Vers une mode sans cruauté animale

[ad_1]

L’automne est déjà partie, laissant la place à des arbres tous nus. J’aime les arbres recouverts de feuilles rousses, mais pas la nature qui semble morte et figée. L’hiver est de loin la saison que je déteste le plus, je déprime systématiquement quand il fait froid, qu’il n’y a pas de soleil et que les virus nous tombent dessus façon loterie… Brrrr, rien que d’y penser j’ai envie d’hiberner sous ma couette et de n’en ressortir qu’au printemps !

Petite ode à l’automne, donc, avec cette tenue qui était alors un poil trop chaude avec ma fausse fourrure (jeux de mots de qualité, bonjour !) D’ailleurs, j’en profite pour placer le lien vers mon ancien article au sujet de la vraie fourrure : je ne porte pas de fourrure (et tant que j’y suis, je vous rappelle que je n’engrange plus de cuir). J’ai récemment remarqué que beaucoup de marques de maroquinerie me suivent sur Instagram, et je vous avoue ne pas bien comprendre. C’est très gentil à elles, mais je ne suis pas leur cible et j’aimerais qu’elles lisent mon article.
Porter encore de la fourrure et ne pas ralentir significativement sa consommation de cuir, en 2018, me dépasse. Ce sont des matières inutiles, on s’en passe fort bien, les alternatives existent et font bien la blague ! J’étrenne maintenant depuis un moment des chaussures et sacs en simili et en liège : ça tient la route !!!

En avril 2017, j’ai publié ça sur mon compte Facebook :
Mail what the fuck reçu ce matin : On me donne “l’opportunité de découvrir les coulisses de l’industrie française du cuir !” car “Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de nos accessoires préférés ?” (je cite, texto).
Je reste toujours autant sidérée d’une telle proposition, du fait que je tiens un blog “mode”. Cela m’attriste de savoir que des blogueuses ont évidemment accepté cette proposition. Et la personne d’ajouter dans son mail : “en tant qu’experte des réseaux sociaux, nous avons pensé à vous !

J’ai répondu non merci, en ajoutant que je ne comprenais pas “nous vous donnons l’opportunité de découvrir les coulisses de l’industrie française du cuir“… Cela signifie se rendre dans un abattoir et assister à la mise à mort des vaches, pour ensuite pouvoir prendre en photo leur dépeçage ? Car selon moi, cela serait véritablement entrer dans les coulisses. Pas de cuir sans animaux au départ bien vivants, pour finir en sacs, portefeuilles, chaussures et sacs.
Autant tabler sur la transparence de l’horreur qu’est cette industrie ultra polluante et cruelle.
La plupart des vaches tuées pour leur peau viennent d’Inde ou de Chine, pas besoin d’entrer dans les détails sordides de la violences et de la cruauté dont elles sont victimes pour être forcées à avancer, pour monter dans un camion direction l’abattoir, épuisées et effrayées.

Eh bien, personnellement, je refuse de cautionner la souffrance et d’en faire la publicité, même si c’était payé des millions ! Les blogueurs sont vraiment encore trop souvent considérés comme des gens sans cerveau, sans cœur et sans éthique. SANS MOI pour participer à cela !”

En 2018, c’est plus que jamais mon combat au quotidien : expliquer au cas par cas, mal par mail, que je ne fais plus de publicité à la cruauté.
Pas de demande = fin de l’offre. En refusant de faire la promotion de toutes ces marques, je ne fais rien vendre et de ce fait j’estime que vous n’êtes directement pas complices de la souffrance animale par mon biais.
Ce look est (quasi) 100% vegan, si on exclue les anses de mon sac vintage. J’espère qu’il vous plaira 🙂

P.S : Mon concours Instagram pour gagner la même paire de derbies vegan que moi est toujours en ligne : vous avez jusqu’à vendredi 21 décembre, 21h, pour participer !


Veste en synthétique via Boden
Chemise New Look (très ancienne collection)
Pantalon New Look
Boots dispos ici(similaires ici)
Sac “Bucket” Vuitton vintage


Loading Likes…

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس