Connect with us

Santé Et Nutrition

I Tried Going Tech-Free on Sundays and Boy Was It Hard | Healthyish

Published

on

[ad_1]

This story is part of the Healthyish Guide to Sunday, a compilation of recipes, suggestions, and obsessions to make the first day of the week your favorite.

The night before I am to begin my adventure in “Tech-Free Sundays,” it occurs to me that I should Google “Tech-Free Sunday,” which I’m pretty sure I won’t be able to do once it’s Tech-Free Sunday.

There are various approaches to Tech-Free Sunday, but they are all, in spirit, pretty much the same: you are supposed to forswear your various devices—phone, computer, TV, Kindle, all of it—and instead connect with the non-digital world around you, like your partner, or your children, your feelings.

It sounds very, very hard.

Like everybody else, I am addicted to my devices. I wake up to the alarm on my phone, which usually rings from inside my bed, because that is where I left it, when I fell asleep reading WebMD. I am online at work, and online at home. I check Twitter constantly: what if someone said something? I read the newspaper on my phone. I read novels on my phone. “Go to sleep!” my boyfriend says to me, on a somewhat regular basis, when it is 2 a.m. and I am reading the personal blogs of non-famous people I do not know. Usually, when he says this, he is gazing at his phone.

But the people recounting the virtues of tech-free Sundays are ecstatic about the virtues of disconnecting from the internet. “The first time we unplugged, it felt like the longest day ever,” filmmaker Tiffany Shlain told Greatist. “And that was wonderful. I knew then that it was something I wanted to do every week.” She and her family have for years been observing what they call “Technology Shabbat”—a modified version of the Old Testament sabbath that plenty of people have been practicing for, well, millennia.

I read blog posts about all the things I’ll notice when I’m not checking my phone. It will be just like it was in the old days on the prairie, or in 2006.

“I’m doing Tech-Free Sundays now!” I tell my boyfriend, on the Saturday night before my no-tech journey starts. “Oh,” he says. “So are you giving up, like, the wheel?” I define my terms. No: computer, phone, iPad. No: email, Twitter, Instagram. Yes: wheels, modern medicine.

And then I wake up in the morning and fail. The problem is work: I need to meet a deadline. Could I do it without a computer? I mean, sure. Galileo accomplished amazing things! (What “things” exactly I would have to Google.) “It’s fine,” I announce, to no one. “I’ll just use the computer for work, but I won’t check Twitter or anything.” And I don’t, for many hours. And then I do. It’s right there! And though I check it very briefly, just in case anyone died or is mad at me, the spell is broken. Every minute I spend on my computer-but-only-for-necessary-reasons is a test of willpower; it is like playing don’t think of pink elephants, where the elephant is social media. I am not blissed out. I am miserable.

But the beautiful thing about Sundays is that there is always another one. The next week, I refine my approach: no tech, at all, between the time I wake up and 9 p.m.

This time, I am prepared. On Saturday, I make a list of everything I want to accomplish over the weekend, and then work my way through all the parts that require technology: I send emails. I print return labels. I look up directions. That night, I research everything I can think of: I Google exes and early signs of colon cancer. I read the entirety of the New York Times. And then I put my phone down, and when I wake up on Tech-Free Sunday, I do not pick it up again.

Instead, I read. I finish a book—one with paper!—and then move onto magazines. Do you know how pleasurable it is to read a magazine by touching it? It is a delight, like petting a very literary cat. I read articles I didn’t even know I was interested in, just because they were there! I laugh. I weep. “Look at me, doing Tech-Free Sunday,” I think, reading a long article about the financial crash of 2008.

The first hitch comes when I go to meet a friend. I’m running late, on account of all the magazines, but have no way to tell him. Also, after leaving the house, I have no idea what time it is, because my watch is my phone and my phone is at home. You’re supposed to notice things on Tech-Free Sunday? Here is what I notice: there are no public clocks, anywhere. I know that now. I also know that maybe I should buy a watch. I pass a dog I want to take a picture of—it is very fluffy, and sitting like a child—but I can’t, so I don’t. I want to check my grocery list, but I can’t do that either.

I meet my friend and apologize for being both 15 minutes late and unreachable on account of Tech-Free Sunday, and he chuckles at my stunt journalism and is, I think, impressed. (Oftentimes I am 20 minutes late.). I do not pick up groceries, but we don’t need any. I worry that my parents won’t be able to reach me in a crisis, but there are no crises. And at 9 p.m., I check my email, and find I have missed several sales promotions from Old Navy and nothing else.

Was I relaxed? It is an unfamiliar feeling, but I was. I felt a semblance of control over my life; for the first time in weeks, it seemed like there was a healthy buffer between myself and the world. It was like a wilderness vacation, only in my house. (I have never taken a wilderness vacation.)

But because life is nothing if not a learning process, the next weekend, I told everyone who might need to get in touch with me that I would not be reachable on Sunday. Did this feel obnoxious? Yes. But it also felt necessary: I live in a city, with a cell phone, in 2018. If I’m going off the grid, it seems obligatory to inform the people who might need me—how else will they know I won’t get the message that they’re running late? A friend I’d told texted me anyway. He was running late. Conveniently, I was also running late. Tech-Free Sunday is all about embracing serendipity.

Again, I read. I thought. I used a pen to make a grocery list on paper. I walked my dog, and then, because I had nothing else to do, I took her to the dog park. “See how present I am!” I thought, as she cowered in a corner.

But by 8 p.m., I was counting down the minutes until the experiment ended. For better or worse, my life is online, and I wanted to live it. I also wanted to order a sports bra on the internet. And then the clock struck 9 and the experiment was over.

I had hoped to emerge a different person: someone who has a “night time routine” and “work/life balance.” Someone who enjoys “candles” and “beach vacations;” the kind of person who does not sleep cuddling her phone. I did not. Over the course of my Tech-Free Sundays, I did not spend any time on my “personal artistic projects,” like the tech-free Sunday bloggers said I might. Nor did I particularly bond with the people close to me, because while I was very present, all I could talk about was Tech-Free Sunday. Also, they were mostly on their phones.

And yet I loved it. Or at least, I liked it? Or at least, I would recommend you do it, once or twice, just to see. There is so much time, when you are disconnected from the internet; it is shocking, how much time there is. I don’t know that I will continue Tech-Free Sundays, but I will continue taking tech-free baby steps: leaving my phone at home; reading book-shaped books; spending intentional periods away from my computer.

Cutting myself off from technology was a temporary reprieve from the looming dread that someone might ask something of me. How could they? I imagined I would find this stressful, all this not-knowing—What if someone wanted something? What if I was being awarded a very urgent prize?—but it’s really quite easy to adjust to a total lack of demands. I didn’t know what anyone else was doing, in real life or on Instagram, and it was a relief, for one day only, not to care.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Santé Et Nutrition

Démystifier la dyslexie

Published

on

By

(EN) Les enfants entament une nouvelle année scolaire au cours de laquelle ils vont se faire des amis, s’adapter à leurs nouveaux enseignants et faire face à de nouveaux défis. Certains d’entre eux auront plus de difficultés que d’autres, mais comment savoir si un trouble d’apprentissage ne nuit pas à votre enfant et à sa capacité de réussir ?

L’un des troubles les plus fréquents est la dyslexie. Environ 15 % des Canadiens en sont atteints et pourtant, selon une étude récente, moins d’un tiers d’entre nous serait capable d’en reconnaître les signes.

Bien que la dyslexie ne se guérisse pas, il est possible de la contrôler grâce à une détection précoce et à un enseignement adéquat. C’est pourquoi il est important de pouvoir reconnaître la dyslexie.

Voici ce qu’il faut savoir :

Qu’est-ce que c’est ? La dyslexie est un trouble d’apprentissage qui se caractérise par des difficultés à identifier les sons produits en parlant et à reconnaître les lettres, les mots et les chiffres. Le cerveau interprète mal les sons, les lettres et les chiffres quand il les assemble et en arrive souvent à tout mélanger, ce qui est déroutant pour la personne. La dyslexie touche tout le monde de la même façon, sans considération de genre et peu importe le milieu socio-économique ou l’origine ethnique de la personne.

Que peut-on faire ? Si vous pensez que votre enfant peut être dyslexique, n’attendez pas pour réagir. Il existe de nombreux tests à passer en ligne qui peuvent vous aider à l’identifier. Si vous croyez que c’est le cas, demandez à accéder à des ressources supplémentaires à votre école ou communiquez avec un tuteur spécialisé en littératie structurée. Faites appel à des groupes d’entraide pour en apprendre davantage.

Comment favoriser la réussite ? « Ce n’est pas parce qu’une personne a reçu un diagnostic de trouble d’apprentissage qu’elle ne peut pas réussir dans la vie. Ses apprentissages se font tout simplement d’une manière différente », explique Christine Staley, directrice générale de Dyslexia Canada. « Une détection précoce et un enseignement adéquat en lecture sont essentiels pour contrôler la dyslexie et ouvrir la voie à un brillant avenir. »

Continue Reading

Santé Et Nutrition

Les extincteurs portatifs améliorent la sécurité à domicile

Published

on

By

(EN) Lorsqu’un incendie se déclare, chaque seconde compte. S’ils sont utilisés rapidement et de façon efficace, les extincteurs de feu portatifs peuvent aider à sauver des vies. C’est pourquoi ils font partie de ces éléments importants qui permettent d’assurer votre sécurité et celle de votre famille à domicile.

Suivez ces conseils concernant la façon d’utiliser un extincteur de feu et le meilleur endroit pour l’installer afin d’être prêt en cas d’urgence :

Comparez les caractéristiques. Choisissez un extincteur résidentiel doté d’une goupille de métal et d’un levier de commande, aussi durable qu’un extincteur de qualité commerciale, ainsi que d’un manomètre à code couleur facile à lire afin de vous assurer que l’appareil est chargé. Sachez qu’il n’est pas sécuritaire d’utiliser un extincteur qui a déjà été déchargé, surtout qu’il existe maintenant des extincteurs rechargeables qui peuvent être rechargés par un professionnel certifié si vous avez utilisé l’appareil.

Sachez comment vous en servir : Tous les extincteurs de feu sont vendus avec des instructions d’utilisation. Toutefois, plus de 70 % des consommateurs qui possèdent un extincteur affirment ne pas se sentir à l’aise de le faire fonctionner. Solution pratique et conviviale, le pulvérisateur d’incendie First Alert est une bombe aérosol au design simple qui constitue un dispositif supplémentaire efficace pour les incendies domestiques. Grâce à une buse précise qui permet de pulvériser sur une grande surface, l’utilisateur peut mieux contrôler l’application. De plus, comme il n’y a pas de goupille à tirer ni de levier à serrer, il est possible d’éteindre un incendie rapidement.

Gardez à portée de la main : Lorsque chaque seconde compte, il est essentiel d’avoir un extincteur de feu à proximité afin de réagir rapidement. Il est préférable de placer un extincteur à chaque étage de la maison et dans les pièces où le risque d’incendie est plus élevé, comme la cuisine et le garage. La National Fire Protection Association (NPFA) recommande d’installer des extincteurs à la sortie des pièces afin de les décharger et de vous sauver rapidement par la suite si l’incendie ne peut être maîtrisé.

Sachez quand quitter la maison. Une des composantes d’un plan d’intervention en cas d’incendie consiste à essayer d’éteindre un petit incendie avec un extincteur de feu, mais l’objectif principal doit être l’évacuation de la famille en toute sécurité. Un extincteur n’est pas un substitut à la mise en place d’un plan d’évacuation résidentielle en cas d’incendie, qui doit être pratiqué régulièrement, ni à l’installation d’avertisseurs de fumée fonctionnels dans toute la maison – un à chaque étage et dans chaque chambre, afin de permettre la détection rapide d’un incendie.

Continue Reading

Santé Et Nutrition

Comment aider un bébé à développer son goût

Published

on

By

(EN) Un bébé qui n’est pas encouragé à manger une variété d’aliments dès son plus jeune âge aura de fortes chances à devenir un enfant difficile qui n’acceptera que ses plats préférés, comme des croquettes de poulet ou des hotdogs.

Pour faire en sorte que votre bébé soit ouvert et enthousiaste lorsque vient le moment d’essayer de nouveaux aliments, Nanny Robina, l’une des plus grandes expertes en matière d’éducation des enfants au Canada, vous propose des conseils pour faire de votre un enfant un gourmet aventureux :

  • Offrez de la variété. Restez constants et introduisez autant de nouveaux aliments que possible, ainsi que des collations colorées et attrayantes.  Offrir au bébé une variété de saveurs et de textures et même des aliments qui fondent facilement dans la bouche est un excellent moyen de s’assurer qu’il demeure ouvert à une variété d’options.
  • Mangez avec lui. Asseyez-vous près de votre bébé et mangez à côté de lui. Les enfants imitent souvent ce qu’ils voient, alors manger avec eux et leur montrer à quel point vous appréciez le repas en lançant quelques exclamations du type « Hummm! C’est vraiment bon! » peut avoir d’excellentes répercussions. Nanny Robina ajoute que leur donner des collations faciles à saisir, comme des barres tendres faciles à mâcher, est une autre façon de les encourager à essayer des nouveautés et à manger seuls.
  • Soyez patients. Les goûts de votre bébé sont peut-être limités et difficiles à élargir, mais poursuivez son éducation sans baisser les bras. Il est utile de toujours avoir quelques options prêtes à manger sous la main comme les fondants de smoothie PC Biologique : Ils fondent facilement dans la bouche et sont offerts en deux délicieuses saveurs, dont banane, mangue et fruit de la passion, puis banane et fraise.
Continue Reading

Chat

Sex3 semaines ago

Dix films avec des scènes de sexe non simulées qui ont fait polémique

Sex3 semaines ago

Sexe et cannabis : mélange miraculeux ou poison pour le couple ?

Sex3 semaines ago

Chantage émotionnel, dénigrement, harcèlement sexuel : Une jeune scientifique écrit aux comités nationaux d’éthique

Sex3 semaines ago

10 films sur le sexe et le plaisir pour oublier la distanciation sociale

Sex3 semaines ago

Les meilleurs sextoys pour le clitoris

Sex3 semaines ago

Dua Lipa, la reine du melting-pop qui allège le quotidien confiné de ses millions de fans

Sex3 semaines ago

Une série d’ici primée à l’étrange

Technologie4 semaines ago

TELUS adopte une nouvelle promesse de marque

Technologie4 semaines ago

La tech agricole Farmers Edge entre en Bourse à 18 fois ses revenus

Technologie4 semaines ago

NEC Canada accueille Combat Networks en tant que revendeur officiel de UNIVERGE® BLUE CLOUD SERVICES

Technologie4 semaines ago

La relance économique sera verte dans le Bas-Saint-Laurent

Technologie4 semaines ago

Ottawa injecte 2,75 milliards $ pour électrifier la flotte d’autobus au pays

Technologie4 semaines ago

L’entreprise montréalaise Native Touch fait l’acquisition du studio Candy Banners

Actualités4 semaines ago

Lionbridge conclut la vente de sa division d’intelligence artificielle (IA) à TELUS International

Actualités4 semaines ago

Le rôle stratégique et essentiel des métaux rares pour la santé

Actualités4 semaines ago

«Crypto-art» : l’œuvre numérique de la chanteuse Grimes vendue 6 millions de dollars

Actualités4 semaines ago

Un rapport révèle des inégalités pour les femmes de couleur dans les postes de direction canadiens qui font écho au secteur de la technologie

Actualités4 semaines ago

La demande de main-d’œuvre des startups canadiennes montre des signes de reprise au quatrième trimestre: rapport

Actualités4 semaines ago

En attendant la fibre optique

Affaires4 semaines ago

L’Alberta demande à Ottawa d’investir des milliards dans la capture du carbone

Anglais2 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais2 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 années ago

Gluten-Free Muffins

Anglais2 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais2 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition2 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais2 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais3 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie3 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode2 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais2 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie2 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires2 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais2 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Technologie2 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais2 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais2 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Trending