5 véloroutes au départ de Paris

[ad_1]

Plusieurs itinéraires cyclables nationaux et européens traversent la région francilienne. Le Havre, Strasbourg, mais aussi Londres et Hambourg sont des destinations desservies par ces autoroutes pour cyclovoyageurs.

Quitter Paris, s’enfoncer dans la campagne et parcourir des centaines de kilomètres par la seule force de ses mollets. Les Parisiens en quête de défi, de nature et de patrimoine peuvent emprunter l’une des nombreuses véloroutes qui traversent la capitale. Certaines promettent une balade de quelques kilomètres en Ile-de-France, notamment sur les bords de la Seine impressionniste. D’autres conduisent vers d’autres régions ou pays comme la Norvège et la République tchèque.

Points d’information réguliers, hébergements proches, «voies vertes» interdites aux véhicules à moteur… Autant d’aménagements qui facilitent les voyages à VTT, tandem, vélo couché ou vélo électrique. Avant d’enfourcher son vélo, mieux vaut se procurer une carte papier ou télécharger les données GPS de l’itinéraire. Gardez aussi en tête que certains tronçons ne sont pas balisés et qu’il peut exister des variantes au tracé officiel.

» LIRE AUSSI – La France à vélo, destination préférée en Europe

1. La Scandibérique (EV3), de Trondheim (Norvège) à Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne)

Longue de 5100 km, l’EuroVelo 3 relie l’Espagne à la Norvège. Sa section française, appelée Scandibérique, inaugurée en 2018, relie Hendaye à Maubeuge sur 1700 km, ce qui en fait le plus long itinéraire cyclable en France. Surnommée «route des Pèlerins», la véloroute passe notamment par les Landes, la Gironde, la Charente et la région Centre. De Tours à Orléans, elle suit le tracé de La Loire à vélo. À partir de Fontainebleau, l’itinéraire suit les méandres de la Seine jusqu’au bassin de l’Arsenal, près de Bastille. Il longe ensuite le canal Saint-Martin et le canal de l’Ourcq jusqu’à Pantin. Puis la véloroute se dirige vers la Belgique, l’Allemagne, le Danemark, la Suède et la Norvège.

» LIRE AUSSI – La «Scandibérique»: à vélo sur le chemin des pèlerins

2. La Véloscénie (V40), de Paris au Mont-Saint-Michel

De la place Saint-Michel au Mont-Saint-Michel. La Véloscénie (V40) relie le cœur de Paris au célèbre îlot rocheux sur 450 km. L’itinéraire traverse les départements de l’Eure-et-Loir, de l’Orne et de la Manche et passe non loin de nombreux sites célèbres comme le château de Versailles, la cathédrale de Chartres et les thermes de Bagnoles de l’Orne. La sortie de l’Ile-de-France se fait via la Haute-Vallée de Chevreuse et Rambouillet. Près de la moitié du parcours s’effectue sur des «voies vertes», interdites aux véhicules motorisés. Tranquillité garantie.

» LIRE AUSSI – La Véloscénie: de Paris au Mont-Saint-Michel, 450 km en pente douce

3. L’Avenue verte (V16), de Paris à Londres (Royaume-Uni)

Comme pour réconcilier les deux villes candidates, l’Avenue verte a été inaugurée lors des Jeux olympiques et paralympiques de Londres de 2012. Depuis le parvis de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, la route s’élance vers Dieppe (Seine-Maritime) sur 246 km. Deux variantes sont proposées au départ de Paris: l’une via les bords de l’Oise et Beauvais (Picardie), l’autre via le Vexin la vallée d’Epte (Normandie). À Dieppe, les cyclistes rejoignent les côtes anglaises avec les ferries de la compagnie DFDS pour environ 30€. La traversée de la Manche jusqu’à Newhaven dure quatre heures. Une fois en Angleterre, n’oubliez pas de rouler sur la voie de gauche et rappelez-vous que les distances sont indiquées en miles.

4. La Seine à vélo (V33), de Paris au Havre

Pour descendre la Seine de Paris jusqu’à son embouchure, empruntez la dénommée Seine à vélo. D’une longueur de 390 km, elle prend fin au Havre ou à Deauville selon les variantes. En région francilienne, elle se superpose à l’Avenue verte de Paris à Londres. Cette balade est l’occasion de découvrir la Seine impressionniste et notamment Giverny, berceau du courant artistique, où l’on peut visiter la maison de Claude Monet. Le tracé définitif doit être affiné d’ici à 2020 et certaines portions sont encore en cours d’aménagement.

» LIRE AUSSI – Pauses normandes entre Seine et mer

5. Via Carolina (V52), de Paris à Prague (République tchèque)

La V52 relie Paris à Strasbourg, la plus cycliste des villes de France. L’itinéraire traverse Troyes, Châlons-en-Champagne et Nancy. Il fait partie d’un grand itinéraire européen, Via Carolina (ou Paneuropea Radweg) qui relie les capitales française et tchèque sur 1500 km. Une fois franchi le Rhin, la véloroute traverse le sud de l’Allemagne en passant par Nuremberg. Le tracé coïncide avec la voie couramment empruntée au XIVe siècle par Charles IV, empereur du Saint-Empire et roi de Bohême.

» Vous pouvez également suivre Le Figaro Voyages sur Facebook et Instagram.

SERVICE: Composez un voyage sur mesure avec Les Maisons du Voyage

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

G2 Esports double championne du monde au Six Invitational

[ad_1]

Le suspense n’aura donc pas été long pour les amateurs réunis à la Place Bell de Laval pour connaître l’identité des nouveaux champions. Le premier match aura été celui qui aura su garder le public en haleine le plus longtemps, l’égalité ayant persisté pendant de nombreuses rondes de prolongation avant que G2 arrache la victoire 12 rondes à 10 sur la carte Coastline. Il s’agit du plus long match professionnel de Rainbow Six Siege de l’histoire.

L’équipe menée par Fabian Hällsten, alias Fabian, n’a par la suite fait qu’une bouchée de Team Empire, remportant facilement les matchs subséquents 7-4 et 7-1, respectivement sur Border et Bank.

Juhani « Kantoraketti » Toivonen et son capitaine Fabian se sont illustrés, obtenant respectivement des écarts de +22 et +16 et des ratios de 1,88 et 1,80. Le seul autre joueur à avoir fini la série avec un écart positif est Artyom « Shockwave » Simakov, de Team Empire, avec un maigre +1.

Team Empire n’a toutefois pas à rougir, ayant atteint la finale du Championnat du monde à sa première saison parmi les professionnels. La longueur du premier match et les statistiques jusque-là dominantes d’Empire sont également à souligner. Un exploit qui démontre le potentiel de cette équipe au cours des prochaines années.

Il faut par ailleurs noter qu’Empire s’est inclinée face à ceux que tous les observateurs donnaient gagnants dès le début du tournoi. La machine G2 était en effet considérée comme la plus redoutable du Six Invitational.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Ford dope sa Focus et revient au bioéthanol

[ad_1]

NOUVEAUTÉ – Le constructeur américain enrichit la quatrième génération de sa compacte de versions performantes. Et convertit son SUV Kuga à l’éthanol E85.

C’est un signal fort. Malgré les objectifs ambitieux de réduction du CO2 assignés à l’industrie automobile par la Commission européenne à l’horizon 2021-2022 et le durcissement des normes de dépollution, Ford ne renonce pas à la berline sportive. Hier, le constructeur à l’ovale bleu a présenté le programme de déploiement de la gamme Focus. Bonne nouvelle pour tous les amateurs de modèles à tempérament sportif, alors que le renouvellement de la fameuse RS n’est pas assuré, la version ST sera de retour dans le courant de l’été. En berline et en break. Développée par la division Ford Performance, cette nouvelle GTI voit ses performances relevées d’un cran pour rivaliser avec la Peugeot 308 GTI, la Renault Mégane RS et la Seat Leon Cupra.

Des moteurs essence performants

Côté châssis, pas de transmission intégrale mais un différentiel mécanique à glissement limité piloté électroniquement
Côté châssis, pas de transmission intégrale mais un différentiel mécanique à glissement limité piloté électroniquement Charlie Magee

Le 4-cylindres 2,3 litres Ecoboost emprunté à la Mustang gagne ainsi 30 chevaux pour afficher la puissance de 280 chevaux à 5 500 tr/min grâce à un turbo à double entrée. Le couple progresse aussi de 60 Nm. Avec 420 Nm de 3 000 à 4 000 tr/min, il rivalise désormais avec celui d’un gros moteur diesel. Les accélérations sont en nette hausse: Ford annonce moins de 6 secondes pour atteindre les 100 km/h. Ce nouveau bloc est associé, au choix, à une boîte manuelle à 6 rapports ou à la boîte automatique de la Focus dont on a enlevé un rapport pour n’en plus compter que sept. Côté châssis, pas de transmission intégrale comme sur l’ancienne RS mais un différentiel mécanique à glissement limité piloté électroniquement (eLSD). À ce système, la ST ajoute des pneumatiques Michelin Pilot Sport 4S spécialement étudiés pour elle et des suspensions actives en option. L’année 2019 verra aussi l’arrivée d’une version diesel EcoBlue de 190 ch et d’une variante de carrosserie Active dotée d’une garde au sol relevée.

Autre nouveauté, le constructeur américain revient à l’éthanol (E85) avec un Kuga «Flexifuel». L’expérience avait déjà été tentée en 2005 par la marque. Elle n’avait guère été concluante en raison d’un diesel-roi, d’aides publiques jugées peu encourageantes, et surtout d’un réseau peu étoffé. Le marché est aujourd’hui plus favorable à l’E85 avec un maillage de plus de 1 100 stations. Le SUV compact de Ford est équipé du bloc 1,5 litre Ecoboost de 150 chevaux, modifié pour supporter le biocarburant, plus corrosif que l’essence.

Comparé à un modèle classique, l’entretien n’est pas plus coûteux, la garantie est similaire et le surcoût à l’achat n’est que de 100 euros (le tarif débute à 29 100 euros). Si la consommation est supérieure de 25%, le bioéthanol se rattrape en étant plus de moitié moins cher que l’essence: 0,68 euro le litre en moyenne. Sur un trajet Paris-Toulouse, l’économie se chiffre à près de 30 euros! Aucun risque de panne sèche, car la voiture fonctionne tout aussi bien avec du SP95 ou du SP98.

Le SUV compact de Ford est équipé du bloc 1,5 litre Ecoboost de 150 chevaux, modifié pour supporter le biocarburant.
Le SUV compact de Ford est équipé du bloc 1,5 litre Ecoboost de 150 chevaux, modifié pour supporter le biocarburant. Ford

Les bonnes surprises ne s’arrêtent pas là. Dans la majorité des régions, la carte grise est gratuite ou à moitié prix, et les entreprises récupèrent 80 % de la TVA sur ce type de véhicule. Lors du calcul du malus CO2, les émissions de l’engin sont réduites de 40 %. Ainsi, le Ford Kuga Flexifuel est homologué pour des émissions de 94 grammes de CO2 par kilomètre, contre 122 grammes pour son jumeau fonctionnant au sans-plomb. Sur un cycle complet, l’E85 rejetterait 70 % de CO2 et 90 % de particules en moins par rapport aux carburants d’origine fossile.

Rouler «vert» sans se ruiner

L’éthanol est de surcroît une spécialité tricolore. La France en est en effet le premier producteur européen (23 % de la production). Le Kuga Flexifuel arrive dans un contexte beaucoup plus favorable qu’il y a une quinzaine d’années. Contrairement à l’électrique, les automobilistes qui veulent rouler plus «vert» n’auront pas à payer au prix fort un nouveau véhicule à l’autonomie problématique. Ils n’auront pas non plus à modifier sensiblement leurs habitudes de circulation. Cette proposition, intéressante sur le papier, se traduira-t-elle dans les ventes de Kuga Flexifuel, actuellement seul véhicule de série roulant à l’éthanol? Rendez-vous en juin prochain, date de livraison des premiers exemplaires de ce modèle.

Comparé à un modèle classique, l'entretien n'est pas plus coûteux, la garantie est similaire et le surcoût à l'achat n'est que de 100 euros (le tarif débute à 29 100 euros).
Comparé à un modèle classique, l’entretien n’est pas plus coûteux, la garantie est similaire et le surcoût à l’achat n’est que de 100 euros (le tarif débute à 29 100 euros). Ford

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Une barrique tout en cristal remplie de Sauternes, pièce unique au monde

[ad_1]

Publié le 12/02/19 par Le Figaro Vin

barique-cristal-Georges-Gobet-AFP

Photo : Georges Gobet/AFP

Douze corps de métier et deux ans de travail ont été nécessaires pour la réaliser, l’assembler et la décorer dans la manufacture Lalique à Wingen-sur-Moder (Bas-Rhin). Son prix n’a pas été révélé.

Une barrique tout en cristal, rivets compris. A l’intérieur, 225 litres de Sauternes. Cette pièce unique au monde, signée des ateliers Lalique, orne depuis quelques semaines le château Lafaurie-Peyraguey en Gironde, dont elle célèbre les 400 ans.

La barrique, qui a la taille et la forme d’une barrique bordelaise, pèse près de 400 kilos une fois remplie du précieux vin liquoreux de Sauternes. Ses cerceaux sont en cuir.

Son fond transparent est illustré d’une reproduction d’une gravure de René Lalique de 1928 intitulée « Femme et raisin », qui figure également sur les bouteilles de ce premier grand cru classé en 1855.

Douze corps de métier et deux ans de travail ont été nécessaires pour la réaliser, l’assembler et la décorer dans la manufacture Lalique à Wingen-sur-Moder (Bas-Rhin). Son prix n’a pas été révélé.

Convergence entre le cristal et le vin

Cette pièce a été créée à l’occasion des 400 ans du château Lafaurie-Peyraguey, propriété du groupe Lalique et de son PDG Silvio Denz. « L’idée est d’en faire un objet d’exposition pour témoigner de cette convergence entre le cristal et le vin. Du cristal qui habille le vin, c’est une première mondiale », a indiqué à l’AFP le David Bolzan, directeur-général des Vignobles Silvio Denz.

« Elle est faite pour être en exposition car trop fragile et trop lourde pour être utilisée. Elle contient le premier millésime que Silvio Denz a fait : 2013″, a-t-il poursuivi, et représente une « fusion entre l’or de Sauternes et le cristal d’Alsace« , selon le groupe.

Cette pièce d’exception est exposée dans un des chais de ce château, qui abrite également un hôtel-restaurant de luxe. Elle a été bénie le 3 décembre 2018 par un prêtre, tout comme la chapelle jouxtant les chais.

La barrique est la dernière née d’une série de pièces uniques en cristal exposées à la vinothèque du château dont une Impériale (bouteille de six litres) et une caisse transparente de six bouteilles.

Avec AFP

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Mascate, l’Orient rêvé des Français au sultanat d’Oman

[ad_1]

GUIDE DE VOYAGE – De l’Al Bustan Palace, cinq-étoiles niché dans un vrai palais royal digne des «Mille et une nuits», à l’opéra royal où se produisent les plus prestigieuses phalanges, la capitale de ce pays de la corne de l’Arabie se redécouvre en pleine effervescence.

Envoyée spéciale à Mascate

Le panneau lumineux avec le hashtag #ExperienceOman scintille sur la corniche en lacets de Matrah, ornée d’anciennes résidences aux moucharabiehs et balcons de bois ayant appartenu à de riches armateurs du temps des grands navigateurs arabes. L’agglomération historique de Mascate, capitale du sultanat d’Oman dans l’extrême sud-est de la péninsule arabique, attire la lumière des rêveurs éveillés d’un Orient aux parfums d’Arabie Heureuse.

Dans son port pittoresque mouillent deux somptueux navires du sultan Qabus Ibn Said aux hublots éclairés comme des monuments. On dirait un village tout droit sorti de l’une de ces peintures à l’exotisme fantasmé au XIXe siècle. D’abord, le regard se pose sur l’ensemble des maisons blanches, puis sur la touche azur de la mosquée au dôme et au minaret bleus. Dans la nuit animée, le cœur battant de la ville est l’antique souk qui aspire les passants. Une tour de Babel où Arabes, Baloutches, Indiens, …

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Immigration: 91 307 nouveaux candidats en attente au Québec

[ad_1]

Le nouveau système de recrutement des immigrants « Arrima » fait fureur. Depuis sa création il y a six mois, plus de 90 000 personnes y ont soumis leur déclaration d’intérêt, dont 1124 la semaine dernière.

Créé par les libéraux l’été dernier, le système de déclaration d’intérêt prend la forme d’une banque de candidats dans laquelle le gouvernement pourra piger en fonction de ses besoins de main-d’œuvre.

Les 18 000 dossiers qui font les manchettes depuis une semaine font partie de l’ancienne banque du ministère, qui fonctionnait selon le principe du premier arrivé, premier servi. Quand le ministre Simon Jolin-Barrette a annoncé jeudi dernier qu’il comptait les jeter, il a invité les personnes touchées à s’inscrire dans le nouveau système de déclaration d’intérêt.

Toutefois, contrairement aux 18 000 dossiers, les déclarations d’intérêt peuvent être déposées gratuitement.

Des mois avant de pouvoir être invité

Les personnes qui sont inscrites dans la nouvelle banque devront attendre plus de six mois avant d’avoir une chance d’être reçues toutefois.

En effet, le ministère doit d’abord lancer une « invitation » aux candidats en fonction de ses besoins de main-d’œuvre. C’est seulement après avoir été invités que les candidats peuvent déposer officiellement leur dossier.

Or, aucune invitation n’a été lancée depuis la création de la banque en septembre, et le ministre a confirmé mercredi qu’il ne pourrait pas le faire avant l’adoption du projet de loi 9 d’ici plusieurs semaines.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec s’est donné comme cible d’accueillir au maximum 40 000 immigrants cette année.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Survivre au post-partum

[ad_1]

Deux mois après mon accouchement je viens vous raconter ce qui a été totalement indispensable à ma survie en cette rude période !

#IWILLSURVIVE

♥ LOVE SUR VOUS ♥

 

✘ JE PORTE ✘

• Casquette sans marque

• Sweat Zoe Karssen (ancienne co.)

 

 

✘ DANS CETTE VIDÉO ✘

• Gaine Belly Bandit

• Serviettes « maternité » Natracare

• Serviettes SilverCare

• Culotte de règles modèle « cheeky » Thinx

ma vidéo sur la culotte Thinx

• Culotte de règle Fempo

La vidéo de Marie sur les culottes Fempo

—————————————————-

The post Survivre au post-partum appeared first on Et pourquoi pas Coline ?.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le non-sens d’utiliser le gaz naturel comme énergie de transition au Québec

[ad_1]

Au Québec, un effort collectif colossal doit être consenti pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Nos émissions annuelles en 2016 ont été d’à peine 10 mégatonnes (Mt) de moins que celles de 1990 (87 Mt). C’est donc un volume récurrent de réduction d’émissions de GES six fois plus important encore qu’il nous faut viser dès maintenant pour atteindre la cible de 17 Mt/année à l’horizon 2050. Le Québec accuse en effet un important retard dans la mise en oeuvre du redéploiement de ses approvisionnements énergétiques, un projet de société que la récente Politique énergétique 2030 du Québec (PEQ2030) qualifie pourtant de « nouveau pacte énergétique » capable « d’enclencher une réelle décarbonisation de l’économie québécoise ».

Or, la PEQ2030 donne au distributeur Énergir (anciennement Gaz Métro) le mandat de développer un vaste chantier d’approvisionnement en gaz naturel en élargissant l’offre du réseau de distribution actuel (les stations multicarburants et le programme Écocamionnage, entre autres). Elle octroie à la filière du gaz naturel le statut d’« énergie de transition », une désignation invoquée par des régions dont l’électricité est principalement produite par des centrales thermiques au charbon et au mazout lourd, ce qui n’est manifestement pas le cas du Québec.

Il y a certes lieu de s’interroger sur le statut privilégié que la PEQ2030 accorde actuellement aux approvisionnements gaziers d’origine fossile alors même que le cadre d’autorisation des projets énergétiques du Québec ne peut plus s’affranchir d’une prise en compte responsable des impacts climatiques de l’extraction et du transit de ses approvisionnements actuels et futurs en hydrocarbures fossiles. Entre autres, dans le calcul des émissions de GES de la filière du gaz naturel, l’impact climatique de chaque molécule de méthane perdue tout au long de la chaîne d’approvisionnement équivaut à plusieurs dizaines de fois celui d’une molécule de CO2 produite lors de la combustion du méthane.

Part négligeable

Il importe de rappeler ici que la production du gaz naturel renouvelable issu des procédés de biométhanisation des résidus organiques représente actuellement une part négligeable du marché du gaz naturel, de sorte que l’essentiel des impacts environnementaux et notamment climatiques de l’ensemble de la filière du gaz naturel est directement le fait de l’exploitation industrielle du gaz naturel fossile.

Le cas de l’usine de gaz naturel liquéfié (GNL) que le promoteur GNL Québec s.e.c. projette de construire à Grande-Anse au Québec est illustratif de l’importance d’inclure le bilan d’émissions de GES lié au cycle de vie complet d’une filière. Énergie Saguenay (16,4 gigamètres cubes, Gm3) de GNL par année, soit le double de la consommation de gaz naturel du Québec en 2016) projette de liquéfier du gaz naturel provenant des réservoirs géologiques de l’ouest du continent pour le vendre sur le marché international, au départ d’un quai de chargement maritime sur le Saguenay.

Or une usine de GNL, au Québec comme n’importe où ailleurs au Canada, reste inséparable d’un raccordement au réseau gazier continental nécessaire pour l’approvisionner en matière première. Son exploitation implique de surcroît plusieurs manipulations déterminées entre l’arrivée du gaz à l’usine et sa destination finale : traitement, liquéfaction, stockage, chargement sur navires méthaniers, transit océanique jusqu’à des points de débarquement côtiers de réseaux gaziers nationaux d’Europe ou d’Asie où, regazéifié, il parcourra encore un long trajet avant de parvenir à ses clients ultimes. Dans ce marché globalisé du gaz fossile, le cycle complet de la filière GNL se traduit par des fuites additionnelles de méthane (transport, évaporation et autres) qui pèsent encore davantage sur un bilan d’émissions de GES déjà problématique pour la partie du cycle de vie qui concerne l’acheminement du gaz naturel à l’usine à partir des réservoirs géologiques sources d’où il provient.

La question est donc de savoir comment la filière du gaz naturel, liquéfié ou non, faciliterait l’atteinte d’un nouveau mix énergétique en adéquation avec les objectifs de réduction de GES. En quoi le gaz naturel serait-il spécifiquement plus avantageux en matière d’investissements structurants de décarbonisation de l’économie du Québec qu’un scénario d’allocation de ressources qui s’intéresserait à la mise en valeur des gisements d’efficacité énergétique et des nouvelles énergies renouvelables dont dispose le Québec ?

Conséquences

Entre autres, quelles conséquences aura cette persistance à prolonger la dépendance au gaz naturel des secteurs industriel et du transport lourd sur l’économie québécoise à long terme ? Les industries du territoire — tout comme celles des éventuels pays importateurs — ne risquent-elles pas d’être placées sur une voie économique, commerciale et financière menant à une impasse structurelle en 2030 ? Puisque des mesures de deuxième reconversion s’imposeront forcément avant 2050, pourquoi ne pas les engager dès aujourd’hui ?

Force est de constater que la transition énergétique du Québec reste pour le moment une vue de l’esprit. Les grandes filières énergétiques continuent d’être planifiées en cercles fermés par leurs promoteurs partout sur le territoire sans que les interactions et impacts des unes et des autres soient correctement évalués et hiérarchisés au sein d’un cadre décisionnel intégré d’investissements garantissant à tous les citoyens, tant du côté de l’offre que de la demande, l’effort de décarbonisation que la PEQ2030 prétend « enclencher ».

S’il devait décider aujourd’hui de s’enfermer dans des scénarios énergétiques insoutenablesm, dont témoigne entre autres la fausse bonne idée d’une transition énergétique par le gaz naturel fossile, le Québec deviendrait un contre-exemple international de ce qu’exige une gestion politique planifiée, moderne et responsable de lutte contre les changements climatiques.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le caviste Au Quai invite une chef nordique

[ad_1]

C’EST NOUVEAU – La cave à vins nature du canal Saint-Martin accueille une jeune chef suédoise. Vraiment bien!

Genre: au Canal des atmosphères, une cave à vins (nature, forcément nature) qui annonce avec un gentil culot la «cuisine canon» d’une jeune Suédoise, il est vrai, pas complètement manchote à partager recettes et touche nordique. Vraiment bien!

Prix: entre 20 et 30 €. Risotto au fenouil et parmesan, haddock fumé, coques et barba di frate: bien loti. Boulettes de porc et bœuf, jus de cuisson, mousseline de pommes de terre: moelleuses. Semla (brioche cardamome fourrée de crème d’amande et chantilly): ravi de découvrir ce classique suédois.

Avec qui? Une Arletty 2019.

Bonne table: celles côté rue.

Service: au débotté.

Au Quai. 15, rue Alibert (Xe). Tél.: 01 42 08 79 60. Du mer. au sam. (dîn.). Métro: Goncourt.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Handicap visuel : le web toujours largement inaccessible au Québec

[ad_1]

Toutes catégories confondues, à peine 17,8 % des sites analysés ont obtenu la note de passage en termes d’accessibilité, selon l’étude de plus de 900 sites québécois réalisée par le Laboratoire de promotion d’accessibilité du web.

L’organisme indique qu’un site qui obtient la note de passage serait navigable par un utilisateur ayant des limitations fonctionnelles significatives sur deux.

« C’est à tout le moins extrêmement désolant », commente Yvon Provencher, agent de développement au Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM).

« Oui, les personnes aveugles consultent et ont besoin d’Internet », souligne l’intervenant, qui est lui-même aveugle.

Gros plan d'une plage braille, un outil utiliser par les personnes aveugles pour afficher en braille ce qui est écrit sur l'écran.En plus du lecteur d’écran, certains usagers utilisent un outil qui permet d’afficher en braille ce qui est écrit sur l’écran. Photo : Radio-Canada

L’appareil le plus couramment utilisé est un lecteur d’écran, qui décrit avec une voix robotique chaque élément de la page web consultée. Or, si le site n’est pas conçu adéquatement, le lecteur d’écran est incapable de le déchiffrer.

Par exemple, si le bouton « soumettre » à la fin d’un formulaire n’est pas identifié dans le code de la page Internet, une personne aveugle saura qu’il s’agit d’un élément cliquable, mais elle n’aura aucune idée de ce à quoi sert le bouton.

Sites gouvernementaux

Les sites gouvernementaux obtiennent le meilleur score, quoique assez faible, avec 33 % des sites qui obtiennent la note de passage.

« C’est extrêmement désolant qu’on se retrouve dans une situation comme ça et ça, c’est le meilleur des cas », dénonce Yvon Provencher, d’autant plus que l’ensemble des ministères sont soumis à des normes d’accessibilité depuis plus de sept ans.

Yvon Provencher souligne aussi la piètre performance des municipalités du Québec.

« Les municipalités, ce sont des organismes de services de proximité, c’est à peu près ce qui est le plus près des citoyens, et malgré ça, on se retrouve avec une municipalité sur 50 qui a une note de passage. Accablant, c’est le bon terme qu’on utilise. »

Secteur privé

Du côté des entreprises privées, 18,5 % des sites analysés ont obtenu la note de passage. Dans les sites de commerce électronique, ce score chute à 6,6 %.

Les achats en ligne avec livraison à domicile seraient pourtant un service fort utile pour les personnes souffrant d’un handicap visuel ou autre limitant leur capacité à naviguer sur Internet.

« En conditions hivernales, si on regarde cette année par exemple, si on avait des épiceries qui avaient des sites web avec vraiment une bonne accessibilité, ça éviterait d’avoir à se déplacer et à être confronté à des environnements qui peuvent être extrêmement difficiles à négocier. »

Yvon Provencher estime que les entreprises se privent ainsi de parts de marché importantes puisque le RAAM évalue qu’environ un million de personnes vivent avec des limitations fonctionnelles au Québec.

Qu’est-ce que l’accessibilité du web?

Selon le Secrétariat du trésor du Québec, « un contenu ou un service offert sur le web est considéré comme accessible lorsque toute personne, peu importe ses incapacités, peut le comprendre, y naviguer et interagir avec lui ».

Quel est le problème?

La firme CIAO, à Québec, compte quatre spécialistes de l’accessibilité web. Ils accompagnent régulièrement les ministères et les entreprises dans l’amélioration de leur site web.

« Ça y va à pas de fourmi, tranquillement, admet Mathieu Thériault. Je crois que c’est un manque de connaissances surtout. Beaucoup de mythes, beaucoup de préjugés que les gens ont comme quoi les personnes aveugles n’utilisent pas de téléphone cellulaire. »

Mathieu Thériault, spécialiste en accessibilité web à la firme CiaoMathieu Thériault, spécialiste en accessibilité web à la firme Ciao Photo : Radio-Canada

Si on croit bon d’offrir un service à une personne sans handicap, pourquoi une personne avec un handicap ne pourrait-elle pas avoir accès au même service?

Mathieu Thériault, spécialiste en accessibilité Web

Selon le programmeur, la solution passe par la sensibilisation, la formation et un meilleur suivi des normes à respecter.

« Les ingénieurs en bâtiment ont à respecter un code du bâtiment, les ingénieurs en informatique à mon avis devraient au moins avoir à vérifier les normes [d’accessibilité] et à s’assurer de leur qualité », illustre-t-il.

Améliorer l’accessibilité d’un site Internet déjà existant peut s’avérer coûteux. Mathieu Thériault recommande donc aux entreprises de se soucier de l’accessibilité dès le départ.

« Si on démarre en début de projet et qu’on fait les bons choix de technologies pour supporter tous nos sites web, ça va être des coûts peut-être de 5 % à 10 %, pas plus », soutient-il.

Selon lui, il faudra peut-être aussi un jour s’inspirer de l’Ontario, qui oblige les entreprises de plus de 50 employés à rendre leur site web accessible aux personnes souffrant d’un handicap d’ici 2021.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس