Connect with us

Actualités

Outremont, un laboratoire pour les élections fédérales

Published

on



C’est peu de dire que les élections partielles du 25 février seront cruciales pour le Nouveau Parti démocratique (NPD). Non seulement le chef Jagmeet Singh joue-t-il son avenir politique en Colombie-Britannique, mais les électeurs d’Outremont pourraient le même jour mettre un terme symbolique à l’ère Mulcair. Contexte d’une partielle qui prépare le terrain de la générale.

À chacun ses collections : Rachel Bendayan, elle, s’intéresse aux portes. Plus précisément, celles auxquelles elle a cogné depuis cinq ans en tant que candidate libérale dans Outremont. Et elles sont nombreuses, selon son décompte : quelque 32 000.

Autant de toc-toc-toc ou de coups de sonnette pour expliquer qui elle est (avocate, candidate à l’investiture libérale, puis aux élections générales de 2015, et maintenant à la partielle de 2019…) et tenter de convaincre les citoyens d’aller voter pour elle. Une campagne politique dans sa forme la plus classique : une maison et une courte discussion à la fois.

Elle n’est pas seule à s’activer depuis un moment pour tenter de rafler le siège laissé vacant par la démission de Thomas Mulcair. La néodémocrate Julia Sánchez (qui a fait carrière en coopération et développement international) se consacre à sa campagne à temps plein depuis… le mois d’août. « Les libéraux font tout ce qu’ils peuvent pour reprendre la circonscription. Ils veulent gagner… et nous aussi », note-t-elle.

Dans l’eau des redoux (comme la semaine dernière) ou sur la glace à –20 degrés (comme lorsque Justin Trudeau est venu donner un coup de main à sa candidate, fin janvier), Mmes Bendayan et Sánchez battent donc le pavé.

 

« Ça permet un contact direct avec les citoyens, d’entendre les enjeux qui les préoccupent, de leur faire réaliser qu’on n’est pas seulement un visage sur une pancarte », soutient Rachel Bendayan lorsqu’on lui demande si cette méthode du porte-à-porte a encore son utilité.

Une préparation pour octobre

En 2015, Mme Bendayan est allée chercher un tiers des votes face à un adversaire de taille : Thomas Mulcair, chef de l’opposition officielle et bête politique hors norme. Quatre ans plus tard, le départ de M. Mulcair pourrait lui ouvrir les portes du Parlement, si l’on se fie au tableau esquissé par les sondages fédéraux au Québec. Ceux-ci montrent que les libéraux pointent loin devant les autres, et que les néodémocrates accumulent les reculs (8 % d’appuis dans le dernier Léger).

Cette partielle donnera ainsi des débuts de réponse à des questions plus larges touchant les prochaines élections générales. Assiste-t-on à la fin de l’ère Mulcair, une période durant laquelle le NPD a cru qu’il s’était durablement implanté au Québec ? Les libéraux sauront-ils profiter des ennuis du parti de Jagmeet Singh ? Le bilan environnemental controversé du gouvernement Trudeau pourrait-il avoir un impact aux urnes ? Quelle résonance a le discours autonomiste du chef conservateur Andrew Scheer auprès des Québécois ?

À une autre échelle, les enjeux ne manquent pas non plus pour le Bloc québécois (premier test électoral pour le nouveau chef, Yves-François Blanchet), les verts (qui espèrent eux aussi profiter des ennuis du NPD) et le Parti populaire du Canada, la nouvelle formation de Maxime Bernier. Leurs candidats sont eux aussi à pied d’oeuvre au coeur de Montréal.

Le symbole

Outremont ? « L’importance symbolique est forte », reconnaissent avec les mêmes mots deux stratèges libéral et néodémocrate interrogés dans les derniers jours. Ne l’oublions pas : ce fief libéral fut le point de départ de la percée du NPD au Québec.

En remportant la partielle de septembre 2007 — les photos de cette soirée le montrent avec un immense sourire aux côtés d’un Jack Layton tout aussi heureux —, Thomas Mulcair jetait les bases de ce qui donnerait l’étonnante vague orange de 2011 (59 députés néodémocrates sur 75 circonscriptions).

Le NPD a certes reculé en 2015 (16 députés, 25 % du vote), mais demeurait néanmoins une force politique importante dans la province. Cette fois, la perte d’Outremont dans une partielle, à huit mois des élections générales, n’augurerait rien de bon pour les néodémocrates. « Ça va donner un état de santé du NPD au Québec », admettait déjà en juillet le député Alexandre Boulerice.

« On est plusieurs à partager cette analyse qu’Outremont est hyperimportante pour le NPD, reconnaît sans ambages la candidate Sánchez. C’est historiquement important — la victoire de M. Mulcair a lancé un mouvement plus large pour les progressistes à Montréal [Québec solidaire et Projet Montréal ont élargi la brèche, note-t-elle]. Mais c’est aussi plus largement important pour l’avenir du parti. »

Joint lundi, le député Boulerice soulevait que le NPD « n’est pas dans un scénario de défaite. Mais si Outremont redevient libéral, ce serait un choc. Ça nous ferait mal, et il faudrait voir comment nous retrousser les manches. »

L’effet Singh

Les sondages actuels sont certes « inquiétants », avoue Mme Sánchez. « C’est clair que ça n’a pas été une année facile [pour le NPD] ». Plusieurs députés actuels ont annoncé qu’ils ne se représenteront pas. Les critiques contre le chef Singh se font entendre un peu partout.

« Le problème n’est pas avec le chef, dit Alexandre Boulerice. C’est plus que les gens se demandent qui est le chef… Et c’est un problème, parce qu’un chef doit être une locomotive, et que lui n’est pas assez connu [pour l’être]. En plus, il est accaparé par sa partielle en Colombie-Britannique. »

Même avant l’élection de M. Singh à la tête du NPD, des militants québécois avaient mis en garde contre les risques politiques d’élire un chef portant des signes religieux ostentatoires. La campagne de Julia Sánchez entend-elle l’écho de ces craintes ?

« Ce n’est pas une grosse inquiétude », répond Mme Sánchez. « Mais j’entends certaines personnes qui ont un malaise avec ça [le port du turban]. C’est un enjeu québécois, on ne peut pas le nier, étant donné le débat qu’on a encore sur ça. Mais honnêtement, ce que j’entends davantage des citoyens, ce sont les critiques contre le gouvernement Trudeau, son bilan environnemental, l’abandon de la réforme du mode de scrutin… »

En entrevue dans un café animé d’Outremont, Rachel Bendayan affirmait pour sa part mardi dernier qu’elle reçoit un tout autre message des gens avec qui elle parle. Nulle critique du bilan du gouvernement Trudeau, malgré ces 32 000 portes ? « Rien de particulier ne me vient à l’esprit », répond-elle prudemment. Et même : « Je sens un engouement pour les valeurs libérales, pour le gouvernement Trudeau, pour ses politiques », dit-elle.

En coulisses, l’équipe libérale reconnaît toutefois spontanément que l’achat du pipeline Trans Mountain par le gouvernement a suscité passablement de mécontentement au Québec. « Il faudra arriver avec une plateforme environnementale très forte pour contrer les effets négatifs du pipeline », indique une source.

Mais on ne croit pas pour autant que cela aura une grande influence le 25 février. « L’idée est d’avoir une victoire marquante, pour envoyer un message en vue de la générale », souhaite un stratège libéral.

« C’est une partielle qui aura un impact concret d’une façon ou d’une autre », pense Julia Sánchez. « Et tout le monde est conscient de ça », ajoute-t-elle en parlant plus spécifiquement des troupes néodémocrates.



Source link

قالب وردپرس

Actualités

Andrew Scheer dans une manifestation pour les oléoducs | STEPHANIE TAYLOR

Published

on

By



L’événement vise à attirer l’attention sur les préoccupations relatives au projet de loi C-69 qui propose des modifications majeures à la manière dont les projets énergétiques seraient examinés.

Selon l’organisateur de la manifestation, Sinclair Harrison, si le projet de loi était adopté dans sa forme actuelle, il serait nuisible au développement de futurs oléoducs.

M. Harrison souhaite également encourager TransCanada à présenter une nouvelle demande pour son projet Énergie Est, un oléoduc qui aurait acheminé du pétrole de l’Alberta et de la Saskatchewan jusqu’au Nouveau-Brunswick.

L’entreprise a abandonné le projet de 15,7 milliards de dollars en 2017.

« Plus nous avons des oléoducs, mieux nous sommes », a déclaré M. Harrison. « Si tout le monde pouvait voir l’avantage économique que ces entreprises ont sur la région, c’est phénoménal », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, l’attaché de presse d’Andrew Scheer, Daniel Schow, a déclaré que le chef conservateur fédéral sera sur place afin « d’envoyer un message clair avant les prochaines élections d’octobre ».

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, se dit quant à lui préoccupé par les politiques « néfastes » d’Ottawa qui affectent le secteur énergétique et assistera au rassemblement pour cette raison, selon son porte-parole.

Pour sa part, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a déclaré qu’il continuait à se battre pour Énergie Est. M. Higgs compte donc transmettre ce message à la manifestation de samedi.

Le rassemblement a lieu pendant qu’un convoi de camions parti de l’Alberta est en direction d’Ottawa dans le cadre d’une manifestation en soutien au secteur de l’énergie.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Collecte des déchets: les Longueuillois devront changer leurs habitudes | KATHLEEN LÉVESQUE

Published

on

By



Le plan de réorganisation des différentes collectes sera connu dans un an, pour une mise en place graduelle jusqu’en 2022. Cette date butoir a été fixée par le gouvernement du Québec afin que le monde municipal mette un terme à l’enfouissement des matières résiduelles organiques (MRO).

À Longueuil, les services municipaux concernés analysent différents scénarios. Cela concerne les déchets ainsi que la collecte des MRO. Selon les saisons, la fréquence de cette collecte pourrait varier : hebdomadaire ou toutes les deux semaines. L’année dernière, la Ville de Longueuil a mis en place un projet-pilote pour les MRO ; 3000 bacs bruns ont d’abord été distribués, puis 10 000 autres.

L’exercice en cours concerne également les MRO des industries, des commerces et des institutions (ICI). Actuellement, aucune collecte ne les vise.

Biométhanisation à Varennes

La recherche de nouvelles solutions est intimement liée à la décision de l’agglomération dont fait partie Longueuil d’investir dans la biométhanisation des MRO. La mairesse Sylvie Parent, qui préside également l’agglomération, a confirmé hier que les cinq villes de l’agglomération s’apprêtaient à donner leur accord à une entente de service pour les 40 prochaines années avec la Société d’économie mixte de l’est de la couronne sud (SEMECS), qui exploite l’usine de biométhanisation à Varennes. Mme Parent s’est réjouie de cette solution « financièrement avantageuse » qui permet de réduire « notre empreinte écologique ».

Comme le révélait La Presse le mois dernier, l’entente prévoit un investissement de 36,7 millions pour l’agrandissement du centre de traitement de Varennes qui est en activité depuis un an. À cette somme, il faut ajouter l’indexation et les taxes, pour un total de 44 millions. Une subvention gouvernementale pouvant atteindre 18,6 millions serait accessible.

En plus de l’investissement de 44 millions, Longueuil devra payer annuellement des frais d’exploitation (au prorata des volumes de matières traitées), les honoraires de l’exploitant ainsi que des taxes foncières pour la portion de l’usine utilisée.

Minimiser le risque financier

Cette solution a été préférée au projet de construction d’une usine sur le territoire de l’agglomération, qui aurait coûté au moins 100 millions, estime-t-on. Le risque financier est donc entre les mains de la SEMECS, souligne-t-on à Longueuil. En contrepartie, la SEMECS bénéficiera de la vente du biogaz.

Le projet sera soumis au conseil de l’agglomération jeudi prochain. Selon l’échéancier prévu, la construction devrait débuter en 2021 pour une mise en service le 1er janvier 2023. D’ici là, une entente de transition permettra aux villes de l’agglomération qui ont déjà une collecte de matières organiques de la rediriger immédiatement vers Varennes, pour un total de 15 000 tonnes.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Hells Angels: Cazzetta prêt à payer des impôts… mais pas trop | DANIEL RENAUD

Published

on

By



Revenu Québec réclame en effet au motard des impôts impayés sur des revenus non déclarés pour la période allant de 1989 à 1996, il y a donc trente ans à compter de cette année. 


Durant les années 90, la GRC a mené une enquête sur des trafiquants de drogue et des receleurs. Avec l’aide d’un juricomptable, elle a évalué le profil financier des suspects.


Cazzetta n’a pas été arrêté et accusé dans cette affaire, mais les pièces justificatives ont démontré que l’écart total par avoir net était de plus de 840 000 $ au cours de ces cinq années durant lesquelles le motard n’a pas produit de déclaration de revenus. 


À cette époque, Cazzetta était le chef des Rock Machine, qui livraient une guerre sanglante aux Hells Angels. Mais les Rock Machine se battaient sans leur chef, puisqu’il était alors détenu aux États-Unis pour trafic de cocaïne.


C’est après sa libération et son retour au Québec que Cazzetta est passé dans le camp adverse des Hells Angels, en 2005.


Après avoir reçu l’avis de Revenu Québec pour impôts impayés, Cazzetta a présenté en 2014 une requête introductive d’instance en appel des cotisations à la Cour du Québec, chambre civile. 


Le dossier n’a ensuite à peu près pas bougé jusqu’en 2017.


Arrêt Jordan opportun


Cette année-là, Cazzetta a en effet bénéficié d’un Arrêt Jordan (qui limite les délais judiciaires) dans une affaire de trafic de cigarettes de contrebande, de sorte qu’il a pu récupérer une somme de 250 000 $ que la police avait saisie.


Le motard a alors chargé son avocat de régler à l’amiable ce dossier d’impôts qui s’éternisait. Après avoir versé 50 000 $ en honoraires à ses avocats au criminel, il a dit à son avocat au civil qu’il était prêt à aller jusqu’à une somme maximale de 200 000 $ avec Revenu Québec.


Les deux parties ont alors entamé des discussions et se sont mutuellement présenté offres et contre-offres. En septembre 2017, Revenu Québec a déposé une proposition que l’avocat de Cazzetta a acceptée, croyant, après calcul, que le montant respectait le budget maximal fixé par le motard, sans toutefois avoir fourni un montant précis à Cazzetta.


Or, Revenu Québec a plus tard indiqué qu’en vertu de l’entente conclue avec son avocat, Cazzetta devait lui verser 394 000 $. Le motard a refusé net, affirmant que son avocat n’avait jamais eu le mandat d’accepter un tel montant. 


« Pas sur la même fréquence radio »


Le 15 janvier dernier, le juge Éric Dufour de la Cour du Québec a rejeté une requête de Revenu Québec, qui voulait faire homologuer l’entente, et a accueilli une demande de Cazzetta lui permettant de désavouer son avocat. Du coup, le juge a réduit à néant l’entente entre les deux parties.


« Les parties n’étaient pas sur la même fréquence radio. La preuve montre qu’elles n’ont pas la même interprétation des échanges entrepris et tenus de bonne foi. »


« Le fiscaliste de Cazzetta a cru, de bonne foi, avoir le mandat d’accepter l’offre de Revenu Québec. Le préjudice subi par Cazzetta est évident : rembourser le double de ce qu’il était prêt à payer pour régler le sort des avis de cotisation », écrit notamment le magistrat. 


Cazzetta a aussi présenté une requête pour déclarer inhabiles le procureur de Revenu Québec et un cabinet d’avocats, mais celle-ci a été rejetée par le juge Stéphane D’Avignon de la Cour du Québec. Le dossier est actuellement au point mort.


Salvatore Cazzetta poursuit le Procureur général du Québec, le Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec et la Sûreté du Québec parce qu’il considère avoir été injustement arrêté et accusé à la suite de l’opération Mastiff, par laquelle la Division des produits de la criminalité de la SQ a démantelé en novembre 2015 un réseau de trafic de stupéfiants opérant dans le secteur Hochelaga-Maisonneuve à Montréal.


Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Santé Et Nutrition4 minutes ago

Fresh Fruit with Cheese and Nuts Recipe

Opinions9 minutes ago

L’historien heureux | Le Devoir

Anglais29 minutes ago

Canadian captured in Syria admits to role in gruesome ISIS execution videos

Actualités60 minutes ago

Andrew Scheer dans une manifestation pour les oléoducs | STEPHANIE TAYLOR

Opinions1 heure ago

Le Québec à la traîne en agriculture artisanale

Anglais1 heure ago

Critics call for ‘robust’ oversight of CBSA following CBC reports on staff misconduct

Actualités2 heures ago

Collecte des déchets: les Longueuillois devront changer leurs habitudes | KATHLEEN LÉVESQUE

Arts Et Spectacles2 heures ago

Lou-Adriane Cassidy: des morts, une naissance ***1/2 | CHARLES-ÉRIC BLAIS-POULIN

Opinions2 heures ago

Les signes religieux | Le Devoir

Affaires2 heures ago

L’élan se poursuit sur les marchés | Agence France-Presse, La Presse canadienne

Anglais3 heures ago

Are shadowy agents targeting Canadians who criticize an Israeli spyware firm? – National

Actualités3 heures ago

Hells Angels: Cazzetta prêt à payer des impôts… mais pas trop | DANIEL RENAUD

Opinions3 heures ago

Navrant, navrant! | Le Devoir

Anglais4 heures ago

In-bounds avalanche buries 2 people at Castle Mountain Resort

Actualités4 heures ago

L’opposition libérale accuse la CAQ de manquer de transparence

Opinions4 heures ago

L’immobilier se normalise | Le Devoir

Affaires4 heures ago

Le pétrole au plus haut depuis trois mois

Anglais5 heures ago

Peel Police charge father of dead girl, 11, with first-degree murder

Santé Et Nutrition5 heures ago

Pomegranate-Parsley Tabbouleh

Arts Et Spectacles5 heures ago

Arctic: survivre à l'Arctique ***1/2

Anglais3 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition4 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais1 mois ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Anglais4 semaines ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Santé Et Nutrition1 semaine ago

Redécouvrir les plaisirs de la neige grâce aux sports d’hiver | CHRISTIAN GEISER

Anglais2 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais3 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Santé Et Nutrition5 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Arts Et Spectacles1 mois ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Styles De Vie5 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Mode1 mois ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais3 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais1 mois ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Anglais2 jours ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais1 semaine ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Actualités4 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Styles De Vie4 semaines ago

Le Michelin salue le dynamisme de la gastronomie française

Styles De Vie4 semaines ago

quel avenir pour le Carré des Horlogers?

Trending