Les véhicules diesel d’avant 2001 bannis du Grand Paris en juillet 2019

[ad_1]

RÉGLEMENTATION – Ce lundi matin, les élus du Grand Paris ont définitivement voté l’interdiction des véhicules diesel d’avant 2001 en juillet 2019 à l’intérieur du périmètre de l’A86.

La métropole du Grand Paris cherche vraiment à se débarrasser des véhicules qu’elle considère comme les plus polluants. Dès juillet 2019, les diesels d’avant 2001 (vignette Crit’Air 5) seront chassés du périmètre compris à l’intérieur de l’A86 (79 communes). Cela concerne près de 800 000 véhicules circulant en Île-de-France.

Les conséquences sur la mobilité de ces automobilistes privés de leur voiture seront importantes. Les transports en commun sont notoirement insuffisants pour effectuer nombre de trajets. Cela signifie qu’ils vont devoir remplacer leur voiture par un véhicule plus récent s’ils veulent continuer à rouler. Et attention à ne pas acquérir un engin trop ancien: les Crit’Air 4 (véhicules diesel immatriculés en 2001 et 2005) devraient être bannis de la capitale en janvier 2021 suivis par les Crit’Air 3 en 2022 (diesels immatriculés entre 2006 et 2010).

Les élus actuels de l’Île-de-France souhaiteraient interdire tous les véhicules diesels en 2024 et les voitures à essence en 2030. Un rapport de l’ADEME datant de 2014 se veut pourtant plus nuancé au sujet des zones à faibles émissions en Europe. Pour Daniel Quéro, président de l’association 40 millions d’automobilistes, «les restrictions de circulation ne permettent pas d’améliorer globalement la qualité de l’air et n’ont que des conséquences négatives sur le quotidien des automobilistes».

Reste à savoir si les machines roulant au GPL, GNV et aux biocarburants pourront toujours circuler. La conversion d’un véhicule à ces carburants, aujourd’hui alternatifs, permet de diminuer parfois sensiblement ses émissions polluantes. Le véhicule électrique, qui ne produit pas de rejets localement, est à nouveau favorisé.

Infographie Le Figaro.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس