Connect with us

Actualités

Début du procès opposant Média QMI au site satirique «Journal de Mourréal»

Published

on

MONTRÉAL — Québecor maintient que le site satirique «Journal de Mourréal» détériore sa marque et la crédibilité du Journal de Montréal en entretenant la confusion entre l’information professionnelle vérifiée et le canular, la fausse nouvelle ou la satire.

Suprême ironie, c’est en ce lundi 1er avril que le site spécialisé en parodies de nouvelles s’est retrouvé devant la juge Micheline Perrault de la Cour supérieure, pour se défendre contre Média QMI, la filiale du conglomérat qui gère le Journal de Montréal.

Même si Québecor est celle qui poursuit le site satirique du «Journal de Mourréal», son avocat a ouvert sa cause en se défendant de s’en prendre à la liberté d’expression.

Dans ses remarques d’ouverture, Me Marek Nitoslawski a immédiatement centré la cause sur l’usage de la marque de commerce du Journal de Montréal, reprochant au site satirique de l’avoir «appropriée, déformée de façon servile» dans le seul but de s’appuyer sur sa notoriété pour générer des visionnements et, donc, des revenus.

Tant le logo du site satirique que son adresse internet — ce qui est appelé l’URL — sont identiques à ceux du Journal de Montréal à l’exception de deux lettres qui ont été changées pour créer le mot «Mourréal».

Le Journal critiqué par erreur

Premier témoin appelé à la barre, le vice-président aux contenus numériques de Québecor, Mathieu Turbide, est venu présenter au tribunal des courriels de lecteurs envoyés au Journal de Montréal pour se plaindre de la publication de fausses informations, plaintes qui visaient en fait des articles du «Journal de Mourréal».

«Si cette personne nous pose cette question, c’est qu’elle pense que la nouvelle vient de chez nous», a fait valoir le témoin après avoir lu un courriel d’une lectrice se demandant pourquoi le Journal de Montréal avait publié une fausse nouvelle.

Il a également présenté une série de captures d’écran de Facebook où des gens s’en prenaient au Journal de Montréal, le qualifiant de «feuille de chou» et autres épithètes moins polies sous des publications ou des partages du «Journal de Mourréal».

«Pour nous il y a un risque assez évident de confusion et ensuite, après la confusion, une dégradation de la marque», a avancé le gestionnaire.

«À partir du moment où les gens commencent à avoir un doute que quand ils lisent nos contenus, que ce n’est pas nécessairement vérifié ou ce n’est pas vrai, (…) il y a une atteinte à la réputation et à la crédibilité de notre marque», a insisté M. Turbide, ajoutant qu’il était clair dans son esprit que «des gens sont sortis avec une opinion négative du Journal de Montréal à la suite de la consultation de ces contenus».

Une pente à remonter depuis longtemps

Mathieu Turbide n’a pas hésité, d’ailleurs, à reconnaître que le Journal de Montréal a déjà une pente à remonter en termes de crédibilité, et ce, depuis longtemps, «étant un tabloïd à la base avec parfois une réputation historique qui n’est pas méritée».

«On se bat contre ça depuis des décennies. Le Journal de Montréal, c’est une salle de rédaction de 100 personnes, c’est un bureau d’enquête, le plus important bureau de journalistes d’enquête au Québec, ce sont des nouvelles très sérieuses qui font très souvent l’actualité un peu partout, qui retentissent un peu partout, jusqu’au parlement.»

Selon lui, des gens qui trouvent un contenu déplacé, faux, vulgaire ou insensé et qui l’attribuent erronément au Journal de Montréal à cause de la confusion provoquée par le site satirique, «lorsqu’ils vont voir des contenus provenant du Journal de Montréal, le vrai, ils ne viendront pas lire. Ils vont se dire que ce journal est rendu à publier n’importe quelle niaiserie pour attirer des clics.»

Mathieu Turbide avait amorcé son témoignage en rappelant qu’il est devenu très difficile pour un média de se différencier sur le web avec la multiplication des sources d’information qu’on y trouve et qu’à une époque où se multiplient les fausses nouvelles, le nom d’une source devient très important puisqu’il rassure les internautes quant à la provenance de l’information.

Contre-interrogatoire inhabituel

C’est l’un des créateurs du site, Janick Murray-Hall, qui est lui-même poursuivi, qui a contre-interrogé M. Turbide puisqu’il se représente lui-même.

Étonnamment bien préparé, il a réussi à mettre en preuve que Québecor avait beaucoup tardé avant d’intenter une poursuite, attendant près de 30 mois après avoir été informé de l’existence du site pour porter l’affaire devant la Cour, une attente qui laisse croire selon lui que «le préjudice allégué n’est pas terrible».

Il a également présenté des articles provenant de plusieurs plateformes d’information de Québecor, que ce soit Journal de Montréal, l’Agence QMI ou TVA Nouvelles, portant sur des imbroglios causés par le site satirique où l’on fait référence au «Journal de Mourréal» comme étant «un site internet satirique bien connu dans la province», dans le but de démontrer que la distinction entre les deux est généralement bien établie chez les lecteurs.

Quant aux reproches de contenus choquants, déplacés ou vulgaires, Janick Murray-Hall a confronté le haut dirigeant de Québecor à des publications portant sur des sujets scabreux sur le site du Journal de Montréal, mais Mathieu Turbide a répliqué qu’il s’agissait là de contenus publiés dans le Sac de Chips, l’onglet humoristique du Journal, et qu’ils portaient tout de même sur des événements réels.

Lorsque Janick Murray-Hall lui a demandé s’il considérait alors qu’il s’agissait de nouvelles d’intérêt public, Mathieu Turbide a simplement répondu: «Je n’ai pas dit ça».

Une simple affaire de marque de commerce

D’entrée de jeu, Me Nitoslawski avait insisté sur le fait que Média QMI est «pour la liberté d’expression (…), n’est pas contre la parodie (…) ne veut pas taire la satire et encore moins fermer le site» du «Journal de Mourréal».

L’avocat a répété que la cause n’en était pas une de liberté d’expression comme le soutient le défendeur, mais bien d’usage illégal d’une marque de commerce, au point où le site satirique avait modifié son propre logo pour maintenir l’apparence de celui du Journal de Montréal à peine deux jours après que ce dernier eut modifié le sien en 2013.

L’autre concepteur du site satirique, Olivier Legault, a au contraire soutenu, à la sortie de l’audience, que «l’exception existe déjà au Canada pour parodier tout ce qui est touché par les droits d’auteur. Notre but, c’est d’obtenir que les marques de commerce soient atteintes par exactement les mêmes exceptions que les autres propriétés intellectuelles au Canada.»

Et il a été très clair sur le fait que le choix du Journal de Montréal comme cible était délibéré: «On le fait parce qu’ils sont les plus « l’fun » à parodier. Le Devoir, sans vouloir rien enlever au Devoir, ce n’est pas assez divertissant pour le parodier. (…) Il n’y a pas de sensationnel. Ce qui est « l’fun » à parodier, c’est justement des trucs « trash ».»

Fait à noter, les données fournies par les responsables du «Journal de Mourréal» démontrent que celui-ci a recueilli 53 550 $ de 2013 à 2019 en revenus publicitaires avec le site.

Durant son témoignage, Mathieu Turbide a aussi fait valoir qu’il en coûte «des millions de dollars» annuellement pour faire la promotion du Journal de Montréal.

Janick Murray-Hall et son collègue Olivier Legault, qui ont créé le site satirique, avaient laissé entendre qu’ils se présenteraient déguisés en Cour. M. Murray-Hall s’est plutôt présenté en jeans et chemise par-dessus un t-shirt, mais son collègue Olivier Legault portait un smoking.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Denis Coderre propose un marché public dans le Vieux-Montréal

Published

on

By

Denis Coderre promet d’implanter un marché public au marché Bonsecours, dans le Vieux-Montréal, s’il est porté au pouvoir en novembre prochain. Cette proposition fait suite à une rencontre qu’il a eue la semaine dernière avec les commerçants du marché Bonsecours. Mais ceux-ci préviennent qu’ils ne souhaitent pas des étals de fruits et de légumes semblables à ceux des marchés Jean-Talon et Atwater.

« Ville-Marie a besoin d’un marché et le marché Bonsecours pourrait être un marché public, au même titre qu’Atwater et Jean-Talon », a soutenu Denis Coderre jeudi matin, alors qu’il présentait les candidats de son équipe dans les arrondissements de Rosemont–La Petite-Patrie et d’Outremont. Selon le candidat, ce projet permettrait de faire du marché Bonsecours un lieu de destination pour les touristes, mais aussi pour les Montréalais. Il a indiqué avoir rencontré l’ensemble des commerçants à ce sujet la semaine dernière.

Denis Coderre a précisé qu’il habitait non loin du marché Bonsecours et qu’il pourrait aller chercher ses fruits et légumes à pied. Au passage, il a affirmé que le bâtiment patrimonial était dans un état « pitoyable » et qu’il faudrait y voir.

Jointe par Le Devoir, Anne de Shalla, propriétaire de la boutique Signatures Québécoises du marché Bonsecours, confirme que les commerçants ont rencontré M. Coderre pour lui présenter leur vision d’avenir. Mais dans le plan d’affaire présenté au candidat à la mairie, il n’était pas envisagé que le marché Bonsecours devienne un marché de fruits et légumes uniquement, a-t-elle expliqué. Les commerçants souhaitent simplement que le marché Bonsecours soit doté de la même structure administrative que les marchés Atwater et Jean-Talon, a-t-elle indiqué.

« On voudrait gérer le marché Bonsecours nous-mêmes. On aimerait prendre la relève des fonctionnaires », a-t-elle dit en évoquant des lacunes telles que l’entretien des lieux et les heures d’ouverture jugées inadéquates par les commerçants. À l’heure actuelle, le marché Bonsecours abrite des boutiques de mode, d’artisanat et de bijoux.

« Notre vision, c’est de rendre le marché Bonsecours comme un marché public avec les mêmes droits que le marché Atwater ou le marché Jean-Talon », précise-t-elle. « On voudrait continuer avec les produits qu’on a déjà et ajouter des produits du terroir, mais on ne veut aucunement ressembler au marché Jean-Talon ou au marché Atwater pour ce qui est du contenu. »

Le marché Bonsecours, qui accueillait 15 commerces avant la pandémie, n’en compte plus que huit. Comme des espaces sont demeurés vacants, Mme de Shalla évoque la possibilité d’ajouter des boulangeries, charcuteries, des comptoirs de plats à emporter, des pop-up shops, ainsi que des boutiques proposant des produits du terroir. « On ne va pas se mettre à vendre des salades sur le parvis Bonsecours. Ce n’est pas ça l’objectif. »

En après-midi, Ensemble Montréal a soutenu que le projet de transformation du marché Bonsecours serait précisé à automne. « Quoi qu’il en soit, M. Coderre, qui a rencontré les marchands du marché Bonsecours, souhaite bien sûr répondre aux besoins exprimés par les commerçants », a indiqué Elizabeth Lemay, attachée de presse chez Ensemble Montréal.

Continue Reading

Actualités

Nous sommes de retour»: les festivals d’été reprennent à Montréal

Published

on

By

Dans le quartier des spectacles, des tests de son étaient en cours vendredi soir sur la scène d’une comédie musicale — au deuxième jour du festival Juste pour rire. Les billets pour de nombreux spectacles en plein air gratuits du festival — limités par la réglementation COVID-19 — avaient trouvé preneurs.

Deux coins de rue plus loin, une centaine de personnes assistaient à une prestation acoustique du Isaac Neto Trio – dans le cadre du dernier week-end du Festival international Nuits d’Afrique, une célébration de la musique du continent africain et de la diaspora africaine.

Alors que la capacité des sites est limitée en raison de la pandémie de COVID-19, les organisateurs du festival se disent heureux d’être de retour, mais attendent avec impatience l’année prochaine en espérant que les restrictions aux frontières et les limites de capacité n’affecteront pas leurs plans.

Charles Décarie, le président-directeur général du Groupe Juste pour rire, a déclaré qu’il s’agissait d’une «année de transition» et que son équipe a conçu un festival en naviguant à travers les contraintes imposées par la Santé publique.

Lorsque la planification a commencé en février et mars, les organisateurs ont planché sur une multitude de scénarios avec différentes tailles de foule, allant de l’absence de spectateurs à la moitié de la capacité habituelle, a déclaré M. Décarie.

«Vous devez construire des scénarios, a-t-il expliqué. Vous devez planifier un peu plus que d’habitude parce que vous devez avoir des alternatives.»

Comme par le passé, les festivals incluent à la fois des spectacles en salle payants et des représentations en plein air gratuites. À l’extérieur, il y aura moins de scènes et des foules plus petites que dans les dernières années, a précisé M. Décarie. Les spectacles en salle fonctionneront à 30 % de leur capacité, tandis que les spectacles à l’extérieur auront environ 10 à 20 % de du nombre de spectateurs d’avant la pandémie.

«Normalement, nous accueillons environ un million de personnes pendant les festivals sur 15 jours, et cette année, nous serions heureux si 200 000 personnes nous rendent visite au cours des deux prochaines semaines», a indiqué M. Décarie.

Au Québec, les événements extérieurs ont une capacité maximale de 5000 personnes, qui doivent être divisées en sections distinctes de 500 personnes. Les événements en salle sont limités à 3500 spectateurs, qui doivent s’asseoir en sections de 250 personnes, avec des entrées et des toilettes séparées pour chaque section.

En raison des restrictions frontalières, que M. Décarie qualifie de «préoccupation majeure», certaines prestations sont filmées à New York et à Los Angeles et seront diffusées en ligne.

«C’est ainsi que nous avons pu joindre des talents internationaux, a-t-il déclaré. Nous avons décidé de changer notre façon de procéder, et nous sommes allés vers eux.»

Les spectacles en personne mettront pour leur part en vedette des artistes locaux, a-t-il déclaré.

D’autres festivals montréalais affirment également qu’ils prévoient de contourner les restrictions frontalières en se concentrant sur les artistes locaux.

Le Festival international Nuits d’Afrique présente des artistes locaux et des prestations enregistrées des années précédentes, a mentionné vendredi la directrice générale et co-fondatrice du festival, Suzanne Rousseau.

«Les premières nuits, en particulier, étaient incroyables», a-t-elle déclaré à propos du festival, qui a débuté le 6 juillet et se poursuit jusqu’à dimanche. Les artistes disaient: «C’est mon premier spectacle devant public depuis un an et demi».»

Le volet extérieur du festival consiste en deux petites scènes de style «cabaret», a commenté Mme Rousseau. Au lieu d’une scène principale, un spectacle son et lumière est projeté sur un bâtiment. Il présente des prestations filmées qui portent sur les 35 ans d’histoire du festival.

«Ce qui est important, c’est que les festivaliers puissent venir voir des spectacles en personne, a-t-elle déclaré. Et d’avoir des prestations en ligne pour les gens qui ne peuvent pas se rendre à Montréal ou qui ne peuvent pas voyager.»

Mme Rousseau a affirmé qu’elle espère conserver certains des volets en ligne dans les années à venir, mais qu’elle souhaite également organiser un festival plus important l’année prochaine.

«On est vraiment content d’avoir fait un festival cette année, ça nous prépare pour l’année prochaine, a-t-elle déclaré. Cela nous donne l’ambition d’être prêts à recevoir plus de monde, plus de performances et une expérience complète.»

Certains des grands festivals d’été de Montréal, dont le Festival international de Jazz de Montréal, ont été repoussés au mois de septembre. Mme Rousseau a toutefois soutenu qu’elle n’avait jamais envisagé de retarder l’édition de cette année du festival Nuits d’Afrique.

«C’est vraiment important d’être là pendant l’été. Il n’y avait aucun doute que nous allions le faire», a-t-elle déclaré.

Francis Bouchard, un porte-parole de Tourisme Montréal, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion du secteur touristique de la ville, a indiqué qu’avec les événements reportés, la période des festivals durera jusqu’en octobre de cette année. Il est encourageant, a-t-il dit, de constater que des festivals et des événements qui ont été reportés ou annulés l’année dernière soient de retour cet été et cet automne.

Continue Reading

Actualités

Forte augmentation du prix des maisons dans le Grand Montréal

Published

on

By

Des actions concrètes pour pallier la crise du logement sont demandées à Québec et Ottawa, alors qu’il s’avère de plus en plus difficile pour les premiers acheteurs de se procurer une maison. Le prix d’une propriété dans le Grand Montréal a grimpé de 21,7% au cours du deuxième trimestre de l’année, selon une étude de l’entreprise immobilière Royal LePage.

En moyenne, il faut désormais 514 000$ pour s’acheter une maison. Ce montant est calculé en fonction de tous types de propriétés disponibles, que ce soit sur le marché de la revente ou parmi les nouvelles constructions.

Les appartements en copropriété sont également plus dispendieux, atteignant un prix moyen de 405 000$, considérant une hausse de 14,1%.

Se loger représente un défi de plus en plus grand, «même pour la classe moyenne», a convenu la mairesse de Montréal Valérie Plante en conférence de presse, mardi. Selon elle, cette surchauffe immobilière est l’un des plus grands défis qui attendent «les grandes villes qui réussiront à se démarquer à l’international».

Elle demande toutefois de l’aide du gouvernement du Québec, notamment pour limiter les reventes rapides. Celles-ci sont en hausse, confirme-t-on dans un rapport publié par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). «Quand il est question du prix des maisons, je n’ai pas beaucoup d’outils juridiques, se désole-t-elle. Il faut prévoir plus de contrôle à Québec.»

Inciter les entrepreneurs

La Ville de Montréal a également un rôle important à jouer dans l’abordabilité des maisons, convient toutefois le professeur titulaire de la faculté d’architecture de l’Université McGill, Avi Friedman. Selon lui, les villes doivent exiger que des logements sociaux soient inclus dans les projets des entrepreneurs en construction avant de leur octroyer un permis.

«Les villes doivent faire preuve de créativité lors du zonage des lieux. Souvent, elles n’exigent pas un retour de la part des promoteurs en termes d’accessibilité financière pour leur permettre de construire des immeubles de grande hauteur.»

Avi Friedman, professeur titulaire de la faculté d’architecture de l’Université McGill

Le gouvernement provincial pourrait également subventionner les entrepreneurs pour les projets de construction de maisons à prix abordables, suggère-t-il.

«C’est quelque chose qui a été fait en Ontario, dans les années 80 et 90. Une des raisons derrière cette crise majeure, c’est que les maisons sont trop grandes: les entrepreneurs n’ont aucune raison d’en construire des petites. Le gouvernement doit adopter des mesures plus sérieuses, plus agressives.»

«Malheureusement, plusieurs jeunes ne seront jamais capables de s’acheter une maison dans la région de Montréal. Dans la dernière année, le gouvernement a instauré beaucoup d’efforts en matière d’aide à l’emploi, maintenant, il doit faire la même chose pour l’habitation.»

Avi Friedman, professeur titulaire de la faculté d’architecture de l’Université McGill

Ralentissement prévu

S’il n’en tient qu’au directeur général de Royal LePage, il faut cependant s’attendre à ce que ces «hausses extrêmement élevées» des prix des maisons soient «derrière nous».

«La période d’appréciation record des prix des maisons a été stimulée par une crise sanitaire sans précédent de notre histoire récente. Le retour à des taux d’appréciation plus modérés se fera de manière organique à mesure que l’économie se rééquilibrera et que la population s’appropriera des habitudes de consommation post-pandémie», explique-t-il.

L’inventaire de logements disponibles pourrait être bonifié par la vente future des baby-boomers. 62% des membres de cette génération possèdent des propriétés de Montréal. Parmi eux, 35% considéraient vendre leur propriété au cours des cinq prochaines années, selon un sondage de Royal LePage.

De ce groupe, la majorité cherchera toutefois à s’acheter une maison détachée, ce qui pourrait créer une compétition avec les premiers acheteurs.

Continue Reading

Chat

Anglais2 mois ago

Nostalgia and much more with Starburst XXXtreme

Opinions2 mois ago

Même les jeunes RÉPUBLIQUES se lassent du capitalisme, selon les sondeurs américains — RT USA News

Opinions2 mois ago

« Aucune crise climatique ne causera la fin du capitalisme ! »

Opinions2 mois ago

Innovation : le capitalisme « responsable », faux problème et vraie diversion

Opinions2 mois ago

Vers la fin du Capitalocène ?

Opinions2 mois ago

Le “capitalisme viral” peut-il sauver la planète ?

Opinions2 mois ago

Livre : comment le capitalisme a colonisé les esprits

Opinions2 mois ago

Patrick Artus : « Le capitalisme d’aujourd’hui est économiquement inefficace »

Opinions2 mois ago

Zemmour candidat “sous-marin” pro-Macron, ce complotisme autorisé…

Opinions2 mois ago

La durée des vols bientôt divisée par deux. Merci le capitalisme !

Opinions2 mois ago

Economie politique. «Brevets et capitalisme»

Opinions2 mois ago

Le Parti communiste d’Afrique du Sud a cent ans

Opinions2 mois ago

Le wokisme est un anti-libéralisme

Opinions2 mois ago

Au moment où la critique du capitalisme ultralibéral et financiarisé obtient un plus large consensus, il devient crucial de ne plus se limiter à elle : aujourd’hui, l’enjeu cardinal est celui de l’alternative à un modèle discrédit.

Opinions2 mois ago

Ce que le capitalisme fait aux femmes

Mode2 mois ago

Louis Vuitton crée Charlie, sa première basket unisexe et écoresponsable

Mode2 mois ago

L’Événement Evening Dresses Show Retourne À Salerno Du 1 Au 3 Septembre 2021 Inaugurant La Saison Internationale Du Prêt-À-Porter

Mode2 mois ago

LVMH continue son ascension, tiré par son activité Mode et Maroquinerie

Mode2 mois ago

Mode: Carven va rouvrir aux Champs-Elysées, après des décennies de fermeture

Mode2 mois ago

Mode : les créations de Công Tri plébiscitées par les stars internationales

Anglais3 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie3 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais3 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Santé Et Nutrition3 années ago

Gluten-Free Muffins

Anglais3 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais3 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition3 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais3 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais3 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais3 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie3 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais3 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Anglais3 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Mode3 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Styles De Vie3 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires3 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais3 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais3 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Technologie3 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais1 année ago

The Bill Gates globalist vaccine depopulation agenda… as revealed by Robert F. Kennedy, Jr.

Trending