Connect with us

Actualités

Un menu législatif rempli, avec déboires partisans en prime

Published

on

[ad_1]

La scène politique fédérale aura été mouvementée en 2018. Même s’il s’agissait de la troisième et dernière année complète du gouvernement avant d’aller aux urnes, les nouveaux projets de loi se sont multipliés (22 déposés) et plusieurs ont été adoptés.

Ainsi, les parlementaires ont adopté en décembre un projet de loi réitérant qu’une victime ne peut consentir à un acte sexuel si elle est inconsciente et un autre obligeant les employeurs — le Parlement y compris — à se doter d’un mécanisme formel de traitement des plaintes pour harcèlement sexuel. La marijuana a été légalisée comme prévu, un projet de réglementation des produits comestibles a été proposé et Ottawa a promis de faciliter les demandes de pardon pour les personnes condamnées pour possession de cannabis dans le passé, quoique le projet de loi n’ait toujours pas été déposé.

Ottawa a entrepris de réformer l’isolement des prisonniers dans les pénitenciers en augmentant le nombre d’heures pendant lesquelles ils pourront avoir des contacts humains significatifs. Il a aussi assoupli sa directive très critiquée qui obligeait les groupes désireux de se prévaloir de subventions pour des emplois d’été à démontrer qu’ils respectent le droit à l’avortement.

Deux projets de loi modifiant la Loi électorale ont été adoptés : celui obligeant les chefs de parti et les ministres à mieux déclarer les activités de financement auxquelles ils participent et celui limitant les dépenses partisanes en période préélectorale. Les libéraux ont aussi dévoilé les pourtours de cette nouvelle Commission aux débats qui devra organiser deux joutes pendant l’élection.

En matière d’environnement, Ottawa a exposé comment il dédommagera — avec un chèque juste avant l’élection — les citoyens de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, de la Saskatchewan et du Manitoba qui payeront la taxe sur le carbone en 2019. Les libéraux ont surtout acheté le pipeline Trans Mountain afin d’en faciliter l’agrandissement tout en annonçant la reprise d’une partie de l’évaluation du projet.

Le Parlement a aussi adopté dans l’urgence une loi de retour au travail à Postes Canada, loi qui fait maintenant l’objet d’une contestation devant les tribunaux. L’ALENA 2.0 a finalement été conclu avec les États-Unis et le Mexique, le Partenariat transpacifique global et progressiste a été voté au Parlement et, en matière militaire, le Canada a annoncé qu’il ne prolongerait pas au-delà de juillet 2019 sa mission d’un an au Mali.

Mais 2018 aura aussi été l’annus horribilis pour les quatre partis politiques, avec un voyage costumé ayant mal tourné, un député exhibitionniste, un limogeage de chef et des désaveux répétés.

Des démissionnaires repentants du côté libéral 2018 avait mal débuté pour Justin Trudeau avec son voyage en Inde lui ayant valu des railleries planétaires. Mais les mauvaises nouvelles se sont multipliées pour les libéraux. Ils ont perdu Chicoutimi–Le Fjord et leur collègue Leona Alleslev ainsi que deux des leurs ont lancé une nouvelle mode : les démissions révocables. Nicola Di Iorio a provoqué bien des sourcillements en déclarant à la fin de l’été qu’il reconsidérait sa démission… sans pour autant reprendre du collier à la Chambre des communes. Il a finalement opté pour un départ le 22 janvier, rendant impossible la tenue d’une élection partielle. Raj Grewal a pour sa part été expulsé du caucus libéral après avoir remis en question sa démission. Un média avait rapporté que M. Grewal avait attiré l’attention des policiers tout à fait par hasard lorsque ses dettes de jeu avaient été mentionnées par des individus « très louches » faisant l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent pour le compte de groupes terroristes au Moyen-Orient.

Des recrues et un désaveu chez les conservateurs Le Parti conservateur avait bien commencé l’année 2018 : il a réussi à recruter l’ancien chef du Bloc québécois Michel Gauthier au mois de mai et remporté l’élection partielle de Chicoutimi–Le Fjord le mois suivant. Deux bons coups qui permettaient à Andrew Scheer de tendre la main aux électeurs nationalistes du Québec. Il a toutefois, peu de temps après, perdu son député le plus connu de la province. Maxime Bernier a en effet claqué la porte du PCC cet été pour lancer son propre parti, le Parti populaire du Canada. La formation compte déjà près de 35 000 membres, 338 associations de circonscription, et pourrait voler aux conservateurs quelques précieux appuis dans certaines régions lors de l’élection. Andrew Scheer a en revanche aussi recruté la députée libérale Leona Alleslev, qui a rejoint le PCC en septembre. Un signal, cette fois-ci, que les conservateurs courtiseraient en outre cet automne des libéraux déçus de Justin Trudeau. En fin d’année, les conservateurs ont dû gérer l’envoi de sextos par leur député Tony Clement, qui a été chassé du caucus.

Un NPD en quête de repères Le Nouveau Parti démocratique de Jagmeet Singh fuit : six députés ont décidé de ne pas se représenter en 2019, deux autres sont déjà partis et une est sur le point de le faire (Sheila Malcolmson). D’anciens élus du Québec ont appelé à un coup de barre du chef. M. Singh a expulsé Erin Weir, à qui on reprochait de se tenir trop près de ses interlocutrices, mais a conservé Christine Moore, qu’un ancien soldat accusait d’avoir usé de son statut d’élue pour le mettre dans son lit. Le mécontentement de son caucus a eu raison de sa chef de cabinet Willy Blomme. Mais M. Singh met en garde ceux qui croient que la candidature possible de Steven Guilbeault en 2019 pourrait réconcilier les progressistes avec les libéraux : « S’il obtient un candidat connu, ça ne change pas les faits ou la réalité. C’est un gouvernement qui au lieu de répondre aux préoccupations des gens par rapport à l’environnement a acheté pour des milliards de dollars un oléoduc qui ne va nulle part », dit-il en entrevue. Le retour possible en politique de Svend Robinson pourrait constituer un léger baume.

Rupture et réconciliation chez les bloquistes Certains prédisaient la mort du Bloc québécois en début d’année. Sept des dix députés de ce parti ont quitté le caucus pour dénoncer le leadership de Martine Ouellet et fonder leur propre formation, Québec debout. Malgré tout, la chef comptait s’accrocher. Mais le désaveu des députés a fait boule de neige. Des démissions se sont succédé dans le parti et des proches de Mme Ouellet l’ont laissée tomber. La chef a finalement perdu son vote de confiance en juin. Les choses se sont calmées depuis. Le caucus s’est réconcilié en septembre et les députés s’entendent même pour appuyer le nouveau candidat à la chefferie, Yves-François Blanchet. La course pourrait bien se solder par un couronnement en janvier, puisque le député Michel Boudrias ne sera pas candidat. Au coeur de la crise, au printemps dernier, le parti s’était en outre lancé dans un projet de refondation du Bloc en vue d’en revoir le programme — bien qu’il reste résolument indépendantiste — et même son nom. Cette réflexion se conclura en février.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Actualités

Des normes pour l’industrie de l’ÉPI demandées

Published

on

By

Certains des plus grands fabricants de masques médicaux au Canada ont uni leurs forces pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il établisse des normes pour l’industrie de l’équipement de protection individuelle (ÉPI).

L’Association canadienne des fabricants de masques médicaux affirme qu’elle a été fondée plus tôt ce mois-ci pour soutenir et améliorer l’industrie de la fabrication de masques au pays.

Parmi ses membres fondateurs figurent The Canadian Shield de Waterloo, en Ontario, ainsi que Breathe Medical Manufacturing de Kelowna et Inno Lifecare de Vancouver, en Colombie-Britannique.

Le groupe compte travailler avec les gouvernements fédéral et provincial, des experts en santé et des fournisseurs pour approvisionner les marchés locaux et étrangers en masques médicaux sûrs et accessibles.

Le mois dernier, Santé Canada a annoncé un rappel de masques jetables contenant une matière potentiellement dangereuse appelée graphène.

Les masques ont été utilisés par des milliers de Canadiens, principalement dans les écoles et les garderies du Québec.

Continue Reading

Actualités

La ministre Ng fait valoir les investissements du budget de 2021 à l’appui des petites entreprises et des entrepreneurs

Published

on

By

OTTAWA, ON, le 29 avril 2021 /CNW Telbec/ – Le budget de 2021 est le plan du gouvernement du Canada visant à mener à bien la lutte contre la COVID-19 et à assurer une relance économique vigoureuse pour l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens. 

Aujourd’hui, la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international, l’honorable Mary Ng, et vice-première ministre et la ministre des Finances, l’honorable Chrystia Freeland, ont participé à une table ronde virtuelle avec des entrepreneurs et des représentants de petites entreprises pour discuter des investissements prévus pour eux dans le Budget 2021 : Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience.

La récession causée par la COVID-19 a touché de façon disproportionnée les travailleurs à faible revenu, les jeunes, les femmes et les Canadiens racisés. En ce qui concerne les entreprises, il s’agit d’une récession à deux vitesses, certaines ont trouvé des façons de s’adapter et de croître, tandis que plusieurs autres, surtout les petites entreprises, luttent toujours pour survivre. Le budget de 2021 est un investissement sans précédent qui servira à mener à bien la lutte contre la COVID-19 et à faire face aux blessures qui découlent de la récession qu’elle a causée, à accorder la priorité aux gens, à créer des emplois, à faire croître la classe moyenne et à mettre les entreprises sur la voie d’une croissance durable. Avec le budget de 2021, on s’assure que l’avenir du Canada sera florissant, ainsi que plus équitable, plus vert et plus prospère.

La discussion a porté sur les nombreuses mesures proposées dans le budget pour aider les petites entreprises et les entrepreneurs à traverser la pandémie et à ressortir plus forts après la relance. Les ministres ont souligné qu’il s’agissait du budget le plus favorable aux petites entreprises de l’histoire du pays. De la prolongation de mesures d’urgence, comme la Subvention salariale d’urgence du Canada et la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer, aux incitatifs à la réembauche de personnel au moment de la reprise, comme le programme d’embauche pour la relance économique du Canada, le budget de 2021 prévoit des investissements majeurs pour soutenir les femmes entrepreneures et les entrepreneurs racisés. Ces investissements comprennent une somme de 146,9 millions de dollars destinée à renforcer la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, un financement supplémentaire de 51,7 millions de dollars pour le Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires, ainsi qu’un montant de plus de 60 millions de dollars pour les entrepreneurs autochtones.

La protection de la santé et le maintien de la sécurité des Canadiens, surtout pendant cette troisième vague de la pandémie alors que sévissent des variants plus agressifs du virus, demeurent des priorités absolues du gouvernement du Canada. La distribution des vaccins est en cours partout au Canada, soutenue par le gouvernement fédéral dans chaque province et territoire.

Le budget de 2021 est un plan visant à offrir une passerelle aux Canadiens et aux entreprises canadiennes pendant la crise et à assurer une relance vigoureuse. Il appuiera l’offre de près de 500 000 nouvelles possibilités de formation et d’emploi, y compris 215 000 possibilités pour les jeunes; il apportera du soutien aux entreprises des secteurs les plus touchés, comme le tourisme, les arts et la culture; et il accélérera les investissements et la transformation numérique des petites et moyennes entreprises. Le budget de 2021 est un plan qui met le gouvernement sur la bonne voie pour respecter son engagement de créer un million d’emplois d’ici la fin de l’année.

Continue Reading

Actualités

La santé mentale des entrepreneurs continue à vaciller

Published

on

By

Durement éprouvés par les multiples et variables mesures sanitaires et restrictions qui touchent leurs entreprises, les entrepreneurs voient leur santé mentale osciller continuellement au fur et à mesure que se poursuit la pandémie. 

Un coup de sonde mené par la Banque de développement du Canada (BDC) auprès des entrepreneurs – le troisième après des sondages similaires en novembre et août 2020 – montre que ceux-ci sont plus préoccupés que jamais par les impacts de la pandémie.

Notamment, 42 % des entrepreneurs ont reconnu qu’ils s’inquiètent pour la survie de l’entreprise, un taux en hausse continue depuis août dernier, constate-t-on dans l’étude parue lundi.

Dans la même veine, 52 % des entrepreneurs sont stressés par les impacts de la COVID-19 sur les activités commerciales de leur entreprise (47 % en novembre) et 43 % par les impacts de la COVID-19 sur leur santé et celle de leur famille (35 % en novembre).

Au moment de réaliser le sondage, 41 % des entreprises canadiennes étaient partiellement ou totalement à l’arrêt, a noté la BDC, tout en soulignant que la troisième vague de COVID-19 a porté un nouveau coup dur à l’économie par la suite en mars et en avril, particulièrement en Ontario et dans l’Ouest canadien.

Malgré tout, les entrepreneurs semblaient un peu plus positifs en mars, avec 40 % d’entre eux reconnaissant être déprimés par moment. Ce taux avait auparavant grimpé jusqu’à 47 % en novembre, à l’aube de la deuxième vague.

«Les enquêtes nous révèlent que la santé mentale des entrepreneurs, à l’instar des cas de COVID-19, joue au yoyo. Nous avons constaté une incroyable résilience de la part des propriétaires d’entreprises malgré l’instabilité qui les entoure», a commenté la chef de la direction marketing et ambassadrice de la santé mentale à BDC, Annie Marsolais, par communiqué.

Celle-ci a appelé les entrepreneurs à parler de leurs problèmes et à se confier, en soulignant que seuls 12 % d’entre eux ont indiqué avoir l’intention de consulter un professionnel.

Continue Reading

Chat

Affaires1 semaine ago

Prudence avec le passeport vaccinal

Affaires1 semaine ago

Le secteur touristique autochtone s’attendait à beaucoup plus du budget fédéral

Affaires1 semaine ago

La fintech canadienne Mogo ajoute 146 autres Ethereum à son portefeuille de crypto

Affaires1 semaine ago

Les entreprises canadiennes estiment que l’épuisement professionnel nuira au résultat net des entreprises cette année, selon une nouvelle étude de Sage au Canada

Affaires1 semaine ago

Chaire de recherche du Canada sur les matériaux de construction multifonctionnels durables

Affaires1 semaine ago

Les Canadiens seront vaccinés

Affaires1 semaine ago

Samsung Canada et Tim Hortons poursuivent la transformation numérique des services au volant en prévoyant la mise en place de 2 600 écrans extérieurs dans tout le Canada d’ici la fin de 2021.

Affaires1 semaine ago

Le Canada mise sur le nucléaire pour réduire les GES

Affaires1 semaine ago

Les mesures sanitaires font reculer les ventes de Tim Hortons

Affaires1 semaine ago

L’Université de Montréal a caché un laboratoire nucléaire pendant la guerre

Affaires1 semaine ago

Économie : les postes vacants coûtent 8 M $ par jour au secteur de la transformation alimentaire

Opinions1 semaine ago

J’ai peur du projet de loi 59

Opinions1 semaine ago

La protection de nos enfants, c’est aussi l’affaire du municipal

Opinions1 semaine ago

Crise du logement : le Parti libéral du Québec en mode solutions

Opinions1 semaine ago

Des témoins condamnent le comportement de certains députés envers elles

Opinions1 semaine ago

Québec solidaire demande à ses membres de se prononcer sur une faction du parti

Opinions1 semaine ago

Chevaliers de la «libarté»

Opinions1 semaine ago

Se taire ou faire usage de sa liberté d’expression citoyenne?

Opinions1 semaine ago

Contrer les féminicides: de la considération à la préoccupation!

Actualités1 semaine ago

Des normes pour l’industrie de l’ÉPI demandées

Anglais3 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie3 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais2 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition3 années ago

Gluten-Free Muffins

Anglais2 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais2 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition2 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais2 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais3 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie3 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode2 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais2 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie2 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires2 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais3 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Technologie2 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais2 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais2 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Trending