Des croupiers de casinos de Vancouver congédiés pour tricherie et complot

La belle ville de Vancouver n’a pas cessé de faire la une avec ces croupiers malhonnêtes. La majorité de ces derniers ont fini par être des masqués et mis à la porte comme c’était le cas au « Parq Casino », au « River Rock Casino » et au « Hard Rock Casino ». Un autre moyen sûr pour profiter de ces jeux de casino, c’est en jouant en ligne à travers de tel site comme le Ruby Fortune.  Grâce à ce site de jeux virtuels pour cellulaire vous êtes plus garanti de la fiabilité et l’intégrité du casino en ligne.

1) Le cas des croupiers du « Parq Casino » de Vancouver

C’est l’histoire de 3 croupiers récemment employés au « Parq Casino » qui se sont fait renvoyer en 2018 premièrement pour leur implication dans une fraude correspondant à la somme de 120 000 dollars canadiens et deuxièmement pour leur participation dans des accords frauduleux avec les gérants dudit casino.

Toute cette magouille a pu être découverte grâce à l’intervention de la « British Columbia Freedom of Information Law » et le Ministère du Procureur Général qui a révélé les résultats de son investigation.

D’après leurs enquêtes, ces 3 croupiers étaient plutôt de nature très généreuse lorsqu’il s’agissait de la distribution des jetons de casino durant les parties de jeux. Et ils le faisaient très régulièrement en accord avec les gérants dudit casino sachant parfaitement que tout ceci ne faisait pas partie des règles du jeu. Au bout du compte, les croupiers ont réussi à dissimuler les sommes respectives de 37 000, 40 000 et 43 000 dollars canadiens au profit de certains joueurs qui en temps normal n’auraient pas dû empocher cette somme.

Durant les sessions de jeu, les joueurs qui recevaient ces paiements en jetons de casino n’avaient pas le droit d’empocher ladite somme, ce qui est clairement considéré comme un délit au casino. Mais malheureusement, une fois de plus malgré tous les efforts et dispositions mis en place les enquêtes n’ont pas pu révéler plus de détails par rapport à cette négociation malhonnête. La conclusion fut juste tirée que certains croupiers pouvaient se retrouver impliqués dans certaines pratiques illégales au cours de leur travail pendant les parties de jeu de casino.

Ed Rampone, un ancien Directeur des investigations liés aux casinos en collaboration avec la « B.C Gaming Policy and Enforcement Branch » avait déjà fait face à un tel scénario au paravent dans le même « Parq Casino ». Et à chaque fois dans ce genre de situation, il a été rendu compte que pour qu’un cas de tricherie puisse avoir lieu, les deux parties doivent être en accord, car à la longue toutes les deux parties vont en tirer profit. Il poursuivit en disant qu’il est beaucoup plus aisé pour les croupiers du blackjack de glisser des jetons supplémentaires au joueur au moment même où il les lance sur la table. Et à chaque fois dans ce genre de situation, il a été rendu compte que pour qu’un cas de tricherie puisse avoir lieu, les deux parties doivent être en accord, car à la longue toutes les deux parties vont en tirer profit. Un exemple plus palpable d’un tel accord peut être le suivant : pour chaque jeton d’une valeur comprise entre 100 et 1000 dollars qui est glissé frauduleusement au joueur, le croupier peut recevoir de la part de ce joueur la moitié ou un tier du même montant.

Toujours en relation avec ce cas de tricherie provenant du « Parq Casino » de Vancouver, son Vice-Président chargé des affaires réglementaires et de la conformité, Angela Swan, n’a pas dit grand-chose à ce sujet sauf pour élucider l’affaire. Sa réponse fut très brève en citant que le « Parq Casino » prend toutes les plaintes dressées très au sérieux et ne fera pas de commentaires quelconques sur les affaires internes de ses employés.

2) Le cas de blanchiment d’argent du « River Rock Casino »

Toujours dans la même lancée des cas de malhonnête des casinos, voici un autre récit qui concerne un cas de blanchiment d’argent.

La scène s’est déroulée en 2017 au « River Rock Casino » de Richmond où un de ses employés de casino avait mal agit en aidant un client banni du casino avec une transaction en espèces. Aucun détail précis n’a pu être obtenu à propos de cet incident, et même les charges retenues restent inconnues au public.

En tout, le bilan fait état de 88 cas de fraudes venant des employés de casinos entre la période de janvier 2016 et octobre 2018. Et parmi ces 88 employés coupables, 79 ont fini par être licenciés de leur poste au casino. À l’heure actuelle, il existe 8,602 employés de casino dans la région de Vancouver.

À la suite de cette vague de fraude parmi les employés de casino, un autre cas de fut signalé encore au « Parq Casino ». Cette fois-ci, un employé du « Hard Rock Casino » a été démasqué en train de vendre de faux jetons. Le « Hard Rock Casino » n’a pas hésité à renvoyer cet autre employé malhonnête.

3) Les cas de complots dans les casinos de Vancouver

Finalement, on aura tout vu venant des employés des casinos de Vancouver. Voici un autre cas qui parle de complot dans un casino.

Plus précisément en 2017, on a pu mettre la main sur un joueur du « Cascades Casino » à Langley, qui a réussi à bénéficier maligne ment de 7 000 $ grâce à des jetons sans titre.

L’autre cas de vol a été démasqué eu « Hard Rock Casino » où un employé dudit casino a monté un complot avec un joueur du casino sur un coup de vol pour un montant estimé de 5 000 $.

Tant dit que la plupart des employés de casino étaient renvoyé pour des cas extrêmes comme le vol et la fraude, d’autres inconscients se sont retrouvés à la porte pour de raisons assez minimes comme le cas de vol de cigarettes. Cela s’est passé au « Chances Casino » à Kelowna où un employé a volé les cigarettes et le briquet d’un de ses collègues. Dans la ville de Penticton cette fois-ci, un employé a été rétrogradé sans toutefois être licencié parce qu’il avait volé 2 barres de chocolat du magasin du « Lake City Casino » où il travaillait.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *