La laïcité continue de diviser à QS

[ad_1]

Dans son édition du samedi 29 décembre, en page B 1 dans « L’année 2018 en dessins », Le Devoir revient sur la question de la laïcité, qui reste un enjeu non résolu dans la population et dans les partis politiques.

Décrivant la position de QS, il est écrit : « Québec solidaire hésite encore entre une laïcité à la Bouchard-Taylor et l’ouverture inclusive tolérant les signes religieux portés par les employés de l’État. » Cela n’est pas exact ; la division est bien plus profonde. S’il est vrai que certains prônent une laïcité dite inclusive, il en est d’autres pour une laïcité fortement affirmée où le devoir de réserve s’appliquerait à l’expression de toute idéologie (politique, religieuse ou autre) pour tous les employés de l’État pendant qu’ils sont dans l’exercice de leurs fonctions.

La position actuelle de QS sur la laïcité date de 2008 et est fondée sur le rapport publié par la commission Bouchard-Taylor. C’est à cette position que les candidats se sont ralliés lors de la dernière élection même si certains étaient peu à l’aise à l’idée de la défendre activement, et cela, d’un côté comme de l’autre. C’est un compromis qui avait été adopté pour éviter la dissension quant à la promesse de Françoise David à savoir que le véritable débat devrait se faire plus tard.

Cette question a continué à entretenir un malaise parmi les membres de QS, mais l’appareil du parti a réussi à tenir le couvercle bien serré sur la marmite. L’arrivée de François Legault et son projet de loi sur les signes religieux ont changé la donne. On ne peut plus prétendre qu’il s’agit d’un faux problème, et c’est pour en discuter que QS tiendra un conseil national en mars 2019.

Manon Massé rappelle, avec raison, que de tenir un débat est un signe de santé démocratique ; malheureusement, celui-ci ne réglera rien. En effet, le CCN (Comité de coordination nationale) manoeuvre pour restreindre l’ordre du jour, et ce ne sera donc pas un débat de fond portant sur la laïcité. Il n’est pas question de savoir ce que les membres du parti pensent ; il est uniquement question de fixer l’interprétation du programme actuel, dont les points en examen n’ont pourtant jamais été débattus ni votés par les membres.

Si le CCN réussit sa manoeuvre, seulement deux options seront proposées aux délégués. On peut les résumer comme ceci :

Affirmer que la position actuelle, inspirée du rapport de Bouchard-Taylor, est toujours pertinente.

Au nom de la liberté de religion, permettre le port de signes religieux par tous les employés de l’État, peu importe leur fonction.

Il existe, dans le membrariat de QS et dans la population en général, un désir de promouvoir une laïcité plus affirmée, mais cela ne sera pas examiné lors de ce conseil national. La position que devra prendre la députation de QS par rapport au projet de loi de la CAQ ne sera pas discutée non plus.

En somme, rien n’est fait pour crever l’abcès, et l’on doit conclure que oui, à QS, la laïcité continue de diviser. De part et d’autre, on s’affuble de qualificatifs réducteurs, mais QS aurait mieux à faire que d’entretenir une chicane entre les laïcs « racistes islamophobes » et les inclusifs « idiots utiles de l’islam politique ». Une véritable solution ne peut provenir que d’un véritable débat, ouvert, complet et respectueux.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس