Quel arbre planter pour avoir de l’ombre en été ?

[ad_1]

AU JARDIN CE WEEK-END – Rien de tel que la fraîcheur des frondaisons pour se protéger de l’ardeur du soleil. Surtout après l’été que l’on vient de vivre. Voici notre sélection à mettre en terre dès maintenant.

Hommes, plantes, animaux: tout le monde a souffert de la chaleur cet été. En particulier dans les parties très exposées du jardin, celles orientées au sud mais aussi à l’ouest que le soleil brûlant de l’après-midi a tôt fait de transformer en fournaise. Il peut sembler curieux de revenir sur ces épisodes caniculaires alors que l’hiver frappe à nos portes. C’est oublier que le jardinage est aussi affaire d’anticipation et que c’est en plantant maintenant des arbres aux endroits stratégiques que l’on aura les meilleures chances de bénéficier un jour de leur ombre protectrice. Reste à savoir quelle espèce choisir… «Plusieurs critères entrent en ligne de compte: la nature du sol, en particulier son pH, la taille de l’arbre une fois adulte, l’usage que l’on réserve à la zone ombragée et les aspects esthétiques», explique Éliane de Bourmont, présidente de la section Arbres et arbustes d’ornement de la Société nationale d’horticulture de France (SNHF).

À lire également: HORTIQUID – Quelles fleurs planter dans un jardin peu éclairé?

Le sophora du Japon produit une belle ombre mais ses fleurs très mellifères attirent beaucoup d'insectes.
Le sophora du Japon produit une belle ombre mais ses fleurs très mellifères attirent beaucoup d’insectes. Valentin Kundeus/velbort – stock.adobe.com

Si l’on souhaite prendre ses repas sous les frondaisons, mieux vaut exclure les espèces mellifères comme le sophora du Japon ou les tilleuls dont les exsudats de sève collent au mobilier. Même chose avec les arbres dont les baies génèrent des taches indélébiles sur les vêtements à l’image du mûrier platane (Morus bombycis), sauf s’il s’agit de variétés à fruits blancs ou stériles (fruitless). Cet arbre dont les feuilles servent de nourriture aux vers à soie, a l’avantage d’avoir une croissance très rapide à l’instar de l’arbre de Judée (Cercis siliquastrum) ou de l’orme du Caucase (Zelkova carpinifolia). Il faudra veiller cependant à ne pas les planter trop près de la maison ou de la limite de propriété (distance de 2 m minimum) et de les tailler régulièrement.

L’idéal, dans un jardin de dimension moyenne, consiste à opter pour des espèces pas trop volumineuses au feuillage dense comme les érables (Acer saccharum, negundoou cappadocicum), le marronnier à fleur rouge (Aesculus carnea), le virgilier à bois jaune (Cladastris lutea), le savonnier ou bois de Panama (Koelreuteria paniculata), l’amélanchier ou encore le févier d’Amérique (Gleditsia triacanthos) inerme ‘Sunburst’.

Joindre l’utile à l’agréable

Le chitalpa de Tashkent fleurit sans discontinuer de la fin du printemps jusqu'aux premières gelées.
Le chitalpa de Tashkent fleurit sans discontinuer de la fin du printemps jusqu’aux premières gelées. Wendy Cutler sous licence CC

Parmi les curiosités, le clérodendron (Clerodendrum trichotomum) ou arbre du clergé, se distingue par sa floraison spectaculaire et ses baies splendides qui ont l’avantage de ne pas tacher. Sans oublier le chitalpa de Tashkent, arbuste hybride issu du croisement entre le saule du désert (Chilopsis linearis) et le catalpa qui fleurit sans discontinuer de la fin du printemps jusqu’aux premières gelées mais n’accepte que les terrains légèrement acide (pH compris entre 6 et 7).

Les cerisiers sont aussi de bons candidats, qu’il s’agisse de l’espèce fruitière (Prunus cesarus ), histoire de joindre l’utile à l’agréable, des cerisiers du Japon ou du cerisier du Tibet (Prunus serrula) avec sa belle écorce rouge. En outre ils ont l’avantage de bien supporter les sols calcaires.

Dans tous les cas, plantez des sujets de 2 mètres à racines nues dans un trou assez large et profond enrichi de terreau et de compost, afin de garantir une bonne reprise et… de gagner du temps. N’oubliez pas de bien les tuteurer, le temps qu’ils s’enracinent correctement. À ce propos, si vous habitez dans une région ventée, optez plutôt pour une pergola que vous recouvrirez de plantes grimpantes à pousse rapide comme l’akébie, la glycine ou la passiflore.

Vos rendez-vous «jardin» à ne (surtout) pas manquer

• 16, 17 et 18 novembre: exposition-vente «500 nuances d’orchidées», Parc floral de Paris, 1 route de la Pyramide, Paris 12e.

• 17 novembre: fête de la châtaigne, salle multifonctions, Pfaffenheim (Haut-Rhin).

SNHF

• 17-18 novembre: 30e foire aux arbres sur le thème de l’aménagement paysager des zones humides, Marché couvert, Pont-l’Évêque (Calvados).

• 17-18 novembre: Première fête de l’automne au château de Cheverny (Loir-et-Cher).

• Du 17 novembre au 28 février 2019: exposition «Jardins d’hiver», Domaine de Chaumont-sur-Loire (Loir-et-Cher).

• 18 novembre: foire aux fruits d’hiver de Saoû (Drôme).

• 20 novembre: «Fenêtre sur jardin: un univers de partage», journée d’étude de la bibliothèque de la SNHF, sur le thème des jardins collectifs, 84 rue de Grenelle, Paris 7e.

• 24-25 novembre: 1er marché de Noël des métiers d’arts et savoir-faire, Saline royale, Arc-et-Senans (Doubs).

• 24-25 novembre: 23e fête de l’arbre et des fruits d’antan, Conservatoire végétal d’Aquitaine, domaine de Barolle, Montesquieu (Lot-et-Garonne).

• 24-25 novembre: 32e journées de l’arbre, de la plante et du fruit, Saint-Jean-du-Gard (Gard).

• 24-25 novembre: exposition d’art floral «Magie de l’hiver», salle socio-culturelle, Le Val-Saint-Père (Manche).

• 29 novembre: «Scintillement», journée de démonstration d’art floral, SNHF, 84 rue de Grenelle, Paris 7e.

• Jusqu’au 25 novembre: exposition «Les pratiques agricoles, d’hier à demain», château de La Roche-Guyon (Val-d’Oise).

• Jusqu’au 29 novembre: exposition «de Candolle (1778-1841) , la botanique pour passion», SNHF , 84 rue de Grenelle, Paris 7e.

• Jusqu’au 8 décembre: exposition «Sublimer la nature», peintures de Jan Dilenschneider, librairie-galerie Jardins en art, Paris 6e.

• 11 décembre: Journée d’information «Plantes spontanées et jardinage: quelles cohabitations?», SNHF, 84 rue de Grenelle, Paris 7e.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس