Connect with us

Actualités

La maison des aînés existe déjà

Published

on

[ad_1]

La maison des aînés promise par la Coalition avenir Québec (CAQ) pour remplacer la formule parfois critiquée des CHSLD existe déjà. Elle se trouve dans le petit village de Sainte-Perpétue-de-l’Islet, a été construite il y a dix ans… et c’est un CHSLD.

Situé au bout d’une petite rue résidentielle, le CHSLD de Sainte-Perpétue paraît plutôt conventionnel au premier abord, avec ses deux bâtiments aux allures de grands bungalows. Or à l’intérieur, on s’y sent un peu comme dans une maison. « C’est fait pour que quand tu arrives, tu ne voies pas la maladie », explique Josée Chouinard, directrice du soutien à l’autonomie des personnes âgées au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches.

« Oui ! Josée Chouinard comme la patineuse… Je suis la deuxième Josée Chouinard la plus populaire du Québec », lance-t-elle en riant.

L’entrée de la résidence donne sur une grande pièce avec deux tables. Dans l’espace à aire ouverte, on voit, au fond, une cuisine en long et, sur la droite, la salle de télévision, où se bercent deux personnes. Le décor aux tons ocre et les meubles en faux bois ne sont pas du dernier cri. Mais l’endroit est chaleureux, les grandes fenêtres généreuses et l’éclairage tamisé et doux.

La plus grande différence avec un CHSLD ordinaire, « c’est le calme », précise Mme Chouinard, qui a pris part au projet dès le départ, il y a dix ans. Ici, les résidents ne se font pas réveiller le matin pour un déjeuner à une heure préétablie. Ils se réveillent à leur rythme et déjeunent quand ils sont prêts dans une véritable cuisine. Comme à la maison. « On n’entend pas de sonnette, il n’y a pas de mauvaises odeurs », ajoute-t-elle. Pour s’en assurer, les concepteurs ont créé des garde-robes « ventilées de l’intérieur » où sont mis les chariots contenant des couches souillées.

« Ça existe déjà »

Quelques jours après son entrée au gouvernement, la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, est venue visiter les lieux à l’invitation des fonctionnaires du ministère de la Santé. La « maison des aînés » qu’elle avait imaginée se trouvait devant ses yeux. « Je ne le savais pas, mais ça existe déjà », expliquait-elle en entrevue cette semaine. « Quand je suis rentrée, il y avait une cuisine à aire ouverte. Ça sentait la soupe chaude. L’atmosphère était comme dans une maison, mais c’était un CHSLD. »

Quand je suis rentrée, il y avait une cuisine à aire ouverte. Ça sentait la soupe chaude. L’atmosphère était comme dans une maison, mais c’était un CHSLD.

La CAQ a promis de construire trente maisons des aînés d’ici quatre ans grâce à des investissements de 1 milliard de dollars. « Les maisons des aînés, c’est le projet d’une génération », déclarait cette semaine le premier ministre Legault dans son discours d’ouverture de la législature. « Ce modèle, le gouvernement va le définir avec les spécialistes, les usagers et le personnel, et on va ensuite le mettre en oeuvre. »

Dans les plans de la CAQ, chacune d’entre elles compterait de 70 à 130 personnes. Or celle de Sainte-Perpétue est encore plus petite avec ses 32 résidents. Chaque bâtiment est conçu comme deux maisons jumelées comptant huit résidents chacune. Les préposés aux bénéficiaires sont responsables de moins de patients (huit au lieu d’une quarantaine ailleurs), mais ils se chargent de tout, gruau du matin compris.

Le modèle développé ici a été imaginé localement, au milieu des années 2000, par l’équipe du Centre de santé et de services sociaux de Montmagny-L’Islet. Ainsi, cette maison des aînés avant l’heure a été soutenue et financée, il y a dix ans, quand Philippe Couillard dirigeait le ministère de la Santé. « On arrivait au bon moment avec un projet comme ça », se rappelle Mme Chouinard.

D’autres endroits au Québec, comme le Centre CarpeDiem de Trois-Rivières ont développé le même genre d’approche, mais il s’agit le plus souvent de projets privés. Dans ce cas-ci, il s’agit d’un projet 100 % public.

Le CHSLD du secteur devait, de toute façon, être remplacé et la petite taille du projet rendait l’expérience possible. « On a demandé aux architectes à combien de pieds carrés on avait droit par personne », explique Josée Chouinard. Puis ils ont retiré des plans la salle de réunion, celle du médecin, de l’ergothérapeute, etc. « Ici, les soins vont se donner à la chambre. »

« Les accessoires pour donner les soins sont partout, mais on ne les voit pas », poursuit-elle en montrant le lit d’une pensionnaire, un lit électrique comme on en voit à l’hôpital, mais dont la tête n’est pas blanche, mais couleur peau. Au plafond, la rampe mécanique qui permet de soulever la personne et de la transporter jusqu’à la salle de bain se fond presque dans le décor.

Rêver de papillons

Près de la grande fenêtre, la pensionnaire a posé de petits personnages tricotés, dont un petit père Noël qu’elle a visiblement tricoté elle-même. La chaise, très basse, a été conçue pour qu’elle puisse profiter au maximum de la vue. La résidence est tout près du coeur du village, avec l’église en arrière-plan, la patinoire en face et les sentiers de motoneige qui passent à côté.

Quand on lui fait remarquer que cette approche coûte sûrement plus cher, Mme Chouinard répond que non, mais qu’il a vraiment fallu tenir tête aux architectes et ingénieurs au début du projet pour penser les lieux autrement. Par contre, les ressources humaines coûtent un peu plus cher ici pour le quart de nuit, puisque ce sont des petites unités. Ainsi, l’ancien CHSLD avait deux préposés pour quarante personnes, alors qu’il en faut le double à Sainte-Perpétue afin d’avoir quelqu’un dans chacune des quatre « maisons ».

Le projet s’est aussi heurté à une certaine résistance syndicale au départ, concède-t-elle. Certains préposés préféraient notamment s’en tenir au modèle classique du métier plutôt qu’à plusieurs tâches auprès d’un plus petit groupe.

Mais c’est un modèle qu’on peut reproduire ailleurs, assure Mme Chouinard. Elle « rêve » notamment de renouveler la formule à plus grande échelle pour un projet de 80 places à Montmagny. « Ça aurait la forme d’un papillon avec quatre ailes. »

Mais Montmagny n’est pas Montréal. « C’est sûr qu’en ville, l’enjeu, c’est le prix des terrains », note-t-elle. « Ça prendrait peut-être deux papillons l’un par-dessus l’autre… »

En attendant de superposer les papillons, Mme Chouinard répond à des questions. « Tout le monde m’appelle. Ils veulent s’inspirer de ce que Mme Blais a vu parce qu’elle en parle. » Avant Le Devoir, elle a fait visiter les bâtiments aux fonctionnaires du ministère de la Santé, à des délégations de Lanaudière et des Laurentides, et vendredi matin, elle s’entretenait au téléphone avec des cadres du réseau de la santé de l’est du Québec. Après tout, c’est la « deuxième Josée Chouinard la plus populaire du Québec ».

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Actualités

Des normes pour l’industrie de l’ÉPI demandées

Published

on

By

Certains des plus grands fabricants de masques médicaux au Canada ont uni leurs forces pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il établisse des normes pour l’industrie de l’équipement de protection individuelle (ÉPI).

L’Association canadienne des fabricants de masques médicaux affirme qu’elle a été fondée plus tôt ce mois-ci pour soutenir et améliorer l’industrie de la fabrication de masques au pays.

Parmi ses membres fondateurs figurent The Canadian Shield de Waterloo, en Ontario, ainsi que Breathe Medical Manufacturing de Kelowna et Inno Lifecare de Vancouver, en Colombie-Britannique.

Le groupe compte travailler avec les gouvernements fédéral et provincial, des experts en santé et des fournisseurs pour approvisionner les marchés locaux et étrangers en masques médicaux sûrs et accessibles.

Le mois dernier, Santé Canada a annoncé un rappel de masques jetables contenant une matière potentiellement dangereuse appelée graphène.

Les masques ont été utilisés par des milliers de Canadiens, principalement dans les écoles et les garderies du Québec.

Continue Reading

Actualités

La ministre Ng fait valoir les investissements du budget de 2021 à l’appui des petites entreprises et des entrepreneurs

Published

on

By

OTTAWA, ON, le 29 avril 2021 /CNW Telbec/ – Le budget de 2021 est le plan du gouvernement du Canada visant à mener à bien la lutte contre la COVID-19 et à assurer une relance économique vigoureuse pour l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens. 

Aujourd’hui, la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international, l’honorable Mary Ng, et vice-première ministre et la ministre des Finances, l’honorable Chrystia Freeland, ont participé à une table ronde virtuelle avec des entrepreneurs et des représentants de petites entreprises pour discuter des investissements prévus pour eux dans le Budget 2021 : Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience.

La récession causée par la COVID-19 a touché de façon disproportionnée les travailleurs à faible revenu, les jeunes, les femmes et les Canadiens racisés. En ce qui concerne les entreprises, il s’agit d’une récession à deux vitesses, certaines ont trouvé des façons de s’adapter et de croître, tandis que plusieurs autres, surtout les petites entreprises, luttent toujours pour survivre. Le budget de 2021 est un investissement sans précédent qui servira à mener à bien la lutte contre la COVID-19 et à faire face aux blessures qui découlent de la récession qu’elle a causée, à accorder la priorité aux gens, à créer des emplois, à faire croître la classe moyenne et à mettre les entreprises sur la voie d’une croissance durable. Avec le budget de 2021, on s’assure que l’avenir du Canada sera florissant, ainsi que plus équitable, plus vert et plus prospère.

La discussion a porté sur les nombreuses mesures proposées dans le budget pour aider les petites entreprises et les entrepreneurs à traverser la pandémie et à ressortir plus forts après la relance. Les ministres ont souligné qu’il s’agissait du budget le plus favorable aux petites entreprises de l’histoire du pays. De la prolongation de mesures d’urgence, comme la Subvention salariale d’urgence du Canada et la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer, aux incitatifs à la réembauche de personnel au moment de la reprise, comme le programme d’embauche pour la relance économique du Canada, le budget de 2021 prévoit des investissements majeurs pour soutenir les femmes entrepreneures et les entrepreneurs racisés. Ces investissements comprennent une somme de 146,9 millions de dollars destinée à renforcer la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, un financement supplémentaire de 51,7 millions de dollars pour le Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires, ainsi qu’un montant de plus de 60 millions de dollars pour les entrepreneurs autochtones.

La protection de la santé et le maintien de la sécurité des Canadiens, surtout pendant cette troisième vague de la pandémie alors que sévissent des variants plus agressifs du virus, demeurent des priorités absolues du gouvernement du Canada. La distribution des vaccins est en cours partout au Canada, soutenue par le gouvernement fédéral dans chaque province et territoire.

Le budget de 2021 est un plan visant à offrir une passerelle aux Canadiens et aux entreprises canadiennes pendant la crise et à assurer une relance vigoureuse. Il appuiera l’offre de près de 500 000 nouvelles possibilités de formation et d’emploi, y compris 215 000 possibilités pour les jeunes; il apportera du soutien aux entreprises des secteurs les plus touchés, comme le tourisme, les arts et la culture; et il accélérera les investissements et la transformation numérique des petites et moyennes entreprises. Le budget de 2021 est un plan qui met le gouvernement sur la bonne voie pour respecter son engagement de créer un million d’emplois d’ici la fin de l’année.

Continue Reading

Actualités

La santé mentale des entrepreneurs continue à vaciller

Published

on

By

Durement éprouvés par les multiples et variables mesures sanitaires et restrictions qui touchent leurs entreprises, les entrepreneurs voient leur santé mentale osciller continuellement au fur et à mesure que se poursuit la pandémie. 

Un coup de sonde mené par la Banque de développement du Canada (BDC) auprès des entrepreneurs – le troisième après des sondages similaires en novembre et août 2020 – montre que ceux-ci sont plus préoccupés que jamais par les impacts de la pandémie.

Notamment, 42 % des entrepreneurs ont reconnu qu’ils s’inquiètent pour la survie de l’entreprise, un taux en hausse continue depuis août dernier, constate-t-on dans l’étude parue lundi.

Dans la même veine, 52 % des entrepreneurs sont stressés par les impacts de la COVID-19 sur les activités commerciales de leur entreprise (47 % en novembre) et 43 % par les impacts de la COVID-19 sur leur santé et celle de leur famille (35 % en novembre).

Au moment de réaliser le sondage, 41 % des entreprises canadiennes étaient partiellement ou totalement à l’arrêt, a noté la BDC, tout en soulignant que la troisième vague de COVID-19 a porté un nouveau coup dur à l’économie par la suite en mars et en avril, particulièrement en Ontario et dans l’Ouest canadien.

Malgré tout, les entrepreneurs semblaient un peu plus positifs en mars, avec 40 % d’entre eux reconnaissant être déprimés par moment. Ce taux avait auparavant grimpé jusqu’à 47 % en novembre, à l’aube de la deuxième vague.

«Les enquêtes nous révèlent que la santé mentale des entrepreneurs, à l’instar des cas de COVID-19, joue au yoyo. Nous avons constaté une incroyable résilience de la part des propriétaires d’entreprises malgré l’instabilité qui les entoure», a commenté la chef de la direction marketing et ambassadrice de la santé mentale à BDC, Annie Marsolais, par communiqué.

Celle-ci a appelé les entrepreneurs à parler de leurs problèmes et à se confier, en soulignant que seuls 12 % d’entre eux ont indiqué avoir l’intention de consulter un professionnel.

Continue Reading

Chat

Anglais4 semaines ago

12 strategies to manage credit card payments and debt

Affaires1 mois ago

Prudence avec le passeport vaccinal

Affaires1 mois ago

Le secteur touristique autochtone s’attendait à beaucoup plus du budget fédéral

Affaires1 mois ago

La fintech canadienne Mogo ajoute 146 autres Ethereum à son portefeuille de crypto

Affaires1 mois ago

Les entreprises canadiennes estiment que l’épuisement professionnel nuira au résultat net des entreprises cette année, selon une nouvelle étude de Sage au Canada

Affaires1 mois ago

Chaire de recherche du Canada sur les matériaux de construction multifonctionnels durables

Affaires1 mois ago

Les Canadiens seront vaccinés

Affaires1 mois ago

Samsung Canada et Tim Hortons poursuivent la transformation numérique des services au volant en prévoyant la mise en place de 2 600 écrans extérieurs dans tout le Canada d’ici la fin de 2021.

Affaires1 mois ago

Le Canada mise sur le nucléaire pour réduire les GES

Affaires1 mois ago

Les mesures sanitaires font reculer les ventes de Tim Hortons

Affaires1 mois ago

L’Université de Montréal a caché un laboratoire nucléaire pendant la guerre

Affaires1 mois ago

Économie : les postes vacants coûtent 8 M $ par jour au secteur de la transformation alimentaire

Opinions1 mois ago

J’ai peur du projet de loi 59

Opinions1 mois ago

La protection de nos enfants, c’est aussi l’affaire du municipal

Opinions1 mois ago

Crise du logement : le Parti libéral du Québec en mode solutions

Opinions1 mois ago

Des témoins condamnent le comportement de certains députés envers elles

Opinions1 mois ago

Québec solidaire demande à ses membres de se prononcer sur une faction du parti

Opinions1 mois ago

Chevaliers de la «libarté»

Opinions1 mois ago

Se taire ou faire usage de sa liberté d’expression citoyenne?

Opinions1 mois ago

Contrer les féminicides: de la considération à la préoccupation!

Anglais3 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie3 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais2 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition3 années ago

Gluten-Free Muffins

Anglais2 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais2 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition3 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais2 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais3 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie3 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode2 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais3 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie2 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires2 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais3 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais3 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Technologie2 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais2 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Trending