Connect with us

Styles De Vie

Paris dans tous ses états

admin

Published

on


Ce week-end, les shows masculins se sont révélés riches, éclectiques et spectaculaires… bien que passablement perturbés par un autre style de défilés.

La Fashion Week masculine de janvier à Paris est la partie immergée d’un inimaginable iceberg. D’un secteur économique important, d’une industrie avec des ramifications à l’échelle de la terre, d’une multitude de métiers divers et variés qui touchent, de près ou de loin, à la mode. Cet événement international, dont les images font le tour du monde, en attire d’autres. Dans les halls de la Porte de Versailles, au Pavillon Vendôme, à l’Hôtel d’Évreux, au Palais Brongniart, dans une multitude de galeries et d’appartements du Marais transformés en show-rooms, pléthore de marques font salon afin de dévoiler leurs collections de prêt-à-porter et d’accessoires à des acheteurs venus de tous les pays.

En parallèle, se tient le salon Maison & Objet au Parc des expositions de Paris Nord Villepinte, un sommet à lui seul. Et quand tous ces professionnels ne courent pas d’une présentation à l’autre, ils hument l’air de Paris, visitent des nouveaux lieux, recherchent des jeunes marques, craquent et dépensent… Tout cela, bien entendu, en temps normal. Samedi, en raison des manifestations des «gilets jaunes», la capitale française était impraticable dans certains quartiers. Les dirigeants des maisons et la Fédération de la haute couture et de la mode avaient pris les devants en aménageant le calendrier des défilés, mais l’impact reste colossal, inestimable et durable aussi pour cette profession.

» LIRE AUSSI – Fashion week: la poésie du quotidien

Il en faudrait cependant plus pour entamer l’énergie d‘Olivier Rousteing chez Balmain. Ajourné de quelques heures, le show se tient au Tennis Club de Paris, transformé en immense dance floor revêtu d’un sol miroir. Le minimum nécessaire pour dévoiler 98 silhouettes en noir et blanc (dont une dizaine intégrant du denim délavé). Un record, pas tant en nombre – il y en avait plus lors du précédent défilé dans les salons du ministère des Affaires étrangères – qu’au niveau du style, d’une extrême diversité, tout en se tenant plus que jamais. La performance débute par le soir, en smoking déstructuré jouant sur le positif négatif. Puis viennent la ville, le jour, des dégaines plus cool sans verser dans des excès streetwear, tweed aux nuances dégradées, cuir et jeans avec des coutures et des ourlets peints en contraste à main levée. Sur des hoodies et des cabas, le trentenaire imprime en lettres capitales des «Don’t put your blame on me», «I hope (s)he loves the boys», «You only know my name, not my story», messages qui ne sont pas lancés à la cantonade. Olivier Rousteing est extrêmement suivi sur les réseaux sociaux. À l’occasion du défilé, Balmain lançait d’ailleurs sa propre application en partenariat avec Apple, une tribune où la verve du directeur artistique français devrait battre des records.

Pour la première fois, Loewe présente la collection masculine de Jonathan Anderson sous forme de défilé

Chez Sacai, Chitose Abe a toujours eu envie d’en découdre avec les conventions vestimentaires. Samedi matin, l’atmosphère lunaire qui entoure sa présentation – avancée à 9 heures pour ne pas pâtir des rassemblements publics tandis que les alentours du Grand Palais, proche de l’Élysée, sont bouclés à la circulation depuis l’aube -, n’a aucun lien avec l’esprit, moins chahuté, de sa collection. Les chocs de couleurs et de motifs sont restreints tout en veillant à ne pas dévoiler deux looks similaires. L’individualité est le motto de la saison qui couvre l’automne et l’hiver avec des pièces pour tous les temps et tous les froids, de l’habit de pluie dans des tissus calques à des grosses doudounes et parkas incrustées de fourrure ou de jacquard qui renouvellent le genre.

Pour la première fois, Loewe présente la collection masculine de Jonathan Anderson sous forme de défilé. Un passage à la vitesse supérieure dans la mode homme pour la griffe madrilène du groupe LVMH, dont le directeur créatif irlandais s’acquitte haut la main. Normal, il a lancé sa marque personnelle à partir de ce dressing, en 2008 sur les podiums de Londres, avec une audace qui a rapidement fait son nom. Quelque dix ans plus tard, cette fantaisie débridée revient en force à Paris. À la maison de l’Unesco, l’espace est décoré d’une sculpture monumentale de l’Allemand Franz Erhard Walther. Elle intègre des fragments de vêtements comme des gabarits de coupe utilisés par les tailleurs. La proposition joue également sur ce passage de formes à-plat à des habits en volumes, avec des pulls aux bords non cousus, des chemises sans boutons aux longs poignets, des souliers qui se prolongent en chaps portés non zippés à l’intérieur de la jambe. À chaque passage, plusieurs idées. Cette créativité folle est rafraîchissante. Défilent aussi des chemises et des blousons très sobres et portables avec une seule grande poche en cuir contrasté, ainsi que les sacs Puzzle et Gate dans des formats et des cuirs plus que parfaits.

Avec les réserves Perret dédiées aux meubles d’époque (sièges, fauteuils) du Mobilier national pour cadre, la collection Hermès aurait pu paraître écrasée

L’imagination de Thom Browne est tout aussi bluffante. Et ne parlons pas trop de ses mises en scène, qui régaleraient un psy! Le set du défilé tapissé de plastique bulle à la manière d’une cellule capitonnée invite peut-être à ne pas trop creuser de ce côté-là? Le show commence par huit garçons en tenue de cuisinier confectionnée dans cette même matière. Puis, des mannequins habillés de compilations de vêtements, parfois en jupe ou en robe droite ou en costume et manteau parfaitement taillés, se présentent. Depuis l’été dernier, le designer américain est entré dans le giron du groupe italien Zegna, le leader mondial du prêt-à-porter masculin. Au final, les 38 silhouettes apparaissent reproduites en taille miniature au centre du podium… En résumé, des poupées du sexe fort.

Avec les réserves Perret dédiées aux meubles d’époque (sièges, fauteuils) du Mobilier national pour cadre, la collection Hermès aurait pu paraître écrasée. Mais elle est d’une beauté exceptionnelle, reposant sur de solides assises – c’est le cas de le dire! – et une main experte. L’hiver prochain, Véronique Nichanian se remet en question, elle bouscule ses lignes sans perdre de vue cette simplicité sophistiquée signant les succès maison. Dès les premiers passages, un trois-quarts présente des poches plaquées doublées d’autres décalées de quelques millimètres en cuir contrasté. Les boots à découpes perforées sont renforcées par une semelle en gomme nuancée. Des liserés métallisés soulignent quelques ourlets. Des formes géométriques sont surpiquées en tout petit sur des chemises, tricotées aux mailles de pulls en cachemire, incrustées en format géant dans des blousons en agneau. Ces figures anguleuses sont adoucies par des coupes plus rondes, des matelassages légers, des peausseries aux touchers sensuels. Du mouton retourné réchauffe les cols des bombardiers, anime les devants de canadiennes en cerf. Le tout décliné dans un océan de bleus, avec des accents d’orange brûlé, de vert absinthe, de jaune safran ou de rouge H. Subtilement.


La richesse de Dior par Kim Jones

«Mon premier défilé était une déclaration d’intention. Le deuxième précise et développe ce propos: évoquer ce que fut cette maison et ce qu’elle va devenir», confie Kim Jones, avant son très attendu show Dior, suite à un galop d’essai très applaudi comme nouveau directeur artistique de l’univers homme, en juin 2018. Quelques heures plus tard, le premier modèle qui s’avance – les mannequins ne marchent pas, ils prennent la pose sur un tapis roulant traversant l’intégralité de la salle – résume cet exercice entre passé et futur. Il est habillé d’un costume sombre rappelant les grandes années 2000 de Dior Homme sous la direction d’Hedi Slimane. Cette veste est voilée d’un plastron représentant une tête de fauve dessinée pour l’occasion par l’Américain Raymond Pettibon, brodé à la main par pas moins de 15  artisans différents, totalisant quelque mille six cents heures d’ouvrage. Elle souligne des savoir-faire couture préservés et, par ailleurs, évoque les affinités électives du fondateur de la griffe avec des artistes, lui qui avait été galeriste avant de se révéler dans la mode, en 1947.

Il y a aussi cet imprimé léopard qui renvoieci et là à Monsieur Dior. Ainsi que le sac Saddle à l’époque John Galliano, une pochette désormais réinterprétée pour homme, gonflée de ouate et portée en holster. Et ces cols écharpes constitués d’un drapé asymétrique se prolongeant en quille de veste et de manteaux, au temps de Raf Simons sur la mode femme… Les 49 passages ont l’élégance de respecter l’héritage sans pour autant virer au patchwork d’hommages. Kim Jones trace une ligne claire à travers cette collection. Du moins, il sait où il va en multipliant les options. Il s’adresse à plusieurs hommes d’âges différents, de nationalités et de sensibilités cosmopolites avec un dressing particulièrement riche. Il ne laisse également pas insensibles les femmes. Dans la foulée de la présentation, Dior diffusait des images de l’actrice Christina Ricci, de la chanteuse Lily Allen et des mannequins Naomi Campbell, Kate Moss et Natalia Vodianova portant déjà des modèles de la saison en question, assises au premier rang.


De l’art d’être constant

Nombreux sont (encore) les hommes à ne jurer que par les costumes d’un tailleur précis ou les jeans d’un unique label ad vitam aeternam car ils savent que ces pièces leur vont parfaitement. Ainsi, Lemaire a ses adeptes, des initiés affectionnant les habits intemporels de Sarah-Linh Tran et Christophe Lemaire. Pourtant, quelque chose a changé sur l’hiver prochain. «J’avais envie d’une épaule de veste plus tailleur, de cols plus graphiques, de vêtements plus nets…», confie le designer. Une allure de dandy en somme? «Oui, mais austère, surtout pas précieux. Le dandysme est une manière de se tenir droit, une sorte de résistance, à ce moment précis où on recherche la caution streetwear à tout prix.» Le duo a raccourci les pantalons à pli marqué, taillé des blazers dans une soie lavée rose poudre plutôt que dans une draperie classique, contrasté le raffinement de l’ensemble avec de gros pardessus en laine sèche.

La maison Jil Sander, du temps de la fondatrice, avait aussi des inconditionnels de son dressing minimaliste. Après son départ, plusieurs directeurs artistiques se sont succédé… Avec plus ou moins de succès. Depuis 2017, Lucie et Luke Meier s’y attellent, présentant pour la première fois à Paris. Sans conteste, leur collection est une des plus pertinentes, proche des classiques de départ: pulls à cols ronds en maille chinée, impers impeccables et complets trois boutons aux lignes pures dans une gamme de teintes grisées. Un rouge intense et des touches de bleu céruléen tranchent. La silhouette est étirée, les chemises et les pulls allongés, les couches de vêtements se superposent comme l’affectionne l’époque. Autre signe des temps et d’un mélange des genres que n’aurait pas renié Mme Sander, un voile de soie constitué d’aplats de couleurs réveille les costumes noirs des derniers passages.

La bienveillance est le thème de la collection automne-hiver 2019-2020 d’Officine Générale. Un terme élu mot de l’année 2018 en France qui sied à chacune des collections de Pierre Mahéo depuis 2012

La bienveillance est le thème de la collection automne-hiver 2019-2020 d’Officine Générale. Un terme élu mot de l’année 2018 en France qui sied à chacune des collections de Pierre Mahéo depuis 2012. Grâce sa mode altruiste, le styliste s’est d’ailleurs construit une clientèle fidèle. Une humanité que l’on retrouve l’hiver prochain dans «le costume sous toutes ses formes, élément indispensable dont je ne me lasserai jamais», écrit-il dans sa note d’intention, rédigée à la première personne comme une lettre à des amis. Parfaites illustrations: les vestes à poches plaquées, déstructurées pour plus d’aisance et glissées sur des chemises sans col et des pulls en mohair bouloché, les blazers droits «pas si classiques» ou croisés «1-1/2» (pour être exact) à porter ouverts. Également des nouveautés de la saison, comme des blousons d’aviateur en Nylon kaki ou daim beige mais surtout la première paire de sneakers de la marque, qui d’emblée ont tout pour plaire.

Les aficionados d’un certain classicisme devraient également trouver leur compte chez Cerruti 1881. Jason Basmajian imagine le bon pantalon de ville feu de plancher, la paire de boots allant de pair, la parka alliant la juste dose de technique et d’élégance, le chandail en patchwork combinant créativité et confort. En poste depuis 2015, sans forcément afficher de parti pris fort, l’Américain devrait trouver sa clientèle.

Peut-on parler de constance pour une jeune griffe qui n’a que deux ans? Reste que Dilan Lurr, le créateur de Namacheko, montre déjà une certaine obstination à retravailler chaque saison sa maîtrise du tailoring. Une fois encore, il dévoile une série de costumes remarquablement exécutés dont les vestes croisées à manches gigot et taille cintrée sont ravissantes. Le styliste repéré par le concept store The Broken Arm montre aussi un talent pour la maille. Mention spéciale pour les chandails en mohair multicolore à motifs psychédéliques.


L’évolution naturelle de Vetements

Le collectif Vetements emmené par Demna Gvasalia (par ailleurs directeur artistique de Balenciaga) a par le passé défilé sous les stroboscopes d’un club gay, sous le périphérique, dans les rayons des Galeries Lafayette et le Centre Georges Pompidou. Jeudi soir, il avait choisi la Grande Galerie de l’évolution, au Muséum national d’histoire naturelle. Sur la bande-son d’une mégapole en surchauffe (klaxons, sirèneset bruits d’automobiles), une horde de garçons et de filles recroquevillés dans des doudounes carapaces, le visage caché derrière un passe-montagne, une capuche ou un col remonté jusqu’au nez, avancent d’un pas pressé.

La marque qui avait réenchanté le logo et le sweat-shirt promotionnel, il y a peu, s’en sert aujourd’hui pour délivrer des messages souvent politiques, parfois ironiques. Signe des anarchistes peint à l’envers, écusson Interpol, détournement de la première affiche de campagne de Barack Obama ou, sur un sweat, cette phrase «C’est mon anniversaire et la seule chose que j’ai eue est un hoodie hors de prix de chez Vetements». Nombreux ont reprochéau label de détourner l’esthétique des classes ouvrières pour éditer des produits de luxe à destination d’une clientèle (les fameux millennials) qui n’en avait peut-être pas les moyens. Qu’importe, le groupe enfonce le clou. Au milieu des 7000 espèces animales (dont le site Internet du musée précise qu’«elles ne parlent pas mais disent tout»), il donne à voir l’allégorie d’une jeunesse anxieuse à l’heure de la montée des populismes, de l’urgence climatique et de la menace terroriste, et sa vision des mutations contemporaines.

» Suivez toutes les infos du Figaro culture sur Facebook et Twitter.



Source link

قالب وردپرس

Styles De Vie

100 emplois en péril au centre de contrôle du CN

admin

Published

on

By

Le Canadien National (CN) fermerait son centre de contrôle ferroviaire à Montréal afin de centraliser ses opérations en Alberta, déplore le syndicat Teamsters Canada.
Une centaine de postes de contrôleurs de circulation ferroviaire seraient ainsi transférés dans l’ouest du pays.

«L’entreprise a déjà commencé le transfert d’une vingtaine de postes à Edmonton. Les travailleuses et travailleurs en question venaient tout juste d’être transférés de Toronto à Montréal cette année», a soutenu le syndicat dans un communiqué.

En entrevue à TVA Nouvelles, Christopher Monette, directeur des affaires publiques de Teamsters Canada, a indiqué que le CN est en train de déraciner des familles à l’autre bout du pays.

«Certaines de ces familles venaient tout juste de trouver une école ou une garderie pour leurs enfants à Montréal. On ne peut pas jouer de la sorte avec la vie des gens», a précisé le président de Teamsters Canada, François Laporte.

La majorité des contrôleurs ferroviaires au pays, donc quelque 200 contrôleurs qui travaillent pour le CN, est représentée par la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC). Leur rôle est de coordonner les mouvements ferroviaires, un peu comme le font les contrôleurs aériens. Ils protègent également les travailleurs sur les voies ferrées.

Le président de la CFTC, Lyndon Isaak, est d’avis que «le CN va probablement perdre des contrôleurs chevronnés et leur connaissance du réseau ferroviaire, ce qui pourrait mettre en danger les cheminots, les préposés à l’entretien des voies et le public en général».

De son côté, la direction du CN a expliqué que «pour des raisons d’efficacité et de gestion, il a été décidé que les opérations pour le nord de l’Ontario seraient contrôlées d’Edmonton à partir du printemps 2020».

«Il faut noter que ce bureau (Nord de l’Ontario) est à Montréal que depuis tout récemment puisque le CN évalue constamment ses besoins et prend des décisions sur une base opérationnelle et continue, a-t-on ajouté. Moins d’une quinzaine d’employés sont touchés par ce changement.»

L’entreprise a ajouté qu’il y avait des discussions avec le syndicat pour déterminer les modalités des relocalisations, assurant que «les employés ne désirant pas être relocalisés auront droit aux bénéfices prévus à leur convention collective».

Rappelons qu’en raison d’un ralentissement de l’économie nord-américaine, le CN a confirmé le mois dernier qu’il procède à des mises à pied au sein de ses effectifs. L’entreprise basée à Montréal n’a toutefois pas voulu confirmer les informations du «Globe and Mail» voulant que 1600 travailleurs soient mis au chômage.

Par ailleurs, l’entreprise ferroviaire a dû faire face à un conflit de travail lorsque quelque 3200 chefs de train et membres d’équipes de manœuvre du Canadien National (CN) ont déclenché une grève.

Le débrayage, qui a duré une semaine, a perturbé les activités de nombreuses industries, incluant les agriculteurs dont les livraisons de propane avaient été réduites ou même arrêtées, ce qui avait de graves conséquences sur la récolte et le séchage du grain au Québec.

Continue Reading

Styles De Vie

Le Canada renforce les droits des passagers aériens

admin

Published

on

By

À compter de ce 15 décembre, les passagers aériens disposent de nouveaux droits en vertu du Règlement sur la protection des passagers aériens (RPPA) de l’Office des transports du Canada (OTC).

Les compagnies aériennes offrant des vols à destination/au départ du Canada doivent verser aux passagers des indemnités pouvant atteindre 1000 dollars canadiens en cas de retard ou d’annulation de vol attribuable à la compagnie aérienne (sauf pour des raisons de sécurité); fournir aux passagers des commodités en cas de retard ou d’annulation de vol attribuable à la compagnie aérienne (nourriture et boissons en quantité raisonnable; accès à des moyens de communication; et hébergement pour les retards se prolongeant jusqu’au lendemain).

De plus, les compagnies aériennes doivent prendre les mesures nécessaires pour attribuer, sans frais supplémentaires, des sièges aux enfants de moins de 14 ans à proximité de l’adulte qui les accompagne. Pour faire en sorte qu’un enfant ne soit pas assis trop loin, les parents devaient parfois payer d’importants frais de réservation de sièges. Désormais, cela n’est plus nécessaire : le règlement exige qu’un enfant de 4 ans ou moins soit assis à côté d’un parent, qu’un enfant de 5 à 11 ans soit placé dans la même rangée, séparé par un voyageur tout au plus, alors qu’un adolescent de 12 ou 13 ans ne doit pas être séparé d’un parent par plus d’une rangée.

Ces règles s’ajoutent à la charte canadienne des droits des passagers aériens (ou charte des voyageurs) qui était entrée partiellement en vigueur à l’été 2019 et qui prévoyait déjà des obligations en matière de communication claire, de surréservation, de retard sur le tarmac, de perte ou de bris de bagages et de transport d’instruments de musique.

Pour aider les passagers aériens à se retrouver dans leurs droits, l’OTC leur offre un service en ligne : il s’agit d’un guichet unique où les passagers aériens peuvent se renseigner sur leurs droits, déposer une plainte contre une compagnie aérienne et trouver des astuces pour voyager sans tracas.

Continue Reading

Styles De Vie

L’environnement fiscal est plus profitable aux entreprises au Canada qu’aux E. U.

admin

Published

on

By

Le ministre des Finances Bill Morneau était au courant que l’environnement fiscal des entreprises ayant des activités au Canada était supérieur à celui des États-Unis _ même après les fortes réductions du gouvernement dirigé par Donald Trump _ plusieurs mois avant de donner un nouveau coup de main aux entreprises canadiennes.

L’analyse réalisée en août 2018 souligne que les réformes fiscales «avaient réduit, mais n’avaient pas éliminé» l’avantage fiscal dont jouissent les entreprises au nord de la frontière.

En novembre 2018, M. Morneau a publié un énoncé politique contenant des mesures permettant aux entreprises de passer en charge immédiate du coût total des machines et du matériel et de déduire une plus grande part du coût des biens nouvellement acquis lors de l’année pendant laquelle un investissement est effectué. Ces mesures devraient coûter 14 milliards $ sur cinq ans au Trésor public.

M. Morneau devrait présenter lundi une mise à jour qui exposera les perspectives de l’économie et des finances fédérales. Bien que peu s’attendent à des mesures comme celles annoncées dans l’énoncé économique de l’an dernier, la mise à jour dressera le tableau du budget fédéral de 2020 et devrait indiquer comment les mesures de 2018 ont été utilisées.

Les données sur l’investissement des entreprises sont mitigées depuis l’entrée en vigueur des nouvelles règles.

L’incertitude entourant le nouvel accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique (ACEUM) devrait disparaître lorsqu’il sera ratifié. Cela pourrait encourager les entreprises à utiliser davantage les règles d’amortissement accéléré, estime Brian Kingston,vice-président aux politiques internationale et budgétaire au Conseil canadien des affaires.

Selon lui, M. Morneau devrait toujours viser à abaisser le taux d’imposition combiné fédéral-provincial aux entreprises à 20 % par rapport au taux actuel d’un peu moins de 27 %, ce qui est supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE.

«Quand on essaie d’attirer des capitaux en Amérique du Nord, en particulier dans un environnement protectionniste défendu par le président américain. Les entreprises veulent être à l’intérieur de la forteresse américaine. Le Canada, en tant que petite économie, a toujours un avantage sur les États-Unis pour se rendre plus attrayant.»

En juillet, le ministère des Finances a publié un document qui examinait le «taux d’imposition effectif marginal», qui tient compte des taxes provinciales et autres pour estimer le coût pour les entreprises de faire de nouveaux investissements. Le taux d’imposition effectif a servi de base à l’analyse de l’été 2018 qui a révélé que les taxes des entreprises du Canada étaient inférieures à celles des États-Unis, et pour les chiffres de la mise à jour de novembre 2018.

