Pour la Saint-Valentin, les créateurs font battre les cœurs

[ad_1]

EN IMAGES – Popularisé par son image sur les réseaux sociaux, le symbole de l’amour bat de nouveau dans les collections des créateurs. Les jeunes filles y succombent.

Envoyer un cœur via un SMS? Rien de plus anodin. Que le destinataire du message soit un collègue ou un ami lointain ne change rien car, dans sa version digitale dodue et colorée, ce petit émoji édulcore les sentiments et veut dire tout et n’importe quoi. Comme la lettrine d’un nouvel alphabet, il rythme les échanges de mails et la plupart des commentaires sur les réseaux sociaux. Un succès sur les écrans tel qu’il a conquis les jeunes générations.

«Nous sommes dans une civilisation du signe, analyse Serge Carreira, maître de conférences à Sciences Po. Les millennials vivent entourés d’émojis qu’ils utilisent pour communiquer. Outre leur dimension affective, les bijoux, qui sont en contact direct avec la peau, demeurent le support idéal pour représenter ce type d’icônes.»

Figure de style

Autrefois enfantin voire ringard, aujourd’hui omniprésent chez les créateurs comme chez les grands noms du secteur – de Tiffany & Co. et Van Cleef & Arpels à Buccellati, en …

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Les Sapins des Créateurs, une B.A. historique

[ad_1]

Organisée par Marie-Christiane Marek depuis plus de vingt ans, la vente aux enchères la plus ancienne de la mode donne le coup d’envoi, ce mardi soir, de sa 23e édition.

Mardi soir au Plaza Athénée, il y a fort à parier que Marie-Christiane Marek clôturera la 23e vente aux enchères des Sapins de Noël des Créateurs d’un «À l’année prochaine!» Comme un clin d’œil à ses «À la semaine prochaine!» devenus sa signature dans l’émission Paris Mode sur la chaîne Paris Première, de 1992 à 2004.

Olivia Putman.
Olivia Putman. Anita Leung/Anita Leung

C’est d’ailleurs lors de ce programme hebdomadaire de 52 minutes (qui, à l’époque, avait fait exploser les temps d’antenne accordés à la fashion sur le petit écran), qu’avait été lancée l’opération caritative, la plus ancienne de la profession. «Les premiers ‘Sapins’, c’était simplement une émission sur le thème de Noël, se souvient la journaliste. J’avais demandé à une dizaine de créateurs de le réinventer et de venir le commenter sur le plateau.

La deuxième année, il y avait déjà beaucoup plus de participants. Michèle Meunier et Olivier Chatenet, alors à la tête de la marque Mariot Chanet, sont venus avec un arbre nu et dix enfants des Orphelins apprentis d’Auteuil pour le décorer. La réception au Carrousel du Louvre était si décalée avec le quotidien de ces petits que j’en étais mal à l’aise. Je leur ai offert les peluches que Sonia Rykiel avait mises au pied de son sapin pour qu’ils ne repartent pas les mains vides et, dès l’édition suivante, j’ai décidé d’organiser une vente aux enchères pour financer la construction d’une aire de jeux, puis d’une salle de sport au sein de la maison d’Orly des apprentis d’Auteuil.»

Une Tour Eiffel corsetée de plus de deux mètres

Guy Laroche.
Guy Laroche. Anita Leung/Anita Leung

Pendant plus d’une dizaine d’années, l’intégralité des bénéfices sera reversée à cette fondation. A la fin des années 2000, Carla Bruni-Sarkozy est marraine de la manifestation qui compte alors jusqu’à 130 arbres signés par des couturiers, des artistes et des designers. Le bénéficiaire est alors l’association L’enfant @ l’hôpital. Plus récemment, le fruit des enchères va à la recherche contre le cancer. Entre-temps les charity s’étant démultipliées dans la mode, les participants des Sapins sont de nos jours beaucoup moins nombreux… Demeurent les fidèles comme Jean Paul Gaultier qui a imaginé une Tour Eiffel corsetée de plus de deux mètres, en tandem avec Blachère Illumination. Et Chantal Thomass, Jean-Charles de Castelbajac, Jean-Claude Jitrois, Elie Saab, les maisons Chanel, Dior, Emanuel Ungaro, Guy Laroche et Lesage.

Olivier Theyskens est présent pour la deuxième fois consécutive. L’an passé, l’exercice lui a redonné le goût de l’aquarelle. Le triptyque qu’il a réalisé pour l’édition 2018 est particulièrement réussi. Parmi les œuvres qui accrochent l’œil – et devraient partir à l’encan bien en-dessous de leur cote sur le marché de l’art -, une sculpture en bois et acier de Christian Ghion, un tirage photographique sur aluminium de la plasticienne Mathilde de l’Ecotais, une sculpture de Ruben Alterio, une table d’appoint laquée de Reda Amalou, une pyramide lumineuse d’Emmanuelle Rybojad et un tableau de Sascha Nordmeyer. Dirigée par Maître Rémy Le Fur, la vente se déroulera en direct à partir de 20 heures, via le site drouotonline.com (inscription préalable).

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس