Sen. Bernie Sanders says he’s running for president in 2020

[ad_1]

WASHINGTON – Vermont Sen. Bernie Sanders, whose insurgent 2016 presidential campaign reshaped Democratic politics, announced Tuesday that he is running for president in 2020.

“Our campaign is not only about defeating Donald Trump,” the 77-year-old self-described democratic socialist said in an email to supporters. “Our campaign is about transforming our country and creating a government based on the principles of economic, social, racial and environmental justice.”

An enthusiastic progressive who embraces proposals ranging from Medicare for All to free college tuition, Sanders stunned the Democratic establishment in 2016 with his spirited challenge to Hillary Clinton. While she ultimately became the party’s nominee, his campaign helped lay the groundwork for the leftward lurch that has dominated Democratic politics in the Trump era.

The question now for Sanders is whether he can stand out in a crowded field of Democratic presidential candidates who also embrace many of his policy ideas and are newer to the national political stage. That’s far different from 2016, when he was Clinton’s lone progressive adversary.

Still, there is no question that Sanders will be a formidable contender for the Democratic nomination. He won more than 13 million votes in 2016 and dozens of primaries and caucuses. He opens his campaign with a nationwide organization and a proven small-dollar fundraising effort.

“We’re gonna win,” Sanders told CBS.

He said he was going to launch “what I think is unprecedented in modern American history”: a grassroots movement “to lay the groundwork for transforming the economic and political life of this country.”

Sanders described his new White House bid as a “continuation of what we did in 2016,” noting that policies he advocated for then are now embraced by the Democratic Party.

“You know what’s happened in over three years?” he said. “All of these ideas and many more are now part of the political mainstream.”

Sanders could be well positioned to compete in the nation’s first primary in neighbouring New Hampshire, which he won by 22 points in 2016. But he won’t have the state to himself.

Sen. Kamala Harris of California, another Democratic presidential contender, was in New Hampshire on Monday and said she’d compete for the state. She also appeared to take a dig at Sanders.

“The people of New Hampshire will tell me what’s required to compete in New Hampshire,” she told shoppers at a bookstore in Concord. “But I will tell you I’m not a democratic socialist.”

Sen. Elizabeth Warren of nearby Massachusetts will be in New Hampshire on Friday.

One of the biggest questions surrounding Sanders’ candidacy is how he’ll compete against someone like Warren, who shares many of his policy goals. Warren has already launched her campaign and has planned an aggressive swing through the early primary states.

Shortly after announcing her exploratory committee, Warren hired Brendan Summers, who managed Sanders’ 2016 Iowa campaign. Other staffers from Sanders’ first bid also have said they would consider working for other candidates in 2020.

The crowded field includes a number of other candidates who will likely make strong appeals to the Democratic base including Harris and Sens. Cory Booker of New Jersey, Amy Klobuchar of Minnesota and Kirsten Gillibrand of New York. The field could also grow, with a number of high-profile Democrats still considering presidential bids, including former Vice-President Joe Biden and former Texas Rep. Beto O’Rourke.

While Sanders had been working to lay the groundwork for a second campaign for months, it was unclear whether he will be able to expand his appeal beyond his largely white base of supporters. In 2016, Sanders notably struggled to garner support from black voters, an issue that could become particularly pervasive during a primary race that could include several non-white candidates.

Last month, he joined Booker at an event in Columbia, South Carolina, marking the Martin Luther King Jr. holiday. In 2016, Sanders lost the South Carolina primary, which features a heavily black electorate, by 47 points.

Sanders also faces different pressures in the #MeToo era. Some of his male staffers and supporters in 2016 were described as “Bernie bros” for their treatment of women.

In the run-up to Sanders’ 2020 announcement, persistent allegations emerged of sexual harassment of women by male staffers during his 2016 campaign. Politico and The New York Times reported several allegations of unwanted sexual advances and pay inequity.

In an interview with CNN after the initial allegations surfaced, Sanders apologized but also noted he was “a little busy running around the country trying to make the case.”

As additional allegations emerged, he offered a more unequivocal apology.

“What they experienced was absolutely unacceptable and certainly not what a progressive campaign — or any campaign — should be about,” Sanders said Jan. 10 on Capitol Hill. “Every woman in this country who goes to work today or tomorrow has the right to make sure that she is working in an environment which is free of harassment, which is safe and is comfortable, and I will do my best to make that happen.”

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Une table sud-africaine sacrée restaurant de l’année

[ad_1]

La première édition des World Restaurant Awards, présentée par Antoine de Caunes, a récompensé lundi soir au Palais Brongniart le Wolfgat, situé sur une plage en Afrique du Sud. 17 autres prix ont été décernés, dont le meilleur chef sans tatouage à Alain Ducasse et le compte Instagram de l’année à Alain Passard.

Costumes et robes de soirée étaient de sortie ce lundi au Palais Brongniart (Paris IIe). Les World Restaurant Awards (WRA), nouveau palmarès gastronomique lancé par IMG, déjà à l’origine du festival Taste, en partenariat avec Joe Warwick et Andrea Petrini, organisaient en grande pompe (tapis rouge, photocall et champagne) leur première remise de prix devant un parterre de chefs (Alex Atala, Hélène Darroze, Dan Barber, Clare Smyth…) et «d’influenceurs» internationaux. La cérémonie, entièrement en anglais, était présentée par Antoine de Caunes, prodigue en boutades lancées dans un accent frenchie.

Contrairement aux World’s 50 Best Restaurants ou à La Liste, les WRA ne se présentent pas comme un classement, mais comme un palmarès supposé célébrer «l’excellence, l’intégrité et la diversité de la scène culinaire mondiale». Dix-huit prix – plus ou moins originaux – ont été distribués lundi soir. Le dernier, et le plus attendu, était celui du «Restaurant de l’année». Il revient au Wolfgat, table confidentielle de 20 couverts située dans un coin reculé d’Afrique du Sud, qui repart aussi avec le prix de la destination «off-map» (en dehors des sentiers battus).

Le chef du restaurant, Kobus Van der Merwe, un ancien journaliste qui n’a commencé à cuisiner qu’à 30 ans, pousse à l’extrême le concept des produits locaux (moules, huîtres, plantes et herbes aromatiques poussant dans les dunes, plantes indigènes…) et fabrique lui-même son pain et son beurre. Le Wolfgat – dont le personnel, pour la plupart féminin, n’a aucune formation officielle – a ouvert ses portes il y a deux ans dans une maison de pêcheurs vieille de 130 ans, près du site de la grotte de Wolfgat, sur la plage idyllique de Paternoster, à 150 km du Cap sur la côte ouest. Le menu dégustation de sept plats y coûte l’équivalent de 53 euros.

Passard, Ducasse, la Mère Brazier et le Clarence primés

Alain Ducasse sacré du meilleur «chef sans tatouage».
Alain Ducasse sacré du meilleur «chef sans tatouage». Dominique Charriau/Getty Images for IMG

36 pays étaient en lice, 10 repartent avec un prix, parmi lesquels «nouveauté de l’année» (Inua à Tokyo), «spécialité maison» (Lido 84 sur le lac de Garde pour ses pâtes cacio e pepe cuites en vessie de porc), «sans réservation» (Mocoto à Sao Paulo), «atmosphère de l’année» (Vespertine à Los Angeles), «cuisine sans pincettes» (Bo.Lan à Bangkok)…

Cinq Français ont aussi été honorés: le Clarence (Paris VIIIe), prix de «l’approche originale» ; la Mère Brazier (Lyon), meilleur «classique intemporel» ; Alain Ducasse, «chef sans tatouage» et Alain Passard, meilleur «compte Instagram».

Deux initiatives solidaires ont enfin été saluées: le Refettorio de Massimo Bottura et Lara Gilmore, qui lutte contre le gaspillage alimentaire et l’exclusion (catégorie «approche éthique»), et le Refugee Food Festival, qui permet à des chefs-cuisiniers réfugiés de cuisiner dans les restaurants qui les accueillent (catégorie «événement de l’année»).

Les votes ont été effectués par un jury composé de 100 membres, avec une parité hommes-femmes, composé de chefs célèbres tels que Elena Arzak, Alex Atala, Massimo Bottura, David Chang, Hélène Darroze, et René Redzepi ainsi que des journalistes et «influenceurs».

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Les aventuriers de Kids on the Moon

[ad_1]

Créer des pièces confortables, vivantes et pointues, inspirées de l’imaginaire créatif des enfants : voici le mantra de Kids on the Moon. Pour la collection printemps-été 2019, la marque polonaise dévoile des silhouettes looses, aérées, empreintes de vibes estivales et de souvenirs d’enfance. Avec des imprimés minimalistes, des couleurs douces, du lin et coton pur.

Chaque saison, Kids on the Moon conte des histoires à travers des modèles drôles et conforts pour tous les jours. Cette saison, la collection”Playground” se veut être le compagnon des folles escapades et des rêves en grand. Ambiance sortie de plage et cheveux salés. Des robes et jupes légèrement  tie & dye, des tee-shirts et pulls loose à messages pour laisser place à l’imagination enfantine et leur créativité débordante.

Un collection pensée pour les petits curieux, les rêveurs et avides de nouvelles aventures. Avec comme terrain de jeu, le monde entier.


kidsonthemoon.com

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Trudeau government leaks support in wake of SNC-Lavalin, Wilson-Raybould matter: Ipsos poll – National

[ad_1]

The Trudeau government is leaking political support in the wake of the resignation of its former justice minister, making its chances of re-election this fall far less certain than they seemed to be at year’s end, according to a new poll provided exclusively to Global News.

Global News

Help us improve Globalnews.ca

Prime Minister Justin Trudeau’s personal approval ratings are down; a declining number of Canadians think his government deserves re-election; and Andrew Scheer’s Conservatives narrowly lead the Liberals on the ballot box question.

“This is the worst couple of weeks the PM has had since the India trip,” said Darrell Bricker, CEO of polling firm Ipsos. “The biggest problem is that it hits at what gives the Liberal Party its appeal: the prime minister.”


READ MORE:
Charges against SNC-Lavalin explained — and how the PMO allegedly got involved

Ipsos was in the field last week, after revelations surfaced that, last fall, while she was justice minister, Jody Wilson-Raybould felt that unnamed individuals in the prime minister’s office were pressuring her to intervene in a criminal court case in favour of Quebec-based engineering giant SNC-Lavalin. Those allegations were first reported by the Globe and Mail, citing unnamed sources.

If she did feel pressured, she did not act and did not intervene on behalf of SNC-Lavalin. But a few months later, she was shuffled out of her job as justice minister and attorney general and into the job of veterans affairs minister.

Then, last week, as Liberals themselves seemed divided over the optics of seeing the country’s first-ever Indigenous justice minister being shuffled aside for what appeared to be craven political calculations, Wilson-Raybould stepped down from cabinet altogether.

WATCH: Jody Wilson-Raybould quits Trudeau cabinet






Meanwhile, all through the week, Trudeau and other Liberals struggled to explain what had happened while Wilson-Raybould announced she had retained a former Supreme Court justice to provide her with advice about what, if anything, she might say about the whole matter.

Voters took notice.

Ipsos found that, among the 1,002 Canadians it surveyed online from Thursday through to Monday, nearly half or 49 per cent said they were aware of this rapidly shifting story involving SNC Lavalin, Trudeau and Wilson-Raybould.

And it appears many are changing their opinion of the government as a result.


READ MORE:
Justin Trudeau’s top adviser Gerald Butts resigns amid SNC-Lavalin affair

Support for the Trudeau Liberals is now at 34 per cent, down four percentage points, from a poll Ipsos did in December. In the 2015 election, the Trudeau Liberals won their commanding majority with 39 per cent of the vote.

Scheer’s Conservatives appear to have benefited from this slide. That party is now at 36 per cent support, up three points since the end of 2018.

“The big trouble spot is now Ontario, where the Tories have a six point lead over the Liberals,” said Bricker. “The way the vote breaks in Ontario suggests that the Tories are doing well in the 905, where the Liberals won their majority in 2015.”

The NDP and its leader Jagmeet Singh, meanwhile, continue to languish, with 17 per cent support right now versus 18 per cent at year-end.

The poll was out of the field before Monday afternoon’s bombshell news that Gerald Butts had quit his post as the prime minister’s principal secretary. Butts, one of Trudeau’s closest friends, had played a critical role in the revival of Liberal fortune and was, along with Trudeau’s chief of staff Katie Telford, central to Trudeau administration. Butts said he had done nothing wrong but was resigning to avoid being a further distraction to the government’s agenda.

WATCH: Justin Trudeau’s top adviser Gerald Butts resigns amid SNC-Lavalin controversy







In any event, Ipsos found that even before that additional turmoil, voter approval of the Trudeau government had dropped nine points since the beginning of the year down to 42 per cent in its most recent pulse-taking.

Trudeau’s own personal approval rating is now two points lower than it was after his disastrous trip to India this time last year.

“Those who strongly disapprove of his performance now outnumber those who strongly approve by a margin of four to one,” Bricker said.


READ MORE:
Halifax artist apologizes for controversial cartoon of Jody Wilson-Raybould

And yet, Trudeau is still doing better than his two main rivals, Scheer and Singh, who continue to have lower approval ratings than Trudeau.

“All is not bad for Trudeau,” Bricker said. “When assessed head to head with his major rivals, Scheer and Singh, he still does well on specific leadership attributes. Although the gap appears to be closing now.”

And just 38 per cent of those surveyed believe the Trudeau Liberals deserve re-election, while 62 per cent agreed that it was time to give another party a chance at governing.

A margin-of-error could not be calculated for this poll as the sample surveyed was not drawn randomly. That said, Ipsos says the accuracy of its polls can be gauged using a statistical measure known as a credibility interval. Applying this technique to this poll, Ipsos believes this poll would be accurate to within 3.5 percentage points, 19 times out of 20, compared to a poll of all Canadian adults

Exclusive Global News Ipsos polls are protected by copyright. The information and/or data may only be rebroadcast or republished with full and proper credit and attribution to “Global News Ipsos.” This poll was conducted between Feb. 14 and Feb. 18, with a sample of 1,002 Canadians from Ipsos’ online panel. The precision of Ipsos online polls is measured using a credibility interval. This poll is accurate to within +/ – 3.5 percentage points, 19 times out of 20, had all Canadian adults been polled.

© 2019 Global News, a division of Corus Entertainment Inc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

5 véloroutes au départ de Paris

[ad_1]

Plusieurs itinéraires cyclables nationaux et européens traversent la région francilienne. Le Havre, Strasbourg, mais aussi Londres et Hambourg sont des destinations desservies par ces autoroutes pour cyclovoyageurs.

Quitter Paris, s’enfoncer dans la campagne et parcourir des centaines de kilomètres par la seule force de ses mollets. Les Parisiens en quête de défi, de nature et de patrimoine peuvent emprunter l’une des nombreuses véloroutes qui traversent la capitale. Certaines promettent une balade de quelques kilomètres en Ile-de-France, notamment sur les bords de la Seine impressionniste. D’autres conduisent vers d’autres régions ou pays comme la Norvège et la République tchèque.

Points d’information réguliers, hébergements proches, «voies vertes» interdites aux véhicules à moteur… Autant d’aménagements qui facilitent les voyages à VTT, tandem, vélo couché ou vélo électrique. Avant d’enfourcher son vélo, mieux vaut se procurer une carte papier ou télécharger les données GPS de l’itinéraire. Gardez aussi en tête que certains tronçons ne sont pas balisés et qu’il peut exister des variantes au tracé officiel.

» LIRE AUSSI – La France à vélo, destination préférée en Europe

1. La Scandibérique (EV3), de Trondheim (Norvège) à Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne)

Longue de 5100 km, l’EuroVelo 3 relie l’Espagne à la Norvège. Sa section française, appelée Scandibérique, inaugurée en 2018, relie Hendaye à Maubeuge sur 1700 km, ce qui en fait le plus long itinéraire cyclable en France. Surnommée «route des Pèlerins», la véloroute passe notamment par les Landes, la Gironde, la Charente et la région Centre. De Tours à Orléans, elle suit le tracé de La Loire à vélo. À partir de Fontainebleau, l’itinéraire suit les méandres de la Seine jusqu’au bassin de l’Arsenal, près de Bastille. Il longe ensuite le canal Saint-Martin et le canal de l’Ourcq jusqu’à Pantin. Puis la véloroute se dirige vers la Belgique, l’Allemagne, le Danemark, la Suède et la Norvège.

» LIRE AUSSI – La «Scandibérique»: à vélo sur le chemin des pèlerins

2. La Véloscénie (V40), de Paris au Mont-Saint-Michel

De la place Saint-Michel au Mont-Saint-Michel. La Véloscénie (V40) relie le cœur de Paris au célèbre îlot rocheux sur 450 km. L’itinéraire traverse les départements de l’Eure-et-Loir, de l’Orne et de la Manche et passe non loin de nombreux sites célèbres comme le château de Versailles, la cathédrale de Chartres et les thermes de Bagnoles de l’Orne. La sortie de l’Ile-de-France se fait via la Haute-Vallée de Chevreuse et Rambouillet. Près de la moitié du parcours s’effectue sur des «voies vertes», interdites aux véhicules motorisés. Tranquillité garantie.

» LIRE AUSSI – La Véloscénie: de Paris au Mont-Saint-Michel, 450 km en pente douce

3. L’Avenue verte (V16), de Paris à Londres (Royaume-Uni)

Comme pour réconcilier les deux villes candidates, l’Avenue verte a été inaugurée lors des Jeux olympiques et paralympiques de Londres de 2012. Depuis le parvis de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, la route s’élance vers Dieppe (Seine-Maritime) sur 246 km. Deux variantes sont proposées au départ de Paris: l’une via les bords de l’Oise et Beauvais (Picardie), l’autre via le Vexin la vallée d’Epte (Normandie). À Dieppe, les cyclistes rejoignent les côtes anglaises avec les ferries de la compagnie DFDS pour environ 30€. La traversée de la Manche jusqu’à Newhaven dure quatre heures. Une fois en Angleterre, n’oubliez pas de rouler sur la voie de gauche et rappelez-vous que les distances sont indiquées en miles.

4. La Seine à vélo (V33), de Paris au Havre

Pour descendre la Seine de Paris jusqu’à son embouchure, empruntez la dénommée Seine à vélo. D’une longueur de 390 km, elle prend fin au Havre ou à Deauville selon les variantes. En région francilienne, elle se superpose à l’Avenue verte de Paris à Londres. Cette balade est l’occasion de découvrir la Seine impressionniste et notamment Giverny, berceau du courant artistique, où l’on peut visiter la maison de Claude Monet. Le tracé définitif doit être affiné d’ici à 2020 et certaines portions sont encore en cours d’aménagement.

» LIRE AUSSI – Pauses normandes entre Seine et mer

5. Via Carolina (V52), de Paris à Prague (République tchèque)

La V52 relie Paris à Strasbourg, la plus cycliste des villes de France. L’itinéraire traverse Troyes, Châlons-en-Champagne et Nancy. Il fait partie d’un grand itinéraire européen, Via Carolina (ou Paneuropea Radweg) qui relie les capitales française et tchèque sur 1500 km. Une fois franchi le Rhin, la véloroute traverse le sud de l’Allemagne en passant par Nuremberg. Le tracé coïncide avec la voie couramment empruntée au XIVe siècle par Charles IV, empereur du Saint-Empire et roi de Bohême.

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

SERVICE: Composez un voyage sur mesure avec Les Maisons du Voyage

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Maternelles 4 ans: le moyen pour la fin

[ad_1]

Comment expliquer que le gouvernement Legault fonce à toute allure vers l’implantation de maternelles 4 ans « mur à mur » ? Hypothèse. Les campagnes électorales relativement courtes et les réseaux sociaux, qui imposent des formules de communication simplifiées (lire : simplistes), forcent les partis politiques à ramener leurs programmes électoraux à quelques cris de ralliement. Mais derrière les slogans, il y a des motivations ; dans le cas des « maternelles 4 ans » : dépister les problèmes d’apprentissage le plus tôt possible. Comme citoyens qui votent, on peut bien évidemment adhérer pleinement à cet objectif de dépistage. Comme citoyens gouvernés, on compte toutefois que le parti élu fera preuve de discernement et qu’il sera capable de choisir, parmi les moyens à sa disposition, ceux qui permettront d’atteindre réellement l’essentiel de l’objectif visé plutôt que de ressasser obstinément le slogan qui l’annonçait. Ce qui vaut pour les maternelles 4 ans vaut aussi, mutatis mutandis, pour l’immigration et la laïcité, notamment. Merci, Monsieur le Premier Ministre François Legault, de retourner à l’écoute attentive de vos concitoyens et, surtout, de ne pas oublier les véritables motifs qui sont, qui devraient être, à la source de votre action politique. Il faut distinguer les slogans de campagne électorale des éléments fondamentaux d’un véritable programme de gouvernement.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

‘Canadians deserve answers’: Opposition to press on with parliamentary probe after Gerald Butts resignation

[ad_1]

A day after the bombshell departure of Prime Minister Justin Trudeau’s closest adviser, the SNC-Lavalin affair shows no sign of abating as the opposition parties cast his resignation as a sign there may be more to the scandal than initially thought.

The House of Commons justice committee will reconvene today to continue its study of a report that senior members of the Prime Minister’s Office pressured former justice minister Jody Wilson-Raybould to help Quebec-based multinational engineering firm SNC-Lavalin avoid criminal prosecution on bribery and fraud charges in relation to contracts in Libya.

Gerald Butts, Trudeau’s principal secretary and right-hand man, resigned Monday stating definitively that neither he or anyone else in the PMO pressured Wilson-Raybould to direct the Public Prosecution Service of Canada to sign a deferred prosecution agreement (DPA) — a legal tool resembling a plea deal — with SNC-Lavalin.

« At all times, I and those around me acted with integrity and a singular focus on the best interests of all Canadians, » Butts said Monday.

Rather than wipe the slate clean, Conservative Leader Andrew Scheer said Butts’ departure « does not in any way settle this matter. In fact, it presents even more questions that must be answered. »

Scheer said the staff changeover is a sign the prime minister is « desperate to keep the truth hidden. »

« Conservatives on the justice committee will continue to demand a thorough and public investigation, and all other options remain on the table, » Scheer said.

NDP MP Charlie Angus, the party’s ethics critic, said Butts’ departure — he calls the former staffer the « architect of the Sunny Ways » Trudeau playbook — could provoke a « political revolution. »

« For Gerry Butts to resign shows how much damage [the scandal] has done inside the Prime Minister’s Office … If Mr. Butts is willing to take a jump for the prime minister, at this point, it shows that they’re in free fall and total damage control, » Angus said in an interview with CBC News Network’s Power & Politics.

« The best thing the prime minister could do to restore public confidence is come into the House and agree to an independent inquiry … or else these questions are going to continue. »

The prime minister has denied any wrongdoing. He has said he told Wilson-Raybould last fall that any decisions on matters involving the director of public prosecutions were hers alone.

The Liberal and opposition members of the justice committee are expected to squabble today over who should be called to testify at the committee and just how wide-reaching the parliamentary probe should be.

At the top of the opposition witness wish list is Butts himself, but also Wilson-Raybould, who resigned from cabinet last week after the Globe and Mail published its initial report.

Wilson-Raybould had been demoted from the high-profile justice portfolio to the Veterans Affairs ministry in January.

Wilson-Raybould has stayed silent, claiming solicitor-client privilege — as attorney general, she was the government’s top lawyer — prevents her from speaking publicly.

She has taken the highly unusual step of retaining Thomas Cromwell, a recently retired Supreme Court justice, as her legal counsel as the scandal enters a new phase.

While the Liberal-controlled justice committee has agreed to study the matter, Liberal MPs defeated an NDP motion that would have compelled Butts and Wilson-Raybould to appear.

Following normal parliamentary procedure with respect to committee planning, members will discuss who they will call to the committee and define the scope of its investigation in private. The opposition parties had demanded these proceedings be held in public, whereas Liberals successfully pushed for closed-door discussions.

The parliamentary probe itself is expected to be televised.

More to come?

Opposition members have pointed to one line of Butts’ resignation statement in particular as an indication that there might be more developments to come.

Butts said, « My reputation is my responsibility and that is for me to defend. It is in the best interests of the office and its important work for me to step away. »

Not satisfied with a committee study alone, NDP Leader Jagmeet Singh is calling for a public inquiry into the government’s handling — and allegations of political interference — of the SNC-Lavalin affair.

Singh is demanding Trudeau waive solicitor-client privilege to allow his former justice minister to speak freely. Trudeau has said the privilege question is complicated and he is awaiting advice from current Attorney General David Lametti on what he can say in public. He has also said some of the government’s handling of the case is protected by cabinet confidentiality.

Speaking to reporters in B.C. a week out from the Burnaby South byelection in which he is running, Singh said intransigence by Liberal members of the justice committee demands another forum for investigation.

He said a public inquiry is the best way to « get to the bottom of what’s happened. »

« The scandal cuts to the heart of our democracy, » Singh said. « Canadians deserve a government that works for them, not a powerful multinational corporation that has deep ties to the Liberal Party. »

In addition to the committee study, federal Ethics Commissioner Mario Dion is examining the prime minister personally for any potential ethics code violations.

Trudeau loses long-time political ally

​In a tweet Monday, Trudeau said Butts served Canada with « integrity, sage advice and devotion. » He thanked the former staffer for his service and « continued friendship. »

In addition to the political partnership, the prime minister is close friends with Butts — a relationship that dates back to their time as students at McGill University in Montreal where they were members of the campus debating club.

Born in Glace Bay, N.S., a coal-mining town on Cape Breton Island, Butts worked on public policy in Ontario before becoming a senior staffer under former Liberal premier Dalton McGuinty at Queen’s Park.

Butts then made the leap to federal politics and helped chart Trudeau’s political future as leader of the Liberal Party and later prime minister.

Trudeau chats with Butts after the Liberal leadership debate in Mississauga, Ont., on Feb. 16, 2013. (Chris Young/Canadian Press)

Praised by his allies as a brilliant mind, and vilified by foes as the political puppet master behind the prime minister, Butts said Monday he is proud of his time as Trudeau’s top adviser.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Michèle Audette témoigne de sa tentative de suicide pour demander un meilleur contrôle des armes

[ad_1]

La disponibilité des armes à feu contribue au fléau du suicide dans les communautés autochtones, a témoigné Michèle Audette en comité sénatorial, lundi. Et elle a dit aux sénateurs qu’elle était bien placée pour le savoir, étant passée à un cheveu d’en retourner une contre elle.

La commissaire de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a offert à titre personnel un touchant témoignage devant le comité sénatorial de la sécurité nationale et de la défense, qui étudie le projet de loi C-71.

« En 2013, j’étais toute prête à partir. J’avais pris une montagne de pilules, et j’avais bu. Et chose qui ne s’était pas produite les fois où j’avais fait mes premières tentatives, je suis allée chercher un des fusils qui se trouvaient où j’habitais, et j’ai essayé de l’utiliser », a-t-elle raconté.

« Ce qui m’a sauvé la vie ce matin-là, c’est le cocktail de substances que j’avais pris, qui m’a fait sombrer dans un coma et qui m’a empêchée de prendre l’arme pour la retourner vers moi », a continué Mme Audette, la gorge nouée.

Le fait qu’autant d’armes circulent permet aussi « la commission d’actes d’une violence inouïe dans nos communautés », surtout compte tenu de la prévalence des cas de violence conjugale et familiale.

La militante des droits des femmes autochtones a exhorté les membres du comité à faire progresser le projet de loi, même si elle est consciente du fait que la présence d’armes à feu dans les communautés permet de respecter leurs droits ancestraux.

C’est de cet aspect que voulait entre autres discuter le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard. Il a ainsi réclamé divers assouplissements à C-71. « Ce projet de loi ne prend pas en compte et ne protège pas nos droits ancestraux issus de traités. […] Nulle part est-il mentionné […] de quelle façon les dispositions du projet de loi seront appliquées pour les Premières Nations ou sur leurs terres », a-t-il exposé.

« Il devrait être clairement indiqué que le droit de chasser des Premières Nations sera respecté et que nous n’aurons pas à obtenir une autorisation de transport pour des fusils de chasse, mais [pour] ceux qui sont classés à autorisation restreinte », a ajouté M. Picard.

Le projet de loi C-71 a été élaboré à partir des recommandations du Comité consultatif canadien sur les armes à feu, qui avait été mis sur pied par le gouvernement libéral. Or, ce groupe ne comprend aucun membre autochtone, a déploré Michèle Audette.

Il faut donc « s’en remettre à des occasions comme aujourd’hui pour pouvoir être entendus », a-t-elle fait remarquer.

La mesure législative C-71 a été déposée en mars dernier. Les conservateurs y sont farouchement opposés, entre autres parce qu’ils accusent les libéraux de vouloir réinstaurer un registre « par la porte d’en arrière » avec les mesures contenues dans le projet de loi.

Celui-ci oblige les marchands d’armes à conserver pendant au moins 20 ans les données sur les armes à feu sans restriction, et resserre les vérifications de sécurité menées pour déterminer si un acheteur est admissible à un permis d’armes à feu, entre autres.

En décembre dernier, des représentants de groupes qui militent pour un meilleur contrôle des armes sont venus à Ottawa afin d’exhorter les sénateurs à tout faire afin que C-71 soit adopté avant les élections d’octobre prochain.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

ses adresses à Paris XIVe

[ad_1]

MON QUARTIER – Le cofondateur et propriétaire du guide du Routard habite en bordure de la place Denfert-Rochereau depuis vingt-cinq ans. S’il a déménagé plusieurs fois, il n’a jamais quitté ce quartier qui lui est cher.

Pour Philippe Gloaguen, flâner le samedi en compagnie de ses petites-filles participe aux plaisirs de sa vie. Les commerçants font un peu partie de sa famille. À pied, comme dans un village, il y retrouve de vrais Parisiens, de la poissonnerie à la librairie du coin. Lorsqu’il était petit, le cofondateur du «Routard» arrivait de Meudon par la gare Montparnasse et allait déjà y faire des courses avec son père. D’où l’idée d’y habiter. Aussi n’a-t-il pas négligé Paris avec quatre guides pour mieux connaître notre capitale. Celui sur Paris a maintenant 15 ans, Paris Balades propose des visites en thématique historique, le Routard des amoureux à Paris est réservé aux romantiques, et, depuis cet été, le Paris-Île-de-France à vélo conseille une cinquantaine de randonnées. Depuis 1973, date de sa création, la Bible du bourlingueur n’a pas pris une ride. Sa force, ce sont les rééditions annuelles, enrichies de cartes et de photos couleur depuis cinq ans. Le compagnon de route de tout voyageur s’affiche leader dans son secteur et n’a pas souffert d’Internet. Son créateur le vend avec passion et une pointe d’humour: «Le guide papier est le plus nomade qui soit, pas besoin de recharge, de prise, il peut tomber par terre, il supporte le sable et, si vous avez un moustique, le “Routard” est très efficace!»

» LIRE AUSSI – Les 1200 coups de cœur du Routard en France

O Corcovado.
O Corcovado. Camille McOuat

Si tu vas à Rio…

N’oublie pas… de venir déguster la caïpirinha la meilleure du monde. Tout est authentique dans ce petit restaurant. Claudia, d’origine brésilienne, mitonne des plats typiques de son pays et Sébastien pourrait passer l’agrégation en cocktails calientes, option caïpirinha. J’ai une faiblesse pour celui à la passion accompagné de beignets ou de pains à l’ail. Avec les habitués, on refait le monde.

O Corcovado. 152, rue du Château (XIVe). Tél.: 01 43 27 50 87.

Au bon bougnat

Il existe encore de vrais bougnats, même si Éric, le patron, est… sarthois. Pas peu fier, il vient de recevoir la célèbre Bouteille d’or qui honore chaque année un authentique bistrot parisien. J’aime y venir avec mes petites-filles de 7 et 3 ans. Éric a des attentions pour tout le monde. Pas étonnant que ce soit un lieu de rendez-vous! On y croise Nicole Garcia, Anna Gavalda ou Léa Seydoux, qui viennent déguster le chou farci exceptionnel réalisé par Momo, à la tête de l’orchestre des casseroles.

Au P’tit Zinc. 2, rue des Plantes (XIVe). Tél.: 01 45 40 45 50.

Accordéon Paris Gourmands.
Accordéon Paris Gourmands. Danielle Pauly et Jean-Philippe Laruelle

Vive Yvette Horner!

Les boutiques d’accordéons sont rares, mais une épicerie qui propose des cours d’accordéon encore plus! Unique et atypique, Jean-Philippe propose du vin et des produits du terroir pendant que son épouse, Danielle, donne des cours d’accordéon et vend aussi les instruments. Pas besoin de connaître le solfège, le professeur s’adapte à votre niveau. Vous saurez tout sur la différence entre accordéon diatonique ou chromatique. Et si vous êtes découragé, achetez un harmonica en dégustant d’excellentes victuailles!

Accordéon Paris Gourmands. 80, rue Daguerre (XIVe). Tél.: 01 43 21 74 49.

Pains et gâteaux du bien-être

Une des boulangeries des plus bio de Paris. On ne connaît pas beaucoup d’endroits qui proposent des gâteaux sans sucre (eh oui!) et même du pain pour diabétiques (allégé en sel et augmenté en fibres, il se rapproche du pain toscan). Avec quatre à cinq fournées par jour, le pain est toujours chaud. Sans oublier leurs spécialités, des pains au sarrasin ou au maïs, connus pour leur index glycémique bas. Les intolérants au gluten y trouveront aussi leur bonheur. Et c’est bon!

LBH Boulangerie. 171, av. du Maine (XIVe). Tél.: 09 81 29 11 68.

La Petite Lumière.
La Petite Lumière. Olivier Renault

Ambassade de la culture

Cette librairie a su s’adapter à sa clientèle, qui est fidèle et nombreuse. On y va pour acheter un livre et on en ressort avec un deuxième opuscule… l’ouvrage préféré du patron. Lors d’une des rencontres avec des écrivains, je suis tombé sur l’auteur de L’Éloge immodéré du vin de Bordeaux. Non seulement l’écrivain donnait une explication passionnante des cépages bordelais, mais celle-ci a été suivie d’une dégustation (modérée) d’excellents breuvages. Rien de tel que les travaux pratiques pour mieux imprimer!

La Petite Lumière. 14, rue Boulard (XIVe). Tél.: 01 43 22 32 42.

Il est frais mon poisson!

Une poissonnerie exceptionnelle! Elle est tenue de main de maître par la souriante patronne, Frédérique. Celle-ci a astucieusement ouvert quelques tables qui touchent ses bancs et le poisson n’a que quelques mètres à faire pour sauter dans votre assiette. Le secret de sa fraîcheur? L’arrivée tous les jours de camions qui viennent de douze criées du littoral français. Plus frais, on ne connaît pas!

Daguerre Marée. 9, rue Daguerre (XIVe). Tél.: 01 43 22 22 52.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس