Connect with us

Actualités

Harcèlement, sexe et mensonges sur la scène politique canadienne

Published

on

[ad_1]

Ils sont assis dans la dernière rangée de la Chambre des communes, du côté de l’opposition. Un petit groupe de députés devenus indépendants dans la foulée du mouvement #moiaussi. Si certains élus ont été exclus de leur caucus en 2018, d’autres ont résisté aux allégations. Retour sur une année ponctuée par les dénonciations.

Un ministre démissionne

Des propos suggestifs ont eu raison du ministre Kent Hehr à qui l’on reprochait déjà son manque d’empathie. Celui-ci a démissionné de son poste à la tête du ministère des Sports et des Personnes handicapées le 25 janvier, après l’ouverture d’une enquête indépendante. Il aurait dit à Kristin Raworth une ancienne employée de l’Assemblée législative de l’Alberta, où il avait siégé durant sept ans, qu’il la trouvait «délicieuse» («You’re yummy») alors qu’elle était seule avec lui dans un ascenseur. Une autre personne s’est plainte qu’il l’avait touchée de façon inappropriée. L’enquête a été complétée près de six mois plus tard, mais n’a jamais été rendue publique. Dans une déclaration, M. Hehr a alors affirmé qu’il ne se souvenait pas d’avoir rencontré ou parlé à Mme Raworth à l’époque tout en reconnaissant qu’«il était clair selon le rapport qu’il l’avait mise mal à l’aise». Il lui a offert ses excuses. Quant à la deuxième plainte, il a déclaré que «tout contact» de sa part avait été «involontaire» puisqu’il ne s’en était pas rendu compte. Il a ajouté que son handicap — M. Hehr est tétraplégique — le privait de sensations dans ses mains et partiellement dans ses bras. Kent Hehr n’a toutefois jamais réintégré le cabinet de Justin Trudeau.

Des allégations déclenchent une saga

On peut se demander à quoi ressemblerait le paysage politique aujourd’hui si Patrick Brown était demeuré chef du Parti conservateur de l’Ontario. Son rêve de devenir premier ministre a abruptement pris fin le 25 janvier. Quelques heures après avoir nié des allégations d’inconduite et d’agression sexuelles en conférence de presse, M. Brown démissionnait en pleine nuit à quatre mois des élections provinciales. La pression était trop forte. Le réseau CTV venait de rapporter, sans les identifier, les propos de deux jeunes femmes qui soutenaient avoir eu des contacts sexuels non désirés avec lui. L’une disait avoir été son employée au moment des faits reprochés — M. Brown était alors député fédéral. L’autre prétendait qu’il lui aurait demandé de lui faire une fellation chez lui, alors qu’elle était mineure et en état d’ébriété. Elle a par la suite changé sa version en affirmant qu’elle avait plutôt l’âge adulte, mais a maintenu le reste de ses allégations.

Déchu, Patrick Brown a lancé une poursuite en diffamation de 8 millions $ contre CTV. Il nie toujours ces allégations qui n’ont pas été vérifiées par La Presse canadienne. Le Parti conservateur ontarien a tenu une course à la direction in extremis au cours de laquelle M. Brown s’est présenté comme candidat à sa propre succession, pour finalement jeter l’éponge quelques jours plus tard. C’est l’ex-conseiller municipal torontois Doug Ford qui est finalement devenu chef du parti, puis premier ministre de l’Ontario. Patrick Brown a, quant à lui, fait un retour en politique, en octobre, à la mairie de Brampton. Il a par la suite publié un livre dans lequel il affirme avoir été victime d’un «assassinat politique».

Le Parti conservateur fédéral éclaboussé

Les révélations à l’endroit de Patrick Brown ont eu des échos sur la scène fédérale. Une semaine après sa démission, le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, cède à la pression à l’intérieur de ses rangs et lance une enquête indépendante sur l’affaire Rick Dykstra, un ex-député fédéral proche de M. Brown devenu président du Parti conservateur de l’Ontario. Le magazine Maclean’s révèle le 28 janvier que les stratèges conservateurs fédéraux, après avoir hésité, ont permis au député sortant de se porter candidat lors des élections de 2015, en sachant qu’il était soupçonné d’agression sexuelle sur une employée. M. Dykstra démissionne le jour même, alors que les conservateurs de l’Ontario sont déjà en pleine crise. Il nie ces allégations qui n’ont pas été vérifiées par La Presse canadienne. Onze mois plus tard, l’enquête n’est toujours pas terminée. Elle aurait pourtant permis au parti de mieux sélectionner les candidats conservateurs en prévision du scrutin de 2019. «Je suis tellement confiant qu’on va avoir le rapport tellement en avance de la prochaine élection», a affirmé M. Scheer lorsque La Presse canadienne l’a questionné avant la fin des travaux parlementaires. «C’est un processus indépendant, a-t-il rappelé. Je ne (le) contrôle pas parce que c’est indépendant (…).» Il promet toujours de rendre publiques les conclusions de cette enquête.

Exclu, il ravive un parti qui n’existe plus

Suspendu le 1er février pour des allégations de harcèlement et d’inconduite sexuelle, le député Erin Weir aurait pu rester au sein du caucus néo-démocrate à l’issue d’une enquête, mais une entrevue dans laquelle il identifie l’une des plaignantes et dénonce ce qu’il considère comme une manoeuvre politique, scelle son sort. Il est exclu le 3 mai au terme de cette enquête qui conclut que des preuves soutenaient une allégation de harcèlement et trois allégations de harcèlement sexuel. Le député n’avait pas su reconnaître les signes non verbaux dans certaines situations sociales. Le rapport n’a toutefois jamais été rendu public par le chef néo-démocrate Jagmeet Singh. M. Weir avait été suspendu de ses fonctions parlementaires alors qu’il tentait de devenir président du caucus. La députée Christine Moore avait envoyé un courriel à l’ensemble de ses collègues néo-démocrates dans lequel elle révélait que plusieurs femmes lui avaient confié qu’il les harcelait. L’élu saskatchewanais a tenté de contester le processus d’enquête en vain. Au lieu de siéger comme indépendant, il s’est déclaré député de la Fédération du Commonwealth coopératif. Ce parti social-démocrate n’existe plus depuis 1961…

Une députée blanchie

La députée Christine Moore, qui avait dénoncé son collègue Erin Weir, a elle aussi fait l’objet d’une enquête en 2018. Glen Kirkland, un ex-militaire blessé en Afghanistan, l’accusait d’avoir abusé de son autorité pour avoir une relation sexuelle avec lui cinq ans auparavant. Ces allégations publiées le 8 mai sur le site Web de CBC avaient mené le jour même à la suspension de la députée. Dans une entrevue exclusive accordée quelques jours plus tard à La Presse canadienne, Mme Moore avait révélé, photos à l’appui, qu’elle avait plutôt eu une relation amoureuse avec M. Kirkland qui avait duré environ quatre mois. L’ex-militaire a refusé de participer à l’enquête indépendante, qui a finalement conclu que l’élue n’avait pas commis d’inconduite sexuelle et n’avait pas «abusé de sa position d’autorité». Le rapport n’a jamais été rendu public. Mme Moore a pu réintégrer ses fonctions parlementaires en juillet 2018. CBC lui a depuis présenté ses excuses. La députée québécoise, qui est enceinte de son troisième enfant, a abandonné l’idée de poursuivre M. Kirkland et d’autres médias en diffamation, pour mettre toute cette histoire derrière elle.

Le premier ministre aussi est visé

Justin Trudeau n’a pas été à l’abri des allégations d’inconduite sexuelle en 2018. Un éditorial anonyme publié dans un journal de la Colombie-Britannique il y a près de 20 ans a refait surface au début de l’été. L’auteure racontait à l’époque que M. Trudeau l’aurait touchée de façon inappropriée lors d’un festival. Il s’est par la suite excusé. Le premier ministre, connu pour sa tolérance zéro envers les allégations d’inconduites sexuelles au sein de son parti, a d’abord indiqué qu’il ne se souvenait pas d’avoir eu quelque «interaction négative» que ce soit ce jour-là. Il a reconnu par la suite que la jeune journaliste ait pu avoir une perception différente tout en répétant qu’il était certain de ne pas avoir agi de façon déplacée.

Formation obligatoire pour un député

Un député libéral d’arrière-ban est forcé en octobre de suivre une formation sur le harcèlement sexuel à ses frais et de participer à un processus de médiation avec la victime. Darshan Kang de Calgary avait quitté le caucus libéral en août 2017, quelques mois avant que le mot-clic #moiaussi devienne viral. Il faisait alors l’objet d’une enquête indépendante demandée par la Chambre des communes. Le rapport a confirmé qu’il avait eu des comportements déplacés envers l’une de ses employées. Il aurait notamment tenté d’accéder de façon inappropriée à sa chambre d’hôtel à Ottawa.

Un ex-ministre envoie des photos intimes

On n’a plus revu Tony Clement dans les couloirs du Parlement depuis qu’il a avoué être empêtré dans un scandale sexuel. Le dernier vote auquel il a participé à la Chambre des communes remonte au 6 novembre 2018, le jour où il a fait ses premiers aveux. Le député conservateur, poids lourd du parti et vétéran de la politique, avait causé la surprise en révélant avoir partagé une vidéo et des photos sexuellement explicites de lui en ligne. Le destinataire, qu’il croyait être une femme consentante, tentait de lui soutirer de l’argent. L’affaire a soulevé des questions de sécurité nationale puisque l’élu était membre d’un comité qui supervise les agences de renseignement. On craint qu’il ait été ciblé à cause de ce rôle qui exige une cote de sécurité «très secrète». D’abord prêt à le garder au sein de son groupe parlementaire, le chef conservateur Andrew Scheer, s’est ravisé le lendemain et a demandé au député de quitter le caucus après avoir pris connaissance de nouvelles allégations. Ce n’était pas la première fois que M. Clement devait s’adresser à la police pour une tentative d’extorsion causée par ses échanges intimes sur le Web. Plusieurs jeunes femmes lui ont également reproché son comportement discutable envers elles sur les réseaux sociaux. Il leur aurait, par exemple, écrit des messages non sollicités tard dans la nuit. Le député s’est excusé de les avoir mises mal à l’aise et a reconnu son manque de jugement.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Actualités

À partir de 2025, toutes les voitures de Jaguar seront 100 % électriques

Published

on

By

Tesla ne sera plus le seul constructeur automobile à concevoir uniquement des modèles électriques. Le britannique Jaguar Land Rover, spécialiste du haut de gamme, a annoncé que sa marque de luxe Jaguar allait devenir tout électrique à partir de 2025. Une nouvelle stratégie « verte » qui vise la neutralité carbone d’ici à 2039. Cette annonce intervient alors qu’en France le gouvernement a débloqué 100 M€ pour tenter d’atteindre les 100 000 bornes de recharge électriques.

La marque, utilisée notamment par le Premier ministre britannique Boris Johnson, entend ne proposer que des modèles électriques d’ici à 2025. Cette filiale de l’Indien Tata Motors indique dans un communiqué vouloir « se réimaginer », sous la houlette de son nouveau directeur général Thierry Bolloré, ex-directeur de chez Renault.

Jaguar Land Rover promet d’investir plus de 2,8 Mds€ par an, dont une grande partie dans l’électrique, mais prévient que sa transformation va entraîner une réduction sensible de ses activités hors production au Royaume-Uni.

Incertitudes sur l’emploi

Le constructeur précise toutefois ne pas vouloir fermer d’usine. Celle de Solihull, dans le centre de l’Angleterre, abritera sa plateforme 100 % électrique Jaguar. En revanche, il ne donne pas plus de détails sur les répercussions en termes d’emplois.

Si Jaguar va basculer rapidement en tout électrique, ce ne sera pas le cas pour Land Rover. Cette dernière va lancer six modèles électriques dans les cinq prochaines années, le premier en 2024. L’objectif est ensuite que tous les modèles de Jaguar et Land Rover soient disponibles en 100 % électriques d’ici à la fin de la décennie.

Continue Reading

Actualités

Forte augmentation des demandes de remboursement de voyage

Published

on

By

La plateforme de services juridiques en ligne Neolegal a observé que les demandes sur son site pour récupérer l’argent d’un voyage annulé à cause de la COVID-19 ont bondi de 218%, depuis qu’un couple de Rimouski a remporté une victoire contre Air Transat aux petites créances, fin janvier.

« Depuis mars 2020, de nombreux voyageurs n’ont toujours pas reçu de remboursements de leur vol ou de leur voyage annulé mais ont plutôt reçu des crédits voyage de la part des transporteurs et des agences de voyage. Cette situation est inacceptable pour certains qui jugent que comme ils n’ont pas reçu la prestation, ils sont en droit d’être remboursés », indique un communiqué de l’entreprise.

Philip Hazeltine, président de Neolegal, confirme : « Les gens qui nous appellent sont très frustrés par la situation et veulent faire valoir leur droit à la justice pour ne pas perdre l’argent investi ». En janvier 2021, la Cour des Petites Créances de Rimouski a donné raison à un couple de voyageur qui réclamaient à Air Transat près de 5 000$.

Mise en demeure
Pour espérer récupérer son argent, la première étape est d’envoyer une mise en demeure à la compagnie aérienne ou à l’agence de voyage. « C’est le démarrage de toute procédure juridique. Cela fait comprendre à la partie adverse que nous sommes sérieux dans nos demandes et cela la met face à ses responsabilités. Chez Neolegal, nous avons envoyé plusieurs milliers de mises en demeure depuis le démarrage de la crise », précise monsieur Hazeltime.

Continue Reading

Actualités

Le textile reste un fléau pour l’environnement malgré de nombreuses initiatives écologiques

Published

on

By

Les acteurs du textile veulent changer l’image écologique désastreuse du secteur, du fait des émissions de CO2 (cinquième rang mondial des différents usages), des rejets de fibres plastiques en mer, de la consommation d’eau et d’espace nécessaire à la culture du coton, des pollutions liées aux teintures, notamment au Bangladesh et en Chine, sans compter les conditions sociales, jusque dans les ateliers clandestins dont la mafia s’est fait une spécialité en Italie.

Un collectif réunissant les Galeries Lafayette, Etam, Petit Bateau, Vestiaire collective, La Redoute, Éram, Bocage, vient de s’engager, d’ici à 2024, à collecter les produits usagés pour leur recyclage ou leur revente en seconde main, soutenir la production française, les matières premières bio, etc.

Le développement du marché de l’occasion

Voilà qui conforte le développement du marché du vêtement d’occasion, en plein essor, via les sites comme Vinted, les rayons en grande surface alimentés par la start-up Patatam ou les points de vente liés Ding Fring du Relais.

Reste que la filière textile française, en dépit des efforts de son organisme de collecte et de recyclage Refashion, créée par la loi de 2007, est loin de neutraliser l’impact des 648 000 tonnes de vêtements et chaussures vendues en 2019. Soit l’équivalent de trois porte-conteneurs géants pleins à ras bord, nécessaires pour délivrer une moyenne de trente-neuf pièces d’habillement par Français et par an.

20 milliards de dollars de bénéfices

Un tiers seulement de ces 648 000 tonnes sont collectées. Parmi elles, la moitié des pièces triées sont réexpédiées vers les pays pauvres d’Afrique et d’Asie. Le reste est transformé en chiffons industriels, isolant pour voitures, rembourrage pour matelas.

Une partie redevient du fil. Mais les fibres mélangées sont impossibles à récupérer, or une étude néerlandaise a montré que 41 % des étiquettes indiquent une composition fausse. De plus, les fibres récupérées doivent être mélangées à une majorité de fibres neuves pour que le tissage soit de qualité. Le recyclage est donc loin d’être satisfaisant.

Bruxelles devrait proposer, en 2021, qu’un taux de fibres recyclées soit imposé dans tous les textiles neufs, comme cela se fait déjà pour les bouteilles plastiques. L’industrie devrait pouvoir y faire face : les géants mondiaux du secteur, menés par Nike, Zara, LVMH, Kering, Hermes ou Adidas, ont engrangé plus de 20 milliards de dollars de bénéfices en 2019, selon le cabinet d’étude McKinsey.

Continue Reading

Chat

Anglais2 semaines ago

‘Business as usual’ for Dorel Industries after terminating go-private deal

Anglais2 semaines ago

Pandemic funds helping Montreal businesses build for a better tomorrow

Anglais2 semaines ago

Downtown Montreal office, retail vacancies continue to rise

Anglais2 semaines ago

Learjet, the private plane synonymous with the jet-set, nears end of runway

Anglais2 semaines ago

Brivia Group announces the construction of Phase 2 of LB9 rental condo project

Anglais2 semaines ago

With popcorn sales banned, some movie theatre owners say it’s not worth it to reopen

Actualités2 semaines ago

À partir de 2025, toutes les voitures de Jaguar seront 100 % électriques

Actualités2 semaines ago

Forte augmentation des demandes de remboursement de voyage

Actualités2 semaines ago

Le textile reste un fléau pour l’environnement malgré de nombreuses initiatives écologiques

Actualités2 semaines ago

L’Agence de mobilité durable et Jalon s’unissent

Actualités2 semaines ago

Un village à reconstruire au coeur de Pointe-aux-Trembles

Actualités2 semaines ago

Le centre-ville de Montréal continue de se vider

Actualités2 semaines ago

Recommandations de la Commission sur les locaux vacants La vitalité du secteur commercial au cœur des priorités de la Ville

Actualités2 semaines ago

Un cabinet d’avocats ne peut pas déduire les frais d’un mariage, dit la Cour

Actualités2 semaines ago

Financement pour deux entreprises de Dorval et Lachine

Actualités2 semaines ago

Les friperies observent une augmentation en popularité

Actualités1 mois ago

Logo du CF Montréal : quatre experts se prononcent

Actualités1 mois ago

De nouveaux logements sociaux pour les femmes autochtones à Montréal

Actualités1 mois ago

Invasion montréalaise !

Actualités1 mois ago

L’hôtel de ville de Sept-Îles pourrait être détruit

Anglais2 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais2 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Anglais2 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais2 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition2 années ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition2 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais2 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais2 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie2 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode2 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais2 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie2 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires2 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais2 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Technologie2 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais2 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais2 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Trending