Alexandre Bissonnette’s parents say ‘very severe sentence’ denies all hope of rehabilitation

[ad_1]

Manon Marchand and Raymond Bissonnette issued an open letter Monday evening, questioning the severity of the minimum 40-year sentence handed down to their son Alexandre Bissonnette Friday and blaming the Crown for encouraging a « desire for revenge. »​

On Friday, Alexandre Bissonnette, 29, was sentenced to at least 40 years in prison for killing six men at a Quebec City mosque two years ago. He will be 67 before he’ll be eligible to seek parole.

Bissonnette’s parents point out the 40-year minimum sentence is the heaviest sentence ever imposed in Quebec since the death penalty was abolished in 1976. « We consider this to be a very severe sentence, » they write.

They say the position of the Crown — which had sought six consecutive periods of 25 years of parole ineligibility — amounted to circumventing the abolition of the death penalty and extinguishing all hope of rehabilitation.

« Why deny convicts even the faintest hope? » they ask.

Bissonnette’s parents said last summer when they spoke publicly for the first time that they didn’t realize until it was too late how years of intimidation and bullying had affected their son’s mental health.

In Monday’s open letter, they point out their son suffered psychological and physical bullying « which had devastating effects on his personality. » 

They say the solution to prevent another tragedy like the one perpetrated by their son is to « not lock someone up forever, but rather try to better understand and prevent bullying. »

Appeal of sentence likely

Legal experts said Quebec Superior Court Justice François Huot’s sentence is likely to be appealed all the way to the Supreme Court.

Quebec Islamic Cultural Centre Imam Hassan Guillet expressed sympathy for Alexandre Bissonnette’s parents after the sentence was rendered.

« They are as destroyed as we are, » said Guillet Friday, after seeing them in the courtroom.

Survivors of the Quebec City mosque shooting and the families of the slain men expressed their disappointment that children of the victims will have to revisit the case in 40 years, when Bissonnette is at last able to apply for parole.

Read the full letter from Manon Marchand and Raymond Bissonnette below:

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Quebec City mosque shooter Alexandre Bissonnette sentenced to life in prison, no parole for 40 years

[ad_1]

Alexandre Bissonnette, the man responsible for the 2017 Quebec City mosque shooting, has been sentenced to life in prison with no chance of parole for 40 years.

READ MORE: Quebec Muslim community welcomes statement by accused shooter’s parents

Bissonnette pleaded guilty last March to six counts of first-degree murder and six counts of attempted murder in the attack at the Centre Culturel Islamique de Québec.

Quebec Superior Court Justice François Huot chose not to give him consecutive sentences, where he would have been eligible for release in 150 years.

The judge said Friday he took all 24 past decisions of consecutive sentencing — Section 745.51 of the Criminal Code, which was added in 2011 — into account before rendering his decision.

WATCH BELOW: A timeline of the deadly Quebec City mosque shooting.






Huot concluded demanding consecutive sentences was “constitutionally invalid” and is calling for the federal government to reform the law.

Bissonnette also faces a lifetime ban on owning firearms.

Friday morning, Bissonnette entered the Quebec City courtroom, wearing a dark blue suit with a white dress shirt.

WATCH BELOW: Alexandre Bissonnette arrives for sentencing in Quebec City mosque shooting







Global News

Help us improve GlobalNews.ca

Before giving his sentence, Huot warned the room of about 250 people to be respectful of the decision, noting that no protest will be tolerated.

READ MORE: Judge tells Quebec mosque shooting victims not to blame killer’s parents

“[It was] a premeditated and gratuitous act,” he told the court, adding that it was “a tear of our social fabric.”

“Despite the time passed, it will remain forever engraved in our collective memory.”

Huot noted Bissonnette was not working in January 2017 because of an anxiety disorder. Doctors had prescribed him Paxil.

The judge summarized Bissonnette’s internet search history, which included looking up the 2015 San Bernardino attack, information on how to prepare his guns and research on other possible targets — including feminist groups, schools, malls and airports.

He mentioned an incident two months before the mosque attack when Bissonnette loaded his weapons and went to a local mall in Quebec City intending to commit mass murder, but changed his mind.

READ MORE: Inside the mind of a killer: What we now know about Alexandre Bissonnette’s Quebec mosque shooting plot

Huot spoke of the night itself, when Bissonnette walked into a mosque in the provincial capital at 7:54 p.m. on Jan. 29, 2017, and opened fire during evening prayers.

WATCH BELOW: Alexandre Bissonnette parents arrive ahead of sentencing






Citing security footage, Huot mentioned “a small girl with a pink hat runs without knowing where to hide,” until someone pulls her to safety. There were four children in the mosque that night.

READ MORE: After nearly two years of fighting, Quebec City Mosque shooting widow will get compensation

He noted Bissonnette acted with “calculation, determination and in cold blood,” adding he held racist beliefs and the crime was precipitated by a “visceral hate for immigrants.”

The entire massacre was 90 seconds. There were 48 shots fired in that time.

READ MORE: Quebec City mosque shooting: Remembering the victims and moving on 2 years later

As the judge talked, Bissonnette stared down at the ground, moving only occasionally to fidget or look briefly up at the ceiling.

WATCH BELOW: Victims of Quebec City mosque shooting ‘accept’ guilty plea from gunman






READ MORE: Defence argues 150 years in prison for Quebec mosque shooter would deprive him of hope

According to the numerous victim testimonies, many of the people there that night are still traumatized, live in fear, and some are unable to work because of the terror they feel.

The victims of the 2017 Quebec City mosque shooting arrive to sentencing, Fri., Feb. 8, 2019.

Jean-Vincent Verville/Global News

Bissonnette’s trial was expected to be a landmark case, forcing Huot to declare last October that he needed more time to decide between sentencing him consecutively (150 years) or concurrently (25 years).

READ MORE: Defence argues 150 years in prison for Quebec mosque shooter would deprive him of hope

Bissonnette’s defence team had previously stated consecutive sentencing should be declared unconstitutional and invalid as it contravenes Article 12 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, which protects citizens from cruel and unusual treatment.

“It (Section 745.51) denies outright the possibility of humanity for a person,” he told Huot last summer.

“Without hope, what is the meaning of a life? There isn’t any.”

The mosque shooting claimed the lives of six men: Mamadou Tanou Barry, 42; Abdelkrim Hassane, 41; Khaled Belkacemi, 60; Aboubaker Thabti, 44; Azzeddine Soufiane, 57 and Ibrahima Barry, 39.

rachel.lau@globalnews.ca

© 2019 Global News, a division of Corus Entertainment Inc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Quebec mosque shooter Alexandre Bissonnette to be sentenced Friday

[ad_1]

The man who murdered six worshippers in a Quebec City mosque in January 2017 will learn Friday whether he’ll spend the rest of his life behind bars.

Quebec Superior Court Justice Francois Huot is set to decide how long Alexandre Bissonnette will spend in custody before he is eligible for parole.


READ MORE:
Quebec City mosque shooter Alexandre Bissonnette could receive longest prison term ever in Canada

Bissonnette, 29, pleaded guilty last March to six counts of first-degree murder and six of attempted murder after he walked into the mosque during evening prayers on Jan. 29, 2017 and opened fire.

The Crown has recommended that Bissonnette serve six consecutive sentences totalling 150 years, while the defence has argued he should be eligible for parole after 25 years.


The Criminal Code was amended in 2011 to allow a judge to impose consecutive sentences in cases of multiple murder.

Several of the survivors and the victims’ families have argued for a sentence longer than 25 years, noting the heinous nature of the crime and the lasting trauma it caused for the Muslim community.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Quebec’s Muslim community weighs in on the eve of Alexandre Bissonnette’s sentencing

[ad_1]

The first emotions Ehab Lotayef felt after Quebec City’s mosque attack in 2017 were shock and disbelief. In the two years since, there’s another sentiment he still hasn’t been able to shake.

“The fear will not go away,” Lotayef said. “This can happen again.”

Lotayef was one of the co-founders of Muslim Awareness Week, a week-long series of events commemorating the second anniversary of the mosque attack that left six men dead.

READ MORE: Quebec City mosque shooter Alexandre Bissonnette could receive longest prison term ever in Canada

Superior Court Justice François Huot is set to hand down Friday a sentence for gunman Alexandre Bissonnette. The 29-year-old pleaded guilty in March 2018 to six counts of first-degree murder and six counts of attempted murder.

Bissonnette walked into the Quebec City Islamic Cultural Centre on Jan. 29, 2017, opening fire with a nine-millimetre pistol. In less than two minutes, he fired 48 shots, killing six men who were attending evening prayers.

The victims were brothers Ibrahima Barry, 39, and Mamadou Tanour Barry, 42, Khaled Belkacemi,60, Aboubake Thabti, 44, Abdelkrim Hassane, 41, and Azzedine Soufiane, 57.

WATCH BELOW: Quebec City mosque shooting widow to get compensation






Bissonnette could be looking at the longest sentence in Canadian history. In 2011, Ottawa changed the rules and gave judges the discretion to hand down consecutive sentences. Prior to the change, someone found guilty of first-degree murder faced a mandatory life term, but was eligible to apply for parole after 25 years.

Under the new rules, Bissonnette could be sentenced to a life term with no chance of parole for 150 years.

In court, Huot has made it clear he is leaning in that direction and that consecutive sentences are “probable.”

READ MORE: Quebec City mosque shooting: Remembering the victims

Bissonnette had a history of mental health issues and a fascination with mass murders. He told psychologists mass shooters such as Dylann Roof and the Columbine killers were his “idols.”

He also told investigators he was upset with the Canadian government’s plan to accept refugees and that his attack was meant to save his friends and family from Islamist terrorism.

Lotayef says he organized Muslim Awareness Week to help the wider population get beyond stereotypes and better understand Muslims living in Quebec.

“I have been here for 30 years,” Lotayef said. “I don’t feel like a stranger.”

“Most of the community doesn’t, but we’re still viewed as strangers — we’re still viewed as newcomers.”

In the days and weeks after the attack, there were numerous rallies and memorials to the victims. Prime Minister Justin Trudeau was in Quebec City the day after the attack for a vigil outside the mosque.

However, in the two years since the attack, some in the Muslim community say the outpouring of support has dried up.

Kenza Tarek, a Muslim student studying at Laval University, said there was a wave of compassion following the shooting.

“But then it disappeared rapidly afterwards,” Tarek said. “It didn’t get better.”

READ MORE: What we now know about Alexandre Bissonnette’s Quebec mosque shooting plot

For Megda Belkacemi, Friday is a day she has been awaiting eagerly. Her father Khaled was one of the victims.

“I am looking forward to see the sentence,” she said.

Once her father’s killer has been sent to prison, Belkacemi says she will finally be able to turn the page on this chapter and start looking to the future instead.

© 2019 Global News, a division of Corus Entertainment Inc.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Alexandre Mazzia, le savant de Marseille

[ad_1]

Avec ses prises de risques, ses alliances aussi insolites que réussies, ce chef de 42 ans porte une vision très personnelle de la haute cuisine.

Ce n’est sans doute pas un hasard si la cuisine d’Alexandre Mazzia s’épanouit dans un port – Marseille. Il fallait bien une ville comme celle-ci, ouverte au monde mais pas commode à conquérir, propice aux passions en tout genre, pour qu’un chef intransigeant et bourlingueur, qui a grandi au Congo, fasse étinceler ses assiettes. Le salut gastronomique ne réside pas forcément dans l’obsession locavore: on a bien le droit de vouloir aussi dévorer la planète tout entière.

Avertissement: Mazzia ne donne pas dans le prêt-à-avaler, ne brosse pas ses clients dans le sens du poil, envoie des compositions saisissantes mais pas aguicheuses tout au long de menus qu’il appelle «voyages» et qui sont strictement organisés par lui: pas possible de folâtrer à la carte chez AM, 25 couverts, décor ascétique dans une rue sans charme. Vous voilà prévenus. Peut-on reprocher à un chef d’avoir un style tranché, de ne pas piquer ses idées dans les marmites de ses confrères, de nous sevrer de homard pour nous obliger à aimer le hareng?

Il cherche la castagne avec le piquant, l’amer, le presque cru, et, à la fin, c’est le gourmand curieux qui gagne

Le guide Gault&Millau, qui a généralement du nez pour flairer avant beaucoup d’autres les talents dont on entendra parler, a fait d’Alexandre Mazzia son «cuisinier de l’année 2019». Il faut voir le récipiendaire, concentré comme un joueur d’échecs, au passe derrière une petite plate-bande d’intérieur dans laquelle il prélève au dernier moment pousses et fleurs, pour se faire une idée du bonhomme.

Que mange-t-on sur ses tables de bois débarrassées de nappes? Des choses souvent inédites, des alliances insolites mais pensées: on ne cherche pas ici à créer un buzz par le biais d’une querelle artificielle sur la couleur d’une blanquette. Ni à entretenir une fièvre esthétique sur Instagram. On propose au palais d’autres façons de savourer le comestible. Un exemple, qui ne saurait résumer tout le savant travail d’Alexandre Mazzia mais l’illustre bien: son sablé anguille chocolat. Si ce genre de fantaisie ne rime à rien, elle voue son créateur à la mer des sarcasmes. Or, figurez-vous que c’est bon. Peut-être même génial. L’amertume du cacao sur le gras du poisson, la touche de piment qui enflamme le mélange comme la bougie du moteur à explosion fait vrombir la machine, la texture idéale de la bouchée font de cette trouvaille une révélation.

Alexandre Mazzia manie le piment avec délectation, il a parfois la main un peu lourde, mais, encore une fois, pourquoi lui reprocherait-on de secouer ses clients quand on absout des chefs consensuels qui rassurent les leurs à coups de louches de crème fraîche? Notre Marseillais, lui, cherche la castagne avec le piquant, l’amer, le presque cru, et, à la fin, c’est le gourmand curieux qui gagne. Il y a sûrement des réfractaires à cette approche radicale. Ils ne pourront pas dire, cependant, qu’on a cherché à les gruger: le style Mazzia respire la sincérité.

Une inclination marquée pour le fumé

Le grand «voyage» du dîner est un repas séquentiel. À chaque escale déboulent trois petites assiettes ou bols à déguster. Beaucoup de poisson et de légumes, presque pas de viande. Des épices, une inclination marquée pour le fumé. Quelques répétitions pardonnables. Et, surtout, des fulgurances complexes qui vous laissent pantois.

Ainsi de la «semoule/fleur d’oranger/wasabi/garum/soupe de carapaces», combinaison peu flatteuse à l’œil – on est dans le beigeasse Minitel – mais sidérante en bouche: voici un couscous ferme et un peu fou résistant à un tsunami iodé. Ou des «œufs de truite et saumon sauvages marinés au saké/lait fumé», sorte de loch Ness délectable à la texture extraordinaire que soulignent quelques éclats de noisette.

Biscottes végétales.
Biscottes végétales. Alexandre Mazzia

Autres très grands moments gustatifs: «moules/maquereau/hareng/coco/betteraves/lait de roquette». À cette escale, la marée était en vert et les poissons bleus, négligés par trop de grandes tables, tenaient leur revanche gastronomique dans un duel fraternel. La «langoustine/manioc/carottes lait de poule», relevée de vinaigre de riz et de cumin, saupoudrée d’une «texture végétale» comme d’une sèche giboulée de thé matcha, tient de la sorcellerie. On retrouve le déroutant ping-pong sucré/iodé de la semoule et de la bisque, dans une version surpuissante tenue par ce lait de poule à la carotte et le manioc, très peu usité sous nos latitudes. À côté, sur un galet vernis, le «pop-corn d’algues/citron-géranium» se mange avec les doigts et offre la surprise inouïe, une fois passée l’explosion croustillante, d’une chair de crustacé chaude mais refusant d’être cuite. Les petits «cèpes/poutargue/sucs de volaille grillés/jus saté» tiennent la route, surtout grâce à une texture toujours hypermaîtrisée.

Certes, des séquences volent un peu moins haut. La «brioche “tropézienne”/sardine/lard de Colonnata/pamplemousse», dont on saisit l’idée, est un poil étouffe-chrétien. La cuisson du merlu de ligne était, ce soir-là, par trop appuyée. Le «gambero rosso/avocat/chou-fleur fumé/jus de tête/piment» était redondant après la magistrale leçon de langoustines.

Mais quelle claque que ce tapioca épicé servi à côté du merlu, faux caviar, vraie merveille, qui défie la dent et libère des saveurs venues de nulle part!

N’allez pas croire que Mazzia est un illusionniste qui trempe des légumes dans le cacao pour que des gogos crient au génie. Non, car là aussi, c’est pensé, pesé, contrôlé

Avant les desserts proprement dits, un sorbet framboise-harissa fait figure de promesse: on ne s’endormira pas cuiller en main. Promesse tenue. La trilogie glacée «mangue/safran/ananas» est de haute race, avec l’apprivoisement hardi du divin pistil. Il faut s’attarder sur le «chocolat/navet/bacon», pour l’aborder avec la même circonspection que l’anguille de tout à l’heure. N’allez pas croire que Mazzia est un illusionniste qui trempe des légumes dans le cacao pour que des gogos crient au génie. Non, car là aussi, c’est pensé, pesé, contrôlé. Tout simplement, c’est délicieux et, au restaurant, c’est bien cela qui différencie le talent de la pitrerie culinaire – bien que celle-ci, parfois, pour peu qu’elle soit présentée de manière pittoresque, soit curieusement portée au pinacle par d’aucuns.

Donc, le navet prend sous le couteau de Mazzia la forme d’une petite hostie, très fine, très blanche, légèrement amère, délibérément impie dans sa communion avec un chocolat parfait auquel le bacon a transféré son goût fumé. Le beau est intelligible sans réflexion, disait Kant. Le bon, c’est pareil: peu importe la composition d’un plat, ce qui compte, c’est l’effet immédiat qu’il produit. Et le «chocolat/navet/bacon», pour peu que vous aimiez le chocolat, est un chef-d’œuvre. La «texture “cannelé” au café/kiwi/café hibiscus», le «citron/goyave/gingembre», la «confiture de lait/thé vert matcha» relèvent également d’un répertoire sucré de premier ordre.

On ne se nourrit pas chez Alexandre Mazzia: on y plonge, et un courant vous emporte. Ne luttez pas. C’est cet abandon qui vous nourrira.

AM par Alexandre Mazzia. 9, rue François-Rocca, 13008 Marseille. Tél.: 04 91 24 83 63. Six menus, de 57 à 170 € (pas de carte). Fermé dimanche et lundi.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Un dernier verre avec Alexandre Tharaud

[ad_1]

Alors que Montrez-moi vos mains sort au format poche (éd. Points), le pianiste français vient de publier chez Érato un subtil et crépusculaire album dédié aux trois dernières sonates de Beethoven. Il en défendra les couleurs le 22 novembre à la Philharmonie de Paris (XXe).

Le FIGAROSCOPE. – Qu’est-ce que je vous offre?

Alexandre THARAUD. – Un cosmopolitain. Même deux. C’est une boisson qui me rappelle Montréal. Je viens d’y acheter un appartement et aimerais d’ici quelques années me partager entre la France et le Canada.

Quelle musique pour vous accompagner?

Le silence. La musique ne m’accompagne jamais. Je ne peux la prendre pour m’alléger ou m’alourdir, encore moins pour oublier. Quand j’écoute de la musique, je l’écoute réellement. Qu’elle quelle soit.

Qu’est-ce qui vous retient (encore) la nuit?

Mes insomnies. Je suis un grand insomniaque. C’est par phases. En ce moment, je suis dans une phase très puissante. Les voyages n’arrangent rien à la chose.

Le lieu parisien qui vous donne des frissons?

J’adore les endroits secrets. Je ne suis pas passéiste mais regrette le temps où les portes cochères n’avaient pas de codes. Parmi mes favoris, l’Hôtel Cromot du Bourg, rue Cadet, abritait jadis les salons Pleyel. Il vit passer Chopin. Au même titre que tout le Paris musical de son temps.

Le lieu parisien qui vous donne des boutons?

N’importe quel fast-food.

La dernière appli que vous consultez le soir venu.

Je les passe toutes en revue. Je songe sérieusement à faire une cure de désintoxication. Je suis peu Twitter mais adore Instagram. J’y poste des «leçons de piano».

En cas de fringale nocturne, direction…

Ma réserve de chocolat. Je suis insomniaque, j’ai toujours ce qu’il faut à la maison.

Film ou série avant de dormir?

Il m’arrive de regarder Dix pour cent mais, à part ça, je ne suis pas du tout séries. Côté films, en revanche, j’ai toujours été un inconditionnel de Michael HanekeBien avant qu’il me propose de tourner pour lui.

Le rêve que vous aimeriez réaliser?

Avoir un corps de nageur. Je nage… Mais j’attends toujours le corps qui va avec.

La question que vous auriez aimé que je vous pose?

On se connaît?

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Alexandre Taillefer envisage de briguer la chefferie du PLQ

[ad_1]

Alexandre Taillefer est intéressé à succéder à Philippe Couillard à la tête du Parti libéral du Québec (PLQ).

En entrevue téléphonique à La Presse canadienne jeudi, l’homme d’affaires et président de la campagne électorale libérale n’a pas caché son ambition de devenir le prochain chef du PLQ.

« Ça pourrait être quelque chose que je vais envisager, définitivement », a commenté M. Taillefer.

C’est la première fois que l’homme d’affaires affiche aussi clairement ses couleurs.

Intéressé à succéder à Philippe Couillard, oui, mais pas à n’importe quel prix, s’empresse d’ajouter l’ancien Dragon, propriétaire de Téo Taxi et du magazine L’actualité, déjà prêt à énoncer ses conditions.

En résumé, il envisagera de se porter candidat seulement si deux conditions sont remplies : la course au leadership ne devra pas avoir lieu avant deux ans et le parti devra avoir procédé d’ici là à une refondation majeure.

Sinon, si le parti ne partage pas sa vision des choses, il passera son tour, « c’est très clair ».

En fait, M. Taillefer a déjà une idée très précise de ce à quoi devrait ressembler le PLQ et de ce qu’il faudra faire pour redonner au parti des Jean Lesage et Robert Bourassa son lustre d’antan, en vue de reconquérir le pouvoir dès 2022, « parce qu’on va être redevenus forts et parce qu’on va être redevenus inspirants ».

La couenne dure

Le 1er octobre, accusant la pire défaite de son histoire, le PLQ a dû se contenter de 25 pour cent d’appui des électeurs et d’une trentaine de sièges.

Cette défaite, dure à encaisser, n’a cependant pas refroidi son attrait pour la politique. Au contraire.

Son rôle de président de campagne lui aura appris qu’il avait « la couenne suffisamment dure » pour faire de la politique. « Je suis capable de faire face à la musique », assure celui qui n’avait jamais tâté de la politique avant d’accepter de présider la campagne libérale, il y a quelques mois à peine.

Selon lui, il ne fait pas de doute que le PLQ ne pourra pas reprendre le pouvoir en 2022, sans un « travail de fond extrêmement solide et sans une adhésion militante extrêmement forte ».

Pour cela, il devra se mettre sérieusement à l’écoute de sa base militante, en organisant un « grand brassage d’idées », qui prendrait la forme d’une série de forums durant lesquels les membres seraient conviés à façonner le parti dont ils rêvent.

Le parti, dit-il, doit donc absolument reconnecter avec sa base. Les membres doivent avoir le sentiment que leurs idées sont entendues en haut lieu, et il estime que ça prenait la « douche froide » du 1er octobre pour rendre cet exercice possible.

Le parti doit aussi se doter d’un programme davantage social-démocrate, mêlant habilement les mesures sociales et le développement économique, ajoute-t-il.

Car « l’économie nourrit le progrès social et le progrès social ne peut pas se nourrir sans l’économie », observe M. Taillefer.

Tout en demeurant fédéraliste, le PLQ devra également afficher un visage beaucoup plus nationaliste, se montrer québécois d’abord, dit-il. « On doit sentir cette fierté québécoise-là dans le discours du Parti libéral. Il faut que ce soit vrai, il faut que ce soit senti » pour reconnecter avec les électeurs francophones.

Le PLQ devra aussi tenir « un discours beaucoup plus probant », sur l’écologie, sur la culture, de même que se montrer bien « plus ambitieux sur le plan économique ».

Ce grand bouleversement pourrait prendre « plusieurs années », selon lui, d’où l’importance de repousser l’échéance de la course au leadership à la fin de 2020.

Surtout, le prochain chef devra être en mesure de susciter « l’enthousiasme » de la population.

Inspiré par Québec solidaire

À ce propos, il fait remarquer que Québec solidaire a été le seul parti à avoir réussi à mobiliser les électeurs, particulièrement les jeunes, à susciter de l’enthousiasme, à faire rêver « d’une société plus juste, plus équitable, plus verte ».

« Il faut s’inspirer de ça », est persuadé M. Taillefer, qui dit n’avoir jamais imaginé subir une raclée d’une telle ampleur le 1er octobre.

« On s’attendait à une soirée très serrée », mais jamais à une telle vague, se rappelle-t-il.

Les raisons de la défaite

Il attribue le désaveu massif de la population, surtout francophone, envers les libéraux essentiellement à deux choses : les mesures de rigueur — ou d’austérité — budgétaire des premières années du mandat et l’image de corruption qui continue de coller au PLQ.

L’idée du « changement » nécessaire, après plus de 13 ans sur 15 de gouverne libérale, a aussi percolé dans la population et joué contre les libéraux, analyse celui qui se voit désormais comme un simple militant.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس