Le malus auto n’augmentera pas en 2019

[ad_1]

PRATIQUE – Le risque de voir le malus auto augmenter cette année est écarté. Le gouvernement a décidé de reporter le passage à la norme WLTP à janvier 2020.

C’est une bonne nouvelle pour les automobilistes et les professionnels de l’automobile. L’entrée en vigueur du cycle d’homologation WLTP (Worldwide Harmonised Light Vehicle Test Procedure) a été reportée au 1er janvier 2020, soit finalement un an après son application initialement prévue. C’est la seconde fois que la norme WLTP est repoussée. Il y a quelques mois, les pouvoirs publics avaient déjà décidé de son report au 1er septembre 2019, afin de laisser le temps au système d’immatriculations des véhicules (SIV) de se mettre à jour et de digérer une nouvelle masse d’informations générée par le nouveau cycle d’homologation des véhicules. Aujourd’hui, aucune explication n’a été avancée pour expliciter ce nouveau report entériné officiellement par le décret paru au Journal Officiel du 27 janvier 2019. Jusqu’au 31 décembre 2019, le certificat d’immatriculation des véhicules neufs comportera bien la valeur NEDC-c d’émission de dioxyde de carbone. Le décret mentionne que les constructeurs ne sont pas exemptés d’apporter plus de clarté dans les informations délivrées aux clients. Dans le show-room des concessions, chaque véhicule devra ainsi comporter une étiquette mentionnant quatre valeurs: les émissions de CO2 et la consommation de carburant selon les normes NEDC corrélé (5 à 10 % de plus que la norme NEDC) et WLTP.

Le report de l’entrée en vigueur de la norme WLTP est une bonne nouvelle pour les consommateurs comme pour les constructeurs et distributeurs puisque l’on sait que le nouveau protocole d’homologation, plus exigeant et voulu plus proche de la vraie vie, va relever la consommation et les émissions de CO2 de près de 20 %. Et comme la grille du malus auto est indexée en France sur les émissions CO2, les professionnels tirent déjà la sonnette d’alarme face au risque de voir le marché s’écrouler. Or, la croissance économique repose pour une large part sur la bonne santé du marché automobile. Dans certains cas, les rejets de CO2 vont augmenter dans de telles proportions que le montant du malus dissuadera de franchir le pas. Selon les valeurs fournies par d’autres pays comme la Finlande, la norme WLTP donne le vertige.

Des véhicules classés encore hier dans la catégorie des bons élèves du marché se retrouvent ainsi punis sévèrement, au point d’être presque considérés comme hors marché. C’est ainsi que la Peugeot 3008 Pure tech 130, parmi les best-sellers du marché, voit ses émissions de CO2 s’envoler de 119 g/km en NEDC à 151 g/km en WLTP. La Citroën C3 Aircross voit ses émissions passer de 115 à 145 g/km. Dans le premier cas, on passe d’un malus de 45 euros à 2 153 euros. Pour le SUV chevronné, on passe de l’absence de malus à un malus de 1 101 euros. Selon les informations fournies par les constructeurs, la consommation et donc les émissions de CO2 devraient augmenter en moyenne de 20 %. Devant cette triste perspective, les automobilistes devraient profiter de l’effet d’aubaine créé par le report du WLTP pour anticiper le renouvellement de leurs véhicules. Pour 2020, on ne saura trop encourager les pouvoirs publics à revoir la grille du malus écologique, sous peine de voir le marché automobile décrocher. Or une contraction du marché se paie par une franche baisse des rentrées fiscales (TVA). Dans le contexte actuel, la France ne peut pas se payer le luxe de voir ses recettes laminées par la démagogie de quelques esprits étriqués.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Auto workers rally in Windsor as GM predicts jump in profits

[ad_1]

Premier Doug Ford, Prime Minister Justin Trudeau and even Warren Buffett came under fire at a rally in Windsor Friday in support of Oshawa auto workers, but it was GM CEO Mary Barra who drew the harshest criticism from union leader Jerry Dias.

“We are absolutely disgusted at not only your corporate greed, but also your personal greed,” fumed Dias, the president of Unifor, which represents the 2,600 GM workers who’ll be out of a job by next year. The rally brought together auto workers and leaders of other unions from across the province.

In November, GM announced plans to close five North American factories and get rid of 14,000 workers, including roughly 2,600 in Oshawa.
In November, GM announced plans to close five North American factories and get rid of 14,000 workers, including roughly 2,600 in Oshawa.  (Andrew Francis Wallace / Toronto Star File Photo)

Dias blasted Barra’s $22-million salary, and claimed the GM CEO is also the company’s biggest non-institutional shareholder, meaning her own net worth had risen while jobs were being cut.

Dias, whose harsh words were cheered and brought cries of “shame” from the crowd — estimated by union sources as “in the thousands” — was speaking on the heels of a GM meeting with institutional investors, where the company said the fourth quarter of 2018 was a stronger one than expected for the company.

Shares jumped nearly 9 per cent in midday trading.

Barra said the company doesn’t foresee any further job cuts through 2020. In November, GM announced plans to close five North American factories and get rid of 14,000 workers, including roughly 2,600 in Oshawa.

The company predicted Friday that 2018 pretax, per-share profits would be higher than the $5.80 to $6.20 range it forecast in the third quarter. For 2019, it expected that to increase to $6.50 to $7.

The rosy profit forecast comes despite declining sales for the company in the U.S. and slowing sales in China. GM also plans to exit several car lines in the U.S. in the coming year.

The outlook exceeded Wall Street’s expectations for both years. Analysts polled by FactSet expect pretax earnings of $6.24 for 2018 and they predict a decline for this year, to $5.92.

“I bet they didn’t tell investors that in Canada, sales dropped by 30 per cent in December, compared to 2017,” Dias said to hoots from the crowd in Windsor.

Among GM’s investors is Berkshire Hathaway, the financial behemoth run by Buffett.

Referring to one of Buffett’s favourite sayings that it takes 20 years to build a reputation but 5 minutes to destroy it, Dias warned the so-called Sage of Omaha that he could be hurting his own reputation by sticking with GM.

“This is your five minutes,” said Dias, who also demanded a meeting with Barra, Trudeau and Ford to discuss ways to save the Oshawa plant.

“The ship hasn’t sailed.”

With files from Star wire services

Josh Rubin is a Toronto-based business reporter. Follow him on Twitter: @starbeer

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le Tour Auto 2019 passe au nord

[ad_1]

ÉVÉNEMENT – La 28ème édition du Tour Auto Optic 2000 se déroulera du 29 avril au 4 mai 2019. Les 240 concurrents s’élanceront du Grand Palais (Paris) non plus vers le sud, mais en direction de la Normandie avec une arrivée à Deauville, via cinq étapes. Détail du parcours.

Le Tour Auto Optic 2000 représente une occasion d’admirer quelques beaux véhicules anciens en mouvement. Pas moins de 240 engins d’époque vont circuler sur les routes et les circuits de France, pour le plaisir des passionnés. Certains prépareront même un «road-book» pour ne pas perdre une miette du spectacle.

La liste des inscrites a de quoi mettre l’eau à la bouche, avec de nombreux bolides de légende: Alpine-Renault A110, Lancia Stratos, Jaguar Type E 3.8, Shelby Cobra 289, BMW M1 et Ford GT40 prendront notamment part à l’épreuve.

LUNDI 29 AVRIL

Les voitures seront soumises à des contrôles techniques et administratifs au Grand palais à Paris, où le public pourra les admirer entre 10 h et 17 h.

MARDI 30 AVRIL

Les véhicules relieront Paris à Vaux-le-Vicomte, puis Vaux-le-Vicomte à Dijon. Lors de ce trajet, les bolides se dégourdiront les pneus sur le circuit de Dijon-Prenois, et devront effectuer une épreuve spéciale.

MERCREDI 1ER MAI

Le périple continuera jusqu’à Lyon, avec en chemin deux épreuves spéciales et quelques tours du circuit de Nevers Magny-Cours.

JEUDI 2 MAI

Les voitures partiront de Lyon pour rejoindre Vichy. Trois épreuves spéciales les attendent sur la route.

VENDREDI 3 MAI

Les pilotes ont, cette fois-ci, rendez-vous à Tours en passant par le tracé de Charade et par deux épreuves spéciales.

SAMEDI 4 MAI

L’épreuve finale emmènera les vieux bolides jusqu’à Deauville. Deux épreuves spéciales les attendent sur ce trajet, ainsi qu’une escale sur le fameux circuit du Mans.

Les bolides anciens auront l'occasion d'arpenter de nombreux circuits français.
Les bolides anciens auront l’occasion d’arpenter de nombreux circuits français. Tour Auto

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Livres auto et moto : les nouveautés de Noël

[ad_1]

DOSSIER – À quelques jours du réveillon de Noël, voici une sélection d’ouvrages pour enrichir la bibliothèque d’un amateur d’automobiles et de motocyclettes.

Si vous avez un proche épris d’automobile, certains illustrés méritent une place sous votre sapin. Traitant tantôt de moto, de mécanique, de compétition, mais aussi de modèles emblématiques ou hors du commun, ces ouvrages se destinent à tous types de passionnés. Chaque année, des nouveaux venus viennent enrichir cette grande collection, et abordent l’automobile ou la moto sous un nouvel angle. Voici une sélection des derniers ouvrages qui se sont glissés dans les rayons au cours de l’année 2018.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Porsche, un art de vivre». Des amoureux de la marque de Stuttgart, amateurs comme professionnels, racontent leur passion pour le constructeur allemand de voitures de sport dans cet ouvrage. La marque est abordée sous un angle original. Des possesseurs de véhicules de Zuffenhausen nous font découvrir leurs véhicules en provenance de toutes les époques, parfois mythiques, préparés ou de série. Des témoignages agrémentés de splendides images qui nous plongent en immersion au milieu de modèles suscitant parfois une passion sans limites. Édition EPA, 45 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Porsche 70 ans». Un livre qui retrace l’histoire du constructeur allemand. Des modèles de série qui ont façonné la marque aux délirantes supercars, en passant par les assauts répétés de la marque en compétition souvent couronnés de succès, ce livre nous permet de devenir incollables sur l’une des marques sportives parmi les plus audacieuses de l’industrie automobile. Édition ETAI, 69 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «List Addict Motos». Nos confrères Patrick Boisvert et Philippe Guillaume portent un regard neuf et humoristique sur le monde de la moto. Après avoir lu List Addict motos, aucun aspect du deux-roues motorisé ne vous sera étranger. Éditions de La Martinière, 25 euros.

Droits réservés

– «Berlinetta ‘60s». Après les coupés italiens des fifties, le photographe Xavier de Nombel et le journaliste Christian Descombes nous emmènent à la découverte des sixties et des berlinettes dans un magnifique ouvrage sous coffret. Éditions Camino Verde, 90 euros.

Richard Mille

– «Car Racing 1965». L’horloger Richard Mille et l’agence DPPI se sont associés pour créer une collection d’ouvrages sur le sport automobile baptisée Car Racing. Le premier volume dédié à l’année 1965 est un témoignage du talent du photographe Manou Zurini. Un must décliné en noir et blanc. Une version luxe dans un coffret toilé comportant un tirage photographique est éditée à 250 exemplaires. Éditions Cercle d’Art, 79 euros et 250 euros la série limitée.

ETAI

– «L’Année Automobile Numéro 66». Un classique. Le 66ème opus de cette collection passe en revue tous les événements automobiles de l’année 2018. Nouveautés, concept cars, industrie, sport, patrimoine… rien n’échappe à la sagacité des collaborateurs de cet annuel de référence supervisé par l’historien Serge Bellu. Édition ETAI, 69 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «24h Le Mans 2018, 86e Édition». Un livre qui, à travers ses pages illustrées, permet de revivre la 86 ème édition des 24 Heures du Mans dans les moindres détails. Entre informations techniques, anecdotes et moments forts de la course, les amateurs de compétition automobile se délecteront de cet illustré qui n’omet aucune facette de l’épreuve. Un ouvrage indispensable pour les collectionneurs de miniatures. Édition ETAI, 49 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Les 50 plus grands rallyes». Un ouvrage qui fait revivre les plus belles épreuves de rallyes depuis l’avènement du championnat du monde en 1973 à nos jours. Il contient des images de bolides en action, mais surtout l’histoire de certains pilotes qui sont entrés dans la légende. Un récit qui oscille entre l’épique et le tragique. Édition ETAI, 42 euros.

Under Control

– «Monsieur Honda, tel qu’il s’est raconté à Yves Derisbourg». Réédition, légèrement revue et augmentée, d’un ouvrage paru en 1993. Assurément le meilleur livre en français publié sur le groupe japonais et son fondateur, Soïchiro Honda. Indispensable pour comprendre comment un fils de forgeron a pu créer cette aventure industrielle unique. Au moment où les relations entre Renault et Nissan se sont obscurcies, les lecteurs les plus perspicaces détecteront dans ces pages quelques clés de compréhension du monde des affaires japonais. Éditions Under Control, 22 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Regards sur le Tourist Trophy». Un portrait de cette «course de dingue», dépeint par 22 visiteurs qui l’ont vécu entre 1967 et 2017. Qu’ils soient photographes, journalistes, pilotes ou simples touristes, chacun exprime son point de vue sur cette course de moto démente qui a suscité la passion, l’adrénaline, mais parfois aussi la désillusion. Éditions GM, 50 euros avec deux DVD inclus.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «McLaren, un homme, une équipe, une marque». Ce livre conte l’histoire de McLaren en tant qu’écurie de voitures de course, mais aussi constructeur de véhicules de grand tourisme. Une histoire qui comporte des grands moments de la Formule 1, et croise le chemin de pilotes emblématiques comme Bruce McLaren, James Hunt, Niki Lauda, Alain Prost ou encore Ayrton Senna. Du côté des véhicules de route, on découvre notamment l’histoire de supercars depuis la fameuse McLaren F1, le flirt avec Mercedes qui a donné naissance à la SLR, mais aussi la gamme de supersportives modernes et actuelles comme la MP4-12C et la 720 S. Édition ETAI, 99 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Garages de nos régions». Un passionnant voyage dans le temps qui nous fait (re)découvrir des garages emblématiques du passé, classés par région de France. Un périple agrémenté de publicités d’époque ainsi que de photos d’objets automobiles anciens, qui combleront les plus nostalgiques d’entre nous. Éditions L’autodrome, 39 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Les fous du volant». Un livre de poche qui met en lumière les pilotes, constructeurs et artistes qui n’ont pas eu peur de se vouer à la vitesse. Un sujet tabou aujourd’hui qui est admirablement défendu par Robert Puyal, qui démontre l’intérêt de cette course à la performance ayant autant séduit les rêveurs que les virtuoses du volant. Édition Arthaud poche, 6,90 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Formule France 1968 – 1970». Un beau retour en détail sur les trois années de Formule France, un sport automobile financièrement abordable utilisant des monoplaces à moteur de Renault 8 Gordini. Une discipline qui a également forgé des pilotes de Formule 1, comme Jacques Laffite ou Michel Leclère. Éditions L’autodrome, 39 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Citroën, un siècle d’aventures». Un ouvrage dédié au centième anniversaire de Citroën, cette marque française qui a révolutionné le monde automobile. Non content d’incorporer tous les modèles emblématiques du constructeur, du plus ancien au plus récent, cet ouvrage abrite aussi des copies de documents d’époque (fiches techniques, croquis, unes de presse…). Édition Larousse, 29,95 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «300 voitures au destin inattendu». Un ouvrage qui relate les liens entre certaines célébrités et les modèles qui les ont accompagnés. Parfois, la voiture vole même la vedette à l’artiste. On se souviendra notamment de la Ford Mustang de Frank Bullitt alias Steve McQueen dans le film «Bullitt», mais aussi des sportives japonaises comme la Nissan Skyline dont est friand Brian O’Connor, alias Paul Walker, dans la série des «Fast and Furious». Édition ETAI, 39 euros.

Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

– «Au volant des supercars». Les voitures les plus puissantes, les plus chères et les plus performantes de notre époque passent entre les mains de nos confrères du magazine Sport Auto. Un ouvrage qui permet de découvrir des engins aux caractéristiques hors du commun, et qui donne un avant-goût des sensations de conduite que peuvent procurer de telles machines. Coédition Solar/Sport Auto, 29,90 euros.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Allstate tried to cut off auto insurance sales to drivers in Brampton, lawsuit claims

[ad_1]

An Ontario woman is taking one of the province’s biggest insurance providers to court, alleging she was fired for pushing back on the company’s « discriminatory » effort to stop selling plans to drivers who live in Brampton. 

« It’s just wrong. There is no other word for it, » said Medha Joshi. « I said it was wrong, and I was reprimanded for it. »

Late last month, Joshi and her legal counsel, Andrew Monkhouse, filed a suit in Ontario’s Superior Court against Allstate Insurance Canada. Until October, Joshi held the position of agency manager at the company, where she presided over a sales team working out of Allstate’s Milton location.

She was initially hired by Allstate in 2012, though she left for number of months in 2014 to live in the U.K. 

Joshi says that in the late summer, after returning to work from a medical leave for treatment of a number of health conditions diagnosed several months earlier, she learned of an unwritten managerial directive to stop offering auto insurance policies to residents of Brampton. 

« It was very clearly said, in so many words, that there is a lot of fraud that happens in Brampton. That there is a very high number of claims and a very high number of fraudulent claims, » she said in an interview from her home in Rockwood, Ont., near Guelph. 

The explanation did not add up to Joshi. As a veteran in the industry, she had previously worked in downtown Toronto, Kingston and Brampton, before ending up in Milton.

« People are people. There was nothing that walked in through the door in Brampton that was different than any place else, » she said. 

It was clear, she alleges, that the directive targeted visible minorities.

« We know the community that resides in Brampton, and they are visible minorities, » Joshi said. 

The all-comers rule

Relatively high auto insurance are a perennial political issue in Brampton. According to insurance comparison site Kanetix.ca, drivers in the city regularly pay higher premiums for their policies than surrounding jurisdictions. In 2017, for example, Brampton drivers paid 70 per cent more per month for their insurance than the provincial average. 

And it is true that insurance companies have the prerogative to charge varying premiums for people of different ages and genders. However, increases and decreases to insurance premiums are regulated by the Financial Services Commission of Ontario (FISCO) — a company cannot unilaterally change rates. 

But what Allstate was trying to do was different, according to Joshi and Monkhouse. 

Insurance companies operating in Ontario follow what is known as « the all-comers rule. » If an applicant meets a set of criteria laid out by providers and approved by FISCO, they cannot be denied insurance, regardless of where they live or their ethnic background. 

Lawyer Andrew Monkhouse said the case could encourage individual residents in Brampton to launch their own human rights complaints against Allstate Insurance Canada. (Michael Cole/CBC)

« I think it is wrong to be so brazenly biased toward an entire community, » Joshi said. « I didn’t know how, in good faith, to go deliver this direction to my team, to deliver this message that I couldn’t stand behind. »

Those above her in the company made a point not to write any of the new policy down, she alleges. The harder she pushed to get clarification, or to have a manager put into words how the policy should be communicated to staff, the more isolated she became, Joshi said.

« I could not seem to get meetings with my manager, I could not seem to have weekly discussions with my manager. He ‘wasn’t available.’ He wouldn’t respond to emails. »

‘I also needed my benefits’

She admits that despite her own reservations about the alleged decision to cut off new policies in Brampton, she did try to compromise with her superiors. 

« While I was having conversations, I also needed my benefits. I also needed my company, my organization, to support me in my time of need. And not for a second did I think I would be penalized in such a manner. »

Finally, at what was supposed to be a routine meeting with her manager, her job was terminated. Joshi alleges she never received any prior warnings and that she was given no possible recourse after the fact.

Allstate claimed that she had taken part in an underhanded effort to have another employee transferred to a different location — an allegation that Joshi denies. 

She and Monkhouse are seeking some $600,000 in total damages from Allstate for wrongful dismissal and violations of the Ontario Human Rights Code. 

Allstate Insurance Canada did not respond to CBC Toronto’s request for comment. The company has, however, indicated to the court that it intends to mount a defence. Monkhouse said he expects Allstate to file a statement of defence, laying out its case against Joshi early in the new year. 

Monkhouse said the case would lead individual Brampton residents to launch their own human rights complaints against Allstate. 

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

NDP, Tory MPPs push for lower auto insurance rates in Brampton

[ad_1]

There is a renewed push at Queen’s Park to lower auto insurance rates in Brampton.

New Democrat MPP Gurratan Singh (Brampton East) and Progressive Conservative MPP Parm Gill (Milton) are touting separate private member’s bills Monday to tackle the inequity in rates.

New Democrat MPP Gurratan Singh (pictured) and Progressive Conservative MPP Parm Gill are tackling the issue of auto insurance rates in Brampton. Singh said he would be willing to work with Gill to help out motorists.
New Democrat MPP Gurratan Singh (pictured) and Progressive Conservative MPP Parm Gill are tackling the issue of auto insurance rates in Brampton. Singh said he would be willing to work with Gill to help out motorists.  (Graeme Frisque / Metroland)

“Drivers in the Peel Region and other parts of the GTA pay significantly higher auto insurance rates than others in the same region, for no good reason,” said Singh, whose brother federal NDP Leader Jagmeet Singh also championed the issue when he was an MPP.

Read more:

‘Pay as you go’ auto insurance rolls out in Ontario

Your letters: Time to address soaring car insurance rates

“In the last year alone, my community of Brampton has seen premiums increase at a rate nearly five times higher than the provincial average,” said the rookie New Democrat.

“The average Brampton driver’s annual premiums are nearly $1,000 more than the average driver in much of Toronto,” he said.

To that end, Singh would like to amend the Insurance Act to stop companies from charging GTA residents different insurance rates based on their postal code.

Instead, the Greater Toronto Area would be classified as a single geographic area.

Similarly, Gill’s bill would curb “postal code discrimination” on rates.

“Ontarians pay the highest auto insurance rates in the country,” said the newly elected Tory MPP, who was once a federal Conservative MP for Brampton.

“My bill, if passed, will ensure drivers will not be unfairly targeted based on where they live,” he said.

Singh said he would be willing to work with Gill on a bipartisan consensus to help motorists.

“I hope that the Conservatives are strong on this issue. This is something that affects all people,” he said.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس