Funds raised for creation of Lethbridge Exhibition Park military monument – Lethbridge

[ad_1]

The Lethbridge United Services Institute, in partnership with Exhibition Park, have announced a campaign to bring a monument to the city with historic significance. The goal is to not only display a monument to the First World War, but to remember and honour veterans from Alberta.

“We are pleased to announce and unveil a capital project recognizing the rich military history of Alberta,” said Glenn Miller, president The Lethbridge United Services Institute.


READ MORE:
London’s Royal Canadian Regiment Museum unveils new LAV III monument

“The connection the city of Lethbridge has, being an artillery town from 1908,” Miller said, “111 years ago it started and continues today with 20th Independent Field Battery.”

Funds are being raised for the creation of a quarter-size bronze monument of six horses, towing an 18-pounder field gun, and will be on permanent display at Exhibition Park. The monument is expected to cost approximately $200,000 and organizations are reaching out to government, business and individuals for funding.

“It’s a great piece of history for Exhibition Park,” said Rudy Friesen, CEO of Lethbridge Exhibition Park. “We’ve been on this location since 1910, we played a significant part — this property, at least — in both world wars.”

WATCH: WWII POW Camp in Lethbridge leaves lasting impression on German soldier (November 2018)






The monument will be modeled after the last gun to be fired in the First World War from the Lethbride 39th Battery. It’s news a former member of the battery is proud to hear.


READ MORE:
Small Alberta hamlet receives 1st-ever war memorial in time for Remembrance Day

“It’s special to bring to the citizens of Lethbridge the history of the artillery here,” said former reservist Don Graham, “and I think by bringing things like the monument into Lethbridge, it kind of reminds folks, yes, we were there and we still are.”

Having served as a reservist for 13 years, Graham hopes that this statue will remind younger generations what Canadian soldiers went through in defense of the country.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

vingt ans de création qui ont bousculé la mode

[ad_1]

RÉTROSPECTIVE – En 1999, il défilait pour la première fois et déjà, Le Figaro applaudissait la naissance d’un style. Retour sur 20 ans de mode qui ont fait les belles heures du journal, commentées par l’intéressé en exclusivité.

Dès ce premier show, dûment commenté dans Le Figaro, il sort du lot. «YSL: la relève est assurée», écrit la journaliste de référence d’alors, Martine Henno. Signe de cette médiatisation encore récente, la rédaction n’a pas intégré l’orthographe de son prénom. Il sera donc nommé «Eddie» (pour Constantine? Mitchell?) puis, six mois après, tandis que sa notoriété grandit, toujours dans nos pages, une nouvelle erreur grossière («Heidi»), ce sera la dernière. Le phénomène Hedi Slimane, machine à fantasmes, est né. Le créateur énigmatique, talentueux, libre-penseur, nourrit les pages du journal de ses défilés, de ses départs, de ses arrivées, de ses interviews rares et acérées. Et surtout, par sa contribution hors normes à la mode. Ce sont ces archives que nous remettons à l’honneur aujourd’hui et que M. Slimane a accepté de commenter. Même mieux, il revient sur ce passé, ces moments clés avec une sincérité dont l’univers policé du luxe est peu …

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Province eyeing creation of ‘super health agency,’ sources say

[ad_1]

The provincial government is considering a plan to shutter more than 20 health agencies — including Cancer Care Ontario, 14 local health integration networks (LHINS) and eHealth Ontario — and fold them into one “super agency,” the Star has learned.

Provincial bureaucrats have been asked to create a blueprint for a massive transformation of the health system, according to numerous sources in the broader public sector. They spoke on condition of anonymity because they have not been authorized to give media interviews.

Describing the plan as a work in progress and subject to change, they said the intent is to keep front-line and core services intact, but to run them out of one agency under a single board of directors and a streamlined layer of management.

The provincial cabinet met on Thursday, but it is unclear whether it has signed off on the plan. Following the three-and-a-half-hour cabinet meeting, Health Minister Christine Elliott did not deny the government is looking at getting rid of LHINs.

“We’ve talked from the very beginning about doing a review of all agencies in government so there’s nothing new here,” she said, referring to a health agency review announced shortly after last June’s provincial election.

“We’re continuing our review and working to create a patient-centred system of health care,” the minister said in a brief interview with the Star.

Read more:

Opinion | Don’t harm Cancer Care Ontario while restructuring health agencies

Asked if the government would get rid of Cancer Care Ontario by absorbing it into a new super agency, Elliott said: “All I can tell you is that we are looking at truly creating a patient-centred system of health care — it’s the patient experience that is truly important.”

The Star has obtained a copy of an undated Ministry of Health document marked “confidential” and labelled “exploratory model,” which appears to point to the option of a large “provincial clinical and delivery agency” with a government-appointed board of directors, a chief executive and leadership team.

They would oversee three divisions with one in charge of measuring health system performance and including public health, a second division providing clinical oversight for cancer, organ donation, diabetes, critical care, mental health and chronic kidney disease, among others, and a back-office support division to handle procurement, digital health and human resources.

Below these high-level functions would be 60 to 70 “integrated delivery systems” across the province, which could care for defined patient populations by disease or geographical areas with a “comprehensive continuum of care” for common conditions like diabetes or mental health.

There are few details in the document, which is described as a “vision” for delivering health care so “everyone in the province can access seamless, integrated care no matter where they live or what care needs they have.”

There were no estimates of costs or savings in the document.

Sources said the government wants to “debureaucratize” the health system by eliminating numerous agencies, along with their boards of directors and executive “C-suites.”

Home care and long-term care would still be locally co-ordinated under a restructured health system and these sectors would work more closely with the hospital sector.

The idea to consolidate them was first raised in a report last September by the consulting firm Ernst and Young, which was commissioned by government to conduct a line-by-line review of provincial expenditures.

A section of the report, which called for a consolidation of transfer-payment agencies, stated: “There are currently more than 20 health agencies across 11 priority areas; these organizations operate independent of each other, and most have leadership teams and back-office functional teams.”

It went on to say that administrative costs could be reduced by cutting the number of service providers receiving transfer payments.

Ontario’s health system, like many in the developed world, has been criticized for being siloed. The province has long been trying to improve integration of health services. A super agency could help with that, sources said.

Cancer Care Ontario has been praised in the past for its work in co-ordinating cancer services, but in more recent times it has been criticized as “bloated.” It has gone beyond its original mandate and now manages the delivery of kidney care services and participates in quality improvement programs in the broader health system.

The Conservatives have long had Ontario’s 14 LHINs in their crosshairs. The agencies co-ordinate home-care services and entry into long-term-care homes. LHINs have been accused of devoting too many resources to administration and not enough to front-line services.

eHealth Ontario has a tortured history. A 2009 auditor general’s report found $1 billion had been spent on eHealth and its predecessor with little to show for it. Three years later, the auditor found that $24.4 million was spent on an electronic registry of diabetes patients that was unceremoniously scrapped before it was up and running. The organization also weathered an expense account scandal when it was revealed that private consultants earning $3,000 a day were billing taxpayers for $3.99 cookies and $1.65 cups of tea.

Sources say the following transfer-payment recipients are also being eyed for inclusion in a super health agency: The Trillium Gift of Life Network, which co-ordinates organ and tissue donation and transplantation; Health Quality Ontario, which aims to improve the quality of health services; and CorHealth, which organizes Ontario’s cardiac and stroke services.

Theresa Boyle is a Toronto-based reporter covering health. Follow her on Twitter: @theresaboyle

Robert Benzie is the Star’s Queen’s Park bureau chief and a reporter covering Ontario politics. Follow him on Twitter: @robertbenzie

Rob Ferguson is a Toronto-based reporter covering Ontario politics. Follow him on Twitter: @robferguson1

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Passionné(e) de mode et de création ? Inspirez-vous des secrets de Chantal Thomass

[ad_1]

EN PARTENARIAT AVEC THE ARTIST ACADEMY – Découvrez une expérience d’exception avec la créatrice Chantal Thomass.

En partenariat avec

Trouver l’inspiration – Choisir les matières et les couleurs – Passer de l’idée à la création – Décliner une collection… Sous un format vidéo innovant et unique: les Masterclasses en ligne, la créatrice Chantal Thomass nous délivre tout son savoir-faire pour exploiter ses talents de créateur(trice). Vous serez amené(e) à tirer le meilleur de vous-même avec des exercices commentés par la «créatrice en chef» et une potentielle rencontre VIP avec la formule Premium…

Focus sur cette Masterclasse en ligne d’exception et sur les tenants et aboutissants de ce nouveau format d’apprentissage qui mélange formation et passion.

Chantal Thomass a créé, au fil des années, un univers bien particulier. Par la qualité de ses collections (lingerie et design) et l’originalité de ses pièces, elle a su convaincre, séduire, construire son personnage et rester dans les hautes sphères du monde de la création.

Dans sa masterclasse en ligne, composée de 16 cours en vidéo ponctués d’exercices et d’échanges avec la créatrice, Chantal Thomass met à contribution ses années d’expérience dans la mode et la création afin d’aider les passionnés à libérer leur esprit créatif, à assumer leur style ou à créer leur propre collection.

Découvrez le trailer:

La simplicité d’utilisation comme maîtres mots

En un clic, vous accédez au cours vidéos d’une créatrice hors pairs et pourrez les consulter au rythme que vous souhaitez, et ce à volonté.

A noter qu’il est bien sûr possible de visualiser la masterclasse depuis votre smartphone ou tablette, en plus de l’ordinateur. Vous pourrez prendre le temps d’apprécier les exercices, de les livrer à la créatrice et de les partager avec une communauté de passionnés.

The Artist Academy

Une carte à jouer pour percer 

Pour les plus férus, une formule Premium permet de prolonger l’expérience masterclasse en ligne, en rencontrant la créatrice au cours d’une soirée VIP qui aura lieu dans les locaux du Figaro.

En bonus, vous pourrez participer à son grand concours de création et tenter de gagner une journée à ses côtés en lui livrant un dossier de création basé sur une collection printemps-été d’accessoires, objets, ou de vêtements que vous aurez imaginée.

The Artist Academy

Ce contenu publi-éditorial vous est proposé par le site The Artist Academy

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

L’Arabie saoudite est au centre de la politique internationale depuis sa création

[ad_1]

Dans sa chronique du 31 octobre 2018, Francine Pelletier avance plusieurs idées erronées qui ne résistent pas à l’analyse des faits. Je me contente, ici, d’en examiner cinq.

1. La chroniqueuse écrit : « Mais depuis quand légifère-t-on chez soi en fonction de ce qui se passe dans un pays isolé de la planète ? » L’Arabie saoudite, un « pays isolé de la planète » ? Archifaux ! L’Arabie saoudite est au centre de la politique internationale depuis sa création en 1932. Fort de son alliance avec les États-Unis depuis le pacte du Quincy (1945), ce pays a propagé sa doctrine du wahhabisme de façon à infléchir les mouvements nationalistes arabes en Égypte, en Irak, en Syrie et en Algérie, par exemple.

La monarchie des Saoud, pays dominant au sein de l’OPEP, provoque le premier choc pétrolier de 1973. Cette année-là, le prix du baril quadruple. Quelques années auparavant, le royaume wahhabite créait deux leviers politiques des plus influents dans le monde : la ligue islamique mondiale (1962), à l’origine de la demande des tribunaux islamiques en Ontario en 2004, et l’Organisation de la conférence islamique (OCI : 1969), le seul lobby religieux constitué de 57 États.

La pénétration du wahhabisme en Afrique correspond, d’ailleurs, à cette décennie. En 1979, grâce à son allié pakistanais, l’Arabie saoudite s’installe en Asie et joue un rôle déterminant dans la guerre en Afghanistan contre les Soviétiques. Dans les années 1990, son influence s’étend à la Tchétchénie et à l’Algérie en plus de prendre pied au Kosovo et en Bosnie en raison de la guerre en ex-Yougoslavie. Cette nouvelle fenêtre lui permet d’asseoir durablement sa présence sur le continent européen, où elle pilote déjà la grande mosquée de Bruxelles depuis 1969 et le Centre islamique de Genève à partir de 1961. Actuellement, l’Arabie saoudite a une influence directe sur l’Égypte, de loin le pays arabe le plus populeux, comptant près de 100 millions de personnes, en plus de son implication dans le bourbier syro-irakien. Sans oublier l’atroce guerre menée contre le Yémen et l’autre guerre, plus sournoise, contre son rival iranien.

Récapitulons. Dynamisme politique, alliances majeures, emprise idéologique déterminante, réserves pétrolières pharaoniques. Et ce n’est pas tout. Car l’Arabie saoudite jouit d’un autre atout considérable : sa diplomatie religieuse. Elle est la gardienne des lieux saints de l’islam, avec des retombées économiques astronomiques chaque année, deux millions de musulmans y convergeant pour le pèlerinage. Avec son réseau de mosquées, d’universités islamiques et de fondations caritatives, le pays est devenu la plaque tournante des prédicateurs salafistes à travers le monde. Cette lame de fond idéologique a conduit à la montée de l’islam politique et de son corollaire, le djihadisme.

2. Venons-en à la déclaration que les musulmans sont moins pratiquants que les catholiques. Sur quoi repose cette affirmation ? Mesurer la vigueur et la rigueur religieuses n’est pas une mince affaire. Dans le cas des musulmans, cela est encore plus vrai. La piste de la fréquentation des mosquées n’est pas concluante, et ce, pour deux raisons. La plupart des mosquées, au Québec comme ailleurs, sont sous le contrôle des États musulmans, en plus de faire l’objet de la surveillance des services de sécurité.

3. Rien ne permet d’affirmer que 15 000 femmes portent le voile au Québec. Par ailleurs, une étude publiée par Radio-Canada en 2016 indiquait que quelque 48 % des musulmanes canadiennes se couvrent la tête, comparativement à 38 % en 2006.

Si le phénomène du port du voile est difficile à mesurer quantitativement, son impact est observable de trois façons : a) l’âge du voilement des femmes est de plus en plus bas, si bien que le voilement des petites filles s’est généralisé avec les tensions que cela engendre (famille Shafia par exemple) ; b) dans plusieurs quartiers comptant une majorité d’immigrants, le port du voile est devenu le modèle dominant ; c) avec le voile intégral, des modèles de voilement plus rigoristes jusque-là inexistants ont gagné en popularité. Cette perspective historique sur une échelle d’une dizaine d’années permet de confirmer que la tendance du voilement est en nette progression, surtout parmi les jeunes.

4. Une autre déclaration qui soutient que la communauté musulmane est plus éduquée que les Québécois de souche est tout aussi problématique. De quoi parle-t-on au juste, de diplômes québécois, canadiens, ou de ceux délivrés par les pays d’origine de ces ressortissants ? Dans le palmarès des 10 pays d’où proviennent principalement les immigrants depuis 2011, on retrouve l’Algérie, le Maroc, l’Iran, l’Égypte, la Tunisie et le Liban. On ne peut faire une simple équivalence entre les diplômes délivrés par ces pays et ceux du Québec. D’abord, le niveau universitaire est loin d’être le même. La fonction même qu’occupe l’université est différente d’un pays à l’autre, en plus du tissu social et culturel.

5. Là où la journaliste s’égare complètement, c’est lorsqu’elle s’appuie sur une étude faite sur la société américaine pour en transposer les conclusions dans le monde musulman en déclarant : « L’éducation, on le sait, milite contre l’obscurantisme religieux. » Cela ne se vérifie pas dans le monde musulman. C’est même le contraire qu’on observe. En Égypte, en Algérie, en Iran, par exemple, l’islam politique a d’abord pris pied dans les universités avant de travailler le corps social. C’est dans les facultés des sciences exactes, d’éducation et de médecine, entre autres, que se sont formées les premières cohortes des militants islamistes.

Réplique de Francine Pelletier

L’analyse de ce qui se passe ici, au Québec, ne révèle pas de grave menace intégriste. D’abord, l’influence pernicieuse de l’Arabie saoudite dont vous parlez a été démentie par un rapport de la GRC affirmant que le djihadisme n’est pas disséminé dans les mosquées mais est le fait « d’individus isolés ». Les réseaux sociaux semblent donc beaucoup plus en cause que les quelconques pamphlets wahhabites qu’on retrouve à Montréal.

Ensuite, comme le dit un rapport de la Commission des droits de la personne, « les musulmans québécois font partie des groupes qui affichent les taux de dévotion religieuse parmi les plus faibles au Canada ». De façon générale, les immigrants qui s’établissent ici sont deux fois plus nombreux que les natifs à ne se réclamer « d’aucune religion ». C’est une perception erronée de penser que les immigrants sont beaucoup plus attachés à la religion que nous.

S’il est vrai que le nombre de femmes qui portent le voile tient de l’extrapolation très souvent, il est également vrai que l’étude canadienne que vous citez n’est absolument pas applicable au Québec. Les groupes musulmans canadiens sont majoritairement issus de l’Inde, du Pakistan et du Bangladesh, des pays très conservateurs et très pratiquants, alors qu’au Québec, le groupe majoritaire est maghrébin, une population beaucoup plus éduquée et moins conservatrice.

Il est également incontestable que plus on est éduqué, moins on est croyant, en Occident tout au moins. Vrai, aussi, que la communauté musulmane affiche deux fois le taux de diplomation des Québécois francophones, les chiffres du gouvernement du Québec sont là pour le prouver. Il faudrait pouvoir s’en réjouir plutôt que de se lamenter.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس