Connect with us

Styles De Vie

La Champagne vue par les autres terroirs

Published

on

[ad_1]

Bordeaux – Bernard Magrez

Pour moi, la Champagne est un terroir qui a su créer et gérer des marques. Ce que l’on n’a pas à Bordeaux mais qui existe un peu en Bourgogne. C’est un exemple remarquable aussi bien sur le plan de la communication que du point de vue commercial. Cette capacité à être forte sur la marque, sur les marques, lui a permis de s’introduire sur les marchés et d’exporter plus facilement. Un atout considérable pour le développement du champagne, notamment à l’international.
Quand j’avais 20 ans, j’étais VRP multicarte chez Laurent-Perrier, qui commençait à peine et ne produisait pas plus de 300 000 bouteilles. C’était dans les années 1960. Je visitais la clientèle des restaurants en suivant Bernard de Nonancourt. Cet homme était exceptionnel, avec un charisme immense. Il avait une grande empathie pour les autres, bien que débutant lui aussi, et une manière extraordinaire de présenter ses cuvées. Il avait toutes les qualités de quelqu’un qui gagne. J’ai donc un attachement sentimental particulier pour le champagne Grand Siècle et les rosés Laurent-Perrier. N’oublions pas que c’est une des marques qui a initié le développement dans le rosé.

Son coup de coeur : Champagne Grand Siècle Laurent-Perrier

Il n’est pas millésimé, comme on le sait, ce qui donne à la maison la latitude de choisir dans les réserves les millésimes les plus intéressants pour conserver le style Grand Siècle et lui garder une typicité pérenne. C’est mon champagne préféré, que j’offre en apéritif, mais je sais aussi qu’il y a une grande part de subjectivité liée au passé.
Prix caviste : 125€

Bourgogne – Philippe Pacale

3

Même si elle est souvent décriée pour ses travers industriels, commerciaux et marketing, la Champagne est une région que je respecte. Les vignerons champenois sont unis. Du petit producteur aux maisons du groupe LVMH, ils forment une seule famille. Et puis, ils ont osé conserver des traditions : le pressurage par vendange entière, ce qui implique une récolte à la main, et l’élevage sur lies fines. J’ai beaucoup d’amis en Champagne : Michel Drappier, Bertrand Gautherot, Jérôme Prévost, Olivier Collin, Francis Égly, Roger Coulon, Emmanuel Lasseigne, Sophie et Pierre Larmandier, Anselme Selosse. Ce sont des gens ouverts, avec lesquels il est facile de parler. Ça nous manque un peu, en Bourgogne, où tout le monde vit enfermé, persuadé d’être le meilleur. La Champagne est un vignoble très évolué, conduit par des gens pragmatiques qui ont tout compris. Ils savent gérer sans hypocrisie les excédents et les pénuries, les années faciles et les années plus dures. Pour affronter la difficulté que représente le fait de stocker le vin sur au moins trois ans, ils ont pris les choses en main. On connaît les critiques, les reproches de ceux qui disent qu’ils ramassent le raisin pas mûr.

Moi, j’admire leur état d’esprit. Ici, c’est trop divisé, on s’obstine dans des luttes d’arrière-garde des années 1960, la propriété mène la guerre au négoce sans voir que nous sommes tous dans le même bateau. La Champagne est mieux équipée pour affronter le futur, c’est une région plus mutualisée, plus coopérative. Quand il faut aller voir le préfet, les vignerons savent parler d’une même voix. Ils sont forts. Ils ont su valoriser un produit festif. C’est important. 

Son coup de coeur : Jérôme Prévost, Champagne Extra-Brut La Closerie, Les Béguines

Jérôme Prévost est un vigneron installé à Gueux, un village de la Montagne de Reims où il cultive 2 hectares de pinot meunier et produit deux cuvées. Ma préférée est La Closerie, un vin que je trouve subtil, gourmand, frais, droit, sérieux, pas trop sucré. C’est un champagne vineux qui a une vraie tension. Tout le contraire d’un champagne de cocktail.
Prix caviste : 64€.

Bordeaux – Jean-Pierre Amoreau


2

Je regrette que les Champenois fassent souvent des vins qu’il faut boire très frais. J’aime les champagnes un peu vineux, que l’on peut presque déguster à température normale, avec des sensations et des émotions profondes. Le malheur des Champenois est de ne pas avoir eu de vraie concurrence dans le monde pendant des décennies : ils se sont industrialisés sans réfléchir à leur identité viticole. La très forte demande française et internationale a empêché la plupart d’entre eux de faire du qualitatif, comme de rares vignerons ou des maisons comme Salon, sur certaines cuvées. Maintenant, la concurrence vient de l’Italie et d’ailleurs. J’ai l’impression que la situation nouvelle, avec la forte croissance du prosecco et les English sparkling wines, peut entraîner une renaissance de la Champagne. C’est une région dans laquelle les petits propriétaires vendent leurs raisins au lieu de le vinifier eux-mêmes : cela renforce la potentialité d’un champagne industriel. Ce qui est bien dommage. Car le vin, c’est le sol, le climat, mais aussi le vigneron. Je crains que beaucoup de gens aient perdu leur savoir-faire en Champagne. On peut imaginer que les coopératives offrent à des artisans vignerons la possibilité de redécouvrir leur expression personnelle. On peut mécaniser une partie du travail en cave tout en conservant l’aspect traditionnel et familial, comme l’a fait Michel Drappier.

Son coup de coeur : Drappier, Champagne Quattuor Blanc de Blancs

Chez Michel Drappier, désormais secondé par ses enfants Charline, Hugo et Antoine, la cuvée Brut nature pinot noir zéro dosage me donne beaucoup de plaisir, mais ma préférence va à la cuvée Quattuor, produite à parts égales avec du chardonnay et trois cépages oubliés : l’arbane, le petit meslier et le blanc vrai. Je ne fais pas une religion de ce côté « oublié » : c’est la finesse et l’élégance de ce champagne qui sont exceptionnelles.
Prix caviste : 66€.

Vendée – Thierry Michon


4

Je suis proche des vignerons champenois membres de Biodyvin, une association qui regroupe des domaines qui travaillent en biodynamie. Ce sont des gens extraordinaires que je côtoie à l’occasion des salons où nous avons des conversations systématiques pour échanger nos expériences. J’aime ainsi les champagnes Fleury, Benoît Lahaye et Franck Pascal. Des vins produits par des artisans qui poursuivent une belle aventure, seuls au milieu des grandes marques. Vous allez me trouver sévère, mais je suis souvent dégoûté par ce qui se passe chez leurs voisins, notamment dans le domaine de la culture de la vigne. Je ne peux pas le cautionner. On n’est pas vigneron pour saccager la terre. Avec un copain de régiment qui fabrique aujourd’hui des muselets dans la région, je me suis un jour promené dans le vignoble. C’était triste, comme abandonné, de la mousse poussait entre les vignes, j’ai eu l’impression de voir la mort en direct. Les Champenois font de bons produits, il y a dans leurs vins quelque chose de magique, mais je ne peux pas approuver ce parti pris du tout chimique. Je sais qu’ils font des efforts, que ça avance du bon côté, mais ils sont encore loin du compte. C’est un discours un peu dur, mais je suis comme ça, franc et direct, et tous mes copains champenois le comprennent. S. L.

Son coup de coeur : Françoise Bedel, Champagne Extra Brut, Entre Ciel & Terre

C’est l’un des domaines précurseurs de la biodynamie en Champagne. Françoise Bedel, qui est secondée par son fils Vincent depuis 2003, est une puriste, elle fait du vin, pas du volume. La cuvée Entre Ciel & Terre est un pur meunier. J’aime les champagnes qui sont l’expression d’un terroir, d’un caractère, d’une personnalité, d’un travail à la vigne et en cave. Comme ce vin plein de minéralité aux notes subtilement oxydatives.
Prix caviste : 45€.

Loire – Vincent Carême


7

En Champagne, une nouvelle génération propose de jolies choses. Elle a été devancée par toute une équipe de vignerons qui ont essayé d’ouvrir des voies nouvelles, il y a maintenant une vingtaine d’années. Et derrière, on sent que ça pousse, que des jeunes vont s’installer ou reprendre un domaine familial avec une prise de conscience forte de l’importance du terroir, du travail des sols, du soin du vignoble. L’époque est loin où le champagne se reposait derrière ses marques, son prestige, son marketing et sa puissance commerciale. Je ne connais pas tous les vignerons champenois, mais ceux avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger sont des gens posés, réfléchis. Des artisans peu connus, comme Jérôme Dehours, méritent de l’être plus. Et il y a toujours des maisons magnifiques, comme Jacquesson, qui produisent des vins de caractère. Quand on parle de bulles, il y a quand même le champagne et les autres.

Au domaine, je produis 40 000 bouteilles de vouvray effervescent chaque année, des cuvées méthode traditionnelle et des pétillants naturels. Dès que l’on sort de notre région, c’est difficile de placer ces vins en gastronomie. Chez les cavistes, notre rapport qualité/prix nous permet d’être bien placés, mais dans la restauration, pour le vin servi au verre, le champagne reste le roi. En termes d’image, c’est un autre monde, une autre dimension. Le budget communication d’une grande maison est l’équivalent de tout le budget annuel d’InterLoire ! Ils ont encore de l’avance. Mais nous n’allons pas nous plaindre. Quand la Champagne va bien et vend ses vins chers, derrière, nous avons les portes ouvertes pour placer nos bouteilles. 

Son coup de coeur : Agrapart & Fils, Champagne Blanc de Blancs Extra Brut Terroirs.

C’est un champagne avec de la longueur, de la saveur et une expression saline caractéristique des parcelles Grand Cru d’Avize, Oger, Cramant et Oiry. Si on lui enlève les bulles, c’est toujours du vin. Ce pur chardonnay donne envie d’y revenir. Grâce à son faible dosage, on ne s’en lasse pas. Un verre en rappelle un autre. Et ce champagne tient la gastronomie. Il convient à l’apéritif et accompagne très bien le début du repas.
Prix caviste : 50€.

Provence – Jean-Christophe Comor


6


Il existe à mes yeux, trois sortes de vignerons. Ceux qui vous emmènent dans leur cave lorsque vous leur rendez visite. Ils espèrent souvent vous épater avec leur matériel flambant neuf ou je ne sais quel gadget technologique. Il y a ensuite ceux qui vous conduisent dans leur vigne. C’est déjà plus intéressant, on se rapproche du geste agricole. Et enfin ceux qui vous invitent d’abord dans leur cuisine pour manger un morceau. Ceux-là sont les plus intéressants. Ils n’ont rien à cacher. C’est ainsi que j’ai découvert la Champagne dans la cuisine familiale de Pierre et Sophie
Larmandier, à Vertus, sur la Côte des Blancs. Quand on est vigneron, la Champagne, c’est un monde à part. On y vient avec une espèce de méfiance teintée d’envie. Avec Pierre et Sophie Larmandier, j’ai été surpris d’avoir affaire à des vignerons comme les autres, qui m’ont parlé d’égal à égal, et j’ai découvert que c’était aussi ça, la Champagne, des artisans comme moi, qui se lèvent tôt le matin pour tailler leur vigne en janvier, qui craignent le gel en avril et le mildiou en mai.


Notre conversation a été étonnante de franchise et de liberté. Je suis heureux que la Champagne soit ainsi en train de devenir ou de redevenir le territoire de vignerons gourmands, lyriques, inventifs, amoureux de leur métier, qui ont la passion de l’infini. 

Son coup de coeur : Larmandier-Bernier, Grand Cru Extra-Brut Vieille Vigne du Levant 2009

Ce vin a toutes les qualités d’un champagne produit dans une maison familiale, il est pur, généreux, puissant, fruité. J’aime son élan. Le chardonnay est issu d’un grand terroir de Cramant. Il vieillit sept ans sur lattes mais conserve intacts sa fraîcheur et son éclat. Peu dosé, il a quelque chose de croquant qui me plaît.
Prix caviste : 72€.

Espagne – Lucas Löwi


5

cette région Champagne a toujours été un modèle que j’ai aimé observer, dont j’ai aimé apprendre. Je suis né à Mendoza, en Argentine, un terroir dédié aux vins effervescents. La façon dont les cépages chardonnay, pinot noir et pinot meunier sont cultivés en Champagne me fascine. En tant que directeur de Bodega Numanthia, je trouve certaines similitudes entre notre philosophie à Toro, en Espagne, et celle de ma maison de champagne préférée, Krug. De la vigne à la mise sur le marché, j’admire vraiment le savoir-faire des équipes techniques de deux maisons qui savent attendre le moment idéal pour récolter les raisins dans chacune de leurs parcelles. La patience dont font preuve tout au long de l’année les équipes qui prennent soin des vins qui vieillissent délicatement en fût m’impressionne, jusqu’au moment où ils lâchent le vin mis en bouteille aux consommateurs. J’ai aussi un grand attachement, chargé d’émotion, au Clos du Mesnil, « la pureté d’un seul vignoble ». Je pense qu’il existe un parallèle étroit entre ce vin et Termanthia (vin de la Bodega Numunthia, NDLR). Il reflète à la fois le meilleur d’un vignoble, la recherche de la perfection et le meilleur qu’une dénomination puisse offrir dans une seule bouteille. C. D.


Son coup de coeur
: Krug Grande Cuvée

Si je ne devais en retenir qu’un, je choisirais certainement celui qui représente définitivement pour moi « l’expression la plus généreuse du champagne », ce qui me rappelle le Numanthia, l’expression de DO Toro. Ils sont tous les deux spéciaux, issus d’un mélange de parcelles bien équilibrées.
Prix caviste : 165€.

Brésil – Luís Henrique Zanini


8

La dernière fois que je suis allé en Champagne, c’était au printemps 2017. L’émotion de la descente du train à la gare d’Épernay est unique. Cette fois-ci, j’avais choisi de louer un vélo pour parcourir en pédalant les villages de la région. Dans les vignes, les feuilles vertes et luxuriantes et les petites grappes de chardonnay étincelantes sous le soleil s’étendaient à perte de vue, improvisant une poésie sans pareille. Pour moi, le champagne, c’est une histoire, c’est une culture, c’est une création des étoiles, c’est un équilibre entre le terroir et les cépages. Le champagne rassemble toutes les âmes du vin dans un lieu unique. Le champagne est un morceau inégalé de l’histoire de l’homme, un compagnon dans ses victoires et ses conquêtes, un consolateur dans ses inévitables chagrins. J’ai dégusté tous les champagnes que j’ai pu, ceux des petits et ceux des grands producteurs. Certains sont classiques et d’autres me sont inconnus jusqu’à aujourd’hui. À l’intérieur de cette riche diversité, j’ai une préférence pour le champagne d’auteur, celui qui révèle le visage de son producteur. Le champagne offre cette possibilité. Mon vin favori est certainement celui que produit Anselme Selosse, à Avize, sur la Côte des Blancs. J’ai un penchant pour les artisans du vin et j’aime le souci d’Anselme Selosse. Pour moi, c’est un producteur original qui imprime sa signature à ses flacons. 

Son coup de coeur : Jacques Selosse, Blanc de Blancs Grand Cru Millésime 2005

Nous ne saurons jamais ce qui rend un vin inoubliable, au-delà de sa beauté intrinsèque. Peut-être la magie du moment, peut-être la personne avec laquelle nous partageons la bouteille, ou bien le lieu, l’ambiance. Mais tout cela n’a plus d’importance lorsque je ferme les yeux et que je me souviens de la magie de ce champagne. Il se révèle toujours dans une splendide et authentique sensation qui fait de lui un souvenir inoubliable.
Prix caviste : 270€.

Retrouvez l’intégralité de F, Art de vivre sur le kiosque du Figaro.

le_F

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Styles De Vie

MAPEI Canada inaugure l’agrandissement de son usine à Laval, au Québec

Published

on

By

LAVAL, QC, le 15 sept. 2023 /CNW/ – MAPEI Inc., un renommé fabricant de produits pour l’industrie du bâtiment au Canada depuis 1978 faisant partie du Groupe MAPEI, a inauguré hier soir l’agrandissement de son installation phare à Laval, au Québec, lors d’une cérémonie qui célébrait l’ouverture officielle de la nouvelle usine de production de poudre et du nouvel entrepôt.

Marco et Veronica Squinzi, PDG du Groupe MAPEI, ainsi que Simona Giorgetta, actionnaire et membre du conseil d'administration. (Groupe CNW/MAPEI Inc.)
Marco et Veronica Squinzi, PDG du Groupe MAPEI, ainsi que Simona Giorgetta, actionnaire et membre du conseil d’administration. (Groupe CNW/MAPEI Inc.)

« Maintenant que les lignes de poudres et d’adjuvants sont opérationnelles, MAPEI Laval figure parmi les usines les plus grandes et les plus technologiquement avancées du réseau de MAPEI Amérique du Nord », dit Marco Roma, directeur général de MAPEI Canada. « Cette nouvelle installation nous permet de répondre aux besoins croissants du nord-est du Canada en matière de matériaux de construction, d’adjuvants pour béton et d’agents de mouture pour ciment », ajoute-t-il.

Entre autres, l’augmentation de la production à Laval créera un effet d’entraînement qui permettra une production plus équilibrée au Canada.

« En améliorant notre capacité à déplacer la production en conséquence pour une plus grande localisation entre nos usines du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, nous pouvons réduire notre empreinte carbone partout au pays en effectuant des livraisons plus rapides sur des distances plus courtes lors du transport des fournitures vers les chantiers de construction », dit M. Roma.

Maximiser l’utilisation de matériaux locaux fait partie du pilier MAPEI qui vise à améliorer la durabilité dans le domaine de la construction. Cela fait partie de la philosophie qui a permis à MAPEI de participer à la construction et à la rénovation de certains des bâtiments et infrastructures les plus remarquables du Canada, allant du Centre aquatique Minoru à Richmond, en Colombie-Britannique, au Centre Avenir à Moncton, au Nouveau-Brunswick, en passant par la station Union à Toronto, en Ontario, pour n’en nommer que quelques-uns.

« Notre présence au Canada est née d’une occasion liée aux Jeux olympiques de Montréal qui ont eu lieu en 1976 », disent Marco et Veronica Squinzi, PDG du Groupe MAPEI. « Nous avons été appelés à fournir des produits pour l’installation des pistes d’athlétisme olympiques. Nous avons eu un effet tellement positif au pays que nous avons décidé en 1978 d’investir et d’ouvrir, ici même à Laval, notre première usine hors de l’Italie. Ce fut le début de notre stratégie d’internationalisation qui définit toujours l’entreprise aujourd’hui. Au cours des cinq dernières années, nous avons décidé de diversifier les marchés en ajoutant des lignes de produits qui n’étaient pas offertes au Canada à l’origine, mais qui étaient déjà bien étendues et rigoureusement testées par MAPEI en Europe, comme les additifs et les revêtements de sol industriels. Voilà ce qui a mené au projet d’agrandissement. »

« MAPEI Amérique du Nord avance à grands pas », dit Luigi Di Geso, président-directeur général de MAPEI Amérique du Nord. « Cet ajout répondra à une croissance qui a commencé ici même, dans une installation alors modeste qu’on ne reconnaitrait pas aujourd’hui, et qui était pourtant à la fine pointe de la technologie il y a quelques années seulement. »

La nouvelle ligne de production de poudre produira annuellement 30 000 tonnes par quart de travail. La nouvelle ligne de production d’adjuvants produira annuellement 7 000 tonnes par quart de travail. L’agrandissement de l’espace d’entreposage pourra dorénavant rendre plus efficace la distribution de toute cette production : 4 715 m² (50,750 pi²) supplémentaires s’ajoutent aux 11 892 m² (128,000 pi²) que constituent l’usine de polymères, le centre d’excellence en R. et D. pour la construction en béton et le siège social canadien, qui sont également sur place.

« Avec 11 lignes de produits couvrant tous les aspects de la construction, MAPEI Inc. est prête à atteindre des sommets encore plus élevés que jamais en aidant à construire le Canada de manière plus durable, et ce pour de nombreuses années à venir », ajoute M. Di Geso.

Parmi les invités d’honneur qui ont pris la parole au cours de la cérémonie, Son Excellence Andrea Ferrari, Ambassadeur d’Italie au Canada, et l’Honorable Tony Loffreda, Sénateur au Sénat du Canada.

L’année 2023 marque le 45e anniversaire de MAPEI au Canada, sous le nom de MAPEI Inc. En plus de l’emplacement à Laval, MAPEI Canada possède des installations de production à Maskinongé, au Québec, à Brampton, en Ontario, et à Delta, en Colombie-Britannique, ainsi qu’un centre de distribution à Calgary, en Alberta. Elle peut également se vanter de ses Services techniques, présents partout au pays et sans égal dans l’industrie. Pour plus de renseignements, consultez le www.mapei.ca.Au sujet de MAPEI

Fondée en 1937 à Milan, MAPEI est aujourd’hui l’un des principaux fabricants mondiaux de produits chimiques pour l’industrie du bâtiment et a contribué à la construction de certaines des créations architecturales et d’infrastructure les plus importantes au monde. Avec 102 filiales exerçant leurs activités dans 57 pays et 90 usines de fabrication dans 35 nations, le Groupe MAPEI emploie environ 11 900 personnes dans le monde. Les fondements du succès de l’entreprise sont la spécialisation, l’internationalisation, la recherche et le développement, ainsi que la durabilité.

MAPEI Amérique du Nord, dont le siège social est situé à Deerfield Beach, en Floride, compte les filiales MAPEI Corporation (pour les États-Unis), MAPEI Inc. (pour le Canada) et MAPEI Caribe (pour Porto Rico et les autres îles des Caraïbes). Celles-ci regroupent 28 installations où travaillent environ 1 800 employés. Les installations MAPEI sont certifiées selon les normes de qualité ISO 9001 et ISO 14001. MAPEI est un fabricant soucieux de l’environnement qui réinvestit 5 % de ses recettes dans la R. et D., et qui offre également de la formation aux architectes, aux entrepreneurs, aux installateurs et aux distributeurs par l’entremise de l’Institut technique MAPEI. Pour en savoir plus sur MAPEI, consultez le www.mapei.com ou composez le 1 800 42-MAPEI (1 800 426-2734).

SOURCE MAPEI Inc.

Continue Reading

Styles De Vie

Le Gala Elles reconnaissent célèbre les femmes remarquables de l’industrie de la construction

Published

on

By

MONTRÉAL, le 18 sept. 2023 /CNW/ – Les Elles de la construction sont fières d’annoncer le retour du Gala Elles reconnaissent, un événement destiné à célébrer les femmes exceptionnelles qui ont joué un rôle primordial dans l’industrie de la construction. Cette soirée promet glamour, réseautage et reconnaissance, offrant aux invitées une opportunité unique d’assister à une cérémonie de remise de prix spéciale mettant en valeur les femmes les plus remarquables et influentes du secteur. Le Gala aura le privilège de compter sur deux présidentes d’honneur : Lyne Laperrière, Directrice des ressources humaines chez Demospec Groupe, et Danièle Henkel, Présidente de Henkel Média et Fondatrice des entreprises Danièle Henkel Inc.

Le Gala Elles reconnaissent se tiendra le jeudi 5 octobre 2023, de 17h30 à 21h, au Théâtre Paradoxe situé au 5959 Boulevard Monk, Montréal, QC, H4E 3H5. Des discours mettront en lumière le parcours inspirant et les obstacles surmontés par des femmes pour réaliser leurs rêves dans le domaine de la construction.

« Le Gala Elles reconnaissent est une opportunité de favoriser le réseautage et de renforcer les liens au sein de notre industrie en rassemblant des professionnels influents et des entrepreneurs inspirants. Cet événement a pour objectif de reconnaître et de célébrer les réalisations exceptionnelles des femmes dans l’industrie de la construction. Depuis des décennies, elles ont joué un rôle significatif dans le succès et l’innovation de ce secteur, et il est grand temps de leur accorder la reconnaissance qu’elles méritent amplement. »
– Lyne Laperrière, Directrice des ressources humaines, Demospec Groupe

« Nous sommes fiers d’honorer ces femmes qui ont apporté une contribution inestimable au secteur de la construction et qui sont une source d’inspiration pour les générations futures. Le Gala Elles reconnaissent est une occasion unique de célébrer leurs réalisations et de se laisser inspirer par leurs brillants parcours. »
– Danièle Henkel, Présidente de Henkel média et Fondatrice des entreprises Danièle Henkel inc.

Le Gala Elles reconnaissent est soutenu par de nombreux commanditaires, dont Groupe RP. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site web officiel de l’événement sur www.ellesdelaconstruction.com.

SOURCE Les Elles de la construction

Renseignements: Relations de presse ; Yasmina Wahdani, 514-209-0799, ywahdani@exponentielconseil.com ; Gaëlle Gilles, 438 404-3553, communications@ellesdelaconstruction.com

Continue Reading

Styles De Vie

Préparez votre maison pour l’hiver afin d’éviter les réclamations d’assurance

Published

on

By

(NC) Se prélasser au coin du feu. Construire un fort dans la cour enneigée. Regarder un bon film au chaud. Au Canada, on peut faire une foule de choses agréables quand on passe l’hiver à la maison. Mais présenter une réclamation d’assurance habitation n’en fait pas partie.

Suivez nos conseils pour bien préparer votre maison pour un autre hiver enneigé et en profiter pleinement sans vous inquiéter des imprévus.

Inspectez, dégagez et nettoyez l’extérieur de la maison
Vous assurer que l’extérieur est bien entretenu est une étape clé de la préparation de votre maison pour l’hiver. Avant que les températures glaciales ne deviennent une réalité quotidienne, débarrassez-vous des feuilles et autres débris qui se sont accumulés dans les gouttières pour empêcher la formation de barrières de glace pendant l’hiver. Videz et fermez les conduites d’eau extérieures pour éviter les dégâts d’eau causés par le gel et l’éclatement des tuyaux.

Il est maintenant temps d’inspecter les coupe-froid autour des portes et des fenêtres. Trouver et réparer les fissures et les interstices aide à prévenir les pertes de chaleur et la hausse de votre facture d’électricité, tout en préservant l’intégrité architecturale de votre maison.

Vérifiez la sécurité à l’intérieur de la maison
La sécurité incendie et la qualité de l’air à l’intérieur de la maison sont importantes tout au long de l’année, mais l’ajout d’une vérification à votre liste de préparation pour l’hiver peut vous assurer que tout est en parfait état.

Vérifiez le fonctionnement de vos détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone. Et pendant que vous y êtes, prenez note de la date d’expiration de chaque détecteur. Selon le modèle, on devrait les remplacer tous les cinq à dix ans.

Ensuite, assurez-vous que vos extincteurs sont en bon état de fonctionnement et facilement accessibles. Si vous n’en avez pas, ajoutez-les en priorité à votre liste d’achats. En compagnie des autres membres de la famille, prenez le temps d’apprendre quand et comment vous en servir correctement.

Par souci de sécurité, vous pouvez également envisager de vous procurer une trousse de mesure du radon à long terme, qui comprend un détecteur. La ventilation, les points d’entrée, les drains et même la composition du sol peuvent avoir des répercussions sur votre exposition au radon, un gaz potentiellement cancérigène créé lorsque l’uranium présent à l’état naturel se désagrège. L’étage le plus bas de la maison est l’endroit idéal pour installer un détecteur de radon. Surveillez-le régulièrement pour votre sécurité et celle de votre famille.

Inspectez votre générateur d’air chaud et vos autres appareils de chauffage
Compte tenu de l’arrivée imminente de l’hiver et du temps froid, il est essentiel de faire des vérifications de routine et de voir à l’entretien de votre générateur d’air chaud pour vous assurer qu’il fonctionne efficacement et en toute sécurité, afin que vous puissiez rester bien au chaud pendant toute la saison froide.

Pour procéder vous-même à une inspection de base, vérifiez que la zone autour du générateur d’air chaud est exempte d’objets et de débris, examinez les tuyaux et les raccords pour déceler tout signe de dégradation et assurez-vous de remplacer les filtres selon le calendrier recommandé par le fabricant. Une inspection et un nettoyage annuels par une équipe technique d’entretien qualifiée sont aussi recommandés.

Si vous avez des appareils de chauffage au bois et des foyers dans votre maison, vous devriez retenir les services d’une équipe d’inspection de cheminée certifiée pour les examiner et les nettoyer avant de commencer à les utiliser. Cela réduit le risque d’incendie lié à une cheminée.

Découvrez d’autres conseils sur la façon de protéger votre maison tout au long de l’année au cooperators.ca.

Continue Reading
Styles De Vie9 mois ago

MAPEI Canada inaugure l’agrandissement de son usine à Laval, au Québec

Styles De Vie9 mois ago

Le Gala Elles reconnaissent célèbre les femmes remarquables de l’industrie de la construction

Styles De Vie9 mois ago

Préparez votre maison pour l’hiver afin d’éviter les réclamations d’assurance

Styles De Vie9 mois ago

Quatre façons de commencer à travailler dans le domaine des ventes

Styles De Vie9 mois ago

La Commission indépendante soutient le recours de la Cour suprême contre le déni des droits des non-francophones par le Québec

Styles De Vie9 mois ago

Justin Trudeau est un raciste contre les Noirs et les Premières Nations – 14 signes

Styles De Vie9 mois ago

Enfants aux études loin de la maison : Trois conseils pour veiller à la santé de leurs finances

Styles De Vie9 mois ago

Règles et règlements que toutes les entreprises canadiennes doivent connaître

Styles De Vie9 mois ago

Épargnez pour l’avenir grâce à nos trucs financiers pour la rentrée

Styles De Vie9 mois ago

Efficacité énergétique: 10 façons économiques de l’améliorer

Actualités2 années ago

Ces légendes du baccara vous dévoilent leurs secrets

Affaires2 années ago

Retard de vol : le devoir de la compagnie envers ses passagers

Anglais3 années ago

Nostalgia and much more with Starburst XXXtreme

Opinions3 années ago

Même les jeunes RÉPUBLIQUES se lassent du capitalisme, selon les sondeurs américains — RT USA News

Opinions3 années ago

« Aucune crise climatique ne causera la fin du capitalisme ! »

Opinions3 années ago

Innovation : le capitalisme « responsable », faux problème et vraie diversion

Opinions3 années ago

Vers la fin du Capitalocène ?

Opinions3 années ago

Le “capitalisme viral” peut-il sauver la planète ?

Opinions3 années ago

Livre : comment le capitalisme a colonisé les esprits

Opinions3 années ago

Patrick Artus : « Le capitalisme d’aujourd’hui est économiquement inefficace »

Santé Et Nutrition4 années ago

Comment aider un bébé à développer son goût

Anglais6 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Anglais6 années ago

Head of Toronto Community Housing placed on paid leave

Anglais5 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Styles De Vie6 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Santé Et Nutrition6 années ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition6 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais5 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Anglais6 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Anglais5 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais5 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Technologie5 années ago

Los Angeles poursuit The Weather Channel pour atteinte à la vie privée

Styles De Vie6 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Mode5 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais6 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Anglais6 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais6 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Styles De Vie5 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires5 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais4 années ago

The Bill Gates globalist vaccine depopulation agenda… as revealed by Robert F. Kennedy, Jr.

Trending

slot server jepang
judi slot pulsa