Connect with us

Styles De Vie

Arts Cars, quand l’art devint mobile

Published

on

[ad_1]

EXPOSITION – Jusqu’en février 2019, BMW célèbre ses Arts Cars dans son musée de Munich. Une occasion pour le Figaro de retracer la genèse et l’histoire d’un phénomène initié par le commissaire-priseur Hervé Poulain.

Les Arts Cars nous replongent de plain-pied dans le monde des années 1970. Les chœurs de la morosité chantent à pleins poumons. Le choc pétrolier de 1973 culpabilise les automobilistes, qui découvrent, parfois avec effroi, qu’ils vont devoir apprendre à rouler autrement. On annonce le déclin du mythe automobile. L’ivresse de la vitesse n’a plus bonne presse. Les pouvoirs publics imposent des limitations et les premiers radars poussent comme des champignons au bord des routes.

Alexander Calder et Hervé Poulain.
Alexander Calder et Hervé Poulain. Hervé Poulain

Dans ce contexte éminemment autophobe, en 1975, à bientôt 34 ans, le commissaire-priseur Hervé Poulain passerait presque pour un être totalement transgressif. Voire un provocateur. Exaspéré par les mouvements d’humeur d’une société déboussolée, le fringant jeune homme ne peut se résoudre à voir l’automobile, qu’il considère comme l’invention du siècle, vouée aux gémonies. Il aspire à concilier son métier et sa passion: l’art et l’industrie. Déjà auteur du livre L’Art et l’automobile, ce gentleman-driver à ses heures rêve désormais de participer à l’une des épreuves reines du sport automobile: les 24 Heures du Mans.

Pour gagner son ticket d’entrée dans une écurie professionnelle, Hervé Poulain a l’idée de faire peindre la carrosserie d’un bolide par un artiste de renommée internationale. Reste à trouver un constructeur suffisamment ouvert d’esprit pour souscrire à cette singulière démarche. Sollicité, Renault ne donne pas suite. Me Poulain narre ses déboires à Jean Todt. Alors un navigateur respecté, le futur président de la FIA pige vite l’intérêt du projet et joue les entremetteurs auprès de Jochen Neerpasch, le directeur de BMW Motorsport. Soutenu aussi par le Dr Avenarius, directeur de la communication de la firme bavaroise, l’auguste dessein du commissaire-priseur obtient le feu vert de la direction en février 1975.

Alexander Calder prend la pose devant la BMW 3.0 CSL qu'il a peinte.
Alexander Calder prend la pose devant la BMW 3.0 CSL qu’il a peinte. Hervé Poulain

Au moment où BMW s’apprête à changer de dimension avec le lancement de la Série 3, ce projet contribue à élever le sens de l’engagement du constructeur en sport automobile. Le choix du peintre et sculpteur Alexander Calder s’avère un atout. L’Américain jouit d’une excellente réputation auprès de la maison munichoise. C’est ainsi que débute l’épopée des Arts Cars. «L’usine fournissait la maintenance, la logistique, la voiture et, après la course, garantissait son inaliénabilité. Le choix de l’artiste m’incombait et j’engageais la voiture sous mon nom et ma responsabilité», confirme Hervé Poulain.

Dès 1932, Calder avait inventé le mouvement dans la sculpture. Parmi des critiques déconcertés, Marcel Duchamp avait eu le mot juste, comparant l’œuvre à un mobile. Mais, à l’époque, personne n’aurait imaginé qu’un mobile de Calder fendrait un jour l’air dans la ligne droite des Hunaudières, haut lieu du circuit manceau. Avant même d’arriver en terre sarthoise, les instigateurs du projet ont gagné leur pari. Partout où il passe, le coupé 3.0 CSL, vierge de toute publicité, remporte l’adhésion. Décorée d’aplats de trois couleurs primaires, le rouge, le jaune et le bleu, la BMW détonne au milieu des autres bolides. Questionné sur les raisons de son choix, Calder a la riposte du génie retranché derrière l’humilité: «C’est tout ce que je sais faire.»

Le pouvoir dynamique de la couleur

La BMW 3.0 CSL Calder commence l'aventure des Arts Cars au Mans en 1975.
La BMW 3.0 CSL Calder commence l’aventure des Arts Cars au Mans en 1975. Hervé Poulain

Certes, il y avait déjà eu d’autres témoignages du rapprochement de l’art et de l’automobile, mais personne n’était allé aussi loin. En 1922, à Indianapolis, la Bugatti pilotée par André de Vizcaya prit le départ des 500 Miles d’Indianapolis avec un tigre peint sur le capot par Francis Picabia. Six ans plus tard, Sonia Delaunay présente ses mannequins devant une Talbot parée des couleurs de leurs robes. Le projet du commissaire-priseur est d’une tout autre nature. Avec lui, la carrosserie devient le corps même de l’œuvre picturale. Au lieu d’être accroché aux cimaises, ce tableau va connaître la dramaturgie de la course, le vacarme des moteurs, le tumulte de la course, les odeurs de fluides et de caoutchouc. Le public, qui vibre pour cet original attelage, découvre le pouvoir dynamique de la couleur. La Calder a gagné sa place en cinquième ligne. Il faut dire que, pour assister «le rookie» Hervé, on trouve deux pointures: Sam Posey, l’un des pilotes officiels de BMW dans le championnat américain IMSA, et Jean Guichet, vainqueur de l’édition 1964 des 24 Heures du Mans. La démonstration tourne court, mais l’écho planétaire que cet engagement a suscité encourage BMW à renouveler l’expérience.

Frank Stella a habillé les lignes d'un décor de papier millimétré.
Frank Stella a habillé les lignes d’un décor de papier millimétré. Hervé Poulain

Pour 1976, il est admis que Frank Stella pose sa signature, puis Roy Lichtenstein l’année suivante. BMW se prend au jeu et aligne un véritable monstre: le coupé 3.0 CSL gavé par deux turbocompresseurs débite 750 chevaux. Le gentleman driver va-t-il dompter cette bête sur laquelle Stella a intellectualisé la science des ingénieurs, la beauté mécanomorphe en habillant la carrosserie d’un décor de papier millimétré? Pas plus aux essais qu’en course, la capricieuse bête ne lui en laissa le loisir. Avant même la fin de la deuxième heure, la prestation s’achève. Ses proches sont soulagés. Hervé Poulain erre comme un zombie depuis la perte accidentelle de son fils un mois auparavant.

Changement de décor l’année suivante. BMW tourne la page et introduit sa Série 3 Silhouette. Comme ses prédécesseurs, Lichtenstein dispose d’une liberté d’expression totale. Lors du vernissage, le 6 juin 1977, à Beaubourg, les happy few découvrent le lyrisme de l’inventeur du mouvement figuratif: des lignes jaune citrine, des points bleu foncé et des bulles vertes se partagent la carrosserie. À leur manière, ces symboles du lever et du coucher du soleil évoquent le cycle des 24 Heures. L’histoire sourit enfin. Le marteau du volant prend le départ. Il découvre que l’épreuve sarthoise n’a rien d’une promenade de santé. La pluie transforme l’asphalte en patinoire. Rester en piste tient de l’exploit. L’exercice, à deux pilotes, lui inspire une métaphore: «La performance physique revient à honorer une dame pendant deux heures, toutes les deux heures!» La BMW 320 franchit la ligne d’arrivée à la neuvième place, empochant au passage la victoire de classe et la seconde place de la catégorie Imsa. Poulain peut enfin goûter au bonheur de la foule en liesse.

Warhol danse autour de la M1

Andy Warhol peint la M1 dans les studios BMW à Munich.
Andy Warhol peint la M1 dans les studios BMW à Munich. Poulain

Année 1978: c’est au tour d’Andy Warhol, devenu célèbre pour ses sérigraphies de boîtes de soupe Campbell puis de portraits de célébrités, d’apposer sa signature sur la 320. Au comble de sa gloire, l’artiste a fait table rase de ses gimmicks. Me Poulain reçoit une maquette recouverte d’un papier peint à motif de fleurettes roses, vitres et pare-brise compris! Bien que décontenancé, BMW accepte le projet et se ravise à un mois du Mans, faute de voiture prête. En guise d’excuses, Warhol reçoit une BMW et le droit de revenir. Les formes de la M1, le nouveau coupé sportif que la firme allemande a décidé d’engager, inspirent le New-Yorkais. Il exécute deux idées très différentes. La première est une impertinence écartée par le Dr Avenarius: un camouflage kaki recouvre la sportive. L’autre maquette est retenue, mais les jets et les coulures de peinture dénués de contours sont techniquement impossibles à transposer. À moins que… Warhol vienne lui-même à Munich peindre son œuvre sur la coque. L’artiste s’exécute et investit le studio.

Warhol a peint directement sur la voiture sans passer par l'épreuve du dessin ou de la réalisation d'une maquette.
Warhol a peint directement sur la voiture sans passer par l’épreuve du dessin ou de la réalisation d’une maquette. H. Poulain

Durant plusieurs jours, il badigeonne la M1 à main levée avec des pinceaux. Le résultat est sensationnel avec ses flaques de couleurs dégoulinantes annonçant le Bad Painting. Au Mans, Poulain n’en mène pas large. Il n’a pas roulé depuis un an. «Vous aurez 24 heures pour vous la mettre en main», lui assure Neerpasch. Une fois de plus, la pluie brouille les cartes, mais la M1 no 76 tient bon malgré le changement de l’embrayage et la perte d’un cylindre. À l’heure de la messe dominicale, Poulain doit prendre son relais. La prudence incite l’équipe à maintenir Manfred Winkelhock en piste. Son orgueil blessé, le gentleman-driver quitte la scène sur la pointe des pieds. Alors qu’il arrive à son domicile parisien, la radio lui apprend que la M1 s’est classée sixième au scratch et deuxième de sa catégorie. Au Mans, l’équipe le cherche en vain pour fêter dignement le résultat…

Durant l’hiver 1979-1980, Jasper Johns renonce à peindre la M1, faute d’idée! Également sollicitée, Niki de Saint Phalle refuse. Autre grande figure du pop art, l’Américain James Rosenquist hérite des maquettes. Il a rendu sa copie lorsque BMW renonce à aller au Mans, n’ayant pas de voiture disponible. Hervé ne courra plus jamais les 24 Heures au volant d’une BMW. La firme munichoise a décidé de relever le challenge de la Formule 1. Là s’arrête pour quelques années l’épopée des Arts Cars BMW. Quant à Hervé Poulain, il prolonge son rêve avec d’autres voitures jusqu’en 1982 avant de tirer sa révérence.

Les femmes de Wolinski

La passion est plus dévorante que tout. La naissance du challenge Venturi lui offre l’opportunité de remettre le costume de pilote. En 1994, le principe des Arts Cars reprend du service. Il s’invite dans le baquet de la Venturi 600 LM engagée par Jean-Luc Maury-Laribière en échange d’une décoration d’Arman. Cette fois-ci, la figure est imposée et le sculpteur doit faire référence aux tuiles de toit, le métier du propriétaire du véhicule. L’inventeur des accumulations donne naissance à la «Reptuile».

La McLaren F1 GTR propulsée par un moteur BMW.
La McLaren F1 GTR propulsée par un moteur BMW. Poulain

L’année suivante, l’équipage de gentlemen-drivers revient avec une voiture pour gagner, la McLaren F1. L’artiste César a enveloppé la coque de l’empreinte en trompe l’œil de la compression des trophées de course de Me Poulain. La belle anglaise finit 13e au général. En 1998, pour la première fois, il s’adresse à un dessinateur. Désigné d’office, son ami Georges Wolinski peint des femmes nues sur la Porsche 911 GT2. La bête ne passe pas inaperçue. Le dimanche, Poulain franchit l’arrivée à la vingtième place. «Cette fois-ci, j’arrête la vraie compétition pour de bon», dit-il. Quand on lui demande quelle est son Art Car préférée, il a cette réponse pleine de bon sens: «C’est comme si je vous demandais quel est votre enfant préféré.» Même si l’idée ne vient pas de lui, il n’a pas désavoué la BMW M3 peinte par Jeff Koons pour Le Mans 2010. Depuis, les artistes John Baldessari et Cao Fei ont étendu la collection des Arts Cars BMW, exerçant successivement leurs talents sur des M6 GT3.

Les M6 GT3 décorées par Cao Fei et John Baldessari.
Les M6 GT3 décorées par Cao Fei et John Baldessari. Enes Kucevic

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Styles De Vie

Place aux guinguettes dans le Sud-Ouest

Published

on

By

Après une première destination réussie pour les guinguettes de Montréal au parc de l’Ancienne-cour-de-triage dans le Sud-Ouest, c’est au tour de Griffintown d’accueillir cette fête estivale.

C’est l’organisme à but non lucratif (OBNL), le Village de Noël de Montréal, qui est derrière ce concept de fête gourmande, culturelle et artisanale sur le bord de l’eau.

Après de nombreux évènements préparés pendant la saison hivernale, comme au marché Atwater et au Quartier des spectacles de la Place des arts, le Village de Noël de Montréal souhaitait développer des activités pendant l’été.

«Au marché de Noël, c’est pas mal ça qu’on fait aussi. [On offre] une programmation culturelle variée et on met en relief l’artisanat et la gastronomie locale», explique la directrice générale de Village de Noël de Montréal, Line Basbous.

Ce nouvel évènement estival permet également à l’OBNL de conserver son personnel et de recruter de nouveaux employés tout au long de l’année.

Concept des guinguettes

Une guinguette est un cabaret populaire français, à l’image d’une station balnéaire estivale. À Montréal, quatre guinguettes mobiles sont prévues.

Le nouveau restaurant conçu pour l’événement, Merci Tata, accueille la population dans une ambiance décorée et festive sur le bord de l’eau, soit via le canal de Lachine, le fleuve Saint-Laurent et la rivière des prairies.

«C’est une conception alimentaire qui intègre l’événement. C’est la station gourmande qu’on retrouve dans toutes les guinguettes», précise la directrice générale.

Succès

Du 12 au 27 juin, le parc de l’Ancienne-cour-de-triage dans le Sud-Ouest a accueilli la première guinguette mobile.

«Quand on a commencé le montage [du site] la semaine qui a précédé le lancement, les gens s’arrêtaient pour poser des questions. On a senti qu’il y avait un certain enthousiasme pour le projet», note Mme Basbous.

Lors des dix jours d’opération de la guinguette au parc de l’Ancienne-cour-de-triage, située le long du canal de Lachine, environ 7000 personnes ont profité des installations de la première édition.

Retour

La guinguette mobile reviendra dans le Sud-Ouest. Un peu plus à l’est, cette fois, elle prendra place jusqu’au 25 juillet à la place des Ouvriers au parc Lien Nord, en bordure du canal de Lachine, au début de Griffintown.

Plusieurs artisans locaux seront sur place afin de présenter leurs cosmétiques, décorations, vêtements, bijoux et produits alimentaires.

Même s’il est encore tôt pour se prononcer sur un possible retour des guinguettes et de son restaurant Merci Tata l’an prochain, l’intérêt se fait sentir par la population.

«On voit bien qu’il y a un enthousiasme pour ce projet. On espère pouvoir le faire durer année après année», souligne Mme Basbous.

Une guinguette stationnaire pour l’été est présente au parc Jean-Drapeau jusqu’au 3 octobre. Une guinguette mobile est également prévue à l’Îlot John Gallagher dans Verdun en août.

Continue Reading

Styles De Vie

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!

Published

on

By

Claudia Bouvette et Luis Clavis ont composé à distance la chanson «Kodak jetable», qu’ils interpréteront à «La belle tournée», où la région montréalaise sera en vedette, lundi soir. 

Un duo mitonné alors qu’elle séjournait chez sa mère, à Bromont, et que lui était dans son studio de Montréal, pendant le premier confinement du printemps 2020.

Outre cette langoureuse pièce, Bouvette et Clavis ont en commun d’être natifs de l’Estrie et des Cantons de l’Est, Bromont pour elle, Sherbrooke pour lui, d’avoir adopté Montréal au début de leur carrière… et d’en être tombés amoureux.

Luis Clavis s’y est établi après le cégep avec ses comparses de Valaire et Qualité Motel, tandis que Claudia Bouvette avait 15 ans quand elle a participé à «Mixmania 2» et a dû pour ce faire s’installer pendant deux mois dans un loft du Vieux-Montréal. Elle a ensuite décroché rôles et engagements qui l’ont amenée de plus en plus souvent dans la métropole.

Début vingtaine, elle louait un premier logis dans Villeray et, depuis cinq ans, l’artiste de 26 ans est une fière résidente d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier qu’elle estime de plus en plus tendance, tout en demeurant accessible.

«Je me souviens, au début, quand j’habitais dans le sous-sol de mon « chum », dans Ahuntsic, je ne pouvais pas passer plus qu’une semaine à Montréal, car je trouvais ça trop intense, a raconté Claudia. J’avais besoin de retourner à la campagne, d’être dans un train de vie un peu moins bruyant et rapide. Après, je suis devenue plus autonome, et j’ai vraiment eu la piqûre. Maintenant, c’est l’inverse: je dois me forcer pour aller voir ma famille à Bromont!»

Continue Reading

Styles De Vie

De l’univers du cirque à celui de la restauration

Published

on

By

« Quand je suis passé chez le notaire, mes genoux ont flanché. Je me suis dit : est-ce que je viens de faire la plus grande connerie de ma vie ? Mais finalement, ç’a été une bonne décision », raconte en riant Peter Balov, propriétaire du nouveau Bistro Sofia. 

Quelques mois plus tard, assis devant son établissement, en plein cœur de la Petite-Patrie à Montréal, il savoure maintenant le moment. Le Québec est déconfiné, son bistro est sur le chemin de la rentabilité, mais le saut vers la restauration a été parsemé de doutes.  

« Je suis foncièrement un nomade. J’ai toujours travaillé dans le monde du cirque et du théâtre, en sonorisation, puis comme directeur de production. Je voyageais partout dans le monde avec ma conjointe qui a été longtemps acrobate. Puis, la pandémie est arrivée, ma vie a basculé », raconte-t-il. 

D’un dépanneur… à un restaurant ! 

Lors de cette semaine fatidique du 9 mars 2020, il est en tournée en Iowa. Le spectacle est annulé en quelques heures, il doit rentrer en catastrophe à Montréal et réinventer sa vie professionnelle. 

« On a fait une réunion sur Zoom avec les collègues. Et là, un artiste m’a demandé : que vas-tu faire ? À la blague, j’ai dit, je vais m’acheter un dépanneur, on aura toujours besoin de dépanneurs ! Et c’est resté dans ma tête, c’est devenu une petite épicerie, puis un café, puis je suis arrivé avec l’idée d’un restaurant », dit-il. 

Une cuisine typiquement bulgare

Il décide alors d’ouvrir un bistro qui va mettre en valeur une cuisine qui célèbre ses origines. « Je suis né en Bulgarie et je suis arrivé à Montréal en 1994. Donc, je voulais un restaurant qui représente ce que je suis », relate Balov. 

Son but ? S’approvisionner avec des produits bulgares, mais aussi des aliments frais du Québec. « J’ai toujours aimé le marché Jean-Talon. Donc, on achète là-bas, mais on fait une grande place à la cuisine des Balkans ». 

Sur le menu du restaurant qui a ouvert en décembre dernier, on retrouve des mezze, des grillades et salades. Après des mois d’incertitudes, la clientèle augmente de semaine en semaine. « Il y a eu un excellent bouche-à-oreille et je souhaite vraiment que les gens se sentent bien ici », dit-il.  

Continue Reading
Actualités2 mois ago

Ces légendes du baccara vous dévoilent leurs secrets

Affaires5 mois ago

Retard de vol : le devoir de la compagnie envers ses passagers

Anglais1 année ago

Nostalgia and much more with Starburst XXXtreme

Opinions1 année ago

Même les jeunes RÉPUBLIQUES se lassent du capitalisme, selon les sondeurs américains — RT USA News

Opinions1 année ago

« Aucune crise climatique ne causera la fin du capitalisme ! »

Opinions1 année ago

Innovation : le capitalisme « responsable », faux problème et vraie diversion

Opinions1 année ago

Vers la fin du Capitalocène ?

Opinions1 année ago

Le “capitalisme viral” peut-il sauver la planète ?

Opinions1 année ago

Livre : comment le capitalisme a colonisé les esprits

Opinions1 année ago

Patrick Artus : « Le capitalisme d’aujourd’hui est économiquement inefficace »

Opinions1 année ago

Zemmour candidat “sous-marin” pro-Macron, ce complotisme autorisé…

Opinions1 année ago

La durée des vols bientôt divisée par deux. Merci le capitalisme !

Opinions1 année ago

Economie politique. «Brevets et capitalisme»

Opinions1 année ago

Le Parti communiste d’Afrique du Sud a cent ans

Opinions1 année ago

Le wokisme est un anti-libéralisme

Opinions1 année ago

Au moment où la critique du capitalisme ultralibéral et financiarisé obtient un plus large consensus, il devient crucial de ne plus se limiter à elle : aujourd’hui, l’enjeu cardinal est celui de l’alternative à un modèle discrédit.

Opinions1 année ago

Ce que le capitalisme fait aux femmes

Mode1 année ago

Louis Vuitton crée Charlie, sa première basket unisexe et écoresponsable

Mode1 année ago

L’Événement Evening Dresses Show Retourne À Salerno Du 1 Au 3 Septembre 2021 Inaugurant La Saison Internationale Du Prêt-À-Porter

Mode1 année ago

LVMH continue son ascension, tiré par son activité Mode et Maroquinerie

Anglais4 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie4 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais4 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition4 années ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition2 années ago

Comment aider un bébé à développer son goût

Anglais4 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais4 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition4 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais3 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais4 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais4 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Anglais4 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Styles De Vie4 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais4 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Mode4 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Technologie3 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Styles De Vie4 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires4 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais4 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais4 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Trending

Situs sbobet resmi terpercaya. Daftar situs slot online gacor resmi terbaik. Agen situs judi bola resmi terpercaya. Situs idn poker online resmi. Agen situs idn poker online resmi terpercaya. Situs idn poker terpercaya.

situs idn poker terbesar di Indonesia.

List website idn poker terbaik.

Permainan judi slot online terbaik

slot hoki gacor

judi slot pulsa