Connect with us

Actualités

Les bons coups et les ratés des chefs

Published

on

[ad_1]

Coalition avenir Québec 

Bon coup : reprendre le contrôle
François Legault est parvenu à reprendre le contrôle de son autobus de campagne après que celui-ci s’est mis, à mi-parcours, à foncer dangereusement dans le brouillard. Après avoir convaincu Christian Dubé, candidat dans Laprairie, de monter à bord, il a limité les risques de nouveaux dérapages. En fin de course, il a raccourci la durée des points de presse, empêchant ainsi les journalistes de le cuisiner sur les zones d’ombre de sa plateforme électorale. Il s’en est tenu à marteler les promesses phares de la CAQ, quitte à les simplifier au maximum. « 2400 dollars par année pour chaque enfant de moins de 18 ans. Les familles méritent ça. Je veux que tous les Québécois le sachent dans tous les comtés. C’est la CAQ qui va faire ça ! » martelait-il. « Oui, vous pouvez applaudir ! » Dans les faits, la CAQ propose d’allouer 1200 $ de plus par enfant par année, mais seulement aux parents qui touchent un revenu familial de 107 000 $ ou moins… et à compter du deuxième enfant. Au-delà de 107 000 $, l’« allocation familiale » serait modulée.

J’ai fait mon mea culpa et j’ai le goût d’intégrer tout le monde

Mauvais coup : pas toutes les réponses
François Legault a démontré, durant la campagne électorale, qu’il n’a pas réponse à toutes les questions. L’homme politique de 61 ans n’a pas seulement louvoyé quand il a été interrogé sur le sort des immigrants qui échoueraient au test de valeurs et au test de français que la CAQ propose dans ses cartons, il a montré sa méconnaissance du système d’immigration canadien. Il a lui-même convenu qu’il « n’aurait pas gagné Génies en herbe » sur ce thème. Sa crédibilité en a pris pour son rhume. Après plus de 35 jours de campagne, plusieurs zones d’ombre subsistent dans le programme politique de la CAQ. De combien François Legault compte-t-il augmenter le salaire moyen au Québec ? L’aspirant « premier ministre économique », qui considère la création d’emplois bien rémunérés comme le principal défi économique du Québec, n’a pas dévoilé sa cible. Le plan de la CAQ pour atteindre les cibles de réduction de gaz à effet de serre (GES) du Québec demeure tout aussi nébuleux.

 

Parti libéral du Québec


 

Bon coup : faire oublier Barrette
Les libéraux sont parvenus à éloigner de la conversation les enjeux de santé qui les ont embarrassés au cours de la dernière année, comme la rémunération des médecins et l’épuisement des infirmières. En promettant le ministère de la Santé à sa candidate Gertrude Bourdon, Philippe Couillard a pu reléguer son controversé ministre de la Santé, Gaétan Barrette, au second plan. Le premier ministre sortant a aussi expliqué sans peine le fonctionnement du système d’immigration au Québec — un sujet qui a donné du fil à retordre à son adversaire François Legault et, dans une moindre mesure, à Jean-François Lisée. Le léger relâchement de la menace d’une nouvelle mouture de l’ALENA défavorable à la gestion de l’offre a aussi donné du répit au chef libéral dans la seconde portion de la campagne électorale. Devant ses partisans, il a pu répéter son attachement aux fermes familiales de « son coin », le Saguenay–Lac-Saint-Jean, sans être embêté par les répliques d’un certain Donald Trump

Je n’ai pas un sou à l’extérieur du Québec. J’en ai à peine assez pour mes prochaines années.

Mauvais coup : le boulet du 75 $
Philippe Couillard a entamé la dernière étape de sa campagne en se félicitant de cette « semaine de plus », rendue possible grâce à son choix de plonger le Québec dans une campagne électorale de 39 jours. Les journalistes ont tôt fait de lui demander s’il ne s’agissait pas de la « semaine de trop » puisqu’en fin de parcours, le chef libéral s’est le plus souvent présenté sans annonce formelle. Résultat : le « salissage » et les multiples histoires embarrassantes ont pris toute la place. La collaboration présumée de son député Guy Ouellette avec des partis d’opposition et le silence de son candidat George Tsantrizos sont autant d’exemples de situations ayant mis Philippe Couillard dans l’embarras. Le chef libéral a par ailleurs refusé de faire acte de contrition, traînant pendant des jours le malaise associé à ses commentaires sur « l’épicerie à 75 $ » et, plus largement, sur l’odieux des importantes compressions assénées en première moitié de mandat. « C’est ce qu’il fallait faire », a-t-il encore insisté vendredi.

 

Parti québécois

 

Bon coup : la gestion de l’offre

L’enjeu n’est pas le plus spectaculaire — la défense de la gestion de l’offre —, mais il a permis à Jean-François Lisée de s’imposer en début de campagne avec un thème repris ces jours-ci : l’idée que le chef péquiste soit un « rassembleur ». À la fin de la première semaine de la campagne, M. Lisée a proposé que les quatre chefs de parti signent une déclaration commune réitérant l’importance de protéger les intérêts québécois dans les négociations sur l’ALENA. Ce qui, selon lui, allait envoyer un puissant message à Ottawa et à Washington. La démarche, présentée comme « transpartisane », a fait son chemin et rallié ses adversaires. Quelques jours plus tard, tous les chefs faisaient front commun aux côtés des représentants des agriculteurs québécois… sans François Legault, coincé au Saguenay par son horaire de campagne, et réduit à souligner son appui par téléphone. Ce qui — la trêve ayant ses limites — n’a pas manqué d’être souligné par M. Lisée.

Mauvais coup : le « patron »

Y a-t-il un « patron » occulte à Québec solidaire, personnage de l’ombre qui tirerait les ficelles manipulant les co-porte-parole ? C’est la question-surprise lancée par Jean-François Lisée au début du débat des chefs organisé par TVA, le 20 septembre. Et c’est le thème qui aura marqué sa fin de campagne, créant dans la foulée des divisions au sein de ses troupes. Jean-François Lisée n’avait prévenu personne qu’il sortirait ce lapin de son chapeau, mais le stratège n’est jamais loin en lui. Devant la montée de QS dans les sondages, le chef péquiste a choisi de braquer les projecteurs sur une formation qui profitait, selon lui, d’une « partie gratuite » de la part des médias. Sauf que l’ardeur déployée à critiquer QS (un parti qu’il juge dominé par un « courant sectaire, dogmatique, ancré dans le marxisme », et qui cacherait son programme sur Internet — ce qui était erroné) n’a pas fait que des heureux au PQ. M. Lisée a reconnu implicitement que Véronique Hivon n’était pas d’accord. Mais… « Elle est vice-chef, je suis chef. Donc, c’est moi qui prends les décisions. »

 

Québec solidaire


Bon coup : s’imposer comme « le parti de l’environnement »

Réduction de moitié des tarifs du transport en commun, interdiction de la vente de voitures à essence et réutilisation du Fonds des générations pour payer la « dette écologique » : Québec solidaire (QS) s’est imposé comme le parti de l’environnement tout au long de cette campagne. « La question de l’urne, ça devrait être la lutte contre les changements climatiques », a insisté Manon Massé, candidate solidaire au poste de première ministre, en cette dernière semaine de campagne. Les propositions de QS en matière d’environnement ont résonné si bien que plusieurs adversaires politiques semblent s’en être inspirés. Le PLQ est allé jusqu’à proposer la gratuité des transports en commun pour les aînés et les étudiants. Puis, à trois jours du scrutin, le PQ a emprunté l’expression « dette environnementale », utilisée depuis le début de la campagne par Mme Massé.

Mauvais coup : se mordre la « langue de Shakespeare »

À deux reprises durant la campagne, la candidate solidaire Manon Massé a dû s’excuser de s’être mal exprimée en anglais. Le jour du lancement de la campagne, l’aspirante au poste de première ministre a déclaré qu’il y avait deux langues officielles au Québec, faisant référence au statut de l’anglais dans la province. Elle a ensuite plaidé l’erreur, l’attribuant aux défis que lui pose la langue de Shakespeare, même si la question lui avait pourtant été aussi posée en français. En fin de campagne, Mme Massé a dû une fois de plus rectifier le tir, après avoir dit en anglais que Québec solidaire était un parti marxiste dans une entrevue accordée à CBC. Pour nuancer les allégeances marx­istes accolées à son parti, Manon Mas­sé a tenu à souligner qu’un candidat marxiste se présentait contre elle dans sa circonscription. Une excuse qui a vivement fait réagir, notamment sur les réseaux sociaux, où des internautes ont rappelé à Mme Massé qu’à ce compte, on ne pourrait compter plus d’un parti indépendantiste.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Actualités

À partir de 2025, toutes les voitures de Jaguar seront 100 % électriques

Published

on

By

Tesla ne sera plus le seul constructeur automobile à concevoir uniquement des modèles électriques. Le britannique Jaguar Land Rover, spécialiste du haut de gamme, a annoncé que sa marque de luxe Jaguar allait devenir tout électrique à partir de 2025. Une nouvelle stratégie « verte » qui vise la neutralité carbone d’ici à 2039. Cette annonce intervient alors qu’en France le gouvernement a débloqué 100 M€ pour tenter d’atteindre les 100 000 bornes de recharge électriques.

La marque, utilisée notamment par le Premier ministre britannique Boris Johnson, entend ne proposer que des modèles électriques d’ici à 2025. Cette filiale de l’Indien Tata Motors indique dans un communiqué vouloir « se réimaginer », sous la houlette de son nouveau directeur général Thierry Bolloré, ex-directeur de chez Renault.

Jaguar Land Rover promet d’investir plus de 2,8 Mds€ par an, dont une grande partie dans l’électrique, mais prévient que sa transformation va entraîner une réduction sensible de ses activités hors production au Royaume-Uni.

Incertitudes sur l’emploi

Le constructeur précise toutefois ne pas vouloir fermer d’usine. Celle de Solihull, dans le centre de l’Angleterre, abritera sa plateforme 100 % électrique Jaguar. En revanche, il ne donne pas plus de détails sur les répercussions en termes d’emplois.

Si Jaguar va basculer rapidement en tout électrique, ce ne sera pas le cas pour Land Rover. Cette dernière va lancer six modèles électriques dans les cinq prochaines années, le premier en 2024. L’objectif est ensuite que tous les modèles de Jaguar et Land Rover soient disponibles en 100 % électriques d’ici à la fin de la décennie.

Continue Reading

Actualités

Forte augmentation des demandes de remboursement de voyage

Published

on

By

La plateforme de services juridiques en ligne Neolegal a observé que les demandes sur son site pour récupérer l’argent d’un voyage annulé à cause de la COVID-19 ont bondi de 218%, depuis qu’un couple de Rimouski a remporté une victoire contre Air Transat aux petites créances, fin janvier.

« Depuis mars 2020, de nombreux voyageurs n’ont toujours pas reçu de remboursements de leur vol ou de leur voyage annulé mais ont plutôt reçu des crédits voyage de la part des transporteurs et des agences de voyage. Cette situation est inacceptable pour certains qui jugent que comme ils n’ont pas reçu la prestation, ils sont en droit d’être remboursés », indique un communiqué de l’entreprise.

Philip Hazeltine, président de Neolegal, confirme : « Les gens qui nous appellent sont très frustrés par la situation et veulent faire valoir leur droit à la justice pour ne pas perdre l’argent investi ». En janvier 2021, la Cour des Petites Créances de Rimouski a donné raison à un couple de voyageur qui réclamaient à Air Transat près de 5 000$.

Mise en demeure
Pour espérer récupérer son argent, la première étape est d’envoyer une mise en demeure à la compagnie aérienne ou à l’agence de voyage. « C’est le démarrage de toute procédure juridique. Cela fait comprendre à la partie adverse que nous sommes sérieux dans nos demandes et cela la met face à ses responsabilités. Chez Neolegal, nous avons envoyé plusieurs milliers de mises en demeure depuis le démarrage de la crise », précise monsieur Hazeltime.

Continue Reading

Actualités

Le textile reste un fléau pour l’environnement malgré de nombreuses initiatives écologiques

Published

on

By

Les acteurs du textile veulent changer l’image écologique désastreuse du secteur, du fait des émissions de CO2 (cinquième rang mondial des différents usages), des rejets de fibres plastiques en mer, de la consommation d’eau et d’espace nécessaire à la culture du coton, des pollutions liées aux teintures, notamment au Bangladesh et en Chine, sans compter les conditions sociales, jusque dans les ateliers clandestins dont la mafia s’est fait une spécialité en Italie.

Un collectif réunissant les Galeries Lafayette, Etam, Petit Bateau, Vestiaire collective, La Redoute, Éram, Bocage, vient de s’engager, d’ici à 2024, à collecter les produits usagés pour leur recyclage ou leur revente en seconde main, soutenir la production française, les matières premières bio, etc.

Le développement du marché de l’occasion

Voilà qui conforte le développement du marché du vêtement d’occasion, en plein essor, via les sites comme Vinted, les rayons en grande surface alimentés par la start-up Patatam ou les points de vente liés Ding Fring du Relais.

Reste que la filière textile française, en dépit des efforts de son organisme de collecte et de recyclage Refashion, créée par la loi de 2007, est loin de neutraliser l’impact des 648 000 tonnes de vêtements et chaussures vendues en 2019. Soit l’équivalent de trois porte-conteneurs géants pleins à ras bord, nécessaires pour délivrer une moyenne de trente-neuf pièces d’habillement par Français et par an.

20 milliards de dollars de bénéfices

Un tiers seulement de ces 648 000 tonnes sont collectées. Parmi elles, la moitié des pièces triées sont réexpédiées vers les pays pauvres d’Afrique et d’Asie. Le reste est transformé en chiffons industriels, isolant pour voitures, rembourrage pour matelas.

Une partie redevient du fil. Mais les fibres mélangées sont impossibles à récupérer, or une étude néerlandaise a montré que 41 % des étiquettes indiquent une composition fausse. De plus, les fibres récupérées doivent être mélangées à une majorité de fibres neuves pour que le tissage soit de qualité. Le recyclage est donc loin d’être satisfaisant.

Bruxelles devrait proposer, en 2021, qu’un taux de fibres recyclées soit imposé dans tous les textiles neufs, comme cela se fait déjà pour les bouteilles plastiques. L’industrie devrait pouvoir y faire face : les géants mondiaux du secteur, menés par Nike, Zara, LVMH, Kering, Hermes ou Adidas, ont engrangé plus de 20 milliards de dollars de bénéfices en 2019, selon le cabinet d’étude McKinsey.

Continue Reading

Chat

Anglais1 semaine ago

‘Business as usual’ for Dorel Industries after terminating go-private deal

Anglais1 semaine ago

Pandemic funds helping Montreal businesses build for a better tomorrow

Anglais1 semaine ago

Downtown Montreal office, retail vacancies continue to rise

Anglais1 semaine ago

Learjet, the private plane synonymous with the jet-set, nears end of runway

Anglais1 semaine ago

Brivia Group announces the construction of Phase 2 of LB9 rental condo project

Anglais1 semaine ago

With popcorn sales banned, some movie theatre owners say it’s not worth it to reopen

Actualités2 semaines ago

À partir de 2025, toutes les voitures de Jaguar seront 100 % électriques

Actualités2 semaines ago

Forte augmentation des demandes de remboursement de voyage

Actualités2 semaines ago

Le textile reste un fléau pour l’environnement malgré de nombreuses initiatives écologiques

Actualités2 semaines ago

L’Agence de mobilité durable et Jalon s’unissent

Actualités2 semaines ago

Un village à reconstruire au coeur de Pointe-aux-Trembles

Actualités2 semaines ago

Le centre-ville de Montréal continue de se vider

Actualités2 semaines ago

Recommandations de la Commission sur les locaux vacants La vitalité du secteur commercial au cœur des priorités de la Ville

Actualités2 semaines ago

Un cabinet d’avocats ne peut pas déduire les frais d’un mariage, dit la Cour

Actualités2 semaines ago

Financement pour deux entreprises de Dorval et Lachine

Actualités2 semaines ago

Les friperies observent une augmentation en popularité

Actualités1 mois ago

Logo du CF Montréal : quatre experts se prononcent

Actualités1 mois ago

De nouveaux logements sociaux pour les femmes autochtones à Montréal

Actualités1 mois ago

Invasion montréalaise !

Actualités1 mois ago

L’hôtel de ville de Sept-Îles pourrait être détruit

Anglais2 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais2 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Anglais2 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais2 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition2 années ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition2 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais2 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais2 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie2 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode2 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais2 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie2 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires2 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais2 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Technologie2 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais2 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais2 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Trending