Connect with us

Actualités

Québec piège les hôtes Airbnb délinquants | GABRIEL BÉLAND

Published

on



Des employés municipaux de la Ville de Québec se sont fait passer pour des touristes afin d’épingler ceux qui utilisent Airbnb pour offrir des services d’hébergement commercial sans autorisation. Cette technique d’enquête a porté ses fruits et mené à trois condamnations récentes à la cour municipale.

Le modus operandi est simple. Les employés municipaux n’attendent pas les dénonciations : ils se rendent directement sur la plateforme Airbnb comme n’importe quel touriste désireux de louer un appartement. Ils choisissent des offres qui semblent contrevenir aux règlements municipaux, puis réservent les appartements en utilisant un pseudonyme.

La technique fonctionne. Elle a permis d’épingler au moins trois hôtes d’Airbnb qui se sont vu imposer des amendes dans les derniers mois. L’un d’entre eux affichait à lui seul 12 logements à louer. Les cas se sont rendus devant la cour municipale. La Ville de Québec les a tous gagnés. Les fautifs ont été condamnés à des amendes de 1000 à 2000 $.

Le gouvernement du Québec a encadré l’hébergement de courte durée en 2016 avec le projet de loi 67. De nombreux hôteliers et aubergistes se plaignaient notamment de concurrence déloyale.

Certains utilisateurs d’Airbnb et de plateformes similaires, sous le couvert de l’économie du partage, gèrent de florissantes opérations commerciales sans payer les frais d’attestation d’un établissement d’hébergement touristique.

En clair, si vous louez votre logement principal pendant quelques semaines le temps d’un voyage, vous respectez la loi. Mais si vous offrez la location à court terme d’un logement secondaire à longueur d’année sans attestation, alors vous êtes dans l’illégalité.

De son côté, la Ville de Québec interdit la location commerciale de courte durée dans divers secteurs de son territoire.

Douze logements au même nom

C’est fort de ces lois et règlements que des employés de Québec pourchassent les contrevenants. Une employée municipale nommée Annie s’est ainsi fait passer pour une Marie-France, raconte une récente décision de la cour municipale.

« Marie-France » réserve les nuits du 23 au 25 mars 2018 dans un appartement du Vieux-Québec. L’hôte se présente comme Jean-Félix, étudiant en anthropologie à l’Université Laval « passionné par les voyages, la découverte de différentes cultures et les relations interculturelles ».

Or, Jean-Félix s’appelle en réalité Samuel. Il n’est pas le propriétaire du logement, mais le locataire. Il a à son nom pas moins de 12 offres de logements sur Airbnb, mais n’a pas d’attestation. La Cour l’a condamné le 29 août dernier à 1000 $ d’amende.

La même technique a été employée au moins deux autres fois par des employés municipaux, dans le Vieux-Québec et à Limoilou. La Ville a aussi gagné ces procès.

Le gouvernement québécois a aussi mis en place un groupe d’inspecteurs chargés de faire respecter sa loi. Ils agissent sous l’autorité du ministère du Revenu. Mais, manifestement, la Ville de Québec ne compte pas que sur eux et prend les devants.

Une porte-parole de la Ville de Québec, Audrey Perreault, n’a pas voulu faire de commentaires sur ces trois décisions ni sur les techniques d’enquête de ses employés. Elle a toutefois précisé qu’il y avait eu 102 constats d’infraction remis par la Ville pour des offres d’hébergement touristique sans autorisation en un an, soit de l’été 2017 à l’été 2018.

Selon David Wachsmuth, directeur de la Chaire de recherche du Canada en gouvernance urbaine, de plus en plus de villes utilisent des techniques d’enquête comme celle-là pour s’attaquer à l’hébergement de courte durée illégal.

« C’est simplement parce qu’Airbnb ne veut pas partager d’informations sur ses hôtes avec les gouvernements », explique ce professeur d’urbanisme à l’Université McGill, qui a écrit plusieurs articles sur Airbnb et les plateformes similaires.

« Les gouvernements devraient pouvoir connaître l’identité de ceux qui louent des logements à court terme sur leur territoire. C’est ridicule qu’ils doivent se résoudre à faire du travail de détective pour le savoir !  Mais c’est la réalité parce qu’Airbnb a choisi de préserver l’anonymat de ses hôtes. »

– David Wachsmuth, directeur de la Chaire de recherche du Canada en gouvernance urbaine

Une solution comme à San Francisco ?

Cet épineux dossier se retrouve actuellement devant les tribunaux aux États-Unis. La Ville de New York a adopté un règlement qui oblige les plateformes comme Airbnb à divulguer le nom et l’adresse de ses hôtes. Airbnb refuse, disant vouloir défendre l’anonymat de ses utilisateurs. La question sera tranchée par une cour fédérale.

À Québec, la Ville privilégie une approche de concertation. Un comité de travail mis en place par l’administration Labeaume a rendu ses conclusions en juillet dernier. Il recommande de créer un numéro d’enregistrement municipal pour les hôtes occasionnels d’Airbnb qui mettent en location leur résidence principale. Les utilisateurs commerciaux, eux, devront avoir une attestation provinciale comme le prévoit la loi.

Le groupe de travail recommande aussi de demander la collaboration des plateformes comme Airbnb pour obliger les hôtes à afficher ce futur numéro d’enregistrement. Il leur demande aussi de percevoir la taxe d’hébergement dès la réservation.

Inspirée par ces conclusions, la Ville de Québec va déposer son plan d’action cet hiver. En attendant, Airbnb se dit prête à collaborer avec les autorités.

« Nous sommes heureux de collaborer avec le groupe de travail de la Ville de Québec sur la location à court terme et nous allons continuer de travailler avec le gouvernement pour trouver des règles intelligentes et faciles à suivre », a expliqué dans un courriel Alexandra Dagg, directrice des politiques publiques à Airbnb Canada.

« Airbnb a souvent partagé des données avec les villes, cependant, il faut aussi prendre en compte dans la balance le droit à la vie privée de nos hôtes et les lois locales sur la vie privée. »

– Alexandra Dagg, directrice des politiques publiques à Airbnb Canada

Plutôt que l’approche frontale de New York, Québec semble privilégier celle de San Francisco. La ville californienne, où a été fondée Airbnb il y a 10 ans, s’est entendue en 2018 avec la plateforme pour créer un numéro d’enregistrement municipal.

Tout de suite après la mise en place de ce système, la ville a perdu près de la moitié de ses offres Airbnb – elles sont passées d’environ 10 000 à 5500 -, rapportait le San Francisco Chronicle il y a un an.

Le maire Régis Labeaume s’est souvent dit inquiet de l’impact des plateformes comme Airbnb sur le tissu urbain de sa ville, notamment dans les quartiers anciens.

« Mon projet dans le Vieux-Québec, c’est de ramener 500 personnes intra-muros. Alors, je ne peux pas laisser le Vieux devenir un Airbnb, ça ne marche pas. Il faut que je sois cohérent », a dit M. Labeaume en septembre 2017.



Source link

قالب وردپرس

Actualités

Les Canadiens consomment un peu moins de sucre | STÉPHANIE MARIN

Published

on

By



Il s’agit de la première étude à se pencher sur la tendance à long terme de la consommation de sucre au moyen des plus récentes données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes datant de 2015, a fait savoir l’organisme fédéral de statistiques.

Dans l’ensemble, la consommation de sucres totaux – qui comprennent les sucres libres et les sucres d’origine naturelle – a diminué pour tous les groupes d’âge de 2004 à 2015.

Les données ont été recueillies auprès de plus de 45 000 Canadiens, âgés de deux ans et plus.

La consommation quotidienne moyenne de sucres totaux en 2015 était de 101 grammes ou l’équivalent (comparativement à 104 grammes en 2004) chez les enfants de 2 à 8 ans, de 115 grammes (comparativement à 128 grammes) chez les enfants de 9 à 18 ans, et de 85 grammes (comparativement à 93 grammes) chez les adultes.

À quoi correspondent 100 grammes de sucre  ? À environ 24 cuillères de thé, est-il indiqué dans l’étude.

Cette diminution est notamment attribuable à une baisse de la consommation de boissons sucrées, ce qui inclut les boissons gazeuses et les boissons aux fruits comportant moins de 100 % de jus.

Malgré ce constat, les boissons sucrées constituent toujours la principale source de sucres totaux chez tous les Canadiens, représentant 22 % des sucres totaux chez les jeunes enfants, 30 % chez les enfants plus âgés et 24 % chez les adultes, a-t-il été calculé.

Ce que la Coalition québécoise sur la problématique du poids n’a pas manqué de relever.

Au Québec, un enfant sur cinq boit des boissons sucrées chaque jour, une mauvaise habitude qui augmente les risques d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires et de caries dentaires, indique la Coalition.

Elle y voit là l’importance de poursuivre et d’intensifier les actions pour diminuer la consommation de boissons sucrées.

« Depuis quelques années, de nombreux professionnels de la santé et organismes, comme la Coalition Poids, ont concentré leurs efforts à sensibiliser et éduquer sur les méfaits de la surconsommation de ces bonbons liquides. Nous sommes ravis de constater que cela porte ses fruits, mais il y a encore beaucoup de travail à faire : les boissons sucrées demeurent la principale source de sucre dans l’alimentation des Canadiens », souligne Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids, dans un communiqué diffusé mercredi.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Évaluation du projet Gazoduq: le ministre Charette corrige le tir | Martin Croteau

Published

on

By



M. Charette, qui a remplacé MarieChantal Chassé il y a un peu plus d’une semaine, a affirmé que seules les émissions qui auront lieu au Québec seront prises en compte dans l’examen du projet.

«L’évaluation qui nous revient, c’est les GES émis sur le territoire québécois, a dit M. Charette. Si jamais ça avait été interprété autrement tout à l’heure, c’est mon erreur.»

«Notre évaluation est en ce qui concerne le territoire québécois, tout simplement, a-t-il ajouté. Donc les GES émis antérieurement à leur arrivée en sol québécois, si je peux m’exprimer ainsi, ils sont calculés de toute façon dans l’évaluation globale à travers le Canada.»

En fin d’avant-midi, M. Charette a défendu sa décision de scinder l’évaluation environnementale du projet. Il a alors indiqué que les émissions causées la production du gaz en amont seraient prise en compte dans l’examen piloté par son ministère.

«Ça va faire partie de l’évaluation et de l’examen environnemental», avait-il assuré.

Les adversaires du gazoduc craignent que le projet encourage directement ou indirectement la production de GES dans l’extraction du gaz. D’autres, comme le Parti québécois, pressent Québec de faire en sorte que la canalisation ne transportera pas du gaz de schiste, produit par le processus de fracturation hydraulique.

Le gouvernement québécois n’est pas seul à se pencher sur le projet, qui prévoit la construction d’un gazoduc de 750 kilomètres entre le nord de l’Ontario et un port qui sera bâti près de Saguenay. Le gouvernement fédéral va également l’étudier par le biais de l’Office national de l’énergie.

La prédécesseure de M. Charette, MarieChantal Chassé, avait affirmé que Québec pourrait accepter ou rejeter le projet.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

La candidate libérale contre Jagmeet Singh se retire | LAURA KANE

Published

on

By



Karen Wang s’est excusée, mercredi, pour ses commentaires, affirmant que la diversité de la circonscription de Burnaby-Sud constituait de fait une véritable force.

Dans un communiqué, elle a expliqué qu’en essayant de parler de sa propre trajectoire et de l’importance de faire participer des personnes de différents horizons à cette élection partielle, elle avait émis des commentaires qui faisaient également référence à la culture de M. Singh.

Mme Wang admet que son choix de mots n’était pas adéquat et ne reflétait pas sa pensée, et elle s’excuse auprès de M. Singh, pour qui elle dit avoir «un profond respect».

C’est le quotidien gratuit StarMetro Vancouver qui a rapporté que Mme Wang avait écrit sur la plateforme de réseau social chinois WeChat qu’elle était «la seule» candidate chinoise dans la circonscription, alors qu’elle identifiait M. Singh comme un homme «d’origine indienne».

Mme Wang a indiqué qu’après avoir consulté ses partisans, elle avait décidé de se retirer.

«Je crois aux progrès que Justin Trudeau et l’équipe libérale réalisent pour les Britanno-Colombiens et tous les Canadiens, et je ne souhaite pas que mes remarques soient une source de distraction dans ce travail», a-t-elle déclaré.

Avant le retrait de Mme Wang, M. Singh avait indiqué dans un communiqué qu’il avait l’intention de représenter tous les membres de la circonscription, quelle que soit leur origine. Le Parti libéral du Canada a affirmé dans un communiqué que les commentaires en ligne de Mme Wang ne correspondaient pas à ses valeurs et qu’il avait accepté sa démission.

Élections Canada a précisé que le 4 février est la date limite pour l’inscription des candidats aux trois élections partielles du 25 février prochain. Jagmeet Singh, élu chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) en octobre 2017, tentera alors de faire son entrée à la Chambre des communes.

Selon le recensement de 2016, la circonscription de Burnaby-Sud compte environ 42 000 personnes identifiées comme «appartenant à une ethnie chinoise», tandis que 9270 personnes se disaient sud-asiatiques et que 455 autres étaient identifiées comme punjabi, sur une population totale de 111 000 habitants. M. Singh est de religion sikhe et parle le punjabi.

Les deux autres élections complémentaires du 25 février auront lieu dans les circonscriptions d’Outremont, au Québec, et de York-Simcoe, en Ontario. Outremont était représentée depuis 2007 par Thomas Mulcair, chef démissionnaire du NPD.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Affaires4 minutes ago

Embraer révise à la baisse ses estimations de résultats pour 2018

Anglais18 minutes ago

Personal Injury firm to pay an estimated $4 million to settle class-action with former clients

Arts Et Spectacles60 minutes ago

Keith Richards réédite l’album Talk is Cheap

Anglais1 heure ago

Westmount Park Elementary School students to be temporarily relocated to 2 separate buildings – Montreal

Actualités2 heures ago

Les Canadiens consomment un peu moins de sucre | STÉPHANIE MARIN

Arts Et Spectacles2 heures ago

Corey Hart entrera au Temple de la renommée de la musique | STÉPHANIE MARIN

Affaires2 heures ago

Le producteur d’aluminium Alcoa renoue avec les bénéfices

Anglais2 heures ago

RCMP seek help finding Canadian actress and nephew ‘considered missing’ from Kamloops since Sunday

Actualités3 heures ago

Évaluation du projet Gazoduq: le ministre Charette corrige le tir | Martin Croteau

Arts Et Spectacles3 heures ago

La Queens’: la volonté de résister | LUC BOULANGER

Anglais3 heures ago

Doug Ford rewrote the rules, now he wants to redraw Ontario’s borders

Technologie4 heures ago

Snap perd un autre directeur financier | BARBARA ORTUTAY

Actualités4 heures ago

La candidate libérale contre Jagmeet Singh se retire | LAURA KANE

Santé Et Nutrition4 heures ago

These Well-Crafted Chile-Chicken Nachos Take Every Component Seriously

Affaires4 heures ago

Orange mis en demeure sur ses obligations sur le marché entreprises

Anglais4 heures ago

Want to warm up to winter in Sask.? Here are a few ways to embrace the cold – Saskatoon

Actualités5 heures ago

Montréal remanie sa haute direction | PIERRE-ANDRÉ NORMANDIn

Santé Et Nutrition5 heures ago

Chile Chicken Nachos Recipe | Bon Appetit

Anglais5 heures ago

Man shot in the back gets disturbing Christmas card from imprisoned shooter

Technologie6 heures ago

Plus de transparence pour les publicités politiques sur Facebook

Anglais2 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition3 mois ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition1 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais1 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Styles De Vie4 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Santé Et Nutrition4 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Anglais2 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Actualités3 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Mode3 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Technologie4 semaines ago

Les cryptomonnaies ont encore du chemin avant de conquérir l’économie | LAURENT BARTHELEMY

Affaires4 mois ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Anglais2 mois ago

Keystone pipeline is Trump’s latest failed attempt to roll back environmental regulations

Anglais3 mois ago

Hackers target federal government networks an average of 474 million times per day, memo shows

Anglais4 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Technologie3 mois ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Anglais3 mois ago

No federal party will turn back the clock on the legalization of marijuana

Actualités3 mois ago

La souveraineté est toujours nécessaire, dit Bernard Landry | Denis Lessard

Arts Et Spectacles2 semaines ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Anglais3 mois ago

Police presence in Jewish communities across Canada to be increased following Pittsburgh shooting – National

Trending