Connect with us

Styles De Vie

en vidéo, une nuit au féerique hôtel de Crillon

Published

on

[ad_1]

DES LITS D’INITIÉS – En ces temps de fêtes notre rubrique nous conduit à Paris, au cœur d’un des temples mondiaux de l’hôtellerie de luxe, dans l’iconique hôtel de la place de la Concorde, à Paris.

Venir au Crillon c’est comme entrer dans un autre monde. En suspension du réel. Ce n’est pas tant la charge d’or et de marbre de l’ancienne demeure du duc de Crillon qui fait chavirer, mais un ensemble harmonieux où règne une certaine grâce. S’y ajoute la présence d’un personnel nombreux et souriant, toujours disponible, au point de ressembler à ce que devrait être au fond l’idéal du genre humain.

Dans ce décor extraordinaire, restauré avec un infini respect pour les siècles qui l’ont façonné, il n’y a jamais rien d’ostentatoire ou de vulgaire. On entre au Crillon comme dans ce genre de livre où la lecture de la première ligne vous donne immédiatement envie de dévorer le texte jusqu’à la dernière page. Mais entre le check in, le premier mot de l’aventure, et le check out, celui de la fin, un monde se déroule tel un ruban coloré. Rouvert en 2017 après des travaux titanesques, il est sans doute, de tous les grands palaces parisiens rénovés comme le Ritz, celui qui a le mieux réussi sa mutation dans l’hôtellerie du XXIe siècle. Ici, les codes du luxe ont été subtilement cassés, tel un navire dont on rompt les amarres avec comme seul impératif, rester coûte que coûte arrimé à l’univers de l’élégance.

Rouvert en 2017, le palace parisien a réussi sa mutation dans l'hôtellerie du XXIe siècle.
Rouvert en 2017, le palace parisien a réussi sa mutation dans l’hôtellerie du XXIe siècle. Hôtel de Crillon / Rosewood Hotel

Un univers ouaté

Dans un salon du rez-de-chaussée une équipe vous enregistre avec une bienveillance d’autant plus chaleureuse que débute ici notre séjour. La première note et le ton de la petite musique du service hôtelier. Le personnel à qui le jeune styliste aveyronnais Hugo Matta a dessiné un dress-code singulier, veste de velours et petit foulard noué, se fond dans la petite foule de voyageurs cosmopolites qui encombrent le lobby. Un vaste hall filant, perspective très XVIIIe que l’on parcourt jusqu’à deux ascenseurs dont les cabines sont recouvertes de verres gravés. Superbe.

Dès l’arrivée au cinquième étage, malgré l’éclairage blanc un peu trop fort, on pénètre dans un univers ouaté. Une femme de chambre se fait discrète sur notre passage mais nous salue avec une vraie gentillesse. À l’arrivée dans notre chambre nous attend Lucien, notre majordome. «C’est un fait unique dans l’hôtellerie parisienne, le Crillon met à la disposition de chaque chambre, quelle que soit la catégorie, un valet», précise son directeur général, Marc Raffray.

Le client n’a qu’un seul référent durant tout son séjour à qui il peut demander ce qu’il veut: repasser une chemise, réserver une place de théâtre ou «résoudre une infinité de petits problèmes pratiques», raconte Lucien, qui se souvient encore d’une cliente lui ayant «demandé d’apporter en main propre un cadeau jusqu’à Milan. J’ai fait l’aller-retour dans la journée», poursuit-il. Sur la table de chevet un bouton sur le téléphone lui est dédié.

Ici, les codes du luxe ont été subtilement cassés.
Ici, les codes du luxe ont été subtilement cassés. Hôtel de Crillon / Rosewood Hotel

Le luxe dans le détail

Notre chambre (n°508) est un camaïeu de gris aux rechampis blancs à l’éclairage doux. Dans le coin salon, plante fleurie en pot, Nespresso customisé d’un cuir brun, des objets éparses sont posés sur de petites tables: ravissants petits bibelots, bonbonnières débordantes de nougats, livres et objets de curiosité. Aux murs, gravures et peintures originales, au sol un parquet luisant.

De lourds rideaux brun à frange s’ouvrent sur une cour intérieure magnifique très Siècle des lumières. Jusque dans les poignées de portes et les crémones des fenêtres règne le bon goût. Le luxe est ici dans le détail. On dépose dans une boîte en cuir vert (déjà en soi l’objet est superbe) sa paire de chaussures qui prend la direction au rez-de-chaussée d’un atelier de lustrage (Il voisine avec le barbier à domicile de l’hôtel).

Dans la salle de bains, une jolie boîte nacrée contient le nécessaire de courtoisie, du coton-tige en bois au bonnet de bains à franges. Lourdes portes miroirs, marbre blanc, baignoire et douche séparées… Cette pièce est au top du confort, bien pensée. Tout y est différent de ce que l’on voit habituellement dans les hôtels de luxe, comme les emballages des brosses à dent à la manière d’une gravure d’autrefois.

L’excellence est partout

Mais la surprise, le comble du raffinement, nous attend sur notre lit ou taie d’oreiller comme linge de toilettes, arbore un «P» comme Philippe. Le monogramme, première lettre du prénom du client, sagement brodé. Bluffant. L’excellence est partout. À l’Écrin, grand restaurant de poche, une vingtaine de clients servis. Aux commandes, un chef plutôt charismatique, Christopher Hache dont le talent et l’originalité ont été récompensés par un macaron Michelin, à peine plus de six mois après son ouverture.

Côté service, les plats ne sont pas annoncés. Adieu les «bon appétit, «bonne continuation» «bonne découverte» et autres expressions agaçantes et mal-à-propos qui coupent généralement les conversations des clients et brisent la convivialité d’une table. Une rareté chez les étoilés. Un menu séquencé jusqu’à 12 services est discrètement posé sur la table et, là encore, pas de descriptif ridicule, du genre «farandole de fromages», mais juste l’énoncé du produit: Saint-Jacques, Sole, Foie-gras… Juste un mot, précis, efficace, élégantissime.

Regagnant notre chambre on croise dans le couloir un membre du personnel qui nous salue de notre nom. Comment le sait-t-il? Au Crillon tout est pensé, rien n’est laissé au hasard, pas même la coïncidence. Quittant au petit matin l’hôtel, après une nuit à rêver de la grandeur de l’art de vivre à la française dont il est un des plus beaux reflets, il nous vient à l’esprit ce mot de Talleyrand (qui fut voisin rue Saint-Florentin): «Qui n’a pas connu l’Ancien Régime n’a rien connu de la douceur de vivre»… Qui n’a pas dormi au Crillon n’a rien connu…

On y va: 10 place de la Concorde, (8e). Tél.: 01.44.71.15.00 ; www.rosewoodhotels.com

À quel prix? Chambre de Luxe à partir de 920€.

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Styles De Vie

Place aux guinguettes dans le Sud-Ouest

Published

on

By

Après une première destination réussie pour les guinguettes de Montréal au parc de l’Ancienne-cour-de-triage dans le Sud-Ouest, c’est au tour de Griffintown d’accueillir cette fête estivale.

C’est l’organisme à but non lucratif (OBNL), le Village de Noël de Montréal, qui est derrière ce concept de fête gourmande, culturelle et artisanale sur le bord de l’eau.

Après de nombreux évènements préparés pendant la saison hivernale, comme au marché Atwater et au Quartier des spectacles de la Place des arts, le Village de Noël de Montréal souhaitait développer des activités pendant l’été.

«Au marché de Noël, c’est pas mal ça qu’on fait aussi. [On offre] une programmation culturelle variée et on met en relief l’artisanat et la gastronomie locale», explique la directrice générale de Village de Noël de Montréal, Line Basbous.

Ce nouvel évènement estival permet également à l’OBNL de conserver son personnel et de recruter de nouveaux employés tout au long de l’année.

Concept des guinguettes

Une guinguette est un cabaret populaire français, à l’image d’une station balnéaire estivale. À Montréal, quatre guinguettes mobiles sont prévues.

Le nouveau restaurant conçu pour l’événement, Merci Tata, accueille la population dans une ambiance décorée et festive sur le bord de l’eau, soit via le canal de Lachine, le fleuve Saint-Laurent et la rivière des prairies.

«C’est une conception alimentaire qui intègre l’événement. C’est la station gourmande qu’on retrouve dans toutes les guinguettes», précise la directrice générale.

Succès

Du 12 au 27 juin, le parc de l’Ancienne-cour-de-triage dans le Sud-Ouest a accueilli la première guinguette mobile.

«Quand on a commencé le montage [du site] la semaine qui a précédé le lancement, les gens s’arrêtaient pour poser des questions. On a senti qu’il y avait un certain enthousiasme pour le projet», note Mme Basbous.

Lors des dix jours d’opération de la guinguette au parc de l’Ancienne-cour-de-triage, située le long du canal de Lachine, environ 7000 personnes ont profité des installations de la première édition.

Retour

La guinguette mobile reviendra dans le Sud-Ouest. Un peu plus à l’est, cette fois, elle prendra place jusqu’au 25 juillet à la place des Ouvriers au parc Lien Nord, en bordure du canal de Lachine, au début de Griffintown.

Plusieurs artisans locaux seront sur place afin de présenter leurs cosmétiques, décorations, vêtements, bijoux et produits alimentaires.

Même s’il est encore tôt pour se prononcer sur un possible retour des guinguettes et de son restaurant Merci Tata l’an prochain, l’intérêt se fait sentir par la population.

«On voit bien qu’il y a un enthousiasme pour ce projet. On espère pouvoir le faire durer année après année», souligne Mme Basbous.

Une guinguette stationnaire pour l’été est présente au parc Jean-Drapeau jusqu’au 3 octobre. Une guinguette mobile est également prévue à l’Îlot John Gallagher dans Verdun en août.

Continue Reading

Styles De Vie

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!

Published

on

By

Claudia Bouvette et Luis Clavis ont composé à distance la chanson «Kodak jetable», qu’ils interpréteront à «La belle tournée», où la région montréalaise sera en vedette, lundi soir. 

Un duo mitonné alors qu’elle séjournait chez sa mère, à Bromont, et que lui était dans son studio de Montréal, pendant le premier confinement du printemps 2020.

Outre cette langoureuse pièce, Bouvette et Clavis ont en commun d’être natifs de l’Estrie et des Cantons de l’Est, Bromont pour elle, Sherbrooke pour lui, d’avoir adopté Montréal au début de leur carrière… et d’en être tombés amoureux.

Luis Clavis s’y est établi après le cégep avec ses comparses de Valaire et Qualité Motel, tandis que Claudia Bouvette avait 15 ans quand elle a participé à «Mixmania 2» et a dû pour ce faire s’installer pendant deux mois dans un loft du Vieux-Montréal. Elle a ensuite décroché rôles et engagements qui l’ont amenée de plus en plus souvent dans la métropole.

Début vingtaine, elle louait un premier logis dans Villeray et, depuis cinq ans, l’artiste de 26 ans est une fière résidente d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier qu’elle estime de plus en plus tendance, tout en demeurant accessible.

«Je me souviens, au début, quand j’habitais dans le sous-sol de mon « chum », dans Ahuntsic, je ne pouvais pas passer plus qu’une semaine à Montréal, car je trouvais ça trop intense, a raconté Claudia. J’avais besoin de retourner à la campagne, d’être dans un train de vie un peu moins bruyant et rapide. Après, je suis devenue plus autonome, et j’ai vraiment eu la piqûre. Maintenant, c’est l’inverse: je dois me forcer pour aller voir ma famille à Bromont!»

Continue Reading

Styles De Vie

De l’univers du cirque à celui de la restauration

Published

on

By

« Quand je suis passé chez le notaire, mes genoux ont flanché. Je me suis dit : est-ce que je viens de faire la plus grande connerie de ma vie ? Mais finalement, ç’a été une bonne décision », raconte en riant Peter Balov, propriétaire du nouveau Bistro Sofia. 

Quelques mois plus tard, assis devant son établissement, en plein cœur de la Petite-Patrie à Montréal, il savoure maintenant le moment. Le Québec est déconfiné, son bistro est sur le chemin de la rentabilité, mais le saut vers la restauration a été parsemé de doutes.  

« Je suis foncièrement un nomade. J’ai toujours travaillé dans le monde du cirque et du théâtre, en sonorisation, puis comme directeur de production. Je voyageais partout dans le monde avec ma conjointe qui a été longtemps acrobate. Puis, la pandémie est arrivée, ma vie a basculé », raconte-t-il. 

D’un dépanneur… à un restaurant ! 

Lors de cette semaine fatidique du 9 mars 2020, il est en tournée en Iowa. Le spectacle est annulé en quelques heures, il doit rentrer en catastrophe à Montréal et réinventer sa vie professionnelle. 

« On a fait une réunion sur Zoom avec les collègues. Et là, un artiste m’a demandé : que vas-tu faire ? À la blague, j’ai dit, je vais m’acheter un dépanneur, on aura toujours besoin de dépanneurs ! Et c’est resté dans ma tête, c’est devenu une petite épicerie, puis un café, puis je suis arrivé avec l’idée d’un restaurant », dit-il. 

Une cuisine typiquement bulgare

Il décide alors d’ouvrir un bistro qui va mettre en valeur une cuisine qui célèbre ses origines. « Je suis né en Bulgarie et je suis arrivé à Montréal en 1994. Donc, je voulais un restaurant qui représente ce que je suis », relate Balov. 

Son but ? S’approvisionner avec des produits bulgares, mais aussi des aliments frais du Québec. « J’ai toujours aimé le marché Jean-Talon. Donc, on achète là-bas, mais on fait une grande place à la cuisine des Balkans ». 

Sur le menu du restaurant qui a ouvert en décembre dernier, on retrouve des mezze, des grillades et salades. Après des mois d’incertitudes, la clientèle augmente de semaine en semaine. « Il y a eu un excellent bouche-à-oreille et je souhaite vraiment que les gens se sentent bien ici », dit-il.  

Continue Reading
Actualités4 mois ago

Ces légendes du baccara vous dévoilent leurs secrets

Affaires7 mois ago

Retard de vol : le devoir de la compagnie envers ses passagers

Anglais1 année ago

Nostalgia and much more with Starburst XXXtreme

Opinions1 année ago

Même les jeunes RÉPUBLIQUES se lassent du capitalisme, selon les sondeurs américains — RT USA News

Opinions1 année ago

« Aucune crise climatique ne causera la fin du capitalisme ! »

Opinions1 année ago

Innovation : le capitalisme « responsable », faux problème et vraie diversion

Opinions1 année ago

Vers la fin du Capitalocène ?

Opinions1 année ago

Le “capitalisme viral” peut-il sauver la planète ?

Opinions1 année ago

Livre : comment le capitalisme a colonisé les esprits

Opinions1 année ago

Patrick Artus : « Le capitalisme d’aujourd’hui est économiquement inefficace »

Opinions1 année ago

Zemmour candidat “sous-marin” pro-Macron, ce complotisme autorisé…

Opinions1 année ago

La durée des vols bientôt divisée par deux. Merci le capitalisme !

Opinions1 année ago

Economie politique. «Brevets et capitalisme»

Opinions1 année ago

Le Parti communiste d’Afrique du Sud a cent ans

Opinions1 année ago

Le wokisme est un anti-libéralisme

Opinions1 année ago

Au moment où la critique du capitalisme ultralibéral et financiarisé obtient un plus large consensus, il devient crucial de ne plus se limiter à elle : aujourd’hui, l’enjeu cardinal est celui de l’alternative à un modèle discrédit.

Opinions1 année ago

Ce que le capitalisme fait aux femmes

Mode1 année ago

Louis Vuitton crée Charlie, sa première basket unisexe et écoresponsable

Mode1 année ago

L’Événement Evening Dresses Show Retourne À Salerno Du 1 Au 3 Septembre 2021 Inaugurant La Saison Internationale Du Prêt-À-Porter

Mode1 année ago

LVMH continue son ascension, tiré par son activité Mode et Maroquinerie

Anglais4 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie4 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais4 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition2 années ago

Comment aider un bébé à développer son goût

Santé Et Nutrition4 années ago

Gluten-Free Muffins

Anglais4 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais4 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition4 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais4 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais4 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie4 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais4 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Mode4 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Styles De Vie4 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Anglais4 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais4 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Affaires4 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais2 années ago

The Bill Gates globalist vaccine depopulation agenda… as revealed by Robert F. Kennedy, Jr.

Anglais4 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Styles De Vie4 années ago

Super Soco TC, l’électrique de bonne facture

Trending

Situs sbobet resmi terpercaya. Daftar situs slot online gacor resmi terbaik. Agen situs judi bola resmi terpercaya. Situs idn poker online resmi. Agen situs idn poker online resmi terpercaya. Situs idn poker terpercaya.

situs idn poker terbesar di Indonesia.

List website idn poker terbaik.

Permainan judi slot online terbaik

slot hoki gacor

daftar slot online
judi slot pulsa