Uber reprend ses essais routiers de véhicules autonomes à Toronto

[ad_1]

Des véhicules autonomes d’Uber sillonnent à nouveau les rues de la région de Toronto, indique le géant américain, mais selon un programme de tests modifié à la suite d’un accident mortel aux États-Unis.

La compagnie de transport avait suspendu ses essais à Toronto et dans plusieurs villes américaines en mars dernier, après la mort d’une piétonne happée par une voiture autonome d’Uber en Arizona.

L’enquête a montré que l’employée d’Uber à bord regardait une émission de télévision avant l’accident et a freiné trop tard. Par ailleurs, le système de freinage d’urgence du véhicule n’était pas activé.

Raquel Urtasun, scientifique en chef pour Uber à Toronto, explique que l’entreprise a réévalué ses procédures et a mis en place plusieurs mesures de sécurité supplémentaires depuis l’accident.

Selon le nouveau programme d’essais routiers, un deuxième employé accompagnera par précaution le conducteur, qui devra être derrière le volant en tout temps.

Intelligence artificielle et cartes

Plutôt que de mettre l’accent sur les capacités de conduite autonome, le programme de tests à Toronto vise plutôt à créer de meilleures cartes routières, grâce aux technologies d’intelligence artificielle.

Les véhicules autonomes de la compagnie rouleront à la fois sur les autoroutes et dans les rues à Toronto.

Pour avancer, les véhicules de ce type dépendent, en plus des senseurs dont ils sont munis, de cartes routières détaillées.

Or, la création de cartes est actuellement un processus très coûteux et long, nécessitant de multiples déplacements aux mêmes endroits pour recueillir des données, explique Mme Urtasun.

Uber, ajoute-t-elle, cherche à mettre au point une technologie automatisée permettant de créer des cartes routières en temps réel, grâce à l’intelligence artificielle.

Le géant américain doit aussi reprendre cette semaine ses essais routiers à Pittsburgh et à San Francisco, aux États-Unis.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Voitures autonomes, une cible de choix pour les cyberattaques

[ad_1]

ACTUALITÉ – D’après l’Institut de recherche technologique SystemX, la voiture autonome serait gravement menacée par les cyberattaques.

Selon SystemX, un institut qui travaille notamment avec Renault et Valéo, les «hackers» sont de dangereux prédateurs pour la conduite automatisée. Les voitures autonomes vont, en effet, nécessiter de plus en plus de surfaces connectées (routes, feux, signalisation). Elles agrandissent la cible potentielle des pirates du XXIe siècle.

Des spécialistes auraient récemment prouvé qu’il est possible de prendre le contrôle à distance d’une voiture équipée de la fonction lui permettant de se garer par elle-même (fonction «park assist»). Une automobile actuelle est donc déjà soumise à des risques, pour peu qu’on lui donne la possibilité d’opérer les commandes nécessaires à la conduite.

D’après SystemX, la voiture autonome, embarquant des systèmes bien plus complexes, comporte également plus de vulnérabilités. Plus inquiétant: le matériel nécessaire au piratage serait très facile à se procurer sur le «darknet» (sites non référencés). Un exemple employé par SystemX pour illustrer la facilité de la manœuvre, est le fait qu’un enfant a réussi à dérouter un tramway en Pologne! Une histoire inquiétante lorsque l’on sait que les attaquants habituels sont, eux, des professionnels.

On peut bien sûr supposer que les constructeurs garderont leurs secrets sous clé, mais le réseau de réparateurs secondaires doit aussi avoir accès aux données pour pouvoir intervenir sur les machines. Peut-être que seul le constructeur, qui sait, pourra dans un proche futur, réviser et réparer ce nouveau type de véhicule. SystemX explique qu’un dispositif de défense est tout à fait réalisable, mais aussi nécessaire au bon développement de la voiture sans pilote. Il confie aussi qu’un tel système sera cher et énergivore.

Un ingénieur travaillant sur ce type d’engin nous a évalué à 15 000 euros le montant des équipements pour automatiser parfaitement un véhicule. La voiture autonome risque de se transformer en un objet de luxe que seule une très petite partie des usagers pourra s’offrir.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس