Survivor Aymen Derbali sets out to combat hate, 2 years after Quebec City mosque shooting

[ad_1]

Aymen Derbali swivels his wheelchair toward the large windows of his new living room, sparsely furnished with ornate rugs.

He bows his head and closes his eyes, taking a moment for his afternoon prayer, before talking about the turning point in his life — moving into a new home with his family last August, after being apart for nearly 18 months.

« I was able to go back to my home and have a normal life, like before the tragedy, » he said.

Derbali, a father of three, nearly avoided the attack that killed six people and seriously wounded him and four others at Quebec City’s Islamic Cultural Centre on Jan. 29, 2017.

He was debating whether to go his local mosque that evening, but eventually told his wife he was going, and would be home in time to put their eldest son to bed.

Derbali was in his usual corner at the back of the room, when he saw the gunman come in and raise his weapon toward him.

He was hit with seven bullets, including one that struck his spinal cord. In a second, the life he’d set out for himself and his family made an abrupt turn.

Derbali regularly attends the mosque where he was shot on Jan. 29, 2017. (Julia Page/CBC)

Derbali was in a coma for the next two months. His doctors feared he’d lost most of his cerebral capacities, after surviving four heart attacks.

When he woke up, he was told he’d never walk again.

But « being able to recognize my children and my wife, for the rest of my life, that was the main thing for me, » he said.

His coma was especially hard on his then-eight-year-old son, Ayoub, who was convinced his father was dead.

« He was very upset. So when he saw me back at my home he was very, very happy. »

The wide hallways of his new home allow Derbali to move around easily. (Julia Page/CBC)

Outpouring of support

The soft-spoken 42-year-old can now move freely around the house, purchased thanks to a $400,000 fundraising campaign.

People from around the world answered the call from Dawanet, a Muslim charity, to help his family move out of their Sainte-Foy apartment — which was too cramped and ill-equipped for Derbali’s needs.

The wide hallways and door frames in the new home allow him to move around during the day, from his small desk in his bedroom to the sitting room where he can watch television with his children.

He can also watch them play soccer in the backyard in the summer.

« This solidarity has encouraged me to be more positive, and this is the beautiful thing, » he said.

Grateful for the wave of support he’s received, Derbali refuses to dwell on the act of violence he fell victim to that night. « There is much more goodness than evil on this planet, » Derbali said.

Derbali smiles at his two youngest children, Maryem, 2, and Youssouf, 6. (Submitted by Aymen Derbali)

His home still needs a few more modifications to make it fully adapted to his needs, including an adapted shower and an elevated platform to allow him to go straight to the garage from the kitchen.

But he is able to help in planning all this, now that he can type on his keyboard with two fingers and answer calls on his cellphone, lessening the burden he felt he put on his family, just 12 months before.

« I can plan the work around the house, pay the bills and help my son with his homework. »

He is also there every afternoon to greet his children when they return from school, just a few blocks away.

Second life

Derbali has started sending out resumés  in hope of landing a part-time job, to supplement the income provided by the government’s compensation for victims of crimes.

But his daily routine still takes up a lot of his time. He requires three hours of home care every day, and the bullets that exploded inside his body cause him constant pain.

Nonetheless, he is committed to the humanitarian work he began long before the shooting.

Derbali, who worked as an IT specialist, is now able to type on his computer and hopes to go back to work part-time. (Julia Page/CBC)

He continues to be involved in an orphanage he helped set up in Bolivia and now wants to do more within Quebec City, to foster dialogue between groups that may have been on separate paths for too long.

« We woke up after this tragedy and said ‘We have to be more open to all the communities,' » he said.

He is encouraging Muslim youth to get involved and volunteer for homeless shelters, for example.

« In this way we can fight hate crimes and we can fight ignorance. This is the most important thing, to have concrete actions, » he said.

Derbali has also started giving conferences in high schools to show young men and women the mark hatred left in his life, convinced these face-to-face meetings will leave a much deeper impact than any government initiative.

Derbali sits in the dining room of the new home his family was able to purchase thanks to a fundraising campaign that netted more than $400,000. (Julia Page/CBC)

« You know if we have an open-minded teenager, we don’t have to be afraid for his future. »

The two-year anniversary will be an important milestone for Derbali. So will knowing the fate that awaits the young man he crossed paths with in his place of worship, two years ago.

Convicted gunman Alexandre Bissonette will be sentenced just days after the anniversary, on Feb. 8, at the Quebec City courthouse.

Derbali says that will be another chance to turn the page and focus on the good he has seen emerge from that dark night.

« It’s my second life that is starting. »

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Doctors can now prescribe a visit to the ROM through a new initiative to combat anxiety and loneliness

[ad_1]

When Nafisa Nezam Omar was diagnosed with post-traumatic stress disorder, she got an unusual prescription: T’ai Chi.

Several months after enrolling in the traditional style of martial arts, Omar, who lost her husband to a heart attack as well as a brother to gunfire and a sister to rocket shelling in Kabul, says she’s “finally being able to enjoy my life.”

“I’m now volunteering and doing well,” she said.

The Rexdale Community Health Centre, where her doctor is based, is among Ontario community health centres taking part in a pilot program that offers social and artistic remedies — including choir classes, fishing lessons, knitting and a visit to the Royal Ontario Museum — as an alternative treatment for certain health issues such as anxiety and loneliness.

The ROM announced Thursday it would be offering 5,000 free passes, each valid for four people, as part of the project.

“One of the things they’re trying to promote is a sense of belonging and empowering people to participate,” said Kate Mulligan, director of policy and communications for the Alliance for Healthier Communities, which represents 107 community-governed primary health care organizations and is leading the one-year program.

“It might be that the physician or nurse practitioner sees that you’ve been coming in 10 times and a medical solution is not readily available for what’s bothering you.”

Subscribe to the Star to support deep local reporting

Among the most common complaints — gobbling up physician time and cost OHIP — is loneliness, Mulligan said.

She said through the program patients who meet the criteria are referred to a link worker, who walks them through a menu of treatment alternatives. The full menu of programs are free of charge to participants.

“The Rexdale program has focused on ROM-type things and getting people to participate in the community,” Mulligan said.

The concept of “social prescriptions” — where health practitioners prescribe artistic and social activities as alternatives to medication for people with mental health difficulties — started in the U.K., and has caught on in Montreal.

The Ontario program was launched this summer with a $600,000 grant from the provincial health ministry, targeting health needs of people who aren’t well-served by the mainstream health system, such as people who are racialized, LGBTQ, those facing employment barriers and Indigenous people, Mulligan said.

“The money is not for us to hire staff at the centres or implement,” she said. “It’s more to do with how to evaluate this, so we can learn how it works and see if it improves health outcomes and reduces costs to the health system.”

Aided by a group of mentors parachuted in from the U.K. — where social prescribing shows promising results — the local team commenced designing Ontario’s first model for social prescribing in June.

An evaluation of a similar project in Gloucestershire, England, done by the University of West England in 2016, showed a 23 per cent decline in attendance and emergency admissions, decreasing dependence on primary care, and physician appointments declining by 21 per cent in the six months after a social prescription.

TOP STORIES. IN YOUR INBOX: For the day’s top news from the Star’s award-winning journalists, sign up for our daily headlines newsletter.

“It’s really taking off in the U.K and their context is similar enough that we could see a strong connection and a way to sort of transfer the approach to here,” Mulligan said.

She’s keen on tracking how singing groups, such as choirs, might increase lung capacity for people battling chronic obstructive pulmonary disease.

“There can also be singing groups for people with Alzheimer’s,” she said.

The fate of the program will hinge on final outcomes, but Mulligan said if uptake figures are any barometer, then the thousands of people she estimates are already socially prescribed in Ontario is a precursor to success.

“Within the next six to 10 months we will have answers for the type of health outcomes we’re seeing,” Mulligan said.

The objective is to draft a final report recommending how to make social prescribing permanent for the 11 participating community health centres and potentially expand out to others under the Alliance’s banner.

“The plan is to make this sustainable for them without having to infuse any new workers or new money,” Mulligan said. “It’s an expectation that all 11 will continue doing it.”

The program is being heralded as a groundbreaking yet vastly underrated method by supporters, such as Dr. Iris Gorfinkel, a general practitioner in Toronto.

“I’m a huge proponent of this idea,” said Gorfinkel, who wants to see the practice expanded. “As family doctor I see so much loneliness and so much problems that arise directly from loneliness.”

With medical evidence linking loneliness to several psychiatric disorders, it represents a “very large aspect” of Gorfinkel’s work as a general practitioner.

“Consider that about 25 per cent of visits to a family doctor are related to psychological matters,” she said.

She said studies in England have found loneliness can be equivalent to smoking in terms of its health effects.

“It’s extremely damaging,” she said, so much so that she contends it should be a part of doctors’ routine questions during patient visits.

The outcome of the study will be highly anticipated in medical circles, she said.

“I’m looking forward to their findings,” Gorfinkel said.

Jason Miller is a breaking news reporter based in Toronto. Reach him on email: jasonmiller@thestar.ca

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Des militaires américains porteront des Hololens au combat

[ad_1]

L’Hololens est constitué d’une sorte de casque transparent qui permet d’afficher des informations et des images en temps réel dans le champ de vision de son utilisateur. Les images projetées par l’appareil ressemblent à des hologrammes et sont donc superposées au monde réel.

Les casques qui seront utilisés par les militaires auront été modifiés au préalable par Microsoft pour inclure des modes vision nocturne et vision thermique. Les Hololens militaires devront aussi être capables de mesurer certains signes vitaux, dont la respiration, de déceler les signes d’une commotion cérébrale et d’offrir une protection auditive.

Une première mondiale

Ce sera la première fois que l’Hololens sera utilisé en situation de combat réel. L’appareil avait été utilisé auparavant pendant l’entraînement des troupes américaines et israéliennes.

L’armée américaine estime que l’Hololens « augmentera la létalité en améliorant la capacité de détecter [des menaces], en plus de pouvoir prendre des décisions et d’engager le combat plus rapidement que l’ennemi », a indiqué le gouvernement.

Quelque 2500 casques doivent être livrés en deux ans. À terme, l’armée américaine pourrait commander jusqu’à 100 000 Hololens à Microsoft, un contrat d’une valeur de 480 millions de dollars américains.

Magic Leap, un concurrent de l’Hololens affilié à Google, s’était aussi montré intéressé à obtenir ce contrat, mais n’a finalement pas été retenu.

Le calme avant la tempête?

Si le contrat entre Microsoft et le gouvernement américain est une bonne nouvelle pour les investisseurs, il pourrait toutefois constituer une pomme de discorde entre l’entreprise et ses employés.

D’autres contrats du genre ont causé beaucoup de remous ces derniers mois dans le secteur des technologies. Microsoft a notamment dû défendre une entente avec les services frontaliers américains pour un système de reconnaissance faciale, en pleine crise des migrants séparés de leurs enfants. Sa candidature pour un appel d’offres du Pentagone en services d’infonuagiques a aussi suscité une controverse au cours des derniers mois.

Amazon et Google ont également subi des pressions de la part de leurs employés et de la population pour mettre fin à des contrats avec les autorités américaines.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Le combat de Franco-Ontariens à l’ère du numérique | L’Ontario et les services en français

[ad_1]

Un texte de Maud Cucchi

Carole Lafrenière-Noël anime avec deux autres administrateurs le groupe « Franco-Ontariens du Nord de l’Ontario » sur Facebook. Elle évalue à 500 personnes le nombre de nouveaux abonnés ayant rejoint, en cinq jours seulement, son groupe public.

Les gens ne sont pas aussi volubiles que ça d’habitude, mais là tu vois qu’ils échangent, ils sont passionnés, ils veulent mettre leur grain de sel, dire qu’ils sont fiers d’être Franco-Ontariens.

Carole Lafrenière-Noël, administratrice de Franco-Ontariens du Nord de l’Ontario

Son groupe Facebook réunissait initialement les bien convaincus de la francophonie. Elle remarque désormais qu’il attire aussi des gens qui parlent français, mais rarement, qui ont été élevés en français, l’ont perdu, mais s’intéressent toujours aux affaires francophones.

Au service du citoyen connecté

Avec les innombrables commentaires publiés, les gazouillis, les groupes et événements, les réseaux sociaux sont devenus un immense espace public, une agora privilégiée où l’on échange informations et réactions pour dénoncer, proposer ou même influencer.

Martin Normand, de l’Université d’Ottawa Photo : Radio-Canada

Martin Normand, stagiaire post-doctorant à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l’Université d’Ottawa, observe que l’outil numérique constitue un moyen de pression direct et spontané auprès des dirigeants politiques.

Au lendemain de l’annonce des compressions, la pétition « Rétablissez nos acquis ! » a été mise en ligne sur le site change.org. Elle a permis de recueillir 3000 signataires en 24 heures. En moins d’une semaine, le nombre de signatures a quadruplé.

C’est une initiative individuelle, mais les gens ont rapidement embarqué dans cette stratégie-là. Une stratégie très simple, mais qui peut rejoindre facilement la population.

Martin Normand, stagiaire post-doctorant de l’Université d’Ottawa, spécialisé en francophonie et politiques publiques

La militante franco-ontarienne, Gisèle Lalonde. Photo : Radio-Canada

À chaque époque, ses outils de mobilisation. Gisèle Lalonde, figure de proue du mouvement SOS Montfort, se souvient des débuts laborieux de ce mouvement franco-ontarien en 1997. Les appels à passer, la communauté à mobiliser par le bouche-à-oreille.

Elle évoque la forte solidarité provoquée par la décision controversée, qui s’est ensuite concrétisée par le rassemblement de près de 10 000 personnes environ, un mois après l’annonce de la fermeture de l’hôpital.

Ça a été long au tout début, mais lorsqu’on a vraiment eu la foule avec nous, […] ça a vraiment secoué le gouvernement.

Gisèle Lalonde

Un outil de recrutement efficace

Les associations francophones impliquées savent bien comment mettre à profit cet engouement soudain des internautes. Ajà Besler, directrice générale de l’Association des communautés francophones d’Ottawa, utilise les réseaux sociaux aussi bien pour la mobilisation que pour recruter de nouveaux abonnés.

Ajà Besler, de l’Association des communautés francophones d’Ottawa Photo : Radio-Canada/Godefroy Chabi

On essaie de bonifier les listes d’envoi, pour avoir des façons de contacter ces gens-là.

Ajà Besler, directrice générale de l’ACFO Ottawa

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a lancé un formulaire d’adhésion « Joignez-vous à la résistance » avec l’objectif de recruter de nouveaux abonnés. Elle les informe également des manifestations prévues dans leur région.

Revers des réseaux

Les réseaux sociaux sont toutefois accusés d’enfermer l’internaute dans une bulle qui déforme sa vision du monde. Facebook classe en effet les contenus selon un algorithme et met de l’avant ceux qui devraient plaire le plus à l’usager.

C’est souvent en vase clos. On se parle entre nous, très souvent on se parle entre convaincus. Ce sont les autres qu’il faut aller rejoindre pour donner une ampleur plus grande à cette mobilisation-là.

Martin Normand, stagiaire post-doctorant de l’Université d’Ottawa, spécialisé en francophonie et politiques publiques

L’immédiateté d’aujourd’hui peut donner une impression d’efficacité. Une semaine après les annonces du gouvernement Ford, les premières mobilisations peinent toutefois à se concrétiser sur le terrain. Une manifestation devait avoir lieu vendredi midi, à Ottawa. À 48 h de l’événement, elle a été reportée au 1er décembre.

Quand tu veux mobiliser toute une province et des centaines de milliers d’individus, c’est pas instantané, ça prend une certaine coordination, ça prend du temps d’aligner tous les engrenages dans la machine, conclut Ajà Besler.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

La francophonie, notre combat pour la diversité du monde

[ad_1]

La francophonie est pour moi, et pour beaucoup d’entre nous, un combat pour le rayonnement de notre langue et la diversité du monde.

À l’orée de ma retraite du service public, ayant eu le privilège d’être délégué général du Québec en France (2000-2005) et administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (2006-2015), j’aurai consacré près de 30 ans à contribuer à l’approfondissement des liens franco-québécois et au développement d’une francophonie concrète et utile. Dans une rare complicité avec le secrétaire général de la Francophonie, le président Abdou Diouf, j’aurai poursuivi cet engagement pendant 10 ans en tant que numéro 2 de l’OIF. J’aurai inscrit mes pas dans ceux d’illustres prédécesseurs (Jean-Marc Léger, Jean-Louis Roy…) qui ont apporté leur énergie et leur militantisme à cette organisation atypique du système international.

Sur la scène québécoise

Aujourd’hui, je constate que les Québécoises et les Québécois méconnaissent souvent ce que nous avons construit. En tant qu’ancien administrateur de l’OIF, j’ai longtemps hésité à sortir de ma réserve, choqué de lire et d’entendre ces dernières années tant de faussetés sur la francophonie. Nous avons laissé ces contre-vérités se répandre sans dire haut et fort l’importance, pour l’humanisation de la mondialisation, des grandes organisations linguistiques et culturelles comme la Francophonie.

Au Québec, malgré notre devise, il semblerait que nous ayons oublié ce que la francophonie nous a apporté en fait d’ouverture au monde et de solidarité. Et ce que nous avons apporté en retour en accueillant deux Sommets des chefs d’État et de gouvernement, les Jeux de la Francophonie, mais aussi le siège de l’Agence universitaire de la Francophonie, l’Institut de la Francophonie pour le développement durable, TV5, le premier Forum mondial de la langue française, l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone à l’Université Laval, l’Observatoire de la Francophonie économique à l’Université de Montréal, le Centre FrancoPaix de l’UQAM, le Centre de la francophonie des Amériques, et c’est sans compter le foisonnement de réseaux militants de la société civile.

Pour soutenir l’élan de notre langue, promouvoir la diversité des expressions culturelles, le développement durable, l’éducation et la formation professionnelle, la Francophonie a toujours été notre alliée, notre démultiplicatrice. Elle l’a été, par exemple, pour généraliser le modèle des Centres de lecture et d’animation culturelle, ces « bibliothèques de l’espoir » conçues par les Québécois Philippe Sauvageau et Lucie Alexandre. Ce fut une réussite internationale : plus de 300 de ces centres permettent à 5 millions de jeunes dans une vingtaine de pays d’avoir accès à la lecture, à la culture, au numérique et à l’éducation citoyenne.

Forum de solidarité

Il faut prendre conscience de l’importance de la Francophonie internationale comme forum de solidarité majeur quant aux défis climatiques, démocratiques, sécuritaires, migratoires. Ces défis concernent au premier chef la jeunesse, si nombreuse, si volontaire, mais hélas si entravée dans la plupart des pays francophones du Sud. Pour corriger ces inégalités, nous devons mettre l’expertise des Offices jeunesse internationaux du Québec dirigés avec dynamisme par Michel Robitaille au service de la jeunesse francophone. C’est le sens de la proposition d’un Office francophone de la jeunesse que Louise Beaudoin, Benjamin Boutin et moi-même appelons de nos voeux.

L’Afrique est le continent de tous les espoirs et de toutes les convoitises. Nous avons développé, avec cette région du monde, des relations de confiance et de respect. C’est sur cette base qu’il nous faut intensifier nos échanges avec ce continent, dans tous les domaines.

En éducation, santé, infrastructures, électrification, environnement, numérique, économie sociale, culture, les besoins sont immenses. Un Sommet Québec-Afrique ne manquerait pas de sujets d’intérêt ! De même qu’un Davos de la Francophonie, qui ferait la promotion d’une vision plus équilibrée des relations économiques internationales.

Les perspectives démographiques de l’Afrique francophone (700 millions de francophones en 2050) peuvent faire rêver, mais elles mettent en relief le défi urgent de l’éducation. Dans un contexte de diversité linguistique, l’enseignement des langues française et nationales constitue l’enjeu prioritaire de la francophonie africaine. Certes, la mobilisation d’enseignants, l’ouverture de l’Institut francophone pour l’éducation et la formation (IFEF) à Dakar et le programme École et langues nationales en Afrique (ELAN) vont dans le bon sens, mais ils sont sous-proportionnés par rapport aux besoins. L’éducation est la mère de toutes les batailles !

Les résultats du combat que nous avons remporté à l’UNESCO en 2005 pour la sauvegarde de la diversité culturelle dans la mondialisation sont mis en péril par le développement d’entreprises du numérique oligopolistiques et la montée des populismes destructeurs d’un certain ordre international.

Dialogue interculturel

Dans un monde où le « village planétaire » est en passe de se transformer en une planète de villages, plus encore de communautés balkanisées, la Francophonie doit se recentrer et être aux avant-postes du dialogue interculturel pour porter une vision du monde plus solidaire, plus équitable et plus démocratique. C’est pour cela que son véhicule institutionnel principal, l’OIF, a vocation à demeurer un acteur clé des relations internationales. Elle doit fédérer, rassembler, mobiliser les bâtisseurs d’un monde plus juste. Notre langue en partage est un outil fédérateur et facilitateur du vivre-ensemble.

Pour autant, l’OIF, cette jeune organisation qui aura 50 ans en 2020, doit avoir le souci permanent de servir ses États membres et leurs populations, mais aussi de s’adapter aux nouvelles réalités du monde. Rien n’est joué d’avance. Le travail, la passion et le dévouement de milliers de militants et de centaines de fonctionnaires internationaux qui font vivre les idéaux de la francophonie valent que nous, Québécois, continuions à nous y investir avec nos partenaires. L’ambitieuse politique pour le français d’Emmanuel Macron et les perspectives du Sommet d’Erevan (où la première stratégie pour l’égalité femme-homme, après 25 ans d’actions dans ce domaine, devrait être entérinée) doivent nous encourager à aller de l’avant.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس