Connect with us

Mode

Le Venise-Simplon-Orient-Express | Miss Pandora

admin

Published

on


TIP: Cliquez sur une image pour l’afficher en entier (version responsive). Vous pouvez ensuite faire défiler les photos avec les touches ← et → du clavier ou en cliquant sur les flèches apparaissant au survol de l’image.

Pictures by Pauline Darley

A warm thank you to Belmond, and La Boutique RP for this extraordinary opportunity

L’Orient-Express…Dans une époque qui attache de moins en moins d’importance aux institutions et aux symboles, ce nom est l’un des seuls à être resté auréolé par un incomparable prestige, et par une légende qui évoque aussi bien l’histoire, en permettant à ses passagers de plonger dans le monde des aristocrates et des artistes cosmopolites qui peuplaient la Café Society des années 20 et 30, que la fiction, puisque ce train reste indubitablement associé au fameux roman d’Agatha Christie, le Meurtre de l’Orient Express, ainsi qu’à ses adaptations cinématographiques, dont la dernière en date remonte à 2018. Il est vrai que rien ne fait plus pétiller les yeux que l’évocation de ce train légendaire faisant appel aussi bien à notre âme d’enfant, celle qui se passionne pour les chemins de fer et les romans policiers d’Agatha Christie, qu’à notre âme d’esthète ! Des dizaines de trains aux luxueux compartiments ornés de marqueteries Art Déco qui sillonnaient l’Europe à l’aube du siècle dernier, l’Orient-Express est avec le transsibérien l’un des seuls qui soit aujourd’hui encore en activité, et c’est une prouesse que l’on ne peut que saluer, tant il semble inouï qu’une telle pièce de musée puisse être utilisée comme moyen de transport pour les chanceux usagers qui ont le privilège d’y accéder ! Et cela, c’est grâce à l’expertise du groupe Belmond qui a su ressusciter avec féérie l’univers de ce train devenu le Venise-Simplon Orient-Express, et qui affiche aujourd’hui presque cent ans d’histoire, trente-six ans d’activité, six mois de circulation par an, neuf pays traversés chaque saison, dix-huit voitures et trois wagons restaurants, et ce sans compter -ni quantifier !- la magie, l’éblouissement qu’il offre à ses visiteurs venus comme moi découvrir le raffinement mythique de cette pépite rescapée hors du temps, et qui circule à grande allure entre le rêve à la réalité. Alors accrochez-vous, et bon voyage !

The Orient-Express…In an era that cares less and less about institutions ans symbols, this name is one of the rare few ones to have remained attached to an unrivalled prestige, and a legend that connects both to history, by offering its passengers the opportunity of diving back to the world of the cosmopolitan artists and aristocrats that belonged to the fancy Café Society of the 20’s and 30’s, and fiction, as this train remains forever linked to the famous novel of Agatha Christie, Murder on the Orient-Express, and to its cinematographic adaptations. It is true that nothing make the eyes sparkle like the evocation of this legendary train Of the dozens of trains with luxurious engraved Art Deco panels that travelled through Europe at the dawn of the last century, the Orient-Express is with the transsiberian one of the only that is still active, and it’s a what a feat this is that such a museum piece can be used today as a mean of traansport by the lucky travellers that get the chance to embark upon it. And all that, it is thanks to the expertise of the Belmond group, that managed to ressuscitate with enchantement the universe of this train that has become the Venise-Simplon Orient-Express, and that is now proud of almost a hundred years of history, thirty six years of business, six months of activity per year, nine countries travelled through each season, eighteen sleeping cars and three restaurants cars, but more importantly of the magic, the happiness that it brings to its visitors who, like me, came on this epic ride to enjoy the refinement of this gem brought back from time, and that is still somewhere between dream and reality. Bon voyage !

***

Il y a près d’un an, Pauline et moi avions été voir la dernière adaptation du roman d’Agathe Christie consacré à l’Orient-Express, qui était ma foi assez médiocre, mais nous ne en souciions guère, car il s’agissait bien évidemment pour nous de venir fantasmer à ce que ce doit être que de se trouver à bord de ce train de rêve ! En sortant du film, je me souviens avoir passé des heures sur la page du groupe Belmond, à regarder les tarifs, les destinations proposées, à voir ce que je pourrais mettre de coté pour m’offrir le voyage un jour. Jamais je n’aurais osé contacté Belmond, je suis bien trop peureuse et aussi quelle ne fut pas ma surprise lorsque quelques mois plus tard, La Boutique RP, c’est à dire l’agence qui s’occupe de ce groupe, m’a contacté, et je me suis ainsi retrouvée à échanger avec des filles adorables, à qui j’ai pu confier mon rêve de voyager à bord de l’Orient-Express ! Je ne les remercierais jamais assez pour m’avoir permise de le réaliser…

About a year ago, Pauline and I had been to the theaters in order to see the last adaptation of Agatha Christie’s, novel on the Orient-Express, which was quite mediocre if you ask me, but we didn’t really care, as we were there for the sole purpose of being able to fantaisize about what it must be like to travel aboard this dreamy train ! After the movie, I remember spending hours on Belmond’s page, looking at prices, routes, planning how I could save up in order to buy myself this trip oen day. I would never have dared to contact Belmond, I much too scared for that, and so you can imagien how surprised and excited I was when a few months later, I was contacted by la Boutique Rp, the agency that represents the group in France, and when I found myself chatting with the sweetest girls, to whom I confessed about my haunting dream of travelling with the Venise-Simplon Orient-Express one day. I could never thank them enough for making it come true…

 Parmi la grande variété d’itinéraires proposé par le Venise-Simplon Orient-Express, Le Venise-Paris est de loin le plus iconique, étant d’une part le trajet le plus célèbre, et d’autre part le plus agréable, car il dure près de vingt-quatre heures, ce qui permet de profiter au maximum du voyage et de ses différents temps forts (qui a dit repas ?). Pour ma part, j’ai choisi de rentrer de Venise plutôt que de partir de Paris, car bien que l’arrivée à la gare de Santa Lucia doit être comme on l’imagine spectaculaire, le voyageur se retrouvant instantanément projeté dans un paysage digne de Canaletto, d’un autre coté l’arrachement à cette île intrinsèquement onirique est si déprimant qu’il est préférable de le faire avec panache, par exemple avec un voyage comme celui-ci qui le clôture par un feu d’artifice ! Je me suis donc rendue quelques jours à Venise en solitaire -j’adore voyager en solo !-, afin de visiter des expositions, de flâner dans les rues, de prendre des cafés au Florian et des verres au Danieli, bref, de vivre mon rêve décadent. La veille du départ, Pauline m’y a rejoint. A la base, nous devions séjourner à l’hôtel Cipriani de Belmond, mais il était complet cette semaine-là, néanmoins, je vous le recommande car il a l’air absolument sublime, et possède en plus l’avantage d’être situé sur l’île de la Giudecca, qui est plus calme et plus authentique, et surtout pleine de charme.

Among the great variety of routes offered by the Venise-Simplon Orient-Express, the Venise to Paris one is by far the most iconic, being on one hand the most famous itinerary, and on the other hand the most pleasant because it lasts for twenty four hours or so, which is long enough to enjoy the trip and its best moments (who said meals ?). As for me, I had chosen to go from venice to Paris instead of the other way round, because even though arriving in the station of Santa Lucia must be extraordinary, the traveller finding himself projected in a living painting worthy of Canaletto, on the other side leaving this intrinsically oniric island is so depressing that it’s better to do it with panache, for instance with a trip like this which will close with the biggest bang ! I then went to Venice for a couple of solitary days -I love to travel on my own !-, to visit exhibitions, wander in its little streets, taking coffees at the Florian and drinks at the Danieli, in short, living my best decadent life. On the eve of the departure, Pauline joined me there. Origianlly, we were due to stay at Belmond’s Cipriani hotel, but it’s was full at the time, nevertheless, I recommend it as it look absoluteky divine, and it has the advantage of being located on the Giudecca island, which is more calm and more authentic, but also full of charm.

Le matin du 7 novembre, Paulien et moi nous sommes réveillées très tôt, comme des enfants pressés d’ouvrir leur cadeaux de Noël, et avons profité de ce surplus de temps libre pour préparer nos tenues prévues pour le voyage, que nous avons rangé dans une valise de taille moyenne, car les grandes valises ne sont pas autorisées en cabine simple, l’espace devant être optimisé au maximum ! Au final, si on a un joli sac vintage, l’effet visuel est plus sympa et ajoute à l’atmosphere, de plus, cela permet d’avoir plus d’espace en cabine et de ne pas se sentir écrasé par une encombrante valise. Autre point, un mois avant le départ, nous avons chacune reçu une boîte contenant des jolies étiquettes At Deco pour nos valises, et un carnet de bord nous expliquant en détail le modus operandi de cette expérience : ce qui est conseillé d’avoir avec soi, le type de vêtements à porter, les grandes lignes de voyage, bref, tout pour voyager sereinement !

On the morning of november the 7th, we woke up so early, like children in a hurry to open their Christmas presents, and used this free time to prepare our outfits for the trip, that we stored in a medium carry on suitcase, as big suitcase are not autorised in the single cabins, which is pleasant because first, it adds up to the atmosphere if you have a nice vintage looking lugagge, plus, it leaves more space in the cabin and you don’t feel oprress by your massive suitcase. Another point, a month before the departure, we each received a box containing pretty Art Deco looking baggage tags for our suitcases, a carnet de bord that explained in details the modus operandi of the experience : what is advised to keep on board, the type of clothes to wear, the detail of our tripes, in short, everything that you need to know in order to travel with a serene mind !

Un peu plus d’une demi heure avant notre départ, un membre du staff du Venise-Simplon Orient-Express est venue nous chercher à notre hôtel, tandis qu’un autre s’occupait de notre voyage, c’était assez étonnant d’être ainsi escortés jusqu’au train, alors que nous n’étions pourtant qu’à quelques mètres de la gare ! Je suis toujours un peu gênée quand on me sert, mais autant vous dire que ce jour-là j’ai appris à ravaler mon embarras, car le personnel était aux petits soins ! A Santa Lucia, le Venise-Simplon Orient-Express est déjà à quai, et au premier abord rien ne semble le distinguer des autres trains, si ce n’est la discrète barrière qui pour le moment en protège l’accès, et nous mourront tous d’impatience de la voir s’ouvrir, sachant que nous nous apprêtons à vivre quelque chose d’exceptionnel. Une poignée de minutes plus tard, c’est enfin l’heure, la plateforme s’ouvre et l’émotion est puissante, car, sous le soleil matinal de Venise, c’est magnifique qui se déploie devant nous ! Il brille de majesté, ses ors sont rutilants et que dire de son fameux bleu, qui s’harmonise à merveille avec le tapis rouge qui est déroulé le long du quai. Le marchepieds, les médaillons Art Deco, les stewards en costumes bleu roi: tout est trop beau, on croirait rêver ! En détaillant le lettrage qui scintille sur le wagon devant mes yeux, « compagnie des wagons lits et des grands express européens », je dois presque me pincer pour réaliser qu’enfin, j’y suis, et d’ailleurs je ne suis pas la seule dans cet état car partout autour les voyageurs se tiennent émerveillés, affichant de grands sourires d’enfants, comme l’atmosphère est festive !

About half an hour before the departure, a member of the Venise-Simplon Orient-Express staff came to meet us at our hotel, while naother took care of our luggage, it was impressive to be escorted this way to the train, considering that we were only meters away from the station ! I’m always a bit embarassed when it comes to be waited on, but needless to say that this day I had to learn to get rid of my awkwardness, because the staff was there to take care of our every needs ! In Santa Lucia, the Venise-Simplon Orient-Express is on the platform already, and for now nothing seems to distinguish it from the other trains, except for the discreet barer that for now guards its access, and we are all dying of impatience to see it opening, knowing that we’re baout to live the experience of our lives. A few minutes later, the time has finally come, the platform opens its doors and the emotion is strong, as, under the moring sun of Venice, it’s the most magnificent train that lies before our eyes ! It shines majestuously, adorned with gleaming golden details, and what about this iconic blue, which harmonises perfectly with the red carpet that is unwound along the platform. The steps, the Art Deco medallions, the stewards and their royal blue uniforms : everuthing is too beautiful to be true, it feels like a dream ! While I read the letters that sparkle on the wagon before me, « compagnie des wagons lits et des grands express européens », I almost have to pinch myself in order to realise that finally, I’m there, and I’m not the only one feeling this, because everywhere passengers seem to me equally dazzled, with huge child like smiles, the atmosphere is so festive !

Lorsque je pénètre dans les couloirs marquetés de notre voiture, qui eux aussi brillent comme s’ils sortaient de l’atelier, sans que cela ternisse pou autant leur charme authentiquement historique, j’ai envie de tout absorber sur le champ. Il y a tant de choses à découvrir et à admirer autour de moi que je ne sais même plus où donner de la tête, mais je dois me reprendre et ne pas oublier que j’aurais toute la journée pour cela ! Direction notre cabine, où nous attends une demi bouteille de champagne et deux verres monogrammés, quoi de plus divin pour commencer le trajet ? Notre chef de voiture se présente, et nous explique le fonctionnement des divers dispositifs, ainsi que le déroulement de la journée, car nous allons beaucoup manger, mais pas de précipitation, car il y a trois wagons restaurants et deux services pour chaque repas, ce qui permet d’éviter la cohue. Nous réservons le premier service pour déjeuner, et je me dépêche de ranger mon sac pour pouvoir aller siffler la bouteille en regardant défiler le paysage. Le voyage viens de commencer, tout est déjà parfait, et je suis la femme la plus heureuse du monde.

When I enter the inlaid corridor of our car, that are also shining like they just came out of the workshop, while remaining perfectly historically authentic and luxuriously patinated, I want to asbord everything at once. There so much to discover and so much to admire around me that I don’t even know where to look, but I take a hold on myself because after all, I’ve got a full day for that ! In our cabin, a half bottle of champagne and two monogrammed glasses are waiting for us, how better could this be ? Our car’s steward introduces himself, and explain to us how the cabin works, and the programm of the day, which involves a lot of eating, but no rush, there are three restaurants cars and two services for each meal. We booked the first service for lunch, and I hurried to unpack so I could take a seat, and sip the bottle while looking at the landscapes. The trip has just begun, everything is already perfect, and I’m the happiest woman ever.

Nous étions logées dans une cabine double, pour deux personnes donc, et laissez-moi tout de suite vous rassurer : il y a laaaaargement la place, et je ne m’y suis pas sentie une minute à l’étroit. Ici, tout est ancien et parfaitement restauré, mais le confort, lui, est moderne, car il y a des prises, et même la clim’ ! Néanmoins, tout est conçu pour que l’oeil ne soit JAMAIS offensé par la trivialité du moderne et du fonctionnel, c’est oeuvre total, du sol au plafond, tout est beau et Art Deco ! Même les toilettes, située à l’extremité de la voiture, sont élégantes, c’est dire ! D’ailleurs, il y a même un siège comfortable devant la porte, au cas où attendre serait trop fatiguant, sait-on jamais.

We were staying in a double cabine, made for two persons, and let me reassure you right away : there is faaaaaaaar enough room, and I never felt out of space for a minute. There, everything is antique and perfectly restored, but the comfort is modern, there are plugs, and even air conditionning ! Nevertheless, all is conceived so they eyes are NEVER offended by the triviality of the modern and the functionnal, it’s a total artwork, from the floor to the ceiling, eveything is beautiful and Deco ! Even the toilets, that are located at the end of the car, are elegant, can you imagine ! And there is a comfy seat in front of them, in caise you would find waiting exhausting.

J’ai particulièrement le cabinet de toilette, qui se découvre lorsque l’on ouvre la belle porte du placard en bois, c’est si joli ! Il y a même des produits de beauté, ainsi que des peignoirs bleu et blancs, aux couleurs du train, et des chaussons brodés.

I particularly loved the cute bathroom that unveils its beauty when one opens the wooden door of the round closet, how petty ! There are skincare and body care products, but also blue and white robes, the train’s colours, and embroided slippers.

Maintenant un peu d’histoire ! Le Venise-Simplon Orient-Express n’est pas à confondre avec l’Orient-Express original, lancé en 1883 par la Compagnie Internationale des Wagons Lits, et qui appartient à la SNCF, mais qui n’est plus en activité depuis 200ç, hormis pour quelques opérations exceptionnelles. Bien plus luxueux, sa version 2.0, le Venise-Simplon Orient-Express, a été lancé en 1982 par le groupe privé Belmond, et reprend son itinéraire mythique jusqu’à Istanbul, en passant par l’Autriche, l’Italie et les Balkans. Question authenticité, il n’a donc rien à envier à son prédécesseur, car il est également composé de voitures restaurées des années 20 et 30, dont certains provenant du véritable Orient-Express, traquées dans des ventes aux enchères en Europe par James B. Sherwood, le fondateur du Venise-Simplon, et pourvues de précieux mobiliers et d’objets de la même époque, ce qui en fait un véritable bijou.

And now a bit of history ! The Venise-Simplon Orient-Express mustn’t be confused with the original Orient-Express, launched in 1883 by the Compagnie Internationale des Wagons Lits, and that now belongs to the french railway service, but is no longer in service since 2009, excpect for exceptionnal showings. Far more luxuous, its 2.0 version, the Venise-Simplon Orient-Express, was launched in 1982 by the private group Belmond, and retraces its mythical itinerary to Istanbul, passing through Austria, Italy and the Balkans. In terms of authenticity, it has thus nothing to envy to its predecessor, being also composed with restored cars from the 20s and 30s, some of them coming from the original Orient-Express, that were hunted down by James B.Sherwood,  founder of the Venise-Simplon, in auction sales around Europe, and furnsihed with precious furniture and objects from that era, which makes it a gem unique in his kind.

Chaque voiture a donc sa propre histoire, qui est inscrite sur un panneau à l’entrée, ainsi nous avons donc pu apprendre que la notre fut construite en Bretagne en 1929, et qu’elle circula d’abord entre 1929 et 1937 sur le non moins mythique Train Bleu, qui reliait Calais au Sud de la France, puis rejoignit le Nord-Express de 1937 à 1939, avec lequel elle s’aventura du coté des steppes russes, puis retourna dans le Train Bleu entre 1946 et 1961 après un bref arrêt en entrepôt durant la Second Guerre, avant de faire partie de l’Orient-Express de 1962 à 1971. Quelle aventure !

Each car thus has its own story, which can be read on a pannel in the entrace, and this is how we learned that ours was built in Brittany in 1929, first circulated between 1929 and 1937 on the equally mythical Train Bleu, that linked Calais to the south of France, then joined the Nord-Express from 1937 to 1939, where it travelled along the russian steppes, then came back to the Train Bleu from 1946 to 1961 after a brief stop during WWII, before becoming a part of the Orient-Express from 1962 to 1971. What an adventure !

Ne vous méprenez pas sur mon air absent et étrangement indifférent, car j’étais en réalité au summum de l’excitation, à tel point que mon regard, qui déjà très expressif à la base, me faisait ressembler à un émoji vivant, vous savez, celui avec les yeux qui partent dans tous les sens et la langue qui pend ! Dans mon jargon, c’est ce qui s’appelle la « tronche de Pokémon », et je peux vous assurer qu’elle surgit inévitablement dès que j’ai bu plus de deux verres, c’est ma lune en verseau je crois, hop, un coup dans le nez et je suis deviens aussi évaporée et frivole qu’une bulle de champagne ! Du coup, pour ne pas avoir l’air d’une folle furieuse sur les photos, j’ai tourne la tête ! Faut dire que je louche un peu aussi parfois, alors ça arrange pas le schmilblik…Au final, j’adore le contraste entre mon expression totalement blasée, et l’intense ébullition qui se passait dans ma tête et dans mes mots à ce moment-là : j’étais intenable, une vrai gamine,  mais quel plaisir de se sentir ainsi emportée et émerveillée !

Concernant ma tenue, j’avais choisi cette incroyable robe dorée de chez Marilyn Feltz, ma créatrice française adorée, et comme vous pouvez le constaster, je faisais presque partie des murs ! Et puis, il y avait quelque chose de vraiment amusant à se laisser doucement tanguer sur des plateformes de douze centimètres en parcourant les compartiments, titubant un peu le long des panneaux marquetés, comme portée par le champagne, grisée par la beauté !

Premier arrêt avant le wagon restaurant, le 3674 ! En découvrant l’ambiance feutrée de cette la voiture inaugurée en 2016, et qui est le bar du Venise-Simplon Orient-Express, on se croirait réellement projeté dans l’âge d’or des voyages en train, car partout ce ne sont que fines marqueteries, appliques anciennes, velours moelleux et miroirs gravés: une merveille de raffinement dans une voiture de 1931 provenant du Sud-Express, qui connectait Paris à Lisbonne.

C’est un endroit idéal pour venir se prélasser en laissant filer le temps, faire conversation, échafauder un plan de domination mondiale, ou simplement écouter le pianiste en sirotant un cocktail…

First stop before the restaurant wagon, the 3674 ! When discovering the hushed atmosphere of this car that was unveiled in 2016, and that is the Venise-Somplon’s bar, one can feel completely projected into the golden age of the train travelling, as everywhere can be seen fine inlaid pannels, antique wall lamps, mellow velvets and engraved mirrors : a wonder of refinement in this 1931 car that once belonged to the Sud-Express that connected Paris to Lisbonne.

It is the ideal place for relaxing and contemplating the slow passing of time, enjoying conversations, planning world domination or simply sipping a cocktail while listening to the piano…

A midi, le déjeuner nous fut servi dans l’Oriental, une des trois voitures restaurants du train. A l’origine, cette rame datant de 1927 officiait comme cuisine dans un train britannique Pullman qui allait de Paris à Amsterdam, puis elle s’en alla rejoindre le Lusitana Express. Moi qui quelques minutes plus tôt pensais déjà être au paradis, je réalisa que j’étais encore loin d’arriver au bout de l’ébahissement, tant cette salle me stupéfia sur place : ces superbes panneaux laqués et ces fauteuils en velours pourpre, un rêve ! Je n’avais jamais diné à bord d’un train en mouvement, et c’est assez rigolo, d’ailleurs je reste scotchée par l’adresse avec laquelle les serveurs, qui se croisent sans cesse dans un ballet étourdissant, déploie pour ne jamais se rentrer dedans ou ne rien faire tomber. De plus, ils sont aussi très sympas, et parlent de nombreuses langues !

Lunch was served in the Oriental, one of the three restaurants wagons in the train. Originally, this rake dating from 1927 was used as a kitchen in a british Pullman train that connected Paris to Amsetrdam, then it joined the famous Lusitana Express. By that time, I thought I was already in heaven, and yet, I wasn’t even close to the end of my surprise, because that goergous room stunned me : these laquered pannels, and these crimson velvet seats, a dream ! I had never dinned on a moving train, and it’s quite funny, and I’m still gagging about the breathtaking skills of the waiters, that manage to cross each other continusously, like in a ballet, and yet never stumbling into each other or dropping anything. Moreover, they’re also really nice, and speak an impressive number of languages !

Je prends le risque de me répéter encore une fois, mais vraiment, on sent que tout a été réglé jusque dans les moindres détails pour nous donner l’impression d’être projeté dans le passé, et bien que j’ai eu dans ma vie la chance inouïe de pouvoir vivre de très beaux moments, celui d’avoir passé une journée dans les années 1920 est le plus fou d’entre eux. Je pensais à tous mes héros de l’époque, La Casati, Nathalie Barney le comte de Fersen, et je me trouvé bouleversée d’être ainsi à leur place, quel voyage littéraire tout de même…Pourtant, il m’est en revanche étonnement difficile de retranscrire ces vingt-quatre heures dans un style littéraire correct, la faute est sur l’excès de superlatifs, mais comment faire autrement ?

Please excuse me for repeating myself all over again, but really, it seems that everything was settled to the smallest details to made us feel like we were projected in the past, and even though I had in my life the craziest of luck that made me live incredible moments, spending a day in the 1920’s was honestly the best of them all. I thought about all my heros of that era, like the marchesa Casati, nathalie Barney of Jacques Fersen, and was overwhelmed to find myself in their position, what a literary trip it was…Nevertheless, I find it however incredibly hard to write down these twenty-four hours in a decent style, the blame is on the excess of superlatives, but how else could have I done it ? 

Venons en à la cuisine, qui est un des éléments les plus importants du voyage, car on peut dire qu’elle est omniprésente ! Mais attention, ici malgré le peu de place à bord, il n’y a que des produits d’exception dans l’assiette, St Jacques, foie gras, truffes, langoustines, le chef Christian Bodiguel veillant personnellement à la qualité. La cuisine, d’un très haut niveau gastronomique, est digne d’être étoilée. Et pour être sûr que les denrées soient les plus fraîches possibles, elles sont importées à bord au fur et à mesure sur le train, en fonction des différents arrêts durant le voyage. Léger mais néanmoins copieux, le menu est un merveilleux festival de saveurs, avec une finesse en bouche qui n’a d’égale que celle de la table, dressée avec  d’élégants verres en cristal et des assiettes ornées de liserais d’or. Chose rare, le chef a même réussi à me faire dévorer un dessert, moi qui d’ordinaire déteste ça, c’est vous dire le délice de ce repas…

Now the dining, which is one of the key elements of the trip, considering how omnipresent it is ! And here, despite the restricted space, there are only the best of products in the plates, scallops, langoustines, foie gras, truffles, and the chef, Christian Bodigual, personally makes sure of their fine quality. The cuisine, worthy of a Michelin star, is of the highest gastronomical level. And to be certain that the food supplies are as fresh as they can be, they are brought on the train progressively during the journey, depending on the train’s different stops all throughout the day. Light yet copious, the menu is a wonderful festival of flavours, with a finesse in the mouth that rivals that of the table, drawn with elegant crystal glasses and plates adorned with gold linings. Rare thing, this lunch was such a delight that I even devoured the desert, and I usually hate sweets !

Excusez ce regard placide, mais pour faire un bel euphémisme, disons que j’étais à ce moment-là complètement grise. Comme Pauline ne boit pas trop, je me suis fait un plaisir de siffler le champagne et le vin blanc, car, étant fondamentalement et puissamment épicurienne, c’était un festival que de pouvoir accéder à toutes ces bonnes choses qui nous étaient proposées à bord. Outre sa dimension esthétique, c’est aussi la qualité, ainsi que la profusion de fins mets qui fait la renommée du Venise-Simplon Orient-Express, où les temps morts sans dégustations sont rares, et ce pour notre plus grande volupté…J’étais certes repue après ce délicieux déjeuner, mais si l’estomac se remplit et atteint à terme la satieté, la faim de beauté elle, ne tarit jamais, et j’allais abandonnement pouvoir me nourrir à la source au cours de cette journée..

Excuse me for my absent look, but to say it frankly, I was slightly drunk at the time ! As Pauline is not a big drinker, I was happy to indulge in the champagne and the white wine that was served for us, being fundamentaly epicurian, it was my duty and my pleasure to taste and enjoy all the delicious treats that are offered on board, it’s a gourmet festival ! Other than the strong aesthetic dimension, it’s aussi because of the quality, and the abondance of fine foods that the Venise-Simplon is that sought after. Times without tasting are rare while on this journey, and this is for our greatest pleasure…I was certainly full after this delicious lunch, but if the stomach can get to satiety, the hungryness for beauty on the other hand, is always starving for more, and let’s I was voluptuously fed on the Venise-Simplon !

Après ce divin repas, nous sommes retournées dans notre cabine afin de profiter d’un moment de calme et de sérénité, et il était temps, car j’étais tellement surexcitée que je me faisais l’effet d’une cocotte minute au bord de l’explosion ! Avec un bon livre en main, et toujours habillée de ma robe de lamé qui glissait sur ma peau comme de l’or liquide, je me suis enfoncée dans la banquette, et me suis laissée dériver dans mes rêveries au point d’en oublier le passage du temps, et mon livre ! Cet après-midi là, nous avons traversé la Suisse, dont les paysages sont vraiment spectaculaires, de vraies cartes postales…

After this divine meal, we went back to our compartment in order to relax and enjoy the serenity of the moment, and it was about time, because I was starting to get so overexcited that I was about to burst ! With a good book in my hand, and still dressed in this beautiful lamé gown that was like liquid gold on my skin, I reclined on my seat, and completely forgot about the passing out time, and about my book, that I let go in order to gaze at the spectacular Swiss landscapes, and daydream all afternoon long…

Étant par essence anti-minimaliste, j’ai toujours recherché des lieux secrets et chaleureux, où le blanc n’apparaît que par touches et où les matières font appel aux sens, voilà pourquoi j’ai tant aimé ce cocon princier qui fut notre maison pour un jour. Tout ici, des boiseries aux banquettes, des tons automnaux du décor au lumières dorées des appliques Art Déco, invitait au bien-être, celui d’un temps béni oú le confort rimait avec l’élégance et la préciosité.

Being fundamentally anti-minimalistic, I’ve always searched for secret and intimistic places, where the colour white only appears only in small details and where materials call for the senses, which is why I adored so much this royal cocoon that was our home for one day. Everything here, from the woodworks to the benches, the autumnal tones of the decor to the golden lights of the Art Deco wall lamps, was an invitation to well-being, that of a lost era where comfort rhymed with elegance and preciousness.

Après ces heures moelleuses, l’heure du thé a sonné et le steward nous a apporté un plateau garni de délicieuses mignardises et de pâtisseries qui a enflammé nos yeux gourmands, ainsi qu’une théière de Darjeeling fumant, à déguster dans des tasses de fines porcelaines, et avec un nuage de lait ! En parlant d’esprit anglais, j’avais religieusement conservé dans sa jolie boîte ce pyjama Liberty en soie que l’on m’avait offert à Londres, afin de l’inaugurer en grande pompe lors de ce voyage.
Ainsi, en prenant le teatime à bord du Venise-Simplon, vêtue de mon pyjama en soie et coiffée de mon turban, je me croyais complètement Anna de Noailles en vacances. C’est le genre de moment où l’emoji « ongles se faisant vernir » parait plus qu’adapté !

After these mellow hours, tea time rang and our steward brought to our compartment a platter filled with tasty pastries that made our mouths water, and a big pot of fuming Darjeeling tea, which we sipped in elegant porcelain cups. For the occasion, I had brought my Liberty pajamas, that I had saved especially for this trip, just so I could have the pleasure of unwrapping the silk paper while being on the train. Thus, having tea on the Venise-Simplon, with my silk pajamas and my turban, I felt like Anna de Noailles on holidays. It’s the kind of moment when the « nails that gets varnished » emoji is more than appropriate !

Il y a quelque chose de magique dans ces couloirs aux tons or et terre de sienne brûlée qui s’étendent démesurément, dès que je sortais de la cabine j’étais puissamment frappée par leur dimension cinématographique, presque lynchienne, et cette impression ne faiblissait jamais, comme si je les découvrais encore et encore pour la première fois. Je restais là seule, hypnotisée par les oscillations du train, à essayer de toutes mes forces d’imprimer pour toujours cette vision dans ma rétine. Pour la première fois de mon existence, j’ai béni ma vessie capricieuse, car elle m’a permise de renouveler sans cesse cette expérience de découverte, et c’est dans ces instants qui auraient pu être insignifiants je réalisais combien j’étais chanceuse d’être ici, et me criais intérieurement « tu y est dans le Venise-Simplon, tu y es !! ». Je crois qu’a bord, il n’y ait pas un instant qui ne soit mémorable, et l’on se promène de plaisir en plaisir, allant d’un repas à une rencontre, d’un superbe décor à un moment partagé avec une personne que l’on chérit, en somme, que ce soit dans le domaine du tangible, ou celui du sensible, l’éventail de félicités reste non seulement très varié, mais aussi sans cesse renouvelé.

There is something magical about these gold and burnt sienna halls that seem to go on forever, each time that I stepped out of my cabin I was struck by how cinematic they look, in an almost lynchian way, and that impression never failed to hit me, it was like I had discovered this scenery over and over for the very first time. I stayed there on my own, hypnotised by the train’s oscillations, trying with every fiber of being to absorb this entire vision into my mind for ever. I think that here, there isn’t a moment that is not unforgettable, as one wander from pleasure to pleasure, going from meal to a random meeting, from a gorgeous decor to a moment shared with a loved one, and wether it belongs to the tangible, or the sensitive,  the range of festivities is not only wide, but each minute renewed.

Un certain dresscode est exigé à bord du Venise-Simplon Orient-Express : casual chic pour le déjeuner, et tenue de soirée pour le dîner. N’ayez pas peur de sortir le grand jeu, car comme il est écrit dans le carnet de bord, « you can never be overdressed on the Venice Simplon-Orient-Express ». Bonne nouvelle !

Autant à Paris cette mes tenues extravagantes peuvent être facilement mal interprétées, et me récoltent hélas bien des regards et remarques désobligeantes, autant ici j’ai eu droit aux plus gentils compliments, je me souviens par exemple de cette dame qui s’est penchée à ma table pour me dire « I saw you how gorgeous you looked at lunch and I was looking forward to see your choice of outift for tonight ! », cela m’a tellement touchée ! Le dresscode fait partie intégrante du voyage, car ici, nous sommes tous des personnages d’Agatha Christie,alors quoi de mieux pour se fondre dans l’atmosphère que de porter une tenue qui correspond à l’époque ? En plus, c’est follement amusant ! J’avais choisi de porter un fourreau à sequins émeraudes de la marque anglaise The Pretty Dress, et en serpentant entre les tables avec ma robe de sirène, je me sentais complètement vamp du Old Hollywood. Penser mes tenues en fonction des lieux et des évènements est un pour moi une immense joie, et ce passe-temps n’aura jamais été aussi cohérent que dans le Venise-Simplon.

A certain dresscode is asked for on the Venise-Simplon Orient-Express : casual chic for lunch, and black tie for the evening. Do not be afraid of wearing your fanciest clothes, because as it is written on the carnet de bord, « you can never be overdressed on the Venice Simplon-Orient-Express ». That’s a good news! In Paris my excentric outfits can sometimes be misunderstood, which brings me a lot of nasty looks and comments, but there, I was treated with the nicest compliments all thourgh the day, like this lady who came to my table and said, ‘a valu que d’enthousiastes compliments, je me souviens par exemple d’une dame qui s’est penchée à ma table pour me dire « I saw you how gorgeous you looked at lunch and I was looking forward to see your choice of outift for tonight ! », how nice of her ! The dresscode is a big part of the trip, as here, we are all Agatha Christie characters, so what’s better for blending into the atmosphere than wearing something that matches with the era ? Plus, it’s so much fun ! 

Avant d’aller souper, nous avons pris un verre au bar 3674, et je recommande d’arriver assez tôt pour cela, car une heure plus tard le wagon était plein, et nous avons ainsi pu profiter du luxe d’avoir une table, car elles ne sont pas nombreuses. Un cocktail plus tard, puis deux -la carte étant immense, il aurait été dommage de ne pas en goûter plusieurs-,  le wagon s’était transformé en une fête digne de Gatsby le Magnifique, et nombreux étaient les passagers enfiévrés par les morceaux de ragtime endiablé que jouait le pianiste du train. L’effervescence en était presque palpable, avec cette urgence liée à la perspective de savoir que demain le rêve toucherait déjà à sa fin, ce qui rendait chaque moment d’autant plus précieux, et destiné à être vécu avec panache. Une belle métaphore des années 20 en somme

Before dinner, we had a drink a the 3674 bar, and I would recommend arriving early, because one hour later the car was packed, and we were happy to have our touble, because there are not many. One cocktail later, then two -there are so many on the menu that it would be a shame to not try several-, the wagon has turned into a party worthy of the Great Gatsby, and many were the guests that were electrified by the red-hot ragtime tunes played by the train’s pianist. The effervescence was almost palpable, with the urgency of knowing that tomorrow the dream was already ending, and this each moment until then should be precious, and lived in great style. A perfect metaphor of the reading 20’s ! 

 Mon seul regret est de ne pas avoir plus discuté avec les autres passagers, car je pense que tous ont  une histoire incroyable à raconter, étant donné que nul n’atterit ici par hasard. En effet, si parcourir l’Europe à bord du Venise-Simplon est un expérience unique à travers le temps, cela ne va pas sans un certain prix et, à l’heure où les all-inclusives et les resorts redoublent de promotions, le fait qu’il existe des esthètes prêts à mettre sur vingt-quatre heures ce qui pourrait leur assurer une à deux semaines de vacances ailleurs est fascinant. Parmi eux, il y a bien sûr de de riches privilégiés, mais aussi des couples ou familles venus fêter un anniversaire, un voyage de noce ou un anniversaire de mariage, et qui reviennent d’ailleurs parfois dix ou vingt ans après, des fous de trains, des japonais en kimono, des amoureux de la prohibition et des couples de retraités. Ils viennent goûter à un raffinement unique, s’aventurer à travers le temps, rechercher un peu de beauté et d’authenticité dans un monde qui en a de moins en moins.

My only regret is that I should have talked more with the other passengers, as I think that each of them has an amazing story to tell, considering that no one came here by accident. Indeed, riding through Europe on the Venise-Simplon is a truly unique experience across time, but it doesn’t come without a certain cost and, in an era where all-inclusives and resorts are fighting to offer the lowest prices, the fact that dozens of aesthetes are willing to put on a twenty-four hour ride what would give them one or two weeks of holidays elsewhere, is fascinating. Among them, there are of course wealthy happy fews, but also couples and families that came to celebrate a birthday, a honeymoon or a wedding anniversary, and that sometimes come back ten or twenty years later, train afficionados, Japanese tourists in kimono, prohibition lovers and retired lovebirds. They are here to taste one of the most unique form of refinement, to travel back through time, and to find beauty and authenticity in a world that seem to have lost it.

J’étais ravie de savoir que la voiture restaurant qui nous avait été attribuée pour le dîner du soir était l’Étoile du Nord, car c’est la plus ancienne ! Construite en 1926 en Angleterre, cette voiture appartenait à l’Étoile du Nord, autre train mythique de cette décennie, reliant Paris à Amsterdam. On y est entouré de marqueterie à fleurs, de riches rideaux de velours, de verres en fin cristal, de couverts en argent et de vaisselle en porcelaine, c’est un somptueux wagon, qui est de plus très chaleureux et intimiste avec ses tons fauves mêlés à l’or et au pourpre. Nous avions choisi le second couvert et ce fut parfait car il y avait assez peu de monde (il faut dire que l’art du Venise-Simplon est aussi de donner en permanence une impression de serenité et d’exclusivité), et cainsi on se sentait encore plus hors du monde et hors du temps, l’apanage des endroits les plus luxueux, en somme ! Je rêve encore de ce décor, comme c’était raffiné…

I was thrilled that the restaurant car that was attributed to us for the dinner was the Etoile du Nord, because it’s the oldest one ! Built in 1926 in England, this car used to be a part of l’Etoile du Nord, another mythical train of this decade, that was connecting Paris to Amsterdam. There, one can surrounded by inlaid wood with floral patterns, deep velvet curtains, precious cristal glasses, silver cutlery and porcelain plates, a somptuous wagon, that is also very warm and intimistic with its fawn tons adorned with crismon and gold details. We chose the second service and it was perfect because there were fewer people (but one of the Venise-Simplon biggest talents is that of giving a permanent impression of serenity and exclusivity, one can never feel crowded or hurried), and that made us feel even more out of the world and out of time, wich is the priviledge of the most luxuous places ! I’m still dreaming about this decor, it was of such refinement.

Notre marathon d’agapes se poursuivît donc au soûper, dont je vous donne le royal menu : blanc de turbot poêlé aux écailles de pommes de terre et de carpaccio de truffes, sauce au champagne – filet d’agneau rôti à l’huile d’argan et à l’ail doux, jus aux épices orientales, servi avec un tian de courgettes, d’aubergines, de poivrons et de tomates parfumé au thym citronné, et un taboulé aux feuilles de menthé poivrée – séléction du maître fromager – Mont-blanc aux marrons glacés – mignardises

Our marathon of agapes then continued with dinner, whose royal menu i’m sharing with you :  panfried turbot steak with tiny sliced potatoes scales and truffle carpaccio, champagne sauve – roast fillet of lamb coated with argan oil and sweet garlic, oriental spices jus, served with zucchini, eggplants, sweet peppers and tomatoes flavoured with lemon thyme, and tabbouleh with peppermint fresh leavs – selection of fine cheeses – Mont-blanc cake with candied chestnuts – mignardises.

Mention spéciale au turbot à la truffe et au champagne qui était une symphonie d’exquises saveurs. Je suis très mauvaise critique gastronomique, aussi je n’essaierais pas de chercher à vous décrire plus en détails ces impressions gustatives qui relèvent tant du monde du sensible, et qui sont donc éphémères par nature, mais bien que leur contours m’en échappent aujourd’hui, le souvenir d’une volupté lui, est resté. Étant une adepte du beau, c’est le moment dans son entièreté qui m’a séduite, le fait que tout autour de moi ne soit que raffinement, finesse et parfaite préciosité, voilà ce qui m’a fait vivre un rêve éveillé. Mais cette beauté, si elle règne de façon si totale, n’en est pas moins porteuse d’émotion, et c’est l’émotion de l’instant fugace et à la fois atemporel, d’une époque disparue et néanmoins ramenée à la vie, telle un miracle, mais aussi l’émotion simple des bonnes choses, du repas partagé et du plaisir du palet.

I particularly enjoyed the turbot with truffles and champagne, that was a symphony of exquisite flavours. Being a very bad food critic, I won’t try to describe in more details these gustatory impressions that belong so much to the world of the sensible, and so ephemeral in nature, but even though their contours are disappearing, the memory of of a voluptuosity still lingers on. Being a strong supporter of the beautiful, it’s the moment in its entirety that seduced me, the fact that everything was nothing but refinement, finesse and perfect preciosity, here is what made me live a daydream. But this beauty, even if it reigns in such a total way, is nevertheless carrier of emotion, and it’s the emotion of a fleeting instant and yet timeless, of a lost era that is brought back to life, like a miracle, and, it’s also the simple emotion of the good things, like a shared meal and the pleasure of the palet.

Autres choses que j’ai adorées, ce sont les charmantes attentions portées à tout moment par le personnel, il doit y avoir deux cents personnes à bord et pourtant, ils se souviennent de la langue que vous parlez, d’où vous venez, du vin que vous avez bu à midi, et de ce que vous aimez manger (pour moi, c’était le fromage et je fus donc servie plus que copieusement !). Cela me touche profondément, étant comme Blanche Dubois, depuis toujours « dépendante de la gentillesse des inconnus ».

Another thing that I adored, it’s the cute attentions that are given at all times by the staff members, there must be two hundred persons on board and yet, they remember the language that you speak, where you come from, the wine you had for lunch, and what type of food pleases you the best (mine is cheese so they served me copiously !). This touched me very deeply, having always been, like Blanche Dubois, dependant « on the kindness of strangers ». 

Cela nous amène à une autre dimension du Venise-Simplon -décidément, il y en a tant !-,  celle des rencontres que l’on y fait, et qui sont surprenamment nombreuses pour un trajet si court ! Ce soir-là, le directeur du train, que nous avions déjà rencontré en fin de matinée, est venu se poser un moment avec nous à table, et il nous a raconté un tas d’anecdotes passionnantes à propos de ses nombreuses voyages à bord du train, et des destinations spéciales qu’il avait effectuées, notamment en Pologne, ce qui m’a fait plaisir. Je dois dire que je l’envie tout particulièrement d’avoir un travail aussi intéressant, moi qui suis tellement nomade dans l’âme…Grâce à lui, nous avons appris que cette soirée était la dernière de la saison, ce qui a rendu notre périple d’autant plus exceptionnel ! En effet, dès lendemain, et ce après ces quelques six mois d’intense proximité, les membres du personnel s’en allaient poursuivre leurs autres activités aux quatre coins du monde. Quand au train, c’est à la restauration qu’il se destinait.

This brings us to another dimension of the Venise-Simplon -there are decidedly so many !-, that of the meetinsg that one can make there, which are suprisingly numerous for such a short trip ! That evening, the train manager, which we had met earlier during the day, came to sit with us for a moment, and told us many fascinating stories about his many trips throughout the years, and the special destinations he took part of, including Poland, which made me happy. I must say that I’m very envious of his fantastic job, having a nomad soul as well…Thanks to him, we learned that this evening was the very last of the season, which made our journey even more special ! In fact, the next day, and after six months or so of intense proximity, all the members of the staff were leaving to pursue their separate lives in various regiosn of the world, while the train was going to restoration.

Puis, le chef Christian Bodiguel est venu converser avec nous, il nous a parlé de ses trente-quatre saisons à bord du Venise-Simplon, de la jolie maison d’hôtes qu’il tient près d’Avignon, et des chasses aux truffes qu’il y organise (miam !). Nous en avons appris un peu plus sur la vie du personnel dans le train, notamment qu’ils dorment dans deux wagons qui leurs sont réservés, sauf les chefs de voiture qui ont chacun leur cabine au sein du wagon dont ils ont la charge. Cette vie doit, on l’imagine, être aussi étrange qu’extraordinaire ! Et pour joindre la vue aux mots, il nous a proposé de visiter les cuisines, qui sont minuscules : 12m2, imaginez donc la virtuosité avec laquelle l’équipe doit à chaque repas transformer le réel en merveilleux. C’est époustouflant. Avec un tel espace réduit, l’ambiance qui y régnait était bien sûr électrique et potache !

Then, the chef Christian Bodiguel joined us for a chat, telling us about his thirty-four seasons aboard the Venise-Simplon, but also the cute bed and breakfast he owns close to Avignon, and the truffle hunts he hosts there (yummy !). We learned a little more about the lifestyle of the staff on the train, like the fact that they all sleep in two reserved cars, except for the cabin managers who have their own compartment at the end of each wagon.  This life must surely be as insane as it is extraordinary ! The, we were treated to a tour of the kitchen, which doesn’t takes long as it is only 12m2, imagine that ! Surely they have to be cooking and agility maestros for being able to turn reality into magic in such a small space. It’s astonishing.

Lorsque nous regagnons notre cabine, surprise, c’est un tout autre décor que nous retrouvons car durant notre absence, elle a été transformée en coquette chambre à coucher ! J’aurais aimé pouvoir vous montrer en détail le savoir-faire avec lequel avaient été disposés au sol les chaussons et les petits tapis monogrammés, car il faisait trop sombre pour les photos, mais vous voyez un peu de cette expertise sur le lit. Évidemment, on se couche à regret, car dormir c’est un peu partir, mais la nuit y est bonne, pour ma part j’avais pris la couchette du haut, et cela m’a ramené dans mon enfance quand je construisait des cabanes avec des couettes et des oreilles, excepté que celle-là est bien sûr cent mille fois plus luxueuse ! C’est vraiment très agréable de s’assoupir ainsi en se sentant hors du monde, de se sentir comme protégé dans cet espace chaleureux et intimiste.

As we went back to our cabin, surprise, it’s a whole new setting that we discovered, as while we were away, it was transformed into a cosy bedroom ! I would have loved to show you how pretty the setting was on the floor, with slippers and white monogramed mats carefully arranged, but you can see a bit of this expertise on the bed. Needless to say, I wasn’t looking forward to going to bed, as in a way, sleeping also means leaving , but the night was good, I was on the upper bad and loved how it made me feel like when I was a kid and was building little shacks, except this one is a billion times more luxuous !  It’s incredibly pleasant to fall asleep when you feel disconnected from the world, protected in this warm, intimistic space.

L’arrivée est proche, mais heureusement reste un temps fort, et c’est le petit déjeuner ! Au réveil, nous sonnons notre chef de voiture (ça faut très chic de dire ça, j’en conviens), il transforme notre chambre en version jour dans un temps record,  et nous sers le plus joli des plateaux, ce qui fend un peu le cœur car on sait qu’il s’agit de notre repas d’adieu. Néanmoins, il nous restait deux bonnes heures avant de mettre le pied à quai, aussi nous avons tâché d’en profiter au maximum, en prenant le temps de savourer ce petit déjeuner royal, alanguies sur la banquette dans nos peignoirs bleu et blanc aux armes du Venise-Simplon. Ah, si tous les matins pouvaient être ainsi !

The arrival is close, but thankfully, there is still a highlight ahead of us, and that is the breakfast ! We woke up, rang our car’s manager (how fancy it sounds to say that !), who transformed our room back to its day version in an impressive short amount of time, and served the prettiest of plate to our hungry selves, which was a bit heartbreaking in a way as we both knew that this was going to be our last meal. Nevertheless, we still had two hours before stepping on the platform, so we made sure to take the time to enjoy this royal breakfast, comfortably reclined on our seat, wearing these gorgeous white and blue Deco kimonos. If only every morning could be like this one !

Arrivées à Paris aux alentours de huit heures du matin, il faut se résoudre à l’inconcevable : il est temps de partir ! Voilà le seul point négatif de ce train, c’est qu’hélas, il faut en descendre un jour. Alors, un dernier au revoir au personnel, un dernier regard en direction du train, qui semble ne jamais avoir été aussi beau, comme pour nous narguer, et nous voilà à nouveau plongées dans la vie moderne, le choc est rude ! Mais ce n’est rien comparé aux milliers de souvenirs qui vont s’acheminer dès ce jour dans notre mémoire, et la gratitude d’avoir pu vivre cette expérience incroyable. Ma chance cette semaine-là était d’ailleurs sans limite, car le soir même de mon retour, ainsi que le lendemain, j’allais assister à la revue de Dita Von Teese au Casino de Paris, alors autant vous dire que j’étais assez en veine, j’arais peut-être dû jouer au loto d’ailleurs…

We arrived in Paris around eight in the morning, and had to face the inconceivable : it is now time to leave ! Here is the only negative point about this train, is that, sadly, you have to step out of it at some point. So, a last goodbye to the staff, a last look at the train, which seems that have never looked that beautiful, and off we went to the modern world, and boy was it though ! But this is nothing compared to the thousands of souvenirs that are making their way to our memories, and the gratitude of having been able to live such an amazing experience. My chance that week was without limits, because on the evening of my return to Paris, and the next day after that, I had seats for the Dita Von Teese show at the Casino de Paris, so needless to say that I was pretty fortunate, I should have tried the lottery perhaps !

Au revoir le Venise-Simplon-Orient-Express ! Mais surtout, à bientôt j’espère…

Goodbye the Venise-Simplon-Orient-Express ! I dearly hope to see you again someday…

Avec amour,

Louise




Source link

قالب وردپرس

Mode

Les aventuriers de Kids on the Moon

admin

Published

on

By


Créer des pièces confortables, vivantes et pointues, inspirées de l’imaginaire créatif des enfants : voici le mantra de Kids on the Moon. Pour la collection printemps-été 2019, la marque polonaise dévoile des silhouettes looses, aérées, empreintes de vibes estivales et de souvenirs d’enfance. Avec des imprimés minimalistes, des couleurs douces, du lin et coton pur.

Chaque saison, Kids on the Moon conte des histoires à travers des modèles drôles et conforts pour tous les jours. Cette saison, la collection”Playground” se veut être le compagnon des folles escapades et des rêves en grand. Ambiance sortie de plage et cheveux salés. Des robes et jupes légèrement  tie & dye, des tee-shirts et pulls loose à messages pour laisser place à l’imagination enfantine et leur créativité débordante.

Un collection pensée pour les petits curieux, les rêveurs et avides de nouvelles aventures. Avec comme terrain de jeu, le monde entier.


kidsonthemoon.com



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Mode

Pink lady by Karla Jean Davis

admin

Published

on

By


Look crazy pour Olive aujourd’hui. Vêtue d’une robe créateur de Caroline Bosmans associée à des chaussettes sportswear, elle est pile dans la tendance Athleisure!


Karla Jean Davis/ Réalisatrice/ USA

Deux filles: Olive et Ora

Excentrique/ Crazy/ décalé


 



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Mode

Bobo Choses – To Make a Garden

admin

Published

on

By


La marque espagnole sort sa nouvelle collection printemps/été 2019 “To Make a Garden”. Et cette saison, elle sensibilise à la protection des abeille. Comment ? En s’occupant de son jardin, en plantant, encore et encore. Un petit pas pour de grands résultats !



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Santé Et Nutrition4 jours ago

Une boisson frappée végétalienne pour tous les amateurs de desserts

Santé Et Nutrition4 jours ago

Cet été, ajoutez de la saveur à vos pâtes

Santé Et Nutrition4 jours ago

Une nouvelle technologie donne plus de libertés aux personnes atteintes de diabète

Santé Et Nutrition4 jours ago

Une nouvelle façon de percevoir le diabète de type 1

Santé Et Nutrition4 jours ago

Comment freiner la crise des opioïdes dans les petites villes

Styles De Vie4 jours ago

Les jeunes et les opioïdes : Ce que les parents doivent savoir

Styles De Vie4 jours ago

Prenez soin de vous cet été

Styles De Vie4 jours ago

Survivre à un voyage en famille

Styles De Vie4 jours ago

Magasiner pour un véhicule en 2019

Styles De Vie5 jours ago

5 bonnes raisons de louer un bateau de plaisance

Affaires2 mois ago

Le stress financier affecte-t-il votre santé physique et mentale ?

Affaires2 mois ago

Les plans de location avec option d’achat vous conviennent-ils?

Affaires2 mois ago

Utiliser votre auto comme garantie pour un prêt : ce qu’il faut savoir

Affaires2 mois ago

Les fraudes par carte de crédit sont de plus en plus fréquentes – quoi faire si vous en êtes victime

Affaires2 mois ago

Vous achetez une maison? Attention à la fraude hypothécaire

Affaires2 mois ago

Cinq arnaques susceptibles de tromper même les personnes les plus avisées – comment vous protéger

Affaires2 mois ago

Les inconvénients financiers d’être trop aimable

Affaires2 mois ago

Voici une astuce simple pour s’enrichir

Affaires2 mois ago

Faites fructifier vos placements en un clic

Affaires2 mois ago

Utiliser pour la première fois des services bancaires au Canada

Anglais11 mois ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie12 mois ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais10 mois ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais10 mois ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition12 mois ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition11 mois ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais9 mois ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Anglais8 mois ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Styles De Vie1 année ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Mode10 mois ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais11 mois ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Anglais1 année ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Anglais8 mois ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Anglais11 mois ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Technologie8 mois ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais11 mois ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais9 mois ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais9 mois ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Styles De Vie9 mois ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Styles De Vie9 mois ago

quel avenir pour le Carré des Horlogers?

Trending