Mido, 100 ans de belles batailles

[ad_1]

Fondée le jour de l’Armistice, le 11 novembre 1918, cette marque du Swatch Group n’a pas connu que des jours heureux. Mais elle se réinstalle sérieusement dans le paysage horloger.

Si la date de naissance de Mido n’est pas banale – le jour de la fin de la Première Guerre mondiale -, les origines de son nom sont aussi étonnantes. Fondée par un horloger on ne peut plus suisse (Georges Schaeren), Mido vient de l’espagnol «Yo mido» («Moi je mesure»). Elle séduit d’abord les femmes avec des petites montres émaillées de couleur, puis les fans d’automobile en travaillant avec des grands constructeurs comme Fiat ou Bugatti, sans oublier les clients exigeants, avec un modèle étanche et robuste né en 1934 et baptisé Multifort (qui est encore aujourd’hui numéro 2 des ventes). «Les grandes heures de la marque se situent dans les années 1950 et 1960, raconte Franz Linder, président de Mido depuis quinze ans. Mais la crise horlogère suisse, la décennie suivante, a fait des ravages.» Fait incongru, un seul marché résiste alors: l’Amérique du Sud, grâce à une usine au Brésil et un partenaire commercial au Mexique, et, peut-être également à la sonorité hispanique de son nom.

La marque installée au Locle, qui appartient désormais au Swatch Group, perd alors quelques batailles mais pas la guerre. Les affaires reprennent doucement en Suisse et en Allemagne dans les années 1990. De nouvelles perspectives sont développées en Asie à l’aube du XXIe siècle. En France, l’horloger – positionné dans la pyramide du groupe entre Longines et Tissot avec un prix moyen de 950 € – n’est distribué que depuis début 2015 et y vend exclusivement des modèles automatiques.

» LIRE AUSSI – Le Swatch Group «positif» pour l’année 2018

Commander Shade, automatique elle aussi, inspirée d'un modèle des années 1940 (870 €).
Commander Shade, automatique elle aussi, inspirée d’un modèle des années 1940 (870 €). Mido

«Depuis toujours, Mido propose un design à la fois moderne et intemporel», continue Franz Linder qui refuse de donner un chiffre de production mais parle de «centaines de milliers de montres» vendues chaque année. «Nous nous distinguons en n’ayant pas d’égérie mais en associant chaque collection à un monument d’architecture célèbre, comme la Commander et la tour Eiffel, la Belluna et le Royal Albert Hall, la All Dial et le Colisée… Et nous avons d’ailleurs signé en 2014 un partenariat avec l’Union internationale des architectes.»

A quelques jours de souffler ses 100 bougies, Mido sort une Baroncelli Big Date automatique au visage sobre et séduisant. Les adeptes, de plus en plus nombreux, de ces collections affichant un très bon rapport qualité-prix ne manqueront pas de dire «Yo quiero».

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Dishes That Let You Experience Local Without Leaving Your Hotel

[ad_1]

AMSAZ_P331 Main Bluespoon Chefs Table

Chef Sander brings an artful sense of humor to the food at Bluespoon Restaurant & Bar in Andaz Amsterdam Prinsengracht. Pictured here is Sander’s Pigeon, a dish inspired by his cycle to work one morning.

The first Andaz hotel opened on London Liverpool Street in the 2000s, in a building built in 1884. The impetus: host guests with a kind of authenticity that can’t be fabricated. Now, the Andaz brand boasts 17 locations across the globe. Each property offers guests immersive experiences through exceptional dining, locally inspired interiors and art installations, and unparalleled hospitality. Andaz hotels and resorts envelope you in the senses of the eclectic culture from each neighborhood the moment you arrive. One of the best ways to arrive a tourist and depart a local? Eat the food. Chefs and mixologists eager to excite the palates and minds of guests in unexpected ways have put modern, inventive spins on classic dishes. From elevated grits in Savannah to a pepper reimagined in Mexico, here are four culinary specialties that reflect the flavor of each city. No doubt you’ll leave more inspired than when you arrived.

Andaz_Savannah

At Andaz Savannah, chef Cummer puts an unexpected and elevated twist on classic shrimp and grits with homemade truffle butter.

SAVOR A SOUTHERN STAPLE IN SAVANNAH

Chef Chris Cummer grew up in Louisiana and Texas, and was introduced to grits early in life. However, his discovery of the shrimp-and-grits combo, a quintessential southern staple, didn’t happen until he began his career at a restaurant in southern Louisiana. The key to making them great? Source locally. Now, at the helm of Andaz Savannah’s 22 Square restaurant, he uses Georgia-grown corn that is dried and stone milled, with fresh, sweet Georgia shrimp from local shrimp boat “Papa T.” But chef Cummer credits his current variation of the dish to the many stops along his culinary career. From Louisiana to Texas to New Jersey and NYC, and now in Georgia, each stop is represented in the dish, from the seasoning of the shrimp to the techniques and ingredients used. To elevate the flavor profile, and include an ingredient not commonly paired with the dish, he uses a homemade truffle butter. Because what’s more Southern than more butter?

Andaz_Maui

The Modern Mai Tai at Andaz Maui at Wailea Resort has been thoughtfully concocted to maximize its tropical appeal.

TASTE THE TWIST ON A CLASSIC IN MAUI

If you’ve ever been anywhere in Hawaii, you’ll know of the Mai Tai. This fruity cocktail is claimed to have originated in 1944 at Trader Vic’s and is a Polynesian treat widely enjoyed on the islands. The bartender team at Andaz Maui at Wailea Resort takes this to heart. In true Andaz fashion, they’ve put a twist on the traditional libation with aged Martinique and Jamaican rums, fresh lime, toasted almond orgeat, and orange curacao. (The original Mai Tai showcases the rums and citrus with a subtle hint of toasted almond.) At this Andaz resort, the Modern Mai Tai features fresh local Maui pineapple and a dark Jamaican rum float. Depending on your style–– classic or newly curated––you may have a favorite. Or perhaps you’ll try both as you sit back, relax, and soak up the view of pools and palm trees at Bumbye Beach Bar.

Andaz_Mexico

Chef Torres of Andaz Mayakoba Resort Riviera Maya uses local ingredients to reinvent the traditional poblano pepper recipe, a favorite dish of his grandmother’s.

TURN UP THE HEAT IN RIVIERA MAYA

At Andaz Mayakoba Resort Riviera Maya, the newest Andaz resort, chef Ernesto Torres created his signature dish, the Poblano Pepper, to honor his grandmother’s culinary traditions from the state of Veracruz. Growing up, he recalls his grandmother preparing the delicious dish for special events. Typically, the pepper is stuffed with meat. But chef Torres grew up along the Caribbean Sea and wanted to incorporate this element of his story into the dish. This noteworthy menu item at Casa Amate features shrimp and includes local flavors of the region such as peppers, chili, olives, goat cheese, and capers. In lieu of pomegranate, he garnishes it with choconostle, a native ingredient which comes from cactus (nopal) and is commonly used to prepare salsas and moles. If these flavors are new to you, then welcome––you’re experiencing the local culture at its finest.

AndazAM_P326 Bluespoon Dessert Art

Dessert doubles as art at Andaz Amsterdam Prinsengracht, where chef Sander calls upon a local art installation as his inspiration.

GET CREATIVE IN AMSTERDAM

At Bluespoon Restaurant & Bar in Andaz Amsterdam Prinsengracht, the menu showcases the light, colorful––and in true Dutch form, humorous and highly creative––work of chef Sander Bierenbroodspot. Take Sander’s Pigeon, for example. This signature dish is made of beetroot, petit legumes, cabbage, crispy leg, and mushroom, and was inspired by chef Sander’s bike ride to work one day, in which he had an encounter with one of Amsterdam’s notorious pigeons. There’s a Video Art Dessert inspired by a video art installation: Cristina Lucas’ « Abstraction Licking », a Dutch twist on Mondrian, which calls upon the party lifestyle of Amsterdam. To get the full taste and scent experience, it is meant to be eaten in a certain order, and guests are encouraged to eat with their hands. Finally, Martin’s Blossom in the Snow is a cocktail inspired by the passing of winter to spring, therefore it has the look and comfort of winter, but it’s actually a super-light cocktail buzzing with citrus and floral tones. Consider this a meal that exceeds all expectations.

VISIT ANDAZ.COM TO BOOK YOUR EXPERIENCE AT ANDAZ HOTELS & RESORTS.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Brampton man, 27, charged with stealing tractor-trailer containing $60,000 in avocados

[ad_1]

Halton Regional Police have arrested a 27-year-old Brampton man in connection with the theft of a tractor-trailer containing $60,000 worth of avocados.

The man allegedly gained access to a locked trucking yard by cutting a lock on Industry St. in Oakville on Oct. 15, police said in a Wednesday news release. A tractor-trailer containing the avocados was then stolen from the yard, police said.

The avocados were in transit in a “refrigerator-type trailer,” police said.

The tractor was recovered in Etobicoke the next day. The trailer was found in Scarborough on Oct. 26. The avocados were no longer in the trailer at the time.

Halton police arrested Harjot Singh Dhillon, 27, on Tuesday. He is facing charges of breaking and entering and possession of a break-in instrument.

Anyone with information regarding this incident is asked to contact detective constable Jeremy Civiero at 905-825-4747 ext. 2248 at the 2 District Criminal Investigations Bureau.

Emerald Bensadoun is a breaking news reporter, working out of the Star’s radio room in Toronto. Follow her on Twitter: @twerk_vonnegut

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

[ad_1]

Le rendez-vous cacaoté de la Porte de Versailles (Paris XVe) est de retour pour sa 24e édition, du 31 octobre au 4 novembre. Zoom sur les animations et les stands à ne pas manquer.

Pour sa 24e édition parisienne, le Salon du chocolat déménage dans le hall 4 de la Porte de Versailles, sur un plateau de plain-pied de 20.000 m2. 500 participants (dont 200 chefs), issus de 60 pays, seront sur place pour rencontrer les quelque 130.000 visiteurs attendus sur 5 jours. Voici nos conseils pour profiter de cette grand messe sucrée.

L’incontournable défilé

Véritable star du salon, le défilé de robes en chocolat a lieu tous les jours à 17h. Portées par des personnalités le soir de l’inauguration (mardi 30 octobre), les 20 tenues spectaculaires sont réalisées par des binômes chocolatiers et couturiers. Sont notamment attendus cette année, les créations de Yann Couvreur & Richard Orlinski, Stéphane Bonnat & Angélique Godey, Pralus & la Maison Devernois ou encore Jeffrey Cagnes (Stöhrer) & Jean-Paul Benielli.

Les stands à voir

Parmi les 230 exposants venus de 5 continents (dont les différentes nations productrices de cacao), à la fois industriels et artisans, voici les stands vers lesquels vous diriger pour tenter de déguster des douceurs, ou, à défaut, d’en acheter: Bernachon, Bonnat, Chapon, Laurent Duchêne, Hasnaâ Ferreira, Jean-Paul Hévin, Arnaud Larher, maison Aleph, Pralus, Jean-Charles Rochoux, Sadaharu Aoki, le Chocolat des Français ou encore les Petits Carreaux de Paris.

Les dédicaces

Le meilleur endroit pour être sûr de rencontrer chefs et artisans reste encore l’espace Librairie (tous les jours de 11h à 19h). Au programme de la douzaine de dédicaces: Sébastien Bouillet pour Best Of (mer. à 15h), Philippe Conticini pour Conticini en Live (ven. à 13h), Christophe Felder pour Galettes (sam. à 15h15) ou encore Jessica Prealpato pour Desseralité (dim. à 14h).

L’espace féminin

La Bordelaise Hasnaa Ferreira, aperçue dans Masterchef.
La Bordelaise Hasnaa Ferreira, aperçue dans Masterchef. Salon du chocolat

Nouveauté 2018, «Elles», un espace dédié aux femmes, de plus en plus présentes dans les métiers sucrés, rassemble la nouvelle garde féminine du chocolat et de la pâtisserie: Hasnaa Ferreira, Ika Cohen, Marjorie Fourcade, Maya Kanaan ou encore Mitusha Letuppe. Plusieurs femmes chefs donneront aussi des masterclass dans l’espace Pastry Show, dont Christelle Brua (Pré Catelan), Nina Métayer (Café Pouchkine) et Johanna Le Pape (championne du monde des Arts Sucrés).

Le Salon du chocolat junior

Devant le nombre élevé de familles parmi les visiteurs, le Salon revient cette année avec encore plus d’animations pour les gourmands en herbe (dès 3 ans). En partenariat avec TiJi, Gulli et Canal J, des ateliers pédagogiques gratuits pour apprendre les secrets du chocolat, s’initier à la pâtisserie, s’éveiller au goût mais aussi danser ou s’essayer au street art.

Et aussi

Les masterclass de 40 grands chefs à l’espace Pastry Show animé par Mercotte (Cédric Grolet, Michaël Bartocetti, Pierre Sang Boyer…).

Un nouvel espace dédié à la pâtisserie (avec un hommage à Philippe Conticini et Jean-Paul Hévin).

L’espace Japon aux couleurs de Japonismes 2018 (démonstrations par des chefs nippons).

Les conférences à la Chocosphère (le chocolat cru, le bean-to-bar, vin & chocolat….).

Les différentes remises de prix (Relais Desserts Charles Proust, World Chocolate Masters, Trophée de la Pâtisserie Française, Awards du chocolat).

Les ateliers gourmands de l’Atelier des Sens.

Ou encore la maison grandeur nature (18 m2) du chocolatier Jean-Luc Decluzeau.

Salon du chocolat. Du 31 octobre au 4 novembre 2018, de 10h à 19h. Pavillon 4, VIPARIS Porte de Versailles (Paris XVe). Tarifs: 15€ (adultes), 7€ (3 à 12 ans), gratuit pour les moins de 3 ans.

SERVICE: Derniers jours pour profiter de la promo anniversaire Cdiscount: jusqu’à 80% de réduction

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

This Caribbean Cookbook Spotlights Vegetarian Food and the Generations of Women Who’ve Cooked It | Healthyish

[ad_1]

“The story of Caribbean food cannot be told without telling the story of Caribbean women,” opens Provisions, the new cookbook from Jamaican sisters Michelle and Suzanne Rousseau. The sisters have a long history of collaborating in food together: They have run restaurants and a catering and events business, and they co-authored another book, Caribbean Potluck, in 2014. With Provisions, they further cement their legacy not only as ambassadors of Caribbean foodways but also as preservers of its history. We sat down recently, me on my couch in the Hudson Valley and them on theirs in Jamaica (thanks, technology!) to talk about their thoughtful and emotional journey putting together this collection of contemporary vegetarian recipes. Inspired by the literal roots of Caribbean cooking, Provisions is as much a beautiful meditation on what the sisters cook today and as it is an homage to all the women who have stood in kitchens stirring pots to feed their communities before them. – Julia Turshen

Your book begins: ‘This book is dedicated both to the women of our past whose stories have disappeared from the family tree because they were deemed unimportant, irrelevant, or unnecessary, and to the women of our future who will carry on this beautiful lineage and create new stories and recipes to share with their daughters.’ When you started this book, did you know that this is what it would be about?

Michelle: To be honest, no. The book originally came out of the name Provisions. The focus was for us at first was slavery and the inheritances of slavery and looking at the Afro-Caribbean influence of the food during slavery…the tradition of eating these ingredients in this particular way and peppered by the influences of either the colonizers or other influences. It started from there, but a natural female perspective came. And we couldn’t tell the story without telling the story of women.

provisions-Michelle-Suzanne.jpg

Photo courtesy of Provisions

The authors, Michelle and Suzanne Rousseau.

What feeling do you hope readers, especially young women, will take with them from this book?

Suzanne: An understanding of legacy of those who came before and how important it is to recognize that aspect of our history. How we do everything and how we eat— it’s all a function of everything that came before. We run the risk in the Caribbean of thinking that how it’s done in a different, wealthier environment is “better.” They emulate women who aren’t from here and we have to hold strong to our own.

Michelle: A sense of belonging. If you take the time to listen and hear stories about people who came before you, not only does it help to root you and ground you and inform who you are and where you want to go, it helps inform this heritage that we’re losing. Recipes and documentation are being created outside of us and if we don’t sit and speak to these women, their stories will disappear. You don’t have to document it, but if you don’t start to understand it, you also lose an aspect of yourself. We don’t want to lose the past. We don’t have to dwell there—that’s why the recipes are modern. They give you a point of reference so you can better understand yourself.

There are recipes in the book that some people might not immediately associate with Caribbean food.

Michelle: Like the falafel with tahini. People don’t know that there’s a massive Arab population here, so that dish to us is as much Caribbean as anything else. It’s been in the region for a very long time. Asian-Caribbean food has a long legacy and it’s equally as authentic as anything else. The book is a way to present the food with the plethora of food with all of these ingredients to show how diverse our food is and what is available to us.

What do you think is the most misunderstood thing about Caribbean cooking?

Michelle: There’s a perception that everything that comes out of the region is rustic. Even in the photography they wanted everything to be rustic and dark and we were like no we want color, we want antiques, crystal, silver, and to use the things that have been handed down. There’s a massive heritage of artisanship, of basket weaving and crafts, just as in the Gullah culture. That heritage is very present.

This book is all vegetarian— was that intentional from the beginning or something that evolved?

Michelle: I think the focus came from the publisher because when we first sent out versions of manuscript, slaves were given salted meat (fish and meat, liked salted fish, pigtails, and son on). That was there allotment of protein. Fresh meat wasn’t given to them and they substituted with [what we call] provisions of every kind (breadfruit, plantains, etc). [We were] looking at what they were eating and we sent that to the publisher and they liked how there was such a focus on healthy, vegetarian cooking and asked if we would consider taking out the meat and making it just that.

If someone is unfamiliar with provisions [cooked, starchy vegetables common in Caribbean cuisine], which recipe do you recommend they start with?

Suzanne: The roast breadfruit. Most people don’t eat provisions in that way, but doing breadfruit with honey and Maldon salt is incredible, and you can incorporate it in a really simple way into any kind of meal.

Which recipes from the book do you find yourself making again and again?

Suzanne: There are so many in there that we love. The pepper sauces and pickles are really fantastic. We use those all of the time. Our grandmother always had a jar of pickled cucumbers and peppers she always had with every meal. The pak choi salad. The curried chickpeas.

Michelle: The eggplant with roasted tomatoes and a little feta—that is amazing. The romaine salad, the black bean plantain burger…the plantain gratin—we make that when we entertain.

Did working on the book make you feel closer to the women in your own life?

Suzanne: We both dreamt about our grandmothers. There was definitely a calling that there was a story to be told and an acknowledgement to me made for women who hadn’t been seen and acknowledged. One day I had an overwhelming sense of my paternal grandmother’s presence and a sense of the hardship of her life, the loneliness of her life. I think our understanding of their lives, not of them just as grandmothers and aunts, became so much more real.

How has creating this book changed you?

Michelle: I feel a sense of relief because I felt like I had these voices telling me to record this before it was too late. This group of women came together to help us create it and it has made it more complete and more complete in a way we could’ve ever made on our own. It feels no longer mine. I feel like we can let go.

Suzanne: I look at it and I’m like, who wrote this? Where did it come from? We had to let go at some point and give it to the universe and hope it will be received well. It was very emotional for us. When we wrote, we wept. It felt like it was so much bigger than ourselves. Every time we would sit and read, it felt like there was a panel of women around us. We have to have a dinner for the ancestors and set a place for everyone.

Buy Provisions: The Roots of Caribbean Cooking, $20

All products featured on Healthyish are independently selected by our editors. However, when you buy something through our retail links, we may earn an affiliate commission.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Grade 5 student who uses wheelchair gets the costume of a lifetime – Montreal

[ad_1]

Émile Laliberté rolled up to his school sidewalk in Repentigny in style on Halloween. With the help of some foam walls, some 3D-printed scales and an extremely intricate mask, within five minutes the Grade 5 student becomes the dragon in his keep — his Halloween costume.

“It’s a hardcore costume,” he told Global News. “To make the castle, the mask, the shirt. All of that.”

READ MORE: What was your costume this Halloween?

The outfit is specifically adapted to Laliberté’s wheelchair. It includes walls that fit over his wheelchair frame, giving the entire assembly the illusion that he’s a flying dragon as he gets around.

“Imagine all the things I can do with it,” he said.

The costume also includes a supply of Halloween loot — which in this case is chocolate coins — to hand out to others.

The maker collective startup known as Duct Tapers Anonymous took on the project in August after creating a hashtag called #Rolloween in an effort to create Halloween costumes for those who have mobility issues.

“There was a bit of engineering involved,” said Bob Murphy of Duct Tapers Anonymous. “We ended up taking his wheelchair and mocked it up using plywood and scrap wood.”

The group also helped build the elaborate dragon mask, which includes blinking and moving LED eyes.

Hélène Fortin, the boy’s mother, described the gesture as an amazing project for children with special needs.

“We hope this inspires people to create other similar costumes for children with special needs, to help them enjoy Halloween as well,” she said.

READ MORE: Candies, costumes and caution — tips to keep Halloween safe

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Celio édite des modèles en partenariat avec la Nasa et la NBA

[ad_1]

La marque livre une capsule de vêtements et d’accessoires de la doudoune rembourrée au pantalon en molleton blancs avec la première et des hauts aux couleurs des plus grandes équipes US avec la seconde.

La formule est rodée quel que soit le secteur. Des grandes marques aux petits labels, du luxe à la grande distribution, le concept de la collaboration visant à rapprocher deux entités issues d’univers distincts afin de donner jour à un produit inédit est une recette parfaite pour surprendre et faire parler de soi. Dans la mode, où les collections sont généralement pensées pour deux saisons et peuvent encore rester jusqu’à six mois en boutique, ces éditions ponctuelles sont un bon moyen de faire revenir les clients en magasin. Et rapidement car, la plupart du temps, ces modèles sont disponibles en stock limité. A vos agendas, donc!

Le 29 octobre, Celio livre une capsule de vêtements et d’accessoires imaginés en partenariat avec la Nasa. Doudoune rembourrée, blouson en tissu réfléchissant, sweat-shirt et pantalon en molleton blancs. Tropisme américain, la marque française noue également un partenariat avec la National Basketball Association pour des hauts aux couleurs des plus grandes équipes US (photo) qui changent du maillot de football.

Celio.com

SERVICE: Économisez 10% sur vos achats avec notre code promo Nike

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Government to review funding for former governors general, Trudeau says

[ad_1]

Prime Minister Justin Trudeau says he’ll reconsider the perks and supports Canada gives former governors general.

The federal government’s books show that Adrienne Clarkson, who was governor general from 1999 to 2005, has billed more than $1 million in expenses since leaving the job.

« We are going to take a look at what best practices would be in terms of supporting people who’ve served Canada in the viceregal capacity, » Trudeau told reporters in Ottawa Wednesday morning.  

« These are people who’ve stepped up and offered a tremendous service to this country, » he said. « Canadians expect a certain level of transparency and accountability, and we’re going to make sure we’re moving forward in a thoughtful way. »

Watch Prime Minister Trudeau promise to review supports for former governors general

Prime Minister Justin Trudeau says he will review ‘best practices’ when it comes to funding for past Governor Generals. 0:27

Besides their pensions, former governors general can get public funding for office expenses and travel. The program has existed since 1979, on the premise that governors general never truly retire.

Clarkson has billed more than $100,000 to the government nine times in the 13 years since she left Rideau Hall on Sept. 27, 2005.

That’s the threshold for reporting the billings publicly in the annual Public Accounts, a detailed report on government spending.

Trudeau says people who serve as governor general offer great service to Canada and deserve support in the years after they retire, but Canadians expect accountability and transparency when public money is spent.

He says the government will try to do better at meeting both goals.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

dix idées de sorties pour le fêter

[ad_1]

SÉLECTION – De Belphégor aux catacombes, en passant par le Fantôme de l’Opéra, la capitale sait nourrir les peurs. Plus insolites les unes que les autres cette année, les soirées et activités du 31 octobre et du 1er novembre repoussent les limites de l’épouvante. Tremblez de plaisir avec cette angoissante sélection pour adultes!

La Famille Addams au Point Éphémère…

Les Addams ont emménagé à Paris et transformé le Point Éphémère en manoir. Rejoignez la dysfonctionnelle et macabre famille pour un trépas convivial! Pour passer le meilleur mercredi d’Halloween de sa vie, quoi de mieux que de rencontrer «la» Mercredi en chair et en os? Elles seront même plusieurs puisqu’un concours est organisé. Les trois petites filles les plus angoissantes se verront décerner des lots diaboliques. Les parents les plus responsables de l’univers, Morticia et Gomez, ont laissé les clés de leur cinéma privé pour visionner le film de famille réalisé par Barry Sonnenfeld en 1991. Et n’oubliez pas de faire honneur aux insectes comestibles proposés par Futura Food et au cocktail à base d’ongles de La Chose, on ne vexe pas ses hôtes! Avant de danser furieusement jusqu’au démembrement, sur un homicide sonore commis par trois DJ’s pour vous emmener tendrement dans l’au-delà.

Halloween au Point Éphémère. 200, quai de Valmy (Xe). Mercredi 31 octobre 2018 de 20h30 à 3h du matin. Tarifs: gratuit si déguisé, sinon 5€.

…et au Casino de Paris

La comédie musicale d’Andrew Lippa, transposée par Ned Grujic dans la langue de Molière, est de retour à Paris. L’occasion de rencontrer la famille la plus folle du monde dans une aventure délirante qui pourrait se révéler un cauchemar pour beaucoup de parents! Au programme: humour noir, délires macabres et satire mordante. De quoi se mettre dans l’ambiance avant d’entamer la soirée.

La Famille Addams au Casino de Paris. 16, rue de Clichy (IXe). Jusqu’au 4 novembre 2018. Le 31 octobre à 15h. Tarifs: de 19 à 49€.

SERVICE: Réservez vos places pour La Famille Addams avec Ticketac

The Live Thriller, enquête criminelle grandeur nature

The Live Thriller est un jeu de piste immersif fort en sensations.
The Live Thriller est un jeu de piste immersif fort en sensations. The Live Thriller

Le détective, c’est vous! Pendant 2h15, les participants sillonnent différents lieux du XVIIIe (250m² privatisés), à la recherche d’un tueur en série surnommé «le Metteur en scène». Lequel sévit depuis des années dans Paris et remplace les cadavres par des mannequins. Pour résoudre l’affaire, il faut analyser des scènes macabres, explorer des lieux désaffectés, mener un interrogatoire musclé et même procéder à une filature en pleine rue. Inspiré des thrillers américains des années 90 et des jeux vidéos du genre, The Live Thriller procure une bonne dose d’adrénaline, comme celles que vous pouvez ressentir en regardant des films de David Fincher. Mais vous n’êtes pas dans votre canapé. Vous êtes sur le terrain de jeu du serial-killer, qui vous réserve de belles surprises pour Halloween. Nuit blanche exceptionnelle avec un départ pour la dernière session prévue à 3h30 du matin.

The Live Thriller. Adresse du lieu, dans le XVIIIe, communiquée après inscription. Le 31 octobre 2018 de 16h30 à 3h30 et le 1er novembre 2018 de 9h30 à 22h30. Tarifs: de 46 à 69€ par personne. Groupes de 3 à 6 personnes. Minimum 18 ans. Autorisé à partir de 16 ans avec accompagnant.

Soirée «Toxic» au Manoir de Paris

Une pandémie dévastatrice menace la planète, nommée «Toxic» par les scientifiques. Il est temps de préparer sa propre survie. Les rescapés se réfugient au laboratoire du Manoir de Paris, un endroit sûr. En apparence, seulement. Pour cette superproduction d’horreur, le «premier spectacle hanté de France» met en scène un scénario haletant de science-fiction. Les survivants parcourent une quarantaine de décors réalistes ponctués d’effets spéciaux, répartis sur trois étages et décomposé (peut-être comme vous à la sortie) en deux parcours inédits («Toxic» puis «Quarantaine»). La production spéciale Halloween mobilise plus de 120 comédiens effrayants et une cinquantaine de brillants professionnels (maquilleurs, costumiers, scénaristes, …). La peur risque de se propager plus vite que le virus à combattre. Le Manoir de Paris crée des événements tout droits sortis de nos pires cauchemars. Frissons garantis!

Toxic au Manoir de Paris. 18, rue de Paradis (Xe). Jusqu’au 18 novembre 2018. Les 31 octobre et 1er novembre de 16h à 23h. Tarifs: de 29€ à 37€. Déconseillé aux moins de 12 ans.

Le Bal des Vampires au Pachamama

L'heure fatidique d'une soirée sinistre au Pachamama approche.
L’heure fatidique d’une soirée sinistre au Pachamama approche. Le Bal des Vampires

Depuis trois ans, les vampires se réunissent dans la nuit parisienne pour une soirée saignante. Le temps d’Halloween, le club et restaurant Pachamama, lieu d’exception de 3000m2 décoré par Cyril Peret, se fait terrain d’accueil des férus d’hémoglobine. Mais les buveurs de sang ne sont pas sectaires! Le château de Dracula est ouvert à tous, si le dress code «macabrement glamour» est respecté. En invitée d’honneur, la horde funeste de squelettes mexicains du Dia de Los Muertos. Pour assouvir la soif de chacun, le bar à cocktails regorge de succulents calices. Sur quatre niveaux, s’étendent quatre ambiances funèbres. Le grand salon transylvanien et son dance-floor au premier, une déambulation dans un cimetière mexicain au second, un manoir abandonné au troisième et enfin, un quatrième étage dont la surprise est laissée aux plus audacieux.

Le Bal des Vampires – Opus III au Pachamama. 46-48, rue du Faubourg Saint-Antoine (XIIe). Mercredi 31 octobre 2018 à partir de 23h. Places en prévente uniquement: 25€ les 666 premières vendues puis 35€. Costume obligatoire: macabrement glamour.

Avec Destination Danger, attendez-vous au pire

Spécialisée dans les jeux d’évasion, l’enseigne Destination Danger propose des situations extrêmes. Deux semblent particulièrement adaptées à cette fête lugubre. Pour savoir ce que l’on ressent bloqué dans un cercueil, «Enterré vivant» propose au participant de rester allongé et enfermé pendant une heure dans une boîte en bois. Seul et sans lumière. Dans un cercueil voisin, votre accompagnant subit les mêmes conditions. La tension monte rapidement et l’escape game se révèle plus psychologique qu’il n’y paraît puisque tout se joue dans la communication à distance avec l’autre. «Frayeur noire» administre un tout autre supplice. Seul ou en groupe (jusqu’à quatre personnes), le participant évolue dans une pièce plongée dans le noir. Comme pour un aveugle, tous les sens sont en éveil. Attention à ne pas se laisser vaincre par la peur et à perdre son sens de la logique. Stressés ou claustrophobes, passez votre chemin!

Escape game «Enterré vivant» à Destination Danger. 13, rue Beccaria (XIIe). Le 31 octobre 2018 à 16h, 18h et 20h. Activité à deux: 35€ par personne.

Escape game «Frayeur noire» à Destination Danger. 66, bld Voltaire (XIe). Le 31 octobre 2018 à 16h, 17h30, 19h et 20h30. Tarifs: 70€ pour un groupe d’1 à 3 personnes. 90€ pour un groupe de 4 personnes.

Soirée de folie à Grévin

La folie s'empare de Grévin à Paris pour 7 nocturnes, du 25 au 31 octobre.
La folie s’empare de Grévin à Paris pour 7 nocturnes, du 25 au 31 octobre. Musée Grévin

Le célèbre musée de mannequins de cire se transforme, à la nuit tombée, en un véritable hôpital de l’horreur hanté par un chirurgien dément, une nurse aliénée, une diseuse de bonne aventure, et bien d’autres… L’occasion pour les visiteurs d’un soir de vivre une expérience frissonnante animée par une quinzaine de comédiens, sons et lumières à l’appui. Et de visiter le musée d’une manière inédite. Une surprise attend les plus courageux en fin de parcours. Mais on ne vous en dit pas plus! Ambiance terrifiante garantie.

La folie s’empare de Grévin. 10, bld de Montmartre (IXe). Les 25, 26, 28 et 29 octobre 2018 de 20h à minuit et les 27, 30 et 31 octobre 2018 de 20h à 1h du matin. Tarif: 26€, 22€ sur le site Internet du musée.

La fête du «Dia de Los Muertos» à la Bellevilloise…

Départ pour le Mexique avec la soirée «Fiesta de Los Muertos» à la Bellevilloise! Le Jour des Morts sera célébré dans le respect et la joie inhérents à la tradition sud-américaine. Autels, guirlandes de fleurs, têtes de morts… Un arc-en-ciel de couleur! La fiesta endiablée sera rythmée par une multitude de musiciens et DJ’s provenant du Chili, de Puerto Rico, du Venezuela, d’Argentine, de Cuba et du pays de Frida Kahlo. Des stands de goodies, tattoo-shop et maquillage sont prévus, ainsi que des projections cinématographiques. C’est l’occasion de se transformer en «Calavera Catrina» avec un masque de squelette, de riches habits, des couronnes de fleurs pour les dames et des chapeaux avec fleurs épinglées pour les messieurs. Festoyer en l’honneur de nos défunts, un bien joli concept!

Fiesta de Los Muertos à La Bellevilloise. 19-21, rue Boyer (XXe). Mercredi 31 octobre 2018 de 20h à 6h du matin. Entrée: 15€.

…au Comptoir Général et au Grand Marché Stalingrad

Pour la fête mexicaine, l'Office Hollandais des fleurs organise des ateliers gratuits.
Pour la fête mexicaine, l’Office Hollandais des fleurs organise des ateliers gratuits. Daniel Bockwoldt/Picture-Alliance /DPA/AP Images

Une fois n’est pas coutume, le jour de la fête des morts, on s’empare des codes joyeux et festifs du Dia de Los Muertos, la fête mexicaine qui célèbre la vie d’hier et d’aujourd’hui avec des fleurs, symbole de lumière. Pour l’occasion, l’Office Hollandais des fleurs vous propose une flopée d’ateliers pour confectionner couronne, boutonnière et chapeau fleuri… Gratuitement! Sans oublier le maquillage personnalisé façon «Calavera» fleurie à la française. Et ensuite, place à la fête avec DJ set et dégustation de cocktails à base de mezcal, l’eau-de-vie mexicaine, et de fleurs, histoire de finir la soirée dans la joie et la bonne humeur.

Dia de Los Muertos au Comptoir Général. 80, quai de Jemmapes (Xe) et au Grand Marché Stalingrad. 6-8, Place de la Bataille Stalingrad (IXe). Le 1er novembre 2018 à partir de 18h. Ateliers gratuits.

Halloween gourmand dans les pubs Frog

La chaîne de pubs et micro-brasseries artisanales Frog se met à l’heure de la fête anglo-saxonne en décorant ses bars (stickers muraux, jarres figurant des têtes coupée…) et en organisant des soirées, mais aussi en servant des boissons et un plat créés pour l’occasion. Ainsi la Bewitched Pumpkin Ale, une bière de saison ensorcelante aux notes de caramel (5,6%), élaborée à partir de citrouille et de butternut, arrosés de sirop d’érable, rôtis, écrasés et infusés avec cannelle et noix de muscade (5,6%). A siroter aussi (avec modération), les cocktails Halloween Eye Ball Shot (lychee, framboise et vodka) et Halloween Zombie Shot (liqueur de pêche, Baileys, sirop de menthe ou grenadine). Côté solides enfin, le Smoky Pumpkin Burger agrémente boeuf, cheddar et bacon fumés, iceberg, oignons frits et mayo d’un chutney de potiron.

Halloween dans les pubs Frog. 10 adresses à Paris IIe, IVe, Ve, VIe, XIe, XIIe, XIIIe et XVIe et 1 à Neuilly (92). Bewitched Pumpkin Ale: 4,50€ le demi et 7€ la pinte (à partir du 27 octobre jusqu’à épuisement des fûts). Smoky Pumpkin Burger: 15,70€ (jusqu’à mi-nov.).

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Escapade en Bourgogne avec Lois Moreno

[ad_1]

Nous avions envie de partir quelques jours mais pas trop loin, pour ne pas faire beaucoup de route. Cette fois-ci, nous avons voulu tester l’échange de maisons. Seul bémol : notre maison en plein travaux n’est absolument pas échangeable en ce moment. Mais en cherchant sur le net, nous sommes tombés sur une petite pépite de site. Il s’agit de Guest to Guest.

Souvent, nous avons tendance à partir loin sans prendre le temps de connaître ce qui est autour de nous. Voilà une bonne raison pour aller en Bourgogne en famille ! NPour nous loger, nous avions plusieurs options. Mais comme toujours, lorsque l’on part à 5, le budget s’enflamme très vite. L’échange de maisons s’est vite révélée comme l’option la plus économique et pratique. J’ai donc commencé mes recherches sur le site de Guest to Guest. Ce qui m’a motivé à m’inscrire, c’est leur système de points. Si l’une des deux parties, avec qui l’échange se met en place, n’a pas envie d’aller chez l’autre ou simplement de partir aux mêmes dates, c’est possible ! En effet, leur concept fonctionne sur un système de points, que l’on échange ou que l’on accumule. Hyper simple ! Suite à quelques recherches, j’ai trouvé une très jolie maison familiale en plein milieu des vignes. 

Nous avons été accueillis comme des rois par les propriétaires, Sylvie et son compagnon. Des chambres au feu de cheminée, tout était prêt pour notre arrivée. Les serviettes de bain étaient fournies et Sylvie nous avait même préparé des petits cakes pour l’apéro ! J’avoue que j’étais curieuse de voir comment cela se passait et nous avons été agréablement surpris. 

Notre but était de nous détendre en dehors de la maison et des travaux, sans avoir ni trop de logistiques à gérer ni trop de frais. Être comme à la maison, sans être à la maison, vous me suivez ?

Honnêtement, sur place, c’était exactement ça : du repos, du calme et quelques balades dans cette belle région. La Bourgogne et ses forêts, ses vignes interminables et surtout ses châteaux ! Grande fan d’histoire, Zoé s’est régalée lors de notre visite au château de Cormatin.  Quant à Hugo et Simon, ils ont adoré crapahuter dans la forêt Domaniale du Grison. Un endroit majestueux rempli d’arbres centenaires. Après les balades, retour à la maison. Jouer, cuisiner ensemble, profiter de la cheminée… Une parenthèse enchantée !

Je pense que nous testerons à nouveau l’échange de maisons, peut-être un peu plus loin la prochaine fois ? Cela représente une énorme économie pour une famille et le fait d’être logé dans un endroit avec tout le confort du quotidien simplifie grandement les choses avec des enfantsJe ne sais pas vous mais nous, on réfléchit déjà à notre prochaine destination…

 

Les enfants sont habillés en Louis Louise et Bellerose

 

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس