Connect with us

Opinions

Téo Taxi, un échec politique

Published

on


L’arrêt brutal du service de Téo Taxi la semaine dernière a donné lieu à toute une série de commentaires, qui ont essentiellement porté sur les sommes « perdues » dans ce qu’on a qualifié d’aventure à risque. Les 20 millions de dollars de subventions gouvernementales et les 40 millions de capital institutionnel et privé investis dans le développement de cette entreprise ont illustré les « frustrations » de voir de l’argent public aller dans le drain.

On a peu souligné l’approche innovante de Téo Taxi pour modifier de façon substantielle la dynamique de l’industrie du taxi à Montréal, non seulement dans ses aspects environnementaux (une flotte « tout électrique »), mais aussi sociaux (des chauffeurs payés 15 $/heure).

À notre avis, l’échec de Téo Taxi est un échec essentiellement politique. Il est lié à l’inertie du gouvernement Couillard, qui a été incapable de soutenir de façon active et dynamique cette forme innovante de mobilité urbaine et d’électrification des transports. Son attitude vis-à-vis d’Uber et son attentisme à adopter une politique et des règlements aptes à mettre tous les joueurs de l’industrie du taxi sur le même pied ont tué dans l’oeuf la rentabilité de Téo Taxi à court et moyen terme. Pourtant, les quelque 400 emplois qui y étaient liés auraient amplement justifié son implication forte et constante. Deux ministres des Transports du même gouvernement ont démissionné ou ont « été démissionnés » pour désaccord substantiel sur les formes d’encadrement du marché des taxis en libre service comme Uber. Au nom de l’idéologie du PLQ, qui repose fondamentalement sur la liberté individuelle et qui oublie le bien commun et le bien-être des populations. Pourtant, et à titre de comparaison, on pourrait prendre la Cimenterie McInnis. Combien d’argent public y a été investi, pour combien d’emplois, pour quel type de production ? Les seuls dépassements de coûts de ce projet ont été de 400 millions de dollars pour la création de 400 emplois permanents avec une garantie d’augmentation conséquente des GES au Québec.

Développement durable

Les explications d’Alexandre Taillefer concernant sa responsabilité et ses erreurs de gestion dans la gouvernance de son projet ne doivent pas non plus faire oublier la vision de mobilité urbaine et d’électrification des transports qui y était présente. En fait, Téo Taxi apparaît comme un marqueur du développement durable, et la classe politique doit en tirer les conséquences. Si le gouvernement de la CAQ n’a pas montré de sensibilité ou de vision arrêtée à l’égard des enjeux environnementaux dans son programme électoral, il a l’occasion de tirer les leçons de cet échec pour mettre en place une politique environnementale robuste et adaptée aux défis de l’heure. Il dispose d’ailleurs de trois options pour ce faire.

D’une part, il possède une caisse enregistreuse qui s’appelle le Fonds vert et qui a généré des revenus l’an dernier de plus de 930 millions de dollars. Le début de ménage dans l’attribution de cet argent sans aucune ligne directrice peut permettre d’établir les priorités du gouvernement à l’égard du développement durable et de la transition énergétique — par-delà la politique énergétique 2017-2020 adoptée par le gouvernement Couillard.

D’autre part, il peut facilement se doter d’une politique industrielle qui, à l’instar de ce qui se fait en Allemagne depuis plus de 20 ans, intègre l’environnement au coeur du processus de décision des programmes et politiques de développement économique du gouvernement. Le plus bel exemple est celui de l’intelligence artificielle où des dizaines, voire des centaines de millions de dollars se déversent actuellement pour structurer ce secteur économique et en faire un leader mondial. Les promoteurs de ce secteur — porté publiquement par le professeur Yoshua Bengio — ont publié en décembre dernier la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle (IA) qui intègre les enjeux environnementaux et les défis éthiques que pose le développement de ce secteur économique.

Finalement, il doit s’appuyer fortement sur les villes et les communautés métropolitaines comme relais, acteurs et opérateurs de ses politiques environnementales basées sur la transition énergétique et le développement d’une économie durable, facteurs de croissance incontournables au moment où l’économie mondiale devient consciente des coûts du laisser-aller en ce domaine.

Dans ce contexte, le projet de Téo Taxi apparaîtra comme un pas en avant et non pas comme un simple échec économique.



Source link

قالب وردپرس

Opinions

Rencontre entre Kim et Trump, acte II

Published

on

By


À défaut d’écrire l’Histoire lors du sommet des 27-28 février, et de conclure un accord substantiel de désarmement vérifié du stock d’armes nucléaires nord-coréen, le président des États-Unis et le dirigeant de la Corée du Nord monopoliseront l’attention médiatique.

Il faudra peut-être se contenter du fait que, tant qu’ils se parlent et offrent un bon spectacle, ils ne menacent pas mutuellement de se détruire. Car il y a loin de la coupe aux lèvres… à commencer par le fait qu’il n’y a pas pour l’instant de déclaration commune sur l’inventaire du stock dont dispose Pyongyang. Dès lors, à moins d’une surprise de taille, il faut s’attendre à la répétition du premier sommet, à Singapour : une déclaration de principes assortie de séances photo et d’une conférence de presse où les leaders se targueront d’avoir écarté toute menace de guerre, renvoyant à leurs aides le devoir de faire aboutir un hypothétique accord.

D’un côté, le leader nord-coréen est mû par la volonté de faire baisser la pression et d’éliminer les sanctions contre son régime. De l’autre, le président des États-Unis cherche à tout prix à (au moins) donner l’impression de gagner : il pourra aller jusqu’à crier victoire même s’il a concédé des gains à la Corée du Nord… Bref, ce sommet se déroulera entre réalité et monde alternatif — ce qui en soi n’est pas nouveau sous cette présidence. Or la nouveauté du sommet est ailleurs et réside dans le choix du Vietnam.

Le retour du Vietnam ?

L’annonce d’un nouveau sommet entre Trump et le leader nord-coréen au Vietnam a pour effet de remettre à l’avant-scène des relations internationales un pays qui en avait été éclipsé depuis la fin de la guerre dans ce pays et les années 1970. Ce choix est symbolique et loin d’être anodin.

La géographie de la région offre une première explication. Baptisé Chammae 1, du nom de l’autour des palombes (oiseau de proie emblème aviaire de la Corée du Nord), l’Iliouchine 62 à bord duquel Kim Jung-un effectue ses rares déplacements à l’étranger est nommé par dérision « Air Force un ». Les performances de cet appareil vieillissant peuvent expliquer le choix du Vietnam, plus proche de la Corée du Nord que Singapour — où le sommet de juin 2018 s’était tenu alors que la cité État se situait à la limite du rayon d’action de l’avion. Alors que la Corée du Sud, la Chine et le Japon sont plus proches géographiquement, seul le Vietnam présentait l’avantage d’une accessibilité politiquement acceptable.

Certes, le Vietnam est un pays communiste, et à cet égard il est très loin d’être un allié de Washington. Les effets de la guerre qui les a opposés ne se sont pas encore dissipés, mais les deux États ont récemment normalisé leurs relations, et tant Obama que Trump ont visité le Vietnam. De l’autre, sans être un allié officiel de Pyongyang, le régime de Hanoï est loin d’y être farouchement opposé et n’en est que peu critique sur la scène internationale. En acceptant de tenir le sommet dans un pays communiste mais avec lequel les États-Unis ont aplani leurs différences, les protagonistes du sommet cherchent à montrer leur ouverture au dialogue.

L’ombre de la Chine ?

Un autre facteur est lié à la puissance chinoise. Alliée traditionnelle et quasi inconditionnelle de la Corée du Nord, sa présence se fait continuellement sentir à l’arrière-plan de toute négociation entre Pyongyang et Washington. Or les relations de Beijing avec Hanoï sont particulièrement tendues. Le contentieux territorial en mer de Chine méridionale oppose farouchement les deux pays : le Vietnam, s’il n’est pas le seul opposant à la Chine dans ses revendications dans la région, est le seul qui tienne tête à son puissant voisin. Ainsi, alors que les Philippines de Duterte ont choisi la voie du compromis, en dépit d’un jugement qui leur est favorable de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye en 2017, le Vietnam est de plus en plus isolé dans ce dossier. Et cet isolement s’est accru avec l’influence croissante de Beijing au sein de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est. Dans un tel contexte, la tenue du sommet sur son territoire peut être interprétée comme un coup de pouce diplomatique au Vietnam.

Mais il s’agit peut-être bel et bien, plus que d’un appui au Vietnam, d’un positionnement américain qui s’inscrit dans la lignée de la guerre économique que se livrent les États-Unis et la Chine et des récentes critiques formulées par Washington sur les actions de Beijing en mer de Chine du Sud. Plus encore, au-delà de la guerre tarifaire, les États-Unis définissent leur politique asiatique actuelle autour d’une « région Indo-Pacifique libre et ouverte » (free and open Indo-Pacific). Dès lors, la démarche diplomatique envers la Corée du Nord peut être vue comme relevant de cette politique, et le fait de remettre la République socialiste du Vietnam à l’avant-scène va dans le même sens, notamment pour contrer, même minimalement, l’influence de la Chine dans la région.

Ce sommet des 27 et 28 février a donc des implications géopolitiques qui dépassent les questions nucléaires et le sort de la Corée du Nord et, en cela, il comporte autant d’occasions favorables que de risques de dérapage. Car la Chine est l’acteur de fond dans ce dossier, bien plus que les États-Unis ou que la Corée du Sud. Et au final, il se pourrait que le véritable gagnant de ce sommet soit en fait le Vietnam, avec son retour dans l’arène internationale.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Opinions

État d’urgence: les illusions de Trump

Published

on

By


Donald Trump a décrété vendredi l’état d’urgence pour obtenir le financement de son mur entre les États-Unis et le Mexique. Sa présidence est un brasier qui menace maintenant l’ordre constitutionnel du pays.

Sur un ton défiant, comme d’habitude lorsqu’il est acculé au mur, le président américain a poussé d’un cran son affrontement avec le Congrès en déclarant l’état d’urgence sous des prétextes fallacieux. La construction d’un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique est nécessaire, a-t-il dit, afin de contenir une menace à la sécurité nationale qu’il résume à « l’invasion de notre pays par les drogues, les trafiquants d’êtres humains et tous les types de criminels et de gangs ». Les xénophobes seront ravis.

La crise est bien réelle. Son théâtre ne se situe pas à la frontière, mais au sein de la Maison-Blanche, qui nous a servi encore une fois un vaudeville de mauvais goût. Dans un impromptu erratique, le président a trituré les faits, vilipendé les journalistes qu’il a accusés de poser de « fausses questions », tout en évoquant au passage qu’il était digne d’un prix Nobel de la paix. L’attribution de cette récompense, en échange de sa démission immédiate, constituerait sans doute l’entente du siècle, mais revenons-en aux faits au lieu de rêver.

Donald Trump se prépare déjà aux prochaines élections, et il souhaite accomplir coûte que coûte cette promesse de construire un mur qui fut sans contredit l’un des moments marquants, du moins pour sa base conservatrice désabusée, lors de la dernière campagne présidentielle. Or, il a échoué dans sa tentative de rançonner la majorité démocrate à la Chambre des représentants, à laquelle il a voulu soutirer le financement du mur en échange du retour au fonctionnement normal des activités du gouvernement fédéral. La paralysie de plus d’un mois, un bourbier de son cru imputé maladroitement aux démocrates, s’est retournée contre lui. Sa décision de reprendre les négociations pour trois semaines, le 25 janvier dernier, n’est rien d’autre que l’expression d’un cuisant revers. En décrétant l’état d’urgence, Donald Trump s’emparera de quelque 6,7 milliards $US, qui s’ajoutent à une somme de 1,38 milliard déjà autorisée par le Congrès. Le coût du mur, de 5,7 milliards à l’origine, atteindra les 8 milliards.

La légalité de la manoeuvre est discutable d’un point de vue constitutionnel, ce pour quoi les démocrates sont en droit d’exiger une révision judiciaire. Trump, toujours aussi arrogant, a prédit qu’il perdrait en première instance et en appel avant que la Cour suprême lui donne finalement raison, comme dans le cas des interdictions d’entrée aux États-Unis pour certains pays à majorité musulmane.

C’est la première fois dans l’histoire qu’un président décrète l’état d’urgence pour obtenir des fonds qui lui ont été refusés au préalable par le Congrès, sur la base d’une crise factice. Cet accroc sérieux au principe de la séparation des pouvoirs pose de sérieuses questions sur les limites à imposer à un président qui abuse de son autorité.

Avant que l’affaire se rende jusqu’en Cour suprême, la Chambre des représentants et le Sénat feraient mieux d’annuler cet état d’urgence de pacotille, ce qui est en leur pouvoir.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Opinions

Ali Baba, les quarante voleurs et le Venezuela

Published

on

By


Devant le drame qui se joue actuellement au Venezuela, avec un gouvernement qui s’accroche au pouvoir en continuant de se réclamer d’une idéologie qui avait fonctionné du temps de Chávez, quand le prix du pétrole était à son plus haut niveau, sans se préoccuper, quand c’était encore temps, de mettre à niveau cette première source de richesse, on peut faire endosser à ce gouvernement tous les malheurs qui frappent sa population. Population qui n’en peut plus de manquer de denrées, de médicaments et d’autres biens nécessaires pour vivre. Population dont une partie fuit vers les pays voisins en espérant que la pression internationale, avant tout américaine, fera basculer le pouvoir même dans les mains de l’oligarchie traditionnelle qui l’avait pourtant exploitée depuis des décennies.

On peut aussi se demander si, derrière tout ça, il n’y aurait pas ce que Naomi Klein appelle la stratégie du choc ou le capitalisme du désastre. Stratégie où l’on retrouve systématiquement les Chicago Boys et ainsi l’idéologie économique de l’Université de Chicago qui proclame que seuls les riches sont capables de gouverner les peuples plus ou moins ignorants.

Cette idéologie a fonctionné, par exemple, au Chili, en Russie, en Indonésie et en Irak. Quand on sait, dans ce dernier cas, comment le gouvernement américain encouragea le régime de Saddam Hussein à envahir une partie du Koweït, anciennement irakien, pour ensuite l’attaquer sans l’aval des Nations unies en forgeant le mensonge éhonté de la présence d’armes de destruction massive… Pays déjà exsangue miné par l’embargo sur le pétrole irakien et l’absence d’investissements pour moderniser ses champs pétroliers.

Des mercenaires

On sait aussi qu’une partie de l’armée américaine était composée de mercenaires dirigés par l’entreprise de Dick Cheney, vice-président, et de Donald Rumsfeld, secrétaire à la Défense, sous la présidence de George W. Bush, qui ont gagné des milliards de dollars avec cette guerre et par la suite en s’incrustant dans la reprise de la production du pétrole irakien, comme l’explique en partie le film Vice. Deux voleurs, parmi les quarante voleurs ou plus de la caverne d’Ali Baba irakienne, qui en plus contrôlent le sésame, ouvre-toi.

On peut se demander si derrière toutes les magouilles, qui ressemblent en partie à l’histoire récente de l’Irak, pour isoler Maduro et soutenir Juan Guaidó, ce dernier le sait. Alors que le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole connues, réserves à prendre par les successeurs de Dick Cheney, en plus d’être à la porte des États-Unis. Ajoutons que Maduro n’est pas plus dictateur que Poutine en Russie, avec leur simulacre de démocratie élective, ou que Mohamed ben Salmane de l’Arabie saoudite, qui a fait assassiner et démembrer il y a peu le journaliste Jamal Khashoggi.

Sans qu’on soutienne l’inefficace Maduro, il serait intéressant de connaître les noms de ceux qui possèdent réellement le sésame, ouvre-toi de cette caverne vénézuélienne pour s’assurer que les citoyens de ce pays, et non uniquement les riches, en tirent profit, alors que la plupart des enfants en connaissent la première traduction.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Anglais2 minutes ago

Peel Police charge father of dead girl, 11, with first-degree murder

Santé Et Nutrition38 minutes ago

Pomegranate-Parsley Tabbouleh

Arts Et Spectacles42 minutes ago

Arctic: survivre à l'Arctique ***1/2

Opinions43 minutes ago

Rencontre entre Kim et Trump, acte II

Anglais1 heure ago

Edmonton’s funicular was a popular river valley ride in its first year: report – Edmonton

Actualités2 heures ago

La nouvelle administratrice de l’OIF sera canadienne | DENIS LESSARD

Arts Et Spectacles2 heures ago

Grâce à Dieu de François Ozon sortira-t-il en salles?

Opinions2 heures ago

État d’urgence: les illusions de Trump

Affaires2 heures ago

Croissance des revenus de Canopy Growth

Anglais2 heures ago

Canada’s main stock index reaches highest level since Oct. 5

Actualités3 heures ago

Démission de Jody Wilson-Raybould: Trudeau blâme le départ de Scott Brison | MYLÈNE CRÊTE

Opinions3 heures ago

Ali Baba, les quarante voleurs et le Venezuela

Anglais3 heures ago

Don’t allow cannabis edibles that look like candy, medical officer of health says

Actualités4 heures ago

Le déblaiement progresse à Montréal

Opinions4 heures ago

Un mal profond en éducation

Affaires4 heures ago

ABI: jours de négos annulés, la direction réfléchit | LIA LÉVESQUE

Anglais4 heures ago

Two injured in Kamloops shooting – Okanagan

Actualités5 heures ago

Ottawa veut s’attaquer au harcèlement et aux abus dans le sport | GEMMA KARSTENS-SMITH

Arts Et Spectacles5 heures ago

Safia Nolin à Paris: «Une ville que je ne pourrai jamais conquérir» | MARC CASSIVI

Opinions5 heures ago

La menace Wilson-Raybould | Le Devoir

Anglais3 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition4 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais1 mois ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Anglais4 semaines ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Santé Et Nutrition1 semaine ago

Redécouvrir les plaisirs de la neige grâce aux sports d’hiver | CHRISTIAN GEISER

Anglais2 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Santé Et Nutrition5 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Anglais3 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Arts Et Spectacles1 mois ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Styles De Vie5 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Mode1 mois ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais3 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais1 mois ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Anglais2 jours ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais1 semaine ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Actualités4 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Styles De Vie4 semaines ago

Le Michelin salue le dynamisme de la gastronomie française

Styles De Vie4 semaines ago

quel avenir pour le Carré des Horlogers?

Trending