Connect with us

Actualités

On se réveille tous les jours à 4 heures du matin » : comment le bruit de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle pourrit la vie de certains Franciliens

admin

Published

on

Un récent rapport de Bruitparif quantifie les effets néfastes que provoque le bruit routier, ferré ou aérien sur la santé des habitants.

Des pavillons alignés, une église, un bar et une épicerie… A première vue, Compans pourrait ressembler à n’importe quel petit village. A un « détail » près : les 800 habitants de cette commune de Seine-et-Marne subissent quotidiennement le grondement des avions qui passent au-dessus de leur tête dans un ballet ininterrompu. Chaque jour, des dizaines d’appareils survolent la commune, à basse altitude. C’est que Compans se niche juste à la lisière de la zone aéroportuaire de Paris-Charles-de-Gaulle, à seulement 4 km de l’extrémité de la piste sud de la deuxième plateforme européenne.

Le village de Compans est situé à seulement 4 km de l\'extrémité de la piste sud de l\'aéroport Paris–Charles–de–Gaulle.
Le village de Compans est situé à seulement 4 km de l’extrémité de la piste sud de l’aéroport Paris–Charles–de–Gaulle. (GOOGLE MAPS)

Le vacarme ne fait pas que casser les oreilles des Companais. Il abîme leur santé à petit feu. C’est en tout cas ce que souligne une étude de Bruitparif, l’observatoire du bruit en Ile-de-France, publiée le 9 février. Et c’est dans ce village que les effets seraient les plus dévastateurs, avec une moyenne de 38,1 mois d’espérance de vie en bonne santé en moins pour ses habitants. Autrement dit, une personne résidant à Compans perdrait, sur l’ensemble de son existence, plus de trois années de vie en bonne santé à cause du bruit, qu’il soit aérien, ferré ou routier. Car à Compans, outre les avions, les trains de la ligne K du Transilien troublent aussi la quiétude du village.

« On a souvent des migraines »

Pour parvenir à cette conclusion inquiétante, Bruitparif s’est basé sur les cartes d’exposition au bruit, déjà existantes, réalisées grâce à des estimations tenant compte des sources de nuisances, de la topographie, etc. L’observatoire a ensuite analysé ces données à l’aune des modèles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui établit une corrélation entre l’intensité du bruit subi et les risques pour la santé, notamment la gêne provoquée et les troubles du sommeil. L’OMS alerte aussi sur les risques pour le système auditif, les troubles cardiovasculaires et la baisse des capacités d’apprentissage. Des éléments que Bruitparif n’a pas pris en compte dans son étude, pour des raisons de méthodologie.

Jeune retraitée, Dominique vit à Compans depuis une trentaine d’années avec son mari. Tous les matins vers 6 heures, il y a un gros avion cargo qui passe. « Ça nous perturbe, on a souvent des migraines », explique-t-elle sur le pas de sa porte. L’été, dormir avec les fenêtres ouvertes est un véritable défi, à moins de porter des bouchons d’oreille.

« Le soir, quand on rentre du boulot, on aurait envie de se détendre, de prendre l’air… », témoigne Cécile, qui vit là avec son mari et leurs trois enfants. Au lieu de cela, la famille se terre chez elle, toutes fenêtres fermées, et ne profite guère du jardin. « Un jour, un copain qui venait du Sud de la France nous a lancé qu’on était des meurtriers de faire grandir nos enfants dans cet environnement », raconte-t-elle.

On a envie de se prendre la tête entre les mains et de dire : ‘Stop, je n’en peux plus, s’il vous plaît, juste 10 minutes de silence !’Cécile, habitante de Compansà franceinfo

Le ballet des avions est devenu partie intégrante de leur vie. « Le matin, avant de me réveiller, je sais inconsciemment quelle heure il est, parce que dans mon sommeil j’ai entendu le premier décollage », explique Cécile. Quant à son plus grand fils, âgé de 18 ans, « il est bercé depuis tout petit au bruit des avions. Quand il n’arrive pas à dormir, il ouvre le velux et il s’endort ».

Des riverains habitués

A quelques centaines de mètres de là, Célia, 23 ans, vit quotidiennement avec ces avions qui défilent, mais aussi avec les trains qui passent tout près de chez elle, parfois à vive allure, toutes les 15 à 30 minutes. « J’habite ici depuis que j’ai 4 ans, donc j’ai toujours vécu avec ce bruit », explique-t-elle en affirmant ne même plus les entendre. A l’autre bout du village, Mathieu, 32 ans, ne s’est installé qu’il y a deux ans, mais ses oreilles semblent déjà habituées. Ce manutentionnaire qui travaille de nuit à l’aéroport reconnaît que le double-vitrage de son appartement ne parvient pas totalement à masquer le bruit. « Mais je ne fais plus attention », assure-t-il.

« Les gens qui habitent la commune depuis plusieurs années ont pris l’habitude de vivre avec le bruit. Ils ont aménagé leur vie en fonction du trafic aérien », observe le maire de Compans, Joël Marion. Un constat qui ne le rassure pas, bien au contraire.

Il faut bien comprendre que l’habitude nous joue des tours. Les gens s’habituent au bruit, mais ce n’est pas bon pour leur santé.Joël Marion, maire de Compansà franceinfo

Si Compans est la commune d’Ile-de-France où le bruit aurait, selon l’étude, le plus grand impact sanitaire, c’est toute la région qui est touchée. « Le bruit des transports est responsable au total de 107 766 années de vie en bonne santé perdue chaque année au sein de la zone dense francilienne », écrit Bruitparif. 61% de ces années perdues sont dues au bruit routier, 22% au bruit ferré et 17% au bruit aérien. Le bruit aérien touche moins de monde que celui de la circulation routière, mais il reste celui qui occasionne les plus fortes nuisances individuelles pour ceux qui les subissent, parfois même dans des zones éloignées des aéroports.

A 20 km de l’aéroport, des nuisances tout aussi fréquentes

Catherine, 65 ans, vit ainsi à Sannois (Val-d’Oise), à plus de 20 km de l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle à vol d’oiseau. Mais manque de chance, sa maison est située exactement sur le tracé du couloir aérien utilisé par les avions qui décollent ou atterrissent sur les pistes sud de l’aéroport. Les avions y volent plus haut qu’à Compans, mais à une fréquence tout aussi soutenue, toutes les deux minutes aux heures de pointe. Et surtout, à l’exacte verticale de sa maison. « On en a 450 à 500 par jour », de l’aube jusqu’à minuit, assure-t-elle.

Ici « depuis toute petite », Catherine était déjà là quand l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle a été mis en service, en 1974. Elle a observé, au fil des années, l’explosion du trafic aérien. « C’est insidieux, c’est chaque jour davantage », dit-elle. « Il y a d’abord eu l’exaspération et l’épuisement lié au manque de sommeil. Ensuite, il y a eu une phase où j’étais à l’affût du moindre bruit », raconte Catherine.

J’ai commencé à avoir des petits malaises le matin, des trous de mémoire et des allergies.Catherine, habitante de Sannoisà franceinfo

Peu à peu, elle s’est calfeutrée, jusqu’à abandonner sa chambre à coucher et les autres pièces situées à l’étage, sous les toits, où elle ne met plus les pieds « depuis douze ans ». En 2007, elle a fait aménager le sous-sol de la maison. C’est donc désormais dans la cave que Catherine a installé son lit, une télé, un bureau, et un petit lavabo.

Catherine a délaissé l\'étage de sa maison de Sannois (Val–d\'Oise) pour aménager sa chambre au sous–sol.
Catherine a délaissé l’étage de sa maison de Sannois (Val–d’Oise) pour aménager sa chambre au sous–sol. (ILAN CARO / FRANCEINFO)

A la retraite, elle en profite pour passer un maximum de temps hors de chez elle. Elle peut passer plusieurs semaines dans une grange qu’elle possède dans l’Orne, ou dans son studio de la côte atlantique, et retrouver un peu de sérénité.

La croissance de Paris-CDG n’est pas terminée

Michel-Jean, lui, a franchi le pas. Il y a trois mois, avec son épouse, ce septuagénaire a quitté la ville d’Ermont, également dans le Val-d’Oise, pour couler des jours plus tranquilles à Perpignan. « Le bien-vivre était atteint », dit-il en se remémorant ces années passées à endurer les nuisances sonores, notamment celles du Concorde, qui dégageait plus de bruit que tout autre avion.

Dans la ville voisine d’Eaubonne, Nadine et David continuent à souffrir du bruit. « On se réveille quasiment tous les jours vers 4 heures du matin », témoigne ce couple de quinquagénaires. Incapable de se rendormir, Nadine se surprend parfois à arriver au travail à 6h30 alors qu’elle est censée prendre son service à 8 heures. « On est fatigués, énervés, stressés », souligne David. Au contraire d’autres voisins qui se sont accommodés du bruit, eux n’ont jamais pu s’y faire, en dix ans de présence. « Ceux qui disent s’habituer, ils ne doivent pas écouter leur corps, juge David. Le cerveau enregistre tout ! On sait qu’un stress continu a toujours des effets néfastes pour la santé. »

Nadine, David, Catherine, Cécile et les autres ne sont pas au bout de leurs peines. Même si les avions modernes sont de moins en moins bruyants, les passages pourraient être de plus en plus fréquents dans les années à venir. L’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, fort de ses quatre pistes, est loin d’avoir atteint sa capacité maximale. Un projet de construction d’un quatrième terminal, qui pourrait voir le jour en 2028, vient d’entrer dans sa phase de concertation. A terme, il pourrait accueillir quelque 40 millions de passagers supplémentaires. L’équivalent du trafic actuel à Orly.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Egypte : des catacombes vieilles de 2000 ans enfin préservées des eaux souterraines

admin

Published

on

By

Un programme d’ingénierie civile destiné à mieux préserver des catacombes de Kom el-Shouqafa, vieilles de 2000 ans, contre la montée des eaux souterraines qui menace ce site archéologique touristique, a été inauguré le 3 mars 2019 à Alexandrie par les autorités égyptiennes. Les travaux de ce projet de modernisation, réalisé avec l’aide de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), avaient débuté en novembre 2017 pour équiper le site de six pompes de drainage. « C’est un programme unique qui a combiné archéologie et ingénierie civile« , s’est félicité Thomas Nichols, un ingénieur consultant ayant participé au projet.

Plus de 100 millions de dollars débloqués par les Etats-Unis

Utilisées du 1er au 4e siècle après Jésus-Christ sous l’Empire romain, les catacombes de Kom el-Shouqafa ont été découvertes en 1900 et sont considérées comme les plus célèbres et les plus importantes d’Alexandrie. Mêlant les styles égyptien, romain et grec, elles sont constituées d’un ensemble de trois tombes souterraines, creusées dans des roches calcaires et abritant les sépultures de riches familles de l’époque.

Visiteurs dans les catacombes de Kom el-Shouqafa le 3 mars 2019 © Mohamed el-Shahed / AFP

En 1985, les autorités égyptiennes avaient lancé un programme de drainage des eaux souterraines grâce à un système de pompage permanent. En 2015, l’USAID avait accepté de financer la modernisation de ce programme. « Nous avions demandé immédiatement le lancement d’un nouveau projet à Kom el-Shouqafa pour en finir avec ce problème d’eaux souterraines qui menacent la zone depuis plus de cent ans« , a déclaré le ministre égyptien des Antiquités Khaled El-Enany lors de l’inauguration du programme. Ce projet est « un exemple du soutien des Etats-Unis au gouvernement égyptien dans la préservation de son héritage culturel« , a déclaré Tom Goldberger, chargé d’affaires des Etats-Unis en Egypte. Selon lui, Washington a consacré « plus de cent millions de dollars » (88 millions d’euros) à ce domaine, « au cours des dernières décennies« .

Photo prise le 3 mars 2019 d’une statue présente dans les catacombes de Kom El-Shoqafa. © Mohamed el-Shahed / AFP

© Mohamed el-Shahed / AFP

Des sites touristiques menacés par la montée des eaux

L’Egypte a récemment intensifié sa communication autour des nouvelles découvertes archéologiques et des projets de restauration de sites antiques, dans le but notamment de relancer le secteur du tourisme, en difficulté depuis le soulèvement populaire de 2011. Mais plusieurs sites antiques égyptiens sont menacés par la montée des eaux souterraines, qui fragilise leurs fondations, dont le temple de Karnak à Louxor ou encore le plateau du Sphinx de Guizeh. La montée des eaux souterraines est liée à divers facteurs, notamment à un système d’irrigation très gourmand, à l’urbanisation, aux fuites d’eaux usées, à l’élévation du niveau des mers liée au changement climatique ou encore aux barrages artificiels.

Continue Reading

Actualités

Espace: SpaceX et la Nasa s’entraînent pour les vols habités

admin

Published

on

By

Ce samedi 2 mars 2019, SpaceX et la Nasa feront décoller un vaisseau spatial du sol américain avec à son bord Ripley, un mannequin, en vue de préparer des futurs vols habités. Si ce vol réussi, cela relancera les vols habités américains après le dernier lancement de la navette Atlantis. Récit d’une course aux étoiles agitée.

A la veille du lancement du Falcon 9, l’hyperactif milliardaire Elon Musk, propriétaire de SpaceX, société choisie par la Nasa pour renvoyer des astronautes américains dans l’espace, s’est félicité sur Twitter du lancement à venir. Fin communiquant, il a joint une photo de l’intérieur de sa capsule Dragon, où, pour ce vol de démonstration, le mannequin d’essai de choc Ripley a été sanglé dans un des trois sièges.

SpaceX et la Nasa préparent les futurs vols habités américains

Ce lancement marque l’aboutissement d’un contrat de 2,6 milliards de dollars entre la Nasa et la compagnie pour que des astronautes américains puissent enfin rejoindre la Station Spatiale Internationale en décollant du sol américain.

Depuis 2011 et la fin de l’utilisation de navette américaine, l’agence spatiale n’avait aucun moyen d’envoyer les successeurs de Neil Armstrong dans l’espace. En effet, leur dernier véhicule, la navette Atlantis, bien que considérée comme une merveille de technologie, était trop dangereuse et coûteuse. La société a subi plusieurs catastrophes dans son histoire : en 1986, Challenger explose en vol, et en 2003, Columbia se désintègre lors de sa rentrée dans l’atmosphère. Au total, quatorze personnes ont perdu la vie. En toute logique, le président Bush avait mis fin au programme en 2003.

A (ré)-écouter : Pourquoi encore envoyer des hommes dans l’Espace ?

Ironie de l’histoire, depuis 2011, c’est donc vers les Russes que s’étaient tournés les Américains, le seul moyen de maintenir une présence américaine constante dans l’espace étant d’utiliser les navettes Soyouz. Cet accord entre les deux gouvernements est coûteux : 81 millions de dollars par astronaute envoyé. Cela explique le développement du Commercial Crew Program par la Nasa. Les entreprises Boeing et SpaceX ont ainsi reçu des subventions à hauteur de 7 milliards de dollars pour développer des vaisseaux capables de transporter des astronautes américains vers la Station Spatiale Internationale.

C’est donc la capsule Dragon de SpaceX qui volera la première. Autrefois véhicule de ravitaillement, elle a été transformée en navette habitable. Ce premier vol, « DM-1 », démontrera les capacités de SpaceX. Un jour et quelques orbites terrestres après son décollage, Dragon s’amarrera à la Station Spatiale Internationale, où elle restera durant une semaine. Une fois l’écoutille ouverte, les astronautes déjà sur place iront à l’intérieur de la capsule, et effectueront des tests. Vendredi prochain, le 8 mars, après s’être déconnectée de la station, Dragon amerrira dans l’océan Atlantique.

Un deuxième test avant un autre vol habité

Si l’opération est un succès, quel avenir pour SpaceX ? Dans un mois, une nouvelle capsule sera envoyée, et testera le système d’évacuation d’urgence. Une fois que la Nasa aura approuvé ces procédures de sécurité, deux astronautes prendront place à bord de Dragon. Bob Behnken et Doug Hurley deviendront alors les premiers Américains à quitter le sol de leur pays dans une navette « made in USA » depuis 2011.

À plus long terme, on peut imaginer l’utilité de ce nouveau vaisseau spatial. La date de péremption de la Station Spatiale Internationale approche, après avoir été repoussée de nombreuses fois. La Nasa a annoncé son prochain but : établir une station en orbite autour de la Lune. Jeudi 28 février, le Canada a rejoint les efforts des Américains dans ce sens.

Continue Reading

Actualités

Saint-Étienne installe des capteurs sonores en pleine ville, une première en France

admin

Published

on

By

Pour lutter contre l’insécurité, Saint-Etienne équipe un quartier de capteurs en mesure de détecter des bruits suspects. Un dispositif inédit en France, autorisé par la Cnil.

Continue Reading

Chat

Styles De Vie3 semaines ago

Ce nouveau dispositif pourrait un jour permettre de détecter des plantes dans l’espace

Styles De Vie3 semaines ago

Snapchat serait valorisée entre « 16 et 19 milliards de dollars

Styles De Vie3 semaines ago

Top tweets : Captain Europe est moqué par les internautes

Styles De Vie3 semaines ago

Bretagne : depuis 30 ans, des téléphones Garfield s’échouent sur les plages

Styles De Vie3 semaines ago

VIDÉO – Thaïlande : une plongeuse sauve un poisson pris au piège d’un sac plastique

Styles De Vie3 semaines ago

Pollution de l’air : la voiture est-elle la première responsable ?

Styles De Vie3 semaines ago

Avec le retour de la pluie, pourquoi la pollution baisse-t-elle ?

Styles De Vie3 semaines ago

Ils plantent mille arbres pour

Arts Et Spectacles3 semaines ago

Frédéric Martin, éditeur au Tripode : « Les “Carnets” de Goliarda Sapienza, cette force vitale qui passe à travers la langue

Arts Et Spectacles3 semaines ago

Années collège

Arts Et Spectacles3 semaines ago

Lorraine Pintal et Louise Bessette primées

Arts Et Spectacles3 semaines ago

Holiday on ice fait son show avec Nathalie Péchalat

Arts Et Spectacles3 semaines ago

Zigzag Console

Arts Et Spectacles3 semaines ago

Le tableau présumé du Caravage, retrouvé en France, est présenté à Londres

Arts Et Spectacles3 semaines ago

« J’ai dû rêver trop fort » : Michel Bussi dit comment son livre a inspiré Gauvain Sers

Actualités3 semaines ago

Egypte : des catacombes vieilles de 2000 ans enfin préservées des eaux souterraines

Actualités3 semaines ago

Espace: SpaceX et la Nasa s’entraînent pour les vols habités

Actualités3 semaines ago

Saint-Étienne installe des capteurs sonores en pleine ville, une première en France

Actualités3 semaines ago

Mini Cheetah, le petit robot du MIT capable de faire des saltos arrière

Uncategorized3 semaines ago

Pour prévenir les fusillades de masse, les Etats-Unis se tournent vers l’intelligence artificielle

Anglais5 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Anglais3 mois ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Anglais3 mois ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Santé Et Nutrition5 mois ago

Gluten-Free Muffins

Anglais2 mois ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition4 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais4 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais4 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Mode3 mois ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais1 mois ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Styles De Vie6 mois ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais5 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais2 mois ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Anglais2 mois ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Anglais6 mois ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie2 mois ago

Le Michelin salue le dynamisme de la gastronomie française

Styles De Vie2 mois ago

quel avenir pour le Carré des Horlogers?

Mode6 mois ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Anglais3 mois ago

Home sales decline in Saskatoon during 2018 as prices continue to slide – Saskatoon

Anglais5 mois ago

Hackers target federal government networks an average of 474 million times per day, memo shows

Trending