acceptent de se soumettre à ces diktats arbitraires et insensés.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Opinions

Améliorer les relations entre les plaignantes et le système

Published

on

By


Lundi, une première rencontre non partisane a réuni à Montréal des représentant.e.s de chacun des partis politiques du Québec qui ont discuté de la possibilité de mettre en place un tribunal spécialisé sur les crimes sexuels. Cette initiative serait une première au pays. Un tel tribunal serait une réponse potentielle au faible taux de confiance qu’accordent les victimes de violence sexuelle, ainsi que la population en général, à la manière dont le système de justice pénale traite les cas de violence sexuelle. En effet, les statistiques montrent que l’agression sexuelle est un des crimes les moins signalés en droit canadien, un fait qui est attribuable en partie à ce manque de confiance. Dans la mesure où ce projet irait de l’avant, les points suivants devraient être pris en compte afin d’améliorer les relations entre les plaignant.e.s et le système judiciaire.

Premièrement, un tel tribunal devrait disposer des ressources nécessaires afin que les plaignant.e.s soient mieux informé.e.s et aient ainsi un meilleur accès à la justice.

Présentement, à bien des égards, les victimes se sentent souvent désorientées devant un système complexe où l’information qui leur est véhiculée est souvent incomplète. Un tribunal spécialisé pourrait avoir comme avantage d’offrir des services intégrés, une forme de point de rencontre où les victimes pourraient avoir accès à l’ensemble de l’information sur les services de soutien disponibles, ainsi que les différents aspects relatifs au processus judiciaire. Trop souvent, les victimes ne sont pas assez préparées pour affronter le système pénal et ont des attentes différentes envers ce dernier. S’il est bien ressourcé, ce tribunal pourrait leur offrir des outils afin qu’elles puissent mieux comprendre le processus pénal, les décisions rendues, les diriger dans des processus potentiellement connexes et mieux les préparer en tant que témoins potentiels.

Deuxièmement, un tel tribunal devrait avoir un personnel formé de manière interdisciplinaire afin de bien saisir la complexité de la violence sexuelle.

La crédibilité des témoins se forge souvent par les perceptions que l’on se fait d’individus appartenant à certains groupes sociaux et aux relations de pouvoir complexes en présence. Ainsi, il serait important que les professionnel.le.s du tribunal spécialisé soient sensibilisé.e.s à la réalité, souvent intersectionnelle, des groupes de personnes qui sont plus fréquemment victimes et surreprésentées pour ce type de violence, soit les femmes, les personnes autochtones, les minorités visibles, les travailleuses et travailleurs de rue et les personnes transgenres.

Une telle formation inclusive permettrait également de s’assurer que les services offerts aux victimes correspondent réellement à leurs besoins, qui peuvent varier.

Finalement, la mise en place d’un tribunal spécialisé ne devrait pas entraîner le confinement de cet enjeu à ce seul espace juridique et social. Il faudrait s’assurer que l’éducation juridique et sociale sur la violence sexuelle et la résolution de ce problème ne soit pas confiée uniquement à quelques professionnel.le.s spécialisé.e.s.

La communauté juridique entière, ainsi que l’ensemble de la société devraient être continuellement sensibilisés aux enjeux complexes de la violence sexuelle, car pour qu’il y ait un véritable changement systémique, tous les acteurs doivent faire partie de sa résolution.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Opinions

Londres revient à la case chaos

Published

on

By


À l’heure d’un choix fatidique, le procureur général Geoffrey Cox a demandé à ses homologues du Parlement britannique s’ils allaient choisir l’ordre ou le chaos. À 432 voix contre 202, ceux-ci ont sauté à pieds joints dans le chaos, rejetant l’accord de sortie de l’Union européenne (UE) négocié par la première ministre, Theresa May.

Ce rejet massif mais prévisible anéantit l’autorité morale de la première ministre May. À moins de trois mois de la date butoir du « Brexit », prévu pour le 29 mars prochain, l’incertitude plane sur son avenir, celui du Royaume-Uni et de l’Union européenne.

Le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a présenté une motion de censure contre le gouvernement May qui sera débattue mercredi. Les conservateurs pourraient être forcés de déclencher une élection sur cet enjeu qui divise le Royaume-Uni depuis la courte victoire des pro-Brexit lors du référendum de juin 2016.

Mme May a joué ses cartes du mieux qu’elle le pouvait dans les circonstances. À la tête d’un gouvernement minoritaire, elle a cherché à respecter la volonté exprimée par le peuple britannique de quitter l’Union européenne, tout en faisant preuve d’un réalisme qui a fait défaut aux tenants purs et durs de la rupture avec l’Europe. Les députés eurosceptiques, soutenus par un ras-le-bol d’une certaine frange de l’électorat à l’égard des politiques européocentriques adoptées à Bruxelles, voulaient le beurre et l’argent du beurre : bénéficier des avantages du marché économique commun sans adhérer à l’unification douanière et frontalière. Un beau mirage qui mène le Royaume-Uni et l’Union européenne dans l’impasse.

 

Il n’est pas dit que Mme May perdra son vote de confiance. Jeremy Corbyn ne présente aucune autre solution valable à cette crise. Le leader travailliste personnifie cette nouvelle gauche populiste, hostile au libéralisme, exaltée par la perspective d’un effritement des accords de libre-échange et de coopération économique. Son hypothétique élection n’ouvrira certes pas la voie à une résolution harmonieuse de cette crise profonde.

Le rejet massif de l’accord négocié avec Bruxelles témoigne de l’incapacité des parlementaires britanniques de faire les compromis nécessaires pour respecter les résultats du référendum de 2016 tout en assumant pleinement les conséquences politiques, économiques et géostratégiques qu’implique une sortie de l’UE.

Mme May avait prévenu ses homologues du cocktail toxique qui attendait l’UE en cas de rejet de l’entente : « incertitude, division et menace très réelle de ne pas conclure d’accord ». « Le risque d’un Brexit sans accord s’est accru », a d’ailleurs déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Un « Brexit dur » pourrait entraîner une baisse de 8 % du PIB, selon les estimations de la Banque centrale d’Angleterre. Il ne réglerait pas les problèmes expliquant en partie le rejet de l’entente de mardi. Il faudra bien trouver une façon de préserver l’esprit de l’accord du Vendredi saint, en vertu duquel les contrôles douaniers ont été abolis entre l’Irlande, pays membre de l’UE, et l’Irlande du Nord, rattachée au Royaume-Uni. Sans compter que les Écossais reviendront à la charge avec leur volonté d’indépendance.

 

Dans l’immédiat, la meilleure solution consiste à prendre un pas de recul et reporter la date butoir du 29 mars, ce à quoi l’UE s’est montrée ouverte. Mme May dispose d’ailleurs de quelques jours afin de faire une nouvelle proposition au Parlement. Cela permettrait-il de clamer le jeu et d’amener les élus à réaliser qu’une entente imparfaite de sortie vaut mieux qu’une sortie sans entente ? À en juger par le climat politique des dernières années, il y a lieu d’en douter. Avant de convoquer les électeurs aux urnes, ou de supputer la tenue d’un deuxième référendum, ce pas de côté est souhaitable.

On ne peut espérer plus pour l’instant. Le renversement complet du Brexit nécessiterait à la fois un changement durable de perception chez les Britanniques, éternels eurosceptiques dans l’âme, et une démocratisation de l’Union européenne qui ne viendra pas. Ce projet sans âme, dépassé par la montée du populisme et de l’extrême droite, semble imperméable à toute introspection.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Anglais8 minutes ago

Personal Injury firm to pay an estimated $4 million to settle class-action with former clients

Arts Et Spectacles50 minutes ago

Keith Richards réédite l’album Talk is Cheap

Anglais1 heure ago

Westmount Park Elementary School students to be temporarily relocated to 2 separate buildings – Montreal

Actualités2 heures ago

Les Canadiens consomment un peu moins de sucre | STÉPHANIE MARIN

Arts Et Spectacles2 heures ago

Corey Hart entrera au Temple de la renommée de la musique | STÉPHANIE MARIN

Affaires2 heures ago

Le producteur d’aluminium Alcoa renoue avec les bénéfices

Anglais2 heures ago

RCMP seek help finding Canadian actress and nephew ‘considered missing’ from Kamloops since Sunday

Actualités3 heures ago

Évaluation du projet Gazoduq: le ministre Charette corrige le tir | Martin Croteau

Arts Et Spectacles3 heures ago

La Queens’: la volonté de résister | LUC BOULANGER

Anglais3 heures ago

Doug Ford rewrote the rules, now he wants to redraw Ontario’s borders

Technologie3 heures ago

Snap perd un autre directeur financier | BARBARA ORTUTAY

Actualités4 heures ago

La candidate libérale contre Jagmeet Singh se retire | LAURA KANE

Santé Et Nutrition4 heures ago

These Well-Crafted Chile-Chicken Nachos Take Every Component Seriously

Affaires4 heures ago

Orange mis en demeure sur ses obligations sur le marché entreprises

Anglais4 heures ago

Want to warm up to winter in Sask.? Here are a few ways to embrace the cold – Saskatoon

Actualités5 heures ago

Montréal remanie sa haute direction | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIn

Santé Et Nutrition5 heures ago

Chile Chicken Nachos Recipe | Bon Appetit

Anglais5 heures ago

Man shot in the back gets disturbing Christmas card from imprisoned shooter

Technologie6 heures ago

Plus de transparence pour les publicités politiques sur Facebook

Actualités6 heures ago

Accident d’autobus à Ottawa: le BST participera à l’enquête | FANNY LÉVESQUe

Anglais2 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition3 mois ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition1 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais1 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Styles De Vie4 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Santé Et Nutrition4 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Anglais2 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Actualités3 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Mode3 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Technologie4 semaines ago

Les cryptomonnaies ont encore du chemin avant de conquérir l’économie | LAURENT BARTHELEMY

Affaires4 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Anglais2 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Anglais3 mois ago

Hackers target federal government networks an average of 474 million times per day, memo shows

Anglais4 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Technologie3 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais3 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Actualités3 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Arts Et Spectacles2 semaines ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Anglais3 mois ago

Police presence in Jewish communities across Canada to be increased following Pittsburgh shooting – National

Trending