Le Canada est le seul pays à avoir adopté des mesures concernant l’amortissement accéléré en réponse aux réductions fiscales de M. Trump. Une vingtaine de pays ont préféré réduire le taux d’imposition des sociétés, mentionne Jack Mintz, expert en politique fiscale à l’Université de Calgary.

Les propres calculs de M. Mintz, qui tiennent compte de secteurs comme le pétrole et le gaz que le ministère laisse de côté, laissent entendre que le taux d’imposition effectif du Canada sur le capital était un peu plus élevé qu’aux États-Unis avant et après les changements de l’an dernier.

«Le leur était inférieur, affirme-t-il. Mais si c’était vraiment le cas, cela soulève des questions. Pourquoi prôner l’amortissement accéléré? C’est une mauvaise politique qui génère des distorsions.»

La décision américaine permettant l’annulation immédiate des coûts de certains équipements a été considérée comme la mesure la plus importante par les entreprises indépendantes au sud de la frontière, soutient Dan Kelly, président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

La réponse du Canada a été un pas dans la bonne direction, ajoute-t-il. Mais les modifications apportées à la taxe sur les petites entreprises adoptées en 2017, la taxe fédérale sur les émissions de carbone, les augmentations des cotisations au Régime de pension du Canada pour financer ce programme ont nui aux sociétés.

«Tout cela nous a coupé l’herbe sous les pieds, dit M. Kelly. On veut stimuler l’économie d’une main, mais on la freine de l’autre. On peut ainsi comprendre pourquoi cela n’avait pas vraiment fouetté le monde des affaires.»

Continue Reading

Chat

Santé Et Nutrition1 mois ago

Nouveaux projets pour le Club de ski de fond de Sept-Îles

Styles De Vie1 mois ago

100 emplois en péril au centre de contrôle du CN

Styles De Vie1 mois ago

Le Canada renforce les droits des passagers aériens

Styles De Vie1 mois ago

L’environnement fiscal est plus profitable aux entreprises au Canada qu’aux E. U.

Styles De Vie1 mois ago

Pourquoi le Canada doit-il ratifier le nouvel ALENA?

Santé Et Nutrition3 mois ago

Une boisson frappée végétalienne pour tous les amateurs de desserts

Santé Et Nutrition3 mois ago

Cet été, ajoutez de la saveur à vos pâtes

Santé Et Nutrition3 mois ago

Une nouvelle technologie donne plus de libertés aux personnes atteintes de diabète

Santé Et Nutrition3 mois ago

Une nouvelle façon de percevoir le diabète de type 1

Santé Et Nutrition3 mois ago

Comment freiner la crise des opioïdes dans les petites villes

Styles De Vie3 mois ago

Les jeunes et les opioïdes : Ce que les parents doivent savoir

Styles De Vie3 mois ago

Prenez soin de vous cet été

Styles De Vie3 mois ago

Survivre à un voyage en famille

Styles De Vie3 mois ago

Magasiner pour un véhicule en 2019

Styles De Vie3 mois ago

5 bonnes raisons de louer un bateau de plaisance

Affaires5 mois ago

Le stress financier affecte-t-il votre santé physique et mentale ?

Affaires5 mois ago

Les plans de location avec option d’achat vous conviennent-ils?

Affaires5 mois ago

Utiliser votre auto comme garantie pour un prêt : ce qu’il faut savoir

Affaires5 mois ago

Les fraudes par carte de crédit sont de plus en plus fréquentes – quoi faire si vous en êtes victime

Affaires5 mois ago

Vous achetez une maison? Attention à la fraude hypothécaire

Anglais1 année ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie1 année ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais1 année ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais1 année ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition1 année ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition1 année ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais1 année ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Anglais12 mois ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais12 mois ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Styles De Vie1 année ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais12 mois ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Anglais1 année ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Mode1 année ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais1 année ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Anglais1 année ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais1 année ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Technologie11 mois ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Styles De Vie1 année ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Anglais1 année ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Affaires12 mois ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Trending