Connect with us

Actualités

Souveraineté: est-ce que l’élection 2018 marque un tournant au Québec?

Published

on


L’indépendance a-t-elle été évacuée de cette campagne électorale, comme plus d’un l’ont fait remarquer au cours des dernières semaines ? Après tout, cette question est-elle inextricable des élections ?

« La question de l’indépendance n’apparaît vraiment qu’avec les années 1960, note le sociologue Jean-Philippe Warren, de l’Université Concordia. Avant, il y a bien eu les rébellions des patriotes de 1837-1838, qu’il faut situer dans le cadre plus large du “printemps des peuples”. Mais c’est vraiment à compter des années 1960 qu’on voit cette question prendre forme » et être incarnée au temps des élections. Depuis l’an 2000, cette incarnation se fait moins prégnante.

Dans les années 1960, un nouvel élan d’idées « conduit à concevoir le Québec comme un État à part entière, totalisé par le projet de souveraineté », explique Jean-Philippe Warren. « La réinvention de l’identité québécoise fait en sorte que le foyer de la nation fait désormais corps avec le territoire. » L’État québécois qui s’invente « utilise les pouvoirs dont la fédération de 1867 ne voulait pas ». L’éducation, la santé, tout ce qui avait été laissé jusque-là à peu près en dehors de l’intervention étatique, deviennent de « vraies affaires ». Dans ces circonstances, il devient possible de penser le Québec et l’État hors du cadre canadien. « À partir des élections de 1962, on commence à entendre parler d’indépendance. » L’idée devient un horizon, une finalité vite avouée.

Mais cette idée de l’indépendance flotte déjà en transparence, du moins à l’occasion, avant ces bouleversements profonds des années 1960. Avant la Seconde Guerre mondiale, elle est évoquée de façon épisodique comme un horizon aussi lointain qu’incertain. Le journaliste Jules-Paul Tardivel en fait le propos d’une uchronie dans un roman intitulé Pour la patrie (1895). Le député Louis-Napoléon Francoeur s’en sert comme d’une menace pour s’opposer à la conscription (1917). Les proches de Lionel Groulx la voient comme une solution à une crise constitutionnelle, à l’occasion d’une grande enquête intitulée Notre avenir politique (1922). Des jeunes des années 1930, les Jeune-Canada ou encore les Jeunesse-Patriote, brandissent l’idée au coeur de leurs passions en ces temps troublés et sombres.

Libération

Durant les élections, c’est vraiment à compter de 1936, avec Maurice Duplessis, qu’apparaissent de façon forte des préoccupations nationales, indique Jean-Herman Guay, de l’Université de Sherbrooke, en entrevue au Devoir. « Auparavant, les partis au Québec n’étaient que des succursales des organisations fédérales. » Avec Serge Goudreau, le politologue vient de faire paraître Les élections au Québec. 150 ans d’une histoire mouvementée (PUL). « La question nationale ne deviendra vraiment systématique qu’avec les années 1960 », observent-ils.

À la fin des années 1950, une nouvelle inspiration intellectuelle va reconsidérer l’idée d’un État national au Québec à l’aune des théories de la décolonisation. L’influence de penseurs comme Frantz Fanon, Jacques Berque, Albert Memmi et Jean-Paul Sartre se fait sentir. Les vieux nationalistes canadiens-français pestent contre cette nouvelle façon d’envisager la société qui se trouve mâtinée selon des préoccupations plus humanistes.

Lionel Groulx, petit père de la nation pour la génération précédente, peste contre les nouveaux venus qui n’ont plus les mêmes références que lui. Dans Chemins de l’avenir (1964), il regrette de nouvelles bases intellectuelles. La nouvelle génération, observe-t-il, n’a lu « ni Claudel, ni Maritain […], ni Daniel-Rops, jugé sacristain, ni Jean Guitton, ni Daniélou pourtant si actuels et si prenants ». Elle a plutôt lu « goulûment l’existentialiste Sartre, sa triste égérie, Simone de Beauvoir […]. La jeunesse lut encore Albert Camus, plus dangereux peut-être que Sartre pour ses aveux de “préoccupations chrétiennes” », ainsi que « le plus dangereux de tous, André Gide ».

Les journaux de l’époque témoignent de nouvelles préoccupations à l’égard des nations. Il est beaucoup question de luttes de libération nationale. Un éditorialiste comme André Laurendeau a beau plaider de façon éclairée que la situation du Québec n’est pas celle au fond de l’Algérie de Ben Bella, du Congo belge de Patrice Lumumba ou du Cuba de Castro, la portion coloniale des rapports sociaux en place n’en demeure pas moins vraie. Mais n’a-t-il pas lui-même dénoncé, au temps de sa jeunesse, les ravages d’un certain colonialisme au Canada français au profit de la domination d’intérêts anglo-saxons ?

Contraction

« À compter des années 2000, une contraction de cette question intervient, en partie à cause des deux référendums perdus », observe Jean-Herman Guay. Le sociologue Jean-Philippe Warren estime que lorsqu’on entend les partis souverainistes répéter qu’« on va faire ça plus tard, dans un prochain mandat, personne n’y croit ». Il rappelle qu’en 1995, trois tendances avaient été réunies pour rendre l’option viable. Elles étaient représentées dans un pacte entre Lucien Bouchard, qui incarnait « le vieux Canada français revanchard, conservateur », Jacques Parizeau, « plutôt l’affirmation de la confiance, de l’économie, de l’élan de la Révolution tranquille », et de Mario Dumont, « la génération X, plutôt carriériste, arriviste, qui se dit qu’on peut trouver notre miel là-dedans ». Or, chacune de ces tendances, au-delà de leur personnification, « est partie de son côté depuis ». Peuvent-elles à nouveau se réunir ?

Jean-Herman Guay estime qu’« avec cette élection de 2018, la question nationale passe au second plan, voire au troisième ». Pourquoi ? La question de l’indépendance a beau continuer à créer une fracture sur la scène électorale, il faut désormais prendre en compte la division gauche-droite, dit-il. « La question de l’indépendance reste la grande fracture dans notre système électoral, mais on dirait qu’on a fait un rattrapage aussi sur d’autres questions sur l’axe gauche-droite. On ressemble en cela de plus en plus à d’autres sociétés. » À l’axe fédéraliste-indépendantiste s’ajouterait désormais l’axe gauche-droite. « Cette double fragmentation s’exprime maintenant à travers quatre partis. Mais le bipartisme, favorisé par notre système électoral, pourrait revenir », du moins si on continue à reléguer à un avenir plus ou moins distant cette question nationale, croit Jean-Herman Guay.

Avec cette élection de 2018, la question nationale passe au second plan, voire au troisième

Pour le politologue Alain-G. Gagnon, professeur à l’UQAM, « à part l’article 1 du PQ qui concerne l’indépendance, il n’y a pas grand-chose qui le distingue du Parti libéral, du moins dans la longue durée ». Chaque parti, au cours des quarante dernières années, a eu à coeur la question nationale, dit-il. Ce dont témoignent à son sens plusieurs motions de l’Assemblée nationale adoptées à l’unanimité, dans l’intérêt national. Ce qui a changé, croit le politologue Gagnon, est que pendant longtemps, le PQ a eu l’avantage de porter un projet de société, de faire rêver plusieurs électeurs à un monde différent, au nom de son projet indépendantiste. « Le PQ et Québec solidaire se disputent aujourd’hui là-dessus. Or, il semble que ce soit Québec solidaire qui fasse désormais rêver. Il semble être le seul qui dit : “Je vais vous faire rêver.” Même si ses propositions ne sont peut-être pas parfaites, ceux qui ont mis la main là-dessus, sur la capacité à faire rêver, ça me semble bien être Québec solidaire. »

 


Un version précédente de ce texte, qui indiquait que Pour la patrie, de Jules-Paul Tardivel, a été écrit en 1905, a été modifiée.
 

 



Source link

قالب وردپرس

Actualités

Plus de diversité dans les comités de la Ville de Montréal

Published

on

By


Valérie Plante entend hausser le nombre de représentants des minorités au sein des comités et conseils d’administration d’organismes relevant de la Ville de Montréal. Pour y parvenir, l’administration fera appel à la banque de candidatures mise sur pied au printemps dernier par l’organisme Concertation Montréal et qui compte quelque 200 personnes. Cette banque privilégie les candidatures de femmes, de membres des minorités visibles, d’Autochtones et de jeunes. La mairesse a indiqué que la Ville faisait des efforts pour promouvoir la diversité au sein de sa fonction municipale. Depuis le début de 2018, 38 % des embauches proviennent de la diversité, a-t-elle dit.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Ottawa condamne le meurtre de Jamal Khashoggi

Published

on

By



L’Arabie saoudite a reconnu que le journaliste avait été tué après un affrontement dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, ajoutant que 18 suspects saoudiens étaient actuellement détenus.

Selon la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, «les explications données à ce jour ne sont pas cohérentes ni crédibles».

Le Canada a réitéré son appel «à une enquête approfondie, menée en pleine collaboration avec les autorités turques, et à un compte rendu complet et rigoureux des circonstances entourant la mort de M. Khashoggi».

«Les responsables de ce meurtre doivent répondre de leurs actes et faire face à la justice», a déclaré Mme Freeland, par voie de communiqué.

Les relations diplomatiques entre le Canada et l’Arabie saoudite sont plutôt froides depuis l’été dernier.

En août, Ryad a suspendu ses relations diplomatiques avec le Canada et expulsé l’ambassadeur canadien, dans la foulée d’une série de micromessages du gouvernement canadien critiquant l’arrestation de certains militants des droits des femmes dans le royaume.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Actualités

Legault se réserve le «dossier de la laïcité»

Published

on

By


Le « dossier de la laïcité » sera traité au sommet de l’État, a annoncé François Legault vendredi, soit moins de 24 heures après le dévoilement de son Conseil des ministres.

Le premier ministre a confié au ministère du Conseil exécutif — son ministère — la tâche d’élaborer un projet de loi visant notamment à interdire aux enseignants du primaire et du secondaire ainsi qu’aux personnes en position de coercition — policiers, procureurs de la couronne, juges et gardiens de prison — de porter un signe religieux.

Il déleste ainsi le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) de cette tâche. « Les gens qui travaillent à l’immigration n’auront rien à voir avec ce dossier-là », a insisté M. Legault lors d’un point de presse dans l’édifice Honoré-Mercier. Du coup, Simon Jolin-Barrette assurera la « supervision » des travaux de rédaction du projet de loi sur la laïcité de l’État, non pas en sa qualité de ministre de l’Immigration, mais de leader parlementaire, a-t-il précisé.

La Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI) s’expliquait mal pourquoi le « dossier de la laïcité » avait incombé au MIDI. « On ne voit pas vraiment le lien », avait dit le directeur de la TCRI, Stephan Reichhold, jeudi. Le chef du gouvernement a rectifié le tir vendredi.

M. Legault a réitéré sa volonté de « régler rapidement » le « dossier de la laïcité ». Dans les 100 premiers jours ? « On n’est pas rendus là », a-t-il rétorqué.

Le chef de la Coalition avenir Québec trouve cependant prématuré de jeter du lest aux partis d’opposition — par exemple en s’engageant à dispenser dès maintenant les enseignants de retirer tout signe religieux avant leur journée de travail. « Il est trop tôt », a-t-il fait valoir quelques heures après son assermentation comme 32e premier ministre du Québec. « On va voir s’il y a des consensus qu’on est capables de dégager », a-t-il ajouté.

Cela dit, M. Legault écarte la possibilité de retirer le crucifix du Salon bleu de l’Assemblée nationale, qu’il décrit comme un « objet patrimonial important ».

« Je veux que vous compreniez que j’ai été élu avec un certain programme. Puis, dans mon programme, on garde le crucifix », a-t-il lancé à la presse.

Il s’agit d’un plan en matière de laïcité « ignorant ou intellectuellement malhonnête », a fait valoir le philosophe Charles Taylor à la CBC. « C’est lui qui a changé d’idée [sur le rapport qu’il a] cosigné » avec Gérard Bouchard, a rétorqué M. Legault vendredi.

Rentrée parlementaire

« On est pressés de se mettre au travail », a dit le nouveau premier ministre, qui a pourtant reporté de deux semaines la date de début des travaux parlementaires fixée par Philippe Couillard avant le coup d’envoi de la campagne électorale.

Les 124 députés effectueront leur entrée à l’Assemblée nationale le mardi 27 novembre 2018, a décrété M. Legault.

Le Parlement siégera seulement deux semaines, ce qui lui permettra de prononcer son discours inaugural et à certains de ses ministres de soumettre « quelques » projets de loi.

Le chef du gouvernement a dit vouloir légiférer « le plus tôt possible » afin de tirer vers le haut — de 18 à 21 ans — l’âge minimum requis pour la consommation du cannabis. Dans les 100 premiers jours ? « Réaliste », M. Legault n’a pas voulu s’y engager, ne pouvant tenir pour acquise « la collaboration de l’opposition » sur ce front.

Par ailleurs, l’identité du ministre qui veillera à resserrer le cadre législatif et réglementaire de la consommation de cannabis au Québec ne semblait pas claire à son esprit vendredi. « Je suppose que c’est la ministre de la Justice », a-t-il lâché après une courte hésitation.

M. Legault s’est dit convaincu — avec assurance cette fois-ci — de pouvoir dévoiler « des baisses fiscales » avant la période des Fêtes. « Maintenant, à quelles dates vont s’appliquer ces baisses fiscales, on va pouvoir répondre à ces questions-là dans les prochaines semaines. »

40 000 immigrants en 2019

Le gouvernement est déjà à l’ouvrage afin d’abaisser le nombre d’immigrants admis annuellement au Québec de quelque 52 000 à 40 000 dès 2019, a affirmé M. Legault, disant avoir obtenu l’assurance qu’Ottawa ne lui mettrait pas des bâtons dans les roues.

« [Justin] Trudeau m’a signifié qu’il va mettre en contact ses fonctionnaires avec nos fonctionnaires », a-t-il fait remarquer. Ceux-ci s’affaireront à déterminer le nombre de personnes sélectionnées par le Québec (travailleurs qualifiés, gens d’affaires) et le Canada (proches de personnes établies au pays, réfugiés) afin que, regroupées, elles n’excèdent pas 40 000.

Enfin, le premier ministre disait ignorer vendredi s’il participera à la prochaine Conférence annuelle des Nations unies sur les changements climatiques (COP24), qui battra son plein en Pologne du 3 au 14 décembre, comme le lui demandent le Parti québécois et Québec solidaire. « J’ai un emploi du temps très chargé au cours des prochaines semaines. La décision n’est pas prise », a indiqué M. Legault.

Le chef caquiste a dit avoir « plusieurs idées » en tête pour réduire les émissions de GES : révision des projets financés par le Fonds vert, développement de l’industrie des technologies vertes. Il a toutefois demandé « un petit peu de temps » avant de les détailler.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading
Actualités18 minutes ago

Plus de diversité dans les comités de la Ville de Montréal

Affaires50 minutes ago

Olymel pourrait acheter son principal concurrent | Marissa Groguhé et Marie-Ève Fournier

Anglais51 minutes ago

Construction ‘boot camp’ led to coveted trades jobs. But according to city documents, some say it came at the cost of racial taunts and humiliation

Anglais2 heures ago

Queen’s University homecoming marred by large, unsanctioned street party – Kingston

Arts Et Spectacles3 heures ago

L’animateur Patrick Sébastien confirme s’être fait «virer» de France 2

Anglais3 heures ago

Political dynasties at stake as B.C. voters cast ballots in municipal elections

Actualités3 heures ago

Ottawa condamne le meurtre de Jamal Khashoggi

Arts Et Spectacles4 heures ago

Guy: bien meilleur qu’un «ver d’oreille» ***1/2 | ANDRÉ DUCHESNE

Anglais4 heures ago

One dead in Kennedy subway station stabbing

Actualités4 heures ago

Legault se réserve le «dossier de la laïcité»

Santé Et Nutrition5 heures ago

The Only Pasta I Make For My Best Friend Has 8 Cloves of Garlic

Arts Et Spectacles5 heures ago

L'après-Logan de Richard E. Grant

Anglais5 heures ago

Manitoba burn survivors share struggles, hope at annual conference – Winnipeg

Santé Et Nutrition6 heures ago

Cranberry-Fig Sauce Recipe | Bon Appetit

Arts Et Spectacles6 heures ago

Le directeur de la chaîne Mezzo visé par une enquête pour viol

Anglais6 heures ago

‘It’s a mess’: Pot shop owners say Alberta is running out of weed

Actualités6 heures ago

Éclosion de salmonellose dans l’Ouest du pays

Anglais7 heures ago

Privacy expert steps down from advisory role with Sidewalk Labs

Actualités7 heures ago

Transports: l’important mandat du troisième lien pour Bonnardel | Bruno Bisson

Arts Et Spectacles8 heures ago

Des centaines d’objets liés à Johnny Hallyday mis aux enchères

Mode2 semaines ago

Voici comment nous avons décoré notre nouvel appartement — Mode and The City

Styles De Vie3 semaines ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Mode2 semaines ago

Kid’s collections : Little Hedonist

Affaires4 semaines ago

Pas de grève cette semaine à Postes Canada

Actualités3 jours ago

Cannabis: tolérance zéro pour les policiers de Longueuil | Pierre-André Normandin

Anglais4 semaines ago

3rd tornado hit eastern Ontario last week, says Environment Canada

Technologie2 semaines ago

Le nombre de morts par égoportrait ne cesse d’augmenter dans le monde

Affaires4 semaines ago

Taxes sur les importations: Pékin riposte à Washington

Affaires4 semaines ago

Donald Trump répond au patron de JPMorgan Chase

Anglais3 semaines ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Santé Et Nutrition4 semaines ago

Un lien découvert entre l’eczéma et… la flore intestinale

Anglais3 semaines ago

Ontario government to increase mercury disability payments to affected First Nations

Anglais3 semaines ago

Health Canada issues warning on EpiPen devices

Mode4 semaines ago

Have A Nice Day | Hello it’s Valentine

Santé Et Nutrition4 semaines ago

3 fois par jour – Desserts: le casse-tête sucré de Marilou | Sophie Ouimet

Technologie2 semaines ago

Instagram renforce sa lutte contre le harcèlement

Styles De Vie4 semaines ago

Soins 100 % masculins à l’hôtel Lutetia

Actualités3 semaines ago

ALENA: «Le Québec sera sacrifié pour protéger l’Ontario», prévient Lisée | MARTIN CROTEAU

Technologie3 semaines ago

La maison connectée, un paradis pour les pirates

Opinions4 semaines ago

Les jeunes Québécois et le vote

Trending