Connect with us

Styles De Vie

immersion sportive dans les monts du Cantal

Published

on

[ad_1]

GUIDE DE VOYAGE – En été, on les arpente en randonneur. En hiver, on les oublie. À tort! Sous la neige, les pentes du Cantal révèlent tout leur potentiel. Ski de randonnée, ski nordique, ski Hok, traîneau à chiens… Week-end ultratonique sur l’une des montagnes les plus préservées de France.

Bien sûr, il y a le Lioran, le plus grand domaine skiable du Massif Central avec ses remontées mécaniques et son train qui vous dépose au pied des pistes. Mais les amateurs de glisse en silence ont leurs «spots» à eux, plus secrets. Au col de Prat de Bouc, on peut s’essayer au ski nordique sous la férule d’un guide comme Matthias Daub. «Ça se pratique sur des skis un peu plus larges que les skis de fond traditionnels, et en terrain sauvage, c’est-à-dire non damé. Les planèzes d’Auvergne, ces plateaux d’altitude formés par d’anciennes coulées de lave, se prêtent très bien à ce type de ski».

Protégé de l’écir (vent froid) par les épicéas et les mélèzes, on avance d’un bon pas, glissant sur la neige dès que la pente pointe vers le bas. En chemin, on croise un vieux buron, abri de pierre typiquement auvergnat. C’est ici, pendant l’estive, que se fabriquait autrefois le fromage de Cantal ou de Salers.

»LIRE AUSSI – En Auvergne, la Chaîne des Puys enfin classée au patrimoine mondial par l’Unesco

Bientôt le Plomb du Cantal, sommet du Cantal, apparaît au-dessus des conifères. Ne vous fiez pas à sa taille modeste (1 855 m d’altitude), les apparences sont trompeuses. «En montagne, ce n’est pas l’altitude mais la limite des arbres qui donne son caractère au climat. Ici, au col (1 400 m d’altitude), nous sommes déjà à la limite de la végétation. Dans les Alpes, celle-ci est à 2 500 m. On est donc bien plus haut qu’on ne croit!». Différentes activités sont proposées au domaine nordique de Prat de Bouc. Citons la randonnée en raquettes façon «trappeur» pour repérer et lire les traces d’animaux. Ou encore les ateliers sur la sécurité en montagne qu’animent les pisteurs, avec sensibilisation aux différents types de neige et à leurs dangers.

Un autre type de ski se pratique ici: le ski Hok, à mi-chemin entre la raquette (deux sangles à cliquet maintiennent la botte en place) et le ski de randonnée.
Un autre type de ski se pratique ici: le ski Hok, à mi-chemin entre la raquette (deux sangles à cliquet maintiennent la botte en place) et le ski de randonnée. Vincent Noyoux

Hokusai en skis Hok

Un autre type de ski se pratique ici: le ski Hok. Drôle d’oiseau que ce ski hybride, à mi-chemin entre la raquette (deux sangles à cliquet maintiennent la botte en place) et le ski de randonnée. Sa création en 2009 par deux mordus de ski, le Québécois François Sylvain et l’Américain Nils Larsen, s’inspire des skis utilisés par les chasseurs des montagnes de l’Altaï, en Eurasie. Léger, stable, assez court et équipé de peaux d’ascension intégrées dans la base, c’est le compagnon idéal pour explorer le cirque de Chamalière, l’un des plus beaux cirques glaciaires du Cantal. Les mouflons et les chamois ont l’habitude d’en escalader les parois.

Après une approche parmi les sapins, on aborde la cuvette enneigée, que dominent le Puy du Rocher et le Rocher de la Sagne du Porc. Les bouleaux nains et les feuillus dénudés dessinent des traits délicats sur la poudreuse inviolée. Un paysage noir et blanc quasi-japonisant (façon Hokusai), qui laisse sans voix. La vitesse en ski Hok n’étant pas vertigineuse, on descend doucement, dans un silence bienfaisant, le long d’une rivière glacée ou entre des rideaux d’épicéas. Bonne nouvelle pour les néophytes: pas besoin d’avoir un très bon niveau de ski pour pratiquer ce ski hors-piste.

«L’avantage du Cantal, c’est qu’on peut tout faire en une journée : du ski nordique, de la raquette et de l’alpinisme.»

Vincent Terrisse

Au village de Pailherols, à une demi-heure d’Aurillac, une autre randonnée, un autre objectif: atteindre le buron de Bâne pour y passer la nuit. La montée, en raquettes ou à skis de randonnée, se finit généralement à la frontale. Pour réussir ce petit challenge hivernal, un professionnel de la montagne nous accompagne. Vincent Terrisse, guide de haute montagne, a tutoyé les sommets d’Afrique et des Alpes avant de poser ses spatules en Auvergne. «L’avantage du Cantal, c’est qu’on peut tout faire en une journée: du ski nordique, de la raquette, de l’alpinisme. C’est un petit massif qui a toute la technicité et la rudesse des Alpes. Mais ici, on respire. On voit loin et large, à 360°. Les traileurs qui s’essaient ici au ski nordique deviennent tous mordus».

On traverse un plateau dénudé, zébré par les lignes noires des clôtures. On songe à l'Aubrac, que l'on aperçoit au loin.
On traverse un plateau dénudé, zébré par les lignes noires des clôtures. On songe à l’Aubrac, que l’on aperçoit au loin. Vincent Noyoux

Les skis glissent. On traverse d’abord un plateau dénudé, zébré par les lignes noires des clôtures. On songe à l’Aubrac, que l’on aperçoit d’ailleurs au loin. Après 7 km d’ascension douce, on atteint le buron, vigie des hauts pâturages. Lorsque la famille Combourieu, propriétaire de l’impeccable Auberge des Montagnes de Pailherols, l’a acquis voici 25 ans, personne ne voulait de ce tas de pierre perché à 1400 mètres d’altitude.

Lorsqu’on pousse la porte, c’est un nid douillet que l’on découvre. Une bonne fée a tout préparé avant notre arrivée (avant de disparaître): la soupe au fromage mijote sur la cuisinière émaillée, les bougies sont allumées, le couvert est déjà mis sur la grande table en bois, posée sur des bidons de lait. Il ne reste plus qu’à profiter du dîner auvergnat aux chandelles.

Une nuit hors du temps

L'intérieur d'un buron dans le Canta.
L’intérieur d’un buron dans le Canta. Vincent Noyoux

Le feu de cheminée éclaire la charpente en chêne et la vieille voûte en pierre. Chic, c’est rustique: pas d’électricité, l’eau vient de la source, et les sanitaires occupent l’ancienne loge à cochons. Quant aux lits, en draps de lin et dentelles, ils sont installés dans d’étroites cabanes en bois, à côté du buron. Au réveil, la vue sur les puys du Cantal est à tomber. Le lendemain matin, on peut rejoindre le Plomb du Cantal ou redescendre au village de Pailherols. Le spa de l’Auberge des montagnes propose des soins à base de gentiane, réputée pour ses vertus cicatrisante, tonifiante et purifiante. Autre option: une promenade en traîneau à chiens (en kart à roues aux beaux jours) sur les plateaux, sous la férule de la sympathique musheuse Laetitia.

Au-dessus de la vallée de la Cère, un dernier buron nous attend. On le rejoint également après un petit effort, car ici tout se mérite. Mais quelle récompense! Le buron de la Chambe a tout: la vue splendide sur le cône blanc du puy Griou, le toit de lauze à demi enfoui sous la neige, et les épais murs en pierre que réchauffent bougies, peaux de bêtes et feu de cheminées. On y passe, comme au buron de Bâne, une nuit en dehors du temps. Après une matinée au coin du feu, il reste à chausser ses skis ou ses raquettes pour replonger dans l’hiver cantalien le temps d’une dernière balade. Reposé, réoxygéné, on peut enfin se décider à redescendre dans la vallée. Gonflé à bloc.


CARNET PRATIQUE

● Y aller

Le plus rapide depuis Paris est de prendre l’avion jusqu’à Aurillac avec Hop (compter 1h20 ; à partir de 49€). Depuis Clermont-Ferrand et Aurillac, trains pour Murat et Le Lioran, d’où on rejoint Pailherols et le col de Prat de Bouc (www.hop.com).

● Se restaurer, Dormir

A Pailherols, L’Auberge des Montagnes régale ses convives d’une cuisine de terroir gastronomique, sophistiquée comme il faut. La truite saumonée feuilletée est un classique (menus 32/35€). L’auberge possède trois chalets-hôtels (65 à 112€ la nuit) et une grange de pierre transformée en spa (tél.: 04.71.47.57.01 ; www.auberge-des-montagnes.com).

Buron de Bâne. Nuit rustique, nuit magique dans ce buron auquel on accède après deux heures de ski. On y est seul, mais les repas sont déjà préparés. Compter 220€ pour deux en demi-pension. Ouvert avril à novembre et occasionnellement en hiver (tél. 04.71.47. 57.01 ; www.auberge-des-montagnes.com).

À Saint-Jacques-des-Blats, le Buron de la Chambe. Un gîte sublime à 1330 m d’altitude, accessible à pied par un sentier de montagne. 8 personnes maximum. Compter 1250€ les 3 jours et 2 nuits. Ouvert en été et en hiver si l’enneigement le permet.

● Skier

Vincent Terrisse. Ce guide passionné d’escalade et de canyonisme propose de l’alpinisme hivernal, cascade de glace et ski de randonnée (alpin ou nordique). 330 € la journée complète à partager sur une base de 2 à 6 personnes, matériel de sécurité inclus (tél.: 07.86.05.35.04 ; https://guidecantalauvergne.com).

Terres 2 Cimes. Matthias Daub, guide accompagnateur, pisteur secouriste et moniteur de ski de fond propose des sorties en ski de randonnée nordique, en raquettes, une initiation au biathlon avec carabine laser, mais aussi des balades au clair de lune avec repas traditionnel en buron. (tél. 06.75.35.24.55 ; www.terres2cimes.com).

Cantal Mushing. Balades en traîneau à chiens (tél. 06.77.40.11.92 ; www.cantal-mushing.com)

● Se renseigner

Cantal Destination – Comité départemental du tourisme et du thermalisme du Cantal: tél.; 04.71.63.85.00 ; www.cantal-neige.com et www.cantal-destination.com

Balade en traîneau à chiens dans l'hiver cantalien.
Balade en traîneau à chiens dans l’hiver cantalien. Vincent Noyoux

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Styles De Vie

Place aux guinguettes dans le Sud-Ouest

Published

on

By

Après une première destination réussie pour les guinguettes de Montréal au parc de l’Ancienne-cour-de-triage dans le Sud-Ouest, c’est au tour de Griffintown d’accueillir cette fête estivale.

C’est l’organisme à but non lucratif (OBNL), le Village de Noël de Montréal, qui est derrière ce concept de fête gourmande, culturelle et artisanale sur le bord de l’eau.

Après de nombreux évènements préparés pendant la saison hivernale, comme au marché Atwater et au Quartier des spectacles de la Place des arts, le Village de Noël de Montréal souhaitait développer des activités pendant l’été.

«Au marché de Noël, c’est pas mal ça qu’on fait aussi. [On offre] une programmation culturelle variée et on met en relief l’artisanat et la gastronomie locale», explique la directrice générale de Village de Noël de Montréal, Line Basbous.

Ce nouvel évènement estival permet également à l’OBNL de conserver son personnel et de recruter de nouveaux employés tout au long de l’année.

Concept des guinguettes

Une guinguette est un cabaret populaire français, à l’image d’une station balnéaire estivale. À Montréal, quatre guinguettes mobiles sont prévues.

Le nouveau restaurant conçu pour l’événement, Merci Tata, accueille la population dans une ambiance décorée et festive sur le bord de l’eau, soit via le canal de Lachine, le fleuve Saint-Laurent et la rivière des prairies.

«C’est une conception alimentaire qui intègre l’événement. C’est la station gourmande qu’on retrouve dans toutes les guinguettes», précise la directrice générale.

Succès

Du 12 au 27 juin, le parc de l’Ancienne-cour-de-triage dans le Sud-Ouest a accueilli la première guinguette mobile.

«Quand on a commencé le montage [du site] la semaine qui a précédé le lancement, les gens s’arrêtaient pour poser des questions. On a senti qu’il y avait un certain enthousiasme pour le projet», note Mme Basbous.

Lors des dix jours d’opération de la guinguette au parc de l’Ancienne-cour-de-triage, située le long du canal de Lachine, environ 7000 personnes ont profité des installations de la première édition.

Retour

La guinguette mobile reviendra dans le Sud-Ouest. Un peu plus à l’est, cette fois, elle prendra place jusqu’au 25 juillet à la place des Ouvriers au parc Lien Nord, en bordure du canal de Lachine, au début de Griffintown.

Plusieurs artisans locaux seront sur place afin de présenter leurs cosmétiques, décorations, vêtements, bijoux et produits alimentaires.

Même s’il est encore tôt pour se prononcer sur un possible retour des guinguettes et de son restaurant Merci Tata l’an prochain, l’intérêt se fait sentir par la population.

«On voit bien qu’il y a un enthousiasme pour ce projet. On espère pouvoir le faire durer année après année», souligne Mme Basbous.

Une guinguette stationnaire pour l’été est présente au parc Jean-Drapeau jusqu’au 3 octobre. Une guinguette mobile est également prévue à l’Îlot John Gallagher dans Verdun en août.

Continue Reading

Styles De Vie

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!

Published

on

By

Claudia Bouvette et Luis Clavis ont composé à distance la chanson «Kodak jetable», qu’ils interpréteront à «La belle tournée», où la région montréalaise sera en vedette, lundi soir. 

Un duo mitonné alors qu’elle séjournait chez sa mère, à Bromont, et que lui était dans son studio de Montréal, pendant le premier confinement du printemps 2020.

Outre cette langoureuse pièce, Bouvette et Clavis ont en commun d’être natifs de l’Estrie et des Cantons de l’Est, Bromont pour elle, Sherbrooke pour lui, d’avoir adopté Montréal au début de leur carrière… et d’en être tombés amoureux.

Luis Clavis s’y est établi après le cégep avec ses comparses de Valaire et Qualité Motel, tandis que Claudia Bouvette avait 15 ans quand elle a participé à «Mixmania 2» et a dû pour ce faire s’installer pendant deux mois dans un loft du Vieux-Montréal. Elle a ensuite décroché rôles et engagements qui l’ont amenée de plus en plus souvent dans la métropole.

Début vingtaine, elle louait un premier logis dans Villeray et, depuis cinq ans, l’artiste de 26 ans est une fière résidente d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier qu’elle estime de plus en plus tendance, tout en demeurant accessible.

«Je me souviens, au début, quand j’habitais dans le sous-sol de mon « chum », dans Ahuntsic, je ne pouvais pas passer plus qu’une semaine à Montréal, car je trouvais ça trop intense, a raconté Claudia. J’avais besoin de retourner à la campagne, d’être dans un train de vie un peu moins bruyant et rapide. Après, je suis devenue plus autonome, et j’ai vraiment eu la piqûre. Maintenant, c’est l’inverse: je dois me forcer pour aller voir ma famille à Bromont!»

Continue Reading

Styles De Vie

De l’univers du cirque à celui de la restauration

Published

on

By

« Quand je suis passé chez le notaire, mes genoux ont flanché. Je me suis dit : est-ce que je viens de faire la plus grande connerie de ma vie ? Mais finalement, ç’a été une bonne décision », raconte en riant Peter Balov, propriétaire du nouveau Bistro Sofia. 

Quelques mois plus tard, assis devant son établissement, en plein cœur de la Petite-Patrie à Montréal, il savoure maintenant le moment. Le Québec est déconfiné, son bistro est sur le chemin de la rentabilité, mais le saut vers la restauration a été parsemé de doutes.  

« Je suis foncièrement un nomade. J’ai toujours travaillé dans le monde du cirque et du théâtre, en sonorisation, puis comme directeur de production. Je voyageais partout dans le monde avec ma conjointe qui a été longtemps acrobate. Puis, la pandémie est arrivée, ma vie a basculé », raconte-t-il. 

D’un dépanneur… à un restaurant ! 

Lors de cette semaine fatidique du 9 mars 2020, il est en tournée en Iowa. Le spectacle est annulé en quelques heures, il doit rentrer en catastrophe à Montréal et réinventer sa vie professionnelle. 

« On a fait une réunion sur Zoom avec les collègues. Et là, un artiste m’a demandé : que vas-tu faire ? À la blague, j’ai dit, je vais m’acheter un dépanneur, on aura toujours besoin de dépanneurs ! Et c’est resté dans ma tête, c’est devenu une petite épicerie, puis un café, puis je suis arrivé avec l’idée d’un restaurant », dit-il. 

Une cuisine typiquement bulgare

Il décide alors d’ouvrir un bistro qui va mettre en valeur une cuisine qui célèbre ses origines. « Je suis né en Bulgarie et je suis arrivé à Montréal en 1994. Donc, je voulais un restaurant qui représente ce que je suis », relate Balov. 

Son but ? S’approvisionner avec des produits bulgares, mais aussi des aliments frais du Québec. « J’ai toujours aimé le marché Jean-Talon. Donc, on achète là-bas, mais on fait une grande place à la cuisine des Balkans ». 

Sur le menu du restaurant qui a ouvert en décembre dernier, on retrouve des mezze, des grillades et salades. Après des mois d’incertitudes, la clientèle augmente de semaine en semaine. « Il y a eu un excellent bouche-à-oreille et je souhaite vraiment que les gens se sentent bien ici », dit-il.  

Continue Reading

Chat

Anglais2 mois ago

Nostalgia and much more with Starburst XXXtreme

Opinions2 mois ago

Même les jeunes RÉPUBLIQUES se lassent du capitalisme, selon les sondeurs américains — RT USA News

Opinions2 mois ago

« Aucune crise climatique ne causera la fin du capitalisme ! »

Opinions2 mois ago

Innovation : le capitalisme « responsable », faux problème et vraie diversion

Opinions2 mois ago

Vers la fin du Capitalocène ?

Opinions2 mois ago

Le “capitalisme viral” peut-il sauver la planète ?

Opinions2 mois ago

Livre : comment le capitalisme a colonisé les esprits

Opinions2 mois ago

Patrick Artus : « Le capitalisme d’aujourd’hui est économiquement inefficace »

Opinions2 mois ago

Zemmour candidat “sous-marin” pro-Macron, ce complotisme autorisé…

Opinions2 mois ago

La durée des vols bientôt divisée par deux. Merci le capitalisme !

Opinions2 mois ago

Economie politique. «Brevets et capitalisme»

Opinions2 mois ago

Le Parti communiste d’Afrique du Sud a cent ans

Opinions2 mois ago

Le wokisme est un anti-libéralisme

Opinions2 mois ago

Au moment où la critique du capitalisme ultralibéral et financiarisé obtient un plus large consensus, il devient crucial de ne plus se limiter à elle : aujourd’hui, l’enjeu cardinal est celui de l’alternative à un modèle discrédit.

Opinions2 mois ago

Ce que le capitalisme fait aux femmes

Mode2 mois ago

Louis Vuitton crée Charlie, sa première basket unisexe et écoresponsable

Mode2 mois ago

L’Événement Evening Dresses Show Retourne À Salerno Du 1 Au 3 Septembre 2021 Inaugurant La Saison Internationale Du Prêt-À-Porter

Mode2 mois ago

LVMH continue son ascension, tiré par son activité Mode et Maroquinerie

Mode2 mois ago

Mode: Carven va rouvrir aux Champs-Elysées, après des décennies de fermeture

Mode2 mois ago

Mode : les créations de Công Tri plébiscitées par les stars internationales

Anglais3 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie3 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais3 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition3 années ago

Gluten-Free Muffins

Anglais3 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais3 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition3 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais3 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais3 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais3 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie3 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais3 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Anglais3 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Mode3 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Styles De Vie3 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires3 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais3 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais3 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Technologie3 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais1 année ago

The Bill Gates globalist vaccine depopulation agenda… as revealed by Robert F. Kennedy, Jr.

Trending