Connect with us

Styles De Vie

le bon pH, gage de futures bonnes récoltes

Published

on


AU JARDIN CE WEEK-END – L’acidité d’un sol est un critère déterminant de fertilité. Les tests colorimétriques, que l’on trouve dans le commerce, offrent une précision suffisante pour la terre d’un jardin.

La végétation étant à l’arrêt, l’hiver est la saison idéale pour se pencher sur le sol de son jardin et tenter de remédier aux difficultés, plus ou moins récurrentes, rencontrées la ou les années précédentes. Ce peut être, la prolifération excessive de certaines herbes dites mauvaises, des cultures qui «rendent mal» au potager ou encore des arbustes ou des massifs qui végètent en dépit des bons soins que vous leur apportez. Sachez que l’origine de ces maux peut tenir en deux lettres: pH ou «potentiel hydrogène». Autrement dit un manque ou, à l’inverse, un excès d’acidité de votre sol.

L’assimilation des minéraux (azote, phosphore, potassium, magnésium, oligo-éléments) dont se nourrissent les plantes est en effet directement conditionnée par la quantité d’ions hydrogène (H +) présents dans votre terrain. Certains végétaux, dits acidophiles, comme le rhododendron, la bruyère ou le camélia, ont de gros besoins en acidité, donc en ions H + (qui sont en fait des protons), quand d’autres y sont quasiment allergiques (viorne, cornouiller).

Risque de carence

Mais il s’agit de cas extrêmes. Pour donner la pleine mesure de son potentiel, un sol de jardin doit, en fait, être légèrement acide à neutre, avec un pH compris entre 6 et 7 (de 1 à 7 le milieu est acide, de 7 à 14 il est basique ou alcalin), car c’est dans cette fourchette que les nutriments sont le mieux absorbés par la plupart des plantes et que le risque de carence ou d’exposition à certains parasites est minimisé.

C’est ainsi qu’un sol trop basique a pour effet de bloquer l’assimilation du fer chez les plantes sensibles à la chlorose (jaunissement des feuilles) comme certains rosiers, le fraisier ou l’hortensia. Ou de faciliter l’apparition de certaines bactéries pathogènes comme celle qui provoque la gale de la pomme de terre. De son côté, un sol trop acide peut fragiliser des cultures comme l’ail, l’oignon, le céleri et surtout les choux qui, en dessous d’un pH de 6,5, deviennent sensibles à un champignon parasite, la hernie (Plasmodiophora brassicae).

Comment mesurer le pH

La méthode la plus simple et la plus économique consiste, dans un premier temps, à observer la flore spontanée de votre jardin car certaines plantes sont de bons indicateurs. La présence de pâquerettes (Bellis perennis) dont les délicats tapis de fleurs blanches illuminent votre pelouse au printemps, mais aussi de renoncule rampante (Renonculus repens) ou d’oseille sauvage (Rumex acetosela) signifie que votre sol est acide.

D’autres, à l’inverse, comme le mouron rouge (Anagallis arvensis), la centaurée (Centaurea jacea) ou la renouée liseron (Polygonum convolvulus), à ne pas confondre avec le liseron, sont le signe d’un milieu basique. La géologie entre bien évidemment en ligne de compte: les sols issus de roches-mères schisteuses ou granitiques (Bretagne, Vendée, Massif central…) sont à dominante acide, tandis que les terrains situés sur un sous-sol calcaire (Champagne, Bassin Parisien, Causses…) sont principalement basiques.

Vinaigre et bicarbonate

La présence de pâquerettes signifie que votre sol est acide.
La présence de pâquerettes signifie que votre sol est acide. Tauralbus sous licence CC

Pour valider ce diagnostic rapide, prélevez plusieurs échantillons de terre en différents points de votre jardin, mélangez-les dans un récipient et versez-y du vinaigre blanc. Si des petites bulles de gaz carbonique (CO2) se dégagent de la solution, cela signifie que votre sol contient du calcaire et qu’il est donc alcalin. S’il ne se passe rien, confectionnez un second mélange dans lequel vous ajouterez, cette fois, du bicarbonate de soude dissous dans de l’eau. Si un dégagement de CO2 se produit, cela veut dire que votre terrain est acide. Enfin, si votre sol ne réagit ni au vinaigre ni au bicarbonate, vous pourrez en conclure qu’il est neutre.

Maintenant, si vous voulez connaître plus précisément la valeur de votre pH, en vue notamment de le corriger, vous pouvez utiliser des bandelettes de papier pH, imprégnées d’indicateurs colorés, que l’on trouve facilement dans le commerce.

Les moyens d’y remédier

En sol acide, il est recommandé d’épandre, du fait de leur richesse en calcium, les cendres de votre cheminée ou de votre poêle à bois. Vous pouvez également incorporer à la fin de l’hiver du maërl ou du lithothamme, du calcaire broyé, des scories potassiques (si vous en trouvez…) ou encore de la chaux éteinte, de formule Ca (OH)2. Respectez scrupuleusement les doses indiquées afin de ne pas modifier brutalement l’équilibre de votre sol. Plus le pH est bas (et donc l’acidité élevée) et plus la correction devra se faire par étapes en l’échelonnant s’il le faut sur plusieurs années. Procédez ensuite à des apports d’entretien pour maintenir le pH au niveau voulu. À noter qu’en sol argileux, la baisse de l’acidité rendra celui-ci moins collant et donc plus facile à travailler.

Pour bleuir, les hortensias ont besoin d'acidité et d'aluminium.
Pour bleuir, les hortensias ont besoin d’acidité et d’aluminium. 81951095/aquaphoto – stock.adobe.com

En sol basique, l’apport régulier de tourbe (préférable à la terre de bruyère du commerce à la qualité souvent médiocre), en quantité suffisante, est indispensable. C’est notamment le cas si vous voulez implanter une roseraie ou déguster de bonnes fraises au printemps. Procédez également à des pulvérisations, ou à des arrosages, de chélate de fer pour prévenir tout risque de chlorose. Si vous voulez cultiver des plantes très acidophiles (pH 4,5 à 5,5) comme le camélia, l’azalée ou le rhododendron, vous devrez carrément ôter la terre d’origine pour la remplacer par un mélange de tourbe, de terre neutre et de sable non calcaire. Sauf si vous habitez dans les Landes ou en Sologne, où les terrains, de type podzolique, sont naturellement très acides. Enfin, pour faire bleuir hortensias et hydrangéas, il vous suffit de descendre le pH en dessous de 6 en incorporant dans le sol de l’ardoise pilée ou des sels d’aluminium. Mais le plus simple consiste sans doute à habiter en Bretagne ou sur les plateaux du Limousin!

• Cet article est une version actualisée de celui paru le 17 janvier 2014.

Vos rendez-vous «jardin» à ne (surtout) pas manquer

• 26-27 janvier: fête des plantes «Mimosalia», sur le thème de l’«intelligence des arbres», village médiéval, Bormes-les-Mimosas (Var)

• Du 9 au 17 février: exposition-vente d’orchidées Vacherot & Lecoufle, Parc floral de la Source, Orléans (Loiret).

• Du 14 février au 11 mars: 7e exposition «Mille et une orchidées», grande serre du Jardin des Plantes, Paris.

• 16 février: Conférence «Jardiner au naturel: des solutions existent», espace Jean Vautrin, Bègles (Gironde).

• Jusqu’au 28 février: exposition «Jardins d’hiver», Domaine de Chaumont-sur-Loire (Loir-et-Cher).

• Du 28 février au 3 mars: Salons «Piscine & jardin» et «Ma maison mes envies», Parc Chanot, Marseille (Bouches-du-Rhône).

• Du 2 au 4 mars: 560e foire aux arbres et aux plantes, Lisieux (Calvados).



Source link

قالب وردپرس

Styles De Vie

L’Alpina B7 s’offre une remise à niveau

Published

on

By


NOUVEAUTÉ – Version sportive de la Série 7, l’Alpina B7 bénéficie de la cure de jouvence apportée à la limousine BMW. Ses performances sont dignes d’une supersportive.

L’Alpina B7 n’a pas attendu longtemps pour profiter des retouches appliquées à la BMW Série 7. Rien de plus normal, puisque tous les véhicules Alpina dépendent de la production du constructeur Munichois. Chaque modification effectuée sur un modèle de la firme à l’hélice impacte donc directement son équivalent chez Alpina. Qu’apporte cette Série 7 ayant abandonné son badge d’origine? Elle constitue le complément sportif à la gamme BMW Série 7, à l’image de la Mercedes S 63 AMG. Certains diront que ce rôle revient déjà à la M760Li animée par un V12, mais ce bloc alourdit sensiblement ce modèle commercialisé uniquement en version limousine. D’ailleurs, en termes de performances, cette dernière ne fait pas mieux que l’Alpina B7 malgré sa cylindrée supérieure.

De l’extérieur, cette Alpina ressemble vraiment à une voiture de sport. La jupe avant dispose d’entrées d’air fonctionnelles et arbore le fameux lettrage «ALPINA», les sorties d’échappement sont doubles et le diffuseur se pare d’ailettes. Les jantes de 20 pouces (21 pouces en option) renforcent également le côté sportif du véhicule. À l’intérieur, la B7 installe les occupants dans une ambiance statutaire et luxueuse. Aides à la conduite et système d’infodivertissement dernier cri, matériaux précieux, plaque de production individuelle, rien ne manque pour un voyage en première classe.

Cette berline haut de gamme soigne aussi son comportement routier. La hauteur de caisse est réglable sur une amplitude de 35 mm, les amortisseurs sont pilotés, le mode «Sport Plus» fait partie des modes spécifiques aux véhicules Alpina, les quatre roues sont motrices et directrices, et le système de freinage haute performance emploie des disques de 395 mm de diamètre à l’avant et 398 mm à l’arrière. Sous le capot, on retrouve le V8 biturbo de 4,4 litres du précédent millésime. Sa puissance et son couple demeurent inchangés: 608 chevaux et 800 Nm.

Une information qui pourrait décevoir les adeptes du «toujours plus». Le couple maximal est toutefois disponible 1 000 tours/minute plus tôt qu’auparavant. Les performances sont dignes d’une supersportive: le 0 à 100 km/h est abattu en 3,6 secondes et la vitesse de pointe s’établit à 330 km/h. Impressionnant pour un engin de plus de deux tonnes.

L’ Alpina B7 sera disponible à la commande dès le mois de mars 2019 au prix de 154 800 euros. Les premières livraisons sont prévues à partir de juillet 2019.

Sous le capot, on retrouve le V8 biturbo de 4,4 litres du précédent millésime.
Sous le capot, on retrouve le V8 biturbo de 4,4 litres du précédent millésime. Alpina



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Styles De Vie

Bentley Bentayga Speed, une affaire d’honneur

Published

on

By


NOUVEAUTÉ – Désormais affublé de la particule «Speed», le Bentayga revendique le titre de SUV le plus rapide du monde.

L’appellation «Speed», apparue pour la première fois sur la Bentley Continental GT en 2007, indique une augmentation des performances du modèle qui la porte. À tel point que Bentley annonce que son Bentayga Speed est le SUV le plus rapide du marché. Le constructeur de Crewe aurait-il oublié que son cousin Lamborghini s’est récemment converti aux véhicules de loisirs avec l’Urus? Pas vraiment. Avec une vitesse maximale de 306 km/h, ce Bentayga vitaminé devance le SUV italien de… 1 km/h. Non content d’être très proches en performances, ces deux véhicules partagent la même plateforme.

Sous le capot, on retrouve le fameux W12 biturbo de 6 litres qui passe de 608 à 635 chevaux.
Sous le capot, on retrouve le fameux W12 biturbo de 6 litres qui passe de 608 à 635 chevaux. Bentley

De l’extérieur, cette version Speed est reconnaissable à son kit carrosserie plus musclé, incluant jupes latérales, spoiler avant, diffuseur et aileron. Les grilles d’aération sont peintes en noir, et des badges «Speed» ornent le bas des portes avant. Enfin, les feux sont teintés et les jantes de 22 pouces lui sont spécifiques. L’habitacle abrite de nombreux logos «Speed», et s’habille, pour la première fois dans un Bentayga, de suédine.

Sous le capot, on retrouve le fameux W12 biturbo de 6 litres qui passe de 608 à 635 chevaux. Malgré le handicap de quatre cylindres, l’Urus conserve l’avantage avec une puissance de 650 chevaux. Le couple, pour sa part, est toujours de 900 Nm. Le mode Sport a été recalibré pour une meilleure réponse du moteur et de la boîte de vitesses automatique à 8 rapports. Pour achever d’affirmer le tempérament sportif de ce Bentayga Speed, sa suspension a été raffermie et son échappement libéré.

Certes, ce nouveau Bentayga est dorénavant le SUV le plus rapide du marché, mais question accélération il ne peut pas rivaliser avec l’Urus qui ne demande que 3,6 secondes pour atteindre 100 km/h, contre 3,9 secondes pour le 4×4 anglais. D’ailleurs, des modèles bien moins onéreux peuvent aussi se vanter de battre le Bentayga Speed à ce petit jeu.

Le Jeep Grand Cherokee Trackhawk et l’Alfa Romeo Stelvio Quadrifoglio, qui demandent respectivement 3,7 et 3,8 secondes pour passer de 0 à 100 km/h risquent de donner du fil à retordre au nouvel athlète de la firme de Crewe. De plus, avec Aston Martin sous le label Lagonda et Ferrari qui se préparent à investir le marché, le «record» de vitesse du Bentayga risque de ne pas subsister très longtemps.

Le Bentley Bentayga Speed sera dévoilé au Salon de Genève, et sa commercialisation aura lieu courant 2019 à un tarif encore inconnu.

De l'extérieur, cette version Speed est reconnaissable grâce à son kit carrosserie plus musclé, incluant jupes latérales, spoiler avant, diffuseur et aileron.
De l’extérieur, cette version Speed est reconnaissable grâce à son kit carrosserie plus musclé, incluant jupes latérales, spoiler avant, diffuseur et aileron. Bentley



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Styles De Vie

Camélia, proche parent du thé

Published

on

By


FICHE PLANTE – Ce superbe arbuste d’ornement à feuilles persistantes nous vient d’Extrême-Orient. Outre le camélia du Japon, le plus connu, il en existe un très grand nombre d’espèces et de variétés.

Nom latin: Camellia japonica.

Famille botanique: Théacées.

DESCRIPTION

Origine: Le camélia (Camellia japonica) ou Rose du Japon est un superbe arbrisseau d’ornement à feuilles persistantes, pouvant atteindre 15 m de haut et 7 à 8 m d’envergure qui nous vient d’Extrême-Orient où il fut longuement sélectionné, en particulier par certains Samouraïs dont il était l’emblème et dont les formes «Higo» à fleurs simples sont l’exemple le plus accompli. 

Il a été découvert au Japon dès 1682 par le docteur Engelbert Kaempfer, attaché à la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales. 

Décrit scientifiquement par Linné en 1735, le genre Camellia fut dédié au père jésuite Joseph Kamel qui signait ses envois du nom latinisé de Pater Camellus, en hommage à ses nombreux travaux botaniques, probablement sans aucun rapport avec le camélia, qu’il effectua aux Philippines jusqu’à sa mort en 1706.

L’introduction de C. japonica en Europe est inséparable de celle du thé, dont la végétation est fort similaire et que les botanistes considèrent d’ailleurs aujourd’hui comme une espèce voisine, le Camellia sinensis. Cultivé en chine depuis 3000 ans, le thé s’est répandu à l’ouest vers la Perse et à l’est au Japon au Ve siècle de notre ère. 

Les camélias, arrivés par hasard à Londres, dès la fin du XVIIIe siècle, déçurent beaucoup les Anglais qui voulaient cultiver le thé dans leurs colonies. Erreur d’achat de graines ou tromperie délibérée des Chinois soucieux de protéger leur patrimoine économique? Les camélias firent au moins le bonheur des jardiniers qui commençaient à diversifier activement leurs collections ornementales.

Le XIXe siècle verra arriver diverses espèces de Camellia d’origines chinoise ou japonaise, notamment grâce au grand «corsaire» botanique que fut Robert Fortune. Le XXe siècle sera à son tour redevable à l’écossais Forrest de nouvelles espèces.

De grands collectionneurs et sélectionneurs européens ont puissamment contribué à la renommée de la Rose du Japon ou Tsubaki. L’engouement des élégantes et élégants de la monarchie de Juillet pour cette fleur rendit pour un temps, sa culture fortement rémunératrice. L’image de la Dame aux Camélias (avec un seul l, selon l’orthographe d’Alexandre Dumas fils, couramment utilisée depuis) ou la gravure de Grandville sont dans tous les esprits.

Principaux types:

llee_wu sous licence CC

Outre C. japonica, on recense aujourd’hui pas moins de 38.000 variétés et cultivars du genre Camellia consignés dans un registre tenu à jour par l’Australie. Citons parmi les principales: 

• C. lutchuensisarbuste à fleurs blanches de 3 m environ. C’est le plus parfumé de tous.

• C. eeticulata: très appréciée pour ses grandes fleurs, cette espèce atteint 8 à 10 m de haut à l’état sauvage, 4 à 6 m en culture (difficile chez nous). 

• C. sasanqua, ou «camellia d’automne. On le reconnaît facilement à ses feuilles plus petites, pointues et à sa floraison automnale simple, blanche, et délicatement parfumée. De nombreuses variétés sont issues d’hybridation de C. sasanqua avec d’autres espèces.

• C. saluenensis, originaire de Formose et très tôt hybridé avec C. japonica.

• C. reticulata, dont les grandes et belles fleurs rachètent la fragilité. Cette espèce, introduite en 1820 par Robert Fortune, entra dans de nombreuses hybridations et donna, entre autres, la célèbre race des X Williamsii.

• C; transnokoenesis donne une multitude de petits boutons roses sur des tiges très souples, qui s’ouvrent en fleurs parfumées blanches. Les jeunes pousses sont couleur bronze. 

Cette liste s’est encore enrichie récemment d’espèces sur lesquelles les hybrideurs fondent de grands espoirs. C’est notamment le cas du C. granthamiana, découvert à Hong Kong en 1955, puis de diverses espèces vietnamiennes à fleurs jaunes telles que C. chrysantha découvertes entre 1992 et 2002. 

Période de floraison: Le Camellia japonica fleurit de mars à mai.

Rusticité: Ces arbustes peuvent, tout au plus, souffrir de la neige qui dessèche leurs feuilles persistantes et qu’il suffit alors de faire tomber. 

CULTURE

72783539/tsach – Fotolia

Sol: On a longtemps cru que les camellias exigeaient la serre et la terre de bruyère, très acide. Il est vrai que les hivers du XIXe siècle furent longtemps rigoureux (ce fut jusque dans les années 1880, le «petit âge glaciaire» des climatologues).

En fait, ils peuvent dépasser dix mètres de haut à l’air libre, pourvu que le pH du sol et la douceur du climat leur soient favorables, comme c’est notamment le cas sur la façade atlantique française.

Toute situation de jardin favorable à l’hortensia (Hydrangea macrophylla) l’est aussi pour le camellia car leurs exigences sont assez voisines.

Semis/plantation: La multiplication par greffage est une affaire de spécialiste, mais le bouturage, voire le marcottage aérien, sont à la portée de l’amateur.

Certaines variétés fructifient régulièrement. Elles donnent des capsules pouvant atteindre la taille d’une petite pomme. La curiosité peut conduire à semer les graines qu’elles contiennent. Avec des soins et beaucoup de patience, le nouveau camélia donnera peut-être de jolies fleurs, sans doute différentes de celles du pied d’origine, entre cinq et dix ans après le semis.

Conduite de culture: La croissance des camélias est lente. Ils supportent bien la taille. Pour avoir de beaux arbustes, il faut les fertiliser. Leurs racines étant plutôt fragiles, on apportera une fumure organique très décomposée au moment de la plantation et des fertilisants à libération lente après la floraison.

Ne jamais laisser le sol d’un camellia se dessécher. Arroser régulièrement avec une eau non calcaire, bien sûr, surtout l’année qui suit la plantation.

Maladies et parasites courants:

• Pucerons: ces minuscules insectes sucent la sève, freinent le développement de l’arbre et favorisent l’apparition de la fumagine (cf ci-dessous). 

• Otiorhynque: ce petit coléoptère nocturne se nourrit des feuilles en faisant des découpes sur les bords. Sa larve mange l’écorce au niveau du collet. 

• Fumagine: c’est un champignon noir qui s’installe sur les exsudats sucrés laissés par les pucerons. Disgracieux mais pas dangereux. Pour le prévenir, il faut pulvériser un produit huileux en fin de printemps qui ne permet pas aux exsudats d’insectes de se coller aux feuilles. Eu égard à la réduction de l’emploi des pesticides au jardin, on pourra se rappeler l’efficacité du savon noir.

• La chlorose, décoloration des feuilles qui perdent leur belle teinte vert foncé pour adopter un jaune inquiétant avant de tomber. La chlorose, ou déficience en fer, est le symptôme d’un sol trop riche en calcium et qu’il faudra amender, soit trop peu drainant et causant une asphyxie racinaire.

Il ne faut pas confondre la chlorose avec les taches, stries, ponctuations irrégulières provoquées par des virus. Un sujet virosé pousse peu et fleurit peu, voire pas du tout. Il faut l’éliminer car il ne sera pas possible de le guérir.

• Chute des boutons floraux: provoquée souvent pas une baisse de température. Il faut protéger votre pied par une couverture ou un voile de forçage à l’annonce d’un coup de froid.

Fiche rédigée par Daniel Lejeune, administrateur de la SNHF et Martine Soucail de la section Arbres et arbustes d’ornement.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Actualités6 minutes ago

L’opposition libérale accuse la CAQ de manquer de transparence

Opinions16 minutes ago

L’immobilier se normalise | Le Devoir

Affaires22 minutes ago

Le pétrole au plus haut depuis trois mois

Anglais37 minutes ago

Peel Police charge father of dead girl, 11, with first-degree murder

Santé Et Nutrition1 heure ago

Pomegranate-Parsley Tabbouleh

Arts Et Spectacles1 heure ago

Arctic: survivre à l'Arctique ***1/2

Opinions1 heure ago

Rencontre entre Kim et Trump, acte II

Anglais2 heures ago

Edmonton’s funicular was a popular river valley ride in its first year: report – Edmonton

Actualités2 heures ago

La nouvelle administratrice de l’OIF sera canadienne | DENIS LESSARD

Arts Et Spectacles2 heures ago

Grâce à Dieu de François Ozon sortira-t-il en salles?

Opinions2 heures ago

État d’urgence: les illusions de Trump

Affaires2 heures ago

Croissance des revenus de Canopy Growth

Anglais3 heures ago

Canada’s main stock index reaches highest level since Oct. 5

Actualités3 heures ago

Démission de Jody Wilson-Raybould: Trudeau blâme le départ de Scott Brison | MYLÈNE CRÊTE

Opinions3 heures ago

Ali Baba, les quarante voleurs et le Venezuela

Anglais4 heures ago

Don’t allow cannabis edibles that look like candy, medical officer of health says

Actualités4 heures ago

Le déblaiement progresse à Montréal

Opinions4 heures ago

Un mal profond en éducation

Affaires4 heures ago

ABI: jours de négos annulés, la direction réfléchit | LIA LÉVESQUE

Anglais5 heures ago

Two injured in Kamloops shooting – Okanagan

Anglais3 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition4 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais1 mois ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Anglais4 semaines ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Santé Et Nutrition1 semaine ago

Redécouvrir les plaisirs de la neige grâce aux sports d’hiver | CHRISTIAN GEISER

Anglais2 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Santé Et Nutrition5 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Anglais3 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Arts Et Spectacles1 mois ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Styles De Vie5 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Mode1 mois ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais3 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais1 mois ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Anglais2 jours ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais1 semaine ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Actualités4 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Styles De Vie4 semaines ago

Le Michelin salue le dynamisme de la gastronomie française

Styles De Vie4 semaines ago

quel avenir pour le Carré des Horlogers?

Trending