Connect with us

Santé Et Nutrition

Où sont les échantillons sanguins infectés par Ebola?

Published

on

[ad_1]


Lors de l’épidémie qui a fait plus de 11 000 morts en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016, des scientifiques ont récupéré des milliers de prélèvements sanguins pour leurs recherches. Sans toujours respecter l’éthique.

Septembre 2017, tarmac de l’aéroport de Conakry, en Guinée. Un petit avion gris de la compagnie américaine Phoenix Air s’apprête à décoller en direction des États-Unis. À son bord, une mystérieuse cargaison : une vingtaine de boîtes scellées, embarquées par une équipe de scientifiques américains. Dans quelques heures, elles atterriront de l’autre côté de l’Atlantique avant d’être acheminées à Atlanta, au quartier général des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), l’agence chargée de la santé publique aux États-Unis. À l’intérieur : des centaines d’échantillons biologiques, tous contaminés par Ebola, l’un des virus les plus mortels de la planète.

Prélevés afin de diagnostiquer des patients durant l’épidémie qui a frappé l’Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016 (plus de 11 000 morts), ils étaient depuis plusieurs mois dans la ligne de mire du département d’État américain. Sa crainte ? Que ces fioles, jusque-là stockées à Conakry dans des congélateurs fermés par de simples cadenas, finissent entre de mauvaises mains ; celles de terroristes désireux de semer la panique ou de laborantins inexpérimentés susceptibles de propager accidentellement le virus.

Dans le laboratoire de haute sécurité du CDC — un « P4 » dans le jargon, là où sont étudiés les agents pathogènes les plus dangereux —, les échantillons ont ainsi été irradiés pour les rendre inoffensifs, puis rapatriés en Guinée. « Les détruire sur place aurait été plus simple, mais il aurait été dommage de perdre tous ces prélèvements, d’autant que certains sont accompagnés de données médicales ou biologiques très utiles pour mieux comprendre l’évolution de la maladie », explique le docteur Pierre Rollin, épidémiologiste spécialiste d’Ebola, qui a supervisé les opérations à Atlanta. Selon lui, « le but était de choisir la méthode la plus sûre et aussi celle qui abîmait le moins les prélèvements ».

Une mine d’informations sur le virus

Ces échantillons se trouvent aujourd’hui dans la banlieue de Conakry, dans le Laboratoire national des fièvres hémorragiques, un bâtiment en demi-cercle posé au bout d’une piste en terre. C’est ici que travaille la docteure Aïssatou Bah, membre de l’équipe chargée d’accompagner les fameuses boîtes à Atlanta en 2017. Elle a gardé sur son smartphone les photos prises tout au long de la mission : les 4×4 aux vitres fumées qui ont acheminé cette cargaison très particulière vers l’aéroport ; les boîtes, empaquetées dans de simples cartons frappés d’inscriptions bleues ; le QG du CDC, où elle a pu observer leur irradiation abritée derrière une épaisse vitre.

Combien d’échantillons ont ainsi été exportés ? Un document photographié par la docteure Bah mentionne un total de 1373 échantillons. Mais comme le chef du laboratoire guinéen, le docteur N’Faly Magassouba, elle dit ne pas se rappeler du nombre exact. Le CDC aussi reste très évasif. « Les boîtes sont arrivées scellées et sont reparties scellées. Je ne sais pas si elles étaient pleines ou vides ou à moitié pleines », assure le docteur Pierre Rollin, en précisant qu’aucun échantillon de la Guinée n’a été gardé à Atlanta.

Selon nos informations, une autre mission américaine a été menée au Liberia pour sécuriser les quelque 5000 échantillons inventoriés par l’armée américaine et stockés à l’Institut national pour la recherche biomédicale (LIBR), à Monrovia, la capitale. Ceux-là ont été expédiés dans le Maryland, à Fort Detrick, siège du plus important complexe de recherche en biodéfense des États-Unis. Le site est partagé entre les National Institutes of Health (NIH), l’institution chapeautant toute la recherche publique américaine, et l’United States Army Medical Research Institute of Infectious Diseases (USAMRIID), la branche de l’armée chargée de lutter contre la propagation — accidentelle ou intentionnelle — de virus tels qu’Ebola.

« Nous les avions initialement catalogués pour créer une biobanque au Liberia afin que les générations futures puissent conduire des recherches sur cette épidémie, mais le département d’État, pour des raisons de sécurité, a souhaité les transférer aux États-Unis pour les inactiver », témoigne Randal Schoepp, spécialiste des fièvres hémorragiques à l’USAMRIID, qui a participé en 2014 à la création d’un centre de diagnostic Ebola au Liberia.

Les échantillons ainsi sécurisés par les Américains ne représentent qu’une fraction du sang prélevé pendant l’épidémie. Selon les données inédites de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) obtenues par Le Monde, près de 269 000 prélèvements ont été réalisés, dont près de 24 000 positifs, dans les trois pays touchés par l’épidémie. La Sierra Leone a ainsi déclaré 151 000 échantillons, le Liberia 71 000 et la Guinée 47 000.

Analysés en majorité sur place par des équipes venues d’Europe, des États-Unis, du Canada, de Chine ou encore de Russie, ils avaient initialement été collectés à des fins de diagnostic, mais constituent aujourd’hui pour les scientifiques une mine d’informations sur ce virus encore mystérieux.

Un contexte d’urgence

« C’est la première fois que nous pouvons étudier certaines questions », s’enthousiasme John Dye, chercheur à l’USAMRIID, qui étudie les anticorps présents dans le plasma des personnes convalescentes. « Le virus évolue-t-il au cours du temps, et si oui, comment ? De quelle façon modifie-t-il les paramètres biologiques d’une personne infectée ? La réponse immunitaire des survivants de 2016 est-elle la même que celle des survivants de 1976 ? » demande le militaire.

Pour être les premiers à décrocher une publication prestigieuse dans les revues Science ou Nature, mais aussi pour profiter des quelque 400 millions d’euros investis par les États et les organisations internationales dans la recherche sur Ebola pendant l’épidémie, les spécialistes se sont ainsi engagés dans une compétition sans merci pour mettre la main sur les précieux échantillons. « Il y avait beaucoup de concurrence et les pays touchés par Ebola n’étaient pas en position de dire non, car ils avaient besoin d’aide pour contrôler l’épidémie », souligne Éric Delaporte, chercheur à l’Institut de recherche et de développement à Montpellier, dont l’équipe assure le suivi d’une cohorte de survivants en Guinée.

La Guinée était une passoire. Les avions des Nations unies qui acheminaient le matériel et les équipes médicales se posaient n’importe où, hors de contrôle des douanes, hors de contrôle de la police, hors contrôle total. Dans ces conditions, il n’était pas possible de sécuriser les échantillons. C’était le fouillis.

Dans ce contexte d’urgence, la trace d’une grande partie des échantillons s’est vite perdue. « Nos priorités étaient la rapidité et la fiabilité des diagnostics », insiste Michel Blanchot, ancien pharmacien au Service de santé des armées (SSA) français, qui a contribué à l’organisation des laboratoires en Guinée.

Une fois les examens réalisés, de nombreux scientifiques ont, selon lui, conservé les sérums prélèvements les plus intéressants pour les envoyer à leur « base arrière » et les étudier. « La Guinée était une passoire, raconte-t-il. Les avions des Nations unies qui acheminaient le matériel et les équipes médicales se posaient n’importe où, hors de contrôle des douanes, hors de contrôle de la police, hors contrôle total. Dans ces conditions, il n’était pas possible de sécuriser les échantillons. C’était le fouillis. » Selon M. Blanchot, des échantillons peuvent très bien avoir voyagé dans une simple valise ou par la poste. Une bonne partie aurait aussi été détruite au fur et à mesure.

Une diplomatie du sang

Nombre d’entre eux ont été expédiés de façon plus officielle, mais tout de même opaque. « Il y a eu des accords bilatéraux auxquels je n’ai pas eu accès », indique Pierre Formenty, responsable du département des fièvres hémorragiques virales à l’OMS, citant notamment des discussions entre l’Europe et les ministères de la santé de la Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia. Le scientifique admet ne pas avoir été davantage informé des missions américaines. « Un dossier très technique, auquel s’ajoutent des considérations politiques », commente-t-il.

En coulisses, une véritable diplomatie du sang s’est ainsi mise en place entre les pays touchés et les instituts de recherche qui hébergent désormais une partie de cette matière première très précieuse pour développer de nouvelles armes contre le virus (diagnostics, médicaments, vaccins). L’OMS a bien tenté un inventaire, mais celui-ci n’a jamais été achevé, et l’idée de créer une biobanque afin de partager cette ressource est elle aussi tombée aux oubliettes.

Pendant plusieurs mois, Le Monde a mené l’enquête pour retrouver la piste de ces échantillons contaminés. En France, au Royaume-Uni ou encore aux États-Unis, nos demandes d’informations se sont souvent heurtées au « secret-défense », et de nombreux instituts de recherche ne nous ont pas communiqué de chiffres précis.

Il a fallu plus d’un an de procédures officielles et près d’une centaine d’emails pour obtenir certains détails du Royaume-Uni, qui a rapatrié au moins 10 000 prélèvements de la Sierra Leone, avec les données médicales correspondantes.

Cette ressource biologique est accessible depuis peu aux scientifiques dans le cadre d’une « biobanque », chargée de gérer les collections d’échantillons, de sélectionner les projets de recherche et de veiller au respect des accords passés avec le pays pour l’exploitation des échantillons.

De son côté, le CDC américain, qui a testé 26 000 échantillons en Sierra Leone, indique en avoir transporté « plusieurs centaines », mais n’avoir à ce jour aucun accord des autorités du pays pour les exploiter.

En Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, les officiels rencontrés ne sont guère plus loquaces. Certains ont donné leur feu vert aux exportations, mais ils avouent ne pas toujours être au courant de ce que sont devenus les échantillons.

« Pour nous, c’étaient des déchets dont il fallait se débarrasser », indique le docteur Sakoba Keïta, responsable national, en Guinée, de la lutte contre Ebola entre 2014 et 2016. « Pendant l’épidémie, on n’avait pratiquement pas de contrôle sur les échantillons, assure-t-il. Pour nous, ils étaient systématiquement détruits. C’est après qu’on s’est rendu compte qu’ils avaient un intérêt scientifique pour certains laboratoires », poursuit celui qui dirige désormais l’Agence nationale de sécurité sanitaire de son pays. « Des échantillons ont été volés et sont partis sans le feu vert du Liberia », estime pour sa part le docteur Stephen Kennedy, l’un des scientifiques les plus impliqués dans la lutte contre Ebola dans ce pays.

Face aux chercheurs africains qui s’interrogent sur le devenir et la propriété du sang de leurs concitoyens, les institutions occidentales admettent que ce qui s’est passé durant cette épidémie soulève des questions inédites.

Les chercheurs face à la question du biopiratage

L’Institut Bernhard-Nocht (BNI), à Hambourg (Allemagne), héberge l’une des plus importantes collections de prélèvements. Posée sur les rives de l’Elbe, cette bâtisse de briques rouges est l’un des plus anciens centres de recherche du monde sur les maladies tropicales. Un P4 y accueille les virus les plus dangereux, ceux pour lesquels il n’existe aucun traitement connu : Marburg, Lassa, Crimée-Congo, et bien sûr Ebola. Plusieurs milliers d’échantillons prélevés en Guinée et en Sierra Leone s’y entassent dans des congélateurs à –80 °C. Sous les hottes, deux chercheurs vêtus de combinaisons gonflables manipulent avec précaution une série de tubes à essai.

Le maître des lieux, Stephan Günther — un virologue de renommée mondiale —, pilotait pendant l’épidémie les laboratoires mobiles déployés par l’Europe pour prêter main-forte aux pays concernés. Baptisé EMLab, ce consortium européen a testé plus de 22 000 échantillons en deux ans, dont 3500 positifs. Pour répondre aux questions du Monde, le docteur Günther plonge dans ses archives.

Ils utilisent mon sang pour faire leurs recherches, gagner leur argent, tandis qu’ici nous souffrons. Ils vont pouvoir produire des médicaments, et ces médicaments ne seront pas gratuits.

Selon ses statistiques, environ la moitié des quelque 13 000 prélèvements effectués en Guinée auraient été transférés au BNI, en vrac, et sans données cliniques sur les patients. « Nous ne les avons pas tous triés, souligne le scientifique, qui ne voit pas l’intérêt de se lancer dans une tâche aussi fastidieuse dans l’immédiat. Nous sommes arrivés au bout de ce que nous pouvons faire avec les technologies actuelles. »

Ce trésor — qui pourrait être utile dans « dix ou vingt ans » — reste la propriété de la Guinée et lui sera restitué « dès que le pays disposera d’infrastructures adéquates », tient-il à souligner.

Des accords de recherche ont été passés avec la Guinée et la Sierra Leone mais, de l’aveu même du chercheur, ils ne règlent pas toutes les questions. « Les États se considèrent comme les propriétaires des échantillons, mais est-ce bien le cas ? Je dirais plutôt qu’ils appartiennent aux patients, avance Stephan Günther. Quel est le bon interlocuteur pour négocier ? Cela n’est pas clair, il n’y a pas de règles. »

La question se pose avec d’autant plus d’acuité que le protocole de Nagoya — dont la finalité est de combattre la biopiraterie — est entré en vigueur le 12 octobre 2014, quelques mois seulement après le début de l’épidémie. Il définit « des obligations concernant l’accès et le partage des avantages associés à l’échange d’agents pathogènes » — l’accès à des traitements abordables, par exemple — mais son application dépend beaucoup des législations nationales.

Le consentement, a priori indispensable

Outre le BNI de Hambourg, le consortium EMLab comprend le centre de recherche de Public Health England (PHE), à Porton Down, au Royaume-Uni, et le laboratoire P4 de l’INSERM, à Lyon. Créé il y a vingt ans, celui-ci est le premier à avoir reçu des échantillons contaminés par Ebola, en 2014, et à avoir identifié le virus. Sans avancer de chiffre précis, le directeur du P4, Hervé Raoul, indique qu’« un millier d’échantillons » de l’épidémie y sont stockés. Une partie a été expédiée en France depuis le laboratoire de l’Institut Pasteur installé à Macenta, dans le sud-est de la Guinée.

Spécialisée dans les infections virales émergentes, l’équipe dirigée par le chercheur Sylvain Baize souhaitait alors étudier le développement de la maladie ainsi que la réponse immunitaire des patients infectés. « Nous avons obtenu le feu vert du comité d’éthique de la Guinée et de Pasteur pour les utiliser, mais cela a pris beaucoup de temps car nous n’avions pas le consentement des patients », indique le chercheur. De fait, celui-ci est en principe indispensable pour conduire des recherches sur des échantillons prélevés à des fins de diagnostic mais, dans l’urgence, de nombreux projets de recherche sur Ebola s’en sont passés, et des milliers d’échantillons n’ont aujourd’hui pas de statut clair.

« Pour pouvoir les réutiliser à des fins de recherche, il faut recontacter les patients, sauf si vous pouvez démontrer que cela n’est pas possible », explique Virginie Pirard, responsable des questions d’éthique à l’Institut Pasteur, en citant l’article 32 de la déclaration d’Helsinki qui encadre depuis 1964 la recherche biomédicale sur les êtres humains. « Seuls les comités d’éthique nationaux des pays touchés par l’épidémie ont la possibilité d’outrepasser cette absence de consentement et de donner leur accord. »

Aurait-on pu faire autrement ? Pierre Formenty, de l’OMS, en est convaincu : « Pour les essais cliniques, on prend le temps de lire aux patients un questionnaire d’une dizaine de pages et d’expliquer ce qu’est une vaccination, explique ce vétéran de la lutte contre Ebola. Pour un diagnostic, on peut bien prendre quelques minutes pour poser deux questions : êtes-vous d’accord pour qu’on vous teste, et si on fait ce prélèvement, seriez-vous d’accord pour qu’on fasse d’autres analyses ? Aujourd’hui, la règle est de dire : la recherche, ce n’est pas votre affaire. Je pense au contraire que c’est l’affaire des malades et de leurs familles. »

L’anonymat des patients non garanti

Plus préoccupant, dans certains cas, l’anonymat même du patient n’était pas garanti. Il s’agit pourtant d’une règle d’or de la recherche biomédicale. Comme a pu le constater Le Monde à Kenema, en Sierra Leone, les numéros d’identification utilisés pour « coder » les échantillons figurent aussi sur les certificats de guérison des survivants. Ces matricules, qui commencent tous par un « G », apparaissent aujourd’hui dans les bases de données mises en ligne par des chercheurs, et il n’est guère difficile de retrouver les patients qui se cachent derrière.

Pour Pierre Formenty, cette absence de respect de l’anonymat des patients « n’est pas normale ». « Le fait de pouvoir identifier des patients à partir de détails épidémiologiques ou de données de laboratoire n’est malheureusement pas rare dans les papiers scientifiques », précise-t-il.

« Grâce à mon sang, ils vont pouvoir produire des médicaments, et ces médicaments ne seront pas gratuits, ils seront vendus, et je n’aurai rien. »

Un scientifique français désireux de rester anonyme s’avoue pour sa part « choqué » par les informations médicales transmises chaque jour par l’OMS à des centaines de destinataires avec des adresses Yahoo ! ou Gmail non sécurisées. « On avait un fichier Excel avec l’historique de tous les patients de la Guinée, avec tous les noms, les dates de naissance, les villages, l’issue fatale ou non. Tout cela circulait allègrement. C’était plus que limite », estime-t-il.

« Ils ne m’ont pas demandé mon accord, confirme Isaac Seeman, un survivant libérien d’Ebola. J’aurais dit non, mais ils ne m’ont pas demandé mon avis. » Il ne se doutait pas que l’échantillon de son sang serait probablement emporté par avion jusqu’au laboratoire du NIH aux États-Unis. Sa femme et ses trois enfants sont morts d’Ebola et sa vie est difficile aujourd’hui. D’où son amertume. « Ils utilisent mon sang pour faire leurs recherches, gagner leur argent, tandis qu’ici nous souffrons. »

Pendant qu’il était malade, des voleurs ont tout pris de chez lui et il a perdu son poste de gardien. À sa sortie de l’hôpital, il n’avait plus qu’une chemise et un pantalon. « Ils vont pouvoir produire des médicaments, et ces médicaments ne seront pas gratuits, ils seront vendus, et je n’aurai rien… Nous devrions obtenir une compensation. »

Ce projet d’enquête a été financé par le Centre européen de journalisme (EJC) grâce à son programme de bourse consacrée à la santé mondiale « Global Health Journalism Grants Programme for France », soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Publié le 22 janvier 2019 sur Lemonde.fr

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Santé Et Nutrition

Démystifier la dyslexie

Published

on

By

(EN) Les enfants entament une nouvelle année scolaire au cours de laquelle ils vont se faire des amis, s’adapter à leurs nouveaux enseignants et faire face à de nouveaux défis. Certains d’entre eux auront plus de difficultés que d’autres, mais comment savoir si un trouble d’apprentissage ne nuit pas à votre enfant et à sa capacité de réussir ?

L’un des troubles les plus fréquents est la dyslexie. Environ 15 % des Canadiens en sont atteints et pourtant, selon une étude récente, moins d’un tiers d’entre nous serait capable d’en reconnaître les signes.

Bien que la dyslexie ne se guérisse pas, il est possible de la contrôler grâce à une détection précoce et à un enseignement adéquat. C’est pourquoi il est important de pouvoir reconnaître la dyslexie.

Voici ce qu’il faut savoir :

Qu’est-ce que c’est ? La dyslexie est un trouble d’apprentissage qui se caractérise par des difficultés à identifier les sons produits en parlant et à reconnaître les lettres, les mots et les chiffres. Le cerveau interprète mal les sons, les lettres et les chiffres quand il les assemble et en arrive souvent à tout mélanger, ce qui est déroutant pour la personne. La dyslexie touche tout le monde de la même façon, sans considération de genre et peu importe le milieu socio-économique ou l’origine ethnique de la personne.

Que peut-on faire ? Si vous pensez que votre enfant peut être dyslexique, n’attendez pas pour réagir. Il existe de nombreux tests à passer en ligne qui peuvent vous aider à l’identifier. Si vous croyez que c’est le cas, demandez à accéder à des ressources supplémentaires à votre école ou communiquez avec un tuteur spécialisé en littératie structurée. Faites appel à des groupes d’entraide pour en apprendre davantage.

Comment favoriser la réussite ? « Ce n’est pas parce qu’une personne a reçu un diagnostic de trouble d’apprentissage qu’elle ne peut pas réussir dans la vie. Ses apprentissages se font tout simplement d’une manière différente », explique Christine Staley, directrice générale de Dyslexia Canada. « Une détection précoce et un enseignement adéquat en lecture sont essentiels pour contrôler la dyslexie et ouvrir la voie à un brillant avenir. »

Continue Reading

Santé Et Nutrition

Les extincteurs portatifs améliorent la sécurité à domicile

Published

on

By

(EN) Lorsqu’un incendie se déclare, chaque seconde compte. S’ils sont utilisés rapidement et de façon efficace, les extincteurs de feu portatifs peuvent aider à sauver des vies. C’est pourquoi ils font partie de ces éléments importants qui permettent d’assurer votre sécurité et celle de votre famille à domicile.

Suivez ces conseils concernant la façon d’utiliser un extincteur de feu et le meilleur endroit pour l’installer afin d’être prêt en cas d’urgence :

Comparez les caractéristiques. Choisissez un extincteur résidentiel doté d’une goupille de métal et d’un levier de commande, aussi durable qu’un extincteur de qualité commerciale, ainsi que d’un manomètre à code couleur facile à lire afin de vous assurer que l’appareil est chargé. Sachez qu’il n’est pas sécuritaire d’utiliser un extincteur qui a déjà été déchargé, surtout qu’il existe maintenant des extincteurs rechargeables qui peuvent être rechargés par un professionnel certifié si vous avez utilisé l’appareil.

Sachez comment vous en servir : Tous les extincteurs de feu sont vendus avec des instructions d’utilisation. Toutefois, plus de 70 % des consommateurs qui possèdent un extincteur affirment ne pas se sentir à l’aise de le faire fonctionner. Solution pratique et conviviale, le pulvérisateur d’incendie First Alert est une bombe aérosol au design simple qui constitue un dispositif supplémentaire efficace pour les incendies domestiques. Grâce à une buse précise qui permet de pulvériser sur une grande surface, l’utilisateur peut mieux contrôler l’application. De plus, comme il n’y a pas de goupille à tirer ni de levier à serrer, il est possible d’éteindre un incendie rapidement.

Gardez à portée de la main : Lorsque chaque seconde compte, il est essentiel d’avoir un extincteur de feu à proximité afin de réagir rapidement. Il est préférable de placer un extincteur à chaque étage de la maison et dans les pièces où le risque d’incendie est plus élevé, comme la cuisine et le garage. La National Fire Protection Association (NPFA) recommande d’installer des extincteurs à la sortie des pièces afin de les décharger et de vous sauver rapidement par la suite si l’incendie ne peut être maîtrisé.

Sachez quand quitter la maison. Une des composantes d’un plan d’intervention en cas d’incendie consiste à essayer d’éteindre un petit incendie avec un extincteur de feu, mais l’objectif principal doit être l’évacuation de la famille en toute sécurité. Un extincteur n’est pas un substitut à la mise en place d’un plan d’évacuation résidentielle en cas d’incendie, qui doit être pratiqué régulièrement, ni à l’installation d’avertisseurs de fumée fonctionnels dans toute la maison – un à chaque étage et dans chaque chambre, afin de permettre la détection rapide d’un incendie.

Continue Reading

Santé Et Nutrition

Comment aider un bébé à développer son goût

Published

on

By

(EN) Un bébé qui n’est pas encouragé à manger une variété d’aliments dès son plus jeune âge aura de fortes chances à devenir un enfant difficile qui n’acceptera que ses plats préférés, comme des croquettes de poulet ou des hotdogs.

Pour faire en sorte que votre bébé soit ouvert et enthousiaste lorsque vient le moment d’essayer de nouveaux aliments, Nanny Robina, l’une des plus grandes expertes en matière d’éducation des enfants au Canada, vous propose des conseils pour faire de votre un enfant un gourmet aventureux :

  • Offrez de la variété. Restez constants et introduisez autant de nouveaux aliments que possible, ainsi que des collations colorées et attrayantes.  Offrir au bébé une variété de saveurs et de textures et même des aliments qui fondent facilement dans la bouche est un excellent moyen de s’assurer qu’il demeure ouvert à une variété d’options.
  • Mangez avec lui. Asseyez-vous près de votre bébé et mangez à côté de lui. Les enfants imitent souvent ce qu’ils voient, alors manger avec eux et leur montrer à quel point vous appréciez le repas en lançant quelques exclamations du type « Hummm! C’est vraiment bon! » peut avoir d’excellentes répercussions. Nanny Robina ajoute que leur donner des collations faciles à saisir, comme des barres tendres faciles à mâcher, est une autre façon de les encourager à essayer des nouveautés et à manger seuls.
  • Soyez patients. Les goûts de votre bébé sont peut-être limités et difficiles à élargir, mais poursuivez son éducation sans baisser les bras. Il est utile de toujours avoir quelques options prêtes à manger sous la main comme les fondants de smoothie PC Biologique : Ils fondent facilement dans la bouche et sont offerts en deux délicieuses saveurs, dont banane, mangue et fruit de la passion, puis banane et fraise.
Continue Reading

Chat

Affaires5 jours ago

Prudence avec le passeport vaccinal

Affaires5 jours ago

Le secteur touristique autochtone s’attendait à beaucoup plus du budget fédéral

Affaires5 jours ago

La fintech canadienne Mogo ajoute 146 autres Ethereum à son portefeuille de crypto

Affaires5 jours ago

Les entreprises canadiennes estiment que l’épuisement professionnel nuira au résultat net des entreprises cette année, selon une nouvelle étude de Sage au Canada

Affaires5 jours ago

Chaire de recherche du Canada sur les matériaux de construction multifonctionnels durables

Affaires5 jours ago

Les Canadiens seront vaccinés

Affaires5 jours ago

Samsung Canada et Tim Hortons poursuivent la transformation numérique des services au volant en prévoyant la mise en place de 2 600 écrans extérieurs dans tout le Canada d’ici la fin de 2021.

Affaires5 jours ago

Le Canada mise sur le nucléaire pour réduire les GES

Affaires5 jours ago

Les mesures sanitaires font reculer les ventes de Tim Hortons

Affaires5 jours ago

L’Université de Montréal a caché un laboratoire nucléaire pendant la guerre

Affaires5 jours ago

Économie : les postes vacants coûtent 8 M $ par jour au secteur de la transformation alimentaire

Opinions5 jours ago

J’ai peur du projet de loi 59

Opinions5 jours ago

La protection de nos enfants, c’est aussi l’affaire du municipal

Opinions5 jours ago

Crise du logement : le Parti libéral du Québec en mode solutions

Opinions5 jours ago

Des témoins condamnent le comportement de certains députés envers elles

Opinions5 jours ago

Québec solidaire demande à ses membres de se prononcer sur une faction du parti

Opinions5 jours ago

Chevaliers de la «libarté»

Opinions5 jours ago

Se taire ou faire usage de sa liberté d’expression citoyenne?

Opinions5 jours ago

Contrer les féminicides: de la considération à la préoccupation!

Actualités1 semaine ago

Des normes pour l’industrie de l’ÉPI demandées

Anglais3 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie3 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais2 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition3 années ago

Gluten-Free Muffins

Anglais2 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais2 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition2 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais2 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais3 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie3 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode2 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais2 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie2 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires2 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais3 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Technologie2 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais2 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Anglais2 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Trending