Connect with us

Actualités

Pénurie d’infirmières: le gouvernement dévoile sa stratégie

Published

on

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a dévoilé sa stratégie de dix ans afin de s’attaquer à la pénurie d’infirmières qui sévit dans la province.

La stratégie présentée mardi à Fredericton par le ministre de la Santé et le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail repose sur quatre piliers: la promotion de la profession, l’amélioration de la formation, le recrutement à l’étranger et l’amélioration de la qualité des emplois et de la conciliation travail-famille.

Le gouvernement provincial espère recruter 130 infirmières de plus chaque année au cours de la prochaine décennie.

«Notre plus grand défi dans le domaine des soins de santé, ce sont les ressources humaines», a déclaré Ted Flemming.

«Si nous n’agissons pas immédiatement, nous allons avoir des problèmes plus tard», a confié le ministre de la Santé, tout en rappelant que de nombreux services ont déjà dû être fermés temporairement dans plusieurs hôpitaux de la province ces derniers mois en raison du manque d’infirmières.

Le Nouveau-Brunswick envisage notamment d’offrir des incitatifs financiers aux étudiantes et aux nouvelles diplômées pour les convaincre d’exercer leur profession dans la province.

Fredericton promet aussi de «recruter activement» des infirmières formées à l’étranger et de faciliter la reconnaissance de leurs diplômes.

De nouveaux fonctionnaires ont d’ailleurs déjà été embauchés pour guider les infirmières étrangères dans leurs démarches.

Au cours des quatre dernières années, à peine 31 diplômées de l’étranger ont demandé à faire reconnaître leurs qualifications au Nouveau-Brunswick et seulement huit y sont parvenues.

Le gouvernement veut également offrir plus rapidement des emplois permanents aux nouvelles infirmières et mieux les encadrer.

«D’autres employeurs recrutent activement des diplômées du Nouveau-Brunswick et leur offre des incitatifs financiers ainsi que des emplois permanents», alors que les deux réseaux provinciaux de la santé se contentent souvent de leur offrir des «emplois occasionnels sans avantages sociaux», indique-t-on dans la stratégie

Le document d’une dizaine de pages contient 21 mesures au total qui ont été élaborées avec différents intervenants comme l’Association des infirmières, le Syndicat des infirmières, les réseaux de la santé et les universités.

Les ministres Ted Flemming et Trevor Holder n’ont pas voulu dire combien d’argent le Nouveau-Brunswick était prêt à investir pour atteindre les objectifs de la stratégie.

Le gouvernement avait été sévèrement critiqué plus tôt cette année pour avoir mis fin à une subvention annuelle de 8,7 millions $ versée depuis 2005 à l’Université de Moncton et l’Université du Nouveau-Brunswick pour accroître le nombre de places dans leurs programmes de science infirmière.

M. Holder, le ministre de l’Éducation postsecondaire, avait alors accusé les deux universités de ne pas avoir créé les places pour lesquelles elles avaient été payées. L’U de M et UNB s’étaient défendues en disant que cet argent suffisait à peine pour maintenir les places actuelles.

Dans la nouvelle stratégie, Fredericton s’engage à «aborder les incohérences entre le nombre de places, la baisse des admissions aux programmes et toute liste d’attente pour accéder aux programmes».

Il n’est cependant pas question dans le plan de rétablir le financement perdu ou d’aider financièrement les universités d’une autre façon.

Pourtant, former des infirmières coûte très cher, surtout en raison du côté clinique, rappelle la directrice de l’École de science infirmière de l’Université de Moncton, Suzanne Harrison.

«Ce n’est pas évident pour les programmes de voir comment nous pouvons aller de l’avant et augmenter le nombre d’inscription lorsque nous n’avons pas nécessairement le financement qui va avec.»

Lors de la conférence de presse, le ministre Holder a indiqué que les universités ne recevraient pas davantage d’argent avant de pouvoir montrer des résultats concrets.

Selon le gouvernement, le nombre d’inscriptions en science infirmière au Nouveau-Brunswick est passé de 522 en 2011 à 325 en 2017.

La question des salaires des infirmières n’est pas non plus abordée directement dans la nouvelle stratégie.

Selon la vice-présidente aux Services cliniques du Réseau de santé Vitalité, Johanne Roy, il s’agit d’un aspect sur lequel la province devra se pencher tôt ou tard.

«Au niveau du salaire, nous ne sommes peut-être pas les plus attrayants au Canada. Si c’est le cas, ça peut être difficile d’attirer des infirmières d’ailleurs au Canada au Nouveau-Brunswick si les conditions salariales sont inférieures.»

Quatre-vingt postes d’infirmières sont actuellement vacants au sein du réseau Vitalité seulement.

NCLEX-RN: des signes d’ouverture

La nouvelle stratégie provinciale en matière de ressources infirmières contient une brève allusion à l’examen NCLEX-RN qui cause tant de problèmes aux diplômés francophones depuis son entrée en vigueur en 2015.

Fredericton promet de «collaborer avec les parties prenantes, afin d’améliorer les processus reliés à l’examen d’admission à la profession».

Interrogé sur cette mesure, le ministre de la Santé, Ted Flemming, a mentionné le besoin d’assurer la disponibilité de plus de ressources préparatoires à l’examen en français.

«Nous devons nous assurer que les étudiants de l’Université de Moncton aient les mêmes ressources et les mêmes possibilités de se préparer à ces examens que n’importe qui d’autre», a-t-il dit.

La présidente de l’Association des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick, Maureen Wallace, qui était présente lors de la conférence de presse, espère recevoir le soutien financier du gouvernement provincial pour effectuer la traduction de ces ressources.

«Les questions de pratique sont disponibles dans les deux langues et l’examen est disponible dans les deux langues. Il nous faut maintenant accroître la disponibilité d’un plus grand nombre de documents préparatoires dans les deux langues.»

L’Association est l’ordre professionnel qui réglemente la profession infirmière dans la province.

Le ministre Flemming et Mme Wallace avaient rendez-vous mardi après la conférence afin de discuter du sujet.

On signale dans la stratégie que le taux de réussite des diplômées néo-brunswickoises à l’examen NCLEX-RN lors de leur première tentative était le «plus bas au Canada» en 2015, 2016 et 2017.

En 2018, le taux de réussite des diplômées de l’Université du Nouveau-Brunswick (84%) était légèrement inférieur à la moyenne nationale (85,6%) alors que celui des futures infirmières de l’Université de Moncton était beaucoup plus bas (64%).

L’U de M continue de réclamer la mise au rencart de l’examen informatisé importé des États-Unis et adapté pour le Canada à la faveur d’un examen conçu au Canada.

NCLEX «est vraiment un obstacle majeur qui désavantage nos diplômées pour l’accès à la profession», déplore la directrice de l’École de science infirmière de l’U de M, Suzanne Harrison.

«L’examen ne reflète pas la pratique d’une infirmière débutante canadienne. Ç’a toujours été notre désir d’avoir un examen canadien avec des outils préparatoires qui vont aider nos étudiantes à devenir des infirmières dans notre pays.»

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Nouveaux records de cas de COVID-19 en Ontario

Published

on

By

L’Ontario a rapporté mardi un nombre record de cas quotidiens de COVID-19 avec pas moins de 2275 nouvelles infections en plus de 20 morts.

• À lire aussi: COVID-19 au Québec: 1741 nouveaux cas et 39 décès supplémentaires

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

C’est ce qu’ont fait savoir les autorités de la santé publique de cette province, qui ont pu tester 39 600 personnes.

Ce nouveau sommet dépasse le précédent enregistré il y a cinq jours (1983). Pour expliquer cette hausse, les autorités ontariennes ont souligné un changement dans la façon de compiler les données. En l’occurrence, les bilans incluront maintenant les données comptabilisées jusqu’à 13h, la veille, et non 10h30, comme avant.

Sur les 2275 nouvelles contaminations, c’est à Toronto qu’il y en a le plus (711). Les régions de Peel (586), de Windsor-Essex (185) et de York (154) sont les autres foyers d’éclosions en Ontario.

Par ailleurs, il y a 921 personnes qui sont hospitalisées en Ontario, dont 249 en soins intensifs.

Au total, la province compte 144 396 cas de la COVID et 3992 décès depuis le début de la pandémie.

Continue Reading

Actualités

La pandémie, la nouvelle de l’année au Canada, bien évidemment

Published

on

By

Le virus mortel qui a balayé le Canada (et la planète) cette année a fait la manchette, a causé des milliers de morts, infecté des dizaines de milliers de personnes et a entraîné de profonds bouleversements sociaux et économiques.

La pandémie, un événement mondial sans précédent de mémoire récente, a éclaté en mars, dominant aussi bien les conversations que les bulletins de nouvelles. Il n’y a donc rien d’étonnant que les directeurs des salles de nouvelles de partout au Canada l’aient choisie comme nouvelle de l’année de La Presse canadienne, pulvérisant toutes ses rivales.

« Un choix tellement évident… Rien n’a eu autant d’impact dans la vie de l’ensemble des Canadiens depuis la Deuxième Guerre mondiale », a commenté la rédactrice en chef du magazine L’actualité, Claudine St-Germain.

Avec plus de 165 000 infections et 7500 décès, aucune province canadienne n’a été plus malmenée que le Québec par le coronavirus.

La domination de la COVID a été tellement absolue — un véritable tsunami de textes et de reportages — qu’elle a complètement écrasé d’autres histoires qui, à tout autre moment, auraient très bien pu l’emporter. Une nouvelle prise de conscience de la réalité du racisme au Canada, provoquée par la mort d’un Noir aux mains de policiers américains, est ainsi arrivée en deuxième place.

« Le choix de la pandémie s’impose comme nouvelle de l’année, a dit Valérie Gaudreau, la rédactrice en chef du quotidien Le Soleil. Elle a malheureusement éclipsé d’autres enjeux majeurs, comme tous ceux liés au racisme, que je classe au deuxième rang. Mais qu’on le veuille ou non, 2020, c’est la COVID. »

La pandémie a été un choix quasiment unanime au Québec, un seul participant au sondage ayant voté pour le racisme.

À l’échelle canadienne, éditeurs et journalistes ont noté des liens entre les deux histoires les plus importantes de l’année. « Les deux sont liées intrinsèquement, a ainsi dit Sarah Bugden, la rédactrice en chef du quotidien Edmonton Journal & Sun. Il serait gênant d’oublier l’ampleur de l’histoire du racisme systémique, au moment où la majeure partie du pays a passé un moment en confinement. »

Autre manifestation de l’omniprésence de la pandémie cette année, la troisième place est allée à la fusillade survenue en Nouvelle-Écosse au mois d’avril, avec un vote. Cette fusillade, a dit un éditeur, a ébranlé les fondations de la province au moment où, comme toutes les autres, elle combattait la pandémie. « Notre deuil a été accentué par la pandémie elle-même, puisque les Néo-Écossais ne pouvaient pas se rassembler pour se consoler comme nous le faisons habituellement », a dit Ken Kingston, de la station de radio CJFX-FM d’Antigonish.

« Lors d’une année ordinaire, la tragédie en Nouvelle-Écosse serait l’histoire de l’année, a déclaré James Miller, le rédacteur en chef du quotidien Penticton Herald, en Colombie-Britannique. Ça a plutôt été seulement une autre histoire tragique lors d’une année terrible. »

Continue Reading

Actualités

COVID-19 : nouvelles mesures en vigueur dès le 17 décembre en Saskatchewan

Published

on

By

À moins de deux semaines des festivités de Noël, le gouvernement de la Saskatchewan annonce de nouvelles mesures restrictives pour contrer la propagation de la COVID-19. Celles-ci s’ajouteront aux mesures déjà en place depuis le 27 novembre.

Certaines d’entre elles entreront en vigueur dès le 17 décembre. Toutes resteront en place jusqu’au 15 janvier 2021 avant d’être réévaluées à ce moment-là.

Je sais que ce sera différent et difficile pour plusieurs d’entre nous, admet le premier ministre, Scott Moe, lors d’une conférence de presse tenue lundi.

Ce dernier a comparé les mesures à une gorgée de [sirop pour la toux] Buckley’s : ça ne goûte pas très bon, mais c’est absolument nécessaire.

Scott Moe est bien conscient que les annonces restreindront les festivités de certaines personnes.

Bien que le premier ministre répète qu’il est contre un confinement total, il admet qu’une telle mesure pourrait être nécessaire à un certain moment .

Continue Reading

Chat

Affaires24 heures ago

Trois étapes vers un meilleur avenir financier

Affaires24 heures ago

Conseils pour continuer d’épargner et atteindre vos objectifs financiers

Affaires24 heures ago

Opérations bancaires en ligne : comment se protéger contre la fraude

Affaires24 heures ago

Prêts sur salaire : un type d’emprunt qui coûte cher

Affaires24 heures ago

Conseils pour vous aider à reprendre le contrôle de vos finances

Affaires24 heures ago

Cinq astuces pour personnaliser votre assurance et économiser de l’argent

Affaires4 semaines ago

Une nouvelle prime COVID chez Sobeys

Affaires4 semaines ago

Une première personne vaccinée au Canada

Affaires4 semaines ago

Transat: l’offre d’Air Canada est acceptée

Affaires4 semaines ago

Le père Noël autorisé à parcourir le Canada

Affaires4 semaines ago

AnalyseL’une des plus importantes fausses nouvelles au monde en 2020 provient du Canada

Affaires4 semaines ago

21 nouveaux centres de vaccination au Québec dès lundi

Affaires4 semaines ago

COVID-19 : plus de 1000 personnes hospitalisées au Québec

Actualités1 mois ago

Nouveaux records de cas de COVID-19 en Ontario

Actualités1 mois ago

La pandémie, la nouvelle de l’année au Canada, bien évidemment

Actualités1 mois ago

COVID-19 : nouvelles mesures en vigueur dès le 17 décembre en Saskatchewan

Actualités1 mois ago

Les patients n’auront plus de frais à payer pour consulter un pharmacien au Québec

Actualités1 mois ago

Une nouvelle prime COVID chez Sobeys

Actualités1 mois ago

L’une des plus importantes fausses nouvelles au monde en 2020 provient du Canada

Actualités1 mois ago

21 nouveaux centres de vaccination au Québec dès lundi

Anglais2 années ago

Body found after downtown Lethbridge apartment building fire, police investigating – Lethbridge

Styles De Vie2 années ago

Salon du chocolat 2018: les 5 temps forts

Anglais2 années ago

This B.C. woman’s recipe is one of the most popular of all time — and the story behind it is bananas

Anglais2 années ago

27 CP Rail cars derail near Lake Louise, Alta.

Anglais2 années ago

Man facing eviction from family home on Toronto Islands gets reprieve — for now

Santé Et Nutrition2 années ago

Gluten-Free Muffins

Santé Et Nutrition2 années ago

We Try Kin Euphorics and How to REALLY Get the Glow | Healthyish

Anglais2 années ago

Ontario’s Tories hope Ryan Gosling video will keep supporters from breaking up with the party

Anglais2 années ago

A photo taken on Toronto’s Corso Italia 49 years ago became a family legend. No one saw it — until now

Anglais2 années ago

Condo developer Thomas Liu — who collected millions but hasn’t built anything — loses court fight with Town of Ajax

Styles De Vie2 années ago

Renaud Capuçon, rédacteur en chef du Figaroscope

Anglais2 années ago

This couple shares a 335-square-foot micro condo on Queen St. — and loves it

Mode2 années ago

Paris : chez Cécile Roederer co-fondatrice de Smallable

Anglais2 années ago

Ontario Tories argue Trudeau’s carbon plan is ‘unconstitutional’

Styles De Vie2 années ago

Ford Ranger Raptor, le pick-up roule des mécaniques

Affaires2 années ago

Le Forex devient de plus en plus accessible aux débutants

Anglais2 années ago

100 years later, Montreal’s Black Watch regiment returns to Wallers, France

Anglais2 années ago

Trudeau government would reject Jason Kenney, taxpayers group in carbon tax court fight

Technologie2 années ago

YouTube recommande de la pornographie juvénile, allègue un internaute

Anglais2 années ago

Province’s push for private funding, additional stops puts Scarborough subway at risk of delays

Trending