Les mesures sanitaires font reculer les ventes de Tim Hortons

Les mesures sanitaires continuent de nuire aux ventes de Tim Hortons (QSR), victimes de la perturbation des rituels quotidiens comme celui des cafés matinaux, selon le grand patron de sa société mère.

Le chef de la direction de Restaurant Brands International, Jose Cil, estime que le confinement qui se poursuit dans une bonne partie du Canada est « le plus grand facteur » affectant sa performance, les déplacements étant toujours limités.

« Les Américains connaissent une trajectoire de sortie de la COVID-19 bien différente des Canadiens », a-t-il souligné lors d’une conférence téléphonique avec des analystes vendredi.

En effet, Restaurant Brands, qui exploite aussi les enseignes Burger King et Popeyes, a surpassé les attentes avec ses résultats trimestriels.

La société, qui tient ses livres comptables en dollars américains, a affiché un profit net attribuable aux actionnaires ordinaires de 179 millions $ US, soit 58 cents US par action, après dilution, pour le trimestre clos le 31 mars. À titre comparatif, elle avait engrangé un bénéfice de 144 millions $ US, ou 48 cents US par action, pour la même période l’an dernier.

Ses revenus ont totalisé 1,26 milliard $ US, en hausse par rapport à ceux de 1,23 milliard $ US pour les trois premiers mois de 2020.

Mais cette vue d’ensemble camoufle le marasme qui perdure du côté de Tim Hortons, dont les ventes à l’échelle du système ont reculé de 4,9 % au cours du premier trimestre. Une dégringolade de 9,9 % avait été enregistrée lors de la période correspondante l’an dernier, en comparaison à celle de 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *