Un nouveau conformisme à l’ère des médias sociaux

[ad_1]

La manière dont est produit le conformisme actuel tient dans une importante mesure au fonctionnement même des médias sociaux, et plus précisément à des biais cognitifs auxquels ils peuvent nous faire succomber. Le point de vue de Deb Roy, un spécialiste américain de la question, est aussi le mien : « Nous nous sommes tous retirés dans des recoins virtuels ultrapartisans, ceci en bonne partie à cause de ces compagnies possédant Internet et les médias sociaux, lesquelles déterminent ce que nous voyons en fonction de ce sur quoi nous avons préalablement cliqué et qui nous redonnent ensuite plus de contenu similaire. En bout de piste, les points de vue opposés aux nôtres sont écartés et nous nous retrouvons uniquement avec du contenu qui renforce ce que nous pensions dès le début. » […] À cause de nos biais cognitifs, nous tendons à ne plus voir ou entendre que ce qui confirme notre position, et à ne plus voir ni entendre ce qui risquerait de l’infirmer ou de nous amener à la nuancer. Nous tendons à adopter une même solution ou une même réponse face à un problème donné, et à l’appliquer systématiquement […].

Ces effets sont bien documentés et nous font courir un grave danger : celui de devenir aveugles à ce qui pourrait bien ne pas conforter notre point de vue ou notre vision des choses mais serait néanmoins vrai, ou partiellement vrai. Pensez à cette masse d’informations qui passent devant nos yeux et qu’on « retweete », republie ou commente, parfois instantanément ou presque. La conversation démocratique est ici autant mise à mal que la pensée critique individuelle. Une étude récente parue dans Nature mettait d’ailleurs en garde contre le fait que le faux, dans ce monde virtuel, se propage plus rapidement que le vrai, toutes catégories d’informations confondues (et plus encore le faux concernant le politique…), et que ce sont les humains, et pas les robots, qui en sont la cause. […] Je soutiens que la polarisation et la radicalisation sont des effets probables de ces modes de pensée, de discussion et d’interaction et que le conformisme prend alors des formes passablement inédites, et pas seulement par leur ampleur.

Théories de l’identité

Mais il me semble que, à en rester là, on manque quelque chose d’important qui caractérise le conformisme actuel ; et c’est pour le mettre en évidence que j’avance ma deuxième hypothèse, qui concerne les théories dites de l’identité. […] Le postmodernisme désigne, comme on le sait, un ensemble de thèses avancées par des auteurs français à partir des années 60 et qui se sont répandues dans les universités, puis ailleurs dans notre culture. […]

S’expriment aussi dans le postmodernisme une grande sensibilité envers le langage en tant qu’il déploie le pouvoir ; l’idée que les idéaux des Lumières, malgré ce qu’il peut sembler, sont en réalité oppressifs et constituent le masque du colonialisme, du sexisme, du patriarcat, du capitalisme, du racisme et ainsi de suite ; un relativisme des valeurs fondé sur un rejet de l’idée de progrès chère aux Lumières parce qu’elle serait illusoire ; un rejet du libéralisme politique et de sa prétention universelle ; et une prééminence accordée à la subjectivité. Ces idées ont ouvert la voie aux politiques actuelles de l’identité. Elles modifient considérablement les termes dans lesquels se conçoivent et se mènent les luttes sociales et politiques. Là où, au nom d’un universalisme libéral, on réclamait pour l’individu la fin des injustices qu’il subissait par défaut d’étendre à lui ce qu’avance cet universalisme, on en vient à ne considérer l’individu qu’en tant que membre d’un sous-groupe donné, à demander que l’on accorde de la valeur, voire toute la valeur à ce qui caractérise ce groupe et son expérience particulière. […] Je ne peux pas me risquer ici à soupeser les mérites respectifs de ces deux approches, l’universalisme libéral, largement inspiré des Lumières, et les politiques de l’identité, inspirées du postmodernisme. Mais il me semble clair que les théories de l’identité, en l’absence de critères objectifs de vérité et de valeur, risquent fort de conduire à des discussions très polarisées, où la sensibilité au langage occupe une grande place, et où des accusations de faute morale sur fond de vertu autoproclamée prendront aisément la place des faits et des arguments.

Le conformisme actuel ressemble souvent à cela, chacun étant renvoyé à son groupe et sommé de s’y identifier et d’entrer dans la lutte — à partir d’injonctions morales données comme aussi vertueuses que décisives et de sommations à se taire adressées aux récalcitrants. Les appels à l’émotion, les postures victimaires, l’invocation de l’expérience personnelle, la censure tiennent alors trop souvent lieu d’arguments.

 

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *