Le textile reste un fléau pour l’environnement malgré de nombreuses initiatives écologiques

Les acteurs du textile veulent changer l’image écologique désastreuse du secteur, du fait des émissions de CO2 (cinquième rang mondial des différents usages), des rejets de fibres plastiques en mer, de la consommation d’eau et d’espace nécessaire à la culture du coton, des pollutions liées aux teintures, notamment au Bangladesh et en Chine, sans compter les conditions sociales, jusque dans les ateliers clandestins dont la mafia s’est fait une spécialité en Italie.

Un collectif réunissant les Galeries Lafayette, Etam, Petit Bateau, Vestiaire collective, La Redoute, Éram, Bocage, vient de s’engager, d’ici à 2024, à collecter les produits usagés pour leur recyclage ou leur revente en seconde main, soutenir la production française, les matières premières bio, etc.

Le développement du marché de l’occasion

Voilà qui conforte le développement du marché du vêtement d’occasion, en plein essor, via les sites comme Vinted, les rayons en grande surface alimentés par la start-up Patatam ou les points de vente liés Ding Fring du Relais.

Reste que la filière textile française, en dépit des efforts de son organisme de collecte et de recyclage Refashion, créée par la loi de 2007, est loin de neutraliser l’impact des 648 000 tonnes de vêtements et chaussures vendues en 2019. Soit l’équivalent de trois porte-conteneurs géants pleins à ras bord, nécessaires pour délivrer une moyenne de trente-neuf pièces d’habillement par Français et par an.

20 milliards de dollars de bénéfices

Un tiers seulement de ces 648 000 tonnes sont collectées. Parmi elles, la moitié des pièces triées sont réexpédiées vers les pays pauvres d’Afrique et d’Asie. Le reste est transformé en chiffons industriels, isolant pour voitures, rembourrage pour matelas.

Une partie redevient du fil. Mais les fibres mélangées sont impossibles à récupérer, or une étude néerlandaise a montré que 41 % des étiquettes indiquent une composition fausse. De plus, les fibres récupérées doivent être mélangées à une majorité de fibres neuves pour que le tissage soit de qualité. Le recyclage est donc loin d’être satisfaisant.

Bruxelles devrait proposer, en 2021, qu’un taux de fibres recyclées soit imposé dans tous les textiles neufs, comme cela se fait déjà pour les bouteilles plastiques. L’industrie devrait pouvoir y faire face : les géants mondiaux du secteur, menés par Nike, Zara, LVMH, Kering, Hermes ou Adidas, ont engrangé plus de 20 milliards de dollars de bénéfices en 2019, selon le cabinet d’étude McKinsey.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *