L’affaire Huawei et la course aux armements électroniques

[ad_1]

On se croirait en plein roman d’espionnage dans cette affaire qui relève du conflit économique entre la Chine et les États-Unis. Nos « amis » étatsuniens nous ont mis dans le trouble en nous obligeant à prendre position en leur faveur. Il faut dire que l’empire étatsunien se sent menacé. Les É.-U. veulent freiner le développement économique de la Chine. Huawei, compagnie de télécommunications, a détrôné Apple dans le domaine de l’informatique : 70 % des cellulaires dans le monde sont produits en Chine, dont une bonne part par Huawei.

Selon la Maison-Blanche, l’avance que prend la compagnie chinoise menace la sécurité nationale (tout comme l’acier canadien). Notons que la sécurité nationale est devenue la nouvelle façon étatsunienne de manipuler l’opinion publique et d’ainsi imposer sa volonté au monde. Il faut mettre des bâtons dans les roues de la Chine. Les É.-U. appellent leurs alliées à cesser d’acheter les produits Huawei, car ils seraient des véhicules d’espionnage. Cette mesure vise à empêcher Huawei de participer à la mise sur pied du nouvel Internet vitesse 5G, qui donnera une supériorité technologique au pays qui contrôlera cette invention.

La guerre économique passe par le 5G et Huawei a déjà une avance dans cette nouvelle course aux armements électroniques. Selon la revue Forbes, la Chine a déjà gagné la bataille de la technologie. Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois Huawei arrêtée le 1er décembre au Canada lors d’une correspondance à Vancouver et que les É.-U. ont d’abord accusée d’avoir passé outre à la loi étatsunienne d’embargo contre l’Iran (l’empire impose ses lois au reste du monde, incroyable tout de même), ensuite d’espionnage et enfin de fraude, sert d’otage dans cette guerre.

Tout cela ressemble à une opération à la James Bond. Il faut savoir que les services secrets des É.-U., de l’Angleterre, de l’Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande ont mis sur pied un groupe chargé de l’espionnage électronique. Il est appelé « l’Alliance des 5 yeux ». Il a tenu deux rencontres au Canada l’été dernier, dont une avec le premier ministre Trudeau. A-t-il adopté un plan pour une action sur le territoire canadien ? Serait-ce l’arrestation de Mme Weng ? Ce ne serait pas la première fois que la CIA organise des coups fourrés pour justifier des actes belliqueux.

Où s’arrêtera cette guerre économique qui ne peut que nuire à l’économie mondiale ? L’affaire Huawei aura des conséquences immenses pour le Canada.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس