12 strategies to manage credit card payments and debt

Today, almost everyone carries a credit card in their wallets. It is used to pay for almost everything from groceries to flight tickets to gas.

If managed properly, credit cards can be an essential financial tool that allows users to build credible credit, earn money back and gain great perks, like purchase protection and insurance. However, carrying a poor credit balance can plunge you into massive debt.

“Credit card debt is very high-interest debt, typically in the neighbourhood of 20% or more,” said Scott Hannah, president and CEO of Credit Counselling Society in a report.

If you have a balance payment on your credit card, clearing it off can be a difficult task if you’re a low-income earner—or you’ve already incurred too much debt that after using a credit card payment calculator you know you’ll be unable to pay back.

However, no matter how terrible you think your current situation is, there’s always a way out that works best for you. With interest on loans compounding everyday, there’s little wonder why clearing a credit card debt is so difficult. In fact, according to MNP, an accounting firm, nearly half of all Canadians are less than $200 per month away from becoming financially insolvent.

Tackling credit card debt can seem quite tedious, especially with many people choosing to ignore the problem and just keep making the minimum payment. Here are some practical strategies you can take advantage of to effectively tackle credit card debt.

1. Gain a complete understanding of your debt problem

This starting point for anyone trying to get out of debt is to understand why you’re in debt, in the first place.

Critically examine all areas of your finances to determine if your expenses don’t match your finances or if it was due to an unforeseen circumstance such as a medical emergency. Whatever the case may be, it is very important to know the reason why you are in so much debt so you can effectively tackle the root cause.

2. Look into your spending habits

Typically, one quick way to stop yourself from running into credit card debt is to examine your spending habits. What are the things you spend your credit card on? Are they essentials or things that can be easily done away with?

According to Hannah, most people can only account for about 75 to 80 per cent of their monthly expenditures and the remaining gets blurry. It is important to track your expenditure—whether it’s an extra shot of drinks at the bar or a box of cereal from the supermarket. Knowing what you spend money on allows you to build a better financial strategy against debt.

3. Build a budget

Once you have a clear picture of what your monthly expenses are, building a budget becomes the most important step towards managing your income better. Having one central location for tracking both your income and expenses is great in curtailing unnecessary spending and getting you out of debt.

Your budget needs to contain all of your expenses incorporated from essentials like groceries, mortgage, medical care and insurance to others such as utilities. While most people struggle to stick to their budget, you can create some margin for flexibility to make it easier for you.

4. Increase your minimum payment

For most credit cards, the minimum payment is approximately 2 per cent of the last month’s balance. But therein lies the problem because if you consistently pay only the minimum, then the lump of that money goes straight to your interest and not the principal.

Paying some extra money every month would go a long way in helping you clear your credit card debt faster and reduce the compounding interest.

5. Ask for a lower rate

It is very possible to negotiate for a lower rate with your bank; only thing is, most people tend not to do so. If you find yourself struggling with paying back your credit card debt, you can reach out to your lender and ask them to offer you a lower rate.

Long-time customers who have a history of making timely payments have more advantage with getting their request approved.

6. Take advantage of a balance transfer promotion

In a bid to entice new customers, lenders run promotions periodically on balance transfers for their credit cards. Basically, these offers involve having a low-interest rate between 0 to 2 per cent for a limited period—usually between 6 to 10 months.

Always be on the lookout for a lender that offers the lowest rates and longest promotional period, which would give you enough time to clear your debt.

7. Switch to a low-interest credit card

Once you have critically examined your spending habit and created a budget, yet it is obvious that you will always carry over a credit card balance, then it is time to switch to a low-interest credit card.

While these types of credit cards usually have little perks, they are quite useful in wiping a couple of percentage points off your interest. Typically, rates on low-interest credit cards vary but they could be as low as half the interest on a regular card.

8. Begin an avalanche

The avalanche method is great for those who have a lot of debt with several creditors. This method means you’d make the minimum payments on all your existing debts and then add any extra income to the debt that has the highest interest rate.

Using the avalanche method allows you to reduce the interest paid while clearing multiple debts.

9. Use the debt snowball approach

Another debt repayment strategy that you should consider is the debt snowball method. In this strategy, you would focus on paying off your small debt first before moving to the larger ones—all whilst still paying the minimum on all other debt—regardless of interest rate.

10. Get an extra income source

Creating additional streams of income goes a long way in helping you clear your credit card debt. By finding a better paying job or choosing a good side hustle, you can easily put down more money towards your debt repayment.

There’s a lot of gigs you can offer today to raise extra money such as writing, graphic design, proofreading, teaching and programming.

11. Use a personal loan

If your credit card balance is quite high, paying it off using a personal loan may be very advantageous. While the interest rates on credit cards can be as high as 29 per cent, with a good credit score you can qualify for a personal loan at a lower rate.

The main advantage of using this strategy is being able to pay off multiple credit card debts and focus on making single but fixed monthly payments on the remaining loan. Also, you spend lesser money on interest costs and repaying the loan in instalment would boost your credit score.

12. Spend more cash

Despite being very valuable items, credit cards can quickly run you into massive debt when not used properly. If you already have some debt yet to be paid, it is better to spend more cash than accumulate more debt on your credit card.

Get a low-interest credit card but only use it in emergencies once you know there isn’t enough money in your bank account to pay off the accumulated debt.

Prudence avec le passeport vaccinal

Oui, nous avons tous hâte d’être déconfinés, de reprendre notre vie sociale d’avant, d’aller au restaurant avec des groupes d’amis, de participer à des évènements en personne et non uniquement en virtuel, mais le passeport vaccinal n’est pas la solution à tous les maux, loin de là.

Je suis d’accord avec la prudence manifestée par le Dr Arruda et son équipe. Prenons le temps d’évaluer les impacts et analysons les expériences vécues ailleurs. 

Un passeport pour voyager

Son utilisation pour les voyages internationaux semble la plus probable puisque ce type de certification existe déjà pour certains pays d’Afrique, notamment pour contrer la fièvre jaune. Il ne serait donc pas déraisonnable de l’utiliser à l’avenir pour d’autres maladies contagieuses, y compris la COVID-19.

Une certification de vaccination ne pourrait pas apporter une garantie sanitaire totale, mais diminuerait les risques de contagion.

Encore faut-il que les autres pays en fassent autant. Pour les endroits dans le monde où le tourisme est une des principales activités économiques, il n’y aurait pas trop de résistances, mais ce serait tout un défi avec notre principal voisin et partenaire.

Pour l’instant, les États-Unis ne veulent rien savoir. Ils ont clairement affirmé qu’ils ne soutiennent pas un système qui obligerait les Américains à posséder une preuve de vaccination. Et le comité d’urgence de l’OMS sur la COVID-19 n’est pas non plus favorable.

Comment l’appliquer?

L’industrie de la restauration, durement touchée par la pandémie, voudrait-elle vraiment jouer à la police vaccinale avec ses clients?

Si le passeport était exigé dès cet été alors que la majorité de la population n’aurait pas eu la chance d’avoir ses deux doses, est-ce que ça signifierait que tous ceux qui ne sont pas pleinement vaccinés n’auraient même pas accès aux salles à manger alors qu’ils y ont accès en ce moment en zone jaune et orange pour les citoyens qui demeurent dans ces régions?

Que ferait-on avec ceux et celles qui ont déjà eu la COVID-19, qui ne peuvent recevoir le vaccin pour des raisons de santé ou encore les snowbirds qui ont reçu leurs doses aux États-Unis?

Le certificat devrait donc être très flexible en plus d’être combiné avec un test négatif récent pour ceux qui ne peuvent être vaccinés.

Bref, on se rend compte que c’est beaucoup plus compliqué que ça en a l’air.

Impact à long terme

Et si on ouvre la porte à ce type de passeport, devrons-nous exiger les doses supplémentaires qui seront possiblement offertes dans le futur pour s’adapter aux nouvelles mutations? Ce sera toute une gestion. Est-ce vraiment là où nous souhaitons aller comme société?

En ce moment, si on se fie aux récents sondages, un peu plus de la moitié des Québécois et des autres Canadiens seraient d’accord avec l’implantation d’un passeport vaccinal. Évitons tout de même d’aller trop vite en affaire en étant obnubilé par ce fort désir d’un retour à la vie normale. 

Pour l’instant, outre l’utilisation du passeport vaccinal pour relancer les voyages internationaux de façon sécuritaire, je pense que le seul impact positif d’un tel document serait pour convaincre les Québécois de se faire vacciner si le taux d’adhésion n’est pas assez élevé. 

Honnêtement, ce serait gênant comme société si nous avions à nous rendre jusque-là. Ça démontrerait la faiblesse de notre conscience sociale.

Le secteur touristique autochtone s’attendait à beaucoup plus du budget fédéral

L’Association touristique autochtone du Canada demandait au gouvernement un peu plus de 68 millions $ sur trois ans pour aider ce secteur, en versant notamment des subventions de fonctionnement et en lançant des campagnes publicitaires. Or, le budget prévoit environ 2,4 millions $ pour cette année, selon le directeur général de l’association, Keith Henry.

La ministre fédérale du Développement économique, Mélanie Joly, a déclaré qu’elle comprenait les préoccupations de l’association et qu’elle comptait trouver d’autres solutions, peut-être par le biais d’agences de développement régional.

Il existe également d’autres programmes pour offrir des prêts sans intérêt et des subventions non remboursables aux entreprises autochtones et faciliter leur accès au capital.

La fintech canadienne Mogo ajoute 146 autres Ethereum à son portefeuille de crypto

La fintech canadienne Mogo ajoute 146 autres Ethereum à son portefeuille de crypto

La société de technologie financière basée à Vancouver, Mogo, a acheté Ether alors qu’elle continue d’allouer ses réserves de trésorerie aux crypto-monnaies.

Mogo approfondit sa croyance en la crypto

La société qui avait précédemment acheté Bitcoin a annoncé qu’elle avait acheté 146 ETH à un prix moyen de 2780 $. Cela porte la crypto-monnaie achetée à 405 880 $ au moment de l’investissement.

L’investissement antérieur de Mogo dans Bitcoin s’élève à 1054 618 $ au taux de change actuel, acheté à un prix moyen de 33083 $.

La décision de Mogo montre son intention de se concentrer davantage sur les actifs cryptographiques, en particulier maintenant qu’elle a liquidé ses investissements en actions dans Vena Solutions.

La société fintech a vendu ses avoirs en solutions Vena pour 4,7 millions de dollars, où elle a enregistré un bénéfice de 116% par rapport à la valeur comptable le 31 décembre 2020. La société avait cédé sa participation dans Vena lors de son financement de 300 millions de dollars de série C.

S’exprimant sur le dernier achat d’Ether, le PDG et fondateur de Mogo Greg Feller a déclaré que l’investissement actuel dans Ethereum complimentait l’acquisition antérieure de Bitcoin.

Feller a déjà expliqué à quel point l’entreprise croit en la crypto-monnaie. Les investissements liés au développement de produits de Mogo dans la cryptographie remontent à 2018, lorsque la société a lancé MogoCrypto.

MogoCrypto est une plate-forme qui permet à ses membres d’acheter et de vendre des bitcoins à des prix en temps réel instantanément via l’application Mogo en utilisant leur appareil mobile.

En mars 2021, la société a annoncé son programme de récompenses Bitcoin qui offre aux membres la possibilité de gagner du Bitcoin en s’engageant avec les produits Mogo tout en leur permettant d’accumuler Bitcoin au fil du temps.

Outre le nouvel amour crypto de Mogo, la société a également récemment clôturé son investissement stratégique dans Coinsquare Ltd.La société a acquis une participation de 19,99% dans la populaire bourse canadienne avec une option pour augmenter sa participation à 43%.

Les entreprises canadiennes estiment que l’épuisement professionnel nuira au résultat net des entreprises cette année, selon une nouvelle étude de Sage au Canada

TORONTO, 28 avr. 2021 (GLOBE NEWSWIRE) — Sage (FTSE: SGE), le chef de file du marché en solutions de gestion d’entreprise en nuage, a découvert l’impact de l’épuisement professionnel sur les entreprises canadiennes dans une nouvelle étude commandée – 2021 Forward Together.

L’étude a révélé ce qui suit :

  • Parmi les entreprises touchées par la pandémie, 42% des dirigeants d’entreprise canadiennes estiment que le moral des employés en baisse et l’augmentation potentielle de l’épuisement professionnel auront un impact négatif sur leurs revenus pour le reste de 2021.
  • Un travailleur canadien sur trois (32%) croit que l’épuisement dans leurs tâches domestiques (eux-mêmes ou leur famille) aura un impact sur leur capacité à faire leur travail efficacement cette année.

Préoccupations concernant le bien-être des employés

Lors de la planification de la reprise post-pandémique, les dirigeants d’entreprise accordent beaucoup d’importance à leurs employés, surtout à leur santé mentale et leur sécurité. Cependant, le niveau des mesures prises varie.

  • 47% des dirigeants d’entreprise sont préoccupés par l’épuisement professionnel des employés. Par contre, parmi les personnes concernées, 68% n’ont pas pris de mesures pour aborder ce problème.
  • 43% craignent que les employés se sentent en sécurité pour retourner au travail, et parmi ces personnes concernées, la moitié (51%) ont déjà pris des mesures pour s’attaquer à ce problème.

De plus, le déploiement de la vaccination constitue un autre facteur majeur pour déterminer les perspectives des entreprises, et les dirigeants d’entreprise et travailleurs partagent des opinions similaires sur les vaccins.

  • Une majorité de dirigeants d’entreprise (86%) jugent qu’en maintenant le déploiement de la vaccination ou en avance sur le calendrier contribuera à leur succès en 2021.
  • La moitié des dirigeants d’entreprise (55%) et des travailleurs (51%) considèrent que le vaccin contre la COVID-19 devrait être obligatoire avant le retour des employés sur le lieu de travail, en comparaison à 24% des dirigeants d’entreprise et 32% des travailleurs qui croient que cela ne devrait pas être le cas.

« L’année écoulée a été une période difficile à manoeuvrer pour de nombreuses entreprises au Canada, mais nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel, » déclare Nancy Tichbon, Directrice générale, Sage Canada. « Bien qu’il y a certains facteurs externes hors de notre contrôle, les dirigeants d’entreprise devraient se pencher sur la planification, et prioriser le bien-être des employés, en investissant dans la formation et les compétences, en embauchant du nouveau personnel et en adoptant les plus récentes technologies, afin de permettre aux employés de travailler mieux sans travailler plus ».

Chaire de recherche du Canada sur les matériaux de construction multifonctionnels durables

Afin de réduire son empreinte écologique, l’industrie de la construction doit tenir compte de la limite des ressources planétaires. À cette fin, elle doit miser sur des matériaux de construction et de rénovation plus durables, afin de réduire la quantité de débris de construction qui se retrouvent dans les décharges. 

Ces enjeux incitent les chercheurs comme Claudiane Ouellet-Plamondon, de l’École de technologie supérieure (ÉTS), à étudier les répercussions des changements climatiques sur les matériaux, mais aussi à remodeler les matériaux de manière qu’ils puissent faire partie de la solution.  Il peut s’agir, par exemple, de les doter de fonctionnalités leur permettant d’augmenter leur durée de vie ou de capturer les polluants. Au bout du compte, la professeure souhaite que ces matériaux s’intègrent à une économie circulaire. 

Pour y arriver, la professeure du Département de génie de la construction – qui est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux de construction multifonctionnels durables – prévoit développer des matériaux pourvus de propriétés avancées, les évaluer sous diverses conditions d’utilisation et procéder à leur caractérisation. 

Sa vision? Concevoir des matériaux dotés de propriétés leur permettant non seulement de « sentir » leur environnement et de s’y adapter, mais aussi de s’autoréparer. Il pourrait s’agir, entre autres, d’intégrer des capteurs à des matériaux afin qu’ils deviennent « intelligents ». Ceux-ci seraient alors en mesure de modifier leurs propriétés physiques afin de s’adapter, par exemple, à la température ambiante, à des contraintes mécaniques et à des champs électriques ou électromagnétiques. Elle souhaite également que le flux de matières et d’énergie de ces matériaux soit pris en compte lors de la construction des bâtiments et des infrastructures. 

La conception de tels matériaux représente toutefois des défis importants! Pour favoriser la circularité des ressources, le choix des composants s’avère un élément essentiel de la démarche. D’abord la nature des matériaux de construction a ses propres contraintes. Ensuite, ils doivent satisfaire à de nombreuses normes avant de passer du laboratoire au marché.

De plus, dans une perspective d’économie circulaire, l’intégration des sous-produits industriels doit être soumise à de rigoureuses procédures d’évaluation afin de veiller à la qualité de ces matériaux. Des procédures expérimentales et de modélisation doivent également être mises en place pour tester la réactivité des matériaux et l’efficacité de leurs propriétés. Pour faciliter ce travail, de nouvelles approches numériques, allant de la conception à la fabrication, seront mises à profit. Par exemple, des algorithmes évolutifs d’aide à la décision seront d’abord utilisés afin d’optimiser les plans expérimentaux.

« Les matériaux durables que nous souhaitons créer visent à faciliter la transition écologique et à s’adapter aux changements environnementaux. Par exemple, les infrastructures doivent pouvoir faire face aux changements climatiques, le cadre bâti doit favoriser l’intégration de la biodiversité, tout en assurant la santé des communautés. La formulation des matériaux doit aussi faire en sorte que leur production ait une incidence positive sur les changements climatiques en émettant moins de GES », conclut la professeure, dont l’équipe de recherche collaborera avec d’autres établissements universitaires, des organismes sans but lucratif ainsi qu’avec des partenaires privé et public.

Les Canadiens seront vaccinés

La liste s’allonge encore. Après la Belgique, l’Australie ou la Corée du Sud, le Canada annonce à son tour que ses athlètes seront vaccinés contre le COVID-19 avant de se rendre aux Jeux de Tokyo. Le médecin en chef du Comité olympique canadien (COC), Mike Wilkinson, l’a révélé en fin de semaine passée. Mais il a précisé que les membres de la délégation n’auraient sans doute pas à bénéficier d’une priorité. « A en juger par le processus et les délais prévus pour les vaccins, le gouvernement et le groupe de travail sur la vaccination nous assurent que d’ici le mois de juillet, toute personne au Canada qui souhaite se faire vacciner pourra l’être, a expliqué Mike Wilkinson à l’agence Reuters. Je suis donc convaincu que l’équipe canadienne, qui ne comprend pas seulement des athlètes, mais aussi des entraîneurs, du personnel sportif et des bénévoles, pourra être vaccinée d’ici à son départ pour Tokyo. » En raison de la crise sanitaire, la délégation canadienne aux Jeux de Tokyo sera réduite à une fourchette de 750 à 850 personnes, contre un bon millier lors des dernières éditions. Les équipes et les athlètes pourront se faire vacciner sur leurs sites d’entraînement, afin de ne pas surcharger le système public, et permettre aux membres de la délégation de rester dans leurs bulles sanitaires.

Samsung Canada et Tim Hortons poursuivent la transformation numérique des services au volant en prévoyant la mise en place de 2 600 écrans extérieurs dans tout le Canada d’ici la fin de 2021.

En 2021, Samsung Electronics Canada et Tim Hortons modernisent l’expérience des clients en installant la technologie d’affichage numérique extérieur de Samsung dans les services au volant de Tim Hortons, et ce, partout au Canada.

Avec des installations déjà réalisées dans environ 1 300 services au volant de Tim Hortons en 2020, ce partenariat marque le plus grand déploiement d’affichage numérique extérieur de Samsung Canada à ce jour, et on prévoit un total d’environ 2 600 services au volant de Tim Hortons modernisés grâce à la nouvelle technologie d’affichage numérique extérieur d’ici la fin de l’année.

«  L’adoption accrue de l’affichage numérique dans les aires de service au volant reflète l’engagement des restaurants à service rapide d’aujourd’hui à offrir une meilleure expérience aux clients », affirme Mary Peterson, vice-présidente, TI et solutions d’entreprise, Samsung Electronics Canada. « Nous sommes fiers de nous associer à Tim Hortons pour fournir  cette année un affichage numérique extérieur innovant à un nombre encore plus grand de ses emplacements de service au volant, en maximisant l’engagement des clients grâce à la durabilité du produit, à sa flexibilité et à son rendement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ».

La gamme OH de Samsung, un affichage extérieur autonome et entièrement intégré, est certifiée IP56 pour être utilisée tout au long de l’année, par temps chaud, froid, pluvieux, neigeux et poussiéreux, ce qui est idéal pour la variété des conditions météorologiques du Canada[1]. D’une profondeur ultra-mince de 85 mm et doté d’un boîtier d’alimentation intégré, l’écran à haute luminosité est également optimisé pour être visible en cas de forte lumière ambiante, même pour les personnes portant des lunettes de soleil polarisées[2]. Le produit est entièrement équipé pour être placé à l’extérieur et dispose d’un système de refroidissement innovant, de sorte qu’il n’est pas nécessaire d’installer une unité de chauffage ou de climatisation supplémentaire.

De plus, la technologie d’affichage numérique de Samsung offre une protection avancée de l’écran grâce au verre trempé Magic Glass de 5 mm (0,19 po), qui est certifié durable par la certification IK10 (un test de résistance européen) et démontre un niveau de résistance robuste pouvant supporter des impacts externes[3].

« Le réseau de service au volant de Tim Hortons est le plus important au pays et offre aux Canadiens un moyen rapide et sans contact de prendre leur café et leur nourriture préférés sur le pouce. La technologie de Samsung joue un rôle important dans notre vision visant à moderniser l’expérience des clients et nous sommes ravis d’installer des tableaux de menus numériques extérieurs dans nos restaurants avec service au volant », se réjouit Chris Main, vice-président de la technologie des restaurants chez Tim Hortons.

Melitron Corporation (www.melitron.com), spécialiste des boîtiers technologiques, a conçu et fabriqué les panneaux d’affichage numérique extérieurs et les panneaux de menu, y compris l’intégration de la technologie d’affichage Samsung, qui contribuent à améliorer l’expérience des clients dans les services au volant de Tim Hortons à travers le Canada.

Read more..

Le Canada mise sur le nucléaire pour réduire les GES

Pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050, le Canada mise en partie sur la renaissance de la filière nucléaire au pays. Malgré les craintes qui entourent la gestion des déchets nucléaires, le fédéral a investi en moins de six mois plus de 75 millions de dollars dans des entreprises qui développent de petits réacteurs modulaires (PRM), des centrales nucléaires de moindre puissance.

Lors du dévoilement du Plan d’action canadien des petits réacteurs modulaires, en décembre, le ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, confirmait les ambitions canadiennes de se positionner sur le marché du nucléaire. Le Canada « peut être un chef de file mondial » dans cette technologie énergétique« prometteuse, novatrice et zéro émission », déclarait-il.

Les PRM sont des centrales nucléaires d’une capacité de production inférieure à 300 MW, soit considérablement moins que les réacteurs typiques dont la puissance oscille généralement entre 700 MW et 1500 MW.

Dans les derniers mois, le fédéral a multiplié les annonces. En octobre, Ottawa annonçait l’investissement de 20 millions de dollars dans Terrestrial Energy, une entreprise ontarienne qui développe un modèle de PRM qui pourrait être en activité d’ici 2030. À la mi-mars, le fédéral investissait 56 millions de dollars dans la filière nucléaire au Nouveau-Brunswick, dont 50,5 millions pour un projet chapeauté par la britannique Moltex.

« On peut parler d’une nouvelle génération de réacteurs nucléaires », dit Guy Marleau, professeur adjoint à Polytechnique Montréal spécialisé dans la physique des réacteurs. Les modèles de PRM s’articulent très souvent autour de technologies existantes depuis des décennies, mais adaptées à de plus petites tailles de réacteurs.

Fort d’une filière nucléaire dans laquelle le pays a développé une expertise dans les 70 dernières années, Ressources naturelles Canada prévoit qu’à l’échelle mondiale, le marché des PRM vaudra plus de 150 milliards de dollars d’ici 2040.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, réitérait, il y a deux semaines, l’intérêt de la province pour la filière. Les PRM permettraient de réduire « considérablement les émissions de gaz à effet de serre » en produisant de l’électricité « pour les producteurs canadiens de sables bitumineux », affirmait-il.

Évidemment, le Canada y voit « une occasion d’affaires », indique Guy Marleau. « Mais dans les faits, on ne sait pas encore ce que sera ce marché dans cinq ou dix ans. »

Évacuation des risques

Le spécialiste rappelle que « chaque technologie a ses limites ». Celles du nucléaire résident dans les déchets radioactifs que la production d’énergie génère. « ll faut que les bénéfices compensent suffisamment les inconvénients », indique-t-il. Le nucléaire pourrait être envisagé dans des régions éloignées qui carburent au mazout ou à l’essence, selon lui.

Le physicien Gordon Edwards, président du Regroupement pour la surveillance du nucléaire, déplore l’intérêt grandissant des gouvernements pour cette nouvelle génération de réacteurs : « Le nucléaire est présenté par l’industrie et les gouvernements comme une solution à la menace planétaire que représentent les changements climatiques. À mon avis le nucléaire est aussi une menace pour la planète. »

Si les risques diffèrent selon les types de réacteurs, note-t-il, tous partagent une même particularité : les déchets radioactifs. « Il y a toute la question — qui reste entière — de la gestion des déchets radioactifs. Également, ce qu’on fait avec les infrastructures qui servent à produire l’énergie nucléaire dont les composants deviennent, eux aussi, radioactifs au fil du temps. La chose la plus importante: les réacteurs créent du plutonium qui peut être utilisé pour les armes nucléaires pour des milliers d’années à venir.»

Ces questions sont évacuées du débat public à l’heure actuelle, déplore-t-il. Même le mot « nucléaire » n’est pas intégré au terme « petit réacteur modulaire » : « On en parle comme s’il s’agissait d’un réacteur parmi d’autres. »

Les mesures sanitaires font reculer les ventes de Tim Hortons

Les mesures sanitaires continuent de nuire aux ventes de Tim Hortons (QSR), victimes de la perturbation des rituels quotidiens comme celui des cafés matinaux, selon le grand patron de sa société mère.

Le chef de la direction de Restaurant Brands International, Jose Cil, estime que le confinement qui se poursuit dans une bonne partie du Canada est « le plus grand facteur » affectant sa performance, les déplacements étant toujours limités.

« Les Américains connaissent une trajectoire de sortie de la COVID-19 bien différente des Canadiens », a-t-il souligné lors d’une conférence téléphonique avec des analystes vendredi.

En effet, Restaurant Brands, qui exploite aussi les enseignes Burger King et Popeyes, a surpassé les attentes avec ses résultats trimestriels.

La société, qui tient ses livres comptables en dollars américains, a affiché un profit net attribuable aux actionnaires ordinaires de 179 millions $ US, soit 58 cents US par action, après dilution, pour le trimestre clos le 31 mars. À titre comparatif, elle avait engrangé un bénéfice de 144 millions $ US, ou 48 cents US par action, pour la même période l’an dernier.

Ses revenus ont totalisé 1,26 milliard $ US, en hausse par rapport à ceux de 1,23 milliard $ US pour les trois premiers mois de 2020.

Mais cette vue d’ensemble camoufle le marasme qui perdure du côté de Tim Hortons, dont les ventes à l’échelle du système ont reculé de 4,9 % au cours du premier trimestre. Une dégringolade de 9,9 % avait été enregistrée lors de la période correspondante l’an dernier, en comparaison à celle de 2019.