Connect with us

Actualités

Santé mentale: l’attente explose dans l’est de Montréal | ARIANE LACOURSIÈRE

Published

on



«C’est certain que nous sommes préoccupés par la situation», affirme le directeur du programme santé mentale, dépendance et itinérance au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, Jonathan Brière.


Ce dernier explique que le seul psychiatre qui assure normalement le service d’évaluation diagnostique dans les CLSC d’Hochelaga-Maisonneuve et de Rosemont est actuellement en congé de maladie. Deux collègues ont accepté de le remplacer temporairement au pied levé, dont le chef du département de psychiatrie du territoire. «Mais on regarde pour un plan plus permanent», affirme M. Brière.


«Ça ne fonctionne pas quand tout repose sur les épaules d’un seul médecin. L’évaluation, c’est la porte d’entrée dans le réseau pour les services de santé mentale. Il peut bien y avoir des problèmes d’accès !», lance le président du Syndicat des techniciens et des professionnels du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (SCFP), Luc Beauregard.


Manque de psychiatres


Les patients qui sont en attente d’une évaluation diagnostique en santé mentale sont envoyés par leur médecin de famille, par un médecin d’une clinique sans rendez-vous ou sont passés par le guichet d’accès en santé mentale de leur CLSC. Ils attendent une évaluation pour savoir s’ils souffrent, par exemple, de dépression, de trouble de l’adaptation ou de troubles anxieux.


M. Brière précise que les cas urgents, où la vie des patients est en danger, sont traités rapidement, notamment par les centres de crise, des équipes d’intervention spécialisées ou les urgences du territoire. La ligne de crise Résolution (514 351-6661) est aussi disponible en tout temps.


«Mais pour les problèmes de santé mentale plus courants, il faut attendre. L’évaluation, c’est ce qui te permet d’amorcer ta démarche de traitement. C’est très important de l’avoir rapidement», affirme M. Beauregard.


Ce dernier explique qu’avant la fusion des établissements de santé, en 2015, les évaluations diagnostiques en santé mentale étaient effectuées par les psychiatres de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (ex-hôpital Louis-H.-Lafontaine). «Mais depuis les fusions, le service a été déplacé en première ligne dans les CLSC. Et les psychiatres n’ont pas suivi», résume M. Beauregard.


«Un énorme problème de logistique»


Psychiatre et chef du département de psychiatrie du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, le Dr Jean-Pierre Melun explique que l’idée derrière la décision d’offrir le service d’évaluation diagnostique dans les CLSC était de «se rapprocher de la population». «C’est une bonne idée en soi», dit-il, expliquant que plusieurs patients ne se rendaient pas à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal pour recevoir leur évaluation.


Mais pour différentes raisons, le nombre de psychiatres exerçant en première ligne ne permet pas actuellement de répondre à la demande. 


«Nous avons un énorme problème de logistique», reconnaît le Dr Melun, qui souligne que la population de l’est de Montréal est plus pauvre et vulnérable et que la demande en santé mentale est énorme sur le territoire.


Plusieurs des 70 psychiatres oeuvrant dans l’est de Montréal ont des missions d’enseignement universitaire.


D’autres travaillent en hospitalisation ou en psychiatrie légale. Et 10 % d’entre eux sont en congé de maladie. Si bien que le nombre de psychiatres disponibles pour les évaluations en première ligne est faible, explique le Dr Melun.


«Ce ne sont pas des excuses. Mais il faut voir qu’un ensemble d’éléments ont mené à cette crise», dit-il.


Quelles solutions?


Les équipes du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal sont à pied d’oeuvre pour tenter de régler la crise actuelle, affirme le Dr Melun. Des médecins exerçant en deuxième ligne viendront sous peu prêter main-forte afin de diminuer les listes d’attente. «À long terme, il faudra embaucher des psychiatres qui feront de la première ligne. Mais c’est nouveau. Et ces candidats ne courent pas les rues», dit le Dr Melun.


Ce dernier souligne que des analyses ont déjà démontré que dans 80% des évaluations réalisées par les psychiatres de l’est de Montréal, le patient n’a finalement pas besoin de soins en psychiatrie. Ces patients ont plutôt besoin de recevoir des services de travailleurs sociaux, par exemple. De la sensibilisation à ce sujet devra être faite auprès des médecins de famille du territoire, qui se disent déjà débordés, note le Dr Melun. 


Pour les cas flagrants où l’expertise des psychiatres n’est pas nécessaire, le Dr Melun croit que le mécanisme d’évaluation devrait être revu afin que les infirmières puissent rediriger immédiatement ces patients en première ligne, sans avoir besoin de l’évaluation du psychiatre.


Pour M. Beauregard, des solutions doivent être rapidement trouvées. Car les techniciens et les professionnels qui travaillent en santé mentale dans l’est de Montréal sont à bout de souffle. «La pression retombe sur eux. On leur demande de faire quelque chose. Mais ils ne peuvent pas faire grand-chose», dit-il.



Source link

قالب وردپرس

Actualités

Andrew Scheer dans une manifestation pour les oléoducs | STEPHANIE TAYLOR

Published

on

By



L’événement vise à attirer l’attention sur les préoccupations relatives au projet de loi C-69 qui propose des modifications majeures à la manière dont les projets énergétiques seraient examinés.

Selon l’organisateur de la manifestation, Sinclair Harrison, si le projet de loi était adopté dans sa forme actuelle, il serait nuisible au développement de futurs oléoducs.

M. Harrison souhaite également encourager TransCanada à présenter une nouvelle demande pour son projet Énergie Est, un oléoduc qui aurait acheminé du pétrole de l’Alberta et de la Saskatchewan jusqu’au Nouveau-Brunswick.

L’entreprise a abandonné le projet de 15,7 milliards de dollars en 2017.

« Plus nous avons des oléoducs, mieux nous sommes », a déclaré M. Harrison. « Si tout le monde pouvait voir l’avantage économique que ces entreprises ont sur la région, c’est phénoménal », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, l’attaché de presse d’Andrew Scheer, Daniel Schow, a déclaré que le chef conservateur fédéral sera sur place afin « d’envoyer un message clair avant les prochaines élections d’octobre ».

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, se dit quant à lui préoccupé par les politiques « néfastes » d’Ottawa qui affectent le secteur énergétique et assistera au rassemblement pour cette raison, selon son porte-parole.

Pour sa part, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a déclaré qu’il continuait à se battre pour Énergie Est. M. Higgs compte donc transmettre ce message à la manifestation de samedi.

Le rassemblement a lieu pendant qu’un convoi de camions parti de l’Alberta est en direction d’Ottawa dans le cadre d’une manifestation en soutien au secteur de l’énergie.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Collecte des déchets: les Longueuillois devront changer leurs habitudes | KATHLEEN LÉVESQUE

Published

on

By



Le plan de réorganisation des différentes collectes sera connu dans un an, pour une mise en place graduelle jusqu’en 2022. Cette date butoir a été fixée par le gouvernement du Québec afin que le monde municipal mette un terme à l’enfouissement des matières résiduelles organiques (MRO).

À Longueuil, les services municipaux concernés analysent différents scénarios. Cela concerne les déchets ainsi que la collecte des MRO. Selon les saisons, la fréquence de cette collecte pourrait varier : hebdomadaire ou toutes les deux semaines. L’année dernière, la Ville de Longueuil a mis en place un projet-pilote pour les MRO ; 3000 bacs bruns ont d’abord été distribués, puis 10 000 autres.

L’exercice en cours concerne également les MRO des industries, des commerces et des institutions (ICI). Actuellement, aucune collecte ne les vise.

Biométhanisation à Varennes

La recherche de nouvelles solutions est intimement liée à la décision de l’agglomération dont fait partie Longueuil d’investir dans la biométhanisation des MRO. La mairesse Sylvie Parent, qui préside également l’agglomération, a confirmé hier que les cinq villes de l’agglomération s’apprêtaient à donner leur accord à une entente de service pour les 40 prochaines années avec la Société d’économie mixte de l’est de la couronne sud (SEMECS), qui exploite l’usine de biométhanisation à Varennes. Mme Parent s’est réjouie de cette solution « financièrement avantageuse » qui permet de réduire « notre empreinte écologique ».

Comme le révélait La Presse le mois dernier, l’entente prévoit un investissement de 36,7 millions pour l’agrandissement du centre de traitement de Varennes qui est en activité depuis un an. À cette somme, il faut ajouter l’indexation et les taxes, pour un total de 44 millions. Une subvention gouvernementale pouvant atteindre 18,6 millions serait accessible.

En plus de l’investissement de 44 millions, Longueuil devra payer annuellement des frais d’exploitation (au prorata des volumes de matières traitées), les honoraires de l’exploitant ainsi que des taxes foncières pour la portion de l’usine utilisée.

Minimiser le risque financier

Cette solution a été préférée au projet de construction d’une usine sur le territoire de l’agglomération, qui aurait coûté au moins 100 millions, estime-t-on. Le risque financier est donc entre les mains de la SEMECS, souligne-t-on à Longueuil. En contrepartie, la SEMECS bénéficiera de la vente du biogaz.

Le projet sera soumis au conseil de l’agglomération jeudi prochain. Selon l’échéancier prévu, la construction devrait débuter en 2021 pour une mise en service le 1er janvier 2023. D’ici là, une entente de transition permettra aux villes de l’agglomération qui ont déjà une collecte de matières organiques de la rediriger immédiatement vers Varennes, pour un total de 15 000 tonnes.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Hells Angels: Cazzetta prêt à payer des impôts… mais pas trop | DANIEL RENAUD

Published

on

By



Revenu Québec réclame en effet au motard des impôts impayés sur des revenus non déclarés pour la période allant de 1989 à 1996, il y a donc trente ans à compter de cette année. 


Durant les années 90, la GRC a mené une enquête sur des trafiquants de drogue et des receleurs. Avec l’aide d’un juricomptable, elle a évalué le profil financier des suspects.


Cazzetta n’a pas été arrêté et accusé dans cette affaire, mais les pièces justificatives ont démontré que l’écart total par avoir net était de plus de 840 000 $ au cours de ces cinq années durant lesquelles le motard n’a pas produit de déclaration de revenus. 


À cette époque, Cazzetta était le chef des Rock Machine, qui livraient une guerre sanglante aux Hells Angels. Mais les Rock Machine se battaient sans leur chef, puisqu’il était alors détenu aux États-Unis pour trafic de cocaïne.


C’est après sa libération et son retour au Québec que Cazzetta est passé dans le camp adverse des Hells Angels, en 2005.


Après avoir reçu l’avis de Revenu Québec pour impôts impayés, Cazzetta a présenté en 2014 une requête introductive d’instance en appel des cotisations à la Cour du Québec, chambre civile. 


Le dossier n’a ensuite à peu près pas bougé jusqu’en 2017.


Arrêt Jordan opportun


Cette année-là, Cazzetta a en effet bénéficié d’un Arrêt Jordan (qui limite les délais judiciaires) dans une affaire de trafic de cigarettes de contrebande, de sorte qu’il a pu récupérer une somme de 250 000 $ que la police avait saisie.


Le motard a alors chargé son avocat de régler à l’amiable ce dossier d’impôts qui s’éternisait. Après avoir versé 50 000 $ en honoraires à ses avocats au criminel, il a dit à son avocat au civil qu’il était prêt à aller jusqu’à une somme maximale de 200 000 $ avec Revenu Québec.


Les deux parties ont alors entamé des discussions et se sont mutuellement présenté offres et contre-offres. En septembre 2017, Revenu Québec a déposé une proposition que l’avocat de Cazzetta a acceptée, croyant, après calcul, que le montant respectait le budget maximal fixé par le motard, sans toutefois avoir fourni un montant précis à Cazzetta.


Or, Revenu Québec a plus tard indiqué qu’en vertu de l’entente conclue avec son avocat, Cazzetta devait lui verser 394 000 $. Le motard a refusé net, affirmant que son avocat n’avait jamais eu le mandat d’accepter un tel montant. 


« Pas sur la même fréquence radio »


Le 15 janvier dernier, le juge Éric Dufour de la Cour du Québec a rejeté une requête de Revenu Québec, qui voulait faire homologuer l’entente, et a accueilli une demande de Cazzetta lui permettant de désavouer son avocat. Du coup, le juge a réduit à néant l’entente entre les deux parties.


« Les parties n’étaient pas sur la même fréquence radio. La preuve montre qu’elles n’ont pas la même interprétation des échanges entrepris et tenus de bonne foi. »


« Le fiscaliste de Cazzetta a cru, de bonne foi, avoir le mandat d’accepter l’offre de Revenu Québec. Le préjudice subi par Cazzetta est évident : rembourser le double de ce qu’il était prêt à payer pour régler le sort des avis de cotisation », écrit notamment le magistrat. 


Cazzetta a aussi présenté une requête pour déclarer inhabiles le procureur de Revenu Québec et un cabinet d’avocats, mais celle-ci a été rejetée par le juge Stéphane D’Avignon de la Cour du Québec. Le dossier est actuellement au point mort.


Salvatore Cazzetta poursuit le Procureur général du Québec, le Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec et la Sûreté du Québec parce qu’il considère avoir été injustement arrêté et accusé à la suite de l’opération Mastiff, par laquelle la Division des produits de la criminalité de la SQ a démantelé en novembre 2015 un réseau de trafic de stupéfiants opérant dans le secteur Hochelaga-Maisonneuve à Montréal.


Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Anglais2 minutes ago

Canadian captured in Syria admits to role in gruesome ISIS execution videos

Actualités33 minutes ago

Andrew Scheer dans une manifestation pour les oléoducs | STEPHANIE TAYLOR

Opinions43 minutes ago

Le Québec à la traîne en agriculture artisanale

Anglais1 heure ago

Critics call for ‘robust’ oversight of CBSA following CBC reports on staff misconduct

Actualités2 heures ago

Collecte des déchets: les Longueuillois devront changer leurs habitudes | KATHLEEN LÉVESQUE

Arts Et Spectacles2 heures ago

Lou-Adriane Cassidy: des morts, une naissance ***1/2 | CHARLES-ÉRIC BLAIS-POULIN

Opinions2 heures ago

Les signes religieux | Le Devoir

Affaires2 heures ago

L’élan se poursuit sur les marchés | Agence France-Presse, La Presse canadienne

Anglais2 heures ago

Are shadowy agents targeting Canadians who criticize an Israeli spyware firm? – National

Actualités3 heures ago

Hells Angels: Cazzetta prêt à payer des impôts… mais pas trop | DANIEL RENAUD

Opinions3 heures ago

Navrant, navrant! | Le Devoir

Anglais3 heures ago

In-bounds avalanche buries 2 people at Castle Mountain Resort

Actualités4 heures ago

L’opposition libérale accuse la CAQ de manquer de transparence

Opinions4 heures ago

L’immobilier se normalise | Le Devoir

Affaires4 heures ago

Le pétrole au plus haut depuis trois mois

Anglais4 heures ago

Peel Police charge father of dead girl, 11, with first-degree murder

Santé Et Nutrition5 heures ago

Pomegranate-Parsley Tabbouleh

Arts Et Spectacles5 heures ago

Arctic: survivre à l'Arctique ***1/2

Opinions5 heures ago

Rencontre entre Kim et Trump, acte II

Anglais5 heures ago

Edmonton’s funicular was a popular river valley ride in its first year: report – Edmonton

Anglais3 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Santé Et Nutrition4 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais1 mois ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais1 mois ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Anglais4 semaines ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Santé Et Nutrition1 semaine ago

Redécouvrir les plaisirs de la neige grâce aux sports d’hiver | CHRISTIAN GEISER

Anglais2 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais3 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Santé Et Nutrition5 mois ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Arts Et Spectacles1 mois ago

Le chanteur R. Kelly accusé de pédophilie dans un documentaire

Styles De Vie5 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Mode1 mois ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais3 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais1 mois ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Anglais2 jours ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais1 semaine ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Actualités4 mois ago

Le fils aîné de Tony Accurso meurt dans une embardée | Daniel Renaud et Vincent Larouche

Styles De Vie4 semaines ago

Le Michelin salue le dynamisme de la gastronomie française

Styles De Vie4 semaines ago

quel avenir pour le Carré des Horlogers?

Trending