Des témoins condamnent le comportement de certains députés envers elles

Si elles ont ressenti de la colère, certaines ont cru être victimisées de nouveau par cette expérience.

Plusieurs comités parlementaires ont invité des victimes d’agressions sexuelles, d’exploitation et de traumatismes à partager leurs expériences et à formuler des recommandations. Par exemple : le comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique qui étudie les façons pour protéger la vie privée des personnes qui apparaissent contre leur gré sur des sites internet pornographiques comme Pornhub.

Le comité permanent de la condition féminine examine de son côté les allégations généralisées d’inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes.

Les élus sont liés par des conventions qui rendent le processus plutôt rigide, avec un temps limité de prise de parole. Mais un nombre croissant de voix s’élèvent pour que les comités développent une approche plus sensible aux traumatismes des témoins vulnérables.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *